AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 la protéine BMP-4 et le cancer du cerveau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15772
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: la protéine BMP-4 et le cancer du cerveau   Mer 30 Juil 2014 - 8:37

La très longue latence des cancers colorectaux serait due à un mécanisme de contrôle existant au sein même du tissu dans lequel se forment les tumeurs.

Une découverte qui permettrait d’expliquer en partie pourquoi certaines personnes sont plus susceptibles de développer un cancer du côlon que d’autres.

Pourquoi certaines personnes développent un cancer du côlon et pas d’autres ?
Sur la piste des protéines BMPs

Pourquoi certaines personnes développent un cancer du côlon et pas d’autres ?

Les cancers du côlon évoluent très lentement : des adénomes émergent à la surface de l’épithélium colique, au fil du temps ils grandissent, accumulent des mutations et peuvent, après plusieurs années, former une tumeur cancéreuse. Pourquoi ce développement est-il particulièrement lent ? Comment expliquer que, chez certaines personnes, des adénomes évoluent en cancers alors qu’ils restent bénins chez d’autres ? Des chercheurs espagnols ont publié une étude qui fait la lumière sur les bases moléculaires de cette « auto-gestion » au cœur de l’épithélium colique.

Sur la piste des protéines BMPs

D’autres études avaient déjà associé la formation d’un adénome à une augmentation de la quantité des protéines BMPs dans le ; on sait maintenant que ces protéines BMPs limitent la croissance des cellules souches de l’adénome et que leur expression est elle-même régulée par d’autres protéines que les chercheurs ont identifiées. Signaux prolifératifs (qui accélèrent le développement) ou antiprolifératifs (qui le freinent) se font face dans la zone jouxtant les cellules souches de l’adénome. C’est cet ensemble qui régule la croissance de ces lésions pré-cancéreuses.

Parmi les ficelles moléculaires de cette régulation complexe, certaines dépendent de régions du génome qui varient d’un individu à l’autre. Ces différences avaient été observées dans des études de comparaisons de génomes entiers, mais elles prennent sens aujourd’hui grâce aux travaux des chercheurs espagnols : en faisant baisser le niveau d’expression des protéines BMPs, les différences génétiques parfois minimes seraient ainsi responsables d’un moindre contrôle de la croissance des adénomes, et donc de la survenue plus fréquente de cancers colorectaux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15772
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: la protéine BMP-4 et le cancer du cerveau   Sam 9 Déc 2006 - 13:34

Une protéine bloquant la croissance d'une tumeur du identifiée

Agence France-Presse

Paris


Des chercheurs ont identifié une protéine qui bloque, chez les souris, la croissance d'une tumeur du cerveau, le glioblastome, très agressive chez l'homme, selon des travaux publiés jeudi dans la revue scientifique britannique Nature.

On espère, souligne la revue, que cette découverte permettra de déboucher sur de nouveaux traitements pour les glioblastomes, l'une des tumeurs cérébrales les plus fréquentes et les plus mortelles, malgré les progrès thérapeutiques.

La protéine BMP-4 (du groupe des protéines Bone Moprhogenetic Proteins) agirait en supprimant le potentiel tumoral de cellules souches cancéreuses.


En effet, les glioblastomes se développeraient par l'intermédiaire d'une toute petite population de cellules (des cellules CD133), qualifiée de cellules souches cancéreuses, en raison de leurs aptitudes à générer des copies d'elles-mêmes et de toutes les autres cellules formant un cancer. Ces cellules semblent aussi être à l'origine de la résistance des glioblastomes aux effets thérapeutiques des rayons.

Angelo Vescovi (université de Milan, Italie) et ses collègues ont greffé par injection sur des souris des cellules de glioblastome humain comportant nombre de ces cellules souches cancéreuses. Ils ont ensuite traité les souris malades avec la protéine 4 (ou BMP4) et réduit ainsi le développement et la taille de la tumeur. La survie des animaux traités a également été prolongée.

Plutôt que de détruire les cellules souches cancéreuses, la protéine BMP-4 semble les pousser à évoluer (se différencier) en cellules bénignes, non cancéreuses.

En affaiblissant les cellules souches cancéreuses, c'est-à-dire en leur faisant perdre leurs capacités à proliférer de manière incontrôlable et à générer des tumeurs, la BMP-4 pourrait peut-être faciliter la prise en charge des glioblastomes, notamment au niveau de la radiothérapie.

Des travaux complémentaires restent cependant nécessaires avant d'envisager des applications cliniques de cette molécule anti-tumorale (protéine BMP-4).


Dernière édition par Denis le Mer 30 Juil 2014 - 8:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
la protéine BMP-4 et le cancer du cerveau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Manque de protéines? attention danger!
» protéines de soja structurées
» Protége genoux
» Vulgarisation 4 - Les protéines
» Comment protéger ses yeux au mieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: