AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le niveau de COX-2 prédit la rechute (cancer de la prostate)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le niveau de COX-2 prédit la rechute (cancer de la prostate)   Jeu 1 Mai 2014 - 10:32

A key genetic switch linked to the development, progression and outcome of cancer has been discovered by scientists, a finding that may lead to new targets for cancer therapies. The switch, a string of nucleotides dubbed a long non-coding RNA (lncRNA), does not code for proteins like regular RNA. Instead, the scientists found, this particular lncRNA acts as an on/off switch for a key gene whose excessive activity is tied to inflammation and cancer, COX-2.

Une clé génétique importante liée au développement, à la progression et au développement final du cancer a été découverte par les scientifiques, une découverte qui pourrait conduire à de nouvelles cibles pour de nouvelles thérapies contre le cancer. Cette "switch", un enchainement spécial de nucléotides de ARNs ne fait pas de protéines comme les ARNs ordinaires. Les scientifiques ont découvert qu'à la place, cet enchainement agit comme un interrupteur pour un gène important dont l'activité excessive est lié à l'inflammation et au cancer, COX-2.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le niveau de COX-2 prédit la rechute (cancer de la prostate)   Mar 29 Nov 2011 - 17:22

Le score de Gleason, meilleur outil d’évaluation pronostique du cancer de la prostate, n’est pas infaillible. Une proportion non négligeable de patients à score bas (6 ou 7) développe un cancer agressif. Certaines signatures d’expression génétique sont associées à un mauvais pronostic et peuvent en compenser les défaillances.
À côté de l’utilisation de microsondes pour quantifier différentes sortes d’ARNm (ARN messagers) et définir ainsi diverses sous-classes de cancer du sein, une autre approche a été développée récemment, consistant à analyser la concordance d’expression d’une série de gènes sur- ou sous-exprimés au niveau des cellules souches embryonnaires. C’est ce qui définit la signature ESC. Mizuno et coll. ont découvert que les tumeurs mammaires à signature ESC sont presque toujours associées à une inactivation de p53 et ont un mauvais pronostic. Cette approche a été étendue à d’autres cancers et, en particulier, celui de la prostate.

Les auteurs ont évalué différentes signatures génétiques dans une cohorte de patients suédois (Sboner et coll.) Ils ont constitué cinq groupes, distingués par leur signature : « ESC/p53-/PTEN- » (groupe dit stem-like), « TMPRSS2-ERG » (groupe de fusion de gènes) et trois groupes d’activation de voies oncogéniques (« Cytokine/RAS/Mesenchyme » ; « transitional » ; « PRC2 »). Ils ont analysé la relation entre chacun de ces types et le score de Gleason, la survie globale et la mortalité.

Le groupe d’expression stem-like est associé à la survie la plus faible (57 mois en moyenne), avec un fort pourcentage de décès (81 %) ; le groupe de fusion de gènes à une survie moyenne de 93 mois (et taux de décès de 76 %) ; les trois autres groupes, comparables entre eux, se caractérisent par un taux de décès de moins de 55 %.

Les chercheurs ont calculé que les patients porteurs de la signature ESC/p53-/PTEN- ont un risque de décès triplé (3,3 fois supérieur), tandis qu’il est 1,8 fois supérieur dans le groupe TMPRSS2-ERG. Il est intéressant de souligner que, parmi les 200 patients à score de Gleason de 6 et 7 (bas), ceux ayant la signature « stem-like » ont un risque 2,7 fois plus grand (p = 0,01) de mourir de leur cancer.

Pour valider ces résultats dans une perspective clinique, l’équipe d’Arnold J. Levine a refait les mêmes analyses à partir d’une nouvelle série de données (131 cancers primitifs et 19 métastases, étude de Taylor et coll.), plus récentes, recueillies entre 2000 et 2006.

Dans cette seconde cohorte, le groupe avec la signature ESC/p53-/PTEN- était comparable. La même tendance est observée, à savoir des cancers plus agressifs dans le groupe « stem-like ». Globalement, 17 % des cas récidivants ou métastatiques sont retrouvés dans ce groupe et 33 % dans le groupe de fusion de gènes.

L’intérêt de ces travaux réside dans la découverte d’une nouvelle forme de classification pronostique,indépendamment du score de Gleason, puisque parmi les patients à score bas (6 ou 7), le risque de décès est 2,7 fois plus élevé dans le groupe « stem-like » que dans les groupes de signatures plus bénignes.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Le niveau de COX-2 prédit la rechute (cancer de la prostate)   Jeu 14 Sep 2006 - 16:55

Posted: September 14, 2006






NEW YORK (Reuters Health) - The level of cyclooxygenase-2 (COX-2) expression in prostate cancer cells is an independent predictor of disease recurrence following radical prostatectomy, researchers report in September issue of the International Journal of Cancer.

Le niveau de cyclooxygenase-2 dans les cellules du cancer de la prostate est un prédicteur indépendant de la rechute de la maladie.
The study, senior investigator Dr. Bal L. Lokeshwar told Reuters Health, "shows that COX-2, a pro-inflammatory enzyme, may be a cause of disease relapse in prostate cancer patients."
L'étude montre que le COX-2, une enzyme pro-inflammatoire peut être une cause de la rechute de la maladie.
Dr. Lokeshwar and colleagues at the University of Miami examined tissue specimens from 60 patients who had undergone radical prostatectomy. In all, 23 patients had recurrence after a mean of about 38 months. The remaining 37 were recurrence-free after a mean of 95 months.
Le Docteur Lokeshwar et ses collègues à l'université de Miami a examiné des spécimens de tissus de 60 patients qui ont subi une prostatectomie radicale. En tout, 23 patients ont eu une rechute après une moyenne de 38 mois. Les 37 qui restent ont été sans resurgence de la maladie pour une moyenne de 95 mois.
The researchers used immunohistochemical staining to evaluate the degree of COX-2 expression in prostate cancer cells, adjacent normal glands and in specimens from patients who later showed disease progression.
At 62-months of follow-up, COX-2 staining predicted progression with 82.4% sensitivity and 81.3% specificity. At more than 100 months, the corresponding proportions were 86.4% and 86.7%.
Preoperative prostate specific antigen (PSA) values and COX-2 expression were independent prognostic indicators. Overall, patients with a PSA level of greater than 7 ng/mL and the highest COX-2 expression had the highest risk of progression.
Thus, concluded Dr. Lokeshwar, "measuring COX-2 activity in patient's tissues, if available, may help dictate more aggressive treatment or more frequent follow-up care."Ainsi mesuré l'activité du COX-2 dans le tissu des patients si disponible peut aider à prévoir des traitements plus sévères ou de plus fréquents suivis.


Dernière édition par Denis le Mar 29 Nov 2011 - 17:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le niveau de COX-2 prédit la rechute (cancer de la prostate)   Aujourd'hui à 16:38

Revenir en haut Aller en bas
 
Le niveau de COX-2 prédit la rechute (cancer de la prostate)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Y a t-il un lien entre le niveau spirituel de l'âme (le degré de la foi) et la peur de la mort?
» Niveau de stress et son orientation : test
» niveau a llg
» être "au niveau divin"... en soi
» Que faire sans Bac, mais avec niveau Bac?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: