AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les pensées automatiques (un peu de psycho...)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
diane2



Nombre de messages : 2424
Age : 71
Localisation : L'île Val D'Or à Champlain QC.
Date d'inscription : 27/09/2009

MessageSujet: Re: Les pensées automatiques (un peu de psycho...)   Mar 29 Sep 2009 - 13:25

Fil intéressant. Je ne m'y connais pas en psychologie cognitive mais c'est intéressant a lire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Plumedange



Nombre de messages : 693
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Les pensées automatiques (un peu de psycho...)   Sam 22 Aoû 2009 - 18:55

super Denis !! j'adore ta rubrique car j'étudie en permanence la spychologie
La force de la pensée est comme un grand écart, on ne le fait pas du jour au lendemain , mais dès qu'il augment ATTENTION à vos pensées...positivez!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les pensées automatiques (un peu de psycho...)   Jeu 9 Juil 2009 - 19:24

Crise économique, température déprimante, mauvaises nouvelles à répétition dans l'actualité. Vous sentez-vous déprimé? Aux personnes tentées de trouver le réconfort dans les livres de développement personnel (les How to, en anglais), et bien, fuyez!

Les phrases auto-congratulantes comme «je suis capable» ou «je suis gagnant» provoqueraient exactement l'effet contraire. Une étude canadienne confirme l'effet dépressif de ce type d'affirmations chez les gens ayant déjà une faible estime d'eux-mêmes.

Un truc pour vous remonter le moral? Donnez-vous le droit de broyer du noir, révèlent les chercheurs, reste une façon simple et saine de voir les choses du bon côté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les pensées automatiques (un peu de psycho...)   Mar 30 Déc 2008 - 0:37

Une thérapie d'approche cognitive basée sur la méditation attentive ou introspective s'avère aussi efficace que les médicaments antidépresseurs pour prévenir les rechutes chez les personnes souffrant de dépression majeure récurrente et plus efficace pour améliorer la qualité de vie, selon une recherche publiée dans le Journal of Consulting and Clinical Psychology.

Cette thérapie cible les pensées négatives et vise à aider les personnes qui ont une disposition à la dépression récurrente à stopper la spirale d'émotions négatives qui conduit à un épisode de dépression.

La recherche, dirigée par Willem Kuyken de l'Université d'Exeter, impliquait 123 participants souffrant de dépression majeure récurrente qui étaient assignés au hasard à un groupe de traitement ou un groupe de comparaison. Les participants assignés au groupe de comparaison continuaient leur traitement avec antidépresseurs.

Ceux qui recevaient le traitement participaient pendant 8 semaines à des groupes de 8 à 15 personnes et apprenaient des exercices qu'ils étaient invités à continuer à pratiquer par eux-mêmes par la suite. Plusieurs de ces exercices étaient basés sur des techniques de méditation attentive ou introspective et aidaient à prendre le temps de se concentrer sur le présent, plutôt que de s'attarder sur les événements passés ou de planifier les tâches futures.

Quinze mois après l'essai, 47% des participants ayant bénéficié de la thérapie ont vécu une rechute en dépression comparativement à 60% de ceux ayant simplement poursuivi leur traitement avec antidépresseurs. Les participants du groupe de thérapie rapportaient également une plus grande qualité de vie, en termes d'appréciation de leur vie quotidienne et de bien-être physique.

Plusieurs participants rapportaient une plus grande acceptation et un meilleur contrôle des pensées et émotions négatives.

Selon les chercheurs, cette forme de psychothérapie serait, dans le système de santé, une alternative viable aux antidépresseurs avec un rapport coût-efficacité comparable.

Quand les gens cessent de prendre les antidépresseurs, ils sont particulièrement vulnérables alors que l'approche psychothérapeutique enseigne des habiletés, commente Willem Kuyken.

Psychomédia avec source:
Eurekalert

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les pensées automatiques (un peu de psycho...)   Jeu 29 Mai 2008 - 14:00

Les pensées automatiques correspondent au niveau le plus superficiel et le plus fugace. Ce sont des monologues verbaux ou imagés que l'on se tient machinalement, une sorte de voix intérieure pas vraiment inconsciente mais qui passe le plus souvent inaperçue du fait de l'habitude. On se dit régulièrement des choses à soi-même sans s'en rendre compte.


Les croyances sont les conditionnements les plus profonds et les plus rigides. C'est pourquoi il est d'usage de commencer par examiner et questionner la partie immergée de l'iceberg, les pensées automatiques, pour accéder progressivement aux niveaux les plus profonds.

Ces idées noires nous plongent dans de sombres humeurs qui en retour sont perçues comme une preuve que les choses vont vraiment aussi mal qu'on le pense. La boucle est bouclée. Nous voilà pris au piège.


La résignation :

Humeurs dépressives, le remords, la culpabilité, la peur, l’anxiété, la haine ou le ressentiment, s’y résoudre par impuissance, fatalisme, ou découragement (comme une seconde nature), ne pas s’interroger sur les causes possibles de nos dérangements : autant d’attitudes peu compatibles avec une vision simplement saine et équilibrée de l’existence.




Les aberrations du jugement :

Dans notre langage intérieur, présence régulière d’une ou plusieurs des déformations du raisonnement.





Des problèmes de communication :

Il est recommandé de se remettre en question si nous ne savons pas quand et comment exprimer nos sentiments, si nous les réprimons constamment par crainte qu’ils ne nous trahissent ou bien encore que nous les laissons exploser à des moments inopportuns, d’une manière qui nous est préjudiciable.


L’idéalisme :

Bien que le fait de nourrir de grandes ambitions pour soi et pour le monde soit un facteur de croissance et d’évolution, s’entêter à viser des objectifs irréalistes et irréalisables (comme d’essayer de toujours satisfaire tout le monde) ne peut engendrer que souffrance et frustration.


Perte de vitesse et démotivation :

Lorsque l’on perd confiance en soi, ou que l’on sent que l’on perd confiance en soi, ou que l’on sent que l’on s’aime de moins en moins, que l’on perd le goût pour tout, que le niveau de notre motivation est en chute libre, bref si la couleur dominante de nos jours tire plutôt sur le gris, c’est le bon moment d’entreprendre un vrai travail d’introspection. Le côté positif de la situation, c’est qu’elle met en évidence un besoin, profond, qui jusqu’alors ne s’était pas manifesté.




Qui a envie d'être un robot ?


La France est un pays romantique, les USA un pays pragmatique dont les citoyens sont prêts à essayer tout ce qui marche sans état d'âme, pourvu que cela les conduise à réaliser leurs objectifs.

Bien sûr, cette affirmation est un peu réductrice, mais elle contient une bonne part de vérité. Qui a raison et qui a tort ? Je pense que les Français et les Américains ont tous deux raison, puisqu'ils peignent leur vie de la couleur qui leur chante et que beaucoup d'entre eux y trouvent leur compte. De même que vous avez aussi raison de mener la vie que vous menez, et de chercher à l'améliorer si cela est possible par la lecture de ce livre ou toute autre décision.

Si j'émets cette réflexion, c'est qu'une des premières objections présentés en France à l'idée d'essayer de changer sa façon de penser et de voir les choses, c'est que c'est artificiel, mécanique, contre nature, que cela ne peut apporter que des résultats superficiels.

Eh bien rassurez vous - je vous ai prévenu plus haut ! - vous avez raison. Du moins la façon dont vous envisagez la chose vous donne-t-elle raison. D'ailleurs à ce sujet, y a t -il quoi que ce soit sur terre qu'on ne puisse accomplir de façon mécanique, artificielle et en récolter de piètres résultats ? Une psychanalyse ? Une prière ? L'amour ? des études ? La méditation ?
Mais il y a aussi une façon de modifier ses pensées qui échappe à ces travers.

Pas plus que vous, je n'aime perdre ma spontanéité, prendre systématiquement de la distance, me comporter d'une manière froide et calculée. Si telle est votre crainte, je peux vous rassurer ; cela n'est pas nécessaire, comme le montre la description qui suit de certaines des phases clés du processus du changement.


Prendre conscience

Prendre conscience, c'est prendre le temps de s'observer, de s'écouter avec souplesse et lâcher prise. C'est un peu inconfortable pour beaucoup d'entre nous qui n'y sommes pas habitués, mais loin de nous laisser un goût d'artifice, cela s'apparente à une méditation qui nous rapproche du coeur de notre être.

Le premier et le dernier pas

Est mécanique un processus qui demande pour aboutir d'être suivi consciencieusement jusqu'au bout. Une telle exigence est possible et peut fonctionner correctement pour ceux qui y sont prédisposés. Mais elle ne constitue en rien une obligation. Dans bien des cas, le premier pas - la prise de conscience - peut-être suffisant. C'est même le raccourci qui amène les plus fruits.

L'habitude est une seconde nature

Nous oublions souvent que fort peu des éléments de notre personnalité sont innés ou hérités. La plupart se sont enracinés en nous progressivement, à notre insu, surtout pendant notre enfance, puis notre éducation et au fil des expériences qui nous ont le plus marqué. Or ce qui a été appris peut-être désappris, ce qui a été programmé reprogrammé différemment. Ce n'est que la force de l'habitude qui nous fait ressentir comme naturel ce qui conforte notre conditionnement et artificiel ce qui le dérange.

Affronter la vie telle qu'elle est

Personne n'aime souffrir, c'est un fait. Mais il serait préjudiciable d'essayer d'utiliser telle ou telle technique pour esquiver systématiquement l'impact émotionnel des épreuves de la vie, s'installer par quelque artifice mental dans une espèce de cocon béat, à l'abri de tout soubresaut et de toute tension. Des émotions désagréables comme la crainte, l'anxiété, l'irritation et la tristesse ont un rôle important à jouer dans la construction, l'équilibre et l'épanouissement du caractère. Les fuir à tout prix serait aussi artificiel que d'élever un enfant toute sa vie dans une couveuse aseptisée.


Au coeur des humeurs :


Se couper de ses émotions, les nier ou se forcer à prendre leur contre-pied est inutile et n'apporte que des tourments. Ce que ce livre révèle, c'est que notre monde affectif, complexe et délicat comme il peut l'être, entretient des relations étroites avec la sphère de nos conceptions. Observer, questionner, réformer la seconde produit- sans aucune autre mesure de notre part - des transformations profondes, spontanées et durables dans le premier.

http://pstpe.unblog.fr/tag/4-outils-daide-pour-faire-les-tcc/les-etapes-du-changement/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messagère54



Nombre de messages : 44
Age : 62
Localisation : St-Jean-sur-Richelieu
Date d'inscription : 18/10/2006

MessageSujet: Re: Les pensées automatiques (un peu de psycho...)   Mar 24 Oct 2006 - 21:41

Tu as bien raison Denis quand tu transcris qu 'il faut chasser nos idées noires
Je me suis prise à souvent dire que j'avais plus peur de vieillir ou de souffrir que de mourir. Pfffffffffffff voilà le résultat, je le vis maintenant je le sais.
Nous avons presque tous nos façons de dire certaines choses qui viennent nous faire du tort.
Merci pour le partager

messagère54
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les pensées automatiques (un peu de psycho...)   Mar 24 Oct 2006 - 13:12

Je lisais un article en anglais sur des essais que les chercheurs ont fait sur la thérapie cognitive et le cancer. Je n'ai pas tout traduit, sachant que les gens sont peu intéressés mais je persiste à dire que c'est une bonne approche. On ne peut sans doute pas tout règler les problèmes psychologique par cette méthode mais le principe est simple : c'est d'apprendre à décrocher de nos idées noires au lieu de s'y vautrer et de les encourager. Comme ce sont les pensées qui dirigent les émotions, moins on a de pensées décourageante, plus on vit heureux.

Citation :
Une équipe de Miami rapporte que pour les femmes nouvellement traitées pour le cancer, une thérapie cognitive réduit les pensées indésirées et incontrôlées reliées au cancer, allège l'anxiété au sujet de la maladie et réduit le stress.

Les patientes en groupe de thérapie ont reçu 10 semaines d'aide pour apprendre à gérer leur stress. Cela consistait à des séances de relaxation, de la restructuration cognitive et de l'entrainement des habiletés à échanger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Optimiste
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 4835
Date d'inscription : 27/02/2005

MessageSujet: Re: Les pensées automatiques (un peu de psycho...)   Jeu 24 Aoû 2006 - 16:18

Pas de commentaire , j'utilises pas les theories cognitivistes .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les pensées automatiques (un peu de psycho...)   Jeu 24 Aoû 2006 - 8:20

Les distorsions cognitives sont en fait des erreurs de logique. Les repérer est une étape fondamentale puisqu'elles participent au maintien de bons nombres de troubles comme la dépression, l'anxiété,....

Vous trouverez ci-après une définition des distorsions cognitives les plus fréquentes, illustrées par des exemples d'après les ouvrages cités ci-dessous.



Distorsions les plus fréquentes

1-le tout ou rien ou raisonnement dichotomique
2-l'inférence arbitraire
3-l'abstraction sélective
4-la maximalisation et la minimalisation
5-la surgénéralisation
6-la personnalisation
7-l'étiquetage
8-le raisonnement émotionnel
9-les "Je dois" et "Il faut"

le tout ou rien ou raisonnement dichotomique

Dans le tout ou rien, ou raisonnement dichotomique, la pensée n'est pas nuancée. L'interprétation des événements se fait selon deux catégories: les bons et les mauvais. La relativisation est inexistante. Si votre performance laisse à désirer, vous considérer votre vie comme un échec total.
Exemple:

"Si je ne réussis pas ce travail parfaitement, il ne vaudra rien."

l'inférence arbitraire

Il s'agit en fait de conclusions tirées sans preuve, sans aucune remise en question.

Exemples:

"Nathalie ne m'a téléphoné, elle ne veut plus de moi."
"Louis ne m'a rien dit cxe matin, il m'en veut sûrement"

l'abstraction sélective

Ici il s'agit également de conclusion élaborée à partir d'un fait isolé de son contexte.

Exemples:

"Brigitte ne m'a pas parlé ce matin: c'est bien la preuve que ça doit être fini entre nous."
"Cette personne là-bas qui n'écoute pas ce que je dis prouve bien que mes propos sont inintéressants."

la maximalisation et la minimalisation

Ces pensées majorent ce qui ne va pas et minimalisent ce qui va bien.

Exemple:

"Ce que j'ai pu faire jusqu'à présent est très peu, ce qui compte, c'est ce que je ne sais pas faire."

la surgénéralisation

Ces jugements comportent des conclusions générales et définitives à propos d'événements qui en réalité, ne sont pas du même ordre.

Exemples:

"Chaque fois que je demande de l'aide à Jacques, il se défile. Nous ne nous entendrons jamais pour rien, si ça continue."
"J'ai raté mon examen, donc je ne peux pas faire d'études."

la personnalisation

Façon de s'attribuer des responsabilités qui ne sont pas de notre ressort, et ce de manière disproportionnée. C'est aussi se sentir concerné par des événements qui ne nous concernent pas directement.

Exemples:

"Si je ne fais pas tout ce qu'il faut ces prochains quinze jours, les vacances de la famille vont être gâchées."
"Si la communication va mal au bureau, c'est à cause de moi... Je devrais mieux m'y prendre."

l'étiquetage

L'étiquetage est un jugement global, souvent rapidement fait concerant nous-même ou autrui.

Exemples:

"Je suis vraiment un idiot."
"C'est un sournoi."

le raisonnement émotionnel

Nous ce cas, nous sommes convaincus que ce que nous ressentons est vrai. Le jugement est directement conditionné par l'émotion.

Exemples:

"Je me sens vide, je ne vais pas y arriver."
"Je ressens vraiment qu'il ne m'aime pas."


les "Je dois" et Il faut"

Quand les "je dois" et "Il faut" sont fréquents, une véritable tyrannie du devoir s'installe, maintenant l'insatisfaction.aunsctement.

Exemples:

"Si dans quinze jours, je n'ai pas réussi à me tirer de cette dépression, c'est fichu..."
"Je dois absolument rester calme, sinon tout le monde va penser que je suis faible."
"Il faut que ma soeur s'engage davantage, ça n'est pas jste que ce soit toujours moi qui fasse les choses !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Les pensées automatiques (un peu de psycho...)   Jeu 27 Juil 2006 - 15:07

Pensées automatiques

Il s'agit d'un concept important de l'approche cognitive. Les pensées automatiques sont des interprétations des expériences vécues. Elles sont les paroles spontanées que l'on se dit à soi-même sur ce que l'on vit. Ce sont des pensées observables, que l'on peut saisir au vol mais qui passent souvent inaperçues. Les pensées automatiques reposent sur des schémas cognitifs (voir Lexique) et elles déterminent pour une grande part les émotions.


--------------------------------------------------------------------------------


Schémas cognitifs

En psychologie clinique, Beck (qui a été influent pour introduire ce concept) et ses successeurs désignent par ce concept des connaissances élaborées à partir de l'expérience, qui constituent des croyances de base concernant des aspects importants de l'adaptation (ex.: "le monde est relativement sécuritaire", "je ne peux faire confiance en personne", "je suis talentueux", "je ne peux me débrouiller seul"). Les schémas cognitifs guident l'interprétation des nouvelles situations, interprétations qui sont souvent accessibles par l'observation des pensées automatiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les pensées automatiques (un peu de psycho...)   Aujourd'hui à 12:35

Revenir en haut Aller en bas
 
Les pensées automatiques (un peu de psycho...)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Les pensées automatiques (un peu de psycho...)
» Le pouvoir de la pensée ou la mémoire de l'eau
» Une Tite Pensée pour mon Ami Gilou qui est sur le billard !
» une pensée pour ma maman
» Huit pensées d'un grand etre: Kalou Rinpoche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Société-
Sauter vers: