AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Nexavar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nexavar   Lun 19 Sep 2011 - 11:07

Il y a une étude de phase 3 sur l'emploi du Nexavar pour le cancer de la thyroîde :

ici

Il est écrit sur ce site que l'étude finit en novembre 2011 mais tous les sites y compris ceux en France recrutent encore, alors je ne sais pas si les conclusions vont tomber en Novembre de cette année ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nexavar   Jeu 18 Fév 2010 - 13:39

(Feb. 18, 2010) — More than 57,000 Americans face a diagnosis of kidney cancer each year. Now patients with advanced disease may soon have another treatment option. Physicians who conducted a pilot study at UNC Lineberger Comprehensive Cancer Center found that therapy before surgery with the drug sorafenib can reduce the size of large tumors and could be safely undertaken administered without adding significantly to the risks of surgery.

Plus de 57,000 américains font face à un diagnostique de cancer du chaque année. Maintenant les patients avec la forme avancée de la maladie pourront bénéficier bientôt d'un option supplémentaire. Les médecins qui ont conduit une étude pilote au centre du cancer Lineberger ont trouvé que la thérapie avec le médicament sorafenib peut réduire la taille des grosses tumeurs et pourrait être administré sans risque avant la chirurgie.

Their results are published in the Feb. 16, 2010 online issue of the Journal of Clinical Oncology.
Kimryn Rathmell, MD, PhD, a UNC Lineberger physician-scientist, is the study's principal investigator. "We found that primary kidney tumors responded to this therapy, shrinking up to 40 percent prior to surgery. What this means for kidney cancer patients is that their surgery may be less extensive and, we hope, can provide a better outcome for patients because of tumor shrinkage," she says. Rathmell is an assistant professor of medicine at the University of North Carolina at Chapel Hill.

Nous avons découvert que la tumeur primaire répond à cette thérapie et qu'elle est réduit de 40 % avant la chirurgie. Ce qui veut dire pour les patients que leur chirugie peut être moins lourde et peut réussir mieux.

At present, removal of the primary tumor (often with the kidney as well) is the standard treatment for patients with kidney cancer, whether the disease is localized to the kidney or has spread to distant sites. This broad spectrum includes patients with very large tumors that may not be ideal for surgical removal as well as patients who may benefit from early systemic interventions, but who would also benefit from removing the kidney later. This study addressed the question of whether systemic therapy, and in particular, therapy that targets the process by which tumors seek and find new blood vessels to fuel their growth, can benefit patients before they undergo surgery to remove tumors.

Cette étude explore la question si une thérapie systémique et en particulier la thérapie qui cible leprocessus d'angiogenèse peut bénéficier aux patients avant de subir la chirurgie pour enlever la tumeur primaire qui est le traitement standard.

The study was conducted to evaluate the safety and feasibility of preoperative treatment using sorafenib (Nexavar®) in 30 patients with stage two or higher kidney cancer including metastatic disease. Patients received their treatment at UNC Lineberger Comprehensive Cancer Center and at Rex Cancer Center in Raleigh. They took two daily oral doses of the drug for between four to eight weeks prior to surgery.

Nexavar, manufactured by Bayer, is a targeted drug used to treat advanced kidney cancer and a type of liver cancer. Nexavar prevents the growth of new blood vessels that fuel tumor growth. Sorafenib is one among the class of new targeted agents approved by the FDA in 2005 for evidence of benefit for patients with metastatic kidney cancer.
Two previous studies had been conducted using similar targeted therapy drugs, Sutent and Avastin, but Rathmell's study is the largest to evaluate the use of Nexavar alone, and the first to explore the possibility that pre-operative treatment might benefit patients who do not have metastatic disease.

2 études précédentes ont été faites avec des thérapies similaires, avastin et Sutent, mais celle-ci est la plus grosse étude qui évalue l'usage de Nexavar seul et la seule qui étudie son usage avant la chirurgie.

Study co-author Matthew Nielsen, MD, assistant professor of surgery in the UNC School of Medicine and a member of the UNC Lineberger urologic cancer program, notes, "This study is a major contribution to the field, demonstrating that Nexavar, is well-tolerated for pre-surgery use, with no increase in the rates of complications or difficulties recovering from surgical removal of the kidney. We are optimistic that this and future similar studies will ultimately allow us to offer, individualized treatment strategies for patients with this common and dangerous disease."

Another important aspect of this study is the successful integration of systemic therapy with what is traditionally a surgical stage of the disease. According to Nielsen, "This study highlights the value of the team approach to urologic cancer management and exemplifies the need for well-coordinated multidisciplinary oncology services in advancing new forms of treatment."

Rathmell concludes, "This study is promising. We saw significant reduction in the size of tumors using this drug, reducing the extent of surgery and making patient recovery less challenging. A larger study needs to be conducted to determine if preoperative systemic therapy improves outcomes in patients undergoing surgery for kidney cancer."
Rathmell serves on an advisory board for and has received research funding to conduct clinical aspects of this study from Bayer/Onyx, the manufacturer of sorafenib.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nexavar   Mar 17 Juil 2007 - 13:28

Researchers at the University of Pennsylvania School of Medicine identified a combination therapy as a way to sensitize resistant human cancer cells to a treatment currently being tested in clinical trials They propose that the therapy may help to selectively eliminate cancer cells while leaving healthy cells intact, providing a cancer treatment with fewer side effects. The Penn team reports their findings in the July issue of Cancer Cell.

Les chercheurs ont identifié une combinaison de thérapie comme un moyen de sensibiliser les cellules cancéreuses résistantes à un traitement couramment testé dans les essais cliniques. Ils disent que cette thérapie pourrait aider à éliminer sélectivement les cellules cancéreuses et laisser les cellules saines intactes.


To test the ability of the combined therapy in treating cancerous tumors, senior author Wafik S. El-Deiry, MD, PhD, and colleagues administered TRAIL, a tumor necrosis factor, and sorafenib, an inhibitor currently used to treat renal cancer, to mice with colon carcinomas. The sorafenib and TRAIL therapy reduced the size of tumors in mice with few side effects, demonstrating the potential effectiveness of the combined treatment on human colon cancers.

Pour tester la capacité de leur combinaison, les chercheurs ont administré à de souris avec le cancer du TRAIL, un facteur de régression des tumeurs et sorafenib (Nexavar) un inhibiteur couramment utilisé pour traiter le cancer du

"Cancer cells will do whatever it takes to survive in harsh environments," explains El-Deiry, Professor of Medicine, Genetics, and Pharmacology. To kill hearty cancer cells, El-Deiry and other scientists are working on ways to alter them so they become more susceptible to cell death.

"Pour survivre dans un environnement hostile, les cellulles canécreuses vont faire tout ce qu'il faut. Pour tuer les cellules au coeur du cancer, les scientifiques travaillent sur des moyens de les altérer pour qu'elles deviennent plus sujette à la mort cellulaire.

In ongoing clinical trials, doctors are giving cancer patients extra doses of TRAIL (TNF-a-related apoptosis-inducing ligand), a molecule naturally produced by the body's immune system that promotes cell death, to help kill off cancer cells. While TRAIL-based therapy is promising, over 50 percent of all cancer cells show resistance to TRAIL. To create a more potent form of targeted cancer therapy, El-Deiry's research team began searching for ways to reverse TRAIL resistance in cancer cells.

La molécule trail est produite par le système immunitaire mais 50% des cancers montrent une résistance à TRAIL. Les chercheurs ont commencé par cherché un moyen de renverser le processus qui fait que le cancer rend TRAIl inopérant.



Recently, El-Deiry's research group found that TRAIL-resistant cells avoid death by producing 'survival' proteins called cIAP2 and Mcl-1. The oncogene c-Myc in part hampers a cancer cell's survival strategy by blocking the function of an intermediate protein that oversees cIAP2 and Mcl-1 production. Without these survival proteins, cancer cells are unable to resist the death initiated by TRAIL.

In search of drugs that perform a similar cancer-cell death function to c-Myc, El-Deiry's lab turned to sorafenib, which is also being considered for the treatment of a variety of cancers. Like c-Myc, the researchers found that sorafenib blocked the intermediate and survival proteins when combined with TRAIL, causing TRAIL-resistant colon and lung cancer cell lines to die.

"Our findings are exciting because TRAIL in combination with sorafenib appears to be much less toxic than current chemotherapy drugs," explains El-Deiry. "Plus, sorafenib is already available in a pill form."¨

While enthusiastic about his recent findings, El-Deiry notes sorafenib may be working to increase cell sensitivity to TRAIL through more biochemical pathways than the intermediate alone.

"The ability of sorafenib to work through multiple pathways may be beneficial to cancer treatments because cancer may be altering multiple targets," says El-Deiry.

In the future, El-Deiry plans to explore additional pathways sorafenib may be working through to increase TRAIL sensitivity and to compare the effectiveness of other drugs.

"In addition to proposing a combination therapy that's rational, non-toxic, and effective in preclinical trials, our findings open up new avenues of molecular exploration for designing targeted anti-cancer therapies," said El-Deiry.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nexavar   Mer 13 Juin 2007 - 9:51

Virginia Commonwealth University Massey Cancer Center researchers have uncovered a new mechanism of action of the anti-cancer drug sorafenib, which could stimulate the development of novel regimens in which it is combined with other molecularly targeted agents for patients with blood cancers and solid tumors.

Des chercheurs ont découvert un nouveau mécanisme d'action d'un médicament anti-cancer, le sorafenib, qui pourrait stimuler le développement d'une nouvelle thérapie dans lequel il serait combiné avec d'autres molécules anti-cancer ciblées pour les patients avec un cancer du sang ou une tumeur solide.

In the new study, led by Steven Grant, M.D., Massey's associate director for translational research and co-leader of the cancer center's cancer cell biology program, VCU researchers identified a mechanism by which sorafenib inhibits protein translation, and which may be involved in reducing expression of pro-survival factors, such as Mcl-1, and other proteins. The findings were published online in the journal Molecular and Cellular Biology on June 4.

Dans cette étude un chercheur a identifié un mécanisme par lequel le sorafenib inhibe la traduction de protéines qui pourrait bien être impliqué dans la réduction des facteurs positifs de survie ( MCl-1 et d'autres protéines. )

According to Grant, sorafenib, or Nexavar which is manufactured by Bayer Pharmaceuticals, has recently been approved for the treatment of patients with renal cell cancer, the most common form of kidney cancer in adults. It was originally developed as an inhibitor of the oncogene, Raf, which is frequently mutated in numerous cancers, including leukemia. Oncogenes are typically responsible for promoting tumor growth.

Selon Grant, la sorafenif ou NExavar manufacturé par Bayer a été récemment approuvé pour le traitement des patients avec le cancer du
Il a été développé originellement comme un inhibiteur de l'oncogène Raf qui est fréquemment muté dans beaucoup de cancer, incluant le cancer du Les oncogènes sont responsables de promouvoir la croissance des tumeurs.


Previous findings by Grant's team, reported in the Journal of Biologic Chemistry, showed that in human leukemia cells, sorafenib lethality was less a consequence of Raf inhibition, but rather reflected interference with the synthesis of Mcl-1. They found that sorafenib interfered with Mcl-1 translation, a process in which proteins are synthesized from their constituent amino acids. However, the mechanism by which protein translation was inhibited by sorafenib remained largely unknown.

Le docteur Grant a montré que dans les cellules de la leucémie, la mortalité qu'engage le sorafenib est moins la conséquence de l'inhibition de Raf que l'interférence avec la synthèse de MCL-1 . Il a trouvé que le sorafenib interfére avec la traduction de Mcl-1, un processus dans lequel la protéine est synthétisé à partir de ses constituants: les acides animés. toutefois le processu à partir duquel cette traduction est faite reste largement inconnu.

In the present work, Grant and his team found that in human leukemia cells, sorafenib induces a process known as endoplasmic reticulum (ER) stress, which results from accumulation of misfolded proteins in the ER. The ER is a subcellular structure which plays a key role in cellular protein disposition. When stressed in this way, the cell responds to the protein load by reducing protein synthesis, increasing levels of protein chaperones, and by accelerating protein degradation. However, according to Grant, when ER stress exceeds a certain threshold, the ER stress response is converted from an adaptive to a pro-death response.

The team observed that exposure of cells to sorafenib resulted in the pronounced phosphorylation of a protein known as eIF2a, a process that serves as a critical brake on protein translation in cells subjected to ER stress. Interestingly, they also found that sorafenib, by virtue of its ability to inhibit Raf, also prevented an increase in expression of a chaperone protein known as Grp78, which is classically induced in the ER stress response, and which helps to resolve stresses associated with increased protein loads. The net effect of these actions was to induce a shutdown of protein synthesis accompanied by a dramatic increase in cell death.

"The notion that sorafenib acts by inhibiting protein synthesis and reducing expression of Mcl-1 suggests that this agent might be logically combined with other targeted agents whose antitumor activity is limited by Mcl-1 expression," Grant said. Several such targeted agents are currently undergoing clinical evaluation in patients with various malignancies.

Cette notion que le sorafenib agit en inhibitant la snthèse de protéine et en réduisant l'expression de Mcl-1 suggère que cet agent pourrait être logiquement combiné avec d'autres agents ciblés dont l'Activité est limité par l,expression de Mcl-1. Plusieurs de ces agents sont couramment en cours d'évaluation clinique dans de nombreux formes de cancers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nexavar   Mer 21 Mar 2007 - 15:57

Même nouvelle que précédente mais plus en détail

Cancer du foie : de nouvelles ouvertures
Le fait est suffisamment rare pour être souligné. Ses résultats intermédiaires ayant été jugés probants, une étude de phase 3 évaluant l’efficacité et la tolérance d’un traitement contre le cancer primaire du foie va être interrompue avant son terme.

L’étude SHARP avait été mise en place auprès de 602 patients pour évaluer, l’efficacité de Nexavar, jusque-là réservé à la prise en charge des cancers du rein métastasés dans certaines tumeurs hépatiques. Or dans un communiqué conjoint les promoteurs de l’étude, Bayer Healthcare et Onyx Pharmaceuticals, annoncent qu’un comité indépendant a conclu que d’ores et déjà, cette étude « avait atteint son objectif principal. Elle a montré que la survie globale était supérieure chez les patients sous Nexavar, par rapport à ceux qui ont reçu un placebo ».

Autorisé en France depuis juillet dernier, ce médicament a constitué une avancée majeure pour les malades atteints d’un cancer du Notamment les patients en échec thérapeutique. Par rapport à un placebo, il double la durée de survie sans progression de la maladie. Et il permet une régression tumorale dans trois cas sur quatre !

Ce médicament, dont le mode d’action est basé sur le contrôle de l’angiogénèse, pourrait donc rapidement voir son indication élargie. Des contacts sont en cours avec les autorités européennes et américaines. Elles pourraient rapidement se traduire par une demande d’autorisation de mise sur le marché au titre du carcinome hépatocellulaire avancé (HCC), l’autre nom du cancer primaire du foie. Cette affection est considérée comme rare avant l’âge de 50 ans. La Ligue contre le cancer souligne cependant qu’elle frappe en France, 5 000 hommes chaque année.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nexavar   Sam 17 Fév 2007 - 12:53

Le médicament Nexavar a fait ses preuves. Il peut aider les gens avec un cancer du foie à vivre plus longtemps.

Les pharmaceutiques Bayer et Onyx ont annoncé que les essais cliniques finiraient plus tôt. Et maintenant les patients qui prenaient le placebo vont pouvoir prendre le médicament.

Cela a été une longue route pour les chercheurs qui voulaient un traitement pour le cancer du foie qui pouvait cibler les tumeurs avec des effets secondaires minimum et qui allonge la vie pour des mois voire des années.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nexavar   Jeu 11 Jan 2007 - 11:28

2006-12-21

Cancer du rein : vivre mieux et plus longtemps

Près de 8 500 nouveaux cas, et surtout 4 000 décès par an. Si le cancer du rein n’est pas le plus fréquent, il entraîne une fois sur deux des métastases dans d’autres organes. Aujourd’hui pourtant, de nouveaux traitements changent la donne.

« Nous étions dans une situation où nous avions comme seul traitement une immunothérapie - interféron-alpha ou interleukine-2 n.d.l.r., souligne le Dr Bernard Escudier, chef de l’Unité Immunothérapie et Thérapies Innovantes de l’Institut Gustave Roussy (Villejuif). Un traitement dont les résultats « étaient limités à une toute petite proportion des patients, à peine 10%. Avec Nexavar, nous obtenons un bénéfice thérapeutique chez 75% des patients ! »

Ce traitement, dont l’autorisation de mise sur le marché (AMM) a été accordée en juillet dernier, est le fruit d’investissements massifs en Recherche et Développement. C’est d’ailleurs l’une des caractéristiques communes à la plupart des anticancéreux les plus récents, tous issus de recherches à très haut niveau. En l’occurrence, le travail a été mené depuis 1999, dans le cadre d’une coopération liant le géant allemand Bayer HealthCare (2 milliards d’euros de R et D par an) au californien Onyx Pharmaceuticals.

« Ce traitement est fondé sur le contrôle de l’angiogénèse » poursuit Bernard Escudier. « Il agit sur la vascularisation des tumeurs et réduit la progression tumorale. Ce qui stoppe la croissance des tumeurs, allongeant par le fait même la durée de survie sans progression tumorale. Et augmentant donc, la survie globale. »

Autre avantage, c’est un traitement par voie orale. Contrairement à l’immunothérapie, il ne nécessite pas d’hospitalisation, même de jour. « Il se prend à la maison et permet au patient d’avoir une vie tout à fait normale. Indiscutablement, cela améliore la qualité de survie. C’est une énorme avancée. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Nexavar   Sam 18 Nov 2006 - 11:17



Bayer s'engage en oncologie

2006 est une étape capitale pour Bayer Oncologie qui lance avec Nexavar® (sorafénib) inhibiteur multikinase par voie orale, son premier produit de thérapie ciblée innovant dans le cancer du avancé. Par son action anti-proliférative sur les cellules tumorales, Nexavar® inhibe la prolifération tumorale, et par son action anti-angiogénique sur les cellules endothéliales vasculaires, il bloque le développement des vaisseaux qui nourrissent la tumeur et ses métastases.

Le début de l'engagement de Bayer HealthCare en oncologie date en fait de 1999 avec l'initiation de son co-partenariat avec Onyx Pharmaceuticals pour le développement et la commercialisation de Nexavar®. L'année 2006 a été celle de son autorisation temporaire d'utilisation en France, de l'obtention le 19 juillet d'une AMM européenne dans l'indication du traitement du carcinome rénal avancé après échec d'un traitement à base de cytokines ou chez des patients pour lesquels ces traitements sont considérés comme inadaptés, et finalement de l'avis rendu par la commission de transparence d'une amélioration du service médical rendu importante (ASMR de niveau II). En addition la sortie de réserve hospitalière de Nexavar® est prévue pour 2007.

Place de Nexavar® dans le traitement du cancer du rein
Le cancer du rein est un problème grave de santé publique. On observe en France près de 9 000 nouveaux cas de cancer du rein par an, entraînant 3 500 décès annuels. Son incidence est en augmentation dans tous les pays industrialisés, a souligné le professeur Arnaud Méjean, urologue praticien hospitalo-universitaire. 70 % des formes de cancer du rein sont métastatiques ou vont évoluer d'emblée. Dans 70 % le diagnostic est fortuit, et bien sûr de sa précocité dépend la mise en place d'un traitement à visée curative. La chimiothérapie est inefficace dans le cancer du rein et le traitement de référence a été pendant 20 ans l'immunothérapie par I'interleukine-2 et l'interféron-alpha. Les thérapies ciblées sont les approches thérapeutiques les plus prometteuses actuellement pour les patients atteints de tumeurs métastatiques.

Nexavar® est caractérisé par une double action antitumorale. Il s'agit du premier inhibiteur de kinases multiples à prendre par voie orale qui cible les kinases tant dans la cellule tumorale que dans les cellules endothéliales vasculaires. Nexavar® bloque d'une part les kinases qui contribuent à la prolifération tumorale et d'autre part celles qui permettent le développement de l'angiogenèse de la tumeur. Le sorafénib est une petite molécule qui passe la membrane cellulaire. Son action inhibitrice s'exerce sur les sérine/thréonine kinases B-Raf et C-Raf in vitro qui appartiennent à la voie de signalisation Ras/Raf/MEK/ERK ; et sur plusieurs récepteurs tyrosine kinases de facteurs de croissance situés soit dans les cellules tumorales, soit dans les cellules vasculaires avoisinantes, dont VEGFR-2, VEGFR-3, PDGFR-bêta1, c-KIT, et FLT-3.

Efficacité en pratique de Nexavar®
Le Dr Bernard Escudier, chef de l'unité d'immunothérapie et de thérapies innovantes à l'Institut Gustave-Roussy, a présenté les premiers résultats de l'essai de phase III TARGET, une étude randomisée multinationale contrôlée contre placebo, qui ont apporté la preuve formelle de l'efficacité de Nexavar® chez les patients atteints de cancer du rein avancé en échec d'immunothérapie ; des données rendues publiques en 2005 au cours de la 13ème Conférence européenne sur le cancer (ECCO). Nexavar® a multiplié par deux la survie sans progression (24 semaines par rapport à 12 semaines dans le groupe placebo). De plus, la régression tumorale était de 76 % chez patients traités par le médicament par rapport à 20 % chez ceux du groupe placebo. Nexavar® a entraîné un bénéfice clinique pour 84 % des malades, comparé à 55 % pour le placebo. Le bénéfice du traitement a été observé quelque soit le sous-groupe de patients. Finalement Nexavar® a conduit à une diminution de l'incidence des métastases cérébrales par rapport au placebo. En ce qui concerne la survie globale, une tendance à l'amélioration a été observée (19,3 mois versus 14,3 mois pour le placebo), mais les résultats ne sont pas significatifs pour le moment. Les résultats finaux sont attendus pour le début de l'année prochaine. Pour Bernard Escudier les critères de réponse choisis sous-estiment l'efficacité de Nexavar®. La nécrose tumorale serait ainsi un paramètre plus intéressant à mesurer que le volume de la tumeur, et il serait plus logique de mesurer la vascularisation de la tumeur plutôt que la taille des lésions. Elle permet de distinguer très tôt, à 3 semaines, les bons des mauvais répondeurs, et on observe que la survie est différente entre ces deux groupes, meilleure chez les bons répondeurs. Nexavar® présente une tolérance gérable, avec des effets indésirables fréquents, comprenant éruptions cutanées, diarrhée, syndrome d'enflure douloureuse des mains et des pieds, alopécie, démangeaisons, nausées, hypertension et fatigue, mais peu d'effets de grade 3 ou 4.

Des développements avancés
Les futurs développements de Nexavar® dans le cancer du rein sont l'extension de son utilisation, en première ligne de traitement, et en traitement adjuvant. Il est en phase II comme traitement de première ligne du cancer du rein métastatique, et deux études vont l'évaluer en traitement adjuvant. Le médicament est également en cours de développement en monothérapie ou en association, dans de nombreux autres cancers. Il est notamment en phase III pour le traitement du cancer du , ainsi que pour celui du mélanome malin, et son enregistrement est prévu pour 2007 dans cette dernière indication. En phase III également dans l'indication du carcinome hépatocellulaire de stade avancé, son enregistrement est prévu pour 2008. Il a fait l'objet en juin 2006 d'un accord de la FDA pour une procédure accélérée. L'EMEA et la FDA lui ont accordé le statut de médicament orphelin dans cette même indication.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nexavar   Lun 31 Juil 2006 - 13:38

Pour la première fois depuis plus de dix ans, Santé Canada approuve une nouvelle option thérapeutique s'offrant aux Canadiens qui souffrent de carcinome à cellules rénales, ou un cancer du au stade avancé.

Il s'agit du Nexavar, ou des comprimés de sorafenib pour le traitement du carcinome à cellules rénales avancé ou métastatique. Ce traitement est indiqué pour des patients quand un traitement par cytokine a échoué ou a été jugé inapproprié.

Cependant, des essais cliniques ont démontré, selon Bayer HealthCare, que le Nexavar avait doublé la durée de la survie sans progression chez les patients.

Le docteur François Patenaude, oncologue médical de l'Hôpital général juif de Montréal, croit que ce nouveau médicement constitue une option efficace car il a montré qu'il retardait la progression du cancer chez la majorité des patients et que ses effets secondaires étaient gérables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nexavar   Mer 8 Mar 2006 - 8:21

février 2006

Bayer et Onyx Pharmaceuticals viennent d'initier une étude de phase III pour l'utilisation de leur anticancéreux Nexavar® (sorafenib) en association avec carboplatine et paclitaxel pour le traitement du cancer des non à petites cellules. Cette étude multicentrique devrait inclure environ 900 patients. Nexavar® est autorisé depuis quelques semaines aux Etats-Unis pour le traitement du à un stade avancé et des études de phase III sont également en cours dans le carcinome hépatocellulaire :sang:et le mélanome métastatique (voir http://www.pharmaceutiques.com/archive/amm/). (Communiqué Bayer et Onyx Pharmaceuticals)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Le Sorafenib (cancer du rein)   Mer 1 Mar 2006 - 23:26

Un article sur un médicament anti-angiogenitique du Paris-Match








Le Dr Bernard Escudier, chef de l’unité d’immunothérapie à l’Institut Gustave-Roussy, explique l’action d’un nouveau traitement anticancéreux, récemment commercialisé aux Etats-Unis, qui bloque les vaisseaux nourriciers des tumeurs.



Pouvez-vous nous rappeler la fréquence du cancer du rein et les différents stades de son évolution ?

Il s’agit en France du neuvième cancer en ordre de fréquence : on en recense 7 000 nouveaux cas par an. Globalement, il existe trois stades de la maladie. 1 Le stade localisé au rein.2 Un stade plus avancé avec, du fait de la taille importante de la tumeur, une extension des cellules cancéreuses aux ganglions ou aux organes du voisinage (foie, rate, intestin). 3 Un stade métastasé avec propagation des cellules cancéreuses à distance (au-delà des organes de voisinage).

Y a-t-il des sujets prédisposés à ce type de cancer ?

Il existe surtout des facteurs prédisposants qui sont : 1 Le tabagisme (qui augmente de 4 à 5 fois le risque !). 2 Le sexe, l’homme est plus souvent touché que la femme. 3 L’obésité. 4 Des produits chimiques tels certains solvants.

Quels sont les symptômes annonciateurs de ces cancers du rein ?

Dans 60 % des cas, il s’agit d’une maladie silencieuse, que l’on découvre par hasard lors d’un examen échographique. Mais des symptômes peuvent aussi conduire à consulter, tels du sang dans les urines, des douleurs dans la région du rein et, dans 10 % environ des cas, des douleurs métastatiques surviennent avant celles de la tumeur primitive.

Comment établit-on avec certitude le diagnostic ?

Habituellement par une échographie, mais aujourd’hui surtout avec un scanner qui permet de voir non seulement la tumeur, mais aussi son extension.

Quels sont, jusqu’à présent, les traitements classiques de ces cancers du rein ?

Au stade localisé, la chirurgie guérit environ 90 % de ces tumeurs. Au stade d’extension aux organes avoisinants, si la chirurgie a pu être complète, on n’administre pas de traitements adjuvants. Mais si l’acte chirurgical n’a pu enlever la totalité des tissus suspects, on administre ensuite un traitement d’immunothérapie avec des médicaments tels l’interleukine 2 ou l’interféron (en perfusion ou en injection sous-cutanée). Au stade métastasé, on prescrit le même traitement que le précédent, mais sur une période de trois à douze mois selon les cas.

Quels résultats obtient-on avec ces traitements d’immunothérapie ?

Pour les stades deux et trois, globalement, l’efficacité est la même : on l’obtient dans 10 à 30 % des cas, avec une longue rémission ou, plus rarement, une guérison (chez 5 % environ des malades).

Ces rémissions ou guérisons sont-elles gagnées au prix de lourds effets secondaires ?

Il est vrai que les effets néfastes sont importants : ils se manifestent durant le traitement sous forme d’un syndrome pseudogrippal (une forte grippe) avec fièvre, courbatures, fatigue, perte d’appétit, douleurs articulaires et parfois des troubles digestifs (nausées, diarrhées).

En quoi consiste le nouveau traitement à base de Sorafenib ?

Ce protocole utilise un médicament de la classe des anti-angiogéniques. C’est-à-dire un produit dont l’action est de bloquer le développement des vaisseaux qui nourrissent la tumeur primitive et ses métastases (vaisseaux créés par la tumeur elle-même). Ce médicament s’administre à raison de deux comprimés matin et soir.

Quelles études ont démontré l’efficacité du Sorafenib ?

L’étude la plus importante a débuté en 2003 en France et aux Etats-Unis (en double aveugle avec placebo) sur 900 personnes atteintes d’un cancer du rein métastasé, et en échec des traitements classiques. Actuellement, elle est toujours en cours et a permis d’observer que 75 % des patients bénéficient soit d’une réduction de leur tumeur, soit d’une stabilisation de la maladie. Aujourd’hui, de nombreux sujets de l’étude sont stabilisés depuis plus de deux ans ! On peut dire qu’avec ce traitement on augmente très significativement (de 35 à 40 %) la durée de survie des patients atteints de cancer du rein métastasé.

Ce nouveau traitement entraîne-t-il des effets secondaires ?

Ce médicament est beaucoup mieux toléré que l’interféron et l’interleukine 2. Seuls inconvénients : il peut provoquer au niveau de la peau (chez environ 40 % des sujets traités) l’apparition de rougeurs associées à des sensations douloureuses (principalement sur les pieds et les mains). Mais ces manifestations régressent progressivement. Il risque aussi (dans 10 % des cas) d’entraîner une chute provisoire des cheveux, mais ils repoussent en cours de traitement. Enfin, chez environ 30 % des patients, une diarrhée peut survenir, mais elle est parfaitement réversible avec des médicaments appropriés. Chez les malades traités, l’ensemble de ces symptômes ne les empêche normalement pas de poursuivre leurs activités habituelles.

Où peut-on aujourd’hui bénéficier de ce traitement au
Sorafenib ?


Ce protocole vient d’obtenir son autorisation de mise sur le marché aux Etats-Unis et devrait être autorisé fin 2006 en Europe (notamment en France). Mais, déjà, ce nouveau traitement est accessible dans notre pays dans un certain nombre de centres spécialisés.

Quels espoirs suscite ce nouveau traitement anticancer ?

Il soulève beaucoup d’espoir ! Car il confirme l’efficacité de cette nouvelle approche anti-angiogenèse. Toujours pour le cancer du rein, d’autres médicaments de la même famille sont en cours de validation. Cette approche consistant à couper les tumeurs de leurs vaisseaux nourriciers est tout aussi intéressante pour d’autres types de cancers.



Auteur : Sabine de la Brosse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Anti-angiogenèse et cancer du rein.   Dim 29 Jan 2006 - 20:10

Janvier 2006

Les anti-angiognéniques : une vraie révolution thérapeutique
Chimiorésistant, le cancer du rein n'était jusqu'il y a peu envisagé thérapeutiquement que par l'intermédiaire de l'immunothérapie et notamment de l'interleukine 2 qui a produit des résultats de l'ordre de 5 % de survivants sur le long terme. Depuis deux ans, les données ont radicalement changé avec l'introduction dans les traitements de molécules aux propriétés anti-angiogéniques.

C'est le Pr J Folkman qui le premier, en 1971, a publié un article fondateur dans le « New England Journal of Medicine » proposant l'hypothèse que l'angiogenèse est essentielle à la croissance tumorale. En 1989, le Dr N. Ferrara rapporte l'isolement, le séquençage et le clonage de l'ADNc du facteur de croissance endothélial (VEGF).

A la suite de ces études, un anticorps anti-VEGF humanisé monoclonal (bevacizumab, Avastim) est développé en tant qu'agent thérapeutique potentiel. A la fin des années 90, le récepteur du VEGF est isolé à son tour. C'est en 2003 que le « New England » publie les résultats probants de l'action de l'Avasti sur des tumeurs rénales chez l'homme à la suite d'essais randomisés en double aveugle réalisés par l'équipe du
Dr J C Yang lors d'une étude de phase II.

Très vite, des médicaments inhibiteurs du récepteur du VEGF apparaissent à leur tour. Ayant pour l'instant gardé leur « nom de guerre » (comme SU 11248, AG 013736 ou BAY 439006), ils offrent des bénéfices cliniques immédiats et spectaculaires associés à des effets secondaires peu importants. D'ailleurs, et le fait est assez unique pour être souligné, ils pourraient recevoir l'accord de la FDA et de son homologue française pour être commercialisés dès la phase II.

Il faut dire qu'avec des résultats de l'ordre de 80 % dont 50 % de rémissions et 30 % de nécroses tumorales, et même si le recul n'est pas encore assez important, il y a de quoi s'enthousiasmer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Nexavar   Dim 8 Jan 2006 - 22:53



Nexavar® autorisé aux Etats-Unis dans le carcinome rénal
La FDA vient d'autoriser la mise sur le marché aux Etats-Unis de Nexavar® (sorafenib tosylate) dans le traitement du carcinome rénal à un stade avancé. Ce nouvel agent anticancéreux développé par Bayer et Onyx Pharmaceutical fait également l'objet d'une demande d'autorisation à l'EMEA, en Suisse, en Australie, au Brésil, au Canada et au Mexique. Le médicament agit via l'inhibition de deux classes de kinases impliquées dans la croissance tumorale et dans l'angiogénèse. Actuellement en phase III pour le traitement du carcinome hépatocellulaire et du mélanome métastatique, il entrera en phase III pour le cancer des poumons non à petites cellules au premier semestre 2006. Le Wall Street Journal Europe mentionne un potentiel de ventes annuelles de plus d'un milliard d'euros pour Nexavar



Dernière édition par le Lun 17 Sep 2007 - 17:19, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nexavar   Aujourd'hui à 19:54

Revenir en haut Aller en bas
 
Nexavar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nexavar
» Le sorafenib.
» Il était un foie... :/
» ORPHANEWS: Bulletin du 16 mai 2013
» traitement avec du viscum album fermenté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: