AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 érythropoïétiques (EPO)

Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16765
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: érythropoïétiques (EPO)   Lun 22 Jan 2018 - 16:07

A new discovery from the University of Virginia School of Medicine has revealed an unknown clockwork mechanism within the body that controls the creation of oxygen-carrying red blood cells. The finding sheds light on iron-restricted anemias that leave millions of people weak, tired and unable to concentrate -- and it may point the way to better treatments as well.

Understanding Anemia

Adam Goldfarb, MD, and his colleagues made the discovery while seeking to better understand why iron-restricted anemias cause the body to create insufficient numbers of vital red blood cells. Members of the research team were working independently on what would prove to be key pieces of the puzzle, but it was only when they put them together that they could see the big picture.

Shadi Khalil, an MD/PhD student who worked in Goldfarb's lab, was examining bone marrow cells when he noticed something intriguing about them. "I thought it was beautiful," he recalled. "I just stood there at the microscope looking at these cells."

What caught his eye was that the cells contained large pools of the receptor for erythropoietin, a hormone that directs the bone marrow to make red blood cells. (The hormone, known as EPO, has been used by Lance Armstrong and other athletes as a performance-enhancing drug.) To do its job receiving the instruction to make blood cells, the receptor must be on the outside of the marrow cells. Yet so much was stored up inside them.

Perhaps, Khalil thought, this might explain why some people's bone marrow cells fail to follow the hormone's instructions. And it did, partly. But there was still a piece missing, and, it would turn out, a colleague in the lab had already found it.

Parallel Research

Researcher Lorrie Delehanty was studying anemia using a model the lab developed -- "anemia in a dish," the scientists call it. "If you drop the iron level way down, these cells act like anemic cells," Delehanty explained. "They basically become anemic cells -- they even look very pale." Something else happens, too, she noticed: A particular protein disappeared.

The Scribble protein (named after the SCRIB gene that produces it) proved to be a key piece of the clockwork mechanism. Basically, it works like this: The amount of iron in the blood affects the amount of the Scribble protein available, and Scribble controls whether the hormone receptor is welled up inside the bone marrow cells or doing its job on the outside. "We realized that this was kind of a complicated symphony that starts with iron and ultimately controls how much and what kind of messages the cells get," Khalil said.

The researchers used this knowledge to fix EPO resistance in their model, and they hope the discovery will eventually be useful for treating anemias in people, too. "We've got the key components, and we want to move up the hierarchy to the master regulatory element that's controlling this," said Goldfarb, of UVA's Department of Pathology. "When we do that, that will get us that much closer to alternative treatments for anemia."

---

Une nouvelle découverte de l'école de médecine de l'Université de Virginie a révélé un mécanisme d'horlogerie inconnu dans le corps qui contrôle la création de globules rouges transportant l'oxygène. La découverte fait la lumière sur les anémies à fer limité qui laissent des millions de personnes faibles, fatiguées et incapables de se concentrer - et qui pourraient aussi ouvrir la voie à de meilleurs traitements.

Comprendre l'anémie

Adam Goldfarb, MD, et ses collègues ont fait la découverte tout en cherchant à mieux comprendre pourquoi les anémies fer-restreintes provoquent le corps à créer des nombres insuffisants de globules rouges vitaux. Les membres de l'équipe de recherche travaillaient de façon indépendante sur ce qui s'avérerait être des pièces clés du puzzle, mais ce n'est que lorsqu'ils les ont assemblés qu'ils ont pu voir la situation dans son ensemble.

Shadi Khalil, un étudiant MD / PhD qui a travaillé dans le laboratoire de Goldfarb, examinait des cellules de moelle osseuse quand il a remarqué quelque chose d'intrigant à leur sujet. "Je pensais que c'était beau", se souvient-il. "Je suis resté là au microscope à regarder ces cellules."

Ce qui a attiré son attention, c'est que les cellules contenaient un grand nombre de récepteurs de l'érythropoïétine, une hormone qui dirige la moelle osseuse à fabriquer des globules rouges. (L'hormone, connue sous le nom d'EPO, a été utilisée par Lance Armstrong et d'autres athlètes comme médicament améliorant la performance.) Pour accomplir son travail en recevant l'instruction de fabriquer des cellules sanguines, le récepteur doit être à l'extérieur des cellules médullaires. Pourtant, beaucoup était stocké à l'intérieur de celles-ci.

Peut-être, pensait Khalil, cela pourrait expliquer pourquoi les cellules de la moelle osseuse de certaines personnes ne suivent pas les instructions de l'hormone. Et ça l'a fait, en partie. Mais il manquait toujours une pièce, et il se serait avéré qu'un collègue du labo l'avait déjà trouvé.

Recherche parallèle

La chercheuse Lorrie Delehanty étudiait l'anémie à l'aide d'un modèle développé par le laboratoire - «l'anémie dans un plat», disent les scientifiques. "Si vous laissez tomber le niveau de fer vers le bas, ces cellules agissent comme des cellules anémiques", a expliqué Delehanty. "Ils deviennent essentiellement des cellules anémiques - ils ont même l'air très pâle." Quelque chose d'autre arrive aussi, elle a remarqué: Une protéine particulière a disparu.

La protéine Scribble (nommée d'après le gène SCRIB qui la produit) s'est avérée être un élément clé du mécanisme d'horlogerie. Fondamentalement, cela fonctionne comme ceci: La quantité de fer dans le sang affecte la quantité de protéine Scribble disponible, et Scribble contrôle si le récepteur d'hormone est inondé dans les cellules de la moelle osseuse ou fait son travail à l'extérieur. "Nous avons réalisé que c'était une sorte de symphonie compliquée qui commence par le fer et qui, en fin de compte, contrôle combien et quels types de messages les cellules reçoivent", a déclaré Khalil.

Les chercheurs ont utilisé ces connaissances pour fixer la résistance à l'EPO dans leur modèle, et ils espèrent que la découverte sera finalement utile pour le traitement de l'anémie chez les personnes, aussi. "Nous avons les composants clés, et nous voulons remonter la hiérarchie de l'élément à la régulation maître qui contrôle cela", a déclaré Goldfarb, du Département de pathologie d'UVA. "Quand nous faisons cela, cela nous rapproche beaucoup plus des traitements alternatifs pour l'anémie."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16765
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: érythropoïétiques (EPO)   Ven 16 Oct 2015 - 12:00

Scientists have shown why a drug widely used to treat chemotherapy-induced anemia in ovarian and breast cancer patients also may shorten survival times in some patients by inadvertently stimulating tumor growth.

Anil Sood, M.D., professor of Gynecologic Oncology and Reproductive Medicine at The University of Texas MD Anderson Cancer Center, led a study that identified the cell receptor EphB4 as a catalyst for a chain of cell-signaling events leading to tumor growth. EphB4 is linked to the cancer anemia therapy known as recombinant human erythropoietin (rhEPO). Erythropoietins (Epos) are protein molecules crucial for red blood cell production.

The study results were published in the Oct. 15 issue of Cancer Cell.

"Epos such as rhEPO has been used to relieve chemotherapy-induced anemia in cancer patients," said Sood. "Alarmingly, a growing number of studies have demonstrated that this treatment can compromise the overall survival of the patients."

Based on earlier studies including work done by Molecular Health of Heidelberg, Germany, scientists wondered whether the cell receptor known as EpoR which is normally associated with the anemia drug rhEPO, might be the cause. However, studies showed that EpoR "largely failed" to explain the effects of rhEPO on tumor growth.

"Evidence from other therapeutic areas has also suggested the existence of an alternative Epo receptor," said Sood. "Such observations, combined with a lack of convincing molecular explanation underlying the effects of rhEpo on cancer growth, prompted us to consider the existence of an alternative Epo receptor."

Sood's team revealed EphB4 as a trigger for downstream cell signaling that promotes rhEpo-induced tumor growth and progression. The researchers found that EphB4 enhanced tumor growth via STAT3, a protein or transcription factor vital to gene regulation. The investigation employed both in vivo and in vitro samples.

"The study showed EphB4 as a critical mediator of Epo-induced tumor progression," said Sood. "Our results have broad implications for understanding Epo biology."

The discovery of EphB4 as an alternative Epo receptor may open further investigation of how to stop tumor-stimulating effects of Epo-based therapies. While additional validation studies might prove valuable in further defining Epo's adverse effects, the therapy remains an option for patients with chemotherapy-induced anemia, and patients are informed of possible side effects in advance of treatment.

---


Les scientifiques ont montré pourquoi un médicament largement utilisé pour traiter l'anémie induite par la chimiothérapie chez les patients de l' et le cancer du peut également réduire les temps de survie chez certains patients en stimulant par inadvertance la croissance tumorale.

Anil Sood, MD, professeur de gynéco-oncologie et de médecine de la reproduction à l'Université du Texas MD Anderson Cancer Center, a mené une étude qui a identifié le récepteur cellulaire EphB4 comme un catalyseur pour une chaîne d'événements de signalisation cellulaire conduisant à la croissance de la tumeur. EphB4 est liée à la thérapie de l'anémie du cancer connu comme l'érythropoïétine humaine recombinante (rhEPO). Érythropoïétines (Epos) qui sont des molécules de protéines cruciales pour production de globules rouges dans le sang.

Les résultats de l'étude ont été publiés dans la Octobre numéro 15 de Cancer Cell.

"Les Epos tels que rhEPO a été utilisé pour soulager l'anémie induite par la chimiothérapie chez les patients cancéreux", a déclaré Sood. "De façon alarmante, un nombre croissant d'études ont démontré que ce traitement peut compromettre la survie globale des patients."

Basé sur des études antérieures, y compris les travaux effectués par Santé moléculaire de Heidelberg, en Allemagne, les scientifiques se demandent si le récepteur cellulaire connu sous le nom EpoR qui est normalement associée au médicament de l'anémie rhEPO, pourrait être la cause. Cependant, des études ont montré que EpoR a "largement échoué» pour expliquer les effets de la rhEPO sur la croissance tumorale.

"L'expérience d'autres domaines thérapeutiques a également suggéré l'existence d'un récepteur de l'EPO alternatif", a déclaré Sood. "Ces observations, combiné à un manque d'explication convaincante moléculaire qui sous-tend les effets de rhEpo sur la croissance du cancer, nous ont incités à considérer l'existence d'un récepteur de l'EPO alternative."

L'équipe de Sood a révélé EphB4 comme un déclencheur pour la signalisation cellulaire aval qui favorise la croissance et la progression tumorale induite rhEpo. Les chercheurs ont constaté que la croissance de la tumeur EphB4 renforcée par STAT3, un facteur essentiel à la régulation du gène de la protéine ou la transcription. L'enquête utilisé à la fois in vivo et in vitro dans des échantillons.

"L'étude a montré que EphB4 est un médiateur essentiel de la progression tumorale induite par l'Epo," dit Sood. «Nos résultats ont de larges implications pour la compréhension de la biologie de l'Epo."

La découverte de EphB4 comme un récepteur de l'EPO alternative peut ouvrir une enquête plus approfondie de la façon d'arrêter les effets de la tumeur en stimulant des thérapies à base de Epo. Alors que les études de validation supplémentaires pourraient se révéler utiles pour définir plus précisément les effets indésirables de l'EPO, la thérapie demeure une option pour les patients atteints de l'anémie induite par la chimiothérapie, et les patients sont informés des effets secondaires possibles avant le traitement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16765
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: érythropoïétiques (EPO)   Mar 6 Déc 2011 - 10:14

(Dec. 5, 2011) — Researchers at Karolinska Institutet have demonstrated that a growth hormone, PDGF-BB, and the blood protein EPO are involved in the development of cancer tumours and that they combine to help the tumours proliferate in the body. These new preclinical findings offer new potential for inhibiting tumour growth and bypassing problems of resistance that exist with many drugs in current use.

Des chercheurs ont démontré qu'une hormone de croissance, la PDGF-BB et la protéine du sang EPO sont impliqué dans le développement de tumeurs cancéreuses et qu'elles se combinent pour aider les tumeurs à proliférer dans le corps. Cette découverte pré-clinique offre la possibilité de nouvelles thérapies pour inhiber la tumeur et de bypasser la résistance qui existe pour certains médicaments anti-cancer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16765
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: érythropoïétiques (EPO)   Ven 10 Nov 2006 - 3:51



Posted: November 9, 2006

NEW YORK (Reuters Health) - Patients with hematologic malignancies have a better sense of well-being and less fatigue if they receive epoetin alfa before chemotherapy starts.


Les patients avec un cancer du sang ont une meilleure qualité de vie et sont moins fatigués s'ils recoivent de érythropoïétiques (EPO) avant de commencer la chimio.

The key to epoetin alfa efficacy, oncologists emphasize, is giving the epoetin immediately, without waiting for hemoglobin levels to drop.

La clé pour l'efficacité de l'époétine alpha c'est de la donner immédiatement sans attendre que le taux d'hémoglobine chûte.

In a study published in the October 15th issue of Cancer, Dr. David J. Straus of Memorial Sloan-Kettering Cancer Center in New York and colleagues enrolled 269 patients with non-Hodgkin's lymphoma, Hodgkin's lymphoma, chronic lymphocytic leukemia or multiple myeloma with baseline hemoglobin of 10-12 g/dL or lower. Patients were scheduled to receive a minimum of 4 months of myelosuppressive chemotherapy.

Dans une étude du 15 octobre publié dans la revue "Cancer" le docteur Strauss et ses collègues ont enrôlé 269patients avec diverses leucémies et des taux d'héglobine de 10 à 12 g/dl ou plus bas. Les patients devaient recevoir un minimum de 4 mois de chimio myelosuppressive.

Patients were randomized to epoetin alfa 40,000 U weekly for up to 16 weeks, beginning immediately or after hemoglobin levels dropped to 9 g/dL or lower.

Des patients ont été choisi au hasard pour recevoir l'époetine alpha jusque durant 16 semaines à commencer sur le champs ou dès que le niveau baissait à 9g/dl ou moins.
Functional Assessment of Cancer Treatment-Anemia (FACT-An) scores were assessed before and after the 4-month course of chemotherapy.

Dr. Straus' team reports that immediate epoetin alfa treatment "demonstrated a consistent and meaningful quality of life advantage for treating mild anemia earlier during chemotherapy."

L'équipe du dicteur Strauss a rapporté une amélioration de la qualité de vie significative

Immediately treated patients had significant increases in hemoglobin and "weakly" corresponding improvements in fatigue and physical functioning.

Most measures on the scale were rated as positively affected in the early-treatment group, and most were negative in the late-treatment group.

The researchers conclude that the findings support the early use of epoetin alfa in chemotherapy patients with mild anemia.






---------------


L'EPO, connue pour ces propriétés dopantes, est utilisée dans le traitement des cancers. Les protéines érythropoïétiques (EPO) stimulent la production d’hémoglobine.

Action de l'EPO contre le cancer

Avec cette meilleure production d’hémoglobine, les cancéreux qui subissent des traitements lourds peuvent combattre plus efficacement l’anémie induite par leur maladie et ses traitements. L’EPO corrige le taux d’hémoglobine du malade en réduisant les besoins en transfusions. Cette méthode est utilisée en cancérologie depuis 1990, et donne des résultats de qualité.

Les avantages de l'EPO en cancérologie
Elle présente moins de risques que les transfusions de globules rouges, et permet une correction plus durable de l’anémie. Ce traitement est administré par injection sous-cutanée. Généralement bien toléré, il améliore considérablement la qualité de vie de ces malades.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: érythropoïétiques (EPO)   

Revenir en haut Aller en bas
 
érythropoïétiques (EPO)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» érythropoïétiques (EPO)
» LES tests génétiques ....
» Lisez-vous les revues diététiques?
» Récitation. Mise en voix de textes poétiques.
» la vérité sur les cosmétiques naturels

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: