AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le paclitaxel, exopxt (50 X plus puissant) et ▶️triolimus (un cocktail de 3 médicaments )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le paclitaxel, exopxt (50 X plus puissant) et ▶️triolimus (un cocktail de 3 médicaments )   Sam 22 Oct 2016 - 16:21

Co-D Therapeutics, a University of Wisconsin-Madison spinoff, is developing a three-drug cocktail to battle a wide range of cancers. The first target for Co-D is angiosarcoma, a rare and lethal cancer that arises from blood vessels.

The company's submicroscopic package contains paclitaxel, a standard cancer drug, combined with two other drugs designed to reduce the resistance that often develops against chemotherapy drugs.

The triple-threat product was invented by two of Co-D's co-founders, chief scientific officer Glen Kwon, a professor of pharmaceutical science at UW-Madison, and chief medical officer Kevin Kozak, a radiation oncologist now at Mercy Health System in Janesville.

Kwon has been working on new drug carriers and combination cancer treatments for more than 20 years; Kozak is an expert on angioscarcoma.

Four patents on the candidate drug, called Triolimus, have been issued to the Wisconsin Alumni Research Foundation (WARF).

The Triolimus package is a double-layer structure called a micelle that is only 40 nanometers in diameter -- about 1/200 the diameter of a human hair. Each individual component of Triolimus has been tested in humans and several have Food and Drug Administration approval.

Although paclitaxel and related cancer drugs derived from the Pacific yew tree are in widespread use, they usually require a toxic solvent that can cause dangerous anaphylactic shock in patients. The micelle technology eliminates the solvent and allows the simultaneous administration of other insoluble drugs.

If the product works against angiosarcoma, it could be used against breast, lung and other common cancers that are now treated with paclitaxel.

Chemotherapy drugs typically kill fast-dividing cells, and in recent years, they are combined with newer agents intended to moderate cancer's resistance.

The selection of agents in Triolimus followed this newer approach:

• The chemotherapy, paclitaxel, is a taxol drug that interferes with cell division and attacks fast-dividing cancer cells. The near-insolubility of taxol drugs in water has caused troublesome side effects and limited doses. • Rapamycin interferes with a signaling pathway that many cancers use to evade chemotherapy agents. • 17-AAG is a candidate drug that inhibits drug resistance through a different mechanism.

The result is a single, apparently safe package that can carry multiple drugs and, by eliminating the toxic solvents, allows for increased dosages.

The carrier technology is key to these benefits, Kwon says. "The micelle can safely deliver a really potent three-drug combination, even though all of them are insoluble in water."

To make the package containing its three-drug payload, "you simply mix the drugs with a solvent and water, remove the solvent under reduced pressure, and the micelles self-assemble," says Kwon. "You freeze-dry the product and when it's time to use it, you reconstitute it with water."

Kozak did research on angiosarcoma at the UW-Madison School of Medicine and Public Health. "I did postdoctoral research on blood vessel abnormalities in common cancers," he says. "This combined focus on blood vessels and cancer naturally led me to angiosarcoma."

In 2015, Co-D received FDA orphan drug designation for Triolimus, which will entitle the company to seven years of market exclusivity for treating angiosarcoma with it. Additional benefits include tax credits related to clinical trial expenses, potential exemption from the FDA user fee, and smaller trials than those required for standard new drug applications.

Research in an animal model of angioscarcoma showed a better outcome from the triple-drug Triolimus than for a micelle carrying paclitaxel alone. In both cases, the micelle permitted a paclitaxel dose three times above the standard dose.

Co-D is raising funds to complete preclinical studies and a phase I clinical trial with angiosarcoma patients. "We have a clear path to approval," says Abdalla Saad, company president and CEO. "Because of the rarity of angiosarcoma and the need of a more effective and safer treatment, we anticipate approval after phase II clinical trials."

Saad, who has a master's in biotechnology from UW-Madison, says, "Our research and development costs are low compared to costs for new chemical entities. The manufacturing method developed on campus will be transferred to a contract manufacturer for scale-up."

"There is no question that Triolimus will be effective, as it contains the most widely used anti-cancer agent in the history of man," says Kozak. "My expectation, based on the biochemistry and our preliminary data, is that it will significantly exceed the activity of paclitaxel. But even if it does not, the formulation reduces the need to give patients a toxic solvent, and that alone is a potential benefit."

---

Co-D Therapeutics, une entreprise sortie de l'université de Wisconsin-Madison, développe un cocktail de trois médicaments pour lutter contre un large éventail de cancers. La première cible de Co-D est angiosarcome, un cancer rare et mortelle qui se pose dans les vaisseaux sanguins.

Le paquet submicroscopique de la société contient du paclitaxel, un médicament contre le cancer standard, combiné avec deux autres médicaments conçus pour réduire la résistance qui se développe souvent contre les médicaments de chimiothérapie.

Le produit triple-menace a été inventé par deux des co-fondateurs de co-D, directeur scientifique Glen Kwon, professeur de sciences pharmaceutiques à l'UW-Madison, et médecin-chef Kevin Kozak, un radio-oncologue maintenant au système de santé Mercy à Janesville .

Kwon a travaillé sur de nouveaux supports de médicaments et les traitements du cancer de la combinaison pour plus de 20 ans; Kozak est un expert sur l'angioscarcome.

Quatre brevets sur le médicament candidat, appelé Triolimus, ont été émises à la Wisconsin Alumni Research Foundation (WARF ).

Le paquet Triolimus est une structure à double couche appelée micelles qui a seulement 40 nanomètres de diamètre - environ 1/200 du diamètre d'un cheveu humain. Chaque composant individuel de Triolimus a été testé chez l'homme et plusieurs ont l'approbation de la Food and Drug Administration.

Bien que le paclitaxel et les médicaments anticancéreux connexes provenant de l'if du Pacifique sont largement utilisés, ils exigent habituellement un solvant toxique qui peut provoquer un choc anaphylactique dangereux chez les patients. La technologie de formation de micelles permet d'éliminer le solvant et permet l'administration simultanée d'autres médicaments insolubles.

Si le produit fonctionne contre l'angiosarcome, il pourrait être utilisé contre le , du et d'autres cancers communs qui sont maintenant traités avec le paclitaxel.

Les médicaments de chimiothérapie tuent typiquement des cellules en division rapide, et ces dernières années, ils sont combinés avec les nouveaux agents destinés à modérer la résistance du cancer.

La sélection des agents dans Triolimus a suivi cette nouvelle approche:

• La chimiothérapie, le paclitaxel, est un médicament à base de taxol qui interfère avec la division cellulaire et attaque les divisions rapides des cellules cancéreuses. La quasi-insolubilité des médicaments taxol dans l'eau a provoqué des effets secondaires gênants et des limitations de doses. • La rapamycine interfère avec une voie de signalisation qui utilisent de nombreux cancers pour échapper à des agents de chimiothérapie. • Le 17-AAG est un candidat médicament qui inhibe la résistance aux médicaments par le biais d'un mécanisme différent.

Le résultat est un seul paquet, apparemment sans danger qui peut transporter plusieurs médicaments et, en éliminant les solvants toxiques, permet d'augmenter les doses.

La technologie du convoyeur est la clé de ces avantages, dit Kwon. "Le micelle peut livrer en toute sécurité une combinaison de trois médicaments vraiment puissant, même si ils sont tous insolubles dans l'eau."

Pour reconstituer le paquet contenant la charge utile de trois médicaments, Il vous suffit de mélanger les médicaments avec un solvant et de l'eau, éliminer le solvant sous pression réduite, et les micelles s'auto-assemblent», dit Kwon. "Vous lyophiliser le produit et quand il est temps de l'utiliser, vous le reconstituer avec de l'eau."

Kozak a fait des recherches sur l'angiosarcome à l'école UW-Madison de médecine et de santé publique. "Je l'ai fait des recherches postdoctorales sur les anomalies des vaisseaux sanguins dans les cancers communs», dit-il. "Cette focalisation combinée sur les vaisseaux sanguins et le cancer m'a naturellement conduit à l'angiosarcome."

En 2015, Co-D a reçu de la FDA la désignation de médicament orphelin pour Triolimus, qui autorisera la société à sept ans d'exclusivité sur le marché pour le traitement de l'angiosarcome avec le médicament. Les autres avantages incluent des crédits d'impôt liés aux dépenses d'essais cliniques, l'exemption potentielle de la redevance d'utilisation de la FDA, et des plus petits essais que ceux requis pour les nouvelles applications de médicaments standard.

La recherche dans un modèle animal de angioscarcoma a montré un meilleur résultat du   le triple médicament Triolimus que pour une micelle portant le paclitaxel seul. Dans les deux cas, la micelle a permis une dose de paclitaxel trois fois supérieure à la dose standard.

Co-D recueille des fonds pour achever les études précliniques et de phase I d'essai clinique avec des patients avec l'angiosarcome. "Nous avons un chemin clair pour approbation», dit Abdalla Saad, président de la compagnie et chef de la direction. «En raison de la rareté de l'angiosarcome et la nécessité d'un traitement plus efficace et plus sûr, nous nous attendons à l'approbation après des essais cliniques de phase II."

Saad, qui a une maîtrise en biotechnologie de UW-Madison, déclare: «Nos coûts de recherche et de développement sont faibles par rapport aux coûts de nouvelles entités chimiques. Le procédé de fabrication mis au point sur le campus sera transféré à un fabricant de contrat pour l'échelle."

«Il n'y a aucun doute que Triolimus sera efficace, car il contient un agent anti-cancer le plus largement utilisé dans l'histoire de l'homme», dit Kozak. «Mon attente, sur la base de la biochimie et de nos données préliminaires, est qu'il dépassera significativement l'activité du paclitaxel. Mais même si elle ne le fait pas, la formulation réduit la nécessité de donner aux patients un solvant toxique, et c'est un avantage potentiel ».

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le paclitaxel, exopxt (50 X plus puissant) et ▶️triolimus (un cocktail de 3 médicaments )   Ven 15 Jan 2016 - 14:21

The cancer drug paclitaxel just got more effective. For the first time, researchers from the University of North Carolina at Chapel Hill have packaged it in containers derived from a patient's own immune system, protecting the drug from being destroyed by the body's own defenses and bringing the entire payload to the tumor.

"That means we can use 50 times less of the drug and still get the same results," said Elena Batrakova, Ph.D., an associate professor in the UNC Eshelman School of Pharmacy. "That matters because we may eventually be able to treat patients with smaller and more accurate doses of powerful chemotherapy drugs resulting in more effective treatment with fewer and milder side effects."

The work, led by Batrakova and her colleagues at the UNC Eshelman School of Pharmacy's Center for Nanotechnology in Drug Delivery, is based on exosomes, which are tiny spheres harvested from the white blood cells that protect the body against infection. The exosomes are made of the same material as cell membranes, and the patient's body doesn't recognize them as foreign, which has been one of the toughest issues to overcome in the past decade with using plastics-based nanoparticles as drug-delivery systems.

"Exosomes are engineered by nature to be the perfect delivery vehicles," said Batrakova, who has also used this technique as a potential therapy for Parkinson's disease. "By using exosomes from white blood cells, we wrap the medicine in an invisibility cloak that hides it from the immune system. We don't know exactly how they do it, but the exosomes swarm the cancer cells, completely bypassing any drug resistance they may have and delivering their payload."

Paclitaxel is a potent drug used in the United States as a first- and second-line treatment for breast, lung and pancreatic cancers. It can have serious and unpleasant side effects, such as hair loss, muscle and joint pain and diarrhea, and it can put patients at greater risk of serious infection.

In their experiment, Batrakova's team extracted exosomes from mouse white blood cells and loaded them with paclitaxel. They then tested the treatment -- which they call exoPXT -- against multiple-drug-resistant cancer cells in petri dishes. The team saw that they needed 50 times less exoPXT to achieve the same cancer-killing effect as formulations of the drug currently being used, such as Taxol.

The researchers next tested the therapy in mouse models of drug-resistant lung cancer. They loaded the exosomes with a dye in order to track their progress through the lungs and found that the exosomes were thorough in seeking out and marking cancer cells, making them a surprisingly effective diagnostic tool in addition to being a powerful therapeutic.

"Accurately mapping the extent of tumors in the lungs is one of the biggest challenges in treating lung-cancer patients," said Batrakova. "Our results show how powerful exosomes can be as both a therapeutic and a diagnostic."


---


On a rendu le médicament paclitaxel plus efficace. Pour la première fois, des chercheurs de l'Université de Caroline du Nord à Chapel Hill ont emballé dans des contenants provenant du propre système immunitaire d'un patient, pour protéger le médicament d'être détruit par les propres défenses de l'organisme et de livrer l'ensemble de la charge utile à la tumeur.

"Cela signifie que nous pouvons utiliser 50 fois moins de médicament et obtenir les mêmes résultats", a déclaré Elena Batrakova, Ph.D., professeur agrégé à l'École de Pharmacie Eshelman UNC. "C'est important parce que nous pouvons éventuellement être en mesure de traiter les patients avec des doses plus petites et plus précises de médicaments de chimiothérapie ce qui résulte en un traitement plus efficace et plus doux avec moins d'effets secondaires."

Le travail, mené par Batrakova et ses collègues de l'École Eshelman UNC du Centre de Pharmacie de nanotechnologie en livraison de médicaments, est basé sur les exosomes, qui sont de minuscules sphères récoltées à partir des globules blancs qui protègent le corps contre l'infection. Les exosomes sont faits de la même matière que les membranes cellulaires, et le corps du patient ne les reconnaît pas comme étranger, ce qui a été l'un des problèmes les plus difficiles à surmonter dans la dernière décennie, avec l'aide de nanoparticules à base de plastique en tant que systèmes d'administration de médicaments.

"Les exosomes sont conçus par la nature pour être les véhicules de livraison parfaits", a déclaré Batrakova, qui a également utilisé cette technique comme un traitement potentiel pour la maladie de Parkinson. «En utilisant des exosomes de globules blancs, nous emballons le médicament dans une cape d'invisibilité qu'il cache du système immunitaire. Nous ne savons pas exactement comment ils le font, mais les exosomes tompent les cellules cancéreuses, en contournant complètement toute résistance aux médicaments qu'elles peut avoir et livrent leur charge utile ".

Le paclitaxel est un médicament puissant utilisé aux États-Unis en tant que traitement de première et de deuxième ligne du cancer du , du et du . Il peut avoir des effets secondaires graves et désagréables, comme la perte de cheveux, douleurs musculaires et articulaires et de la diarrhée, et il peut mettre les patients à risque accru d'infection grave.

Dans leur expérience, l'équipe de Batrakova a extrait des exosomes de souris des globules blancs et les a chargé avec le paclitaxel. Ils ont ensuite testé le traitement - qu'ils appellent exoPXT - contre les cellules cancéreuses résistantes à de multiples médicaments dans des boîtes de Pétri. L'équipe a vu qu'ils avaient besoin de 50 fois moins exoPXT pour atteindre le même effet sur le cancer que des formulations du médicament actuellement utilisés, tels que le taxol.

Les chercheurs ont ensuite testé la thérapie dans des modèles murins de cancer du poumon résistant aux médicaments. Ils ont chargé les exosomes avec un colorant, afin de suivre leurs progrès à travers les poumons et ont constaté que les exosomes étaient fortes dans la recherche et le marquage des cellules cancéreuses, leur outil de diagnostic était étonnamment efficace en plus la tjérapie était puissante.

"Cartographier avec précision l'étendue des tumeurs dans les poumons est l'un des plus grands défis dans le traitement des patients du cancer du poumon», a déclaré Batrakova. "Nos résultats montrent comment les exosomes puissants peut servir à la fois pour une thérapeutie et pour un diagnostic."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le paclitaxel, exopxt (50 X plus puissant) et ▶️triolimus (un cocktail de 3 médicaments )   Jeu 6 Aoû 2015 - 13:12

Researchers have packaged a widely used cancer drug into nanoparticles, more than doubling its effectiveness at destroying tumors.

The drug paclitaxel has been used for decades to fight breast, ovarian, lung and other cancers. But its effectiveness has been limited by its small molecular size and insolubility in water -- properties that allow the body to clear the drug too quickly, reducing its accumulation in tumors.

Many molecular packaging systems have been developed to deliver the drug while counteracting these effects, with a protein-bound version of the drug called Abraxane currently the leading therapy.

But Ashutosh Chilkoti, professor and chair of the Department of Biomedical Engineering at Duke University, thought his team could do better.

By surrounding molecules of paclitaxel with self-assembling spheres composed of amino acids, the Duke team doubled tumor exposure to the drug compared to Abraxane while simultaneously reducing its effects on healthy tissue. This kept mice with tumors alive significantly longer and, in some cases, completely eradicated the tumors.

The results were published online in Nature Communications on August 4, 2015.

The big difference between Abraxane and the Duke approach is the types of molecular bonds that are formed. In Abraxane, the paclitaxel is physically surrounded by albumin, a common blood protein. In the new packaging system, multiple copies of the drug are chemically bonded to an amino acid polypeptide, forming a water-soluble nanoparticle with the drug hidden in its core.

These nanoparticles are highly soluble in blood and are the perfect size to penetrate and accumulate in tumors where they take advantage of a tumor's acidic environment.

"The chemical bonds holding the polypeptide cage together are stable in blood, but dissolve in a tumor's lower pH levels," said Jayanta Bhattacharyya, senior researcher in Chilkoti's lab and first author on the paper. "This delivers the drug directly to the tumor and helps prevent it from randomly absorbing into healthy tissue, reducing side effects."

To test their system, Chilkoti, Bhattacharyya and their colleagues used two groups of mice. The first group had human breast cancer growing in their own mammary glands. While none of the mice treated with Abraxane survived past 85 days, most of the mice treated with the new packaging system survived past 100 days.

A second group of mice had human prostate tumors growing under their skin. Similarly, while they did not survive past 60 days when treated with Abraxane, every single mouse treated with the new packaging system survived past 70 days, with some experiencing a complete cure.

As the mortality rates suggest, the Duke technology showed a higher concentration of paclitaxel in the tumors with more staying power than Abraxane, while simultaneously showing much lower levels throughout the rest of the mice's bodies.

"Clearly in the animal model there is a night and day difference, and if that translates to people it will be transformative for patients," said Neil Spector, an oncologist at Duke Medicine familiar with the work. "But it's not just the increase in clinical efficacy and outcomes that are exciting, it's also the improvement in targeting and reduction in toxicity, which is just icing on the cake. And since this platform could potentially be used for such a broad array of drugs, it could be a game-changer for cancer therapy."

In future work, Chilkoti and coworkers will begin applying the packaging system to other cancer drugs with the goal of developing a "one size fits all" technology to improve the effectiveness of many other cancer drugs.

---


Les chercheurs ont emballé un médicament anti-cancer largement utilisé dans des nanoparticules, cela a plus que doublé son efficacité à détruire les tumeurs.

Le paclitaxel a été utilisé pendant des décennies pour combattre le cancer du , de l' , du et d'autres cancers. Mais son efficacité a été limitée par sa petite taille moléculaire et son insolubilité dans l'eau - des propriétés qui permettent au corps d'effacer le médicament trop rapidement, ce qui réduit son accumulation dans les tumeurs.

Beaucoup de systèmes d'emballage moléculaires ont été développés pour livrer le médicament, tout en fustigeant ces effets, avec une version liée à une protéine du médicament appelé Abraxane actuellement la thérapie de premier plan.

Mais Ashutosh Chilkoti, professeur et président du Département de génie biomédical à l'Université Duke, pensait que son équipe pourrait faire mieux.

En enveloppant les molécules de paclitaxel avec des sphères d'auto-assemblage composés d'acides aminés, l'équipe de Duke a doublé l'exposition de la tumeur au médicament par rapport à Abraxane tout en réduisant simultanément ses effets sur les tissus sains. Cela a maintenu en vie des souris avec des tumeurs significativement plus longtemps et, dans certains cas, complètement éradiqué des tumeurs.

Les résultats ont été publiés en ligne dans Nature Communications le 4 Août 2015.

La grande différence entre Abraxane et cette approche est les types de liaisons moléculaires qui sont formés. Dans Abraxane, le paclitaxel est physiquement entouré par l'albumine, une protéine sanguine commune. Dans le nouveau système d'emballage, de multiples copies de la drogue sont chimiquement liés à un polypeptide d'acides aminés formant une nanoparticule soluble dans l'eau avec le médicament caché dans son noyau.

Ces nanoparticules sont très solubles dans le sang et sont la taille parfaite pour pénétrer et s'accumuler dans les tumeurs où ils profitent de l'environnement acide de la tumeur.

"Les liaisons chimiques détenant la cage de polypeptide ensemble sont stables dans le sang, mais se dissolvent dans les niveaux de pH inférieurs d'une tumeur", a déclaré Jayanta Bhattacharyya, chercheur principal au laboratoire de Chilkoti et premier auteur sur le papier. «Cela livre le médicament directement à la tumeur et permet d'éviter qu'il soit absorbé de façon aléatoire dans le tissu sain, en réduisant les effets secondaires."

Pour tester leur système, Chilkoti, Bhattacharyya et leurs collègues ont utilisé deux groupes de souris. Le premier groupe a un cancer humain du dans leurs glandes mammaires . Même si aucune des souris traitées avec Abraxane n'a survécu passé 85 jours, la plupart des souris traitées avec le nouveau système d'emballage ont survécu passé 100 jours.

Un second groupe de souris avaient des tumeurs de la humains qui poussent sous leur peau. De même, alors qu'ils ne survivent pas passé 60 jours lorsqu'ils sont traités avec Abraxane, chaque souris à un seul traité avec le nouveau système d'emballage survécu passé 70 jours, avec quelques unes avec une guérison complète.

Comme les taux de mortalité suggèrent, la technologie de Duke a montré une plus forte concentration de paclitaxel dans les tumeurs avec plus de puissance restante qu'Abraxane, tout en montrant simultanément des niveaux beaucoup plus bas dans le reste du corps des souris.

«Il est clair que dans le modèle animal il y a une différence comme entre la nuit et le jour, et si cela se traduit chez les gens, ce sera une transformation pour les patients», a déclaré Neil Spector, un oncologue à Duke Medicine familiariser avec le travail. "Mais il n'y a pas que l'augmentation de l'efficacité clinique et les résultats qui sont passionnants, il y a aussi l'amélioration dans le ciblage et la réduction de la toxicité, qui est juste la cerise sur le gâteau. Et depuis cette plate-forme pourrait être utilisée pour une plus large gamme de médicaments , il pourrait être un changeur de jeu dans la thérapie contre le cancer ".

Dans les travaux futurs, Chilkoti et ses collègues vont commencer à appliquer le système de conditionnement d'autres médicaments contre le cancer dans le but de développer un "one size fits all" la technologie pour améliorer l'efficacité de nombreux autres médicaments contre le cancer.











_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le paclitaxel, exopxt (50 X plus puissant) et ▶️triolimus (un cocktail de 3 médicaments )   Mar 14 Juil 2015 - 18:06

Scientists have designed nanoparticles that release drugs in the presence of a class of proteins that enable cancers to metastasize. That is, they have engineered a drug delivery system so that the very enzymes that make cancers dangerous could instead guide their destruction.

"We can start with a small molecule and build that into a nanoscale carrier that can seek out a tumor and deliver a payload of drug," said Cassandra Callmann, a graduate student in chemistry and biochemistry at the University of California, San Diego, and first author of the report published in the journal Advanced Materials July 14.

The system takes advantage of a class enzymes called matrix metalloproteinases that many cancers make in abundance. MMPs chew through membranes, allowing cancer cells to escape to colonize other regions of the body, often with deadly consequences.

Callmann created tiny spheres packed with the anti-cancer drug paclitaxel (also known by the trade names Taxol and Onxal) and coated with a peptide shell. MMPs tear up that shell, releasing the drug. The shell fragments form a ragged mesh that holds the drug molecules near the tumor.

The work, led by Nathan Gianneschi a professor of chemistry and biochemisty at UC San Diego, builds on his group's earlier sucess using a similar strategy to mark tumors for both diagnosis and precise surgical removal.

To package the drug into the spheres, Callmann had to add chemical handles. As it turns out, a group of atoms essential to the drug molecule's effectiveness, and also toxicity, made for a good attachment point. That means the drug was inactivated as it flowed through the circulatory system until it reached the tumor.

The protection allowed the researchers to safely give a dose 16 times higher than they could with the formulation now used in cancer clinics, in a test in mice with grafted in fibrosarcoma tumors.

In additional preliminary tests, Callmann and colleagues were able to halt the growth of the tumors for a least two weeks, using a single lower dose of the drug. In mice treated with the nanoparticles coated with peptides that are impervious to MMPs or given saline, the tumors grew to lethal sizes within that time.

Gianneschi says they will broaden their approach to create delivery systems for other diagnostic and therapeutic molecules. "This kind of platform is not specific to paclitaxel. We'll test this in other models -- with other classes of drug and in mice with a cancer that mimics metastatic breast cancer, for example."

They'll also continue to modify the shell, to provide even greater protection and avoid uptake by organs such as liver, spleen and kidneys, he said. "We want to open up this therapeutic window."

Additional authors include Matthew Thompson in Gianneschi's chemistry research group and Christopher Barback, David Hall and Robert Mattrey in UC San Diego's Moores Cancer Center. All animal procedures were approved by UC San Diego's institution animal care and use committee. Callmann holds a fellowship through the Cancer Researchers in Nanotechnology Program at UC San Diego. The National Institute of Biomedical Imaging and Bioengineering provided financial support.

This novel approach to using enzyme-directed assembly of particle theranostics (EDAPT) is patent pending.

---

Les scientifiques ont conçu des nanoparticules qui libèrent des médicaments en présence d'une classe de protéines qui permettent de former des métastases du cancers. Autrement dit, ils ont conçu un système d'administration de médicaments afin que les enzymes mêmes qui rendent dangereux le cancer puissent plutôt guider leur destruction.

"Nous pouvons commencer avec une petite molécule et construire à l'échelle nanométrique quelque chose qui peut chercher une tumeur et d'offrir une charge utile de médicament", a déclaré Cassandra Callmann, un étudiant diplômé en chimie et en biochimie à l'Université de Californie, San Diego, et premier auteur du rapport publié dans la revue Advanced Materials Juillet 14 ans.

Le système tire parti d'une classe d'enzymes appelée métalloprotéinase matricielles que de nombreux cancers produisent en abondance. Les MMPs mâchent à travers les membranes, permettant aux cellules cancéreuses de s'échapper pour coloniser d'autres régions du corps, avec souvent des conséquences mortelles.

Callmann a créé de minuscules sphères emballés avec le médicament paclitaxel anti-cancer (également connu sous les noms commerciaux de Taxol et Onxal) et enrobé dans une coque de peptide. Les MMPs déchirent cette coquille, libérant le médicament. Les fragments de coque forment une maille en lambeaux qui contient les molécules de médicament à proximité de la tumeur.

Le travail, mené par Nathan Gianneschi un professeur de chimie et de biochimie à l'UC San Diego, se fonde sur ses sucess antérieurs en utilisant une stratégie similaire pour à la fois marquer des tumeurs pour le diagnostic et une ablation chirurgicale précise.

Pour emballer le médicament dans les sphères, Callmann a dû ajouter des poignées chimiques. Un groupe d'atomes essentiels à l'efficacité de la molécule du médicament, ainsi qu'à la toxicité, a fait un bon point de fixation. Cela signifie que le médicament a été inactivé comme il a coulé à travers le système circulatoire jusqu'à atteindre la tumeur.

La protection a permis aux chercheurs de donner une dose 16 fois plus élevé que ce qu'ils pouvaient faire avec la formulation simple maintenant utilisé dans les cliniques de cancer, dans un essai chez la souris avec dans les tumeurs de fibrosarcome greffées.

Dans des essais préliminaires supplémentaires, Callmann et ses collègues ont été en mesure d'arrêter la croissance des tumeurs pendant au moins deux semaines, en utilisant une seule dose plus faible du médicament. Chez les souris traitées avec les nanoparticules revêtues de peptides qui sont imperméables aux MMPs ou avec une solution saline donnée, les tumeurs ont atteint la taille létales dans ce délai.

Gianneschi dit qu'ils vont élargir leur approche pour créer des systèmes de livraison pour d'autres molécules diagnostiques et thérapeutiques. "Ce type de plate-forme est pas spécifique au paclitaxel Nous allons tester cela dans d'autres modèles -.. Avec d'autres classes de médicaments et chez la souris avec un cancer qui imite cancer métastatique du , par exemple"

Ils vont aussi continuer à modifier l'enveloppe, afin de fournir une plus grande protection et éviter leur absorption par les organes tels que le foie, la rate et les reins, at-il dit. «Nous voulons ouvrir cette fenêtre thérapeutique."


Cette nouvelle approche à l'aide de l'assemblage de l'enzyme dirigée du théranostic de particules (EDAPT) est en instance de brevet.





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le paclitaxel, exopxt (50 X plus puissant) et ▶️triolimus (un cocktail de 3 médicaments )   Lun 27 Jan 2014 - 13:48



The study, published today in Nature Communications, explains how this tiny 'railway' system is a key target for cancer drugs and, as such, how this new discovery reveals how better drugs might be made. The tracks of this so called 'railway' are tiny tubes, called microtubules, 1000 times thinner than a human hair.

The research shows that a narrow seam that runs along the length of the microtubules is the weakest point. If the seam cracks and splits, the microtubule dissolves.

It has been known for some time that microtubules have a single seam that zips the structure together along its length, but the function of this seam has evaded scientists until now. By building microtubules with extra seams in the laboratory, and examining their stability using video microscopes, the researchers found that the more seams the microtubule has, the more unstable it becomes.

The new work dramatically alters thinking on how the microtubule system works and the search is now on for factors inside the cell that influence the stability of microtubule seams.

Microtubules are a validated target for cancer therapy drugs. For example Taxol™, used in breast cancer therapy, binds to microtubules and stops the microtubule from dissolving. This means the microtubule tracks cannot remodel themselves prior to cell division, which in turn stops the cells dividing, thus arresting the growth of cells including those forming cancerous tumors.

Professor Robert Cross, head of the research team at Warwick Medical School, explained, "It is clear that any new drugs aiming to stabilize or destabilize microtubules must target the microtubule seam. We expect this to lead us to a better understanding of the way microtubules are regulated in cells and why this sometimes goes wrong, such as in development of cancer."

"Our findings help us to understand how some existing cancer treatment drugs actually work and this in turn should lead to development of new generations of better and more effective anti-microtubule drugs."

---

L'étude, publiée aujourd'hui dans la revue Nature Communications , explique comment ce système minuscule de « chemin de fer» est un objectif clé pour les médicaments anticancéreux et , en tant que tel, cette nouvelle découverte révèle comment de meilleurs médicaments pourraient être faites . Les pistes de ce « chemin de fer » sont des tubes minuscules , appelés microtubules , 1000 fois plus fines qu'un cheveu humain .

La recherche montre qu'une couture étroite qui longe la longueur des microtubules est le point le plus faible . Si les fissures de couture craquent et cèdent, les microtubules se dissolvent.

Il a été connu pour un certain temps que les microtubules ont une seule couture qui ferme la structure tout le long de sa longueur, mais la fonction de cette couture a échappé aux scientifiques jusqu'à présent. En construisant des microtubules avec coutures supplémentaires dans le laboratoire, et en examinant leur stabilité à l'aide de microscopes vidéo, les chercheurs ont constaté que plus les microtubules ont des coutures, le plus instable elles deviennent.

Le nouveau travail modifie considérablement la réflexion sur la façon dont le système de microtubules fonctionne et la recherche est maintenant sur les facteurs à l'intérieur de la cellule qui influent sur la stabilité des couches de microtubules .

Les microtubules sont une cible validée pour les médicaments de thérapie du cancer. Par exemple, le Taxol, utilisé dans le traitement du cancer du sein, se lie aux microtubules et arrête le microtubule de se dissoudre . Cela signifie que les "rails" des microtubules ne peuvent pas se remodeler elles-mêmes avant la division cellulaire, ce qui empêche les cellules de se diviser, en arrêtant ainsi la croissance des cellules , y compris celles qui forment des tumeurs cancéreuses .

Professeur Robert Cross , chef de l'équipe de recherche à l' École de médecine de Warwick , a expliqué: « Il est clair que de nouveaux médicaments visant à stabiliser ou déstabiliser les microtubules doivent cibler la couture des microtubules . Nous espérons que cela mène à une meilleure compréhension de la façon dont les microtubules sont réglementés dans les cellules et pourquoi cela va mal parfois , comme dans le développement du cancer . "

"Nos résultats nous aident à comprendre comment certains médicaments de traitement du cancer existants fonctionnent réellement et ce qui devrait conduire au développement de nouvelles générations de meilleure qualité et plus efficaces anti-microtubules.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le paclitaxel, exopxt (50 X plus puissant) et ▶️triolimus (un cocktail de 3 médicaments )   Jeu 7 Fév 2013 - 14:46

Des fibres cellulaires pour bloquer le cancer
Jeudi, 07/02/2013


Ce mécanisme est à l'oeuvre dans des molécules comme le Taxol, issue de l'écorce de l'if et utilisée contre le cancer depuis plus de 20 ans. Mais le détail et le déroulement interne de ce mécanisme restait inconnu.

A l'issue de dix ans de recherches, les chercheurs de l'Institut Paul Scherrer et de l'ETH de Zurich sont parvenus à comprendre le fonctionnement de deux agents actifs qui sont capables, comme le Taxol, de contrôler les microtubules. Le premier est le zampanolide, une substance présente dans les éponges marines et le second est l'épothilon A, présent chez certaines bactéries.

Comme le souligne Andrea Prota du Laboratoire de recherche biomoléculaire de l'Institut Paul Scherrer, "Nous avons pour la première fois analysé de manière précise le type de liaison moléculaire impliqué et cela va nous permettre de développer des médicaments bien plus efficaces car nous possédons à présent le schéma complet de la "serrure" et de la "clé" moléculaire à activer.

C'est grâce à la Source de Lumière Synchroton Suisse de l'Institut Paul Scherrer que les chercheurs ont pu visualiser, par cristallographie, la structure des protéines concernées.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le paclitaxel, exopxt (50 X plus puissant) et ▶️triolimus (un cocktail de 3 médicaments )   Lun 17 Sep 2012 - 20:47

(Sep. 17, 2012) — The power of taxane-based chemotherapy drugs are misunderstood and potentially underestimated, according to researchers at Weill Cornell Medical College in the Sept. 15 issue of the journal Cancer Research.

Le pouvoir des médicaments basés sur les taxanes est imcompris et potentiellement sous-estimé.

Most physicians and investigators believe that taxane chemotherapy (paclitaxel, docetaxel and cabazitaxel) just does one thing -- stop a cancer cell from dividing -- but the team of Weill Cornell scientists has revealed it acts much more powerfully and broadly, especially against prostate cancer.

La plupart des docteurs et des chercheurs croient que la chimiothérapie avec des taxanes (paclitaxel, docetaxel, cabazitaxel) ne font qu'une chose : arrêter la division cellulaire. Mais les scientifiques croient qu'ils font plus, qu'ils sont plus forts et frappent plus largement spécialement contre le cancer de la

"Taxanes are one of the best class of chemotherapy drugs that we can use to treat our cancer patients, but while they are effective against a wide range of tumors, they don't work in all of them, and often patients become resistant," says the study's senior investigator, Dr. Paraskevi Giannakakou, an associate professor of pharmacology in medicine and pharmacology and director of laboratory research for the Division of Hematology and Medical Oncology at Weill Cornell. "However, our new understanding of the precise action of taxanes in a cancer cell may help us overcome drug insensitivity or acquired resistance to the drugs and design therapies that can be used in combination with them to improve cancer control."

"Les taxanes sont une des classes de médicaments de chimio que nous pouvons utilisées pour traiter nos patients mais bien qu'ils soient efficaces pour certains cancers, ils ne le sont pas pour tous les cancers, et souvent les cancers des patients deviennent résistants. Toutefois notre compréhension de l'action précise des taxanes dans une cellule cancéreuse peut nous aider à vaincre l'ensensibilité aux médicaments ou la résistance acquise et des thérapies spécialement déssinées peutvent nous aider à améliorer le contrôle sur la maladie.

In their study, the researchers stress that investigators must shift their attention away from taxane's function during cell division to the drugs' effects on halting the everyday movement of proteins and protein-to-protein communication within cancer cells -- and to understanding how and why a cancer cell can still survive. Researchers suggest that cancers that are insensitive to taxanes -- or those that have become resistant to them -- may, for example, switch to alternate forms of "transportation" to shuttle proteins within cells in a way that does not depend on the cell's skeletal structure which is the target of taxane therapy.

Dans leur étude, les chercheurs veulent comprendre comment et pourquoi une cellule cancéreuse survit aux taxanes. Ils suggèrent que peut-être les cellules qui sont devenues résistantes sont passées à un autre mode de transport pour les protéines dans les cellules, d'une manière qui ne dépend plus de la structure de la cellule qui est la cible de la thérapie aux taxanes.

Researchers showed in the study that the androgen receptor (AR), which is a driving force in prostate cancer growth and metastasis, "moves" along microtubules to be transported to the nucleus. When a taxane binds microtubules, it stops AR from traveling, thus inhibiting its activity. Taxane chemotherapy drugs such as paclitaxel, docetaxel and cabazitaxel work by binding tubulin, a protein that makes up microtubules. Microtubules are the rope-like channels that provide both a skeletal structure to cells as well as provide "highways" along which molecules, such as proteins, RNA complexes and vesicles, can travel from one part of the cell to another and interact with each other.

Les chercheurs ont démontré que le récepteurs d'androgène (AR) qui est la force motrice dans le cancer de la prostate pour ce qui est de la croissance et des métastases se déplace le long des microtubules vers le noyau. Quand les taxanes se lient aux microtubules, cela arrête le voyage du récepteur d'androgène et inhibe son activité. Les médicaments du groupe des taxanes comme le paclitaxel, le docetaxel et le cabazitaxel travaille en se liant à la tubuline, une protéine qui fait les microtubules. Les microtubules sont des canaux comme des cordes qui fournissent et le squelette et les chemins dans la cellule vers les autres molécules comme les protéines, les complexes de ARN et les vésicules. Ces éléments peuvent voyager ainsi l'un vers l'autre et interagir entre eux.

"Microtubules are the highly dynamic network of wires within cells, and when taxanes are used, the network stops moving," says Dr. Giannakakou. This is best observed when cancer cells attempt to divide, she says. "It is easy to see in the laboratory, that prostate cancer cells double every 30-48 hours, and taxane stops them from doing that, which pushes these cells to die. This leads everyone to think that this is exclusively how taxanes work -- they stop cells from dividing."

But Dr. Giannakakou and her research team point out in their new study that patients have significantly lower rates of cell division in their tumors than do cancer cells growing in the lab. In fact, cancer cells in prostate cancer patients only divide every 33-577 days, she says. "Thus, the therapeutic benefit of taxanes on microtubules depends on more than just stopping cell division."

"donc le bénéfice de la thérapie des taxanes sur les microtubules dépend de plus que de seulement stopper la division cellulaire"

The new insights provided by this study about the action of taxanes on AR trafficking helps explain the clinical activity of these drugs in the treatment of prostate cancer while at the same time can help researchers better understand why an individual patient might respond or not to taxane therapy. Such insights are critical for future chemotherapy customization, according to researchers.

The drug that was later named Taxol (pacilitaxel) was isolated from the bark of a Pacific yew tree by federal researchers in 1967 and was later synthesized. It 1993 it was approved for use in ovarian cancer, and has since been used for lung, breast, head and neck and other cancers. Taxotere (docetaxel), synthesized from chemicals extracted from the European yew tree, was developed as an alternative to Taxol, and is used for the treatment of many of the same cancer types. Cabazitaxel, the newest taxane, is a semi-synthetic paclitaxel analog and is used to treat patients with prostate cancer who have failed prior docetaxel chemotherapy.

"In the 20 years since Taxol was approved, hundreds of labs worldwide are trying to understand how taxanes work to stop cell division in cancer," Dr. Giannakakou says. "However, we think they need to now take a fresh approach and look at what these drugs do during the normal life cycle of a cancer cell and target the newly revealed underlying mechanisms and modes of movement with novel therapies, in combination with taxane therapy, to provide life-saving therapy for patients who don't benefit from taxanes."

Investigators working with Dr. Giannakakou on the study are the first author Maria Thadani-Mulero, who is a graduate student enrolled at Surrey University, UK performing her thesis work in Dr. Giannakakou's laboratory, and Dr. David M. Nanus, the Mark W. Pasmantier Professor of Hematology and Oncology in Medicine and chief of the Division of Hematology and Medical Oncology at Weill Cornell.

This study was funded by grants from the National Institutes of Health, the National Cancer Institute's Physical Sciences-Oncology Center at Cornell University, the Weill Cornell Clinical and Translational Science Center, a Creativity Award from the Prostate Cancer Foundation, and support from the Genitourinary Oncology Research Fund.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Optimiste
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 4835
Date d'inscription : 27/02/2005

MessageSujet: Re: Le paclitaxel, exopxt (50 X plus puissant) et ▶️triolimus (un cocktail de 3 médicaments )   Ven 15 Avr 2005 - 16:11

Ah oui effectivement !!!
J'avais aucune idée de cela , Denis !!
Tu m'epates vraiment , ami !
Il est vrai que le monde moderne n'a pas amener que du bon !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le paclitaxel, exopxt (50 X plus puissant) et ▶️triolimus (un cocktail de 3 médicaments )   Ven 15 Avr 2005 - 16:09

Je penserais plutôt à la nourriture mais je ne sais pas vraiment.

Je crois que la nourriture préparé avec toutes sortes d'agents de préservation pourrait bien être la source de bien des maladies. Prends les chips ça été inventé pour se conserver quasiment indéfiniment pour les soldats américains quand ils étaient en rase campagne.

Après on est étonné que les cellules qui se nourrissent de ces produits chimiques ne veuillent pas mourir et se conservent au détriment de la santé de l'individu...

Denis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Optimiste
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 4835
Date d'inscription : 27/02/2005

MessageSujet: Re: Le paclitaxel, exopxt (50 X plus puissant) et ▶️triolimus (un cocktail de 3 médicaments )   Ven 15 Avr 2005 - 16:02

Interessant , et étonnant aussi !!!
J'avais déjà entendu parler d'un risque moins "élevé" chez les femmes qui allaitent ...
(ce fut mon cas ,pour les trois ... génial comme truc l'allaitement ..!)
Je sais aussi que dans le cas d'un cancer du colon , j'ai plus de probabilité que d'autres de faire un cancer du sein , peu le savent , mais le cancer du colon peut se disséminer dans les poumons ( comme beaucoup .) dans le foie ,et aussi donc , on decouvre recemment , d'apres mon gynéco , un lien avec le cancer du sein ....
( je suis bien suivie et preventivement j'ai des examens depuis bien avant pour d'autres problemes de femme , c'est rassurant !)
Dans mon boulot j'ai dejà eu à "accompagner " des femmes ayant eu un cancer du sein , dont l'une avait eu l'ablation du sein , que de douleur autre que physique !!!
Pour les japonaises selon qu'elles vivent dans leur pays ou pas est troublant et pourrait confirmer l' impact psychologique , non ?
...............................................................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Le paclitaxel, exopxt (50 X plus puissant) et ▶️triolimus (un cocktail de 3 médicaments )   Ven 15 Avr 2005 - 15:49



Parue dans le Journal of Clinical Oncology, une étude sur le cancer du sein, coordonnée par l’Institut Curie, véritable centre de référence pour cette pathologie, apporte d’éventuels débouchés thérapeutiques. Un médicament, le paclitaxel, de la famille des taxanes, un dérivé de l’écorce de l’if, a été administré pendant cinq ans à 200 patientes qui ne pouvaient pas bénéficier d’un traitement conservateur. Le résultat montre que cette molécule réduit la taille de la tumeur chez 89 % des patientes contre 70 % aujourd’hui avec le traitement de référence. Utilisé jusqu’à présent en phase avancée de la maladie, ce médicament pourrait à l’avenir être administré avant l’intervention chirurgicale et donc permettre d’éviter une fois sur deux l’ablation du sein.

Avec 42 000 nouveaux cas annuels, le cancer du sein est le plus fréquent des cancers en France. Il y représente 35,7 % des cancers féminins et atteint majoritairement des femmes jeunes et actives (la moitié a moins de soixante et un ans au moment du diagnostic). Et au cours des vingt dernières années, le nombre des nouveaux cas de cancer du sein a augmenté de 50 %. La thérapeutique ayant progressé en même temps, la mortalité est restée relativement stable. Mais les épidémiologistes considèrent qu’aujourd’hui une Française sur huit pourrait développer un cancer du sein au cours de sa vie. Les causes de ce que certains nomment une épidémie restent encore floues. La prédisposition génétique peut expliquer 5 % des cas. La pilule pourrait augmenter légèrement les risques, ainsi que le traitement hormonal substitutif (THS) de la ménopause, comme l’a confirmé la dernière enquête INSERM. Les grossesses tardives et l’absence d’allaitement seraient également un facteur favorisant.

L’alimentation riche en graisses animales pourrait de même être un problème. Un point reste mystérieux : le cancer du augmente dans tous les pays riches sauf au Japon ! Mais les femmes japonaises immigrées aux États-Unis ont les mêmes risques que l’ensemble des femmes américaines !

Maud Dugrand

article du 15 avril 2005



Paclitaxel  


Noms commerciaux :

Paclitaxel-Mepha® (Suisse),
Paclitaxèle «Ebewe»® (Suisse),
Paxene® (Belgique, France),
Taxol® (Belgique, France, Suisse)


Dernière édition par Denis le Sam 22 Oct 2016 - 19:10, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le paclitaxel, exopxt (50 X plus puissant) et ▶️triolimus (un cocktail de 3 médicaments )   Aujourd'hui à 9:38

Revenir en haut Aller en bas
 
Le paclitaxel, exopxt (50 X plus puissant) et ▶️triolimus (un cocktail de 3 médicaments )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le paclitaxel, dérivé de l'écorce de l'if. (Taxol) et exopxt (50 X plus puissant)
» VIENS ESPRIT SAINT "Dieu d'Amour,viens tel un vent puissant"...
» Saint Pierre Canisius Docteur de l'Eglise, commentaire du jour "Le Puissant fit pour moi des merveilles"
» PERE ÉTERNEL et TOUT PUISSANT!
» PUISSANT (Jean-Baptiste) - Sous-lieutenant - 30è de ligne -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: