AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Partagez | 
 

 Une molécule pour prévenir le cancer du sein.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages: 13545
Date d'inscription: 23/02/2005

MessageSujet: Une molécule pour prévenir le cancer du sein.   Ven 1 Déc 2006 - 13:08

Une molécule de la pilule abortive (ru486) prévient la croissance des tumeurs au sein



Cette molécule appelé mifepristone prévient les tumeurs en inhibant la progesterone, une hormone impliquée dans le cycle reproducteur de la femme. Cette découverte pointe vers de nouveaux moyens de prévention pour les femmes qui ont une prédisposition génétique au cancer du sein et à celui des ovaires. De façon courante, ces femmes ont souvent leurs seins ou leurs ovaires enlevés par la chirugie pour réduire le risque de développer un cancer.


Cette étude est apparue dans le numéro de "Science" portant la date du 1 décembre.


"Nous avons découvert que la progestérone joue un rôle dans le développement du cancer du sein en encourageant la prolifération des cellules du sein qui transportent le gène du cancer." Dit Eva Lee "Le Mifepristone peut bloquer cette réponse. Nous sommes encouragées par cette découverte et nous espérons que ça va conduire à de nouvelle options pour les femmes à haut risque de développer un cancer du sein.



Dans cette étude, Leee et ses collègues expliquent comment mifepristone affecte le fonctionnement de BRCA-1 dans les tissus. BRCA-1 est beaucoup étudié par les généticiens et cancérologues puisqu'une version mutante de ce g`ne augmente la possibilité du cancer du sein ou des ovaires. À l'âge de 70 ans, plus de la moitié des femmes avec le gène mutant développe le cancer du sein ou des ovaires.

The researchers studied mice that carried the mutated BRCA-1 gene. Mice treated with mifepristone, an anti-progesterone compound, did not develop mammary tumors by the time they reached one year of age. All of the untreated mice, however, developed tumors by eight months of age.

Progesterone, secreted by the ovaries, is essential to the maintenance of a pregnancy. Mifepristone, also called RU486, is designed to abort pregnancy in the first trimester by blocking progesterone, thereby ending the viability of the fetus. In smaller doses, it is used as an emergency contraceptive.

UCI researchers found that progesterone encourages the development of cancer when the mutated BRCA-1 is present because it speeds up the division of cells. Mifepristone was found to block a binding process that is necessary for progesterone to cause the cell division.

Previous studies conducted by other researchers linked high progesterone levels with an increase in breast cancer risk, particularly in menopausal women who underwent hormone-replacement therapy that included progesterone and estrogen to ease symptoms such as hot flashes and night sweats. That research, combined with the recent findings, lead scientists to believe that anti-progesterone could, in the future, provide women at risk for breast cancer with more prevention options.

This research was supported by the National Cancer Institute, the Breast Cancer Research Foundation and the Department of Defense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Une molécule pour prévenir le cancer du sein.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS ::  :: -