AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Nouveau traitement JX594

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement JX594   Sam 1 Fév 2014 - 18:54

Le 7e congrès sur les hépatites, qui vient de se tenir à Paris, s’est conclu sur l’espoir d’éradiquer dans un futur proche l’hépatite C. En effet, l'arrivée prochaine de deux nouveaux médicaments, le simeprevir, qui appartient à la deuxième vague des inhibiteurs de protéase du virus, et le sofosbuvir, premier inhibiteur de la polymérase du virus de l’hépatite C, constitue une rupture thérapeutique majeure.

Ces deux médicaments bloquent de façon puissante la multiplication du virus, et ils sont tous les deux extrêmement bien tolérés. L’un et l’autre peuvent être combinés à l’interféron alpha et à la ribavirine.

Pour les malades infectés par un virus de génotype 1, le taux de guérison avec le simeprevir est alors de l’ordre de 80 % après 24 semaines de traitement ; il est de l’ordre de 90 % avec le sofosbuvir après 12 semaines de traitement.

Maladie infectieuse transmissible par le sang qui se caractérise par une inflammation du
, l'hépatite C toucherait 500 millions de personnes dans le monde et 300 000 en France. Chaque année, entre 3 000 et 4 000 personnes sont nouvellement contaminées.

Problème supplémentaire, de nombreux malades ignorent qu’ils sont atteints, l'infection étant souvent silencieuse. En l’absence de traitement, l’hépatite C peut évoluer en cirrhose et en cancer du foie et les médicaments existants ne sont pas efficaces sur tous les patients.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement JX594   Lun 11 Fév 2013 - 11:22

Un virus modifié, spécialement conçu pour cibler des cellules cancéreuses, a permis de prolonger de manière significative la vie de 30 patients atteints d'un cancer du au stade terminal, selon une étude américaine.

Les seize patients souffrant d'un carcinome hépatocellulaire (CHC, ou hépatocarcinome) qui avaient reçu les doses les plus élevées du virus Pexa-Vec (ou JX-594) ont survécu 14,1 mois en moyenne contre 6,7 mois pour les 14 patients qui avaient reçu des doses plus faibles.

«C'est la première fois dans l'histoire de la médecine que nous avons pu montrer qu'un virus issu du génie génétique pouvait améliorer la survie de patients atteints du cancer» a déclaré à l'AFP David Kirn, l'un des coauteurs de l'essai.

Mis au point par la société américaine de biothérapie Jennerex, le virus a été testé lors d'un essai clinique qui a duré quatre semaines au total et dont les résultats sont publiés dans la revue britannique Nature Medicine.

«En dépit d'avancées dans le traitement du cancer au cours des 30 dernières années, notamment grâce à la chimiothérapie, la majorité des tumeurs solides restent incurables une fois qu'elles produisent des métastases», relèvent les auteurs.

Le virus Pexa-Vec a été fabriqué à partir du virus de la vaccine, utilisé depuis des décennies comme un vaccin, notamment contre la variole. Il a été conçu «pour multiplier et par la suite détruire les cellules cancéreuses, tout en renforçant le système immunitaire du patient» précise M. Kern.

Selon un communiqué de la société Jennerex, les résultats publiés montrent que le traitement est capable de «réduire la taille de la tumeur» et d'augmenter sensiblement la survie des patients «avec des effets secondaires de courte durée, transitoires et gérables». Il s'agit principalement de symptômes de type grippal qui durent un ou deux jours.

D'autres études devront être effectuées pour confirmer les premiers résultats. Une étude impliquant 120 patients est d'ores et déjà en cours, selon les auteurs de l'article.

Jennerex souligne que le virus Pexa-Vec, administré soit directement dans les tumeurs soit par intraveineuses a donné des premiers résultats encourageants pour d'autres cancers ( , , et mélanome ) lors d'essais en phase 1 et 2 sur un total de 200 patients.

La société française de biotechnologies Transgene, dont le principal actionnaire est l'Institut Mérieux, a conclu en 2010 un accord de partenariat avec Jennerex pour le développement du Pexa-Vec et sa commercialisation exclusive en Europe, en ex-URSS et au Moyen-Orient.

cyberpresse

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement JX594   Lun 17 Sep 2012 - 10:01

Le marché salue les résultats intermédiaires positifs obtenus par Transgene, en partenariat avec l’américain Jennerex Biotherapeutics, lors d’une étude clinique portant sur le JX594/TG6006 dans le traitement du cancer du . Ces résultats ont été présentés lors du congrès annuel de l’association internationale ILCA qui se tenait ce week-end à Berlin, en Allemagne.

Les travaux de phase II (sur un total de trois avant mise sur le marché d'un médicament) concernaient des patients atteints d’un cancer du foie avancé réfractaires au sorafenib, médicament généralement utilisé pour cette pathologie. Ils visaient à établir la sécurité de l’administration du traitement, suivi de sorafenib, et son efficacité sur la maladie. « Ce traitement séquentiel a été bien supporté par les patients avec pour seuls effets secondaires associés à JX594/TG6006 quelques symptômes passagers de type grippal ainsi que des leucopénies passagères », soit une diminution du nombre de globules blancs, se félicite Transgene, qui salue la possibilité d’une administration par voie intra-veineuse. « La preuve d’une activité anti-tumorale a été observée tant chez des patients n’ayant jamais reçu le sorafenib auparavant que chez ceux qui n’y répondaient pas », poursuit le communiqué.

« Ces données, couplées aux résultats à venir des trois études cliniques en cours, ouvrent la voie de l’étude de phase III dans le cancer du foie que nous préparons », commente Philippe Archinard, PDG de Transgene.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement JX594   Mer 25 Juil 2012 - 9:47



Le nouvel essai de Phase II est une étude multinationale, ouverte, comportant un seul bras d’évaluation de JX594/TG6006 administré en infusion intraveineuse hebdomadaire à des patients atteints de HCC avancé n’ayant pas été antérieurement traités avec le sorafenib. L’objectif principal de l’étude est de déterminer par radiographie le taux de réponse par rapport aux critères RECIST et Choi. Les patients seront ensuite suivis en termes de survie sans progression et de survie globale. L’étude est menée dans des centres cliniques en Corée du Sud, aux Etats-Unis et en Europe. Pour plus d’informations sur l’étude ainsi que sur TRAVERSE, voir le site (en anglais) www.clinicaltrials.gov.

« i>Nous sommes heureux de pouvoir annoncer le traitement du premier patient dans cette étude » a indiqué Philippe Archinard, Président-Directeur Général de Transgene SA. Il a jouté : « Cette étude complète notre programme étendu d’essais cliniques de Phase II. Le régime d’administration répétée de JX594/TG6006 par voie intraveineuse va nous permettre d’évaluer ce produit en termes de sécurité et d’activité anti-tumorale en traitement systémique. A long terme, cela pourrait nous permettre de positionner le produit au-delà des indications en HCC dans d’autres pathologies métastatiques qui requerront probablement des modalités de traitement systémique. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement JX594   Mer 21 Déc 2011 - 16:14

Transgene et Jennerex annoncent l'inclusion du premier patient dans l'étude clinique de phase IIa de JX594/TG6006 en cancer du .

L'étude, qui bénéficie d'un financement par l'Institut de l'Ontario pour la recherche contre le cancer, est menée par le Dr Rebecca Auer, chirurgien-oncologue à l'Hôpital d'Ottawa, au Canada, chercheur associé de l'Institut de Recherche de l'Hôpital d'Ottawa (OHRI) et professeur-assistant en chirurgie de l'Université d'Ottawa.

'Cette étude va nous permettre d'évaluer l'utilisation de JX594/TG6006 chez des patients atteints de cancer colorectal opérable, étendant potentiellement son rôle dans le continuum du traitement de la maladie', indique le Dr David Kirn, directeur médical de Jennerex.

'Nous pensons que JX594/TG6006 a un rôle à jouer à plusieurs stades de traitement de cancers et attendons avec intérêt les résultats de la présente étude ainsi que TRAVERSE, une étude de phase IIb plus vaste, en cours chez des patients atteints de carcinome hépatocellulaire avancé', ajoute-t-il.

Environ 20 patients atteints de cancer colorectal avec métastases au foie seront inclus dans cette étude clinique de phase IIa.

Ils recevront une injection unique, par voie intra-veineuse ou intra-tumorale, de JX594/TG6006 deux semaines avant l'intervention chirurgicale.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement JX594   Ven 4 Nov 2011 - 9:13

Transgene a annoncé vendredi le recrutement d'un premier patient pour un programme d'essais cliniques de phase IIb sur un traitement du cancer du développé avec l'américain Jennerex.

L'étude, baptisée 'Traverse', doit permettre d'évaluer les effets du JX594/TG6006 dans le traitement du cancer du foie avancé, ou carcinome hépatocellulaire ('HCC'), chez les patients dont le traitement par Nexavar - le seul médicament jusqu'ici approuvé pour le traitement de la maladie - a échoué.

120 patients atteints de cancer du foie avancé doivent être recrutés dans le cadre de l'étude, qui sera conduite dans environ 45 sites à travers le monde (Amérique du Nord, Corée du Sud, Taïwan, Hong Kong et Europe).

L'objectif principal est d'évaluer le bénéfice en termes de survie globale des patients atteints de cancer du foie avancé recevant à la fois JX594/TG6006 et le traitement palliatif le plus approprié, par rapport à ceux recevant ce traitement palliatif seul.

Cet évènement a déclenché le versement à Jennerex d'un paiement d'étape dont le montant n'est pas communiqué par Transgene.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement JX594   Ven 2 Sep 2011 - 13:45



Il s'appelle JX-594. C'est un virus dit « oncolytique ». Créé par une équipe de chercheurs d'Ottawa, il pourrait révolutionner les traitements contre le cancer dans un avenir pas si lointain.

La revue Nature a publié hier les résultats d'une étude menée par des chercheurs de l'Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa (IRHO), de l'Université d'Ottawa, de la firme Jennerex et d'autres partenaires. Les premiers essais sur des humains montrent que le virus JX-594 peut infecter des cellules cancéreuses et se propager aux autres cellules atteintes, sans toucher aux tissus sains.

« C'est vraiment une avancée importante, et tous les gens qui ont participé à cette étude le croient fortement », confie le Dr Jean-Simon Diallo, chercheur postdoctoral senior impliqué dans le projet.

En étant administré par intraveineuse, le virus JX-594 peut atteindre des cellules cancéreuses peu importe leur localisation dans le corps du patient, ce qui était auparavant impossible.


« Pour des gens qui ont des métastases, on peut atteindre ces métastases-là sans injecter directement dans la tumeur », explique le Dr Diallo.

Y a-t-il, grâce à cette découverte, des espoirs de survie pour des patients qui autrement seraient condamnés ? « Absolument », croit le Dr Diallo.

Premiers essais

Les premiers essais ont été réalisés sur 23 patients, dont sept de l'Hôpital d'Ottawa. Leur cancer était à un stade avancé, s'était propagé à plusieurs organes et ne répondait pas aux traitements conventionnels.

Pour sept des huit patients ayant reçu les plus fortes concentrations du virus, celui-ci s'est reproduit dans les tumeurs, sans toucher aux tissus sains. Pour six de ces huit mêmes patients, « les tumeurs avaient rétréci ou s'étaient stabilisées », souligne l'IRHO. Les effets secondaires ont été limités à des symptômes grippaux légers ou modérés pendant moins de 24 heures.

Scientifique principal à l'IRHO, le Dr John Bell et son équipe effectuent des recherches sur des virus oncolytiques depuis plus de dix ans. Pour le Dr Diallo, c'est une fierté de s'être joint à ces chercheurs.

« Je suis à la fin de mes études postdoctorales, j'ai commencé à travailler sur ce projet-là il y a quatre ans, et j'ai développé la méthode de détection du virus dans les échantillons des patients, explique-t-il. Je suis heureux que ce soit grâce à ce protocole qu'on ait pu détecter le virus dans les tissus des patients. »

Cette première phase avait comme principal objectif d'évaluer la sécurité du virus et l'impact de l'administration par voie intraveineuse. Créé à partir d'une souche du virus de la vaccine (utilisé contre la variole), JX-594 doit maintenant faire l'objet de nouvelles phases d'étude, pour tester le virus sur un plus grand nombre de patients.

Il est difficile, pour l'instant, de prédire à quel moment un véritable traitement pourrait être conçu grâce au JX-594, si les résultats des prochains essais sont concluants. « Pour l'instant, c'est encore relativement préliminaire, [...] mais si on se base sur les résultats qu'on a, je dirais que ça pourrait devenir réalité d'ici cinq ans », a mentionné le Dr Diallo.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement JX594   Mer 31 Aoû 2011 - 23:40

mercredi 31 août 2011 à 21H38 Cancer: une virothérapie «révolutionnaire» (PC)


TORONTO - Un virus contre le cancer qui peut être administré par intraveineuse semble avoir la faculté de s'attaquer aux tumeurs solides sans causer de torts aux tissus sains qui se trouvent à proximité, selon des chercheurs.

Lors d'un essai clinique préliminaire impliquant 23 patients tous atteints d'un cancer de stade avancé, les chercheurs ont administré des doses du virus JX-594, à la fois pour déterminer quel est le dosage optimal et pour vérifier si la virothérapie peut atteindre exclusivement les tumeurs solides.

Les chercheurs provenant du Canada, des États-Unis et de la Corée du Sud se sont montrés fort encouragés par leurs découvertes, qui seront publiées cette semaine dans le magazine Nature.

D'après l'un des auteurs de l'étude, le Dr John Bell, «personne auparavant n'avait été en mesure de montrer qu'ils pouvaient administrer (le virus) par intraveineuse et vérifier s'il ciblait spécifiquement les tumeurs».

D'autres se sont donc attelés à la tâche par la suite, mais sans succès, a affirmé le médecin de l'Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa.

Cette fois, «c'est vraiment une première», soutient le Dr John Bell.

«C'est la première fois que nous arrivons à démontrer que nous pouvons administrer le virus par intraveineuse et qu'il se rend effectivement là où se trouvent les tumeurs. Il se propage de façon assez satisfaisante et détruit la tumeur», explique-t-il.

Cinq concentrations différentes du virus ont été administrées aux patients, qui ont subi une biopsie huit à dix jours plus tard. Chez sept des huit patients ayant reçu les plus fortes concentrations, le virus s’est reproduit dans des tumeurs, mais pas dans des tissus sains.

«Nous en sommes aux toutes premières étapes de l’étude, avec l’administration d’une seule dose, mais les résultats sont prometteurs, a précisé le Dr Bell. Nous devrons mener d’autres essais pour déterminer si le virus peut vraiment améliorer le sort des patients.»

Le virus JX-594 a été développé par la compagnie Jennerex, une entreprise du secteur de la biothérapeutique cofondée par le Dr Bell et le Dr Kim, de San Francisco, à partir d'une souche d'un vaccin de virus vivants contre la variole.


pour plus de détails : ici

par La Presse Canadienn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement JX594   Mar 2 Aoû 2011 - 11:50

(CercleFinance.com) - Transgene annonce de concert avec son partenaire américain Jennerex Bioteherapeutics la publication d'un article de fond dans le périodique spécialisé Molecular Therapy favorable à la molécule JX594/TG6006.

Cet article expose les données de preuve de concept du mécanisme d'action du produit dans le mélanome métastatique . L'étude de preuve du concept 'mécanistique' a été conduite chez dix patients atteints de mélanome de stade IV, dont huit ont terminé l'essai. Ces patients ont reçu jusqu'à neuf injections intratumorales hebdomadaires de JX594/TG6006 à faible dose (moins de 10% des doses injectées dans les autres essais cliniques en cours). L'activité du produit a été mesurée dans les échantillons sanguins et les biopsies de tumeurs.

Selon le PDG de Jennerex, le docteur Kirn, “cet essai clinique dans le mélanome métastatique nous donne des informations supplémentaires d'importance pour le produit JX594/TG6006 et complète le développement clinique en cours de ce dernier, qui devrait entrer en essai clinique randomisé de phase II b dans le cancer avancé du foie dans les prochaines semaines”. Il a ajouté que “la réplication du JX594/TG6006 a été observée après plusieurs injections intra-tumorales du produit, indiquant une preuve de concept du mécanisme d'action lors de l'administration chronique du produit.”

Pour le PDG de la biotechnologique Transgene Philippe Archinard, “ces résultats, qui s'ajoutent aux autres données publiées récemment, notamment dans le cancer du , confortent le potentiel du virus oncolytique comme solution thérapeutique nouvelle”.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement JX594   Ven 15 Juil 2011 - 13:13

Une nouvelle combinaison de médicaments connus affiche des résultats prometteurs dans le traitement de patients dont les tumeurs du sont inopérables.

Le centre national du cancer de Singapour (NCCS) [2] vient de traiter 18 patients avec une combinaison de deux médicaments usuels : avastin, une substance anti-cancéreuse, et rapamycin, un immunosuppresseur utilisé dans les rejets de greffes du foie et du rein. L'utilisation simultanée de deux médicaments permet de limiter l'adaptation de la tumeur au traitement et ainsi d'être plus effectif.

Ce cocktail de deux médicaments a d'abord été identifié et testé en laboratoire sur des centaines de souris. Aujourd'hui, les résultats sur les patients ont montré une disparition complète de la tumeur chez l'un des patients, une diminution de la taille de la tumeur chez deux autres et une stabilisation de la croissance tumoral chez sept autres patients. En moyenne, le taux de survie a été amélioré de 17 mois.

Devant ces signes encourageants, l'équipe d'endocrinologie moléculaire de NCCS est en train de recruter une cinquantaine de patients pour passer à la deuxième étape : affiner le dosage de ce cocktail.

Le traitement du cancer du foie est particulièrement important à Singapour car la prévalence de ce cancer est extrêmement forte dans la région. Le cancer du foie est particulièrement virulent et neuf tumeurs sur dix ne sont pas opérables.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement JX594   Ven 27 Mai 2011 - 14:20

Cette étude, conduite chez des patients atteints de cancer du foie à un stade avancé, montre que la mortalité des patients recevant le produit JX594/TG6006 à la dose la plus élevée était diminuée de plus de 50% par comparaison avec celle des patients recevant le même produit à une dose plus faible.

Au total, 30 patients ont été inclus dans l'étude HEP007, aux Etats-Unis, au Canada et en Corée du Sud.

"Nous sommes encouragés par les résultats de survie globale prometteurs présentés aujourd'hui. Le bénéfice clinique de survie observé chez des patients atteints de cancer du avancé nous met en confiance pour poursuivre l'évaluation de JX594/TG6006 dans des études cliniques à plus grande échelle dans cette population, pour laquelle le besoin médical non satisfait est très important", a indiqué le Dr Kirn, PDG de Jennerex.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement JX594   Jeu 26 Mai 2011 - 13:53

JX594/TG6006?une nouvelle étude randomisée sur le point de démarrer : David Kirn est revenu sur les données communiquées la semaine dernière à la réunion annuelle de l'ASGCT (American Society of Gene and Cell Therapy). Il a confirmé que des données additionnelles de cet essai, et notamment les données de survie, devraient faire l'objet d'une communication plus tard cette année dans le cadre d'un congrès médical majeur. Le Dr Kirn a de plus indiqué que le protocole clinique de TRAVERSE, un essai de phase IIb randomisé de JX594/TG6006 en seconde ligne de traitement de l'hépatocarcinome (environ 120 patients), a été approuvé aux Etats-Unis ; les premiers patients devraient être recrutés cet été et les résultats intermédiaires sont attendus pour fin 2012.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement JX594   Jeu 19 Mai 2011 - 13:21

Jennerex Biotherapeutics, société de biotechnologie spécialisée dans le développement de virus oncolytiques pour le traitement des cancers, et Transgene, société de biotechnologie spécialisée dans le développement de produits d'immunothérapie, dont les vaccins thérapeutiques et les virus oncolytiques, annoncent la présentation, aujourd'hui, de données intermédiaires de l'étude 'HEP007', un essai clinique de phase II avec JX594/TG6006 dans l'hépatocarcinome (cancer du foie).

Cette étude, conduite chez des patients atteints de cancer du foie à un stade avancé, montre que la mortalité des patients recevant le produit JX594/TG6006 à la dose la plus élevée était diminuée de plus de 50% par comparaison avec celle des patients recevant le même produit à une dose plus faible.

Au total, 30 patients ont été inclus dans l'étude HEP007, aux Etats-Unis, au Canada et en Corée du Sud.

'Nous sommes encouragés par les résultats de survie globale prometteurs présentés aujourd'hui. Le bénéfice clinique de survie observé chez des patients atteints de cancer du avancé nous met en confiance pour poursuivre l'évaluation de JX594/TG6006 dans des études cliniques à plus grande échelle dans cette population, pour laquelle le besoin médical non satisfait est très important', a indiqué le Dr Kirn, PDG de Jennerex.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement JX594   Ven 13 Mai 2011 - 22:55

L'Agence américaine des médicaments (FDA) a approuvé vendredi, pour la première fois depuis plus d'une décennie, la mise sur le marché d'un nouveau traitement contre l'hépatite C, le Victrelis du laboratoire Merck, qui doit être pris en plus de deux autres médicaments.


Également connu sous le nom de bocéprévir , ce médicament appartient à une nouvelle classe d'antiviraux qui neutralisent une enzyme permettant au virus de l'hépatite C (VHC) de se multiplier.


Les études ont montré qu'il permettait d'améliorer «significativement» le taux de guérison, souligne la FDA.

Ce médicament avait reçu le mois dernier le soutien unanime des 18 membres d'un comité d'experts indépendants dont les recommandations sont généralement suivies par la FDA.

«Le Victrelis représente une nouvelle avancée importante pour les patients souffrant d'hépatite C», a déclaré Edward Cox, un responsable de la recherche sur les médicaments à la FDA, expliquant qu'il «fournit un traitement efficace pour une maladie grave et offre de meilleures chances de guérison aux patients souffrant d'hépatite C que les thérapies actuellement disponibles».

Ce nouveau médicament doit être combiné avec du peginterferon et du ribavirine pour traiter des patients atteints d'hépatite C chrinique de génotype 1.

Seuls la moitié des patients soufrant d'hépatite C reçoivent actuellement un traitement médicamenteux.

Le Victrelis a été testé au cours de deux essais cliniques de phase III. Les participants traités avec du bocéprévir ont montré des taux nettement plus élevés de réponse virologique soutenue, à savoir la disparition des traces du virus dans le sang.

Il n'existe actuellement aucun vaccin contre l'hépatite C, qui touche plus de 170 millions de personnes dans le monde. Souvent détectée des années après la transmission, cette infection évolue vers la cirrhose ou le cancer du et se traduit par 350 000 décès par an dans le monde.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement JX594   Mar 5 Avr 2011 - 10:43

05/04/11 08:00

Jennerex et Transgene annoncent des données cliniques positives avec JX594/TG6006 dans le cancer du

Regulatory News:

Jennerex, Inc., société de biotechnologie spécialisée dans le développement de virus oncolytiques, une nouvelle classe thérapeutique, pour le traitement des cancers, et Transgene (Paris:TNG) (NYSE Euronext Paris : FR0005175080), société de biotechnologie spécialisée dans le développement de produits d'immunothérapie, dont les vaccins thérapeutiques et les virus oncolytiques, annoncent aujourd'hui que de nouvelles données d'études de phase I et II avec JX594/TG6006 ont fait l'objet d'une communication orale au 46ème congrès européen des maladies du foie (Annual Meeting of the European Association for the Study of the Liver, « EASL ») qui s'est tenu du 1er au 4 avril à Berlin.

Les données de l'abstract #LB-283, intitulé : « JX594, un poxvirus oncolytique ciblé au mécanisme d'action multiple, est bien toléré et montre une activité anti-tumorale chez des patients atteints d'un cancer primaire du foie et de métastases hépatiques », ont été présentées par le Dr. Caroline Breitbach, directeur de la recherche translationnelle de Jennerex, Inc.

« Nous sommes ravis d'avoir présenté ces données à l'EASL, car elles montrent à nouveau que JX594/TG6006 peut être administré en traitement des tumeurs primaires du foie ainsi que des métastases hépatiques sans problème de tolérance, les symptômes grippaux classiques de l'immunothérapie étant les principaux effets secondaires observés » indique le Dr. David Kirn, Présidentet CEO de Jennerex, Inc. Il ajoute : « L'activité anti-cancéreuse continue par ailleurs d'être clairement démontrée dans un certain nombre de tumeurs ».

Philippe Archinard , Président et Directeur Général de Transgene, ajoute : « Nous attendons désormais de pouvoir publier des données cliniques supplémentaires attendues de deux autres essais cliniques en cours chez des patients atteints de cancer du foie avancé, une étude de phase II randomisée évaluant la survie dans deux groupes de patients ayant reçu des doses différentes de JX594/TG6006, et une étude de phase II évaluant le produit en combinaison avec sorafenib ».

Données cliniques :

Les données présentées ont été obtenues sur 35 patients atteints d'hépato-carcinome (« HCC »), un cancer primaire du foie, ou de métastases hépatiques (incluant des cancers colorectaux, des mélanomes et des cancers du rein). Tous les patients ont reçu des injections intra-tumorales de JX594/TG6006 (jusqu'à 8 injections). Chez 23 patients (66% des patients évaluables), une nécrose tumorale significative selon le critère Choi modifié (diminution de la densité tumorale visible au scanner) a été observée. Des nécroses selon ce même critère Choi ont également été mises en évidence dans les tumeurs non injectées, confirmant des données déjà obtenues avec JX594/TG6006. Chez 7 patients (20% des patients évaluables), une réponse objective selon le critère RECIST (« Response Evaluation Criteria in Solid Tumor »), incluant deux réponses complètes observées sur le long terme, a également été observée. 20 patients (57% des patients évaluables) ont vu leur maladie stabilisée selon le même critère RECIST.

A propos de JX594/TG6006:

JX594/TG6006 est un virus oncolytique modifié pour cibler et détruire spécifiquement les cellules cancéreuses. JX594/TG6006 attaque les tumeurs via trois mécanismes d'action : la lyse cellulaire par la réplication sélective du virus dans les cellules tumorales, le blocage de la vascularisation de la tumeur et la stimulation de la réponse immunitaire contre la tumeur (immunothérapie active). Les essais cliniques de phase I et II dans différents types de tumeur ont montré que JX594/TG6006, injecté de manière intra-tumorale ou de façon systémique, est bien toléré par les patients et entraîne une réduction de la masse tumorale et/ou une nécrose. Des réponses objectives ont été mises en évidence dans un certain nombre de tumeurs, et notamment des cancers du , du , du , des s et de la (mélanome).

Transgene a acquis en septembre 2010 les droits de développement et de commercialisation du JX594/TG6006 en Europe, CEI et Moyen-Orient. Green Cross Corporation, une société coréenne spécialisée dans la production, le développement et la commercialisation de vaccins et autres produits biologiques, détient les droits du JX594/TG6006 pour la Corée du Sud. Lee Pharma, une société hongkongaise, détient les droits similaires pour la Chine et Hongkong. Jennerex, Inc. détient les droits du produit pour les autres territoires, dont les Etats-Unis.

A propose du cancer du foie et du carcinome hépatocellulaire (HCC) :

Le carcinome hépatocellulaire est classé au cinquième rang des cancers en incidence et au troisième rang mondial de la mortalité due au cancer, avec environ 660 000 décès par an. La plupart des HCC se développent sur le terrain de cirrhoses chroniques ; dans les pays ayant la plus forte incidence d'HCC, en Afrique et en Asie orientale, la majorité des cas sont liés à l'hépatite B ; dans les pays occidentauxdéveloppés et au Japon, la maladie est communément liée à l'hépatite C, à l'alcoolisme et à des maladies hépatiques non liées à l'alcool causées par des syndromes métaboliques tels que le diabète et l'obésité. Les preuves d'une incidence croissante de l'HCC dans les pays occidentaux s'accumulent. Le traitement de cette maladie reste un besoin de santé publique important malgré des avancées thérapeutiques récentes, avec une médiane de survie de moins d'un an.

A propos de Transgene :

Transgene est une société bio-pharmaceutique qui conçoit et développe des produits d'immunothérapie pour le traitement des cancers et des maladies infectieuses. La société a quatre produits en développement clinique de phase II : TG4010 , TG4001 , TG4040 et JX594/TG6006, et un produit en développement clinique de phase I : TG4023. Transgene a conclu des accords stratégiques pour deux de ses produits:

une option sur licence avec Novartis pour le développement du vaccin thérapeutique TG4010 pour le traitement de différents cancers, et
un accord de licence de la société américaine Jennerex Biotherapeutics, Inc. pour le développement et la commercialisation de JX594/TG6006, un virus oncolytique.

Transgene est une société intégrée verticalement qui dispose de capacités de fabrication de vecteurs viraux. Pour de plus amples renseignements sur Transgene, consulter son site internet www.transgene.fr.

A propos de Jennerex :

Jennerex est une société biothérapeutique austade clinique, qui se concentre sur le développement et la commercialisation de produits oncolytiques ciblés, innovants et constituant une percée dans le traitement de cancers. Le produit le plus avancé de la société, JX594, est actuellement testé dans deux essais cliniques de phase intermédiaire chez des patients atteints de cancer primaire du foie : un essai de phase II, international, à répartition aléatoire, pour l'évaluation du rapport dose/réponse et une étude de phase II en combinaison avec sorafenib. Les résultats publiés des études antérieures, destinées à établir la dose optimale et le niveau de sécurité de JX594, ont montré sa capacité à cibler sélectivement divers types de tumeurs cancéreuses communes. JX594 et d'autres produits en développement sont conçus pour attaquer le cancer à travers trois mécanismes d'action différenciés : la lyse des cellules cancéreuses par la réplication virale, la réduction de l'alimentation sanguine des tumeurs par le ciblage et la destruction vasculaire et la stimulation du système immunitaire contre les cellules cancéreuses. Jennerex est basé à San Francisco et réalise des opérations de recherche et développement à Ottawa (Canada) et Pusan (Corée du Sud). Pour plus d'information, consulter www.jennerex.com.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement JX594   Ven 1 Avr 2011 - 12:22

(Tradingsat.com) - BioAlliance Pharma grimpe de 3,3% à peu plus 5,9 euros vendredi à mi-séance, suite à l'annonce de résultats préliminaires très intéressants pour son anti-cancéreux Livatag.

Evalué chez des patients souffrant d'un carcinome hépatocellulaire - cancer primitif du foie, la troisième cause de mortalité par cancer dans le monde - à un stade avancé, le produit a permis une augmentation significative de la durée de survie.

« Le suivi de l'essai de phase II montre une survie médiane augmentée de 32 mois pour le groupe Livatag®, comparée à 15 mois pour les patients ayant reçu un traitement de référence (chimioembolisation transartérielle avec un produit cytotoxique) », explique BioAlliance.

Pour la société, cette augmentation de 17 mois « renouvelle considérablement l'intérêt pour ce produit alors que l'essai a été suspendu ». Le Drug Safety Monitoring Board (comité indépendant de sécurité) avait en effet relevé des intolérances pulmonaires aiguës plus élevées qu'attendu et avait demandé la suspension de cet essai clinique en 2008.

Or BioAlliance Pharma annonce justement avoir réussi en parallèle la mise au point d'un modèle d'administration intraveineuse breveté, validé chez l'animal, qui « permet de réduire de manière significative les effets secondaires pulmonaires aigus qui avaient conduit à la suspension de l'essai ».

« Nous pensons que ces résultats sont les éléments clés d'un dialogue constructif avec les autorités de santé, prenant en compte le bénéfice de survie majeur observé dans cette pathologie sévère résistante. Livatag est complètement intégré à notre stratégie de développement de produits orphelins et pourrait être un produit important dans la valorisation de la société », commente Dominique Costantini, la directrice générale de BioAlliance Pharma.

« Les besoins thérapeutiques sont très importants dans le traitement du cancer primitif du » rappellent aujourd'hui les analystes de CM-CIC Securities, qui confirment leur opinion d' « Achat » et leur objectif de cours de 10 euros sur BioAlliance. Le broker pense que « le nouveau schéma d'administration [du Livatag] [...] devrait offrir une seconde vie à ce médicament ».

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement JX594   Mar 22 Mar 2011 - 12:08

Le développement du produit JX594/TG6006 se poursuit conformément au plan. Le recrutement du premier patient de la Phase IIb (120 patients) en deuxième ligne de traitement chez des patients atteints d'hépato-carcinome métastatique (cancer du foie) est attendu pour mi-2011. Une phase I/II dans le cancer métastatique colorectal débutera au troisième trimestre de 2011.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement JX594   Ven 4 Fév 2011 - 16:50

A l'occasion de la journée mondiale contre le cancer, Jessica Zucman-Rossi, brillante professeure en oncologie à l'hôpital Saint-Louis (Paris), décortique le parcours médical des patients atteints d'une tumeur du . Les innovations s'avèrent précieuses.

Si André Malraux était encore parmi nous, il aurait (peut-on rêver?) probablement modifié ses prédictions sur le XXIe siècle pour le qualifier de siècle de la cancérologie. Depuis le début des années 2000, chaque jour connaît son lot de découvertes scientifiques. Même sur des tumeurs difficilement détectables, situées sur des organes profonds (foie, ...), la science offre parfois de menus espoirs. Depuis 2008, quelques innovations permettent de multiplier jusqu'à deux l'espérance de vie des patients.

Dépistage succinct

Pas de dépistage à grande échelle pour les tumeurs hépatiques. Pour trois raisons. Que la professeure Zucman-Rossi détaille:

- "La première est strictement numéraire: seuls 6000 nouveaux cas par an sont détectés en France, contre 50 000 pour le sein (en 2005).

- La deuxième raison est tout aussi cartésienne: les patients qui développent un cancer du foie sont issus, pour la plupart, de populations à risque bien identifiées: ceux qui ont contracté au cours de leur vie une hépatite virale, B ou C, et ceux qui sont atteints de cirrhose (liée à l'alcool ou à une hépatite). Ils bénéficient d'un suivi médical constant, qui inclut un dépistage quasi systématique.



Stop Alcool!

Les médecins insistent dès lors sur la prévention. Selon eux, l'alcool est la principale cause des tumeurs du foie. La Ligue contre le cancer s'associe souvent aux campagnes anti-alcool. L'oncologue Jessica Zucman-Rossi ne remet pas en cause le sacro-saint "un verre de vin par jour est bon pour la santé", mais son avertissement est sans appel: "Cet adage se limite strictement à un seul verre par jour, pour l'homme. La femme, elle, a plus de prédispositions au développement du cancer en général. La consommation excessive d'alcool, véritable fléau de santé publique, est à combattre absolument."

Nouvelle chimio et radiofréquence

"Pour les cancers avancés (moins de 20% de survie à 5 ans), un traitement a fait la preuve de son efficacité en 2008: le Sorafenib , un médicament utilisé en chimiothérapie, rappelle le Pr Zucman-Rossi. Il allonge l'espérance de vie de 2 à 3 mois, ce qui est considérable dans cette pathologie. Avant 2008, aucune molécule ne permettait de lutter efficacement contre la prolifération des cellules cancéreuses du foie.

Dans la majorité des cancers, un diagnostic précoce garantit au mieux les chances de survie. Une tumeur de moins de 5 centimètres, solitaire et non métastasée, sera prise en charge plus facilement. La chirurgie permet d'afficher un taux de survie à 5 ans chez 40% des patients opérés. Mais cette thérapie ne concerne que 1200 malades par an.

Une nouvelle technique, mise au point au début des années 2000, enregistre également des résultats probants: l'ablation de la tumeur par radiofréquence. Une aiguille est enfoncée dans la tumeur, pour la brûler, la détruire, au moyen d'un courant électrique alternatif à haute fréquence.

Toujours dans le cas où la tumeur est petite, et face à une cirrhose avancée, la transplantation peut aussi être envisagée. Mais elle n'intéresse qu'une petite minorité de malades, qui verront tout de même leurs chances de survie atteindre les 80%. Une centaine de molécules font actuellement l'objet d'essais cliniques. Les résultats sont irrémédiablement liés à l'urgence d'identifier les différents types de cancer du foie. La Ligue contre le cancer s'investit depuis plusieurs années dans l'établissement d'un catalogue de classification moléculaire."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement JX594   Sam 18 Déc 2010 - 7:58

Jennerex, Inc., société américaine de biotechnologie spécialisée dans le développement de produits oncolytiques ciblés innovants dans le domaine du cancer, et Transgene (NYSE Euronext Paris: FR0005175080) (Paris:TNG), société intégrée de biotechnologie spécialisée dans le développement de produits d'immunothérapie, annoncent que le traitement de patients recrutés dans le cadre d'un essai de phase Ib avec JX-594 dans le cancer colorectal métastatique (« mCRC ») a démarré. L'étude va être réalisée en Corée du Sud, pays pour lequel les droits sur le produit ont été licenciés à la société Green Cross Corporation.

« Le démarrage de cette étude marque une étape importante dans le développement de JX-594 dans une seconde indication majeure en oncologie. Le nombre de patients atteints d'un cancer colorectal pour lesquels les traitements existants ont échoué ou ne sont pas adaptés est élevé et en augmentation, et nous pensons que JX-594, avec son mécanisme d'action unique et la réponse anti-tumorale observée en modèle pré-clinique dans ce type de cancer, pourrait apporter une nouvelle option thérapeutique aux patients » dit le Dr. David H. Kirn, DG de Jennerex, Inc.

« Le design de cette étude repose sur notre expérience conjointe ainsi que sur les données cliniques préliminaires encourageantes obtenues avec JX-594 dans le cancer du foie » dit Philippe Archinard, P-DG de Transgene. Il ajoute : « Il s'agit d'un jalon important pour le produit dans la mesure où nous allons tester l'administration intraveineuse répétée de JX -594 ».

L'étude en escalade de doses administrées par voie intraveineuse est conduite au Samsung Cancer Center de Séoul, Corée du Sud. L'étude devrait inclure 15 patients atteints de cancer colorectal métastatique ayant précédemment été traités par la chimiothérapie (oxaliplatin et irinotecan) et dont les tumeurs présentent des mutations dans l'oncogène k-ras et/ou sont réfractaires au traitement par Erbitux. Les patients inclus dans cette étude vont recevoir, à l'une des trois doses de l'étude, deux fois par semaine des injections de JX-594 par voie intraveineuse afin d'évaluer la sécurité d'utilisation, la tolérance et la dose maximum tolérée du produit.

A propos de JX-594:

JX-594 est un virus oncolytique modifié, breveté, conçu pour cibler sélectivement les cellules cancéreuses et les détruire. JX-594 est construit pour attaquer le cancer à travers trois mécanismes différents d'action : la lyse des cellules cancéreuses par réplication virale, la diminution de l'alimentation sanguine des tumeurs par le ciblage et la destruction de la vascularisation et la stimulation de la réponse immunitaire contre les cellules cancéreuses. Les essais de phase I et II dans de multiples types de cancers ont à ce jour montré que JX-594, administré tant en intra tumoral que par voie systémique, induit une réduction et/ou une nécrose des tumeurs et est bien toléré par les patients. Une réponse tumorale objective a été démontrée dans divers cancers, dont les cancers du foie, du côlon,du rein, du poumon et le mélanome.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement JX594   Jeu 9 Sep 2010 - 10:29

Des chercheurs du CNRS et de l'Inserm ont mis en évidence une pratique d'immunothérapie pour lutter contre le cancer du foie, dont la cirrhose en est le premier symptôme. Cette méthode consiste en l'injection dans le muscle d'un antigène, l'Alpha-Foetoprotéine (AFP), qui stimule les défenses immunitaires de l'organisme et détruit la tumeur maligne. Ces résultats, rendus publics ce mercredi 8 septembre, sont publiés dans la revue The Journal of Hepatology.



L'équipe de chercheurs a lancé en 2010 un essai clinique de thérapie cellulaire chez des patients atteints de carcinome hépatocellulaire, plus communément appelé cancer du foie.

Cette technique thérapeutique représenterait notamment de nombreux avantages comme une facilité de production, un coût réduit et la stabilité. Ces résultats pourraient se traduire par le développement de vaccins à ADN.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement JX594   Mer 8 Sep 2010 - 16:25

Merci d'être attentive, j'Avais fait une mauvaise manipulation et je n'avais pas copié entièrement...là c'est fait.

ok

D'autant plus que sur le même copié/collé, j'avais été le mettre sur un petit forum ou les gens ont le cancer du rein ou du foie. J'ai été rectifié mn erreur là aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
agathe



Nombre de messages : 659
Date d'inscription : 19/08/2010

MessageSujet: Re: Nouveau traitement JX594   Mer 8 Sep 2010 - 15:56

et un possible... ? ( il me semble qu'un mot ou deux se sont "échappés" , à la fin ... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement JX594   Mer 8 Sep 2010 - 13:11

Le médicament de Jennerex, connu actuellement sous le nom de JX-594, n'est pas encore entré dans la dernière étape précédant une possible autorisation, celle des études de phase 3. Mais selon Transgene, il a déjà démontré son efficacité et sa sécurité d'emploi dans le traitement de certains cancers comme le cancer du foie, ou hépatocarcinome.

Cette molécule représente un concurrent potentiel du Nexavar, un produit du groupe chimique et pharmaceutique allemand Bayer AG (BAYN.XE). Ce médicament génère un chiffre d'affaires annuel de plus de 800 millions de dollars en Europe, selon Philippe Archinard, sur un marché qui connaît de forts besoins médicaux non satisfaits.

"Les premières données [sur le JX-594] sont très prometteuses et supérieures à la performance actuelle du Nexavar. Mais elles doivent encore être confirmées par d'autres études", a ajouté le PDG de Transgene lors d'un entretien téléphonique avec Dow Jones Newswires.

Pour acquérir les droits du JX-594 en Europe, dans les pays de la CEI et au Moyen-Orient, Transgene a accepté de payer jusqu'à 116 millions de dollars à Jennerex et de financer certaines études cliniques. Il a également acquis une participation minoritaire dans son partenaire américain pour environ 5 millions de dollars.

Le groupe français a indiqué qu'il comptait lancer une première étude de phase 3 en 2012, avant un dépôt de demande d'autorisation en 2014 et un possible lancement sur le marché en 2015.


Dernière édition par Denis le Mer 8 Sep 2010 - 16:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement JX594   Mar 8 Déc 2009 - 16:21

Doxorubicine Transdrug®: Amélioration significative de la durée de survie des patients atteints d'un carcinome hépatocellulaire avancé dans un essai clinique de phase II


BioAlliance Pharma SA (Paris:BIO), société dédiée au traitement du cancer et du SIDA et aux soins de support, annonce ce jour avoir obtenu des résultats positifs en termes de survie dans son essai de phase II doxorubicine Transdrug® dans le carcinome hépatocellulaire avancé (cancer primitif du foie).

Doxorubicine Transdrug® est un traitement sous forme de nanoparticules administrées par voie intra-artérielle qui a obtenu le statut de médicament orphelin en Europe et aux Etats-Unis. Il est évalué dans le traitement du carcinome hépatocellulaire à un stade avancé qui représente une des causes principales de mortalité parmi les cancers.

L'essai de phase II mené par BioAlliance Pharma montre un taux de survie de 88,9 % après 18 mois de traitement chez les malades ayant reçu les trois injections de doxorubicine Transdrug® par voie artérielle hépatique tel que prévu dans le protocole. Ce résultat est clairement plus élevé que le taux de 54,5 % observé chez les malades ayant reçu le traitement standard (en général une chimioembolisation contenant un cytotoxique administré par voie artérielle hépatique).

Sur la base de ces résultats, BioAlliance Pharma souhaite développer de nouvelles approches avec doxorubicine Transdrug® tout en diminuant les effets secondaires respiratoires qui avaient conduit à la suspension de l'essai.

« BioAlliance Pharma valorise ainsi son savoir-faire breveté de ciblage nanotechnologique Transdrug®», commente Dominique Costantini, Président du Directoire de BioAlliance Pharma. « Nous mettons en pratique ce savoir-faire innovant à l'échelle industrielle et appliqué à différents cancers, avec en particulier l'irinotecan oral, limité aujourd'hui à la voie intraveineuse. BioAlliance Pharma vise à améliorer le rapport bénéfice/risque du produit et a récemment présenté des résultats précliniques positifs par voie orale dans des congrès internationaux », ajoute Dominique Costantini.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Nouveau traitement JX594   Mer 26 Juil 2006 - 18:21

A l'occasion du 12e symposium international sur l'hépatite virale et les maladies du foie qui se tient à Paris du 1er au 5 juillet, BioAlliance Pharma présente des « résultats prometteurs dans un essai clinique de phase I/II sur le Doxorubine Transdrug® dans le traitement du cancer primitif du foie » et annonce le lancement de la phase II/III au cours du troisième trimestre 2006. Doxorubicine Transdrug® a reçu le statut de médicament orphelin auprès de l'EMEA et de la FDA pour le traitement du carcinome hépatocellulaire, « le type le plus redoutable du cancer du foie pour lequel il n'existe pas actuellement de traitement autorisé ». Issu des nanotechnologies, ce nouveau produit est couplé à un agent chimiothérapeutique et est administré directement dans le foie du malade.


Dernière édition par Denis le Sam 1 Fév 2014 - 18:55, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nouveau traitement JX594   Aujourd'hui à 18:11

Revenir en haut Aller en bas
 
Nouveau traitement JX594
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» nouveau traitement apnée
» Nouveau traitement à l'abilify... (Aripiprazole)
» Nouveau traitement JX594
» M81 et M82 : nouveau traitement
» Nouveau traitement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: