AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une avancée significative (cancer du sein)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16505
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Une avancée significative (cancer du sein)   Ven 11 Aoû 2017 - 11:38

UT Southwestern Simmons Cancer Center researchers have shown that a first-in-class molecule can prevent breast cancer growth when traditional therapies stop working.

First-in-class drugs are drugs that work by a unique mechanism, in this case a molecule that targets a protein on the estrogen receptor of tumor cells. The potential drug offers hope for patients whose breast cancer has become resistant to traditional therapies.

"This is a fundamentally different, new class of agents for estrogen-receptor-positive breast cancer," said Dr. Ganesh Raj, Professor of Urology and Pharmacology at UT Southwestern's Harold C. Simmons Comprehensive Cancer Center."Its unique mechanism of action overcomes the limitations of current therapies."

All breast cancers are tested to determine if they require estrogen to grow and about 80 percent are found to be estrogen-sensitive. These cancers can often be effectively treated with hormone therapy, such as tamoxifen, but as many as a third of these cancers eventually become resistant. The new compound is a potential highly effective, next-line treatment for these patients, said Dr. Raj, part of UT Southwestern's Urologic Cancer Team.

Traditional hormonal drugs, such as tamoxifen, work by attaching to a molecule called the estrogen receptor in cancer cells, preventing estrogen from binding to the receptor, a necessary step for cancer cells to multiply. But the estrogen receptor can mutate and change its shape over time so that the treatment drug no longer fits neatly with the receptor. When this happens, the cancer cells start multiplying again.

"There has been intense interest in developing drugs that block the ability of the estrogen receptor -- the prime target in most breast cancers -- from interacting with the co-regulator proteins that cause a tumor's growth. Blocking such "protein-protein interactions" has been a dream of cancer researchers for decades. Dr. Raj and his colleagues have done the remarkable by discovering what could be the first in class of a therapeutic that realizes this dream," said Dr. David Mangelsdorf, Professor and Chairman of the Department of Pharmacology, who holds the Alfred G. Gilman Distinguished Chair in Pharmacology, and the Raymond and Ellen Willie Distinguished Chair in Molecular Neuropharmacology in Honor of Harold B. Crasilneck, Ph.D.

The drug works by blocking other molecules -- proteins called co-factors -- that also must attach to the estrogen receptor for cancer cells to multiply. The new molecule, dubbed ERX-11, mimics a peptide, or protein building block. So far, it has been tested in mice and in cancer cells removed from patients and works well in both models, and there have been no signs of toxicity in the tests.

If successfully translated to a human therapy, another advantage of ERX-11 is that it could be taken orally by patients, rather than as an infusion. Dr. Raj said the group is hoping to get a clinical trial under way in about a year.

The notion of blocking protein co-factors has implications for treatment of other cancers as well. "This could be a first-line breast cancer therapy down the line. It could even lead to new treatments for other hormone-sensitive cancers. For now, it offers hope for women with estrogen-sensitive breast cancer for whom conventional therapies fail," Dr. Raj said.

The research appears in the online journal eLife.

---

Les chercheurs du UT Southwestern Simmons Cancer Center ont montré qu'une molécule première de sa classe peut prévenir la croissance du cancer du sein lorsque les thérapies traditionnelles cessent de fonctionner.

Les médicaments de première classe sont des médicaments qui fonctionnent par un mécanisme unique, dans ce cas une molécule qui cible une protéine sur le récepteur des œstrogènes des cellules tumorales. Ce médicament potentiel offre l'espoir pour les patientes dont le cancer du est devenu résistant aux thérapies traditionnelles.

"Il s'agit d'une nouvelle classe d'agents fondamentalement différente pour le cancer du sein positif aux récepteurs des œstrogènes", a déclaré le Dr Ganesh Raj, professeur d'urologie et de pharmacologie au Harrison C. Simmons Comprehensive Cancer Center d'UT Southwestern. "Son mécanisme unique d'action remédie Les limites des thérapies actuelles. "

Tous les cancers du sein sont testés pour déterminer s'ils nécessitent des œstrogènes pour se développer et environ 80 pour cent se révèlent sensibles aux œstrogènes. Ces cancers peuvent souvent être traités efficacement avec un traitement hormonal, comme le tamoxifène, mais jusqu'à ce qu'un tiers de ces cancers deviennent éventuellement résistants. Le nouveau composé est un traitement potentiellement efficace et efficace pour ces patients, a déclaré le Dr Raj, membre de UT Southwestern's Urologic Cancer Team.

Les médicaments hormonaux traditionnels, tels que le tamoxifène, fonctionnent en attachant à une molécule appelée récepteur d'œstrogène dans les cellules cancéreuses, empêchant l'œstrogène de se lier au récepteur, une étape nécessaire pour que les cellules cancéreuses se multiplient. Mais le récepteur des œstrogènes peut muter et changer de forme au cours du temps, de sorte que le médicament de traitement ne correspond plus bien au récepteur. Lorsque cela se produit, les cellules cancéreuses commencent à se multiplier.

"Il y a eu un intérêt intense à développer des médicaments qui bloquent la capacité du récepteur des œstrogènes - la cible principale dans la plupart des cancers du sein - d'interagir avec les protéines de co-régulateur qui provoquent une croissance de la tumeur. En bloquant ces" interactions protéines-protéines " A été un rêve de chercheurs sur le cancer depuis des décennies. Le Dr Raj et ses collègues ont fait une remarquable découverte en trouvant ce qui pourrait être le premier d'une classe thérapeutique qui réalise ce rêve ", a déclaré David Mangelsdorf, professeur et président du département De la Pharmacologie, qui détient la chaire distinguée Alfred G. Gilman en pharmacologie, et la Chaire Distinguée Raymond et Ellen Willie en Neuropharmacologie moléculaire en l'honneur d'Harold B. Crasilneck, Ph.D.

Le médicament fonctionne en bloquant d'autres molécules - les protéines appelées cofacteurs - qui doivent également attacher au récepteur des œstrogènes pour que les cellules cancéreuses se multiplient. La nouvelle molécule, baptisée ERX-11, imite un peptide ou un bloc de renforcement des protéines. Jusqu'à présent, il a été testé chez la souris et dans les cellules cancéreuses retirées des patients et fonctionne bien dans les deux modèles, et il n'y a pas eu de signes de toxicité dans les tests.

Si l'on traduisait avec succès une thérapie humaine, un autre avantage de l'ERX-11 est qu'il pourrait être pris par voie orale par les patients plutôt que comme infusion. Le Dr Raj a déclaré que le groupe espère avoir un essai clinique en cours dans environ un an.

La notion de co-facteurs de blocage des protéines a aussi des implications pour le traitement d'autres cancers. "Cela pourrait être une thérapie de cancer du sein de première ligne. Cela pourrait même conduire à de nouveaux traitements pour d'autres cancers sensibles aux hormones. Pour l'instant, il offre de l'espoir pour les femmes atteintes de cancer du sein sensibles aux œstrogènes pour lesquelles les traitements conventionnels échouent" A déclaré le Dr Raj.

La recherche apparaît dans le journal en ligne eLife.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16505
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Une avancée significative (cancer du sein)   Dim 14 Juil 2013 - 19:21

Researchers at the University of Minnesota have discovered that a human antiviral enzyme causes DNA mutations that lead to several forms of cancer.
Share This:

The discovery, reported in the July 14 issue of Nature Genetics, follows the team's earlier finding that the enzyme, called APOBEC3B, is responsible for more than half of breast cancer cases. The previous study was published in Nature in February.

APOBEC3B is part of a family of antiviral proteins that Harris has studied for more than a decade. His effort to understand how these proteins work has led to these surprising discoveries that APOBEC3B is a broadly important cancer mutagen.

"We are very excited about this discovery because it indicates that a single enzyme is one of the largest known contributors to cancer mutation, possibly even eclipsing sources such as UV rays from the sun and chemicals from smoking," says Reuben Harris, a professor of biochemistry, molecular biology and biophysics based in the College of Biological Sciences. Harris, who led the study, is also a member of the Masonic Cancer Center, University of Minnesota.

For the current study, Harris, along with colleagues Michael Burns and Alpay Temiz, analyzed tumor samples from 19 different types of cancer for the presence of APOBEC3B and 10 related proteins. Results showed that APOBEC3B alone was significantly elevated in six types (bladder, cervix, two forms of lung cancer, head & neck, and breast). Levels of the enzyme, which is present in low levels in most healthy tissues, were elevated in several other types of cancer as well.

A second key finding was that the mutational signature of APOBEC3B is a close match to the actual mutation pattern in these cancers. "Much like we each have unique written signatures, these enzymes each leave a unique mark," Harris says.

Findings from both studies are counterintuitive because the enzyme, which is produced by the immune system, is supposed to protect cells from HIV and other viruses, not harm our own genomic DNA.

While it's well known that sunlight and chemical carcinogens can mutate DNA, and that mutations are essential for cancer to develop, Harris is the first to discover that this human enzyme is a major cause mutation in cancer. He believes that APOBEC3B is a biological "double-edged sword" that protects some cells from viruses such as HIV and produces mutations that give rise to cancer in others.

Harris hopes to find a way to block APOBEC3B from mutating DNA, just as sunscreen blocks mutations that lead to melanoma. Many cancer mutations have been identified, but discovering a common source of mutation such as APOBEC3B is expected to help researchers to move "upstream" and look for a way to stop carcinogenesis closer to its source, he says, "like damming a river before it wreaks havoc on downstream areas." It's also possible that a simple test for APOBEC3B could be used to detect cancer earlier.





Juillet 14, 2013 - Des chercheurs de l'Université du Minnesota ont découvert qu'une enzyme antivirale humaine provoque des mutations de l'ADN qui conduisent à plusieurs formes de cancer.

Une enzyme, appelée APOBEC3B, est responsable de plus de la moitié des cas de cancer du . Une étude précédente a été publiée dans Nature en Février.

APOBEC3B fait partie d'une famille de protéines antivirales que Harris a étudié pendant plus d'une décennie. Son effort de comprendre comment ces protéines a abouti à ces découvertes surprenantes qu'APOBEC3B est un mutagène très importante de cancer.

«Nous sommes très enthousiasmés par cette découverte, car elle indique qu'une seule enzyme est l'un des plus gros contributeurs connus à la mutation de cancer, peut-être même qu'elle éclipse les autres sources telles que les rayons UV du soleil et des produits chimiques dans la cigarette», dit Reuben Harris, professeur dw biochimie, biologie moléculaire et de biophysique au Collège des sciences biologiques. Harris, qui a dirigé l'étude, est également membre du Centre du cancer maçonnique, de l'Université du Minnesota.

Pour la présente étude, Harris, avec des collègues Michael Burns et Alpay Temiz, a analysé des échantillons tumoraux provenant de 19 différents types de cancer pour la présence de APOBEC3B et 10 protéines apparentées. Les résultats ont montré que APOBEC3B seul est significativement plus élevée dans six types de cancer (vessie, utérus, deux formes de cancer du poumon, la tête et le cou, et du sein). Les niveaux de l'enzyme, qui sont présent en faibles quantités dans la plupart des tissus sains, sont élevés dans plusieurs autres types de cancer ainsi.

Une seconde découverte importante a été de trouver que la signature mutationnelle de APOBEC3B correspond étroitement à la configuration réelle de la mutation dans ces cancers. «Tout comme nous avons chacun signatures manuscrites uniques, ces enzymes laissent chacune une marque unique," dit Harris.

Les résultats de ces deux études sont contre-intuitifs, car l'enzyme, qui est produite par le système immunitaire, est censé protéger les cellules contre le VIH et d'autres virus, et ne pas nnuire à notre propre ADN génomique.

Même s'il est bien connu que la lumière du soleil et les chimiques cancérogènes peuvent muter l'ADN, et que les mutations sont essentiels pour le développement du cancer, Harris est le premier à découvrir que cette enzyme humaine est la cause importante d'une mutation dans le cancer. Il croit que APOBEC3B est une «épée à double tranchant" biologique qui protège certaines cellules de virus tels que le VIH et le produit des mutations qui donnent naissance à un cancer dans d'autres.

Harris espère trouver un moyen de bloquer APOBEC3B de muter l'ADN, tout comme les crèmes solaires bloquent les mutations qui mènent au mélanome. De nombreuses mutations cancéreuses ont été identifiées, mais la découverte d'une source commune de mutation comme APOBEC3B devrait aider les chercheurs à passer «en amont» et de chercher un moyen d'arrêter la carcinogenèse près de sa source, dit-il, «C'est comme barrer une rivière avant qu'elle fasse des ravages sur les zones en aval ". Il est également possible qu'un test simple pour APOBEC3B pourrait être utilisée pour détecter le cancer plus tôt.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16505
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Une avancée significative (cancer du sein)   Mar 20 Nov 2012 - 16:07

Drogues innovantes, technique de radiothérapie ­peropératoire en une séance, diagnostic en un jour… Les traitements du cancer du ne cessent de progresser. Cinq spécialistes expérimentés, cancérologues, chirurgiens, radiothérapeute, nous décrivent ces avancées.

Sabine de La Brosse - Paris Match


Le choc de l’annonce

Pour une femme, la nouvelle d’un cancer du sein est reçue comme un coup de tonnerre dans un ciel serein. « Pourquoi moi ? Que va-t-il m’arriver ?... » Elle craint aussitôt pour sa vie, sa féminité et, parfois, l’équilibre de son couple. Et, bien souvent, tout bascule. Pourtant, aujourd’hui, cette maladie fréquente, qui touche en moyenne 1 femme sur 9 dans son existence, a, statistiquement dans les cas précoces, beaucoup plus de chances de guérir que le contraire car la médecine n’a cessé de progresser depuis ces vingt dernières années.

«Chaque jour, explique le Dr Marc Spielmann, des cellules cancéreuses naissent dans notre corps mais sont détruites par notre système immunitaire ; cependant, si celui-ci devient déficient et ne peut plus remplir sa fonction, la cellule cancéreuse va se multiplier, jusqu’à former une tumeur (il faut entre six et neuf ans pour qu’elle soit palpable). C’est la déficience de la reconnaissance de “l’ennemi” qui est à l’origine de la prolifération. On recense aujourd’hui en France 55000 nouveaux cas par an, deux fois plus qu’au début des années 80. Pourquoi cette augmentation ? D’une part, les femmes vivent de plus en plus longtemps et, avec l’âge, le système immunitaire devient moins performant. D’autre part, les campagnes de dépistage, avec les grands progrès de l’imagerie depuis les années 2000, permettent de déceler plus de tumeurs de très petite taille.»

Pour confirmer un diagnostic: la macrobiopsie

Si la mammographie et l’échographie révèlent des images douteuses, elles ne permettent pas d’établir une origine maligne ou bénigne. Dans certains cas, une IRM (imagerie par résonance magnétique) est utile pour compléter ces premiers examens. Notamment pour des tumeurs multiples ou des formes avec microcalcifications. «Mais pour obtenir un diagnostic fiable, assure le Dr Céline Bourgier, deux techniques stéréotaxiques mises au point ces dernières années permettent de prélever du tissu mammaire: la microbiopsie et, plus récemment, la macrobiopsie. La patiente est allongée sur un plan de table comportant un orifice où se place le sein. Dessous, un appareil de mammographie couplé à un ordinateur permet de guider l’intervention. Après une anesthésie locale, le radiologue introduit une aiguille creuse munie d’une fraise rotative qui retire plusieurs échantillons d’un nodule afin de les analyser en laboratoire.

Pour la macrobiopsie (essentiellement utilisée dans les microcalcifications), le praticien emploie une sorte de panier à bords coupants qui recueille un volume plus important de tissu. Avec le dernier système Intact, on peut prélever désormais les microcalcifications dans leur totalité ou une tumeur de petite taille (10 à 15 mm). Cette technique constitue une très grande avancée car elle permet dans de nombreux cas d’éviter une exérèse chirurgicale, avec une excellente fiabilité.»

Le diagnostic en un jour: un remède à l’angoisse

«L’Institut Gustave-Roussy, expliquent les Drs Céline Bourgier et Marc Spielmann, a été le premier centre anticancéreux à mettre en place une nouvelle prise en charge permettant aux femmes de réaliser l’ensemble des examens dans le même établissement hospitalier. Les résultats sont communiqués dans la journée aux spécialistes d’une équipe pluridisciplinaire (radiologue, oncologue, chirurgien, anatomopathologiste) qui se concertent pour décider d’un protocole thérapeutique. En cas de cancer, la patiente repart le soir avec un rendez-vous pour une première consultation.

La décision du traitement: un travail d’équipe

«Il existe deux grandes catégories de tumeurs malignes : les cancers localisés et ceux qui ont métastasé, explique le Dr Spielmann. Dans le premier cas, il peut y avoir une ou plusieurs tumeurs, associées ou non à un envahissement d’un ou plusieurs ganglions de l’aisselle. Dans les cancers métastasés, les cellules cancéreuses sont parvenues à envahir d’autres organes par les vaisseaux sanguins ou lymphatiques : os, poumons, foie... Les traitements vont être adaptés au type de cancer et à son stade d’évolution. La décision du protocole thérapeutique le plus adapté doit toujours se prendre en équipe pluridisciplinaire (chirurgien, oncologue médical, radiothérapeute, anatomopathologiste...). Ce travail, lors d’une même réunion, est le meilleur garant pour établir un traitement sur mesure.

Dans les cas de cancer localisé, on décide le plus souvent de l’enlever chirurgicalement (tumorectomie) s’il ne dépasse pas 3 à 4 centimètres. Mais pour une tumeur plus volumineuse, on commence d’abord par une chimiothérapie pour la réduire afin de pouvoir ensuite la retirer sans enlever le sein. Il y a un peu plus d’une dizaine d’années, c’était l’ablation. Aujourd’hui, on ne pratique une mastectomie que lorsqu’il y a plusieurs lésions cancéreuses dans le sein ou dans certaines indications incontournables.»

Des techniques restituant l’intégrité corporelle

«Les patientes, explique le Dr Daniel Zarca, bénéficient désormais d’un grand progrès: avant l’intervention, on se préoccupe déjà de l’aspect esthétique. L’opération se déroule en équipe avec la collaboration d’un chirurgien cancérologue et d’un plasticien, qui ont préparé ensemble leur protocole avant l’intervention. Notre souci, outre celui de la guérison, est de soulager la patiente en lui exposant les progrès qui lui permettront de retrouver son intégrité corporelle, sa féminité.» « Pour éviter au maximum les séquelles cicatricielles, poursuit le Dr David Benjoar4, dans la majorité des cas, le chirurgien cancérologue retire la tumeur ou la totalité de la glande par l’aréole.

1. Pour les cancers localisés, après la tumorectomie, une nouvelle technique dite d’oncoplastie permet de remodeler le sein afin de lui donner une forme naturelle. Le procédé consiste à déplacer une partie du tissu mammaire pour, par exemple, combler le creux. Il est souvent nécessaire de corriger l’autre sein pour rétablir l’harmonie et la symétrie du buste. 2. Quand le sein ne peut pas être conservé, on a, dans certains cas, la possibilité de réaliser une reconstruction immédiate, notamment lorsqu’une radiothérapie n’est pas programmée. Dans un premier temps, l’ablation est effectuée avec une technique qui préserve la peau et parfois même l’aréole et le mamelon. Après une mastectomie, le volume manquant est remplacé soit par un implant de silicone, soit par du tissu graisseux vascularisé prélevé au niveau de l’abdomen (technique DIEP) ou encore par un segment musculaire (le chirurgien déplace vers le sein une partie de l’extrémité vascularisée du muscle dorsal.).

Dans un second temps, le volume est augmenté et la forme galbée avec des injections de graisse purifiée (technique surtout utilisée pour les femmes maigres ou à la peau trop fine). Ces procédures de reconstruction autologue (réalisées avec les propres tissus de la patiente) évitent les inconvénients d’une prothèse (risque de coque, rigidité…). Avec le temps les seins évoluent de façon identique.» Après la chirurgie, selon l’établissement du protocole, un traitement sur mesure est prescrit: radiothérapie, hormonothérapie, chimiothérapie (seule ou en association); toutes ont bénéficié depuis deux décennies de progrès considérables !

La radiothérapie abaisserait de 65 à 80 % les récidives locorégionales

«Cette technique, explique le Dr Céline Bourgier, consiste à irradier le sein avec un appareil à accélérateurs linéaires délivrant des rayons de haute énergie, des faisceaux très précis qui atteignent en profondeur la zone à cibler en cassant l’ADN des cellules cancéreuses pour les détruire. Dans les cas où la chirurgie a pu être conservatrice, on irradie l’ensemble du sein pour éliminer d’éventuelles cellules malignes résiduelles, puis une dose supplémentaire est administrée à l’emplacement où se trouvait la tumeur. Depuis cinq ans, grâce à une planification du traitement par scanner extrêmement précise, on évite tout risque de toucher un organe avoisinant (cœur ou poumon).

Autre avancée: la radiothérapie sur mesure. Les tout derniers accélérateurs permettent d’adapter l’énergie à délivrer en fonction du volume du sein. Après une mastectomie, les indications de la radiothérapie diffèrent selon la taille qu’avait la tumeur ou l’envahissement des ganglions. Le traitement, qui se déroule en plusieurs séances (4 ou 5 quotidiennes sur une période de cinq à sept semaines), est généralement mieux supporté qu’une chimiothérapie aux effets secondaires plus lourds. Un nouveau protocole de radiothérapie, moins contraignant, a été récemment mis au point. Il concerne les femmes de plus de 60 ans, dont la tumeur ne dépasse pas 2 centimètres. Le traitement, qui comporte dix séances (deux quotidiennes de vingt minutes en cinq jours), cible uniquement les zones opérées. L’efficacité est remarquable.»

Pour certains petits cancers un traitement peropératoire

Les protocoles de radiothérapie ne cessent de s’améliorer et, dans les années à venir, les patientes de plus de 60 ans atteintes d’un cancer de moins de 2 centimètres sans envahissement ganglionnaire et de bon pronostic seront sans doute celles qui bénéficieront le plus des nouvelles techniques. Chez elles, un traitement dans un même temps opératoire associant chirurgie et radiothérapie est déjà utilisé dans certains centres spécialisés. «La procédure (encore à l’étude), explique le Dr Céline Bourgier, consiste juste après l’exérèse de la tumeur à mettre en place dans la zone opérée un applicateur (en forme de boule) relié à un appareil d’accélérateurs spécifique. Durant vingt minutes, il irradie les tissus qui entouraient le cancer. Le traitement local est donc effectué le même jour.»



La chimiothérapie ciblée:des missiles à tête chercheuse

Les drogues de chimiothérapie administrées par voie veineuse sont destinées à bloquer la croissance des cellules cancéreuses ou à les tuer. «Dans la majorité des cas, explique le Dr Spielmann, on prescrit une chimiothérapie dans un but préventif après l’exérèse de la tumeur. Une étape importante a été franchie ces dernières années avec l’arrivée des thérapies ciblées, qui atteignent spécifiquement les cellules malignes grâce à des drogues adaptées à chaque type de cancer.» Pour lui, comme pour le Pr Piccart, l’un des plus grands progrès a été la découverte de médicaments dirigés spécifiquement sur les tumeurs porteuses du récepteur HER2. «Le chef de file des thérapies ciblées contre ce récepteur, précise la spécialiste, est le trastuzumab qui, administré tôt associé à une chimiothérapie, diminue de moitié le risque de récidive et augmente les chances de guérison.

Un nouveau médicament qui se comporte comme un cheval de Troie

Un deuxième “missile” visant le HER2 à un endroit différent est le pertuzumab, qui s’est révélé prometteur (prescrit avec le trastuzumab et la chimiothérapie). Une grande étude internationale, “Aphinity”, coordonnée par notre Institut Jules-Bordet à Bruxelles, devrait démontrer la supériorité de ce protocole. Mais les progrès ne s’arrêtent pas là. Un nouveau médicament, le T-DM1, conçu de façon très intelligente, se comporte comme un cheval de Troie: il utilise le trastuzumab pour s’accrocher aux cellules cancéreuses porteuses de HER2 et y introduire un produit de chimiothérapie pour les détruire. Le résultat est remarquable: particulièrement efficace, il agit sans atteindre les cellules saines, évitant beaucoup d’effets secondaires. Ce médicament devrait compléter l’arsenal thérapeutique des cancérologues en 2013-2014.»

«Un autre grand pas en avant dans la lutte contre le cancer, explique le Dr Marc Spielmann, a été réalisé ces dernières années avec la mise au point d’une nouvelle stratégie anti-angiogenèse. Pour se former et croître, les tumeurs ont besoin de se nourrir. Pour cela, elles fabriquent et attirent à elles leurs propres vaisseaux qui leur permettent de s’alimenter. On a donc conçu des médicaments ciblés capables de détruire ces derniers afin d’affamer puis de nécroser la tumeur. Des études internationales ont démontré l’efficacité de cette stratégie avec une molécule innovante, le bevacizumab. D’autres travaux sont en cours pour mettre au point de nouveaux médicaments anti-angiogenèse, une voie de recherche prometteuse.»

1. Dr Marc Spielmann, chef de service, spécialiste du cancer du sein à l’Institut Gustave-Roussy de Villejuif.
2. Céline Bourgier, radiothérapeute à l’institut Gustave-Roussy de Villejuif.
3. Dr Daniel Zarca, chirurgien, spécialiste du cancer du sein.
4. Dr Marc-David Benjoar, chirurgien plasticien, hôpital Georges-Pompidou.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16505
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Une avancée significative (cancer du sein)   Sam 15 Juil 2006 - 8:57

Une nouvelle étude qui a été publié le 5 juillet a démontré une avancée significative pour le cancer du métastasique  chez le modèle de la souris. L'étude montre que la molécule a resté dans le sang pour 1 semaine alors que jusqu'ici les petites molécules étaient évacuées en dedans de quelques minutes.

Les résultats montrent que les souris traités avec la nouvelle molécule ont développé beaucoup moins de métastases que celles traitées avec d'autres composés similaires ou que l'anticorps seul. Ces résultats, note l'étude, sont une amélioration significative dans l'efficacité de la thérapie des antagonistes d'intégrine directement attribuable à l'approche chimique de l'anticorps.


Dernière édition par Denis le Ven 11 Aoû 2017 - 11:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une avancée significative (cancer du sein)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une avancée significative (cancer du sein)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La constante de la régression n'est pas significative!!
» S'engager au sein d'une association/Soutenir une cause
» Le parler de l'île de Sein

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: