AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Manipuler le système immunitaire pourrait être la solution.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Manipuler le système immunitaire pourrait être la solution.   Ven 28 Aoû 2015 - 17:03

Florida State University researchers have taken a big step forward in the fight against cancer with a discovery that could open up the door for new research and treatment options.

Fanxiu Zhu, the FSU Margaret and Mary Pfeiffer Endowed Professor for Cancer Research, and his team uncovered a viral protein in the cell that inhibits the major DNA sensor and thus the body's response to viral infection, suggesting that this cellular pathway could be manipulated to help a person fight infection, cancer or autoimmune diseases.

They named the protein KicGas.

"We can manipulate the protein and/or the sensor to boost or tune down the immune response in order to fight infectious and autoimmune diseases, as well as cancers," Zhu said.

The study was published today in the journal Cell Host and Microbe.

Zhu leads a research team investigating how DNA viruses can cause cancer, a major focus of researchers worldwide. About 15 percent of human cancer cases are caused by viruses, so scientists have been seeking answers about how the body responds to viral infection and how some viruses maintain life-long infections.

In the past few years, researchers finally identified the major DNA sensor in cells, known as cGas. That spurred researchers to further examine this sensor in the context of human disease because ideally that sensor should have been alerting the body to fight disease brought by a DNA virus.

Essentially, a DNA virus is an intracellular parasite that contains genetic material. Several notable diseases including smallpox, herpes, and chickenpox are caused by DNA viruses. One of the reasons these diseases are so difficult to cure is because they take over the cellular machinery of their human host, often making it impossible to kill the virus without also harming the person.

Although people are equipped with sophisticated immune systems to cope with viral infection, many viruses have co-evolved mechanisms to evade or suppress the body's immune responses.

So the discovery of this protein is critical to further exploration of how these DNA viruses work and how they can be thwarted.

To uncover this protein, Zhu's team studies Kaposi's sarcoma-associated herpesvirus (KSHV), a human herpesvirus that causes some forms of lymphoma and Kaposi's sarcoma, a cancer commonly occurring in AIDS patients and other immunocompromised individuals.

In this study, researchers screened every protein in a KSHV cell -- 90 in total -- and ultimately found that one of them directly inhibited the DNA sensor called cGAS. They infected human cell lines with the Kaposi's sarcoma virus to mimic natural infection, and found when they eliminated the inhibitor protein -- KicGas -- the cells produced a much stronger immune response.

To do this work, Zhu collaborated with several scientists both in the U.S. and Germany, including FSU Professor of Chemistry and Biochemistry Hong Li.

Li, whose focuses are molecular biology and molecular biophysics, specifically examined how the protein inhibited the cGAS activity in test tubes. For the next phase of research, she is building a three-dimensional model of the interactions to help them better understand how the inhibitor functions.

"These are hard problems to solve, and there is still much to learn here," Li said.

Learning how the inhibitor functions is a big next step, though.

"Once we figure that out, we can hopefully design something to fight the disease," Zhu said.

Other institutions contributing to the paper are the Frederick National Laboratory for Cancer Research, Friedrich-Alexander-University in Germany and the Institute of Clinical and Molecular Virology at University of Erlangen-Nürnberg.

The research is funded by the National Institutes of Health.


---

Les chercheurs de l'Université d'État de Floride ont fait un grand pas en avant dans la lutte contre le cancer avec une découverte qui pourrait ouvrir la porte à de nouvelles options de recherche et de traitement.

Fanxiu Zhu et son équipe a découvert une protéine virale dans la cellule qui inhibe le capteur majeur d'ADN et donc la réponse de l'organisme à une infection virale, ce qui suggère que cette voie cellulaire pourrait être manipulée pour aider à la lutte d'une personne contre l'infection, le cancer ou les maladies auto-immunes.

Ils l'ont appelé la protéine KicGas.

"Nous pouvons manipuler la protéine et / ou le capteur pour augmenter ou diminuer la hauteur de la réponse immunitaire afin de lutter contre les maladies infectieuses et auto-immunes, ainsi que les cancers," a dit Zhu.

L'étude a été publiée aujourd'hui dans la revue Cell Host and Microbe.

Zhu dirige une équipe de recherche portant sur la façon dont les virus à ADN peuvent causer le cancer, un axe majeur de chercheurs du monde entier. Environ 15 pour cent des cas de cancer humaines sont causées par des virus, les scientifiques ont cherché des réponses sur la façon dont le corps réagit à une infection virale et comment certains virus maintenir les infections tout le long de la vie.

Au cours des dernières années, les chercheurs ont finalement identifié le capteur de l'ADN dans les cellules majeur, connu sous le nom des CGA. Qui a incité les chercheurs à examiner plus avant ce capteur dans le contexte de la maladie humaine, car idéalement ce capteur aurait dû alerter le corps à lutter contre la maladie introduite par un virus à ADN.

Essentiellement, un virus à ADN est un parasite intracellulaire qui contient du matériel génétique. Plusieurs maladies notables dont la variole, l'herpès, la varicelle et sont provoquées par des virus à ADN. Une des raisons pour laquelle ces maladies sont si difficiles à guérir est parce qu'ils ne prennent le contrôle de la machinerie cellulaire de leur hôte humain, rendant souvent impossible de tuer le virus sans nuire aussi à la personne.

Bien que les gens sont équipés de systèmes immunitaires sophistiqués pour faire face à une infection virale, de nombreux virus ont des mécanismes pour éviter ou de supprimer les réponses immunitaires de l'organisme co-évolué.

Ainsi, la découverte de cette protéine est essentielle à la poursuite de l'exploration de la façon dont ces virus à ADN fonctionnent et comment ils peuvent être contrecarrés.

Pour découvrir cette protéine, l'équipe de Zhu a étudié le virus de l'herpès associé au sarcome de Kaposi (KSHV), un virus de l'herpès humain qui provoque certaines formes de lymphomes et le sarcome de Kaposi, un cancer survenant fréquemment chez les patients du SIDA et d'autres personnes immunodéprimées.

Dans cette étude, des chercheurs ont évalué chaque protéine dans une cellule KSHV - 90 au total - et, finalement, ont constaté que l'un d'eux, a directement inhibé le capteur d'ADN appelé CGA. Ils ont infecté des lignées de cellules humaines avec le virus du sarcome de Kaposi pour imiter une infection naturel, et ils ont trouvé quand ils ont éliminé la protéine inhibitrice - KicGas - que les cellules produisaient une réponse immunitaire bien plus forte.

Pour faire ce travail, Zhu a collaboré avec plusieurs scientifiques à la fois aux États-Unis et l'Allemagne, dont le professeur FSU de chimie et biochimie Hong Li.

Li, dont les axes sont la biologie moléculaire et de biophysique moléculaire, a spécifiquement examiné comment la protéine inhibait l'activité de CGA dans des éprouvettes. Pour la prochaine phase de recherche, elle a construit un modèle en trois dimensions des interactions pour les aider à mieux comprendre comment l'inhibiteur fonctionnait.

"Ce sont des problèmes difficiles à résoudre, et il ya encore beaucoup à apprendre ici," a dit Li.

Apprendre les fonctions d'inhibiteurs est une grande étape suivante.

"Une fois que nous comprendrons cela, nous pouvons, nous l'espérons, concevoir quelque chose pour lutter contre la maladie," a dit Zhu.



La recherche est financée par les National Institutes of Health.







_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Manipuler le système immunitaire pourrait être la solution.   Ven 4 Jan 2013 - 12:46

(même chose à partir d'un article possiblement dans un meilleur français français...)

La science fait un nouveau pas vers les traitements de cancers. Des scientifiques ont en effet réussi à créer pour la première fois des cellules capables d’éradiquer les cancers. Cette avancée a été rendue possible par des chercheurs du Research Centre for Allergy and Immunology (RIKEN) au Japon. En créant des cellules du système immunitaire spécifiques au cancer appelées lymphocytes T tueurs, les chercheurs pourraient ouvrir la voie à l’injection directe de ces cellules dans le corps de patients atteints d’un cancer. Si ces cellules sont produites naturellement par l’organisme en petit nombre, les scientifiques espèrent que l’injection d’une quantité importante de ces cellules suffise pour recharger le système immunitaire.

Pour créer ces nouvelles cellules, l’équipe de chercheurs a commencé par reprogrammer les lymphocytes T spécialisés dans l’éradication d’un certain type de cancer en un autre type de cellules appelées cellules souches pluripotentes induites (iPS). Le but de cette manoeuvre est d’allonger la durée de vie des lymphocytes T qui sont inefficaces pour éradiquer les cancers en raison de leur espérance de vie plutôt courte.

Résultat : les lymphocytes T nouvellement créés ont maintenu la réorganisation génétique, permettant par ailleurs l’expression des récepteurs spécifiques au cancer. Les nouvelles cellules se sont également révélées être actives et capables de produire un composé anti-tumoral.

Comme l’a expliqué le docteur Kawamoto à l’origine de l’étude : « Nous avons réussi l'expansion de cellules T spécifiques de l'antigène en créant des cellules iPS et en les différenciant de nouveau en cellules T fonctionnelles ».

Il reste maintenant à déterminer si ces cellules T peuvent sélectionner les cellules à tuer – en l’occurrence les cellules tumorales – et pas les éradiquer toutes. Si cela est possible, elles pourront alors être introduites directement dans l’organisme des patients malades.
En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/pepites/cancer-scientifiques-creent-cellules-capables-tuer-cellules-tumorales-596227.html#AA3wJMJJZYD0aZLt.99

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Manipuler le système immunitaire pourrait être la solution.   Jeu 3 Jan 2013 - 16:44

Jan. 3, 2013 — The human body contains immune cells programmed to fight cancer and viral infections, but they often have short lifespans and are not numerous enough to overcome attacks by particularly aggressive malignancies or invasions. Now researchers reporting in two separate papers in the January 4th issue of the Cell Press journal Cell Stem Cell used stem cell technology to successfully regenerate patients' immune cells, creating large numbers that were long-lived and could recognize their specified targets: HIV-infected cells in one case and cancer cells in the other.

The findings could help in the development of strategies to rejuvenate patients' exhausted immune responses.

The techniques the groups employed involved using known factors to revert mature immune T cells into induced pluripotent stem cells (iPSCs), which can differentiate into virtually any of the body's different cell types. The researchers then expanded these iPSCs and later coaxed them to redifferentiate back into T cells. Importantly, the newly made T cells were "rejuvenated" with increased growth potential and lifespan, while retaining their original ability to target cancer and HIV-infected cells. These findings suggest that manipulating T cells using iPSC techniques could be useful for future development of more effective immune therapies.

In one study, investigators used T cells from an HIV-infected patient. The redifferentiated cells they generated had an unlimited lifespan and contained long telomeres, or caps, on the ends of their chromosomes, which protect cells from aging. This is significant because normal aging of T cells limits their expansion, making them inefficient as therapies. "The system we established provides 'young and active' T cells for adoptive immunotherapy against viral infection or cancers," says senior author Dr. Hiromitsu Nakauchi, of the University of Tokyo.

The other research team focused on T cells from a patient with malignant melanoma. The redifferentiated cells they created recognized the protein MART-1, which is commonly expressed on melanoma tumors. "The next step we are going to do is examine whether these regenerated T cells can selectively kill tumor cells but not other healthy tissues. If such cells are developed, these cells might be directly applied to patients," says senior author Dr. Hiroshi Kawamoto, of the RIKEN Research Center for Allergy and Immunology. "This could be realized in the not-so-distant future."

-------------

3 janvier 2013 - Le corps humain contient des cellules immunitaires programmés pour lutter contre le cancer et les infections virales, mais elles ont souvent des durées de vie courtes et ne sont pas assez nombreuses pour surmonter les attaques de cancers particulièrement agressifs ou les invasions. Maintenant, des chercheurs ont utilise la technologie des cellules souches pour réussir à régénérer les cellules immunitaire des patients, à en créer un grand nombre qui résisteraient à long terme et pourraient reconnaître leurs cibles spécifiées: des cellules infectés par le VIH dans un cas et les cellules cancéreuses dans l'autre.

Ces résultats pourraient aider à l'élaboration de stratégies visant à rajeunir les réponses immunitaires épuisées des patients.

Les techniques employées utilisent des facteurs connus pour faire revenir des cellules T matures immunitaires en cellules souches pluripotentes induites (CSPi), qui peuvent se différencier en n'importe quel type de cellule du corps. Les chercheurs ont ensuite étendu le nombre de ces iPSCs et par la suite les ont remis en cellules T. Fait important, les cellules T ont été "rajeunis" récemment avec un potentiel de durée de vie et de croissance accru, tout en conservant leur capacité originale de cibler le cancer et les cellules infectées. Ces résultats suggèrent que la manipulation de cellules T en utilisant des techniques iPSC pourrait être utile pour le développement futur de thérapies plus efficaces du système immunitaire.

Dans une étude, les chercheurs ont utilisé des cellules T d'un patient infecté par le VIH. Les cellules regénérées et redifferentiées ont une durée de vie illimitée et contiennent des télomères longs, c'est-à-dire des capsules, sur les extrémités de leurs chromosomes, qui protègent les cellules du vieillissement. Ceci est important car c'est le vieillissement normal des cellules T qui limite leur expansion, ce qui les rend inefficaces en tant que thérapies. «Le système que nous avons établi fournit des cellules T jeunes et activess pour une immunothérapie adoptive contre les infections virales ou les cancers», explique l'auteur principal, le Dr Hiromitsu Nakauchi, de l'Université de Tokyo.

L'équipe de recherche a pris aussi les lymphocytes T d'un patient atteint d'un mélanome malin. Les cellules redifferentiated qu'ils ont créés reconnaissent la protéine MART-1 qui est communément exprimée sur les tumeurs du mélanome. «La prochaine étape que nous allons faire est de déterminer si ces cellules T régénérées peuvent tuer sélectivement les cellules tumorales mais pas les autres tissus sains. Si ces cellules sont développés, ces cellules pourraient être appliqués directement aux patients», explique l'auteur principal Dr Hiroshi Kawamoto , du Centre de recherche RIKEN d'allergie et d'immunologie. "Cela pourrait être réalisé dans un avenir pas si lointain."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Manipuler le système immunitaire pourrait être la solution.   Mar 11 Aoû 2009 - 1:48

Argentine: une découverte scientifique pour mieux traiter le cancer
(AFP) – Il y a 9 heures

BUENOS AIRES — Une équipe de scientifiques argentins a annoncé lundi une découverte dans les mécanismes du système immunitaire, qui pourrait permettre de mieux traiter cancer, arthrose, sclérose et diabète.

"Nous avons trouvé les mécanismes moléculaires qui désactivent le système immunitaire", a déclaré en conférence de presse Gabriel Rabinovich, chef de l'équipe de l'Institut de biologie et de médecine expérimentale (IBYME) dont les travaux ont été publiés dans la revue britannique Nature Inmunology.

Cette découverte permettra de désactiver le système immunitaire lorsqu'il continue d'agir de manière contreproductive ou au contraire de l'activer lorsqu'il ignore une tumeur au lieu de la combattre, selon l'étude.

"Ces résultats pourraient ouvrir des nouveaux horizons dans le traitement de différentes pathologies immunitaires", affirment dans l'étude le Dr Rabinovich et un jeune scientifique dont la thèse est à l'origine des travaux, Juan Martin Ilarregui.

"Ils donnent un meilleur aperçu de la biologie du cancer et pourront à l'avenir permettre la mise en place de nouvelles stratégies contre les tumeurs", selon l'étude de l'IBYME, qui dépend du Conseil national des recherches scientifiques et techniques (Conicet), un établissement public.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Manipuler le système immunitaire pourrait être la solution.   Ven 10 Nov 2006 - 12:02

Des scientifiques américains tentent d'évaluer de définir de nouvelles stratégies pour combattre le mélanome, le plus grave des cancers de la Ils cherchent à renforcer le système immunitaire d'un malade cancéreux pour qu'il s'attaque aux cellules cancéreuses. Leurs travaux ont été présentés cette semaine à Prague, lors du Congrès européen de recherche en cancérologie.

Ces stratégies représentent les premières tentatives de suppression des cellules T régulatrices, qui servent à maintenir le système immunitaire sous surveillance. Les cancérologues estiment en effet que dans le cancer, le système immunitaire devrait pouvoir rester en éveil, capable de se déchaîner sur le cancer lui-même.

"Il s'agit d'une manière d'appréhender la maladie totalement différente de ce qui était pratiqué jusqu'ici", a déclaré le Dr Alexander Eggermont, professeur de chirurgie oncologique à l'Université de Rotterdam (Pays-Bas), et président de ce Congrès, qui n'a pas participé à cette recherche. Bien que ces travaux soient encore préliminaires, la nouvelle expérience se montre déjà prometteuse.

Dans un article présenté par le Dr Jason Chesney, du centre de cancérologie JG Brown (Kentucky), sept patients à un stade avancé de cancer de la peau ont reçu de la toxine diphtérique et de l'interleukine 2, en association, dans le but de réduire à néant ces lymphocytes régulateurs. Dans cinq cas sur sept, les tumeurs ont diminué de volume ou sont restées stables.

En mettant de côté les cellules T-régulatrices, le médicament prévient l'extinction du système immunitaire, préparant ainsi l'organisme à une attaque continue contre le cancer, a expliqué Chesney.



Dans une deuxième étude présentée elle aussi à Prague, le Dr Jeffrey Weber, professeur de médecine à l'Université de Californie à Los Angeles (UCLA), a décrit comment, avec ses collègues, il est parvenu à bloquer une des protéines de surface de ces lymphocytes, de manière à les inhiber suffisamment pour que le système immunitaire puisse attaquer les cellules cancéreuses. Pour ce faire, les patients ont reçu des injections d'anticorps dirigés vers ces cellules T-régulatrices.

Sur les 25 personnes testées, 24 étaient encore en vie 17 mois plus tard, dont trois en rémission.

Si cette stratégie qui cherche à manipuler le système immunitaire se montre encourageante, la totalité du protocole thérapeutique pourrait en être modifiée. Jusqu'à récemment, la chimiothérapie était considérée comme le meilleur moyen d'éliminer une tumeur. Mais si elle parvient à réduire leur taille, elle ne permet pas d'éviter les récidives et n'est qu'une solution à court terme. "Si nous réussissons à maintenir le système immunitaire en éveil, nous parviendrons peut-être à éviter la récidive", a estimé Eggermont.

"C'est comme une chimiothérapie perpétuelle. Vous obligez votre propre système immunitaire à rester mobilisé pour empêcher le cancer de se développer", note Chesney.

Mais laisser le système immunitaire se déchaîner n'est toutefois pas une avancée dénuée de risques, car favorisant la survenue de maladies auto-immunes, notamment d'hépatites, de colites, ou de dermatoses. Des maladies toutefois curables et qui sont compensées par la perspective de vaincre la maladie.

Pour Chesley et Weber, il faudra encore des années pour savoir si leur stratégie se vérifie à plus grande échelle. Mais si leur hypothèse se confirmait, la méthode pourrait s'appliquer à d'autres cancers dans lesquels les cellules T-régulatrices jouent un rôle, comme dans ceux du du ou de l'oesophage. AP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Manipuler le système immunitaire pourrait être la solution.   Aujourd'hui à 18:08

Revenir en haut Aller en bas
 
Manipuler le système immunitaire pourrait être la solution.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Manipuler le système immunitaire pourrait être la solution.
» le système immunitaire des astronautes est affaibli
» Découverte : nouvelle molécule dans le système immunitaire.
» Système immunitaire des martiens
» Nouvelle technique pour renforcer le système immunitaire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: