AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le gène p53 et le gène TP53

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16559
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le gène p53 et le gène TP53   Sam 19 Aoû 2006 - 8:42

Comme le sugère de nouvelles recherches : Le bien-connu suppresseur de tumeurs p53 semble inhiber l'angiogenèse par régulant à la hausse une enzime de collagène qui contient des fragments anti-angiogénique.

Utilisant des techniques de laboratoires, le docteur Michael R. Green, de l'université du Massachusset et ses collègues ont trouvé que le p53 active le collagène prolyl-hydroxylase, conduisant à un relâchement de fragments de collagène avec des propriétés anti-angiogéniques.

Des tests plus approfondis montrent que les cellules endotheliales furent incapables de proliférer quand les cellules sont conditionnées par p53 ou de l'enzyme de collagène prolyl-4-hydrolase. L'administration de pareilles enzymes chez les souris bloque la croissance tumorale chez la souris.
"Notre résultat révèle un lien entre le tumeur de suppresseur p53 et la synthèse d'un fragment de colalgène antiandrogénique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16559
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le gène p53 et le gène TP53   Dim 6 Aoû 2006 - 15:12

Comme tellement de grandes découvertes scientifiques, p53 a été trouvé par accident dans les années 1970. Quand les protéines faites par le gène cultivé en laboratoire qui ont été découvertes dans des expériences faites sur un virus de singe qui causait des tumeurs, la plupart des chercheurs les ont écartés comme contaminants irritants. Toutefois, David Lane, à ce moment compagnon dansla reherche sur le cancer était intrigué. La protéine coquine apparaissait si régulièrement dans ses expériences et il était si sur d'avoir éviter la contamination, qu'il s'est senti obligé de trouver ce que c'était. Sa découverte que la protéine coquine était un joueur clé dans la cellule cancéreuse a fait le couvert de la revue NAture en 1979.


Les articles d'autres chercheurs comme Arnold Levine qui a fait la même découverte d'une protéine active dans les cellules cancéreuse a suivi rapidement. Les scientifiques ont appris beaucoup à propos de p53 qui est essentiel pour orchestrer une cascade d'évênements en réponse au stress cellullaire.



Les conditions comme le bas taux d'oxygène le niveua des nutriments dans les cellules, la surexposition au soleil ou aux radiations, aussi bien que les dommages à l'Adn envoient des signaux qui allument p53. Le p53 active alors une série de gènes sous ses ordre qui arrête la division cellulaire ou induit le suicide de la cellule, un processus appelé apoptose du grec apoptosis qui veut dire décrocher et qui était utilisé po.tiquement pour décrire la tombée des feuilles à l'automne. (il parait que les cellules qui sont dans ce stage ont l'air de feuilles qui tombent à l'automne au microscope)



En 1992, impatient de trouver si ce que les scientifiques avaient découvert dans leurs laboratoires étaient ce qui se passaient réellement en nous, Lane et Peter Hall, un spécialiste du cancer et de la recherche sur le p53, ont concocté une expérience dans un pub de la région de Dundee qui utilisait Hall comme cochon d'inde. Hall mettait son vras sous une lampe solaire pendant 20 minutes et on prenait ensuite un petit tissu de sa peau pour observer l'activité de p53.



"Nous soupconnions que si le gène répondait au stress dans les organismes vivants nous devrions voir une accumulation de p53 dans les cellules dans les cellules de peau soumis à la radiation et c'est exactement ce que l'on vit." dit Hall en roulant ses manches pour montrer les égratigures sur son bras. "nous avons fait des expériences sur moi parce que nous voulions des résultats rapides. Cela aurait pris des mois pour avoir une license pour faire des expériences avec des animaux.Les blessures se sont infectés mais l'expérience a brillament réussi" a-t-il plaisanté.




La session de lampe solaire était suffisante pour amorcer la réaction de p53 mais pas asses longue pour endommager l'ADN et, comme anticipé. Quand le gène est incapable de faire son travail de mettre de l'ordre, les cellules risquent de devenir cancéreuses. Le plus osuvent c'Est parce que le p53 a subi une mutation. Il y a de rares conditions par exemple, ou les gens naissent avec la mutation du gène p53 dans toutes leurs cellules. Les individus affectés par cette maladie sont extrêmement vulnérables au cancer et tendent à développer des tumeurs peut-être même dans la très jeune enfance et souvent plusieurs types de cancer durant leurs vies. ( parmi les gens qui n'ont pas cette maladie la proportion de ceux et celles qui développent plus d'un cancer est très petite.)

Étant hérité plutôt qu'acquis, le syndrome de Li-Fraumeni courrent dans certaines familles, explique Rosalind Eeles, qu iest une spécialiste clinique à l'hopital Royal de Marsden à Londres pour les gens avec ce sybdrome. " Mais parce que les cancers sont si dévastateurs et qu'ils arrivent à un si jeune âge, les familles n'ont pas beaucoup de membres en général.


Toutefois le gène peut être désactiver par d'autres moyens que les mutations ce qui explique ce qui arrive dans environ la moitié de tous les cancers dans lesquels ce suppresseur de tumeurs important est intact. quand le p53 a été vu dans les expériences avec le virus du singe par exemple la protéine a été capturé et estropié par le virus (ce que personne ne réalisait dans ce temps-là) Les chercheurs ont découverts également que dans le cancer du col de l'utérus causé par le virus HPV le p53 est dévoré par le virus ce qui fait que les cellules cancéreuses n'ont plus du tout de suppresseur de tumeurs.



Très récemment, le laboratoire Levine a découvert un mécanisme qui explique pourquoi le p53 ne peut pas prévenir le cancer du sein se développant dans certains cas. Les chercheurs ont trouvés que c'est parce que c'est tellement un gène puissant, capable de tuer ou d'arrêter les cellules, qu'il est tenu sous la garde d'un autre gène nommé mdm2 qui le rend actif ou inactif. "C'est comme un chien policier et un policier" explique un scientifique sur la relation entre mdm2 et p53. "Les policiers décident quand laisser le chien attaquer et quand le tenir en laisse. Si le policier relâche sa grippe, le chien peut causer des domamges" C'est comem cela avec p53 " Mdm2 est ec qui arrêtes p53 de tuer toutes nos cellules et de nous tuer.


Levine et ses collègues ont découverts que chez quelques personnes le mdm2 est plus actif que chez d'autres pour ce qui est de tenir le p53 en laisse. Ainsi le risque ce cancer est plus élevé chez les personnes dont le p53 est controlé plus drastiquement par le mdm2. Ce qui nous a surpris dit Levine a été qu'une varainte de mdm2 a de larges effets chez les femmes pré-ménopausées, qui ont de haut niveaux d'oestrogène". La conclusion qu'on peut en tirer c'est que le "policier" est influencé par les hormones, ce qui amplifie son effet sur le p53.

Avoir une action superactive de mdm2 est aussi une mauvaise nouvelle pour les fumeurs selon Levine. Le tabac est un stress, un carcinogène dans les poumons et fumer peut doubler ou tripler le risque du cancer du poumon.Mais 2 études établissent clairement que si vous avez ce risque génétique et que vous fumez, vous avez 10 fois plus de chance de développer un cancer. Le cancer du poumon est la plus importante cause de décès au Royaume-uni, avec u ne perosnne diagnostiqué au 15 minutes.



Pendant des décennies l'industries du tabac y a vu un argument pour dire que la cause du cancer du poumon était indéterminé et purement circonstanciel et qu'il n'y avait pas de preuves que le tabac causait directementl e cancer. Depuis le début des années 1990, l'agence international de recherche sur le cancer a tenu une base de données sur les mutations de p53. dans le cas du cancer du poumon, le p53 est muté et spécialement dans les endroits du poumon les plus cancéreux. En d'autres mots le gène est l'empreinte de lA'gent qui cause le cancer (le tabac)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie

avatar

Nombre de messages : 398
Age : 58
Localisation : Picardie France
Date d'inscription : 22/05/2006

MessageSujet: Re: Le gène p53 et le gène TP53   Dim 6 Aoû 2006 - 13:38

bonsoir denis,

Je n'ai lu que la petite partie en Francais ,malheureusement mon Anglais me fait défaut,,
bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16559
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Le gène p53   Dim 6 Aoû 2006 - 13:33




Une modélisation de l'Adn les molécules de p53 sont bleues.







C'est le gène p53. Ce gène contrôle le cancer et les scientifiques se font la course pour trouver le médicament miracle pour harnacher son pouvoir.
S'ils font ça bien, nous vivront de longues années en santé sans cancer. MAis s'ils font mal leur travail...bien vous ne voulez pas vraiment le savoir sit Sue Armstrong.



En 2002 quelques scientifiques du Texas qui travaillaient sur des souris génétiquement modifiés ont fait une erreur et ont eu une immense surprise. En faisant des recherches sur un gène connu pour être essentiel pour l aprotection du cancer, il sont créé quelques souris sans ce gène (appelé souris null). Ces créatures développaient le cancer très jeunes comme ils s'y attendaient. dans un autre groupe de souris, les chercheurs ont modifié le gène mais ils se sont apperçu que le gène était beaucoup plus actif que prévu.


Les souris étaient bien protégées du cancer comme les chercheurs l'avaient prédit mais ce que personne n'avait prévu c'est que les souris veilliraient exceptionnellement vite. En quelques mois seulement, elles avaient l'air de veille souris. "Leurs épines dorsales étaient courbées, elles étaient ridées et ébouriffées, le poil grisonnant, des chose comme ça" dit Larry Donehower de houston " Et elles ne vivaient que les 2/3 de leur temps de vie normal" Cette découverte accidentelle a ouvert un nouveua champs de recherches sur comment ce gène important pour le cancer pouvait aussi modifier le processus du veillissement.

Les gens savent depuis longtemps que le cancer et le veillissement sont reliés et que les probabilités d'avoir le cancer augmentent avec l'âge. Mais personne ne pensait qu'il pouvait y avoir deux cotés à une pièce de monnaie. En d'autres mots, ce qui fait plisser la peau, s'amincir les os et défailllir les organes peut être le prix qu'on a à payer pour ne pas avoir le cancer."Nous n'avons pas l'image complète à date' dit le professeur David Lane ' Mais il y a un joint à être brisé ici."



Cette découverte a été l'objet d'une grande attention de la part des spécialistes qui s'occupent du cancer et de ceux qui s'occupent du veillissement et ils ont commencé à collaborer pour la première fois. "Les implications cliniques sont claires " dit Lane " Les gens commencent à demander "Puisse-je manipuler le systèeme pour avoir le meilleur des deux mondes ?"Mais la découverte soulève des questions plus angoissantes. Est-ce qu'il serait possible que des traitements actuels pour le cancer, qui stimulent souvent l'activité de ce gène, fassent veillir prématurément certains patients et conduisent à des désordres qu'habituellement l'âge amène, telle la démence précoce ? Ou est-ce que les médicaments pour le cancer mettent les gens plus à risque d'avoir le cancer ? Est-ce qu,on est pas en train de jouer avec le jeu en jouant sur des gènes ? Personne n'a de réponses à l'heure actuelle.


Le gène au centre de ect intérêt est connu comme le gène p53, parce que le poids des molécules protéiniques qu'il produit est de 53,000. (Les gènes ne sont que faiseurs de protéines en fait ce sont ces protéines qui font tout le travail dans nos cellules. Les protéines sont produites seulement quand et où elles sont nécessaires à telle point que le besoin met la "switch" à "on" pour que le gène produise les protéines.) La fonction de p53 est de supprimer les tumeurs. Ce la se produit lorsque l'ADN qui se trouve dasn le noyeau de la cellule et qui contient toutes les informations de la vie a été endommagé. Il peut arrêter les cellulles qui ne sont pas correct de se reproduire et normallement c'est sa fonction de maintenance dans le corps jusqu'à ce que l'ADN soit réparé ou il peut incité la cellule à se suicider. Il est srunommé par Lane le gardien du génome à cause de ce rôle vital. Ce gène est trouvé muté ou inutile dans plus de 50% des tumeurs humaines. Comme le cancer est causé par un défaut génétique, le p53 mutant est le gène qui mute le plus souvent.


Une fois que le rôle de p53 a été connu, des centaines de biologistes moléculaires ont laissé tomber leurs projets et ont pris comme objet de recherche ce petit gène, enthousiasmé par l'espérance de vaincre le cancer, une maldie que vous et moi avons une chance sur trois de connaitre à un moment de notre vie et une chance sur quatre d'en mourir.
Le gène p53 est devenu le gène le plus étudié de l'histoire, générant 36,000 articles et rassemblant toutes les deux ans une très large communauté de scientifiques pour partager leurs dernières découvertes sur le gène.


Dernière édition par le Lun 7 Aoû 2006 - 9:43, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16559
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Le gène p53 et le gène TP53   Mar 25 Juil 2006 - 8:49

La fonction normale de la protéine MDM2 est de controler la protéine p53 qui, elle-même, prévient le cancer. Dans la cellule, le ratio biochimique entre MDM2 et p53 peut devenir débalancé et devenir un agent promotteur du cancer.

LE chef investigateur du projet le docteur Ball explique :" la façon dont la protéine MDM2 controle le p53 est en activant sa destruction et nous sommes intéressé de comprendre comment cela arrive au niveau biochimique.

Dans cette étude nous avons découvert des fragments de protéines qui peuvent se lier avec MDM2 et inhiber son activité. Ces fragments pourrait être un bon exemple pour fabriquer des médicaments qui empêcherait cette activité de destruction de p53. Nous espérons que nos découvertes mèneront à de nouveaux traitements pour beaucoup de types de cancer."


Dernière édition par Denis le Mar 14 Nov 2017 - 13:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le gène p53 et le gène TP53   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le gène p53 et le gène TP53
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Enigme posée par une petite fille qui ne grandit pas ou le gène de l'immortalité
» Le gène p53
» La protéine et le gène RAS.
» Le gène DAPK1
» Le gène BRAF

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: