AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Certains gènes ou certaines protéines impliqués dans le cancer du sein.

Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16974
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Certains gènes ou certaines protéines impliqués dans le cancer du sein.   Ven 25 Mai 2018 - 19:56

Anyone who's taken a bite of a sandwich with too much spicy mustard or a piece of sushi with too much wasabi can attest to the tear-inducing sensation these condiments can cause. These loud warnings to the nervous system of exposure to potentially harmful chemicals are triggered by TRPA1, a calcium channel protein sometimes referred to as the "wasabi receptor."

Found primarily in sensory neurons, TRPA1 is a sensor for environmental irritants and has been widely studied for its roles in detecting sensations such as pain and cold, and in airway inflammation conditions such as asthma.

Certain cancers express unusually high levels of TRPA1, particularly lung and breast cancers, but why they do so has thus far remained unclear.

Now, in a new study published online in Cancer Cell on May 24, Harvard Medical School researchers show that tumor cells use TRPA1 as a unique defense mechanism against reactive oxygen species (ROS), toxic byproducts of cell metabolism.

"This was quite an unexpected finding. Tumor cells appear to have co-opted this neural protein channel, which is associated with multiple types of cancer, to protect themselves against oxidative stress," said senior study author Joan Brugge, the Louise Foote Pfeiffer Professor of Cell Biology at HMS.

The team's analyses revealed that TRPA1 allows cancer cells to tolerate elevated ROS by inhibiting programmed self-destruction, which severely damaged or stressed cells normally undergo. They found that TRPA1 expression is regulated by a cellular pathway that also produces antioxidant compounds that neutralize ROS. Antioxidants and TRPA1 appear to complement each other to increase tumor survival, according to the authors.

Experiments that blocked TRPA1 activity in mice curbed tumor growth and made cancer cells more vulnerable to chemotherapy. Drugs that target TRPA1 are being developed, with some entering clinical trials, for a variety of conditions, including asthma and pain, Brugge pointed out.

"Our results suggest that TRPA1 could be a promising target for new treatments against cancer as well," said Brugge, who is co-director of the Harvard Ludwig Cancer Center.

Damage Prevention

Virtually every cell uses oxygen to power the metabolic processes necessary for life, but metabolism also generates ROS, oxygen-based chemicals that are highly reactive and potentially harmful to cellular structures.

ROS must be carefully managed to prevent cell damage or death. This is especially important for cancer cells, which accumulate large amounts of ROS as they multiply and metastasize beyond control.

Previous work by Nobuaki Takahashi, HMS instructor in cell biology in the Brugge laboratory, and colleagues showed that ROS can activate TRPA1 in neurons.

To investigate this connection in cancer, Brugge, Takahashi and colleagues grew human breast and lung cancer cells under laboratory conditions into 3-D spheroids that mimic a tumor's natural structure.

They found that ROS levels were substantially higher inside the spheroids compared to the surface, but this disparity had little effect on cell survival.

When TRPA1 was blocked, however, cancer cells in the interior of the spheroids began to die and were cleared within a few days.

Antioxidant Complement

The team's analyses revealed that an influx of calcium ions through TRPA1 triggers a cascade of cellular signals that suppress programmed cell death. They found that TRPA1 expression is induced by NRF2, a transcription factor that controls the production of antioxidants.

When exposed to high levels of ROS, cancer cells appear to rely on NRF2 to activate antioxidant production and to prevent programmed cell death through TRPA1, the authors said.

"The cellular program that increases production of antioxidants also simultaneously activates this unique TRPA1-dependent defense mechanism, which allows cancer cells to tolerate enhanced levels of ROS," said Takahashi, who is lead author on the study. "These two very different pathways work together to help tumors survive and adapt to oxidative stress."

In mice with transplanted human breast cancer tumors, the researchers showed that blocking TRPA1 with drugs slowed tumor growth. Inhibition of TRPA1 also increased the sensitivity of cancer cells to chemotherapy agents that kill tumors by encouraging programmed cell death. When given together, TRPA1 blockers and chemotherapy significantly reduced tumor size.

Because of its central role in pain sensation and asthma, numerous research efforts and clinical trials are underway to develop small molecules that can safely and effectively inhibit TRPA1 activity. Taken together, the results show that TRPA1 could be an enticing target for therapies against cancer, the researchers said.

"In lung cancer, for example, radiation is an important primary therapy that kills cancer cells by flooding them with ROS," Brugge said. "But cancer cells expressing TRPA1 may be able to tolerate radiotherapy better."

"Inhibiting TRPA1 activity and decreasing this buffering ability might make TRPA1-positive tumors more vulnerable to radiation," she added. "We think this could be a possible first-use scenario, if indeed good TRPA1 inhibitors are developed."

Buyer Beware

The study findings also add to a growing body of evidence that defense against oxidative stress is important to cancer progression.

Previous research by Brugge's lab was among the first to show that antioxidants help cancer cells survive high ROS conditions, particularly when cells travel away from the original tumor site, as is the case with metastases.

Subsequent studies in cell and animal models have supported this observation. In humans, large-scale clinical trials of antioxidant dietary supplements have not found evidence that supplements are beneficial for cancer, and in some cases have suggested that their use may worsen outcomes.

Further research is needed to better understand the effects of dietary antioxidants in cancer patients, the authors said, and the National Cancer Institute recommends that such supplements be used with caution.

Brugge and colleagues are now further investigating the biological underpinnings of TRPA1 activity in cancer and its role in defending against ROS.

"There is an abundance of evidence that the mechanisms cancer cells use to defend against oxidative stress could be exploited to enhance the sensitivity of tumors to existing therapies," Takahashi said. "In the case of TRPA1, inhibiting its activity blocks pain, which is almost always a good thing, and our study highlights its potential clinical utility for cancer treatment."

---

Quiconque a pris une bouchée d'un sandwich avec trop de moutarde épicée ou un morceau de sushi avec trop de wasabi peut attester de la sensation de déchirure que ces condiments peuvent provoquer. Ces forts avertissements au système nerveux d'exposition à des produits chimiques potentiellement dangereux sont déclenchés par TRPA1, une protéine du canal calcique parfois appelée «récepteur de wasabi».

Trouvé principalement dans les neurones sensoriels, TRPA1 est un capteur pour les irritants environnementaux et a été largement étudié pour ses rôles dans la détection de sensations telles que la douleur et le froid, et dans les conditions d'inflammation des voies respiratoires telles que l'asthme.

Certains cancers expriment des niveaux anormalement élevés de TRPA1, en particulier des cancers du et du , mais la raison pour laquelle ils le font est restée jusqu'ici peu claire.

Maintenant, dans une nouvelle étude publiée en ligne dans Cancer Cell le 24 mai, les chercheurs de Harvard Medical School montrent que les cellules tumorales utilisent TRPA1 comme mécanisme de défense unique contre les espèces réactives de l'oxygène (ROS), sous-produits toxiques du métabolisme cellulaire.

"Ce résultat inattendu est que les cellules tumorales semblent avoir coopté ce canal protéique neural, associé à plusieurs types de cancer, pour se protéger contre le stress oxydatif", a déclaré Joan Brugge, professeure Louise Foote Pfeiffer. de la biologie cellulaire au HMS.

Les analyses de l'équipe ont révélé que le TRPA1 permet aux cellules cancéreuses de tolérer des ROS élevées en inhibant l'autodestruction programmée, qui est normalement subie par les cellules gravement endommagées ou stressées. Ils ont trouvé que l'expression de TRPA1 est régulée par une voie cellulaire qui produit également des composés antioxydants qui neutralisent les ROS. Les antioxydants et TRPA1 semblent se compléter pour augmenter la survie de la tumeur, selon les auteurs.

Des expériences qui ont bloqué l'activité de TRPA1 chez la souris ont freiné la croissance tumorale et ont rendu les cellules cancéreuses plus vulnérables à la chimiothérapie. Des médicaments qui ciblent TRPA1 sont en cours de développement, avec quelques essais cliniques entrant, pour une variété de conditions, y compris l'asthme et la douleur, a souligné Brugge.

"Nos résultats suggèrent que TRPA1 pourrait être une cible prometteuse pour de nouveaux traitements contre le cancer", a déclaré Brugge, qui est co-directeur du Harvard Ludwig Cancer Center.

Prévention des dommages

Pratiquement toutes les cellules utilisent l'oxygène pour alimenter les processus métaboliques nécessaires à la vie, mais le métabolisme génère également des ROS, des produits chimiques à base d'oxygène qui sont hautement réactifs et potentiellement dangereux pour les structures cellulaires.

Les ROS doivent être soigneusement gérés pour éviter les dommages cellulaires ou la mort. Ceci est particulièrement important pour les cellules cancéreuses, qui accumulent de grandes quantités de ROS car elles se multiplient et métastasent au-delà du contrôle.

Des travaux antérieurs de Nobuaki Takahashi, professeur de HMS en biologie cellulaire au laboratoire de Bruges, et de collègues ont montré que ROS peut activer TRPA1 dans les neurones.

Pour étudier ce lien dans le cancer, Brugge, Takahashi et ses collègues ont cultivé des cellules humaines de cancer du sein et du poumon dans des conditions de laboratoire en sphéroïdes 3D qui imitent la structure naturelle d'une tumeur.

Ils ont trouvé que les niveaux de ROS étaient sensiblement plus élevés à l'intérieur des sphéroïdes par rapport à la surface, mais cette disparité avait peu d'effet sur la survie des cellules.

Lorsque le TRPA1 a été bloqué, cependant, les cellules cancéreuses à l'intérieur des sphéroïdes ont commencé à mourir et ont été effacées en quelques jours.

Complément antioxydant

Les analyses de l'équipe ont révélé qu'un afflux d'ions calcium à travers TRPA1 déclenche une cascade de signaux cellulaires qui suppriment la mort cellulaire programmée. Ils ont trouvé que l'expression de TRPA1 est induite par NRF2, un facteur de transcription qui contrôle la production d'antioxydants.

Lorsqu'elles sont exposées à des niveaux élevés de ROS, les cellules cancéreuses semblent compter sur NRF2 pour activer la production d'antioxydants et pour empêcher la mort cellulaire programmée à travers TRPA1, selon les auteurs.

"Le programme cellulaire qui augmente la production d'antioxydants active également simultanément ce mécanisme de défense TRPA1 dépendant unique, qui permet aux cellules cancéreuses de tolérer des niveaux accrus de ROS", a déclaré Takahashi, qui est l'auteur principal de l'étude. "Ces deux voies très différentes travaillent ensemble pour aider les tumeurs à survivre et à s'adapter au stress oxydatif."

Chez les souris ayant des tumeurs de cancer du humain transplantées, les chercheurs ont montré que le blocage du TRPA1 avec des médicaments ralentissait la croissance tumorale. L'inhibition de TRPA1 a également augmenté la sensibilité des cellules cancéreuses aux agents chimiothérapeutiques qui tuent les tumeurs en encourageant la mort cellulaire programmée. Lorsqu'ils sont administrés ensemble, les inhibiteurs de TRPA1 et la chimiothérapie réduisent significativement la taille de la tumeur.

En raison de son rôle central dans la sensation de douleur et l'asthme, de nombreux efforts de recherche et essais cliniques sont en cours pour développer de petites molécules qui peuvent inhiber efficacement et en toute sécurité l'activité TRPA1. Pris ensemble, les résultats montrent que TRPA1 pourrait être une cible alléchante pour les thérapies contre le cancer, selon les chercheurs.

"Dans le cancer du poumon, par exemple, le rayonnement est une thérapie primaire importante qui tue les cellules cancéreuses en les inondant de ROS", a déclaré Brugge. "Mais les cellules cancéreuses exprimant TRPA1 pourraient être capables de mieux tolérer la radiothérapie."

"Inhiber l'activité TRPA1et diminuer cette capacité de faire tampon pourrait rendre les tumeurs TRPA1-positives plus vulnérables aux rayonnements », a-t-elle ajouté. "Nous pensons que cela pourrait être un scénario de première utilisation possible, si en effet de bons inhibiteurs de TRPA1 sont développés."
Acheteur Méfiez-vous

Les résultats de l'étude ajoutent également aux preuves que la défense contre le stress oxydatif est important pour la progression du cancer.

Les recherches antérieures du laboratoire de Brugge ont été parmi les premières à démontrer que les antioxydants aident les cellules cancéreuses à survivre à des conditions de ROS élevées, en particulier lorsque les cellules s'éloignent du site tumoral d'origine, comme c'est le cas avec les métastases.

Des études ultérieures sur des modèles cellulaires et animaux ont étayé cette observation: chez l'homme, des essais cliniques à grande échelle de compléments alimentaires antioxydants n'ont pas trouvé de preuves que les suppléments soient bénéfiques pour le cancer et, dans certains cas, ont suggéré que leur utilisation pouvaient empirer les choses.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre les effets des antioxydants alimentaires chez les patients cancéreux, selon les auteurs. Le National Cancer Institute recommande que de tels suppléments soient utilisés avec prudence.

Brugge et ses collègues étudient maintenant les fondements biologiques de l'activité TRPA1 dans le cancer et son rôle dans la défense contre les ROS.

"Il existe une abondance de preuves que les mécanismes que les cellules cancéreuses utilisent pour se défendre contre le stress oxydatif pourraient être exploitées pour améliorer la sensibilité des tumeurs aux thérapies existantes", a déclaré Takahashi. "Dans le cas de TRPA1, inhiber son activité bloque la douleur, ce qui est presque toujours une bonne chose, et notre étude met en évidence son utilité clinique potentielle pour le traitement du cancer."


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16974
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Certains gènes ou certaines protéines impliqués dans le cancer du sein.   Sam 20 Jan 2018 - 15:18

Researchers at Columbia University Irving Medical Center and NewYork-Presbyterian have identified two new breast cancer genes. Having one of the genes -- MSH6 and PMS2 -- approximately doubles a woman's risk of developing breast cancer by age 60.

The study, in collaboration with GeneDx, a genetic testing company, was published online today in Genetics in Medicine.

The two genes were previously known to cause Lynch syndrome, an inherited condition that raises the risk of colorectal, ovarian, stomach, and endometrial cancer. Lynch syndrome is the most common inherited cause of colorectal cancer, accounting for about 3 percent of newly diagnosed cases. One in 440 Americans has a gene variant that causes Lynch syndrome.

Researchers had suspected that Lynch syndrome genes may also cause breast cancer. Some studies had found a link, whereas others had not.

"People with Lynch syndrome aren't thinking they may also be at risk for breast cancer," said Wendy Chung, MD, PhD, the Kennedy Family professor of pediatrics (in medicine) at Columbia University Irving Medical Center, clinical geneticist at NewYork-Presbyterian/Columbia, and the study's senior author. "Given the fact that genomic analysis is becoming more common in patients with a personal or family history of cancer, we have an opportunity to do more targeted breast cancer screening in women who carry any of the genes associated with risk for this disease."

The researchers analyzed a database of more than 50,000 women who had undergone multi-gene hereditary cancer testing between 2013 and 2015. Of these, 423 women had a mutation in one of the four genes that cause Lynch syndrome: MLH1, MSH2, MSH6, and PMS2.

Additional analyses revealed that women with a mutation in two specific Lynch syndrome genes -- MSH6 and PMS2 -- had a two-fold higher risk of breast cancer compared to women in the general population.

Based on the incidence of cancer in the study population, the researchers calculated that about 31 to 38 percent of women with cancer-causing MSH6 and PMS2 variants will develop breast cancer, compared to around 15 percent of women in the general population.

"The new study suggests MSH6 and PMS2 should be added to the list of genes to screen for when there is a history of breast cancer," said Dr. Chung, who is also director of the clinical genetics program at NewYork-Presbyterian/Columbia. "Screening for these genes also would give these families potentially life-saving information to prevent colon cancer by encouraging individuals with the genes to increase the frequency of their colonoscopies."

Currently, testing for Lynch syndrome genes is generally only done when someone has a personal or family history of colon or uterine cancer.

Dr. Chung added, "Given that Lynch syndrome is not rare in the general population, this finding has the potential to impact tens of thousands of people in the U.S. and could change standard practice related to one of the most common cancer predisposition syndromes."

---

Des chercheurs de l'Université Columbia Irving Medical Center et de New York-Presbyterian ont identifié deux nouveaux gènes du cancer du sein. Avoir l'un des gènes - MSH6 et PMS2 - double le risque de développer un cancer du sein avant 60 ans.

L'étude, en collaboration avec GeneDx, une société de tests génétiques, a été publiée en ligne aujourd'hui dans Genetics in Medicine.

Les deux gènes étaient connus pour causer le syndrome de Lynch, une maladie héréditaire qui augmente le risque de cancer colorectal, ovarien, gastrique et endométrial. Le syndrome de Lynch est la cause héréditaire la plus courante du cancer colorectal, représentant environ 3% des cas nouvellement diagnostiqués. Un Américain sur 440 a une variante de gène qui provoque le syndrome de Lynch.

Les chercheurs avaient soupçonné que les gènes du syndrome de Lynch peuvent également causer le cancer du sein. Certaines études ont trouvé un lien, alors que d'autres ne l'ont pas fait.

«Les personnes atteintes du syndrome de Lynch ne pensent pas qu'elles courent aussi un risque de cancer du sein», a déclaré Wendy Chung, MD, Ph.D., professeure de pédiatrie en médecine à l'Université Columbia Irving Medical Center, généticienne clinique à New York. Presbyterian / Columbia, et l'auteur principal de l'étude. "Étant donné que l'analyse génomique est de plus en plus courante chez les patients ayant des antécédents personnels ou familiaux de cancer, nous avons la possibilité de faire un dépistage plus ciblé du cancer du sein chez les femmes porteuses de l'un des gènes associés au risque.

Les chercheurs ont analysé une base de données de plus de 50 000 femmes ayant subi un test génétique héréditaire multi-gènes entre 2013 et 2015. De ce nombre, 423 femmes ont eu une mutation dans l'un des quatre gènes responsables du syndrome de Lynch: MLH1, MSH2, MSH6 et PMS2.

Des analyses supplémentaires ont révélé que les femmes ayant une mutation dans deux gènes spécifiques du syndrome de Lynch - MSH6 et PMS2 - présentaient un risque de cancer du sein deux fois plus élevé que les femmes dans la population générale.

En se basant sur l'incidence du cancer dans la population étudiée, les chercheurs ont calculé qu'environ 31 à 38% des femmes présentant des variantes cancéreuses du MSH6 et du PMS2 développeront un cancer du , contre environ 15% des femmes dans la population générale.

"La nouvelle étude suggère MSH6 et PMS2 devrait être ajouté à la liste des gènes à rechercher lorsqu'il existe des antécédents de cancer du sein", a déclaré le Dr Chung, qui est également directeur du programme de génétique clinique à NewYork-Presbyterian / Columbia. "Le dépistage de ces gènes pourrait également donner à ces familles des informations potentiellement vitales pour prévenir le cancer du en encourageant les individus avec les gènes à augmenter la fréquence de leurs coloscopies."

Actuellement, le dépistage des gènes du syndrome de Lynch est généralement effectué uniquement lorsque quelqu'un a des antécédents personnels ou familiaux de cancer du côlon ou de l'utérus.

Le Dr Chung a ajouté: «Étant donné que le syndrome de Lynch n'est pas rare dans la population générale, cette découverte pourrait toucher des dizaines de milliers de personnes aux États-Unis et pourrait changer la pratique standard liée à l'un des syndromes prédisposés au cancer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16974
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Certains gènes ou certaines protéines impliqués dans le cancer du sein.   Jeu 5 Mai 2016 - 11:45

Des chercheurs ont annoncé avoir découvert pratiquement toutes les anomalies génétiques à l'origine des cancers du sein, une «avancée» qui pourrait permettre de développer de nouveaux traitements plus efficaces contre cette maladie, selon une étude publiée dans la revue britannique Nature.
«C'est une avancée majeure dans la compréhension des mécanismes dans nos cellules qui, lorsqu'ils sont altérés, aboutissent à des cancers du sein», souligne Christine Chomienne, directrice de recherche à l'Institut national du cancer (InCA) qui a co-dirigé l'étude avec l'Institut Sanger à Cambridge, au Royaume-Uni.
Elle ajoute que l'étude a permis d'établir «un catalogue quasi exhaustif des anomalies qui interviennent dans les cancers du sein».
Tous les cancers sont dus à des mutations qui se produisent dans l'ADN de nos cellules au cours de notre vie. Ces changements interviennent à cause de l'environnement mais également au fur et à mesure du vieillissement.
En séquençant le génome complet de l'ADN de 560 tumeurs du sein provenant de plusieurs pays, les chercheurs ont identifié plus de 1600 anomalies suspectées d'être à l'origine des tumeurs. Les anomalies portent sur 93 gènes différents, dont 10 sont altérés dans plus de la moitié des tumeurs du sein.
Certaines de ces altérations étaient déjà connues tandis que d'autres ont été identifiées pour la première fois grâce au séquençage entier du génome qui a permis d'étudier 100 % des gènes, alors que jusqu'alors les anomalies connues n'avaient été identifiées qu'au niveau de 10 % des gènes.
Cinq nouveaux gènes impliqués dans les cancers du sein ont ainsi été découverts grâce à cet énorme travail mené dans le cadre du consortium international de génomique du cancer (ICGC) mis en place en 2008.
«Ces gènes n'étaient pas jusque-là associés aux cancers du sein», note Mme Chomienne qui espère que cette découverte permettra de trouver de nouveaux traitements ciblés.
«Il est crucial de trouver ces mutations pour comprendre les causes du cancer et développer de nouvelles thérapies», souligne de son côté le Pr Mike Stratton, du Sanger Institute.
Des traitements ciblés existent d'ores été déjà, comme l'Herceptin (trastuzumab) qui permet de cibler des mutations qu'on retrouve dans 15 à 20 % des cancers du sein avec métastases.
Selon Mme Chomienne, l'étude a également permis de trouver des mutations proches des mutations BRCA1 et BRCA2 qui sont présentes dans certains cancers du sein familiaux.
«Les traitements déjà proposés à ces patientes pourraient également s'avérer efficaces chez celles possédant des mutations proches», estime-t-elle.

Aussi sur Canoe.ca:

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16974
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Certains gènes ou certaines protéines impliqués dans le cancer du sein.   Dim 26 Jan 2014 - 20:58

The vast majority of deaths from cancer result from its progressive spread to vital organs, known as metastasis. In breast cancer up to 12,000 patients a year develop this form of the disease, often several years after initial diagnosis of a breast lump.

In a recent series of studies researchers identified a previously unknown critical role for a potential cancer causing gene, Bcl3, in metastatic breast cancer.

"We showed that suppressing this gene reduced the spread of cancer by more than 80%," said Dr Richard Clarkson from Cardiff University's European Cancer Stem Cell Research Institute.

"Our next goal was to then find a way to suppress Bcl3 pharmacologically. Despite great improvements in therapy of early stage breast cancer, the current therapeutic options for patients with late stage metastatic disease are limited.

"There is therefore a clear unmet clinical need to identify new drugs to reverse or at least to slow down disease progression" he added.

Dr Clarkson and his team joined up with researchers Dr Andrea Brancale and Dr Andrew Westwell from the Cardiff University School of Pharmacy and Pharmaceutical Sciences, to develop small chemical inhibitors of the Bcl3 gene.

Computer aided modeling of how the Bcl3 gene functions inside the cell allowed the group to identify a pocket on the surface of Bcl3 essential for its function. By screening a virtual compound library for chemicals that could fit inside this pocket, using state-of-the-art computer software, they identified a drug candidate that potently inhibits Bcl3.

The compound was then trialed on mice with metastatic disease. The resulting effect was that the drug completely inhibited the development of the mice's metastatic tumors.

---

La grande majorité des décès dus au cancer résultent de sa diffusion progressive dans des organes vitaux , appelés métastases

Dans une série d'études récentes chercheurs ont identifié un rôle critique jusqu'alors inconnu pour un gène causant le cancer potentiel , BCL3 , dans le cancer du métastatique

"Nous avons montré que la suppression de ce gène réduit la propagation du cancer de plus de 80 % ", a déclaré le Dr Richard Clarkson de l'Institut européen de la recherche sur les cellules souches du cancer de l'Université de Cardiff .

«Notre prochain objectif était de trouver alors un moyen de supprimer BCL3 pharmacologiquement . Malgré des améliorations dans le traitement du cancer du sein à un stade précoce , les options thérapeutiques actuelles pour les patients atteints de la maladie métastatique fin de stade sont limitées.

" Il ya donc un besoin clinique non satisfait clairement à identifier de nouveaux médicaments pour inverser ou au moins de ralentir la progression de la maladie " at-il ajouté .

Dr Clarkson et son équipe se sont joints aux chercheurs Dr Andrea Brancale et le Dr Andrew Westwell de l'École de pharmacie et des sciences pharmaceutiques de l'Université de Cardiff, pour développer de petits inhibiteurs chimiques du gène BCL3 .

La modélisation assistée par ordinateur de la façon dont les gènes BCL3 fonctionnent à intérieur de la cellule ont permis au groupe d'identifier une poche sur la surface de BCL3 essentiel pour son fonctionnement. Par criblage d'une banque de composés virtuel pour les produits chimiques qui pourraient s'adapter à l'intérieur de cette poche , en utilisant un logiciel d'ordinateur , ils ont identifié un candidat-médicament qui inhibe fortement BCL3.

Le composé a été mis à l'essai , puis sur des souris atteintes de la maladie métastatique . L'effet résultant est que le médicament a complètement inhibé le développement de tumeurs métastatiques des souris.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16974
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Certains gènes ou certaines protéines impliqués dans le cancer du sein.   Mer 17 Avr 2013 - 9:42


Une découverte importante en cancer du sein par des chercheurs de l'IRCM

Les scientifiques montréalais identifient une cible potentielle pour freiner la progression des métastases, la principale cause de décès chez les personnes atteintes du cancer du sein

MONTRÉAL, le 15 avril 2013 /CNW Telbec/ - Une équipe de chercheurs à l'IRCM, dirigée par le Dr Jean-François Côté, a fait une découverte importante en cancer du sein qui sera publiée en ligne cette semaine par la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS). Les scientifiques montréalais ont identifié la protéine DOCK1 comme étant une cible potentielle pour freiner la progression des métastases chez les personnes atteintes du cancer du sein, le cancer le plus répandu chez la femme.

Le laboratoire du Dr Côté est intéressé par la métastase, soit la propagation du cancer d'un organe (ou d'une partie d'un organe) vers un autre. Près de 90 % des décès de patients atteints du cancer sont attribuables aux métastases, ce qui explique l'importance de comprendre les mécanismes moléculaires et cellulaires à la base de ce processus néfaste.

« Malgré les percées importantes dans le traitement du cancer du sein, peu de mécanismes sont connus pour expliquer la progression des métastases. Nous cherchons donc à identifier les protéines qui régulent le processus de métastase afin que de nouveaux agents puissent être développés et combinés aux traitements actuels » a dit le Dr Côté, directeur de l'unité de recherche sur l'organisation du cytosquelette et la migration cellulaire à l'IRCM.

Deux principaux sous-types de cancer du sein, soit les HER2+ et les Basal, ont tendance à être métastatiques et récurrents et, ultimement, sont associés à un faible taux de survie. Les recherches à l'IRCM ont été menées sur le type HER2+ (récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain), qui représente environ 25 % des cas de cancer du sein. Les tumeurs HER2 positives tendent à se développer et à se propager plus rapidement que les autres types de tumeurs.

« En étudiant un modèle génétique chez la souris représentant le cancer du sein HER2+, nous avons identifié la protéine DOCK1 comme étant un régulateur important des métastases. Lorsque nous avons éliminé cette protéine chez les souris, nos résultats ont démontré une diminution considérable des métastases aux poumons. Nous avons aussi découvert que la protéine DOCK1 contribue à la croissance des tumeurs » a expliqué Mélanie Laurin, étudiante au doctorat dans le laboratoire du Dr Côté et première auteure de l'étude.

« Afin de démontrer une corrélation entre DOCK1 et le pronostic du cancer du sein, nous avons réalisé une analyse de plusieurs bases de données d'expression génique de patientes. Nous avons effectivement découvert qu'une présence élevée de DOCK1 chez les personnes atteintes des cancers du sein HER2+ ou Basal est associée à un plus faible pronostic, soit la réapparition de la maladie » a ajouté le Dr Benjamin Haibe-Kains, chercheur à l'IRCM qui a collaboré avec l'équipe du Dr Côté.

« Nos travaux ont défini une nouvelle molécule essentielle à la progression du cancer du sein jusqu'au stade de la métastase et ont permis d'identifier d'autres nouveaux marqueurs qui pourraient devenir des cibles potentielles pour bloquer la progression des métastases. Nous avons aussi démontré qu'un inhibiteur chimique de la protéine DOCK1, développé par notre collaborateur au Japon, le Dr Yoshinori Fukui, bloque la migration des cellules cancéreuses. Ces résultats pourraient éventuellement mener au développement de médicaments qui limiteraient la propagation des cancers du sein métastatiques et qui pourraient ainsi améliorer le pronostic des personnes atteintes » a conclu le Dr Côté.

« Nous sommes fiers de financer cette recherche : les résultats sont une percée pour mieux comprendre comment arrêter les métastases, responsables de la plupart des morts par cancer du sein » a souligné Melody Enguix, conseillère en communication scientifique de la Société canadienne du cancer.

À propos du projet de recherche
Plusieurs chercheurs ont collaboré à cette étude, y compris Jean-François Côté, Mélanie Laurin, Benjamin Haibe-Kains (directeur de l'unité de recherche en bio-informatique et génomique computationnelle), Jennifer Huber, Ariane Pelletier et Tarek Houalla de l'IRCM; Morag Park et William J. Muller du Centre de recherche sur le cancer Rosalind et Morris Goodman de l'Université McGill; et Yoshinori Fukui du Medical Institute of Bioregulation à la Kyushu University au Japon. Les travaux à l'IRCM ont été subventionnés par la Société canadienne du cancer et le Fonds de recherche du Québec - Santé.

Pour plus d'information sur l'article publié, intitulé « Rac-specific guanine nucleotide exchange factor DOCK1 is a critical regulator of HER2-mediated breast cancer metastasis », veuillez consulter le site Internet de PNAS : http://www.pnas.org/.

Statistiques sur le cancer du sein
Selon la Société canadienne du cancer, le cancer le plus couramment diagnostiqué chez les femmes demeure le cancer du sein, avec 22 700 nouveaux cas attendus au Canada en 2012, ce qui représente environ le quart (26 %) de tous les nouveaux cas de cancer chez la femme. Le cancer du sein est la deuxième plus importante cause de décès par cancer chez les Canadiennes. Au Québec, on estime que 5 500 femmes recevront un diagnostic de cancer du sein et que 1 350 femmes mourront du cancer du sein en 2012.

À propos de Jean-François Côté
Jean-François Côté a obtenu un doctorat en biochimie de l'Université McGill. Il est professeur agrégé de recherche IRCM et directeur de l'unité de recherche sur l'organisation du cytosquelette et la migration cellulaire. Le Dr Côté est aussi professeur-chercheur agrégé au Département de médecine (accréditation en biologie moléculaire) de l'Université de Montréal et professeur associé au Département de médecine (Division de la médecine expérimentale) de l'Université McGill. Il est chercheur-boursier du Fonds de recherche du Québec - Santé. Pour plus d'information, visitez le www.ircm.qc.ca/cote.

À propos de l'IRCM
Créé en 1967, l'Institut de recherches cliniques de Montréal (www.ircm.qc.ca) regroupe aujourd'hui 35 unités de recherche spécialisées dans des domaines aussi variés que l'immunité et les infections virales, les maladies cardiovasculaires et métaboliques, le cancer, la neurobiologie et le développement, la biologie intégrative des systèmes et la chimie médicinale, et la recherche clinique. Il compte aussi trois cliniques spécialisées, huit plateaux technologiques et trois plateformes de recherche dotées d'équipement à la fine pointe de la technologie. Plus de 425 personnes y travaillent. L'IRCM est une institution autonome affiliée à l'Université de Montréal et sa clinique est associée au Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM). L'Institut entretient également une association de longue date avec l'Université McGill. L'IRCM est financé, entre autres, par le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie du Québec.

SOURCE : Institut de recherches cliniques de Montréal
Renseignements :

Pour plus d'information ou pour une entrevue avec le Dr Côté, veuillez communiquer avec :

Julie Langelier
Chargée de communication (IRCM)
julie.langelier@ircm.qc.ca
(514) 987-5555

Lucette Thériault
Directrice des communications (IRCM)
lucette.theriault@ircm.qc.ca
(514) 987-5535

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16974
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Certains gènes ou certaines protéines impliqués dans le cancer du sein.   Mar 31 Oct 2006 - 17:18

Des chercheurs ont pour la première fois décrit comment des copies multiples d'un gène sont responsables des métastases au stage précoce du cancer.

Le gène appelé «upar» offre une cible prometteuse pour l'élaboration d'un nouveau médicament pour arrêter ou ralentir la progression de la maladie et pourra aussi servir de test pour savoir de quel type de médicament le patient a besoin.

Le gène lance un processus biologique dans lequel la molécule appelé plasmine perfore la membrane des tissus, causant la fuite des cellules cancéreuses dans le courant sanguin et dans les tissus adjacents.Le résultat étant le cancer du sein métastasé. À peu près 20% à 25% des patientes du cancer du sein ont l'amplification causé par le gène upar, ce qui veut dire qu'elles transportent trop de copies du gène.                    

«Le système de ce gène joue vraisemblablement un rôle dans plusieurs tumeurs solides» dit le docteur Jonathan Uhr.

Pendant qu'il analysait des cellules cancéreuses cenant de 72 patientes avec un cancer du sein récurrent, le chercheur a découvert comment ce gène jouait un rôle en combinaison avec le gène her2                                                    

Les chercheurs suggèrent que upar amplifie les effets de HER-2
«Ce gène, upar, est un important oncogène, et c'est pourquoi il est important de savoir s'il est amplifié ou non» dit le docteur Uhr « Il est amplifié étonnamment dans les mêmes cellules cancéreuses que le Her-2. Ceci a une signification importante pour le traitement avec des agents qui vont cibler ce gène. De plus, l'Analyse du gène peut amener des informations que nous ne pouvons avoir autrement pour soigner le malade.


Dernière édition par Denis le Ven 25 Mai 2018 - 19:57, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Certains gènes ou certaines protéines impliqués dans le cancer du sein.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Certains gènes ou certaines protéines impliqués dans le cancer du sein.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Protéines impliquées dans le processus de métastase
» Découverte d'une protéine impliquée dans l'inflammation ...
» Protéines impliquées dans le processus de métastase.
» Une protéine de la coagulation, indicateur potentiel de la SEP.
» Télomérase et inhibiteurs de télomérase...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: