AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Prévention du cancer du pancréas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16378
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Prévention du cancer du pancréas   Jeu 13 Juil 2017 - 18:06

A newly identified biomarker panel could pave the way to earlier detection and better treatment for pancreatic cancer, according to new research from the Perelman School of Medicine at University of Pennsylvania. Currently over 53,000 people in the United States are diagnosed with pancreatic cancer -- the fourth leading cause of cancer death -- every year. The blood biomarkers, detailed today in Science Translational Medicine, correctly detected pancreatic cancer in blood samples from patients at different stages of their disease.

The majority of pancreatic cancer patients are not diagnosed until an advanced stage, beyond the point at which their tumors can be surgically removed.

A team led by Ken Zaret, PhD, director of the Penn Institute for Regenerative Medicine and the Joseph Leidy Professor of Cell and Developmental Biology, and Gloria Petersen, PhD, from the Mayo Clinic, identified a pair of biomarkers that physicians could soon use to discover the disease earlier.

"Starting with our cell model that mimics human pancreatic cancer progression, we identified released proteins, then tested and validated a subset of these proteins as potential plasma biomarkers of this cancer," Zaret said. The authors anticipate that health care providers will use the early-detection biomarkers to test for their presence and levels in blood from pancreatic cancer patients and blood drawn from individuals with a high risk of developing pancreatic cancer, including those who have a first-degree relative with pancreatic cancer, are genetically predisposed to the disease, or who had a sudden onset of diabetes after the age of 50.

"Early detection of cancer has had a critical influence on lessening the impact of many types of cancer, including breast, colon, and cervical cancer. A long standing concern has been that patients with pancreatic cancer are often not diagnosed until it is too late for the best chance at effective treatment," said Robert Vonderheide, MD, DPhil, director of the Abramson Cancer Center (ACC) at the University of Pennsylvania. "Having a biomarker test for this disease could dramatically alter the outlook for these patients."

The biomarker panel, enabled by discovery work of first author Jungsun Kim, PhD, a postdoctoral fellow in Zaret's lab, builds on a first-of-its-kind human-cell model of pancreatic cancer progression the lab described in 2013. They used stem-cell technology to create a cell line from a patient with advanced pancreatic ductal adenocarcinoma. Genetically reprogramming late-stage human cancer cells to a stem-cell state enabled them to force the reprogrammed cells to progress to an early cancerous state, revealing secreted blood biomarkers of early-stage disease along the way.

The best candidate biomarker, plasma thrombospondin-2 (THBS2), was screened against 746 cancer and control plasma samples using an inexpensive, commercially available protein-detection assay. The team found that blood levels of THBS2, combined with levels of a known later-stage biomarker called CA19-9, was reliable at detecting the presence of pancreatic cancer in patients.

The team refined the assay with independent investigations of plasma samples from patients with different stages of cancer, from individuals with benign pancreatic disease, and from healthy controls, all obtained from Petersen, who directs the biospecimen resource program for pancreas research at the Mayo Clinic.

"Positive results for THBS2 or CA19-9 concentrations in the blood consistently and correctly identified all stages of the cancer," Zaret said. "Notably, THBS2 concentrations combined with CA19-9 identified early stages better than any other known method." The combination panel also improved the ability to distinguish cases of cancer from pancreatitis. The panel will next be validated in a set of samples from pancreatic cancer patients who provided a research blood sample prior to their diagnosis.

---

Un ensemble de biomarqueurs nouvellement identifié pourrait ouvrir la voie à une détection plus précoce et à un meilleur traitement pour le cancer du pancréas, selon de nouvelles recherches de la Perelman School of Medicine à l'Université de Pennsylvanie. Actuellement, plus de 53 000 personnes aux États-Unis sont diagnostiquées avec un cancer du pancréas - la quatrième cause de décès par cancer - chaque année. Les biomarqueurs du sang, détaillés aujourd'hui dans Science Translational Medicine, ont correctement détecté le cancer du pancréas dans les échantillons de sang de patients à différents stades de leur maladie.

La majorité des patients atteints de cancer du pancréas ne sont pas diagnostiqués avant un stade avancé, au-delà du point où leurs tumeurs peuvent être enlevées chirurgicalement.

Une équipe dirigée par Ken Zaret, Ph.D., directrice de Penn Institute for Regenerative Medicine et Joseph Leidy, professeur de biologie cellulaire et de développement, et Gloria Petersen, Ph.D., de la Mayo Clinic, ont identifié une paire de biomarqueurs que les médecins pouvaient bientôt utiliser pour Découvrez la maladie plus tôt.

"À partir de notre modèle de cellule qui imite la progression du cancer du pancréas humain, nous avons identifié des protéines libérées, puis testé et validé un sous-ensemble de ces protéines comme biomarqueurs plastiques potentiels de ce cancer", a déclaré Zaret. Les auteurs prévoient que les fournisseurs de soins de santé utiliseront les biomarqueurs de détection précoce pour tester leur présence et leurs niveaux dans le sang des patients atteints de cancer du pancréas et le sang provenant de personnes présentant un risque élevé de développer un cancer du pancréas, y compris ceux qui ont un parent de premier degré Avec le cancer du pancréas, sont génétiquement prédisposés à la maladie ou ont eu un apparition soudaine de diabète après l'âge de 50 ans.

"Le dépistage précoce du cancer a eu une influence critique sur la diminution de l'impact de nombreux types de cancer, y compris le cancer du sein, du côlon et du col de l'utérus. Une préoccupation de longue date était que les patients atteints de cancer du pancréas ne sont souvent diagnostiqués que lorsqu'il est trop tard pour la meilleure chance d'un traitement efficace ", a déclaré Robert Vonderheide, MD, DPhil, directeur du Abramson Cancer Center (ACC) à l'Université de Pennsylvanie. "Avoir un test de biomarqueuse pour cette maladie pourrait modifier radicalement les perspectives pour ces patients".

L'ensemble des biomarqueurs, découvert par le travail du premier auteur Jungsun Kim, PhD, un boursier postdoctoral dans le laboratoire de Zaret, s'appuie sur un premier modèle de cellule humaine de progression du cancer du pancréas du laboratoire décrit en 2013. Ils ont utilisé la Technologie de souche cellulaire pour créer une lignée cellulaire d'un patient avec un adénocarcinome pancréatique avancé. La reprogrammation génétique des cellules de cancer humain en phase tardive à un état de cellules souches leur a permis de forcer les cellules reprogrammées à progresser vers un état cancéreux précoce, révélant des biomarqueurs sanguins sécrétés d'une maladie de stade précoce en cours de route.

Le meilleur candidat biomarqueur, plasma thrombospondin-2 (THBS2), a été testé contre 746 cancer et contrôle les échantillons de plasma en utilisant un test de détection de protéines peu coûteux et commercialement disponible. L'équipe a constaté que les taux sanguins de THBS2, combinés aux niveaux d'un biomarqueur de stade ultérieur connu appelé CA19-9, étaient fiables pour détecter la présence de cancer du pancréas chez les patients.

L'équipe a raffiné le dosage avec des études indépendantes d'échantillons de plasma de patients atteints de différents stades de cancer, de personnes atteintes d'une maladie pancréatique bénigne et de contrôles sains, tous obtenus auprès de Petersen, qui dirige le programme de ressources biospécifique pour la recherche sur le pancréas à la clinique Mayo.

"Les résultats positifs pour les concentrations de THBS2 ou CA19-9 dans le sang ont constamment et correctement identifié tous les stades du cancer", a déclaré Zaret. "Notamment, les concentrations de THBS2 combinées avec CA19-9 ont identifié les premiers stades mieux que toute autre méthode connue". Le combiné de marqueurs a également amélioré la capacité de distinguer les cas de cancer de la pancréatite. Le test sera ensuite validé dans un ensemble d'échantillons de patients atteints de cancer du pancréas qui ont fourni un échantillon de sang de recherche avant leur diagnostic.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16378
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Prévention du cancer du pancréas   Mer 8 Fév 2017 - 17:54



PARIS - Des chercheurs ont annoncé avoir mis au point un nouveau test de détection précoce du cancer du pancréas, un des cancers les plus meurtriers à cause de son agressivité et de l’absence de traitements efficaces au stade avancé.

À l’heure actuelle, ce cancer est généralement repéré à un stade déjà avancé, car il évolue longtemps sans symptômes, et 80% des patients décèdent dans l’année qui suit le diagnostic.

Dans une étude publiée lundi par la revue scientifique Nature Biomedical Engineering, des chercheurs américains et chinois font état d’un test bon marché et ultrasensible, qui permet de diagnostiquer précocement le cancer du pancréas dans une quantité infime de plasma sanguin.

«Le cancer du pancréas est l’un des cancers dans lesquels nous avons désespérément besoin d’un marqueur précoce» souligne le Dr Tony (Ye) Hu, le principal auteur de l’étude.

Le test qu’il a mis au point avec ses collègues est basé sur la détection d’un marqueur spécifique - la protéine EphA2 - dans certaines vésicules extracellulaires - des petites bulles transportées de cellules en cellules.

Des études antérieures ont montré que ces vésicules jouent un rôle important dans le développement et la progression de certains cancers et notamment de celui du pancréas.

Lorsqu’elles sont dérivées d’une tumeur, ces vésicules seraient même capables de modifier l’environnement de manière à faciliter l’invasion tumorale et les métastases.

Un marqueur tumoral existe à l’heure actuelle, le CA 19-9, mais il est peu spécifique, car on peut également le détecter en petite quantité dans le foie, la vésicule biliaire et les poumons d’un adulte en bonne santé. Son taux est également plus élevé en cas de pancréatite (inflammation du pancréas) et d’obstruction d’un canal biliaire.

Le nouveau test s’est révélé nettement plus efficace lors d’une étude réalisée sur 48 personnes en bonne santé, 48 patients souffrant de pancréatite et 59 patients atteints de cancer du pancréas à des stades précoces ou localement avancé. Il a permis d’identifier plus de 85% des cancers.

Ce résultat devra toutefois encore être validé par une étude plus vaste, avant d’être en mesure d’obtenir le feu vert de l’agence américaine du médicament FDA, «probablement d’ici deux à trois ans» selon le Dr Hu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16378
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Prévention du cancer du pancréas   Mer 1 Fév 2017 - 16:37

Patients and their doctors should be aware that the onset of diabetes, or a rapid deterioration in existing diabetes that requires more aggressive treatment, could be a sign of early, hidden pancreatic cancer, according to research presented at the European Cancer Congress 2017 today (Monday).

Ms Alice Koechlin, from the International Prevention Research Institute in Lyon, France, told the meeting that an analysis linking nearly a million patients with type 2 diabetes in Lombardy (Italy) and Belgium with recorded cases of pancreatic cancer showed that 50% of all pancreatic cancers cases in the two regions were diagnosed within one year of patients being diagnosed with type 2 diabetes and being given their first prescription to control it.

"In Belgium 25% of cases were diagnosed within 90 days and in Lombardy it was 18%. After the first year, the proportion of diagnosed pancreatic cancers dropped dramatically," she said. The researchers found that compared with patients who were able to continue with oral anti-diabetic drugs, patients in Belgium and in Lombardy had a 3.5-fold greater risk of being diagnosed with pancreatic cancer in the first three months after their first prescription for incretins (metabolic hormones that stimulate the pancreas to produce more insulin to lower blood glucose levels); this fell to a 2.3-fold risk in the next three to six months, to a two-fold risk for the next six to 12 months and 1.7-fold risk after the first year.

Among patients who already had type 2 diabetes and were managing it with oral anti-diabetic drugs, the switch to incretins or insulin happened faster among diabetic patients who were subsequently diagnosed with pancreatic cancer. In addition, a deterioration in their condition that necessitated them being switched to more aggressive anti-diabetic therapy with injections of insulin was associated with a seven-fold increased risk of being diagnosed with pancreatic cancer.

Ms Alice Koechlin, Professor Philippe Autier (also from the International Prevention Research Institute) and colleagues in Belgium and Italy used prescription data to identify 368,377 patients with type 2 diabetes in Belgium between 2008 and 2013 and 456,311 patients in Lombardy between 2008 and 2012. The data were linked to pancreatic cancer cases in the Belgian Cancer Registry and the hospital discharge databases in Lombardy. There were 885 and 1,872 cases of pancreatic cancer diagnosed during this time in Belgium and Lombardy respectively.

Ms Koechlin Autier said: "Although it has been known for some time that there is an association between type 2 diabetes and pancreatic cancer, the relationship between the two conditions is complex. Incretin therapies reduce diabetic hyperglycemia through stimulating the release of insulin by the pancreas. These drugs are typically prescribed when the oral anti-diabetic drugs can no longer control blood glucose levels. Because of their stimulating effects on the pancreas, it has long been thought that the incretin therapies could promote the occurrence of pancreatic cancer. However, it is known that pancreatic cancer can cause diabetes. Our study shows that incretin therapies are often prescribed to patients whose diabetes is caused by a still undiagnosed pancreatic cancer. Because the pancreatic cancer finally becomes symptomatic and is thus diagnosed, it looks like it is the intake of incretin drugs that could be the trigger of the pancreatic cancer, while in reality, it is the pancreatic cancer that causes a deterioration of diabetes, which is followed by the prescription of incretins. This phenomenon is called 'reverse causation'. Our study also shows that the reverse causation observed for incretin drugs is also observed for other anti-diabetic therapies, in particular for insulin therapy.

"Doctors and their diabetic patients should be aware that the onset of diabetes or rapidly deteriorating diabetes could be the first sign of hidden pancreatic cancer, and steps should be taken to investigate it."

However, investigating whether or not a patient has undiagnosed pancreatic cancer is difficult, and the researchers say that using prescription databases in the way that they have could help to develop methods to identify which patients may have early, non-symptomatic pancreatic cancer.

"There is currently no good, non-invasive method for detecting pancreatic cancer that is not yet showing any visible signs or symptoms. We hope that our results will encourage the search for blood markers indicating the presence of pancreatic cancer, which could guide decisions to perform a confirmation examination like endoscopy," concluded Ms Koechlin.

Pancreatic cancer is one of the most lethal cancers, partly because it is difficult to detect at an early stage and because there are few effective treatments for it. Less than one per cent of people live for ten or more years after a diagnosis. In Europe around 104,000 new cases were diagnosed in 2012 and approximately the same number of people died from it. Worldwide there were an estimated 338,000 cases of pancreatic cancer diagnosed in 2012 and 330,000 people died from it.

Chair of the Congress and President of ECCO, Professor Peter Naredi, from the Sahlgrenska Academy, University of Gothenburg, Sweden, who was not involved with the research, commented: "Due to the severity of pancreatic cancer and because only a minority of cases are detected at a curable stage, we must find better ways for early detection. Some advances have been made in the search for blood biomarkers. The study by Autier and colleagues opens up the possibility to combine the diagnosis of an associated disease, type 2 diabetes, with blood biomarkers. It is a step in the right direction if we can increase the proportion of early diagnosed pancreatic cancers."

---

Les patients et leurs médecins devraient être conscients que l'apparition du diabète, ou une détérioration rapide du diabète existant qui nécessite un traitement plus agressif, pourrait être un signe précoce et caché du cancer du pancréas, selon la recherche présentée au Congrès européen du cancer 2017 aujourd'hui (lundi ).

Mme Alice Koechlin, de l'Institut international de recherche sur la prévention à Lyon, France, a déclaré à la réunion qu'une analyse associant près d'un million de patients atteints de diabète de type 2 en Lombardie (Italie) et en Belgique avec des cas enregistrés de cancer pancréatique a montré que 50% des cas de cancer dans les deux régions ont été diagnostiqués dans l'année d'un patient ayant reçu un diagnostic de diabète de type 2 et recevant leur première ordonnance pour le contrôler.

"En Belgique, 25% des cas ont été diagnostiqués dans les 90 jours et en Lombardie il était de 18%. Après la première année, la proportion de cancers pancréatiques diagnostiqués a chuté de façon spectaculaire", a-t-elle dit. Les chercheurs ont constaté que, comparativement aux patients qui étaient capables de continuer avec des médicaments antidiabétiques oraux, les patients en Belgique et en Lombardie avaient un risque 3,5 fois plus élevé d'être diagnostiqué avec un cancer pancréatique dans les trois premiers mois après leur première prescription d'incretins ( Hormones métaboliques qui stimulent le pancréas à produire plus d'insuline pour abaisser les taux de glucose sanguin); Ce risque est tombé à 2,3 fois au cours des trois à six prochains mois, à un risque double pour les six à douze prochains mois et à un risque de 1,7 après la première année.

Parmi les patients qui avaient déjà un diabète de type 2 et qui le géraient avec des médicaments antidiabétiques oraux, le passage aux augmentations ou à l'insuline est plus rapide chez les patients diabétiques qui ont été diagnostiqués par la suite avec un cancer du pancréas. En outre, une détérioration de leur état qui les a obligés à passer à une thérapie antidiabétique plus agressive avec des injections d'insuline a été associée à un risque sept fois plus élevé d'être diagnostiqué avec le cancer du pancréas.

Mme Alice Koechlin, le Professeur Philippe Autier (également de l'Institut International de Recherche sur la Prévention) et des collègues en Belgique et en Italie ont utilisé des données de prescription pour identifier 368 377 patients atteints de diabète de type 2 en Belgique entre 2008 et 2013 et 456 311 en Lombardie entre 2008 et 2012. Les données ont été liées à des cas de cancer du pancréas dans le Registre belge du cancer et les bases de données de sortie de l'hôpital en Lombardie. En Belgique et en Lombardie, 885 cas et 1 872 cas de cancer du pancréas ont été diagnostiqués.

Mme Koechlin Autier a déclaré: "Bien qu'il soit connu depuis un certain temps qu'il existe une association entre le diabète de type 2 et le cancer du pancréas, la relation entre les deux conditions est complexe.Les thérapies d'Incretin réduisent l'hyperglycémie diabétique en stimulant la libération de l'insuline par le pancréas Ces médicaments sont habituellement prescrits lorsque les médicaments antidiabétiques oraux ne peuvent plus contrôler les taux de glucose dans le sang. En raison de leurs effets stimulants sur le pancréas, on a longtemps pensé que les thérapies incrétines pourraient favoriser la survenue du cancer du pancréas. C'est connu que le cancer du pancréas peut causer le diabète. Notre étude montre que les traitements incrétine sont souvent prescrits aux patients dont le diabète est causé par un cancer du pancréas encore non diagnostiqué.Parce que le cancer du pancréas devient enfin symptomatique et est donc diagnostiqué, on dirait que le médicament incrétin pourrait être le déclencheur du cancer du pancréas, alors qu'en réalité, c'est le cancer du pancréas qui provoque une détérioration du diabète, qui est suivie par la prescription d'incretins. Ce phénomène est appelé «causalité inverse». Notre étude montre également que la causalité inverse observée pour les incrétines est également observée pour d'autres traitements antidiabétiques, en particulier pour l'insulinothérapie.

«Les médecins et leurs patients diabétiques doivent être conscients que l'apparition du diabète ou la détérioration rapide du diabète pourrait être le premier signe de cancer du pancréas caché, et des mesures devraient être prises pour l'étudier.

Cependant, il est difficile de déterminer si un patient souffre ou non d'un cancer pancréatique non diagnostiqué et les chercheurs disent que l'utilisation de bases de données de prescription comme elles pourraient aider à développer des méthodes pour identifier les patients qui peuvent avoir un cancer pancréatique précoce et non symptomatique.

«Il n'existe actuellement pas de bonne méthode non invasive pour détecter le cancer du pancréas qui ne montre pas encore de signes ou de symptômes visibles. Nous espérons que nos résultats encourageront la recherche de marqueurs sanguins indiquant la présence du cancer du pancréas Effectuer un examen de confirmation comme l'endoscopie ", a conclu Mme Koechlin.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16378
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Prévention du cancer du pancréas   Jeu 2 Juin 2016 - 12:14

A Toulouse, au laboratoire CNRS du LAAS, une équipe travaille sur la mise au point de micropuces électroniques capables de repérer dans le sang ou la salive des molécules cancéreuses aujourd'hui indétectables. Des puces électroniques pas plus grosses que le diamètre d'un cheveu pour détecter et combattre le cancer, de la science-fiction ? Pas pour l'équipe NanoBioSystèmes (NBS), au LAAS CNRS (Laboratoire d'analyse et d'architecture des systèmes/Centre national de la recherche scientifique) de Toulouse.

Depuis deux ans, elle travaille à la mise au point de BioMEMS, des microsystèmes électro mécaniques dans le domaine de la santé. L'idée est de parvenir à concevoir des MEMS (Micro-Electro-Mechanical Systems), microsystèmes électromécaniques, pour détecter à coup sûr les cellules cancéreuses, même en infime quantité !
En lien avec l'équipe de Pierre Cordelier au Centre de recherche en cancérologie de Toulouse (CRCT/Inserm) et sur un financement Idex (initiatives d'excellence, Université fédérale de Toulouse), des ingénieurs physiciens du LAAS cherchent à concevoir des BioMEMS capables de détecter plus tôt le cancer du pancréas. L'enjeu est d'importance pour une maladie dont le diagnostic est souvent posé trop tardivement.

Travailler sur cette nouvelle classe de biomarqueurs est très pertinente : "les micros ARN sont des molécules très robustes, plus facilement manipulables que les protéines. Les possibilités pour les nouvelles technologies sont incroyables", souligne Thierry Leïchlé, responsable adjoint de l'équipe NanoBioSystèmes au LAAS.
Dans la vaste salle blanche du laboratoire toulousain, les premières puces prennent forme sur les plaques de silicium. "Nos capteurs MEMS ne sont pas plus grands que le diamètre d'un cheveu. Ils fonctionnent comme une microbalance intelligente capable de détecter une molécule spécifique.

Une plaque de 10 cm de diamètre contient des centaines de puces pouvant être équipées de plusieurs détecteurs. La fabrication à grande échelle permet de réduire les coûts et laisse imaginer, à plus long terme, la possibilité de réaliser les tests à domicile avec un lecteur électronique de liquide physiologique (sang, salive) et des puces à usage unique vendues en pharmacie. Un tel dispositif ‘‘au pied du patient'' pourra permettre une médecine vraiment personnalisée avec un cocktail thérapeutique adapté" complète Thierry Leïchlé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16378
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Prévention du cancer du pancréas   Lun 9 Mai 2016 - 14:22

Les dernières actualités de la recherche contre le cancer sont présentées pour Sciences et Avenir et en exclusivité par le Pr David Khayat, chef de service de cancérologie à la Pitié-Salpêtrière.
---
Selon une étude présentée au Congrès annuel de l’American Academy for Cancer Research, deux bactéries buccales seraient associées au cancer pancréatique : Porphyromonas gingivalis et Aggregatibacter actinomycetemcomitans. Dans cette étude, des chercheurs américains ont analysé des échantillons de bains de bouche recueillis auprès de personnes en bonne santé dans le cadre de deux grandes études de cohorte menées par le National Cancer Institute et l'American Cancer Society. L’analyse des profils bactériens présents dans les échantillons a été réalisée à l’aide de tests génomiques.
Les résultats ont montré que les personnes porteuses de la bactérie P. gingivalis avaient un risque accru de 59% de développer un cancer du pancréas (par rapport aux non porteurs), et celles porteuses d’A. actinomycetemcomitans voyaient leur risque accru de 50%. Ces bactéries peuvent être considérées comme des facteurs de risque, cependant aucun lien de cause à effet n’a encore été mis en évidence. "Un cancer du pancréas sera diagnostiqué chez 1,5% des Américains au cours de leur vie et seuls 5% d’entre eux survivront après cinq ans. Si on parvient à élucider le rôle joué par la flore buccale, de nouveaux outils de dépistage et de prévention pourraient être développé", espère le Pr. Ahn, auteur principal de l’étude.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16378
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Prévention du cancer du pancréas   Mer 13 Avr 2016 - 18:44

L’importance de la prévention

L’espoir de nouveaux traitements ne doit cependant pas nous faire oublier qu’il est possible de réduire significativement le risque d’être touché par un cancer du pancréas. Le tabagisme, l’excès de poids et la consommation abusive de viandes rouges (en particulier les charcuteries) sont tous des ­facteurs qui augmentent le risque d’être touché par ce cancer.

À l’inverse, une consommation régulière de folate d’origine alimentaire, principalement présent dans les ­légumes verts, est associée à une forte réduction du risque (75 %), tout comme la consommation de seulement deux portions de noix par semaine (35 %)3.

Étant donné le taux de mortalité effrayant ­associé au cancer du pancréas, l’application au quotidien de cette approche préventive demeure ­certainement la meilleure façon de faire face à cette maladie.

1. Rahib L et coll. Projecting cancer incidence and deaths to 2030: the unexpected burden of thyroid, liver, and pancreas cancers in the United States. Cancer Res. 2014; 74: 2913-21.

2. Bailey P et coll. Genomic analyses identify molecular subtypes of pancreatic cancer. Nature 2016; 531: 47-52.

3. Bao Y et coll. Nut consumption and risk of pancreatic cancer in women. Br J Cancer 2013; 109: 2911-6.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16378
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Prévention du cancer du pancréas   Jeu 31 Mar 2016 - 12:11

There has been a lack of reliable markers, early indicators and risk factors associated with pancreatic cancer, but this new way of differentiating between healthy and malignant tissue offers hope for earlier diagnosis and treatment.”

The investigators used a number of publicly available gene expression datasets for pancreatic cancer and developed a strategy to reanalyze these datasets together, applying rigorous statistical criteria to compare different datasets from different laboratories and different platforms with each other. The team then selected a subset of data for developing a panel for differentiating between pancreatic cancer and healthy pancreas tissue and thereafter applied this “Pancreatic Cancer Predictor” to the remaining datasets for independent validation to confirm the accuracy of the markers.

After demonstrating and independently validating that a 5-gene pancreatic cancer predictor discriminated between cancerous and healthy tissue, the researchers applied the predictor to datasets that also included benign lesions of the pancreas, including pancreatitis and early stage cancer. The predictor accurately differentiated pancreatic cancer, benign pancreatic lesions, early stage pancreatic cancer and healthy tissue. The predictor achieved on average 95 percent sensitivity and 89 percent specificity in discriminating pancreatic cancer from non-tumor samples in four training sets and similar performance (94 percent sensitivity, 90 percent specificity) in five independent validation datasets.

“Using innovative data normalization and gene selection approaches, we combined the statistical power of multiple genomic studies and masked their variability and batch effects to identify robust early diagnostic biomarkers of pancreatic cancer,” said first author Manoj Bhasin, PhD, Co-Director of BIDMC’s Genomics, Proteomics, Bioinformatics and Systems Biology Center and Assistant Professor of Medicine at HMS.

“The identification and initial validation of a highly accurate 5-gene pancreatic cancer biomarker panel that can discriminate late and early stages of pancreatic cancer from normal pancreas and benign pancreatic lesions could facilitate early diagnosis of pancreatic cancer,” said co-senior author Roya Khosravi-Far, PhD, Associate Professor of Pathology at BIDMC. “Our findings may open a window of opportunity for earlier diagnosis and, consequently, earlier intervention and more effective treatment of this deadly cancer, leading to higher survival rates.”

The first diagnostic application of the panel may be for analyses of fine needle biopsies routinely used for diagnosing pancreatic cancer and for determining the malignant potential of mostly benign pancreatic cysts that can sometimes be precursors of pancreatic cancer. In addition to providing a new tool for diagnoses, the research may also lead to new insights into how pancreatic cancer arises.

“Because these five genes are ‘turned on’ so early in the development of pancreatic cancer, they may play roles as drivers of this disease and may be exciting targets for therapies,” said Libermann. Most of the five genes—named TMPRSS4, AHNAK2, POSTN, ECT2 and SERPINB5—have been linked to migration, invasion, adhesion, and metastasis of pancreatic or other cancers.

The scientists next plan to evaluate the precise roles of the five genes and to validate the accuracy of their diagnostic assay in a prospective clinical study. “Moving forward, we will explore the potential to convert this tissue-based diagnostic into a noninvasive blood or urine test,” Libermann said.

“To further enhance the diagnostic power of this biomarker, we plan to expand it by including non-coding RNAs, proteins, metabolites and mutations associated with pancreatic cancer. This will result in development of the first of its kind biomarker that gauges pancreatic cancer alterations from multiple genomic angles for making highly accurate diagnoses,” added Bhasin. Such an inexpensive and simple test could help transform the landscape of pancreatic cancer and help prevent many of the estimated 330,000 deaths that it causes worldwide each year.

---


Il y a eu un manque de marqueurs fiables, les premiers indicateurs et des facteurs de risque associés au cancer du pancréas, mais cette nouvelle façon de différencier les tissus sains et malins offre l'espoir pour le diagnostic et le traitement plus tôt ".

Les chercheurs ont utilisé un certain nombre d'ensembles de données accessibles au public d'expression génique pour le cancer du pancréas et mis au point une stratégie pour analyser ces ensembles de données ensemble, en appliquant des critères statistiques rigoureux pour comparer les ensembles de données différents de différents laboratoires et plates-formes différentes les uns avec les autres. L'équipe a ensuite sélectionné un sous-ensemble de données pour l'élaboration d'un panel de différenciation entre le cancer du pancréas et les tissus du pancréas sain et ensuite appliqué ce "cancer du pancréas Predictor" pour les ensembles de données restantes pour la validation indépendante pour confirmer l'exactitude des marqueurs.

Après la démonstration et la validation d'un ensemble de 5 gènes prédicteurs d'un cancer pancréatique peut discriminer entre les tissus cancéreux et ceux en bonne santé, les chercheurs ont appliqué le prédicteur aux ensembles de données qui comprenait également des lésions bénignes du pancréas, y compris la pancréatite et le cancer de stade précoce. Le prédicteur différencie avec précision le cancer du pancréas, des lésions pancréatiques bénignes, le cancer du pancréas de stade précoce et les tissus sains.

Le prédicteur atteint, en moyenne, la sensibilité de 95 pour cent et 89 pour cent de spécificité dans le cancer du pancréas discriminant à partir d'échantillons non-tumorales dans quatre ensembles de formation et de performances similaires (94 pour cent la sensibilité, la spécificité de 90 pour cent) dans cinq ensembles de données de validation indépendantes.

«Nous avons combiné l'utilisation de la normalisation des données et la sélection génétique des approches novatrices, nous avons combiné la puissance statistique de plusieurs études génomiques et masqué les effets de la variabilité et de lot pour identifier robustes biomarqueurs de diagnostic précoce du cancer du pancréas", a déclaré le premier auteur Manoj Bhasin, PhD, co-directeur du BIDMC de génomique, protéomique, bioinformatique et Systems Center de biologie et professeur adjoint de médecine à HMS.

"L'identification et la première validation d'un panel de 5 gène de biomarqueurs très précis du cancer du pancréas qui peuvent discriminer finement entre les premiers stades du cancer du pancréas, le pancréas normal et les lésions pancréatiques bénignes pourrait faciliter le diagnostic précoce du cancer du pancréas", a déclaré co-auteur principal Roya Khosravi -Far, PhD, professeur agrégé de pathologie à BIDMC. "Nos résultats peuvent ouvrir une fenêtre d'opportunité pour un diagnostic plus précoce et, par conséquent, l'intervention précoce et un traitement plus efficace de ce cancer mortel, conduisant à des taux de survie plus élevés."

La première application de diagnostic du panneau peut être pour les analyses de fines biopsies couramment utilisées pour le diagnostic de cancer du et pour déterminer le potentiel malin des kystes pancréatiques souvent bénignes qui peuvent parfois être des précurseurs du cancer du pancréas. En plus de fournir un nouvel outil pour les diagnostics, la recherche peut aussi conduire à de nouvelles connaissances sur la façon dont le cancer du pancréas se pose.
"Parce que ces cinq gènes sont« activés »si tôt dans le développement du cancer du pancréas, ils peuvent jouer un rôle en tant que conducteurs de cette maladie et peuvent être des cibles intéressantes pour les thérapies", a déclaré Libermann. La plupart des cinq gènes-nommés TMPRSS4, AHNAK2, Postn, ECT2 et SERPINB5-ont été liés à la migration, l'invasion, l'adhésion et la métastase de pancréas ou d'autres cancers.

Les scientifiques planifient les prochains tests pour évaluer les rôles précis des cinq gènes pour valider l'exactitude de leur test de leur diagnostic dans une étude clinique prospective. "En allant de l'avant, nous allons explorer le potentiel de transformer ce diagnostic basé sur le tissu en un test non invasif ou d'urine ou de sang, a déclaré Libermann.

"Pour améliorer encore la puissance de diagnostic de ce biomarqueur, nous prévoyons d'étendre en incluant des ARN non-codants, des protéines, des métabolites et mutations associées au cancer du pancréas. Cela se traduira par le développement du premier test de son genre qui évalue les altérations du cancer du pancréas à partir de plusieurs angles génomiques pour faire des diagnostics très précis ", a ajouté Bhasin. Un tel essai peu coûteux et simple pourrait aider à transformer le paysage du cancer du pancréas et aider à prévenir un grand nombre des quelque 330.000 décès qu'il provoque dans le monde chaque année.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16378
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Prévention du cancer du pancréas   Sam 19 Déc 2015 - 13:14

Indiana University researchers have found that magnesium intake may be beneficial in preventing pancreatic cancer.

Their study, "Magnesium intake and incidence of pancreatic cancer: The VITamins and Lifestyle study," recently appeared in the British Journal of Cancer.

Pancreatic cancer is the fourth leading cause of cancer-related death in both men and women in the United States. The overall occurrence of pancreatic cancer has not significantly changed since 2002, but the mortality rate has increased annually from 2002 to 2011, according to the National Cancer Institute.

"Pancreatic cancer is really unique and different from other cancers," said study co-author Ka He, chair of the Department of Epidemiology and Biostatistics at the IU School of Public Health-Bloomington. "The five-year survival rate is really low, so that makes prevention and identifying risk factors or predictors associated with pancreatic cancer very important."

Previous studies have found that magnesium is inversely associated with the risk of diabetes, which is a risk factor of pancreatic cancer. But few studies have explored the direct association of magnesium with pancreatic cancer; of those that did, their findings were inconclusive, said Daniel Dibaba, a Ph.D. student at the School of Public Health-Bloomington, who led the IU study.

Using information from the VITamins and Lifestyle study, Dibaba and the other co-authors analyzed an enormous trove of data on over 66,000 men and women, ages 50 to 76, looking at the direct association between magnesium and pancreatic cancer and whether age, gender, body mass index, non-steroidal anti-inflammatory drugs use and magnesium supplementation play a role.

Of those followed, 151 participants developed pancreatic cancer. The study found that every 100-milligrams-per-day decrease in magnesium intake was associated with a 24 percent increase in the occurrence of pancreatic cancer. The study also found that the effects of magnesium on pancreatic cancer did not appear to be modified by age, gender, body mass index or non-steroidal anti-inflammatory drug use, but was limited to those taking magnesium supplements either from a multivitamin or individual supplement.

"For those at a higher risk of pancreatic cancer, adding a magnesium supplement to their diet may prove beneficial in preventing this disease," Dibaba said. "While more study is needed, the general population should strive to get the daily recommendations of magnesium through diet, such as dark, leafy greens or nuts, to prevent any risk of pancreatic cancer."

In addition to He and Dibaba, other contributors included Pengcheng Xun, a faculty member in IU's Department of Epidemiology and Biostatistics; Kuninobu Yokota of The Jikei University School of Medicine in Tokyo, Japan; and Emily White of the University of Washington in Seattle.


---

Les chercheurs de l'Université de l'Indiana ont constaté que l'apport en magnésium peut être bénéfique dans la prévention du cancer du pancréas.

Leur étude, "l'apport de magnésium et de l'incidence du cancer du pancréas: L'étude des vitamines et mode de vie", a récemment paru dans le British Journal of Cancer.

Le cancer du pancréas est la quatrième cause de décès liés au cancer chez les hommes et les femmes aux États-Unis. La présence globale du cancer du pancréas n'a pas changé de façon significative depuis 2002, mais le taux de mortalité a augmenté an entre 2002 et 2011, selon l'Institut national du cancer.

"Le cancer du pancréas est vraiment unique et différent des autres cancers», a déclaré le co-auteur Ka Il, président du Département d'épidémiologie et de biostatistique à l'École de la santé publique UI-Bloomington. "Le taux de survie à cinq ans est très faible, de sorte que ça rend les facteurs prédicteurs, de prévention et des risques associés à l'identification du cancer du pancréas très important."

Des études antérieures ont montré que le magnésium est inversement associé au risque de diabète, qui est un facteur de risque de cancer du pancréas. Mais peu d'études ont exploré l'association directe de magnésium avec un cancer du :pancreas; de celles qui ont été faites, leurs résultats ne sont pas concluants, a déclaré Daniel Dibaba, un doctorat étudiant à l'École de santé publique-Bloomington, qui a dirigé l'étude UI.

En utilisant les informations de l'étude sur les vitamines de Lifestyle, Dibaba et les autres co-auteurs ont analysé une énorme mine de données sur plus de 66 000 hommes et femmes, âgés de 50 à 76, en regardant l'association directe entre le magnésium et le cancer du pancréas et si l'âge, le sexe, indice de masse corporelle, les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens utilisés et la supplémentation en magnésium pourraient jouer un rôle.

Parmi ceux suivi, 151 participants ont développé un cancer du pancréas. L'étude a révélé que chaque diminution de 100 milligrammes par jour, l'apport de magnésium a été associé à une augmentation de 24 pour cent dans la survenue du cancer du pancréas. L'étude a également constaté que les effets du magnésium sur le cancer du pancréas ne semblent pas être modifié par âge, sexe, indice de masse corporelle ou l'utilisation de médicament anti-inflammatoire non stéroïdien, mais avaient été limité pour ceux prenant des suppléments de magnésium ou de multivitamine en supplément.

"Pour les personnes à un risque plus élevé de cancer du pancréas, l'ajout d'un supplément de magnésium à leur régime alimentaire peut s'avérer bénéfique dans la prévention de cette maladie», a déclaré Dibaba. "Alors que plus d'études sont nécessaires, la population en général devrait chercher à obtenir les recommandations quotidiennes de magnésium par l'alimentation, tels que des feuillus verts ou des noix, pour éviter tout risque de cancer du pancréas."


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16378
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Prévention du cancer du pancréas   Lun 17 Aoû 2015 - 15:55

Le cancer du pancréas est généralement diagnostiqué à un stade avancé et est par conséquent très difficile à traiter efficacement. Selon une importante étude récente de la prestigieuse revue Nature, la mesure de petites particules libérées dans le sang par les cellules cancéreuses pourrait permettre sa détection dès les premiers stades de son développement et ainsi révolutionner le traitement de cette terrible maladie.

Même s’il ne représente que 2% des nouveaux cas de cancer ­diagnostiqués chaque année au ­Canada, le cancer du pancréas ­représente malgré tout la ­cinquième cause de mortalité par cancer, tout juste derrière le ­cancer de la prostate.

Ce fort taux de mortalité s’explique par le caractère particulièrement insidieux de cette maladie. Dans la très grande majorité des cas, le cancer du pancréas progresse en effet en silence, sans ­provoquer de troubles particuliers, et lorsque les premiers signaux d’alarme apparaissent (jaunisse, amaigrissement, fatigue, douleur à l’abdomen ou au dos), il est souvent déjà trop tard car les celluses cancéreuses ont commencé à se répandre dans les tissus environnants, ce qui rend l’intervention chirurgicale impossible. Les statistiques de ­survie sont très mauvaises, avec 50 % des patients qui meurent au cours des 5 mois suivant le diagnostic et à peine 5 % d’entre eux qui sont encore vivants 5 ans plus tard.

Les traitements anticancéreux actuels sont beaucoup plus efficaces lorsqu’ils sont dirigés contre des tumeurs de petite taille. C’est d’ailleurs pour cette raison que beaucoup d’efforts sont actuellement consacrés au dépistage ­précoce de certains cancers ­fréquents, comme ceux du sein (mammographie), de la prostate (PSA) et du côlon (coloscopie).

Une étude récente suggère que le dépistage précoce pourrait aussi représenter une avancée majeure dans le traitement du cancer du pancréas(1). Une équipe de savants américains a tout d’abord observé qu’au cours de leur développement, les cellules cancéreuses pancréatiques libéraient dans le sang de petits fragments, appelés exosomes, provenant de la membrane qui entoure les cellules tumorales. Une analyse plus détaillée de ces fragments, a révélé la présence exclusive d’une protéine (glypican-1), soulevant l’intéressante possibilité que celle-ci pourrait permettre de détecter la présence d’un cancer du pancréas à l’aide d’une simple prise de sang, même si ce cancer est à un stade embryonnaire.

Et c’est exactement ce qui a été observé: en comparant le sang de personnes en bonne santé et celui de patients atteints d’un cancer du pancréas, les scientifiques ont montré que la glypican-1 était ­présente exclusivement chez les patients malades. Plus intéressant encore, ces taux sanguins reflètent admirablement bien l’évolution de ce cancer: par exemple, des taux élevés de la protéine sont associés à un cancer de stade avancé et à une faible survie, tandis que des taux faibles sont quant à eux indicatifs d’un cancer précoce, associé à une meilleure probabilité de guérison. La mesure de la glypican-1 pourrait donc à très court terme représenter un précieux outil pour le dépistage précoce du cancer du pancréas et ainsi permettre ­d’améliorer significativement la survie à cette maladie.

Les avantages de la prévention

Ces résultats sont très intéressants, mais il faut se rappeler que la détection est un complément à la prévention du cancer, et non une façon de prévenir cette maladie. Étant donné le taux de mortalité effrayant associé au cancer du ­pancréas, une approche préventive, associée au mode de vie ­demeure certainement la meilleure façon de faire face à cette maladie. Et c’est chose possible, car de ­multiples études populationnelles ont monté indépendamment que le ­tabagisme, la consommation de boissons gazeuses, la carence en fruits et légumes de même que l’excès de poids représentent ­d’importants facteurs de risque de cancer du pancréas. À l’inverse, le maintien d’un poids corporel ­normal ainsi que la consommation régulière de légumes et végétaux riches en folate (épinards, ­asperges, brocoli, oranges, légumineuses) ou encore de noix est ­associée à une forte diminution de ce risque (jusqu’à 75 %) et représentent donc à l’heure actuelle le meilleur moyen de prévenir l’apparition de ce cancer foudroyant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16378
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Prévention du cancer du pancréas   Lun 3 Aoû 2015 - 15:44

Des niveaux élevés d'une combinaison de trois protéines trouvées dans l'urine paraissent être un bon indicateur du cancer du pancréas aux premiers stades de développement, selon des chercheurs britanniques dont l'étude, publiée lundi aux États-Unis, offre l'espoir d'un dépistage précoce.

Combinées, ces trois protéines peuvent permettre de détecter des cancers du pancréas peu avancés avec plus de 90 % d'exactitude, ont-ils précisé, soulignant qu'il n'existe pour l'instant aucun test pour dépister précocement cette tumeur.

Cette découverte pourrait ouvrir la voie à un dépistage non invasif et peu coûteux de personnes considérées à haut risque de développer ce cancer très agressif, dont les symptômes se manifestent le plus souvent quand il est déjà très avancé et qu'une intervention chirurgicale n'est plus utile, selon les auteurs dont les travaux paraissent dans la revue Clinical Research.

Cette étude a été financée par l'organisation privée britannique Pancreatic Cancer Research Fund.

L'équipe de recherche du Barts Cancer Institute, de l'Université Queen Mary à Londres, a analysé des échantillons d'urine provenant de 488 personnes, dont 192 déjà diagnostiquées d'un cancer du pancréas, 92 atteintes de pancréatite et 87 étaient en bonne santé. Les chercheurs ont également analysé 117 autres échantillons d'urine de patients souffrant d'autres pathologies hépatiques bénignes ou d'un cancer du foie ainsi que de problèmes de vésicule biliaire.

Les urines analysées contenaient environ 1500 protéines. Sur ce total, trois protéines, appelées LYVE1, REG1A et TFF1, ont été retenues pour être davantage étudiées.

Les malades atteints d'un cancer du pancréas avaient des teneurs nettement plus élevées de chacune de ces trois protéines dans leur urine comparativement aux personnes en bonne santé. Les patients souffrant de pancréatite chronique avaient des niveaux nettement plus faibles que ceux ayant un cancer, ont constaté ces chercheurs.

Avec peu de symptômes spécifiques du cancer du pancréas se manifestant même à un stade avancé de la maladie, il s'est déjà généralisé chez plus de 80 % des malades au moment du diagnostic. De ce fait, ils ne peuvent plus être opérés pour qu'on leur retire la tumeur, qui s'est propagée.

Le taux de survie à cinq ans pour le cancer du pancréas est de 3 %, soit le plus faible de tous les cancers, selon les statistiques en Grande-Bretagne citées par les chercheurs qui sont comparables ailleurs en Europe et aux États-Unis. Ce taux s'est à peine amélioré depuis 40 ans.

Bien qu'il n'y ait pas de cause universelle connue du cancer du pancréas, les personnes considérées comme ayant un plus grand risque ont des antécédents familiaux de la maladie, sont de gros fumeurs, souffrent d'obésité ou sont devenues diabétiques après 50 ans.

Les chercheurs comptent mener d'autres tests d'urine provenant de sujets jugés à haut risque de manière à confirmer davantage les résultats de leur recherche.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16378
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Prévention du cancer du pancréas   Jeu 30 Avr 2015 - 12:50



Writing in the April 30 online issue of the Journal of Steroid Biochemistry and Molecular Biology, researchers at University of California San Diego School of Medicine report pancreatic cancer rates are highest in countries with the least amount of sunlight. Low sunlight levels were due to a combination of heavy cloud cover and high latitude.

"If you're living at a high latitude or in a place with a lot of heavy cloud cover, you can't make vitamin D most of the year, which results in a higher-than-normal risk of getting pancreatic cancer," said first author Cedric F. Garland, DrPH, adjunct professor in the Department of Family Medicine and Public Health and member of UC San Diego Moores Cancer Center.

"People who live in sunny countries near the equator have only one-sixth of the age-adjusted incidence rate of pancreatic cancer as those who live far from it. The importance of sunlight deficiency strongly suggests -- but does not prove -- that vitamin D deficiency may contribute to risk of pancreatic cancer."

Limited foods naturally contain vitamin D. Fatty fish, such as salmon and tuna, are good sources; beef liver, cheese and egg yolks provide small amounts. Vitamin D is often added as a fortifying nutrient to milk, cereals and juices, but experts say most people also require additional vitamin D to be produce by the body when skin is directly exposed to sunlight. Specifically, ultraviolet B radiation. Skin exposed to sunshine indoors through a window will not produce vitamin D. Cloudy skies, shade and dark-colored skin also reduce vitamin D production.

The UC San Diego team, led by Garland and Edward D. Gorham, PhD, associate professor, had previously shown that sufficient levels of a metabolite of vitamin D in the serum, known as 25-hydroxyvitamin D was associated with substantially lower risk of breast and colorectal cancer. The current paper is the first to implicate vitamin D deficiency with pancreatic cancer.

Researchers studied data from 107 countries, taking into account international differences and possible confounders, such as alcohol consumption, obesity and smoking. "While these other factors also contribute to risk, the strong inverse association with cloud-cover adjusted sunlight persisted even after they were accounted for," said Garland.

UC San Diego researchers had previously identified an association of high latitude with a higher risk of pancreatic cancer. Garland said the new study advances that finding by showing that an estimate of solar ultraviolet B that has been adjusted for heavy cloud cover produces an even stronger prediction of risk of pancreatic cancer.

Pancreatic cancer is the 12th most common cancer in the world, according to World Cancer Research Fund International, with 338,000 new cases diagnosed annually. Incidence rates are highest in North America and Europe; lowest in Africa and Asia. It is the seventh most common cause of death from cancer.

---

Écrivant dans l'exemplaire en ligne du Journal of Steroid Biochemistry and Molecular Biology du 30 avril, les chercheurs de l'Université de Californie École de médecine de San Diego rapportent des taux de cancer du pancréas sont les plus élevés dans les pays avec moins de soleil. Les niveaux de faible ensoleillement étaient dues à une combinaison de forte nébulosité et de haute latitude.

"Si vous vivez à une latitude élevée ou dans un endroit avec beaucoup de couverture nuageuse, vous ne pouvez pas fabriquer de la vitamine D la plupart du temps de l'année, ce qui entraîne un risque plus élevé que la normale de contracter le cancer du pancréas," déclaré le premier auteur Cedric F. Garland, DrPH, professeur adjoint au Département de médecine familiale et de la santé publique et membre de l'UC San Diego Moores Cancer Center.

"Les gens qui vivent dans les pays ensoleillés près de l'équateur ont un sixième seulement du taux d'incidence ajusté selon l'âge du cancer du pancréas que ceux qui vivent loin de là l'importance de la carence de la lumière du soleil suggère fortement -. Mais ne prouve pas - que la vitamine carence en D peut contribuer au risque de cancer du pancréas ".

Les aliments qui contiennent naturellement de la vitamine D comme les poissons gras, comme le saumon et le thon, sont de bonnes sources de cette vitamine; le foie de boeuf, le fromage et les jaunes d'œufs en fournissent de petites quantités. La vitamine D est souvent ajouté comme un élément nutritif fortifier le secteur du lait, des céréales et des jus de fruits, mais les experts disent que la plupart des gens ont besoin également de suppléments de vitamine D autre que ceux produit par l'organisme lorsque la peau est exposée directement au soleil. Plus précisément, les rayons ultraviolets B. La peau exposée au soleil à l'intérieur par une fenêtre ne pourra pas produire de la vitamine D. Un ciel nuageux, de l'ombre et la peau de couleur foncée réduire également la production de vitamine D.

L'équipe UC San Diego, dirigée par Garland et Edward D. Gorham, PhD, professeur agrégé, avait déjà montré que des niveaux suffisants d'un métabolite de la vitamine D dans le sérum, connu sous le nom de 25-hydroxyvitamine D a été associée à un risque nettement plus faible de cancer du sein et le cancer colorectal. Le présent document est le premier à impliquer la carence en vitamine D avec un cancer du pancréas.

Les chercheurs ont étudié les données de 107 pays, en tenant compte des différences internationales et les facteurs de confusion possibles, comme la consommation d'alcool, l'obésité et le tabagisme. "Bien que ces autres facteurs contribuent également au risque, la forte association inverse avec la couverture nuageuse soleil ajusté a persisté même après que les autres facteurs ont été pris en compte," dit Garland.

Chercheurs UC San Diego avaient déjà identifié une association de latitude élevée avec un risque plus élevé de cancer du . Garland a déclaré que la nouvelle étude avance que les conclusions en montrant que l'estimation de l'énergie solaire ultraviolet B qui a été ajusté pour épaisse couverture nuageuse produit une prédiction encore plus forte du risque de cancer du pancréas.

Le cancer du pancréas est le 12e cancer le plus fréquent dans le monde, selon la World Cancer Research Fund International, avec 338 000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année. Les taux d'incidence sont les plus élevés en Amérique du Nord et en Europe; plus bas en Afrique et en Asie. Il est la septième cause la plus fréquente de décès par cancer.

_________________


Dernière édition par Denis le Lun 3 Aoû 2015 - 15:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16378
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Prévention du cancer du pancréas   Lun 26 Jan 2015 - 13:33

Des études épidémiologiques ont identifié le diabète de type 2 comme étant un facteur de risque de cancer du pancréas. L’hyperinsulinémie chronique et l’hyperglycémie en seraient en partie responsables. Or ces deux conditions sont présentes dès le stade de pré-diabète. Si un lien se précisait entre l’état de pré-diabète et le cancer pancréatique, cela pourrait avoir des implications importantes en terme de prévention du cancer du pancréas. Une équipe taïwanaise vient de réaliser une méta-analyse de 9 études prospectives évaluant l’association entre la glycémie et le cancer pancréatique, avec un total de 2 408 patients atteints.

L’objet de ce travail était de voir s'il existait un lien entre glycémie et cancer du pancréas. Les auteurs ont réalisé deux types d’analyses. L’une examine la différence de risque entre les patients dont la glycémie est la plus basse avec ceux dont la glycémie à jeun est la plus élevée. L’autre analyse les données de façon linéaire, afin d’établir l’existence d’un éventuel « effet-dose ». Le stade de pré-diabète est défini par une glycémie à jeun entre 5,6 et 6,9 nmol/l, une glycémie après charge entre 7,8 et 11 nmol/l ou une hémoblobine glyquée entre 5,7 et 6,4 %.

Les résultats confirment une corrélation entre la glycémie à jeun et le risque de cancer pancréatique : les glycémies les plus élevées sont en lien avec une augmentation de 83 % du risque par rapport aux glycémies les plus basses.

L’incidence du cancer du pancréas augmente régulièrement et cette étude montre que cette augmentation est peut-être en lien avec l’augmentation rapide de l’incidence du diabète et du pré-diabète, qui touche 14,2 % de la population adulte mondiale.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16378
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Prévention du cancer du pancréas   Dim 29 Juin 2014 - 16:12

Men and women who took low-dose aspirin regularly had 48 percent reduction in their risk for developing pancreatic cancer. Protection against pancreatic cancer ranged from 39 percent reduction in risk for those who took low-dose aspirin for six years or less, to 60 percent reduction in risk for those who took low-dose aspirin for more than 10 years.

L'aspirine à faible dose régulièrement diminuerait le risque du cancer du pancréas de 39% si pris pendant 6 ans ou moins et de 60% pris pendant plus de 10 ans.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16378
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Prévention du cancer du pancréas   Mar 18 Mar 2014 - 15:52

STOCKHOLM - Des chercheurs suédois de l'Université de Göteborg (sud ouest) ont mis au point une nouvelle méthode pour diagnostiquer à temps le cancer du pancréas, a indiqué mardi un communiqué.

Grâce à cette méthode, les signes précurseurs sont détectés avec 97% de certitude, par conséquent, un traitement adapté peut être lancé à temps.

«Nous avons bon espoir que la méthode permettra de détecter davantage de cas précoces (...), à un stade où le cancer peut être traité ou stoppé», a affirmé un médecin de l'Hôpital universitaire de Sahlgrenska à Göteborg, Karolina Jabbar, citée dans un communiqué.

«C'est comme une endoscopie ordinaire, à la différence près qu'un tube émet des ultra sons et permet de voir l'organe beaucoup mieux afin d'extraire du liquide», explique la chercheuse à l'AFP. «Grâce à cette méthode d'analyse, on peut déterminer à quel stade se trouve le cancer».

Ce procédé, qui permettrait de minimiser le recours à la chirurgie, pourrait être introduit dans les cinq prochaines années.

Les chercheurs ont également testé cette méthode pour analyser des tumeurs déjà existantes et sont parvenus à déterminer, avec 90% de certitude, quelles tumeurs avaient déjà développé des cancers.

La méthode pourrait être utilisée pour séparer les patients qui devraient être opérés dans l'immédiat, de ceux dont les kystes peuvent faire l'objet d'un simple suivi dans un premier temps.

Aujourd'hui, le cancer du pancréas est bien souvent détecté à un stade avancé. Seulement 5% des patients survivent une fois diagnostiqués. La plupart du temps, les tumeurs passent inaperçues jusqu'à ce qu'elles se propagent à d'autres organes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16378
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Prévention du cancer du pancréas   Jeu 24 Oct 2013 - 6:57

Reporting on a small preliminary study, Johns Hopkins researchers say a simple blood test based on detection of tiny epigenetic alterations may reveal the earliest signs of pancreatic cancer.


23 octobre 2013

Des chercheurs du John Hopkins repportent qu'un simple test de dang basé sur la détection des altérations génétiques pourrait être suffisant pour révéler la présence des premiers signes du cancer du

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16378
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Prévention du cancer du pancréas   Mer 4 Sep 2013 - 9:05

3 septembre 2013 - Les scientifiques ont pour la première fois apporté la preuve de principe pour un traitement de la pancréatite aiguë basée sur les médicaments - une maladie pour laquelle il n'existe actuellement aucun traitement .

Chaque année, environ 20.000 personnes au Royaume-Uni sont admis à l'hôpital avec une pancréatite aiguë. Un sur cinq de ces cas sont graves , entraînant environ 1000 décès par an.

Publiée aujourd'hui dans la société américaine PNAS , les résultats révèlent que les tests effectués par des scientifiques de l'Université de Cardiff , en utilisant une molécule de calcium bloquant certains canaux molécule qui a été développée par GlaxoSmithKline, ont réussi à réduire sensiblement le flux de calcium dans les cellules pancréatiques isolés et à arrêter la racine de la maladie dans son élan.

«Le but de la recherche était de bloquer l'entrée de calcium excessif provoqué par des agents induisant une pancréatite , puis tester si cela protégerait les cellules pancréatiques de l'auto- digestion et de la mort », explique l'auteur principal de l'étude et directeur de l'École des sciences biologiques de l'Université de Cardiff, Ole Petersen.

" Notre recherche montre que le composé inhibiteur des canaux calciques offre une protection unique et efficace contre une activation inappropriée à l'intérieur des cellules d'enzymes digestives , ce qui ferait se cannibaliser le pancréas et les tissus environnants.

«Cette percée montre un énorme potentiel de changer radicalement et d'améliorer les résultats pour les patients souffrant de pancréatite sévère. La publication de ces résultats ouvrira la voie à d'autres recherches sur les animaux et les humains - . Et , en cas de succès , nous pourrons pour la première fois être capable de traiter cette maladie souvent mortelle. "

Dr Joe McNamara a déclaré: «Bien que d'autres recherches seront nécessaires pour montrer que le succès vu ici dans les cellules peut être reproduit chez l'animal et ensuite dans des essais sur l'homme , il s'agit clairement d'une étude intéressante qui prend une première étape novatrice vers le développement de médicaments pour une pancréatite aiguë , une condition de plus en plus commun pour lesquels de nouvelles options de traitement sont grandement nécessaires » .

Les attaques répétées de la pancréatite aiguë peuvent conduire à une pancréatite chronique , ce qui augmente manifestement le risque de développer un cancer du pancréas , actuellement l'une des quatre principales causes de mortalité par cancer au Royaume-Uni . Un traitement entraînée par ce composé peut également réduire le risque des patients de développer un cancer du pancréas.

Des recherches antérieures par le professeur Petersen et son équipe a déterminé que les processus à l'intérieur des cellules pancréatiques isolés conduisant à une pancréatite peut être induite par la combinaison d'alcool et de graisses.

Lorsque les acides gras et l'alcool se mélangent à l'intérieur du pancréas , une libération massive de calcium stocké dans les cellules du pancréas est déclenchée. La vidange de ces réserves de calcium met alors en branle l'ouverture de canaux spéciaux dans la membrane cellulaire qui permettent au calcium d'entrer dans les cellules.

L'intrusion de ce calcium entraîne l'activation des enzymes digestives normalement inactives dans les cellules , qui à leur tour commencent à digérer le pancréas et tout autour de lui .

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16378
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Prévention du cancer du pancréas   Lun 5 Aoû 2013 - 13:55

5 août 2013 - Des chercheurs de la Clinique Mayo en Floride ont révélé le processus par lequel une inflammation chronique du , pancréatite, se transforme en cancer du pancréas. Ils disent que leurs résultats mettent en évidence les moyens d'identifier les patients atteints de pancréatite à risque de cancer du pancréas et les thérapies médicamenteuses potentielles qui pourraient inverser le processus.

L'étude, publiée en ligne aujourd'hui dans The Journal of Cell Biology, montre comment l'inflammation pousse les cellules acineuses dans le pancréas - celles qui produisent des enzymes digestives - à se transformer en cellules à l'image de conduit. Comme ces cellules changent, elles peuvent acquérir des mutations qui peuvent conduire à la progression d'un cancer du pancréas, explique l'auteur principal Peter Storz, Ph.D., biochimiste et biologiste moléculaire à la clinique Mayo.

"Nous ne savons pas pourquoi ces cellules se reprogramme, mais il se peut que produire des enzymes dans un organe qui est blessé à cause de l'inflammation puisse causer plus de dégâts", explique le Dr Storz. "Les bonnes nouvelles, cependant, est que ce processus est réversible, et nous avons identifié un certain nombre de molécules impliquées dans cette voie qui pourrait être ciblée pour aider à pousser ces nouvelles cellules ressemblant à un conduit à nouveau dans les cellules acineuses, éliminant ainsi le risque de développement du cancer ».

Les scientifiques testent la capacité des médicaments déjà sur le marché pour inverser cette transformation cellulaire dans le pancréas chez la souris modèles de cancer pancréatique humain. L'équipe de recherche du Dr Storz a tracé la voie menant à une inflammation du pancréas au développement du cancer dans l'organe. Ils ont suivi ce qui s'est passé une fois que les macrophages ont répondu à une inflammation du pancréas. Les macrophages sont un type de globules blancs qui mange des corps étrangers dans l'organisme.

«La croyance dans le domaine a été que les macrophages étaient là pour éliminer les cellules endommagées dans l'organe», explique le Dr Storz. «Nous avons constaté qu'ils n'étaient pas si aidant. En fait, nous avons découvert macrophages font eux-mêmes la transformation et fournissent le cadre pour le développement d'un cancer."

L'équipe de recherche a également découvert que si le pancréas est enflammé, le liquide du pancréas contient des molécules de signalisation qui induisent les cellules acineuses à se transformer en cellules qui ressemblent à un conduit. l'étude co-auteur Massimo Raimondo, MD, un gastro-entérologue, fait partie d'une équipe Mayo qui a développé une méthode pour recueillir ce liquide par le pancréas lors d'un test de routine d'endoscopie digestive.

«Nous voulons étudier également si ces deux enzymes peuvent servir de système d'alerte précoce, un marqueur du risque de cancer du pancréas, chez les patients atteints de pancréatite," explique le Dr Storz.

"Notre espoir est que nous pouvons détecter ce risque avant que le cancer ne se produise, et d'utiliser un traitement qui renverse toute possibilité que le cancer du pancréas se développe", dit-il.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16378
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Prévention du cancer du pancréas   Jeu 27 Oct 2011 - 0:33

Des chercheurs américains ont observé une flore bactérienne commune dans la salive de personnes souffrant du cancer du pancréas. Un pas vers une nouvelle voie de diagnostic ?

La maladie puis le décès de Steve Jobs, l’emblématique fondateur d’Apple, ont propulsé le cancer du pancréas au premier rang des « sujets dont on parle ». Et l’on apprend aujourd’hui que des bactéries prélevées dans la cavité buccale, de celles qui se retrouvent par exemple en cas de gingivite, pourraient trahir la présence ou le développement de cette affection. C’est en effet le constat d’une équipe de chercheurs américains, en Californie. Leurs résultats restent très préliminaires et demandent naturellement, confirmation.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16378
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Prévention du cancer du pancréas   Ven 29 Avr 2011 - 13:13

L’haptoglobine, marqueur potentiel du cancer du pancréas
lequotidiendumedecin.fr 29/04/2011
Les résultats publiés par David Lubman et coll. dans le « Journal of Proteome Research » suggèrent qu’un test sanguin pourrait être développé pour détecter le cancer pancréatique.

L’haptoglobine, une protéine présente en abondance dans la circulation sanguine, pourrait permettre de distinguer les formes cancéreuses des maladies non cancéreuses et de l’état normal. Elle peut même permettre de distinguer un stade précoce du cancer pancréatique d’un stade tardif. Ce n’est pas le dosage de l’haptoglobine qui donne cette possibilité, mais l’observation de la structure, qui se modifie en fonction de l’état pancréatique.

L’haptoglobine est une glycoprotéine, comportant des chaînes complexes de sucres. Ces groupes sont hautement régulés quand le contexte est normal, mais ils développent une structure différente dans des cellules cancéreuses. L’étude, réalisée sur 31 échantillons sanguins par spectrométrie de masse (permettant de séparer les molécules sur leur masse moléculaire), a révélé des états différents de l’haptoglobine en fonction de l’état pancréatique.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16378
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Prévention du cancer du pancréas   Mar 28 Nov 2006 - 14:54

Pour ma part j'assume mon geste d'avoir mis cet article dans le forum de prévention.

Il n'y a pas de prévention possible si on ne montre pas clairement les dangers. Ce cancer est le plus mortel des cancers (95% des cas sont mortels dans l'année ou à peu près). C'est avant de l'avoir qu'on peut y faire quelque chose.

D'habitude, j'essaie de ne pas rappeler ces réalités douloureuses parce que j'ai moi-même le cancer et que plusieurs personne ici l'ont et que je sais que ces personnes peuvent lire quand même le forum de prévention, mais je pense aussi que ce n'est pas parce qu'on a le cancer qu'il faut absoluement se cacher la réalité.

Sur ce forum, les personnes qui n'ont pas le cancer ne sont pas aussi sensibilisé à cette réalité (de préserver l'espoir...) que ceux qui l'ont mais je suis content qu'il y en ait de ces personnes qui postent parce autrement ça deviendrait trop ghetto.

La seule chose que je n'aimerais pas c'est une personne qui se met constamment en avant, même en prenant de fausses identités, pour constamment critiquer le site et ce qui s'y écrit.

Si quelqu'un fait quelque chose pour le forum comme trouver un article, je suis sensible à ça et ça me porte à vouloir mettre l'article en question bien sûr même si moi je l'aurais peut-être rejeter.

Même si j'essaye d'y garder une certaine logique, ce n'est pas mon forum, c'est un forum que j'essaye de garder en vie et pour le garder en vie, il faut que des gens qui n'ont pas forcément le cancer s'y intéressent malgré le sujet un peu dur.

Parlant de logique, le plaisir qu'on peut avoir à participer à un forum c'est de parler de soi à d'autres personnes et de lire d'autres personnes réelles, pour réaliser ce but, c'est évidemment qu'il faut se présenter honnêtement.


Denis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grâce

avatar

Nombre de messages : 623
Localisation : France
Date d'inscription : 14/07/2006

MessageSujet: Re: Prévention du cancer du pancréas   Mar 28 Nov 2006 - 9:25

Oui Julie tu as raison de dire que ce n'est pas très réjouissant de nous lire sur le cancer du pancréas. Ce que j'ai voulu dépeindre seulement c'est uniquement la réalité face à laquelle ma belle-soeur a été confrontée à cette annonce terrible : le spécialiste envisageait d'emblée d'annoncer la nouvelle à mon frère et ma belle-soeur s'y est tout de suite opposée ce que le médecin a respecté bien sûr. Il avait même rajouté à ma belle-soeur qu'il pouvait mourir dans les 8 jours vu le stade avancé de la maladie (aucune possibilité d'opération pour lui) ! Ma belle soeur a elle-même perdu sa maman du même cancer avec un traitement chimio qui lui a prolongé la vie pendant 5 mois. Mais comme tu dis si justement, les chances sont minces mais elles sont bien là pour d'autres personnes ! Comme ce site se nomme Espoirs alors gardons bien cet Espoir en nous sans pour autant faire abstraction de la réalité parfois douloureuse !


Voici un article de la ligue suisse contre le cancer trouvé sur le net : cancer du pancréas

Traitement

L’ablation chirurgicale de la tumeur constitue la seule chance de guérison pour la personne qui en est atteinte, pour autant qu’elle se limite au pancréas. L’intervention comprend l’ablation d’une partie de l’estomac, de la vésicule biliaire, d’une partie des voies biliaires, de la tête du pancréas et de tout le duodénum. Malheureusement, nous l’avons dit, elle n’est réalisable que dans 25 pour cent des cas.

La plupart des personnes dont la tumeur est avancée présentent un ictère (jaunisse) à cause de la compression des voies biliaires. Si la tumeur comprime également le duodénum, elle peut rendre difficile le passage du bol alimentaire dans l’intestin. La chirurgie permet de soulager ce personnes, par exemple en dérivant les voies biliaires ou l’estomac directement dans l’intestin grêle. Chez les personnes qui souffrent d’une tumeur très avancée, on dérive d’abord les voies biliaires afin de limiter les risques opératoires. Si le passage du bol alimentaire dans l’intestin devient vraiment impossible, provoquant des vomissements continuels, on pratique alors une seconde intervention pour dériver l’estomac (gastroentérostomie).

La radiothérapie et la chimiothérapie ne jouent qu’un rôle secondaire dans le traitement du cancer du pancréas et ne permettent pas encore de compléter efficacement le traitement chirurgical. Si la radiothérapie permet toutefois de diminuer les douleurs abdominales dont souffrent la moitié des patients, elle est rarement plus efficace que la simple prise ou injection de médicaments antalgiques. Dans tous les cas, le traitement de la douleur doit être adapté individuellement afin d’éviter les effets secondaires, par exemple les vomissements et la constipation.

Suivi médical et séquelles

Les personnes qui ont été opérées d’un cancer du pancréas doivent se faire examiner régulièrement par leur médecin qui demandera le cas échéant un scanner et des examens de laboratoire incluant la recherche des marqueurs tumoraux. L’opération radicale décrite ci-dessus ne provoque généralement pas, ou presque pas, de difficultés alimentaires ou de troubles digestifs. Seule l’ablation totale du pancréas, opération par ailleurs très rarement pratiquée, rend absolument obligatoire l’apport externe d’enzymes digestives et d’insuline. Après cette intervention, il est souvent très difficile de stabiliser le taux de sucre dans le sang.

Chances de guérison

Seules 5 à 10 pour cent des personnes opérées d’un cancer du pancréas vivent encore cinq ans après l’intervention, malgré la nette diminution de la mortalité opératoire. Quant à la survie des personnes qui n’ont pas pu être opérées, elle dépasse rarement quelques mois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Optimiste
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 4838
Date d'inscription : 27/02/2005

MessageSujet: Re: Prévention du cancer du pancréas   Mar 28 Nov 2006 - 2:10

Merci Julie de nous reprendre et d'apporter de l'Espoir sur ce sujet ..avant de deconnecter cette nuit et en nous relisant , je me suis diit que ce n'etait pas cool pour des gens souffrant de ce cancer ...J'ai regretté mes ecrits .
Mais je suppose que Grace , comme moi meme , avons cette experience et qu'hélas beaucoup de medecins en france et peut être en province ont ce verdict terrible ( et encore j'ai edulcoré les propos de mon medecin !) ..
alors ce que tu nous raconte est tres interressant et je t'en remercies pour tout le monde ...Je preferes de beaucoup voir les choses avec cette " correction" là .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julie

avatar

Nombre de messages : 56
Age : 37
Localisation : Laval, Qc
Date d'inscription : 27/11/2006

MessageSujet: Re: Prévention du cancer du pancréas   Mar 28 Nov 2006 - 0:46

C'est pas très réjouissant quand on vous lit sur le cancer du pancréas.

Je pense que je ne vais pas faire lire ceci à une amie à qui on a découvert un cancer du pancréas en début d'année et qui est sous traitement de chimiothérapie-radiothérapie. L'association des deux (chimio et radio) semble être plus efficace.

Même si les chances sont minces de s'en sortir, il y a des personnes qui s'en sortent quand meme. Dans mon entourage, j'ai un ami qui a déclaré un cancer du pancréas il y a huit ans et qui, à ce jour, vit encore. Il a été opéré et a eu des séances de radiothérapie et de chimio.

De plus, tout dépend où est localisée la tumeur. Il faut savoir que les cancers de la queue et du corps sont rarement résécables ainsi que les tumeurs de la tête > à 4cm.

Optimiste, je pense que votre médecin a commis une "maladresse" (et encore le mot est gentil de ma part).

Plus la personne est jeune, plus elle a de chances de s'en sortir. Les femmes sont particulièrement favorisées dans la survie, car le taux de survie chez les femmes est 4 fois plus important que chez les messieurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grâce

avatar

Nombre de messages : 623
Localisation : France
Date d'inscription : 14/07/2006

MessageSujet: Re: Prévention du cancer du pancréas   Lun 27 Nov 2006 - 16:49

Je confirme ce que tu nous dis Optimiste. Le spécialiste avait dit la même chose à ma belle soeur au sujet de mon frère lui certifiant qu'une fois déclaré (et comme il y avait eu très rapidement des métastases au foie), le processus de la maladie allait très vite et lui ne prévoyait même que 3 mois maximum pour mon frère : rien ne pourrait le guérir et que donc la chimiothérapie s'avérait totalement inutile. Le seul fait est que mon frère a vécu 11 mois sans traitement et a donc défié les délais avancés par le spécialiste qui d'ailleurs n'en revenait toujours pas de ce sursis de 11 mois !!

On ne lui connaît aucun traitement curatif et le taux de survie des personnes atteintes n’est que de trois à six mois (ceci d'après les médecins)... Mais donc des fois un peu plus mais dans quelles souffrances ???? De toutes les façons, aucun moyen de réchapper à ce cancer du pancréas ; l'issue est donc fatale !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Optimiste
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 4838
Date d'inscription : 27/02/2005

MessageSujet: Re: Prévention du cancer du pancréas   Lun 27 Nov 2006 - 16:14

Mon gastro-enterologue qui me fait une ecchographie du foie et pancreas deux fois par an maintenant pour verifier que je n'ai pas de metastases ou d'atteintes à ces deux organees , m'a dit des le premier examen qu'en cas de cancer du pancreas , l'issue est toujours la mort ..
Cela m'a choqué et j'espere bien qu'il ne m'annoncera jamais que mon pancreas est atteint , parce qu'alors ...
à chaque fois que je le vois et malgre qu'il soit sympa , je me dis qu'il a commis ce jour là une enorme maladresse .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prévention du cancer du pancréas   

Revenir en haut Aller en bas
 
Prévention du cancer du pancréas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Vatican:Efficacité du préservatif comme prévention SIDA
» Prévention des risques à destination des PME/PMI
» Prévention amoureuse ?
» Littérature jeunesse et ouvrages de prévention sur l'anorexie
» Satellites de prévention des risques sismiques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Prévention-
Sauter vers: