AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une nouvelle thérapie chimique pour la LLC.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Une nouvelle thérapie chimique pour la LLC.   Lun 13 Mai 2013 - 22:54

May 13, 2013 — Doctors at Dartmouth-Hitchcock's Norris Cotton Cancer Center (NCCC) have found a combination of drugs to potentially treat chronic lymphocytic leukemia (CLL) more effectively. The research was published online on May 3, 2013, and it will appear as a letter in the journal Leukemia, a publication of the Nature Publishing Group. The study helps address a basic problem of treating CLL.


CLL lives both in the blood in circulation, and in lymph nodes and bone marrow. The former is relatively easy to kill, but the disease recurs because of resistant CLL cells in the lymph nodes and bone marrow. The researchers found an innovative drug combination that targets the stubborn CLL cells.

"We have been studying the mechanism in the cancer cells that causes the resistance to treatment," says Alan Eastman, the senior researcher on the team and a professor of pharmacology and toxicology at the Geisel School of Medicine at Dartmouth, "and that in turn, led us to find drugs that target the resistance." Eastman led the team at Dartmouth-Hitchcock's Norris Cotton Cancer Center that also included Ryan Soderquist, Darcy Bates, and Alexey Danilov.

The researchers found a very effective drug combination of gossypol plus navitoclax to kill CLL cells. "Both drugs have been given to patients, but never in combination, because no one had the mechanistic rationale for doing that. Now we have what we think is the most promising drug combination so far for the treatment of CLL," says Eastman.

CLL cells in the lymph nodes have an increased level of a protein known as BCL-X. Gossypol likely inhibits this protein, which allows the navitoclax to work more effectively to kill the cancer cells. Eastman and his team tested this drug combination on CLL immediately after they came out of the patients.

The willingness of the patients to participate was integral to this study," Eastman adds. "After 40 years of research, I think this is the most promising idea I have had that might truly impact patient outcome." The researchers hope a clinical trial will soon follow.

----

13 mai 2013 - Les médecins de Norris Cotton Cancer Center du Dartmouth-Hitchcock (CNCE) ont trouvé une combinaison de médicaments pour traiter potentiellement la leucémie lymphoïde chronique (LLC) de manière plus efficace. La recherche a été publiée en ligne le 3 mai 2013, et il apparaîtra dans la revue leucémie, une publication du groupe Nature Publishing. L'étude permet de s'attaquer à un problème de base du traitement de la LLC.


La CLL vit à la fois dans le sang en circulation, et dans les ganglions lymphatiques et la moelle osseuse.Dans le sang les cellules soht relativement faciles à tuer, mais la maladie réapparaît en raison de cellules leucémiques résistantes dans les ganglions lymphatiques et dansla moelle osseuse. Les chercheurs ont trouvé une combinaison de médicaments innovants qui cible les cellules CLL tenaces.

«Nous avons étudié le mécanisme dans les cellules cancéreuses qui provoque la résistance au traitement», explique Alan Eastman, le chercheur principal de l'équipe, ce qui nous a conduit à trouver des médicaments qui ciblent la résistance."

Les chercheurs ont trouvé une combinaison de médicament très efficace de gossypol plus le navitoclax pour tuer les cellules leucémiques. "Les deux médicaments ont été donnés aux patients, mais jamais en combinaison, parce que personne n'avait le raisonnement pour le faire. Maintenant, nous avons ce que nous pensons est une combinaison du médicament le plus prometteur à ce jour pour le traitement de la LLC", explique Eastman.

Les cellules leucémiques dans les ganglions lymphatiques ont un niveau plus élevé d'une protéine connue sous le nom BCL-X. Le Gossypol inhibe probablement cette protéine, qui permet au navitoclax de travailler plus efficacement pour tuer les cellules cancéreuses. Eastman et son équipe ont testé cette combinaison de médicaments sur des cellules de CLL immédiatement après leur sortie des patients.

La volonté des patients de participer faisait partie intégrante de cette étude », ajoute-t-Eastman." Après 40 années de recherche, je pense que c'est l'idée la plus prometteuse que j'ai eu qui pourraient véritablement influer sur les résultats des patients. "Les chercheurs espèrent un essai clinique bientôt.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Une nouvelle thérapie chimique pour la LLC.   Mer 17 Aoû 2011 - 14:17

Leucémie : Les propres cellules du patient, le traitement miracle ?
Deux patients atteints de la forme la plus fréquente de cancer du sang sont en rémission complète, avec un recul d'un an. Leur guérison, ils ne la doivent à rien d'autre qu'à leurs propres cellules génétiquement modifiées. Et un peu aussi aux chercheurs de l'Université de Pennsylvanie, à l'origine du traitement.

Le cancer du touche environ 43.000 personnes par an. Un nouvel espoir est donné aux patients atteints de leucémie : l’utilisation de leurs cellules immunitaires pourrait bien être une réponse thérapeutique à part entière face à leur maladie au traitement long et difficile. Cette approche séduisante reste à confirmer mais les premiers résultats obtenus sont impressionnants. Deux malades touchés par une leucémie lymphoïde chronique (LLC), la forme la plus fréquente des cancers du sang, ont été traités avec leurs propres défenses génétiquement modifiées et réinjectées : ils sont en rémission complète. Un troisième patient testé a, lui, fait une rechute sous une forme atténuée au bout de quatre mois.

Nous devons cette trouvaille à l'équipe de Carl June, chercheur à l'Université de Pennsylvanie. L'intérêt de ce nouveau traitement est de transformer en laboratoire les propres cellules immunitaires des patients (des lymphocytes T) en vue de les rendre agressives contre les cellules cancéreuses responsables de la maladie (des lymphocytes B). De vraies « tueuses en série » de tumeur.

Généralisation du traitement à d'autres cancers ?

Les chercheurs prévoient maintenant de tester cette stratégie dans d'autres leucémies et dans d'autres cancers: , et plèvre . « C'est un travail intéressant, qui s'inscrit dans les approches d'immunothérapies ciblées développées ces 10-20 dernières années », commente le Dr Felipe Suarez du service d'hématologie de l'hôpital Necker à Paris, interrogé par le Figaro.

Dans le cas des formes les plus fréquentes de la maladie, il n’est pas nécessaire que le patient soit traité. Toutefois, quand la maladie évolue et s’aggrave, un traitement par chimiothérapie, voire une greffe de la moelle osseuse, peuvent être prescrits. Affection incurable dans la plupart des cas à ce jour, la leucémie touche environ 43.000 personnes chaque année.

Par Julie Caron


C'est pas mal le même article que plus haut sauf que celui-ci mentionne le cancer du comme cible prochaine...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Une nouvelle thérapie chimique pour la LLC.   Mer 10 Aoû 2011 - 16:42

Traitement expérimental prometteur contre la leucémie la plus courante
(AFP) – il y a 1 heure
WASHINGTON — Des lymphocytes T, responsables de la défense immunitaire des cellules du corps, qui ont été génétiquement modifiés, se sont révélés efficaces contre la leucémie lymphoïde chronique, forme la plus courante du cancer du sang, selon une étude expérimentale publiée mercredi.

Selon les chercheurs de la Faculté de médecine de l'Université de Pennsylvanie (est), cette thérapie a permis des rémissions d'un an à ce jour pour deux des trois patients objet de cette recherche qui souffraient de leucémie à un stade avancé. Le troisième a eu une récurrence de la maladie après quatre mois, mais sous une forme atténuée.

Cette approche pourrait aussi être appliquée pour traiter d'autres cancers comme celui du , de l' et le mélanome

Ce traitement a consisté à prélever des lymphocytes T chez ces malades et à les modifier génétiquement.

Les chercheurs ont ensuite injecté leurs lymphocytes modifiés à ces patients qui avaient été préalablement traités par chimiothérapie.

"Dans les trois semaines, les tumeurs avaient été détruites avec une efficacité jamais observée auparavant", explique le Dr Carl June, professeur de pathologie au centre du cancer Abramson de l'Université de Pennsylvanie, principal auteur de ces travaux parus dans le New England Journal of Medicine et la revue Science Translational Medicine.

"Cela a été beaucoup plus efficace que ce à quoi nous nous attendions", souligne ce chercheur.

Les résultats de cet essai clinique pilote contrastent fortement avec les thérapies existantes pour traiter cette leucémie, soulignent les auteurs.

Ces trois patients avaient peu d'autres choix de traitement. La seule autre option est une greffe de moelle osseuse, une procédure exigeant une longue hospitalisation et qui comporte un risque de mortalité d'au moins 20%.

En outre, cette greffe n'offre au mieux que 50% de chances de guérison.

"Cette nouvelle approche a le potentiel d'offrir les mêmes chances de guérison mais avec beaucoup moins de risques", résume le Dr David Porter, professeur de Médecine à l'Université de Pennsylvanie et co-auteur principal de cette étude.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Une nouvelle thérapie chimique pour la LLC.   Lun 11 Déc 2006 - 14:41

(Je laisse l'ensemble du texte parce que je pense que ça peut intéresser et j'en ai traduit des petits bouts...)

Mayo Clinic Cancer Center, working in collaboration with Ohio State University Comprehensive Cancer Center, presented evidence Sunday that a novel regimen of three chemotherapy drugs -- pentostatin, cyclophosphamide and rituximab -- resulted in significant clinical response in patients with previously untreated chronic lymphocytic leukemia (CLL). Lead researcher and Mayo Clinic hematologist Neil E. Kay, M.D., presented these findings at the 2006 American Society of Hematology Annual Meeting in Orlando.

La clinique Mayo a présenté des preuves qu'une nouvelle tri-thérapie composée du pentostatin de le cyclophosphamide et du rituximab présente des réponses significatives pour le CLL.

"Chronic lymphocytic leukemia is incurable, but continues to be made more manageable with the advent of powerful new chemoimmunotherapy tools," says Dr. Kay. "We and our collaborators at Ohio State University, in particular Dr. Michael Grever, have done previous research on pentostatin that led us to believe there would be success with this regimen, and are pleased with the results."

"La leucémie lymphocyte chronique est incurable mais elle continue d'être de plus en plus gérable avec de nouvelles chimio-immuno-thérapie" dit le docteur Kay. " Le docteur Michael Grever en particulier a fait des recherches sur le pentostatin qui nous mène à croire que ce serait un succès avec cette thérapie à plusieurs médicaments et nous sommes content des résultats."

Regimens using rituximab are common for CLL patients, says Dr. Kay, and his team decided to build upon that knowledge and their understanding of the highly potent chemotherapeutic antibiotic pentostatin to try to develop an even better treatment option. The investigators initiated a trial of three weeks (one cycle) of combined chemotherapy drugs pentostatin (P), cyclophosphamide (C) and rituximab (R) repeated in six cycles for 64 symptomatic but previously untreated patients. Patients in the study also received one year of prophylactic sulfamethoxazole-trimethoprim (anti-infection drug) and acyclovir (antiviral drug) along with the PCR treatment.

The researchers reviewed study participants' prognostic status and divided the patients into risk categories at the beginning of the study, using a number of different prognostic evaluation tools to describe them, including the Rai stages (clinical levels of disease progression), CD38 and ZAP-70 (overexpressed proteins found in CLL cells), IgVH (mutational status of the immunoglobulin gene occurring in CLL patients), and FISH panel assessments (fluorescent probes on the chromosomes to determine common recurring genetic mutations in CLL). The majority of the patients were in high-risk categories; they had significant disease progression and/or a high expectation of rapid advancement of disease.

Following treatment, Dr. Kay's team found that 91 percent of the patients experienced positive clinical responses (experienced improvement in their condition) to the treatment based on the National Cancer Institute's Working Group criteria for responses. Forty-one percent achieved complete response, 22 percent experienced nodular partial response and 28 percent partial response, with the average patient's disease currently estimated to being in response for 32.6 months. The researchers also found that bone marrow suppression and/or infections were minimal.

À la suite du traitement, l'équipe du docteur Kay a recensé 91 % des patients avec une réponse positive au traitement ( une amélioration de leur condition). 41% ont eu une répose complète, 22% une répose partielle dans les nodules (?) et 28% une répose partielle autre. Cette réponse a une moyenne de 32.6 mois.

The prognostic variables that normally indicate likelihood of poor response to treatment appeared to be negated by the treatment --only one genetic defect (deletion of the p arm of chromosome 17) was found to prevent complete response or nodular partial response; the other risk factors did not diminish treatment effectiveness. Also, the researchers found that the regimen was equally effective in young and elderly (over age 70) patients.

"We are very pleased with the results of this study," says Dr. Kay. "This is a new, viable option for high-risk patients who might not have had much hope before, and it's especially exciting that it works for patients of all age groups."

Chronic lymphocytic leukemia is a blood and bone marrow cancer that affects 10,000 new patients each year in the United States. It is called chronic leukemia because it progresses more slowly than acute leukemia, and lymphocytic because it affects a group of white blood cells (lymphocytes), an important component of the immune system which typically fights infection.


Dernière édition par Denis le Mer 10 Aoû 2011 - 16:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une nouvelle thérapie chimique pour la LLC.   Aujourd'hui à 9:45

Revenir en haut Aller en bas
 
Une nouvelle thérapie chimique pour la LLC.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une nouvelle thérapie chimique pour la LLC.
» une bonne nouvelle : campagne de pub pour l' athéisme
» Une nouvelle thérapie pour l'autisme
» Le guide de l'aromathérapie pour toute la famille: attention danger!!
» En route pour la nouvelle terre. / Divine Sagesse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: