AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Nouvelles méthodes pour combattre le cancer du pancréas.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16508
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles méthodes pour combattre le cancer du pancréas.   Lun 27 Mar 2017 - 10:18

The development of new treatments for pancreatic cancer is set to be transformed by a network of clinical trials, aiming to find the right trial for the right patient, after a £10 million investment from Cancer Research UK.

The investment will support the PRECISION Panc project which aims to develop personalised treatments for pancreatic cancer patients, improving the options and outcomes for a disease where survival rates have remained stubbornly low.

Professor Andrew Biankin at the University of Glasgow, who has pioneered the project along with researchers across the UK, aims to speed up recruitment and enrolment of pancreatic cancer patients to clinical trials that are right for the individual patient.

The researchers will use the molecular profile of each individual cancer to offer patients and their doctor a menu of trials that might benefit them.

The first wave of research will establish the best way to collect and profile patient tissue samples. Each patient will have up to five samples taken from their tumour at diagnosis for analysis at the University of Glasgow.

The results will guide clinical trial options in the future.

The three trials planned as part of this initiative will recruit a total of 658 patients from a number of centres across the UK -- with the scope to add more trials in the future. Patients may also be helped onto suitable clinical trials that are already up and running.

Professor Andrew Biankin, a Cancer Research UK pancreatic cancer expert at the University of Glasgow, said: "PRECISION Panc aims to transform how we treat pancreatic cancer by matching the right treatment to the right patient.

"Because the disease is so aggressive, patients may receive no treatment at all or if they are given an option it will be for just one line of treatment, so it's essential that the most suitable treatment is identified quickly. It's important we offer all patients the opportunity to be part of research alongside their standard care."

The programme will ensure discoveries from the lab rapidly reach patients, and that data from clinical trials feed back into research of the disease.

Cancer Research UK's investment will support two of the three clinical trials, preclinical work, assay development, biomarker work and the huge amount of molecular sequencing.

The charity's funding will also provide overarching support though project management, funding staff, and a steering committee.

Professor Biankin added: "PRECISION Panc has been developed over the course of three years through the unwavering commitment of pancreatic clinicians and researchers who see that the patients deserve much more than is currently available to them. I'm fully committed to this project and I believe we're on the cusp of making some incredible advances which will provide therapeutic options to help people affected by this terrible disease.

"Without Cancer Research UK and their vision for cancer precision medicine, and the commitment of the other stakeholders, we couldn't get PRECISION Panc up and running."

Dr Ian Walker, Cancer Research UK's director of clinical research, said: "This ambitious project marks a new era for pancreatic cancer. Little progress has been made in outcomes for pancreatic cancer patients over the last 40 years, and we believe that PRECISION Panc will reshape how we approach treatment development.

"Cancer Research UK is determined to streamline research, to find the right clinical trial for all pancreatic cancer patients and to ensure laboratory discoveries have patient benefit."

---

Le développement de nouveaux traitements pour le cancer du pancréas devrait être transformé par un réseau d'essais cliniques, visant à trouver le bon essai pour le bon patient, après un investissement de 10 millions de dollars de Cancer Research UK.

L'investissement appuiera le projet PRECISION Panc qui vise à développer des traitements personnalisés pour les patients atteints de cancer du pancréas, en améliorant les options et les résultats d'une maladie où les taux de survie restent obstinément bas.

Le professeur Andrew Biankin à l'Université de Glasgow, qui a été le pionnier du projet avec des chercheurs à travers le Royaume-Uni, vise à accélérer le recrutement et l'inscription des patients atteints de cancer du pancréas aux essais cliniques qui conviennent à chaque patient.

Les chercheurs utiliseront le profil moléculaire de chaque cancer individuel pour offrir aux patients et à leur médecin un menu de tests qui pourraient leur être utiles.

La première vague de recherche établira la meilleure façon de recueillir et de profiller des échantillons de tissus du patient. Chaque patient aura jusqu'à cinq échantillons prélevés de leur tumeur au diagnostic pour analyse à l'Université de Glasgow.

Les résultats guideront les options d'essais cliniques à l'avenir.

Les trois essais prévus dans le cadre de cette initiative recruteront au total 658 patients d'un certain nombre de centres à travers le Royaume-Uni - avec la possibilité d'ajouter d'autres essais à l'avenir. Les patients peuvent également être aidés sur des essais cliniques appropriés qui sont déjà opérationnels.

Le professeur Andrew Biankin, spécialiste du cancer du pancréas au Royaume-Uni, a déclaré: "PRECISION Panc vise à transformer la façon dont nous traitons le cancer du pancréas en associant le bon traitement au bon patient.

«Parce que la maladie est si agressive, les patients ne reçoivent aucun traitement du tout ou si on leur donne une option, ce sera pour une seule ligne de traitement, il est donc essentiel que le traitement le plus approprié soit identifié rapidement. C'est important que nous donnions aux partients la possibilité de faire partie de la recherche en même temps que de recevoir leurs soins standard. "

Le programme permettra aux découvertes du laboratoire d'atteindre rapidement les patients, et que les données des essais cliniques alimentent la recherche de la maladie.

L'investissement de Cancer Research UK soutiendra deux des trois essais cliniques, le travail préclinique, le développement du dosage, le travail des biomarqueurs et l'énorme quantité de séquençage moléculaire.

Le financement de l'organisme de bienfaisance fournira également un soutien général par la direction du projet, le personnel de financement et un comité directeur.

Le professeur Biankin a ajouté: «PRECISION Panc a été développé au cours de trois ans grâce à l'engagement inébranlable des cliniciens et des chercheurs pancréatiques qui voient que les patients méritent beaucoup plus que ce qui est actuellement disponible pour eux. Croyons que nous sommes sur le point de faire des progrès incroyables qui fournira des options thérapeutiques pour aider les personnes touchées par cette terrible maladie.

«Sans Cancer Research UK et leur vision de la médecine de précision en cancérologie, et l'engagement des autres parties prenantes, nous ne pourrions pas mettre en place PRECISION Panc.

Dr Ian Walker, directeur de recherche clinique de Cancer Research UK, a déclaré: «Ce projet ambitieux marque une nouvelle ère pour le cancer du pancréas. Peu de progrès a été réalisé dans les résultats pour les patients souffrant de cancer du pancréas au cours des 40 dernières années et nous croyons que PRECISION Panc Remodelera la façon dont nous abordons le développement du traitement.

"Cancer Research UK est déterminé à rationaliser la recherche, à trouver le bon essai clinique pour tous les patients atteints de cancer du pancréas et à s'assurer que les découvertes en laboratoire ont des avantages pour les patients.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16508
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles méthodes pour combattre le cancer du pancréas.   Jeu 23 Fév 2017 - 20:10

Why are pancreatic tumors so resistant to treatment? One reason is that the "wound"-like tissue that surrounds the tumors, called stroma, is much more dense than stromal tissue surrounding other, more treatable tumor types. Stromal tissue is believed to contain factors that aid tumor survival and growth. Importantly, in pancreatic cancer, its density is thought to be a factor in preventing cancer-killing drugs from reaching the tumor.

"You can think of a pancreas tumor as a big raisin oatmeal cookie, with the raisins representing the cancer cells and oatmeal portion representing the dense stroma that makes up over 90% of the tumor," says David Tuveson, M.D., Ph.D., Director of the Cancer Center at Cold Spring Harbor Laboratory (CSHL). Tuveson leads the Lustgarten Foundation Designated Lab in Pancreatic Cancer Research at CSHL, and his team today reports an important discovery about stromal tissue in the major form of pancreatic cancer, called pancreatic ductal adenocarcinoma, or PDA.

Tuveson, who is also Director of Research for the Lustgarten Foundation, wants to know more about stromal tissue in PDA. "We were interested to read the results obtained by researchers in other labs, who targeted the stroma in various ways, sometimes with encouraging results, but sometimes causing tumors to grow even faster" he explains.

"These conflicting results suggested to us that we still did not know enough about the stroma," says Daniel Öhlund, M.D., Ph.D., co-first author with graduate student Abram Handly-Santana, postdoc Giulia Biffi Ph.D., and postdoc Ela Elyada Ph.D., of the team's paper, published online in the Journal of Experimental Medicine.

Stroma in PDA becomes what scientists call "desmoplastic." Its dense, fibrous texture which presents a formidable barrier surrounding a tumor consists of structure-providing connective tissue; cells called fibroblasts which produce the main part of this connective tissue; and a plethora of immune cell types drawn to the tumor site as well as cells that form blood vessels, which bring nutrients to the tumor.

Tuveson's team capitalized on a technology he and colleagues co-developed with scientists Sylvia Fernandez-Boj and Hans Clevers several years ago: the ability to grow cultures of pancreatic tumors -- sampled from people and mice -- that develop in a 3-dimensional medium. Called pancreatic organoids, these small spheres mimic the biology of the tumor samples from which they are derived, and thus are a valuable aid for researchers trying to learn more about tumor biology and testing new combinations of treatments on them.

In the experiments reported today, organoid technology is taken to a new level, in which organoids derived from tumors are for the first time "co-cultured" with one component of the stroma in which actual tumors grow. The result is a more realistic rendering of what happens in the pancreas of cancer patients -- and yet, in a stripped-down, simplified way, such that the effect of adding a single new factor, in this case from stroma, can be clearly parsed.

The additional factor added to the organoid culture was a cell-type called CAFs -- cancer-associated fibroblasts, which happen to be the targets of past attempts to therapeutically target stroma in PDA. "CAFs are like connective tissue factories in the tumor," says Dr. Öhlund. "They're producing the connective tissue that you see in the stroma of pancreatic cancer, the 'oatmeal' in the cookie. In the past, scientists have proposed that the connective tissue is something you want to get rid of because it's believed to help the cancer cells develop and proliferate."

Fibroblasts form part of the stroma and are typically non-cancerous, but contribute to the cancer's development by secreting, among other factors, structure-providing molecules to the stroma. But that is only one of their functions. Experiments led by Öhlund and team in human- and mouse tumor-derived organoids, demonstrated something not previously known: fibroblasts come in at least two varieties in PDA, and possibly more.

This discovery of heterogeneity in the fibroblast portion of the stroma in pancreatic cancer opens up the field to a host of new possibilities. One subtype of fibroblast noted by Tuveson's team was distinguished by its production of high levels of a protein called alpha smooth muscle actin, or ?SMA. Öhlund discovered that the fibroblasts producing ?SMA were immediately adjacent to neoplastic tumor cells in human and mouse tumor tissue. This result was subsequently observed in PDA organoids grown as co-cultures with fibroblasts. Furthermore, the team noticed that this co-culture resulted in the formation of desmoplastic stroma -- the dense, material that confounds treatment in human patients today.

Handly-Santana discovered that a second fibroblast subtype was distinct from others due to production and secretion of the immune-response modulating factor Interleukin 6 ( IL-6). In contrast to the ?SMA-expressing fibroblasts, the IL-6-secreting fibroblasts were found to be more distant from cancer cells in human and mouse PDA tumors, and organoid co-cultures, and did not express elevated amounts of ?SMA. IL-6 has also been linked to cancer cell proliferation and the process of cachexia, a muscle wasting syndrome that causes weakness and immune suppression in many pancreatic cancer patients. "The question has always been, what cells make the IL-6," Tuveson notes, "and the subsequent work by Ela Elyada revealed that this subpopulation of fibroblasts was the major IL-6 producer in PDA tumors."

"Our findings underscore that stroma is not unitary but rather heterogeneous in PDA," Tuveson says, "and this, in turn, provides our team and others in the field an opportunity to develop therapeutic agents that target specific fibroblast populations." There is much work to be still done, he says, regarding the factors that are responsible for this behavior, "and Giulia and Ela are hot on the trail of these mechanisms."

"The traditional view of the tumor stroma as a uniformly pro-tumorigenic niche needs reconsideration since certain fibroblasts subtypes might have pro-tumorigenic properties while others might have anti-tumorigenic properties. Therapeutic development must consider this possibility," Tuveson summarizes.

---

Pourquoi les tumeurs pancréatiques sont-elles si résistantes au traitement? Une raison en est que le tissu ressemblant à une «blessure» qui entoure les tumeurs, appelé stroma, est beaucoup plus dense que le tissu stromal entourant d'autres types de tumeurs plus faciles à traiter. On pense que le tissu stromal contient des facteurs qui aident à la survie et à la croissance des tumeurs. Fait important, dans le cancer du pancréas, sa densité est pensé pour être un facteur pour stopper des médicaments cancérogènes et les empêcher d'atteindre la tumeur.

«On peut penser à une tumeur du pancréas comme un gros gâteau d'avoine raisin, avec les raisins représentant les cellules cancéreuses et la portion d'avoine représentant le stroma dense qui représente plus de 90% de la tumeur», explique David Tuveson, MD, Ph.D. , Directeur du Centre du cancer au Cold Spring Harbor Laboratory (CSHL). Tuveson dirige le laboratoire désigné de la Fondation Lustgarten en recherche sur le cancer du pancréas au CSHL et son équipe rapporte aujourd'hui une découverte importante sur le tissu stromal dans la forme majeure du cancer pancréatique, appelé adénocarcinome canalaire pancréatique ou PDA.

Tuveson, qui est également directeur de la recherche pour la Fondation Lustgarten, veut en savoir plus sur le tissu stromal dans le PDA. "Nous étions intéressés à lire les résultats obtenus par des chercheurs d'autres laboratoires, qui ont ciblé le stroma de diverses façons, parfois avec des résultats encourageants, mais parfois faisant croitre les tumeurs encore plus vite", explique-t-il.

«Ces résultats contradictoires nous ont suggéré que nous n'en savions toujours pas assez sur le stroma», explique Daniel Öhlund, MD, Ph.D., co-premier auteur avec l'étudiant diplômé Abram Handly-Santana, postdoc Giulia Biffi Ph.D., Et postdoc Ela Elyada Ph.D., de l'équipe du papier, publié en ligne dans le Journal of Experimental Medicine.

Le stroma dans le PDA devient ce que les scientifiques appellent "desmoplastique." Sa texture dense et fibreuse, qui présente une formidable barrière entourant une tumeur, est constituée de tissu conjonctif porteur de structure; Des cellules appelées fibroblastes qui produisent la partie principale de ce tissu conjonctif; Et une pléthore de types de cellules immunitaires attirés vers le site de la tumeur ainsi que les cellules qui forment des vaisseaux sanguins, qui apportent des nutriments à la tumeur.

L'équipe de Tuveson a capitalisé sur une technologie que lui et ses collègues ont développée conjointement avec les scientifiques Sylvia Fernandez-Boj et Hans Clevers il y a plusieurs années: la capacité à cultiver des tumeurs pancréatiques - échantillonnées à partir de personnes et de souris - qui se développent dans un milieu tridimensionnel . Appelées organoïdes pancréatiques, ces petites sphères imitent la biologie des échantillons de tumeurs dont elles sont dérivées et sont donc une aide précieuse pour les chercheurs qui essaient d'en apprendre davantage sur la biologie des tumeurs et de tester de nouvelles combinaisons de traitements sur elles.

Dans les expériences rapportées aujourd'hui, la technologie organoïde est portée à un nouveau niveau, dans lequel les organoïdes dérivés de tumeurs sont pour la première fois «co-cultivés» avec un composant du stroma dans lequel les tumeurs réelles poussent. Le résultat est une représentation plus réaliste de ce qui se passe dans le pancréas des patients cancéreux - et pourtant, d'une manière simplifiée et dépouillée, de sorte que l'effet d'ajouter un seul facteur nouveau, dans ce cas à partir du stroma, peut être clairement Analysé

Le facteur supplémentaire ajouté à la culture organoid était un type cellulaire appelé CAFs - fibroblastes associés au cancer, qui se trouvent être les cibles des tentatives passées de cible thérapeutique du stroma dans PDA. «Les CAF ressemblent à des usines de tissus conjonctifs dans la tumeur», dit le Dr Öhlund. «Ils produisent le tissu conjonctif que vous voyez dans le stroma du cancer du pancréas, la« farine d'avoine »dans le cookie. Dans le passé, les scientifiques ont proposé que le tissu conjonctif est quelque chose que vous voulez vous débarrasser parce qu'il est censé aider Les cellules cancéreuses qui se développent et prolifèrent. "

Les fibroblastes font partie du stroma et sont typiquement non cancéreux, mais contribuent au développement du cancer en sécrétant, entre autres facteurs, des molécules fournissant une structure au stroma. Mais ce n'est là qu'une de leurs fonctions. Les expériences menées par Öhlund et l'équipe de l'homme et de la souris dérivés de tumeurs organoïdes, a démontré quelque chose de pas connu auparavant: les fibroblastes viennent dans au moins deux variétés dans le PDA, et peut-être plus.

Cette découverte d'hétérogénéité dans la portion de fibroblaste du stroma dans le cancer pancréatique ouvre le champ à une foule de nouvelles possibilités. Un sous-type de fibroblaste noté par l'équipe de Tuveson a été distingué par sa production de niveaux élevés d'une protéine appelée alpha smooth muscle actin, ou SMA. Öhlund a découvert que les fibroblastes produisant du SMA étaient immédiatement adjacentes aux cellules tumorales néoplasiques dans le tissu tumoral humain et de souris. Ce résultat a ensuite été observé dans des organoïdes PDA cultivés en co-cultures avec des fibroblastes. De plus, l'équipe a remarqué que cette co-culture a entraîné la formation de stroma desmoplastique - la matière dense, qui confond le traitement chez les patients humains aujourd'hui.

Handly-Santana a découvert qu'un second sous-type de fibroblaste était distinct des autres en raison de la production et de la sécrétion du facteur modulateur de la réponse immunitaire Interleukine 6 (IL-6). Contrairement à la fibroïde exprimant SMA

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16508
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles méthodes pour combattre le cancer du pancréas.   Mer 18 Jan 2017 - 19:58

Cancer cells often delete genes that normally suppress tumor formation. These deletions also may extend to neighboring genes, an event known as "collateral lethality," which may create new options for development of therapies for several cancers.

Scientists at The University of Texas MD Anderson Cancer Center have discovered that during early cancer development when a common tumor suppressor known as SMAD4 is deleted, a nearby metabolic enzyme gene called malic enzyme 2 (ME2) also is eradicated, suggesting the possibility of malic enzyme inhibitors as a novel therapy approach. Study findings were published in the Jan. 18 online issue of Nature.

"In an effort to expand therapeutic strategies beyond oncogenic targets to those not directly linked to cancer development, we have identified collateral lethal vulnerability in pancreatic cancers that can be targeted pharmacologically in certain patient populations," said Prasenjit Dey, Ph.D., postdoctoral fellow in Cancer Biology and co-author of the Nature article. "Genomic data across several cancers further suggest this therapeutic strategy may aid many cancer patients, including those with stomach and colon cancers."

Collateral lethality occurs when tumor suppressor genes are deleted, a nearly universal occurrence in cancer. Correspondingly, a large number of genes with no direct role in tumor progression also are deleted as a result of their proximity to tumor suppressor genes.

SMAD4 is deleted in one-third of pancreatic cancers. The research team found that when the SMAD4 gene is eradicated in mice, it also results in depletion of ME2 levels. The genetic depletion of ME3, a sister gene to ME2, sets off a complex chain of events that ultimately regulates an amino acid group called branched chain amino acid (BCAA), which are crucial to cancer's ability to thrive. Thus, if a therapy could be developed that inhibits ME3, it might prevent ME2-deleted tumor growth.

"Our work suggests a mechanism for cell lethality involving the regulation of BCAAs as crucial elements in pancreatic cancer by regulating ME3," said Ronald DePinho, M.D., professor of Cancer Biology, senior author of the Nature paper and president of MD Anderson. "We propose that highly specific ME3 inhibitors could provide an effective therapy for many cancer patients, but more research must be done."

---

Les cellules cancéreuses suppriment souvent les gènes qui suppriment normalement la formation des tumeurs. Ces délétions peuvent également s'étendre aux gènes voisins, un événement appelé «létalité collatérale», qui peut créer de nouvelles options pour le développement de thérapies pour plusieurs cancers.

Des scientifiques du Centre de Cancer MD Anderson de l'Université du Texas ont découvert que lors du développement précoce du cancer lorsqu'un suppresseur tumoral commun dénommé SMAD4 est supprimé, un gène métabolique voisin appelé enzyme malique 2 (ME2) est également éradiqué, suggérant la possibilité d'inhibiteurs de l'enzyme malique comme nouvelle approche thérapeutique. Les résultats de l'étude ont été publiés dans le numéro en ligne du 18 janvier de Nature.

"Dans un effort pour étendre les stratégies thérapeutiques au-delà des cibles oncogéniques à ceux qui ne sont pas directement liés au développement du cancer, nous avons identifié la vulnérabilité létale collatérale dans les cancers pancréatiques qui peuvent être ciblées pharmacologiquement dans certaines populations de patients", a déclaré Prasenjit Dey, Ph.D., postdoctoral Fellow en biologie du cancer et co-auteur de l'article Nature. " Des données génomiques à travers plusieurs cancers suggèrent encore cette stratégie thérapeutique peut aider de nombreux patients atteints de cancer, y compris ceux avec des cancers de l'estomac et du colon."

La létalité collatérale survient lorsque les gènes suppresseurs de tumeur sont supprimés, un événement presque universel dans le cancer. En conséquence, un grand nombre de gènes n'ayant aucun rôle direct dans la progression tumorale sont également supprimés en raison de leur proximité avec des gènes suppresseurs de tumeurs.

SMAD4 est supprimé dans un tiers des cancers pancréatiques. L'équipe de recherche a constaté que lorsque le gène SMAD4 est éradiqué chez la souris, il entraîne également l'épuisement des niveaux ME2. L'épuisement génétique de ME3, un gène soeur de ME2, déclenche une chaîne complexe d'événements qui, en fin de compte, régule un groupe d'acides aminés appelé acide aminé à chaîne ramifiée (BCAA), qui sont essentiels à la capacité du cancer de prospérer. Ainsi, si une thérapie pouvait être développée qui inhibe ME3, elle pourrait empêcher la croissance tumorale due à ME2 supprimée.

«Notre travail suggère un mécanisme de létalité cellulaire impliquant la régulation de BCAAs comme des éléments cruciaux dans le cancer du pancréas en régulant ME3», a déclaré Ronald DePinho, M.D., professeur de Cancer Biology, auteur principal du papier Nature et président de MD Anderson. «Nous proposons que de très spécifiques inhibiteurs de ME3 pourraient fournir une thérapie efficace pour de nombreux patients atteints de cancer, mais plus de recherches doivent être fait."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16508
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles méthodes pour combattre le cancer du pancréas.   Lun 12 Sep 2016 - 19:34

New research from The Tisch Cancer Institute at the Icahn School of Medicine at Mount Sinai identifies a protein that may be an unexplored target to develop new cancer therapies. The protein, known as kinase suppressor of Ras, or KSR, is a pseudoenzyme that plays a critical role in the transmission of signals in the cell determining whether cells grow, divide, or die. The findings, published in the September issue of the journal Nature, show that targeting KSR could have important therapeutic implications, potentially improving outcomes in many aggressing cancers such as lung and pancreatic cancer.

Ras is the most frequently mutated human cancer gene (oncogene), yet despite recent breakthroughs, therapeutic options to target Ras-dependent cancers remain limited. Previous studies had supported the possibility of targeting oncogenic forms of Ras via KSR, but no pharmacological approaches had been reported until now.

"New drug targets for Ras-dependent cancers have long been sought," said Arvin Dar, PhD, Assistant Professor of Oncological Sciences and Pharmacological Sciences at The Tisch Cancer Institute at the Icahn School of Medicine at Mount Sinai and lead researcher on the study. "We used data on known genetic variants in KSR that suppress mutant Ras signaling to guide the development of novel compounds. In this way our study took a very different approach as we have used chemistry to mimic genetic mechanisms that are able to block the development of Ras-dependent cancers."

The lead compound reported in the study, APS-2-79, was shown to modulate Ras signaling and increased the potency of several other cancer drugs within RAS-mutant cell lines. "KSR belongs to a large class of proteins that are not only implicated in the development of cancer, but also other diseases as well," Dr. Dar explained. "No one has really figured out how to exploit these important drug targets. Our study opens the possibility of modulating KSR as a new cancer therapy and also potentially an entirely new class of interventions."

---

Une nouvelle étude de l'Institut du cancer Tisch identifie une protéine qui peut être une cible inexplorée pour développer de nouvelles thérapies contre le cancer. La protéine, appelée kinase suppresseur de Ras ou KSR, est un pseudoenzyme qui joue un rôle essentiel dans la transmission des signaux dans la cellule pour déterminer si les cellules croissent, se divisent, ou meurent. Les résultats, publiés dans le numéro de Septembre de la revue Nature, montrent que le ciblage KSR pourrait avoir des implications thérapeutiques importantes, ce qui pourrait améliorer les résultats dans de nombreux cancers agressifs comme les cancers du et le cancer du .

Ras est le gène le plus fréquemment muté humain du cancer (oncogène), mais en dépit des avancées récentes, les options thérapeutiques pour cibler les cancers dépendants de Ras restent limitées. Des études antérieures avaient soutenu la possibilité de cibler les formes oncogéniques de Ras via KSR, mais aucune des approches pharmacologiques ont été signalés jusqu'à présent.

«Les nouvelles cibles médicamenteuses pour les cancers dépendants de Ras ont longtemps été recherchés", a déclaré Arvin Dar, PhD, professeur adjoint des sciences oncologiques et Pharmacological à l'Institut Tisch Cancer. "Nous avons utilisé des données sur les variantes génétiques connues dans KSR qui suppriment la signalisation de Ras mutant pour guider le développement de nouveaux composés. De cette façon, notre étude a pris une approche très différente parce que nous avons utilisé la chimie pour imiter les mécanismes génétiques qui sont capables de bloquer le développement des cancers dépendants de Ras ".

Le composé principal rapporté dans l'étude, l'APS-2-79, a été montré pour moduler la signalisation de Ras et augmente la puissance de plusieurs autres médicaments anticancéreux à l'intérieur de lignées cellulaires mutantes RAS. "KSR appartient à une grande classe de protéines qui ne sont pas seulement impliqué dans le développement du cancer, mais aussi dans d'autres maladies», a expliqué le Dr Dar. "Personne n'a vraiment compris comment exploiter ces cibles médicamenteuses importantes. Notre étude ouvre la possibilité de moduler KSR comme un nouveau traitement du cancer et aussi potentiellement une classe entièrement nouvelle d'interventions."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16508
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles méthodes pour combattre le cancer du pancréas.   Jeu 25 Aoû 2016 - 15:47

Internal conflict between cell types explains why the immune system struggles to recognize and attack pancreatic cancer. Curbing this infighting has the potential to make treatment more effective, according to a study led by researchers from NYU Langone Medical Center and its Perlmutter Cancer Center.

The study, which published Aug. 25 in Cell, describes how a powerful subset of immune cells, known as "gamma delta T cells," prevents other tumor-fighting T cells from entering pancreatic tumors. Without interference from gamma delta T-cells, CD4 and CD8 cells multiply and actively attack tumors the way they attack invading viruses or bacteria. Unfortunately, the immune system generates a large number of pro-tumor gamma delta T cells that infiltrate pancreatic tumors.

Recent advances in immunotherapy, an approach that activates a patient's immune system to combat cancer, boost the effects of CD4 or CD8 T cells. Results of the newly published study argue that this kind of immunotherapy must be more rigidly targeted in pancreatic cancer. Unless the gamma delta T-cells are blocked, CD4 and CD8 cells are unable to function or thwart cancer growth, the study finds.

"Standard immunotherapy does not work in pancreatic cancer, which is especially deadly. Now we have more information to help us understand why," says senior author George Miller, MD, head of the Immunology Program at Perlmutter, vice chair for research in the Department of Surgery, and associate professor in the Department of Cell Biology at NYU Langone. "The main anti-tumor defense mechanism is rendered completely useless in pancreatic cancer."

Miller's study focused on pancreatic ductal adenocarcinoma (PDA), which is nearly always fatal. While overall cancer survival rates have improved dramatically with the advent of modern therapies in the past two decades, only about 8 percent of people survive five years after their diagnosis with any form of pancreatic cancer.

Gamma delta T-cells are prolific in human PDA tumors, making up about 40 percent of T cells on average. This prompted Miller and lead author Donnele Daley, MD, a postdoctoral fellow and surgery resident at NYU Langone, to theorize that gamma delta T cells play a unique role in the promotion of pancreatic cancer, as the new study shows. Separate tests revealed that gamma delta cells alone do not promote tumor growth -- they simply prevent the tumor-fighting immune cells from working.

The findings also underscore the complexity of the immune system, says Miller. The same gamma delta T-cells that enable pancreatic cancer tumors to grow unchecked have been shown to fight other kinds of cancers, such as melanoma, some kidney cancers, and colon cancer. Not all immune cells have the same roles in different cancers, and they sometimes work against each other.

The research has important implications for the development of better diagnostics and treatment for pancreatic cancer. However, Miller cautions that translating it to humans may be challenging, because there is currently no known drug or other method that can block the action of gamma delta T-cells in humans.

In the current study, Miller's team analyzed tumor size and the quantity and type of immune cells present over time in mice bred with pancreatic cancer and lower numbers of gamma delta T-cells. Mice harboring pancreatic cancer with fewer than normal gamma delta cells survived nearly a year longer on average than mice with a normal number.


---


Le conflit interne entre les types cellulaires explique pourquoi le système immunitaire a du mal à reconnaître et à attaquer le cancer du pancréas. Freiner ces luttes a le potentiel de rendre le traitement plus efficace, selon une étude menée par des chercheurs de NYU Langone Medical Center et son Cancer Center Perlmutter.

L'étude, qui a publié le 25 août dans "Cell", décrit comment un sous-ensemble puissant de cellules immunitaires, appelées "cellules T gamma delta," empêche d'autres cellules T tumorales qui combattent pour pénétrer dans les tumeurs pancréatiques de le faire. Sans interférence des cellules T gamma delta, les cellules CD4 et CD8 se multiplieaient et attaqueraient activement les tumeurs de la façon dont ils attaquent l'invasion des virus ou des bactéries. Malheureusement, le système immunitaire génère un grand nombre de cellules T gamma delta pro-tumorales qui infiltrent les tumeurs pancréatiques.

Les progrès récents dans l'immunothérapie, une approche qui active le système immunitaire d'un patient à lutter contre le cancer, stimule les effets des cellules CD4 ou CD8 T. Les résultats de l'étude publiée récemment font valoir que ce type d'immunothérapie doit être plus rigide et ciblé dans le cancer du pancréas. À moins que le gamma delta cellules T soient bloqués, les cellules CD4 et CD8 sont incapables de fonctionner ou de contrecarrer la croissance du cancer, constate l'étude.

"L'immunothérapie standard ne fonctionne pas dans le cancer du pancréas. Maintenant, nous avons plus d'informations pour nous aider à comprendre pourquoi», dit l'auteur principal George Miller, MD, chef du programme d'immunologie à Perlmutter, vice-président pour la recherche dans le département de chirurgie, et professeur agrégé au Département de biologie cellulaire à l'Université de Langone New York. "Le principal mécanisme de défense anti-tumorale est rendue totalement inutile dans le cancer du pancréas."

L'étude de Miller s'est concentré sur l' adénocarcinome pancréatique canalaire (PDA).

Les T-cellules delta Gamma sont prolifiques dans les tumeurs humaines PDA, ce qui représente environ 40 pour cent des cellules T en moyenne. Cela a incité Miller et auteur principal Donnele Daley, MD, chercheur postdoctoral et la chirurgie résident à NYU Langone, à théoriser que le cellules T gamma delta  jouent un rôle unique dans la promotion du cancer du pancréas, comme la nouvelle étude montre. Des tests distincts ont révélé que les cellules gamma delta seule ne promeuvent pas la croissance de la tumeur - mais elles empêchent tout simplement les cellules immunitaires tumorales qui combattent le cancer de travailler.

Les résultats soulignent également la complexité du système immunitaire, dit Miller. Les mêmes cellules T gamma-delta qui permettent aux tumeurs cancéreuses pancréatiques de croître sans contrôle ont été montrés pour lutter contre d'autres types de cancers tels que le mélanome, des cancers du rein et le cancer du côlon. Toutes les cellules immunitaires n'ont pas les mêmes rôles dans divers cancers, et elles travaillent parfois les unes contre les autres.

La recherche a des implications importantes pour le développement de meilleurs diagnostics et de traitement pour le cancer du pancréas. Cependant, Miller prévient que traduire à l'homme peut être difficile, car il n'y a actuellement aucun médicament connu ou autre méthode qui peut bloquer l'action des cellules T gamma delta chez les humains.

Dans l'étude actuelle, l'équipe de Miller a analysé la taille de la tumeur et la quantité et le type de cellules immunitaires présentes au fil du temps chez les souris élevés avec un cancer du pancréas par rapport à la baisse du nombre de cellules T gamma delta. Les souris hébergeant le cancer du pancréas avec moins que les cellules gamma delta normales ont survécu près d'un an en moyenne plus longtemps que les souris avec un nombre normal.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16508
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles méthodes pour combattre le cancer du pancréas.   Sam 9 Fév 2013 - 12:08

J'avais déjà traduit cet article paru sur sciences daily le mois passé mais je trouve une autre traduction que je remets avec les articles sur le cancer du pancréas

voir aussi :

http://espoirs.forumactif.com/t1728-le-chemin-cellulaire-nf-kb

Des chercheurs américains de la célèbre clinique Mayo (Floride) ont identifié une nouvelle cible pour améliorer le traitement du cancer de l'adénocarcinome pancréatique qui représente plus de 95 pour cent des cas de cancer du ,

Les chercheurs ont montré qu'une voie moléculaire spécifique était activée pour promouvoir la croissance accélérée de tumeurs pancréatiques, et cette découverte a montré qu'il était possible de désactiver cette voie grâce à un médicament, le bortézomib, déjà utilisé dans le traitement de certains cancers du sang. Comme le souligne le docteur Peter Storz, "En ciblant cette voie pour diminuer la prolifération des cellules cancéreuses, nous espérons mettre au point une nouvelle stratégie pour le traitement du cancer du pancréas".

Le cancer du pancréas se traduit par une activation spécifique du facteur de transcription NF-kB, impliqué dans l'expression des gènes qui permettent une prolifération cellulaire anormale. Il existe deux voies par lesquelles NF-kB peuvent être activées, et les chercheurs ont choisi celle dans laquelle NF-kB est activé.

Ces travaux ont montré que l'activité accrue de la voie NF-kB du récepteur TNF favorise la croissance rapide des tumeurs pancréatiques et est corrélée à une agressivité accrue de ce cancer. Ils ont testé cette découverte dans 55 échantillons humains de cancer du pancréas, et ont constaté que dans sept cas sur dix ce mécanisme était fortement impliqué dans la prolifération de ce cancer.

Ils vont à présent expérimenter un cocktail de médicaments qui comprend notamment le bortezomib et d'autres inhibiteurs de molécules afin d'évaluer l'efficacité de cette nouvelle voie thérapeutique contre le cancer du pancréas.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16508
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles méthodes pour combattre le cancer du pancréas.   Mar 5 Fév 2013 - 18:57

Feb. 5, 2013 — Moffitt Cancer Center researchers have identified a gene that may better predict survival for pancreatic adenocarcinoma, the fourth leading cause of cancer deaths in the United States. Researcher Richard Kim, M.D., assistant member of the Experimental Therapeutics Program and colleagues from several other research institutions conducted a study that better defines the role of ribonucleotide reductase M1 (RRM1). The RRM1 gene encodes the regulatory subunit of ribonucleotide reductase, the molecular target of gemcitabine, a commonly used chemotherapy in pancreatic cancer.

Des chercheurs ont identifié un gène qui peut prédire une meilleure survie du cancer du . Ils ont défini d'une meilleure façon le rôle de RRM1. CE gène code pour une sous-unité de la ribonucleotide reductase, la molécule cible de la gemcitabine, un prosuit chimiothérapique couramment utlisé pour le cancer du pancréas.

In the study, which appeared in the Jan. 1 issue of Cancer, the research team investigated the therapeutic predictive value of RRM1 expression for the chemotherapy drug gemcitabine. They found that for patients with pancreatic adenocarcinoma removed by surgery, low RRM1 expression predicted an overall survival benefit with gemcitabine therapy. High RRM1 expression predicted benefit from non-gemcitabine therapy.

[b]Dans l'étude, les chercheurs évaluent si RRM1 prédit la survie après la chimio avec gemcitabine. Ils ont trouvé qu'une basse expression de RRM1 pour les patients dont la tumeur au pancréas a été enlevé par la chirugie prédit un avantage quant à la survie. ET une expression haute de RRM1 prédit un avantage pour les thérapies non avec gemcitabine.


Our findings indicate that to achieve the best survival after surgical resection, the level of RRM1 expression may be used to select which patients receive gemcitabine therapy and which do not," Kim said.

Pour avoir les meilleurs résultats après la résection du pancréas, le niveau de RRM1 peut donc discrimer qui peut recevoir de la gemcitabine et qui ne peut pas.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16508
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles méthodes pour combattre le cancer du pancréas.   Lun 4 Fév 2013 - 14:56


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16508
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles méthodes pour combattre le cancer du pancréas.   Mer 23 Jan 2013 - 20:50

(...)Il faut enfin évoquer les remarquables recherches de Patrick Couvreur, que nous suivons avec enthousiasme depuis de nombreuses années dans notre Lettre.

Ce chercheur du CNRS est devenu, depuis 15 ans, un spécialiste mondialement reconnu des nanotechnologies à finalité médicale. Il procède actuellement à la dernière phase d'essais cliniques d'un nano-vecteur, le squalène, capable d’acheminer de fortes doses de médicament pour détruire plusieurs types de tumeurs. Appliquée à la redoutable tumeur du , ce nanomédicament transportant de la gemcitabine permet de guérir les deux tiers des souris traitées alors qu’elles meurent toutes en moins de deux mois lorsqu’elles sont soumises à une chimiothérapie classique !

Récemment, ce chercheur infatigable a réussi une nouvelle avancée en associant à ce couple squalènes-anticancéreux, des nanoparticules de fer qui permettent de guider ces missiles anticancéreux jusqu’à la tumeur à l’aide d’un aimant externe et de visualiser en direct par imagerie les effets thérapeutiques de ce nanotraitement.

http://www.rtflash.fr/nanotechnologies-nouvelle-arme-anti-cancer/article

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16508
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles méthodes pour combattre le cancer du pancréas.   Mar 22 Jan 2013 - 17:29

Genetics and early detection

Scientists are learning more about some of the changes in DNA that cause cells in the pancreas to become cancerous. Inherited changes in genes such as BRCA2, p16, and the genes responsible for hereditary non-polyposis colorectal cancer (HNPCC) can increase a person's risk of developing pancreatic cancer. Researchers are now looking at how these genes may be altered in cases of pancreatic cancer that do not seem to be inherited.

Researchers are also looking at tests for detecting other acquired (not inherited) genetic changes in pancreatic cancer pre-cancerous conditions. One of the most common DNA changes in these conditions affects the K-ras oncogene and alters regulation of cell growth. New diagnostic tests are often able to recognize this change in samples of pancreatic juice collected at the time of ERCP.

For now, imaging tests like endoscopic ultrasound (EUS), ERCP, and genetic tests for changes in certain genes (such as K-ras) are options for people with a strong family history of pancreatic cancer. But these tests are not recommended for widespread testing of people at average risk who do not have any symptoms.
Treatment

The major focus of much research is on finding better treatments for pancreatic cancer. Improving surgery and radiation therapy are major goals, as is determining the best combination of treatments for people with certain stages of cancer.
Chemotherapy

Many clinical trials are testing new combinations of chemotherapy drugs for exocrine pancreatic cancer. Studies have looked to see if combining gemcitabine with other drugs would help patients live longer. Adding cisplatin, docetaxel, or irinotecan doesn't seem to be helpful, but adding capecitabine (Xeloda) does seem to help patients live longer. Also, the combination of gemcitabine, irinotecan, and celecoxib (an arthritis drug) shows promise. Other studies are testing the best ways to combine chemotherapy with radiation therapy or newer targeted therapies.
Targeted therapies

As researchers have learned more about what makes pancreatic cancer cells different from normal cells, they have started to develop newer drugs that should be able exploit these differences by attacking only specific targets. These "targeted therapies" may provide another option for treating pancreatic cancer. They may prove to be useful along with, or instead of, current treatment regimens. In general, they seem to have fewer side effects than traditional chemotherapy drugs. Looking for new targets to attack on cancers is an active area of research.

Growth factor inhibitors: Many types of cancer cells, including pancreatic cancer cells, have certain molecules on their surface that help them to grow. These molecules are called growth factor receptors. One example is epidermal growth factor receptor (EGFR). Several drugs that target EGFR are now being studied. One, known as erlotinib (Tarceva), is already approved for use along with gemcitabine.

Anti-angiogenesis factors: All cancers depend on new blood vessels to nourish their growth. To block the growth of these vessels and thereby starve the tumor, scientists have developed anti-angiogenesis drugs. These are being studied in clinical trials and may be used in patients with pancreatic cancer.

Other targeted therapies: Many drugs targeting other aspects of cancer cells are now being studied for use in pancreatic cancer. For example, drugs that target the action of farnesyl transferase, an enzyme that is thought to stimulate the growth of many cancers, are now being tested. Other drugs, such as sunitinib, have several different targets.
Immune therapy

Immune therapies attempt to boost a person's immune system or give them ready-made components of an immune system to attack cancer cells. Some studies of these treatments have shown promising results.

Several pancreatic cancer vaccines are now being studied. These vaccines are meant to stimulate a person's own immune system to attack the cancer cells. The patient is given a vaccine that should cause the immune system to recognize some abnormal aspect of pancreatic cancer cells and kill these cells. This might shrink the tumors or help prevent them from coming back after surgery or other treatment.

Another form of immune therapy injects man-made monoclonal antibodies into patients. These immune system proteins are made to home in on a specific molecule, such as carcinoembryonic antigen (CEA), which is sometimes found on the surface of pancreatic cancer cells. Toxins or radioactive atoms can be attached to these antibodies, which bring them directly to the tumor cells. The hope is that they will affect cancer cells while leaving normal cells alone. For use in pancreatic cancer, these types of treatments are available only in clinical trials at this time.
Individualization of therapy

Some drugs seem to work better if certain types of mutations can be found in the patient's tumor. For example, erlotinib may work better in patients if their tumors have a particular change in the gene for EGFR. This concept is an area of intense study. There may also be some genetic alterations that affect how well gemcitabine will work in a particular patient. Identifying markers that may predict how well a drug will work before it is given is an important area of research in many types of cancer.
New treatments for pancreatic neuroendocrine cancers

Many pancreatic neuroendocrine tumors have receptors for somatastatin on their cells. These tumors can be treated with octreotide and other drugs like it. A new drug has been developed in which the octreotide has been labeled with radiation. This drug shrunk some tumors and kept others from growing in an early trial. It also helped patients live longer.

Last Medical Review: 12/01/2011
Last Revised: 01/13/2012

----------------


Génétique et dépistage précoce

Les scientifiques en apprennent davantage sur quelques-uns des changements dans l'ADN qui font que des cellules dans le pancréas deviennent cancéreuses. Les changements héréditaires dans les gènes comme BRCA2, p16, et les gènes responsables d'une forme de cancer colorectal (HNPCC) peut augmenter le risque de développer un cancer du pancréas. Les chercheurs se penchent maintenant sur la façon dont ces gènes peuvent être modifiés en cas de cancer du pancréas qui ne semblent pas être hérité.

Les chercheurs étudient également des tests pour détecter d'autres acquis (non héréditaires) des changements génétiques dans des conditions pré-cancéreuses. L'un des changements les plus courantes d'ADN dans ces conditions affecte l'oncogène K-ras et de d'autres régulateurs de la croissance des cellules. De nouveaux tests diagnostiques sont souvent en mesure de reconnaître ce changement dans les échantillons de "jus" pancréatique recueillies au moment de la CPRE.

Pour l'instant, les tests d'imagerie comme l'échographie endoscopique (USE), la CPRE, et des tests génétiques pour des changements dans certains gènes (comme K-ras) sont des options pour les personnes ayant des antécédents familiaux de cancer du pancréas. Mais ces tests ne sont pas recommandés pour les tests généralisés des personnes à risque moyen qui n'ont pas de symptômes.


Traitement

L'objectif principal de beaucoup de recherches est de trouver de meilleurs traitements pour le cancer du pancréas. Améliorer la chirurgie et la radiothérapie sont des objectifs importants, comme la détermination de la meilleure combinaison de traitements pour les personnes atteintes de certaines étapes de cancer.


Chimiothérapie

De nombreux essais cliniques testent de nouvelles combinaisons de médicaments de chimiothérapie pour le cancer du pancréas exocrine. Des études ont cherché à savoir si l'association de la gemcitabine avec d'autres médicaments aideraient les patients à vivre plus longtemps. L'ajout de cisplatine, de docétaxel ou d'irinotécan ne semble pas être utile, mais ajouter la capécitabine (Xeloda) semble aider les patients à vivre plus longtemps. En outre, la combinaison de la gemcitabine, de l'irinotécan, et de célécoxib (un médicament contre l'arthrite) est prometteuse. D'autres études mettent à l'épreuve les meilleures façons de combiner la chimiothérapie avec la radiothérapie ou de nouvelles thérapies ciblées.

Les thérapies ciblées

Comme les chercheurs ont appris plus sur ce qui rend les cellules cancéreuses pancréatiques différentes des cellules normales, ils ont commencé à développer des nouveaux médicaments qui devraient être en mesure d'exploiter ces différences en attaquant des cibles spécifiques seulement. Ces «thérapies ciblées» peuvent offrir une autre option pour le traitement du cancer du pancréas. Ils peuvent s'avérer utiles en même temps ou au lieu des schémas thérapeutiques actuels. En général, ils semblent avoir moins d'effets secondaires que les médicaments de chimiothérapie traditionnels. Cherchez de nouvelles cibles pour attaquer le cancer est un domaine de recherche actif.

Les inhibiteurs du facteur de croissance: De nombreux types de cellules cancéreuses, y compris les cellules cancéreuses du pancréas, ont certaines molécules à leur surface qui les aident à grandir. Ces molécules sont appelées récepteurs de facteurs de croissance. Un exemple est epidermal growth factor receptor (EGFR). Plusieurs médicaments que l'EGFR cible sont actuellement à l'étude. Un, connu sous le nom erlotinib (Tarceva), est déjà approuvé pour une utilisation avec la gemcitabine.

Les facteurs anti-angiogéniques: Tous les cancers dépendent de nouveaux vaisseaux sanguins pour nourrir leur croissance. Pour bloquer la croissance de ces vaisseaux et ainsi affamer les tumeurs, les chercheurs ont mis au point des médicaments antiangiogéniques. Ceux-ci sont à l'étude dans des essais cliniques et peut être utilisé chez les patients atteints de cancer du pancréas.

Les autres thérapies ciblées: De nombreux médicaments ciblant d'autres aspects de cellules cancéreuses sont actuellement à l'étude pour le traitement du cancer du pancréas. Par exemple, des médicaments qui ciblent l'action de la farnésyl transférase, une enzyme dont on pense qu'elle stimule la croissance de nombreux cancers, sont actuellement à l'essai. D'autres médicaments, tels que le sunitinib, ont plusieurs cibles différentes.

Immunothérapie

Les thérapies immunitaires tenter de stimuler le système immunitaire d'une personne ou de lui donner des composantes d'un système immunitaire pour attaquer les cellules cancéreuses. Certaines études de ces traitements ont montré des résultats prometteurs.

Plusieurs vaccins contre le cancer du pancréas sont actuellement à l'étude. Ces vaccins sont destinés à stimuler le propre système immunitaire d'une personne pour attaquer les cellules cancéreuses. Le patient reçoit un vaccin qui devrait entraîner le système immunitaire à reconnaître un aspect anormal des cellules du cancer du pancréas et tuer ces cellules. Cela pourrait rétrécir les tumeurs ou aider les empêcher de revenir après une chirurgie ou un autre traitement.

Une autre forme de thérapie immunitaire injecte des anticorps monoclonaux artificiels aux patients. Ces protéines du système immunitaire sont faites pour se loger dans une molécule spécifique, tel que l'antigène carcino-embryonnaire (CEA), qui se trouve parfois à la surface de cellules du cancer du pancréas. Des toxines ou des atomes radioactifs peuvent être attaché à ces anticorps, qui les amènent directement aux cellules tumorales. L'espoir, c'est qu'ils vont affecter les cellules cancéreuses tout en épargnant les cellules normales. Pour une utilisation dans le cancer du pancréas, ces types de traitements sont disponibles uniquement dans les essais cliniques pour le moment.

L'individualisation de la thérapie

Certains médicaments semblent mieux fonctionner si certains types de mutations peuvent être trouvées dans la tumeur du patient. Par exemple, l'erlotinib peut mieux fonctionner chez les patients si leurs tumeurs ont un changement particulier dans le gène de l'EGFR. Ce concept est un domaine d'étude intense. Il peut aussi y avoir des altérations génétiques qui influent sur la façon dont fonctionne la gemcitabine chez un patient particulier. Identifier des marqueurs qui peuvent prédire la façon dont un médicament fonctionnera avant d'être donné est un domaine important de la recherche dans de nombreux types de cancer.

De nouveaux traitements pour les cancers neuroendocrines du pancréas

Les tumeurs pancréatiques neuroendocrines Beaucoup ont des récepteurs pour somatastatin sur leurs cellules. Ces tumeurs peuvent être traitées avec des médicaments tel octréotide et d'autres comme lui. Un nouveau médicament a été développé dans lequel l'octréotide a été marqué par rayonnement. Ce médicament rétréci certaines tumeurs et emp^che les autres de se développer rapidement. Il a également aidé les patients à vivre plus longtemps.

Dernière révision médicale: 12/01/2011
Dernière révision: 01/13/2012


Cet article date déjà de 1 an ou 2 mais je trouvais intéressant de le mettre quand même ne serait-ce que pour faire le point et vérifier si on aurait pas oublier un espoir important quelque part.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alainp47

avatar

Nombre de messages : 337
Age : 52
Localisation : Jonquière
Date d'inscription : 23/12/2012

MessageSujet: Re: Nouvelles méthodes pour combattre le cancer du pancréas.   Sam 12 Jan 2013 - 18:16


Merci Denis pour l'espoir...sais pas si mélangé avec du tabac de course sa donnerait encore plus de minnelide ..lollll

J'espère bien que ce médicament donnera les résultats escomptés pour l'espoir de ceux qui ont se satané cancer du pancréas.

Je déteste cette merde de crabe plus que tout au monde et je prie la providence ou la puissance infinie pour certain, qu'un jour prochain

une excellente nouvelle pour nous tous sortira comme un feu d'artifice ........BOUM !!!

Alain, espérant de bonnes nouvelles et de vie Smile)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16508
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles méthodes pour combattre le cancer du pancréas.   Sam 12 Jan 2013 - 17:32

Une substance contenue dans une plante médicinale chinoise semble présenter une action très prometteuse contre le cancer du pancréas.

Cette molécule, c’est le triptolide, un agent contenu dans le lei gong teng, ou « vigne du dieu du tonnerre » ; une plante utilisée de longue date par les médecins traditionnels chinois pour traiter l’inflammation et les maladies auto-immunes.

De précédentes recherches (conduites sur la souris) avaient permis de démontrer que le triptolide présentait la capacité d’inhiber une protéine (HSP70), qui empêche les cellules de mourir. Cette protéine est présente en concentrations importantes dans les cellules cancéreuses du pancréas. Toutefois, dans sa forme originale et dans cette perspective, le triptolide est particulièrement difficile à activer. Cette équipe de l’université du Minnesota a réussi à modifier la structure du triptolide tout en conservant son potentiel, et a ainsi abouti à la mise au point d’un médicament expérimental, baptisé minnelide. Des essais sur des modèles expérimentaux (lignées cellulaires et souris porteuses de tumeurs pancréatiques humaines) ont donné de bons résultats.

Les chercheurs vont à présent entamer des études de toxicité, toujours sur l’animal, avant d’envisager des essais cliniques. Ces données ont été publiées dans la revue « Science Translational Medicine ».

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alainp47

avatar

Nombre de messages : 337
Age : 52
Localisation : Jonquière
Date d'inscription : 23/12/2012

MessageSujet: Re: Nouvelles méthodes pour combattre le cancer du pancréas.   Jeu 10 Jan 2013 - 16:09


Merci, mon chevalier de l’espoir que tu es ...cher Denis

J'aime l'espoir que tu suscites en moi et je l'apprécie vraiment, car pour ce qui est de l'espoir dans le cancer du pancréas ailleurs qu'ici....faut pelleter un p'ti peu plus creux pour en trouver parce que même quand t'écoute les spécialistes en vidéo, ils ont quasiment la langue sur l’asphalte !
et se sente bien humble devant cette fatalité....ils vous diront tous que c'est du cas par cas et que le moral aide à 50 %.
Alors c'est surement pas eux qui me remonteront le moral ...et c'est pourquoi je dois me façonné un monde heureux et particulier en me rapprochant des miens afin de les aimer de toute mes forces.

A+ Denis per4


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16508
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles méthodes pour combattre le cancer du pancréas.   Jeu 10 Jan 2013 - 14:50

J'avais traduit cet article et je l'avais mis sous le titre : Chemin cellulaire Nf-Kb mais je le remts ici aussi parce que ça concerne le cancer du pancréas et que la traduction est faite par quelqu'un d'autre...

Des chercheurs américains de la célèbre clinique Mayo (Floride) ont identifié une nouvelle cible pour améliorer le traitement du cancer de l'adénocarcinome pancréatique qui représente plus de 95 pour cent des cas de cancer du pancréas.

Les chercheurs ont montré qu'une voie moléculaire spécifique était activée pour promouvoir la croissance accélérée de tumeurs pancréatiques, et cette découverte a montré qu'il était possible de désactiver cette voie grâce à un médicament, le bortézomib, déjà utilisé dans le traitement de certains cancers du sang. Comme le souligne le docteur Peter Storz, "En ciblant cette voie pour diminuer la prolifération des cellules cancéreuses, nous espérons mettre au point une nouvelle stratégie pour le traitement du cancer du pancréas".

Le cancer du se traduit par une activation spécifique du facteur de transcription NF-kB, impliqué dans l'expression des gènes qui permettent une prolifération cellulaire anormale. Il existe deux voies par lesquelles NF-kB peuvent être activées, et les chercheurs ont choisi celle dans laquelle NF-kB est activé.

Ces travaux ont montré que l'activité accrue de la voie NF-kB du récepteur TNF favorise la croissance rapide des tumeurs pancréatiques et est corrélée à une agressivité accrue de ce cancer. Ils ont testé cette découverte dans 55 échantillons humains de cancer du pancréas, et ont constaté que dans sept cas sur dix ce mécanisme était fortement impliqué dans la prolifération de ce cancer.

Ils vont à présent expérimenter un cocktail de médicaments qui comprend notamment le bortezomib et d'autres inhibiteurs de molécules afin d'évaluer l'efficacité de cette nouvelle voie thérapeutique contre le cancer du pancréas.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alainp47

avatar

Nombre de messages : 337
Age : 52
Localisation : Jonquière
Date d'inscription : 23/12/2012

MessageSujet: Re: Nouvelles méthodes pour combattre le cancer du pancréas.   Jeu 3 Jan 2013 - 12:37


Denis je voulais te remercier car cette nouvelle là....sa faite ma journée ! ))) ok

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16508
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles méthodes pour combattre le cancer du pancréas.   Mar 1 Jan 2013 - 21:22

Research Initiatives for Novel Future Therapies

de nouvelles futures thérapies pour le cancer du pancréas.

Pancreatic cancer shows incredible resistance to standard treatment regimens. Therefore, the hope of The Pancreas Center medical oncology team is to develop innovative therapies that will overcome this resistance. We are currently exploring three strategies:

Le cancer du pancréas est résistant, nous étudions des stratégies pour vaincre cette résistance.

Induce Alternate Cell Death Pathways (Aponecrosis vs. Apoptosis)

[/b]Induire des chemin alternatifs pour arriver à la mort des cellules (aponéctose au lieu d'apopyose)[/b]

Development of Chemotherapy Regimens to Overcome Mutant p53 Drug Resistance (GTX and new GTX - Sorafenib regimens).
Exploit Specific Genetic Mutations to your Advantage (BRCA)

développement de régime de chimio thérapie pour vaincre la résistance de p63 muté (GTX ou GTX + sofarenib(/b)
GTX (Gemzar, Taxotere, Xeloda)

The GTX chemotherapy regimen for pancreatic cancer was developed in the laboratory of Dr. Fine at Columbia University's College of Physicians and Surgeons over a two-year period. This drug combination has low toxicity to patients and decreases mutant p53 resistance to chemotherapy in tumors such as pancreatic cancer which has an incidence of mutant p53 in 80% of patients.

La combinaison GTX a une faible toxicité et abaisse la résistance à la chimio dûe aux mutations p53 chez 80% des patients

Le régime gtx (gemzar, taxotere, xeloda)

GTX has the highest response rate in the U.S. and Europe in Phase II trials. Phase III trials are planned.

GTX a le plus fort taux de réponses aux États-unis et en Europe en essai clinique de phase 2

p53 Peptide Therapy is a synthetic peptide designed to attack the pathogenic mutation responsible for 85% of pancreatic cancers and over 50% of all human cancers including breast, lung, colon, and prostate cancer. Synthetic p53 peptides work by forcing a shape change in mutant p53 so that it becomes functional. This has been developed and patented at Columbia; we expect testing of the peptide to begin within two years.

La thérapie de peptide p53 est un peptide synthétique fait pour s'attaquer aux mutations pathogènes responsables de 85% des cancers du pancréas

Ras and p53 Gene Therapy is a gene therapy that destroys only those cells that exhibit both mutant ras and mutant p53 thereby diminishing the threat of cancer, but protecting the body from unnecessary harm. Approximately 95% and 80% of pancreatic cancer patients have mutant ras and mutant p53 respectively. This gene therapy was developed and patented at Columbia; we expect trials to begin within the next two years.

La thérapie Ras et p53 est une thérapie des gènes qui détruit seulement les cellules qui montrent les deux gènes (ras et p53) mutants. 95% des patients avec ont le gène Ras muté et 80% le p53 muté. Nous nous attendons à des essais cliniques dans les 2 prochaines années.

AAA can kill pancreatic cancer cells by alternative cell death pathways (aponecrosis). The AAA combination is unique because there are no classic "chemotherapy drugs," and thus it is less toxic to the patient. Clinical trials with the Pancreas Center are pending so that this new treatment regimen can be tested.

AAA peut tuer les cellules cancéreuses pancréatiques en empruntant des chemins alternatifs

The “AAA” Combination
- Arsenic trioxide
- Ascorbic Acid (vitamin C)
- Antabuse, also called disulfiram

Des traitements cliniques sur des patients donc sont sur le point d'être lancés. Dans la première adresse web que je mets au bas, 8/10 souris traitées avec AAA n'ont plus de cellules cancéreuses... je crois -cliquer sur le mot "là"



Pour plus d'explications et de schémas aller à cet endroit


http://pancreasmd.org/phys_medical_research.html







Dans une expérience sur des souris, les tumeurs du pancréas sont éradiquées par la thérapie AAA en 3 semaines... des essais vont commencer sur les humains.

_________________


Dernière édition par Denis le Jeu 3 Jan 2013 - 12:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16508
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles méthodes pour combattre le cancer du pancréas.   Sam 29 Déc 2012 - 23:30

Je me souviens vaguement d'avoir déjà lu ou traduit cet article mais comme je ne le retrouve plus , je le remets peut-être, il date déjà de mars 2012, ce qui est bien parce qu'ils ont dû faire des tests cliniques et ils vont avoir des résultats à annoncer bientôt je suppose.


SEATTLE – March 19, 2012 – Pancreas cancer tumors spread quickly and are notoriously resistant to treatment, making them among the deadliest of malignancies. Their resistance to chemotherapy stems in part from a unique biological barrier the tumor builds around itself. Now scientists at Fred Hutchinson Cancer Research Center have found a way to break through that defense, and their research represents a potential breakthrough in the treatment of pancreas cancer.

Les tumeurs du cancer du pancréas se répandent rapidement et sont notoierement résistantes au traitement, Leur résistance au tratement vient en partie d'une barrière biologique que la tumeur construit alentour d'elle. Les chercheurs ont trouvé un moyen de briser cette barrière et cette recherche représente une avancée potentiel dans le traitement du cancer du pancréas.

In a paper to be published in the March 20 issue of Cancer Cell, senior author Sunil Hingorani, M.D., Ph.D., an associate member of the Hutchinson Center’s Clinical Research and Public Health Sciences divisions, and colleagues describe the biological mechanisms of how the tumor barrier is formed and detail a newly discovered way to break it down. Their research significantly increased the length of survival in a genetically engineered mouse model of the disease. Early clinical trials in humans are under way at a few sites in the U.S. and Europe, including Seattle Cancer Care Alliance, the Hutchinson Center’s patient treatment arm. Details about the open clinical trial can be found here: http://clinicaltrials.gov/show/NCT01453153

Using a mouse model developed by Hingorani, the scientists combined gemcitabine, the current standard chemotherapy used to treat pancreatic ductal adenocarcinomas, with an enzyme called PEGPH20. When they infused the combination into specially engineered mice whose pancreas tumors mimic those of human pancreas cancer, the combination broke down the matrix barrier within the tumors and allowed the chemotherapy to permeate freely and spread throughout the cancerous tissue. The result was a 70 percent increase in survival time of the mice after the start of treatment, from 55 to 92 days.

En utilisant un modèle de souris développé par Hingorani, les scientifiques ont combiné la gemcitabine avec un enzyme appelé PEGPH20. Quand ils infusent cette combinaison dans des les modèles de souria avec le cancer du pancréas, la combinaison de médicaments brise la barrière autour des tumeurs et permet à la chimio thérapie de pénétrée librement et de se répandre autour des tissus cancéreux. Le résultat est un 70% d'augmentation dans le temps de survie après le début du traitement de 55 à 92 jours.

“This represents the largest survival increase we’ve seen in any of the studies done in a preclinical model, and it rivals the very best results reported in humans,” Hingorani said.

Unlike most solid tumors, pancreas tumors use a two-pronged defense to keep small molecules, such as those contained in chemotherapy, from entering: a vastly reduced blood supply and the creation of a strong fibroinflammatory response. The latter includes the production of fibroblasts, immune cells and endothelial cells that become embedded within a dense and complex extracellular matrix throughout the tumor. One major component of this matrix is a substance called hyaluronan, or hyaluronic acid (HA). HA is a glycosaminoglycan, a complex sugar that occurs naturally in the body and is secreted at extremely high levels by pancreas cancer cells.

Contrairement à la plupart des tumeurs solides, les tumeurs du pancréas utilisent une défense à deux niveaux pour stopper l'entrée des petites molécules, comme celles contenant la chimio : un apport de sang réduit de beaucoup et la production de fibroblast, les cellules immunitaires et les endothéliales qui deviennent partie prenante d'une matrice dense et complexe en dehors de la tumeur. Un composant majeur de cette matrice est appelé hyaluronan ou acide hyaluronique (HA). HA est un sucre complexe qui se produit naturellement dans le corps et est secrété à de hauts niveaux par le pancréas.

Hingorani and colleagues discovered that the fibroinflammatory response creates unusually high interstitial fluid pressures that collapse the tumor’s blood vessels. This in turn prevents chemotherapy agents from entering the tumors. The researchers found that HA is the main biological cause of the elevated pressures that leads to blood vessel collapse.

Hingorani ont découvert que la fibroinflammation crée une haute pression interstitielle qui arrête la circulation du sang dans la tumeur. ce qui en retour empêchent les agents de chimio d'entrer dans la tumeur. Les chercheurs ont découvert que HA est la cause principale de cette haute pression qui conduit à boucher les vaisseaux sanguins.

“That’s the primary reason pancreas cancers are resistant to everything we’ve thrown at them: because none of the drugs get into the tumor. It’s physics first, before we even get to the intrinsic biology,” Hingorani said.

C'est la raison principale pour laquelle les tumeurs du pancréas sont résistantes à ce que nous leurs envoyons. C'est physique en premier bien avant d'entrer dans les considérations biologiques.

Administering the enzyme/gemcitabine combination degrades HA in the tumor barrier and results in rapid reduction of the interstitial fluid pressure. This in turn opens the blood vessels and permits high concentrations of chemotherapy to reach the tumor.

administrer la combinaison d'enzyme et de gemcitabine dégrade HA dans la barrière de la tumeur et résultent en une baisse de pression rapide dans la pression du liquide intersticiel. Cela ouvre les vaisseaux sanguins et permet de plus grandes concentrations de chimio dans les tumeurs .

“Being able to deliver the drugs effectively into the tumor resulted in improved survival as well as the realization that pancreas cancer may be more sensitive to conventional chemotherapy than we previously thought,” Hingorani said.

être capable de livrer les médicaments efficacement dans la tumeur résulte en amélioration de la survie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talleyrand

avatar

Nombre de messages : 339
Date d'inscription : 31/03/2011

MessageSujet: Re: Nouvelles méthodes pour combattre le cancer du pancréas.   Mer 21 Nov 2012 - 13:40

Bien vu Denis ! J'avais moi aussi cette nouveauté dans le collimateur presque au même moment où je l'ai découverte ici.
Comme il s'agit d'une association avec la gemcitabine, je me suis permis de solliciter le service compétent pour plus d'infos. Je posterai leur réponse, si réponse il y a. Car apparemment, la phase II va concerner des malades certainement beaucoup plus avancés que moi. Mais pour info..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16508
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles méthodes pour combattre le cancer du pancréas.   Mar 30 Oct 2012 - 14:10

29 octobre 2012

Au congrès de la Société européenne de thérapie génique et cellulaire, des approches du cancer du pancréas par des moyens novateurs ont été présentées. Le Pr Louis Buscail (Toulouse) a rapporté une méthode de transfert intratumoral de gènes pour induire une chimiosensibilisation à la gemcitabine. Une étude de phase II va être lancée en 2013.

Le cancer du pancréas reste de traitement difficile. Dans un contexte d’urgence à trouver de nouvelles options thérapeutiques, une équipe de Toulouse propose une approche unique, à l’aide de la thérapie génique, qui pourrait améliorer la prise en charge des patients ayant un cancer du pancréas avancé.

Le principe est d’utiliser deux gènes thérapeutiques qui vont réaliser une chimiosensibilisation à la gemcitabine : le gène sst2, codant un récepteur qui disparaît dans le cancer du pancréas. Quand on le réintroduit, il induit une inhibition de la prolifération des cellules tumorales, de l’apoptose et un effet antiangiogénique. L’autre est le gène DCK-UMK, codant pour des enzymes de phosphorylation de la gemcitabine. Les deux réalisent une chimiosensibilisation, avec de plus un effet antitumoral du gène sst2. voir aussi : http://espoirs.forumactif.com/t3188-le-recepteur-sst2

Les études précliniques ont montré que le transfert de gène dans le pancréas est effectif dans les modèles in vitro et chez l’animal. Et que cela induit une réduction de la prolifération des cellules du cancer, une sensibilisation des cellules à la chimiothérapie et une inhibition de l’angiogenèse, avec réduction des métastases et apoptose.
Une phase II est prévue en France

Cette preuve de concept a amené aux essais de phase I. Une étude pilote, conduite chez 22 patients souffrant d’un adénocarcinome du pancréas non résécable, est présentée.

Les résultats préliminaires sont encourageants. Ils font état de très bons résultats concernant la tolérance et la sécurité du produit. Une réponse partielle est obtenue dans 92 % des cas. Les marqueurs tumoraux (CA 19-9) se sont réduits chez 50 % des patients.

Une étude de phase II va être déposée et devrait débuter en 2013, dans plusieurs centres français, chez 80 patients.

› Dr BÉATRICE VUAILLE

_________________


Dernière édition par Denis le Jeu 22 Nov 2012 - 15:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16508
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles méthodes pour combattre le cancer du pancréas.   Mar 31 Juil 2012 - 11:51




Les travaux de l'équipe du docteur Juan Iovanna, au Centre de recherche en cancérologie de Marseille (le CRCM qui regroupe l'Inserm, Aix-Marseille Université, le CNRS et l'Institut Paoli-Calmettes), vont peut-être contribuer à mettre au point de nouvelles approches thérapeutiques. Dans un article publié le 23 juillet sur le site de la revue EMBO Molecular Medicine, ces chercheurs expliquent avoir découvert un processus d'ingestion et d'élimination de cellules tumorales, qui évite la formation de métastases. Ils révèlent également le mécanisme et les molécules impliquées, ce qui permettra de moduler leur activité avec des composés pharmaceutiques.

"Cellules dans la cellule"

Dans leur communiqué, les spécialistes expliquent que les cellules de cancer du pancréas (plus exactement celles des carcinomes pancréatiques, car il existe un autre type de tumeur plus rare) présentent des particularités morphologiques : elles contiennent en particulier de grandes vacuoles, des cavités qui renferment d'autres cellules. "Ces structures de cellules dans la cellule sont dues au cannibalisme par les cellules cancéreuses (les cellules hôtes) d'autres cellules cancéreuses (les cellules cibles)", précisent-ils. "Ce phénomène pourrait jouer un rôle dans la prolifération des tumeurs en nourrissant les cellules cancéreuses aux dépens des cellules cannibalisées ou, au contraire, agir contre la propagation tumorale, quand d'autres cellules cancéreuses sont cannibalisées et détruites dans la cellule hôte."

Pour en savoir plus, l'équipe de Juan Iovanna a examiné la structure des cellules cancéreuses prélevées chez 36 patients souffrant d'un cancer du pancréas. Et elle a observé une corrélation inverse entre la présence de cellules dans la cellule et le développement de métastases. Ce qui suggère un effet "suppresseur de métastases" du cannibalisme cellulaire. Les chercheurs ont aussi démontré qu'il ne s'agissait pas d'une "réserve" destinée à nourrir la cellule tumorale. Pour preuve, quand les chercheurs l'affament, en supprimant tout nutriment dans son milieu de culture, le cannibalisme n'augmente pas. Enfin, les cellules ingérées étant mortes à l'intérieur des cellules hôtes, il s'agit bien d'un processus qui réduit le nombre de cellules cancéreuses.

L'analyse très fine des mécanismes impliqués dans la formation de ces structures a permis de découvrir que cet effet était lié à l'inactivation d'une protéine appelée Nupr1, déjà connue des chercheurs et associée au développement de métastases. "La protéine Nupr1 modifie le profil des gènes activés dans les cellules cancéreuses", selon l'équipe de Juan Iovanna. "Les gènes impliqués dans la migration cellulaire et la formation de métastases sont inactivés, alors que les gènes nécessaires à l'ingestion d'autres cellules sont activés." Reste maintenant à mettre au point de nouvelles stratégies thérapeutiques ciblées capables de combattre efficacement ce cancer.

_________________


Dernière édition par Denis le Mar 11 Déc 2012 - 20:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16508
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles méthodes pour combattre le cancer du pancréas.   Lun 30 Juil 2012 - 16:43

Je trouve cette petite vidéo qui parle d'une protéine produite par le cerveau qui pourrait être utile dans la guerre contre le cancer du pancréas. Je ne suis pas sûr de la source par contre parce que j,ai essayer de trouver autre chose sur le sujet et je n'ai pas trouvé... et ça date de janvier 2012 si ça avait été la découverte du siècle on en aurait entendu parler plus...donc c'est à prendre avec prudence cette information :


Daté du 17 janvier 2012



Infolive.tv - Actualité Israël - Peut être une importante découverte scientifique dans la lutte contre le cancer du pancréas. Une équipe de chercheurs israéliens vient en effet de découvrir l'existence d'une protéine en mesure de réduire considérablement le développement de tumeurs. Klotho, le nom de cette protéine produite par le cerveau, était jusqu'ici surtout connue pour retarder le vieillissement de la peau. Mais une étude effectuée à l'hôpital Tel Hashomer, près de Tel Aviv, révèle que l'injection de ce type d'hormone sur des cellules cancérigènes arrête l'expansion de la tumeur. La recherche a été financée par l'association israélienne de lutte contre le cancer qui affirme que son prochain objectif est de réduire les dommages collatéraux du cancer du pancréas.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16508
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles méthodes pour combattre le cancer du pancréas.   Lun 16 Juil 2012 - 10:20

Je trouve un article d'aujourd'hui qui parle de ce que parlait un article un peu plus haut (11juin...) comme c'est un article écrit en bon français, je l'ajoute c'est plus facile à lire.


...En dépit du rôle protecteur de l’immunité, la forte incidence de plusieurs cancers montre que certaines cellules tumorales sont capables de contourner ce système de défense et de parvenir à envahir les organes de l’organisme. Cette propriété est demeurée jusqu’à tout récemment un des grands mystères de la biologie du cancer : en effet, pourquoi les cellules immunitaires réussissent-elles à éliminer les cellules cancéreuses dans certains cas, mais sont incapables de le faire dans d’autres ?

Une étape majeure dans la compréhension de ce phénomène vient d’être franchie par les résultats d’une étude sur le développement du cancer du . Pour comprendre les raisons de cette évolution rapide, des chercheurs ont examiné l’impact d’une mutation du gène K-Ras, présente dans 95 % des cancers du pancréas, sur l’activité du système immunitaire présent dans le microenvironnement qui se trouve à proximité des cellules cancéreuses. Ils ont observé que le gène K-Ras défectueux entraîne une hausse spectaculaire du GM-CSF, une protéine qui sert au recrutement de certaines cellules de la moelle osseuse spécialisées dans la suppression de la réponse immunitaire. L’arrivée massive de ces cellules suppressives à proximité de la tumeur crée un véritable bouclier qui réduit au silence les cellules tueuses mentionnées plus haut et les empêchent d’éliminer la tumeur en formation. Si le cancer du pancréas présente une croissance si rapide, c’est donc parce qu’il évolue dans un environnement immunosuppresseur, libre de croître sans interférence du système immunitaire.

Le développement de médicaments capables de bloquer la production de GM-CSF par les cellules cancéreuses pourrait donc permettre d’abolir ce climat immunosuppresseur et ainsi permettre l’élimination de la tumeur par le système immunitaire

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16508
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles méthodes pour combattre le cancer du pancréas.   Jeu 21 Juin 2012 - 12:26

A new drug is being put to the test in a Phase 2 clinical trial at the cancer center. It's called INNO-206. The drug will be giving to patients intravenously once every three weeks.

Un nouveau médicament est présentement testé en phase II. Il S'appelle INNO-206. C'est un médicament qui est donné en intraveineuse une fois toutes les 3 semaines.

“The novel thing about this INNO-206 is that it combines doxorubicin with a natural human protein called albumin,” Sachdev said. “Pancreatic cells in particular like to eat albumin, use it as a nutrient for metabolism. So the drug is then able to sneak into the cancer cells."

Il combine la doxorubicine avec une protéine naturelle appelée albumine. Les cellules pancréatiques en particulier sont attirées à avaler l'albumine ainsi le médicament est capable de trouver les cellules cancéreuses.

“So low and behold the active chemotherapy drug is then inside where it needs to be and it works,” Sachdev continued.

Le médicament de chimio entre dans la cellule cancéreuse par ce moyen et il se met en fonctionnement.

The doctor said the trial will not only evaluate how patients' cancer will respond to the drug, but also the kind of side effects they might experience.

L'essai évaluera aussi les effets secondaires en même temps que comment les patients réagissent au médicament.

“The goal here would be to give patients another option where by their tumor can be slowed further,” Sachdev said. “We can prevent further spread to organs that don't have cancer spread to them so far and prolong survival.”

Le but serait de donner aux patients une autre option pour ralentir leur tumeur. Nous pouvons prévenir que le cancer se répande aux organes sains et donc prolonger la survie.

For more information on the clinical trial and to see if you're a candidate, log onto www.shc.org/clinicaltrials, email clinicaltrials@shc.org or call480-323-1339


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talleyrand

avatar

Nombre de messages : 339
Date d'inscription : 31/03/2011

MessageSujet: Re: Nouvelles méthodes pour combattre le cancer du pancréas.   Mar 19 Juin 2012 - 16:23

Pour revenir sur l'utilité de l'erlotinib (Tarceva) associé à la gemcitabine pour le cancer du pancréas (utilisé aussi pour le cancer bronchique non à petites cellules), il apparaît que le rapport bénéfices/risques est loin d'être évident.
Je retrouve d'ailleurs quelques articles sur le Tarceva qui confirment les propos que m'a tenus le professeur Conroy de Nancy, dont celui-ci : "en mai 2010, le Conseil d'État a aussi donné tort au laboratoire Roche qui contestait la décision de ne pas rembourser un de ses médicaments, le Tarceva, dans le traitement du cancer du pancréas métastatique : ce produit, associé à une autre molécule, permettait un gain de vingt-six jours de la médiane de survie des patients mais avec, pour la moitié d'entre eux, des effets secondaires tels que des diarrhées ou des éruptions cutanées (...)"
Le Pr Conroy m'a aussi dit qu'il y avait eu quelques décès. Cela dit, une réflexion de mon médecin de l'hôpital de jour à Clamart aurait dû me mettre la puce à l'oreille : alors que je lui demandais pourquoi n'essayait-on pas systématiquement cette association, il m'avait répondu qu'il y avait deux écoles : celle qui essayait tout au risque d'être démunie si pas de résultat. Et l'autre, qui attendait patiemment l'absence de résultat pour proposer autre chose...
C'est vrai que je ne vois pas un toubib me dire un jour : "on a tout essayé, il n'y a plus rien en magasin"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16508
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles méthodes pour combattre le cancer du pancréas.   Dim 17 Juin 2012 - 10:31

(June 11, 2012) — Researchers at NYU School of Medicine have made a key discovery that could help doctors treat one of the deadliest cancers.

Des chercherus de New-york ont fait une découverte importante qui pourrait aider les docteurs à agir contre le cancer du pancréas.

A new study reveals a strategy used by pancreatic cancer cells to tinker with the immune system in a way that enables them to escape destruction by specialized immune cells.

Une nouvelle étude révèle une stratégie utilisée par les cellules cancéreuses pancréatiques pour bricoler un moyen d'échapper à la destruction par les cellules spécialisées du système immunitaire.

"It is extremely important that we learn how the advancement of pancreatic cancer is being regulated in an effort to interrupt the progression of the disease," said senior author Dafna Bar-Sagi, PhD, senior vice president and vice dean for Science and chief scientific officer at NYU School of Medicine.

C'est très important que nous apprenions comme le cancer du gère sa progression si nous voulons l'arrêter.

Using mouse models of pancreatic cancer, Dr. Bar-Sagi and colleagues found that a mutation of the KRAS gene, present in 95 percent of all pancreatic cancers, triggers the expression of a protein called GM-CSF. The tumor-derived GM-CSF then directs accumulation of myeloid-derived suppressor cells in the area surrounding the tumor. These cells suppress the body's natural immune defense reaction to growing tumor cells. In this way, pancreatic cancer cells escape being seen by the body's immune system and are free to grow and divide. Establishment of an immunosuppressive environment around pancreatic cancer cells, therefore, prevents their prompt rejection by the immune system.

Utilisant des modèles de souris avec le cancer du pancréas avec la mutation de KRAS présente dans 95% de tous les cancers pancréatics, les chercheurs ont découvert qu'une mutation du gène kras initie l'expression d'une protéine appelé GM-csf. Cela dirige des cellules neutralisantes dans l'ère autour de la tumeur. Ces cellules suppriment la réaction du défense immunitaire naturelle du corps . Par ce moyen, les cellules pancréatiques échappent au système immunitaire et sont libres de croitre et de se diviser. L'établissement d'un environnement immunosuppresseur autour des cellules cancéreuses pancreéatiques dans ce cas
prévient leur rapides rejet par le système immunitaire.


By blocking production of GM-CSF in pancreatic cancer cells, the researchers found that they were able to disrupt accumulation of myeloid-derived suppressor cells, liberating the tumor-killing immune response. "Our study suggests a therapeutic strategy for harnessing the anti-tumor potential of the immune system," Dr. Bar-Sagi explained.

En bloquant la production de GM-csf dans les cellules pancréatiques cancéreuses, les chercheurs ont découvert qu'ils étaitent capables d'interrompre l,accumulation de cellules neutralisantes dérivées de myéloîdes (?) et ainsi de libére la réponse immunitaire. L'étude suggère une thérapie pou arnacher le potentiel anti-tumoral du système immunitaire.

"Our findings should be applicable to a significant proportion of human pancreatic cancer cases, as the vast majority of human pancreatic cancer samples that we tested express the GM-CSF protein prominently," Dr. Bar-Sagi added. The researchers are hopeful that their findings will open new doors in therapeutic research, eventually leading to new drug therapies that block the production or function of the GM-CSF protein to allow anti-tumor immune cells to attack the cancer cells and halt tumor development.

Nos découvertes s'appliquent à une proportion signifiactive des cancer du pancréas, à une vaste majorité dans les faits. Les chercheurs sont confiants que ces découvertes ouvriront de nouvelles avenues pour la thérapie et éventuellement à de nouveaux médicaments pour bloquer la production ou la fonction de la protéine GM-CSF pour permettre au système immunitaire d'Attaquer les cellules cancéreuses et d'arrêter le développement de la tumeur.

Although the study focuses on pancreatic cancer, KRAS mutations are prevalent in a number of other cancers, including colon and lung cancer. "From a research standpoint, the contribution of KRAS mutation to the production of GM-CSF is a very exciting find, as it may have important implications for the therapeutic management of other cancers, as well," Dr. Bar-Sagi said.

Même si l'étude a mis l'emphase sur le cancer du pancréas, d'autres cancers ont des mutations de KRAS comme le cancer du et celui du

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nouvelles méthodes pour combattre le cancer du pancréas.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nouvelles méthodes pour combattre le cancer du pancréas.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Recherches et nouvelles méthodes pour contrer la leucémie.
» Nouvelles caméra pour le planétaire
» Recueil de nouvelles à chute pour classe de 3ème
» Tous ensemble pour combattre notre dieu adoré.
» méthodes de lecture

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: