AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Cancer des tissus mous, les recherches.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15760
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Cancer des tissus mous, les recherches.   Mar 22 Nov 2016 - 16:48

ROCHESTER, Minn. — Researchers at Mayo Clinic Center for Individualized Medicine have discovered a potential cause and a promising new treatment for inflammatory myofibroblastic tumors, a rare soft tissue cancer that does not respond to radiation or chemotherapy.

New research from Aaron Mansfield, M.D., an oncologist at Mayo Clinic, and George Vasmatzis, Ph.D., the co-director of the Biomarker Discovery Program of Mayo Clinic Center for Individualized Medicine, finds the drug ceritinib shows promise as a new treatment for inflammatory myofibroblastic tumors, a form of sarcoma. The study also traced tumor growth to chromoplexy: a complex chromosomal rearrangement that causes genes to scramble, break DNA strands and then reassemble in a defective way. Dr. Mansfield’s research, “Chromoplectic TPM3-ALK Rearrangement in a Patient With Inflammatory Myofibroblastic Tumor Who Responded to Ceritinib After Progression on Crizotinib,” is published in the Annals of Oncology, Volume 27, No. 11, November 2016.

Investigators made the connection when a 32-year old man failed to respond to a nonsteroidal anti-inflammatory drug to shrink tumors in his lung, chest and buttock. Because there were no available clinical trials, researchers sought and gained U.S. Food and Drug Administration approval for compassionate use of ceritinib. Within two weeks, the patient started responding to the drug. After 18 months, he was well enough to undergo surgery to remove tumors from his lung and buttock. Mayo researchers were able to conduct a new DNA test on the tumors known as mate pair sequencing. That test scans the entire genome, pinpointing genetic defects and chromosomal breaks. They found 142 genes had been impacted, many of which have known links to cancerous tumors.

“Mate pair sequencing helped identify these rearrangements, which may not have been seen with normal sequencing techniques,” says Aaron Mansfield, M.D., the first author of the study. “We look forward to offering more patients this new, advanced type of DNA testing to discover potential causes and treatments for diseases.”

MEDIA CONTACT: Susan Buckles, Mayo Clinic Public Affairs, 507-284-5005, newsbureau@mayo.edu

Inflammatory myofibroblastic tumors often strike in children and young adults. The main form of treatment for patients with an inflammatory myofibroblastic tumor is surgery, but the tumors often reappear in different parts of the body. There is no standard of care for patients with inflammatory myofibroblastic tumors, thus making the discovery of tumor response to ceritinib all the more important. Mayo Clinic investigators are recommending further study of this drug to determine whether it should be approved for individualized treatments.

---

ROCHESTER, Minnesota - Des chercheurs du Centre de médecine individualisée Mayo Clinic ont découvert une cause potentielle et un nouveau traitement prometteur pour les tumeurs myofibroblastiques inflammatoires, un cancer rare des tissus mous qui ne répond pas aux radiothérapies ou à la chimiothérapie.

Une nouvelle étude de Aaron Mansfield, MD, un oncologue à la Mayo Clinic, et George Vasmatzis, Ph.D., co-directeur du Programme de découverte des biomarqueurs du centre de la clinique Mayo de médecine individualisée, ont trouvé le médicament ceritinib qui promet comme nouveau traitement pour les tumeurs myofibroblastiques inflammatoires, une forme de sarcome. L'étude a également retracé la croissance de la tumeur à la chromoplexie: un réarrangement chromosomique complexe qui provoque des gènes à brouiller, briser les brins d'ADN, puis remonter de manière défectueuse. La recherche du Dr Mansfield intitulée «Réarrangement Chromoplectique TPM3-ALK chez un patient atteint d'une tumeur myofibroblastique inflammatoire qui a répondu au Ceritinib après progression du Crizotinib» est publiée dans Annals of Oncology, volume 27, n o 11, novembre 2016.

Les chercheurs ont fait la connexion quand un homme de 32 ans n'a pas répondu à un anti-inflammatoire non stéroïdien pour réduire les tumeurs dans ses poumons, sa poitrine et ses fesses. Étant donné qu'il n'y avait pas d'essais cliniques disponibles, les chercheurs ont cherché et obtenu l'approbation de l'Administration américaine des aliments et des médicaments pour l'utilisation compatissante du ceritinib. Dans les deux semaines, le patient a commencé à répondre au médicament. Après 18 mois, il était assez bien pour subir une intervention chirurgicale pour enlever les tumeurs de son poumon et les fesses. Mayo chercheurs ont été en mesure de mener un nouveau test d'ADN sur les tumeurs connu comme pair par séquençage. Ce test scanne le génome entier, en repérant les défauts génétiques et les ruptures chromosomiques. Ils ont trouvé 142 gènes qui ont été touchés, dont beaucoup ont des liens connus avec des tumeurs cancéreuses.

«Le séquençage par matrice a aidé à identifier ces réarrangements, qui n'ont peut-être pas été observés avec les techniques de séquençage normal», explique Aaron Mansfield, M.D., le premier auteur de l'étude. «Nous sommes impatients d'offrir à plus de patients ce nouveau type avancé de tests d'ADN pour découvrir les causes potentielles et les traitements pour la maladie.

PERSONNE-RESSOURCE: Susan Buckles, Affaires publiques de la Mayo Clinic, 507-284-5005, newsbureau@mayo.edu

Les tumeurs myofibroblastiques inflammatoires frappent souvent les enfants et les jeunes adultes. La principale forme de traitement pour les patients atteints d'une tumeur myofibroblastique inflammatoire est la chirurgie, mais les tumeurs réapparaissent souvent dans différentes parties du corps. Il n'existe pas de norme de soins pour les patients atteints de tumeurs myofibroblastiques inflammatoires, ce qui rend la découverte de la réponse tumorale au ceritinib d'autant plus importante. Les chercheurs de la clinique Mayo recommandent une étude plus approfondie de ce médicament pour déterminer s'il doit être approuvé pour les traitements individualisés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15760
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Cancer des tissus mous, les recherches.   Mar 12 Avr 2016 - 3:16

UC Davis researchers have shown that radiation therapy following surgery benefits older patients more than their younger counterparts, a surprising finding that could change the way some patients are treated for soft tissue sarcomas (STS).

The study, published in the journal Anticancer Research, used data from the Surveillance, Epidemiology, and End Results (SEER) program to assess whether radiation treatments after surgery improved disease-specific and overall survival in patients with non-metastatic sarcomas.

They found that radiation did increase survival compared to surgery alone, but the improvements mostly benefited patients 65 and older. This is the first time these outcomes have been analyzed on such a granular level, factoring in both age and cancer subtype.

"We found that older patients had a survival benefit with radiation, but in younger patients, many of those benefits went away," said Robert Canter, associate professor in the Department of Surgery and principal investigator on the paper. "It seems that older patients respond better to the combination of surgery and radiation."

There are more than 50 different types of soft-tissue sarcomas, which develop in muscles, fat and other cell types. While these conditions are generally treated surgically, it was not clear whether radiation therapy after surgery improved survival.

To clarify the issue, Canter and colleagues crunched data from SEER, which has gathered detailed cancer statistics since the 1970s. Analyzing data collected between 1990 and 2011, the team identified 15,380 non-pediatric patients with non-metastatic STS who were treated with surgery alone or with surgery and radiation.

The group pulled data on the tumor site, grade, size, cancer subtype and year of diagnosis, as well as the patient's age, gender and other demographic information.

The team found significant improvements in overall survival and disease-specific survival in older patients across the majority of sarcomas. This was particularly true of the 12 major STS subtypes, including rhabdomyosarcoma, fibrosarcoma and synovial sarcoma. Younger patients benefited much less from radiation.

These results were somewhat surprising, as the researchers expected radiotherapy to primarily improve survival for younger patients.

"We were thinking it would be the opposite," said Canter. "If the benefit is immune-mediated, younger patients should respond better since they have stronger immune systems."

While younger patients did not receive the same level of benefit from radiotherapy as the older groups, they still had better overall and disease-specific survival from STS. The improvements among the older groups were compared to other older patients with similar disease who did not receive radiation.

Canter notes that more work must be done to validate the findings and illuminate the mechanisms that drive these age-related radiotherapy benefits. However, the work does offer a path to improve STS treatments for older patients.

"We sometimes don't want to treat older people with radiation because we're worried about the side effects," said Canter. "However, these results indicate these patients should really be receiving it if they are candidates."


---

Les chercheurs de UC Davis ont montré que la radiothérapie  suivants de la chirurgie avantage des patients âgés plus que leurs homologues plus jeunes, une découverte surprenante qui pourrait changer la façon dont certains patients sont traités pour les sarcomes des tissus mous (STS).

L'étude, publiée dans la revue Anticancer Research, a utilisé les données de la Surveillance, Epidemiology, and End Results programme (SEER) pour déterminer si des traitements de radiothérapie après la chirurgie améliorée spécifique de la maladie et la survie globale chez les patients atteints de sarcomes non métastatiques.

Ils ont constaté que le rayonnement a augmenté la survie par rapport à la chirurgie seule, mais les améliorations ont plus souvent bénéficié aux patients de 65 ans. Ceci est la première fois que ces résultats ont été analysés sur un tel niveau granulaire, prise en compte de l'âge et le cancer sous-type.

«Nous avons constaté que les patients plus âgés avaient un avantage de survie avec un rayonnement, mais chez les patients plus jeunes, beaucoup de ces avantages sont allé loin", a déclaré Robert Canter, professeur agrégé au Département de chirurgie et chercheur principal sur le papier. "Il semble que les patients plus âgés réagissent mieux à la combinaison de chirurgie et la radiothérapie."

Il y a plus de 50 types différents de sarcomes des tissus mous, qui se développent dans les muscles, la graisse et d'autres types de cellules. Bien que ces conditions sont généralement traitées chirurgicalement, on ne sait pas si le traitement de radiothérapie après la chirurgie a amélioré la survie.

Pour clarifier la question, Canter et ses collègues ont pris les données de SEER, qui a rassemblé des statistiques détaillées sur le cancer depuis les années 1970. Avec l'analyse des données recueillies entre 1990 et 2011, l'équipe a identifié 15,380 patients non pédiatriques avec STS non-métastatique qui ont été traités par chirurgie seule ou avec la chirurgie et la radiothérapie.

Le groupe a tiré des données sur le site de la tumeur, le grade, la taille, le sous-type de cancer et l'année du diagnostic, ainsi que l'âge, le sexe du patient et d'autres informations démographiques.

L'équipe a constaté des améliorations significatives dans la survie globale et la survie spécifique de la maladie chez les patients âgés à travers la majorité des sarcomes. Cela était particulièrement vrai des 12 sous-types majeurs de STS, y compris le rhabdomyosarcome, le fibrosarcome et le sarcome synovial. Les patients plus jeunes ont bénéficié beaucoup moins du rayonnement.

Ces résultats ont été quelque peu surprenant alors que les chercheurs s'attendaient devoir faire de la radiothérapie pour améliorer principalement la survie des patients plus jeunes.

«Nous avons pensé que ce serait le contraire", a déclaré Canter. "Si la prestation est à médiation immunitaire, les patients plus jeunes devraient mieux répondre car elles ont des systèmes immunitaire plus fort."

Bien que les patients plus jeunes ne reçoivent pas le même niveau de bénéfices de la radiothérapie que les groupes plus âgés, ils avaient encore une meilleure survie globale et spécifique de la maladie de STS. Les améliorations parmi les groupes plus âgés ont été comparés à d'autres patients âgés atteints d'une maladie similaire qui ne reçoivent pas le rayonnement.

Canter note que plus de travail doit être fait pour valider les résultats et d'éclairer les mécanismes qui conduisent ces prestations de radiothérapie liées à l'âge. Cependant, le travail fait offrir un chemin pour améliorer les traitements STS pour les patients âgés.

«Nous ne voulons pas parfois traiter les personnes âgées avec un rayonnement parce que nous sommes préoccupés par les effets secondaires», a déclaré Canter. "Cependant, ces résultats indiquent que ces patients devraient vraiment en recevoir si elles sont des candidats."



voir aussi : http://espoirs.forumactif.com/t1727-les-nouveaux-agents-antisarcomes

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15760
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Cancer des tissus mous, les recherches.   Lun 21 Déc 2015 - 12:10

St. Jude Children's Research Hospital scientists have discovered how an aggressive tumor of the muscle and soft tissue hijacks an export pathway in cells to lay the groundwork for cancer progression and resistance to chemotherapy. The research appears today in the journal Science Advances.

Working in the laboratory, investigators also demonstrated in principle that medication can be used to help restrain the pathway, blocking cancer's spread and restoring tumor vulnerability to chemotherapy.

The work involved the neuraminidase 1 (NEU1) enzyme. NEU1 is found in specialized compartments called lysosomes that cells use for digestion and recycling. NEU1 helps to restrain a biological pathway called lysosomal exocytosis that cells use to repair their outer membrane and selectively export materials from lysosomes. Loss of NEU1 disrupts the process, leading to the uncontrolled discharge of harmful lysosomal contents into the cells' microenvironment, severely affecting tissue and organ function.

Such excessive lysosomal exocytosis is responsible for symptoms of a rare, severe and inherited disorder called sialidosis that affects children and adolescents. In this study, St. Jude investigators identified a role for NEU1-regulated lysosomal exocytosis in cancer-drug resistance and tumor invasiveness, specifically in sarcomas that have spread. Soft tissue sarcoma is a cancer that is identified in about 12,000 children and adults annually in the U.S. The disease kills about 4,700 U.S. residents annually.

"This study helps to answer a central question of cancer biology, which is how tumor cells become invasive and drug resistant," said corresponding author Alessandra d'Azzo, Ph.D., who holds the Jewelers For Children Endowed Chair in Genetics and Gene Therapy and is a member of the St. Jude Department of Genetics. "We show that aggressive forms of sarcomas systematically down-regulate NEU1 expression to their advantage."

The discovery stemmed from an observation in mice lacking the Neu1 gene. "The best discoveries are often serendipitous, and this began with a serendipitous observation," d'Azzo said. "We noticed that the connective tissue in these mice was behaving in an abnormal way, exhibiting unusual proliferative and migratory capacity. That raised the question of whether the same process helps tumor cells invade surrounding tissue and become metastatic."

NEU1 restrains lysosomal exocytosis by acting on and regulating the supply of a protein named LAMP1. LAMP1 is part of the lysosomal membrane. Lysosomes need LAMP1 to dock to the cell membrane. That docking sets the stage for the lysosomal and cell membranes to fuse and release the lysosome's cargo into the microenvironment of the cell.

Researchers in this study screened human sarcoma cells and found that as some tumors advanced and became more aggressive, NEU1 production declined and LAMP1 increased. These features were particularly evident in hard-to-treat pleomorphic sarcomas. In one case, NEU1 was detectable in a tumor at diagnosis, but absent in a tumor at relapse. Meanwhile, LAMP1 levels in the tumors increased between diagnosis and relapse.

Working in human sarcoma cells growing in the laboratory and in specially bred cancer-prone mice, researchers found that reduced NEU1 was associated with faster tumor growth and spread.

Investigators showed that tumors can use the same pathway to resist chemotherapy by sequestering drugs in lysosomes and then purging them. "Due to their chemical properties, many widely used chemotherapeutics, including cisplatin, doxorubicin and vincristine, can get trapped in lysosomes," d'Azzo said. "This is the first report that lysosomal exocytosis may play a role in drug resistance."

Researchers also demonstrated that blocking lysosomal exocytosis helped to restore tumor cell sensitivity to chemotherapy, specifically to the drug doxorubicin. The release of lysosome-trapped doxorubicin by excessive lysosomal exocytosis declined in tumor cells treated with the hypertension drug verapamil, and sensitivity to chemotherapy increased. That is likely because verapamil blocks cells from importing calcium. An influx of calcium is necessary for lysosomes to complete the export process. "This highlights a possible new target for combination drug therapy," d'Azzo said.

The first authors are Eda Machado, Ph.D., of St. Jude, and Shai White-Gilbertson, Ph.D., formerly of St. Jude and now of the Medical University of South Carolina, Charleston. The other authors are Diantha van de Vlekkert, Laura Janke, Simon Moshiach, Yvan Campos, David Finkelstein, Elida Gomero, Rosario Mosca, Xiaohui Qiu, Christopher Morton and Ida Annunziata, all of St. Jude.

The study was funded in part by grants (GM60905, DK52025, CA021764, GM104981) from the National Institutes of Health; and ALSAC.


---

Les scientifiques de l'Hôpital pour enfants St. Jude ont découvert comment une tumeur agressive du muscle et des tissus mous détourne une voie d'exportation dans les cellules pour jeter les bases de la progression du cancer et de la résistance à la chimiothérapie. La recherche apparaît aujourd'hui dans la revue "Science advances".

Travaillant dans le laboratoire, les chercheurs ont également démontré en principe qu'une médication peut être utilisée pour aider à restreindre cette voie, bloquant la propagation du cancer et restaurant la vulnérabilité de la tumeur à la chimiothérapie.

Le travail impliquait l'enzyme, la neuraminidase 1 (NEU1). la NEU1 se trouve dans des compartiments spécialisés appelés lysosomes que les cellules utilisent pour la digestion et le recyclage. NEU1 aide à restreindre un parcours appelé exocytose lysosomale biologique que les cellules utilisent pour réparer leur membrane externe et d'exporter de manière sélective des matériaux de lysosomes. La perte de NEU1 perturbe le processus, conduisant à la décharge incontrôlée des matières lysosomales nocives dans le microenvironnement des cellules, affectant gravement la fonction des tissus et des organes.

Cette excès d'exocytose lysosomale est responsable de symptômes d'un trouble appelé sialidose rare, grave et héréditaire qui affecte les enfants et les adolescents. Dans cette étude, les chercheurs du St. Jude ont identifié un rôle pour NEU1 réglementé par l'exocytose lysosomale dans la résistance aux médicaments et le cancer invasif de la tumeur, en particulier dans les sarcomes qui se sont propagées. Le sarcome des tissus mous est un cancer qui est identifié dans environ 12.000 enfants et adultes chaque année aux États-Unis La maladie tue environ 4.700 résidents américains chaque année.

«Cette étude aide à répondre à une question centrale de la biologie du cancer, qui est la façon dont les cellules tumorales deviennent envahissantes et résistantes aux médicaments", a déclaré l'auteur Alessandra d'Azzo, Ph.D.: «Nous montrons que des formes agressives de sarcomes régulent systématiquement l'expression de NEU1 à leur avantage."

La découverte découle d'une observation chez les souris dépourvues du gène Neu1. "Les plus belles découvertes sont souvent fortuite, et cela a commencé par une observation accidentelle", a déclaré d'Azzo. "Nous avons remarqué que le tissu conjonctif chez ces souris se comportait d'une façon anormale, présentant une prolifération inhabituelle et une capacité migratoire. Cela a soulevé la question de savoir si le même processus aide les cellules tumorales à envahir les tissus avoisinants et à devenir métastatiques."

NEU1 retient l'exocytose lysosomale en agissant sur la régulation et la fourniture d'une protéine nommée LAMP1. LAMP1 fait partie de la membrane lysosomale. Les lysosomes ont besoin de LAMP1 pour accoster à la membrane cellulaire. Cet accostage prépare le terrain pour que les lysosomales et les membranes cellulaires fusionnent et libérent la cargaison du lysosome dans le microenvironnement de la cellule.

Les chercheurs de cette étude ont passé au crible les cellules de sarcome humains et ont trouvé que dans certaines tumeurs avancées et qui sont devenus plus agressifs, la production de NEU1 a baissé et celle de LAMP1 augmenté. Ces caractéristiques étaient particulièrement évidentes dans les sarcomes pléomorphes difficiles à traiter. Dans un cas, NEU1 était détectable dans une tumeur au moment du diagnostic, mais absente dans une tumeur à la rechute. Pendant ce temps, les niveaux de LAMP1 dans les tumeurs ont augmenté entre le diagnostic et la rechute.

Travaillant dans les cellules de sarcome humains croissants en laboratoire et chez des souris prédisposées au cancer spécialement élevés, les chercheurs ont constaté que NEU1 réduite a été associée à la croissance et la propagation rapide de la tumeur.

Les enquêteurs ont montré que les tumeurs peuvent utiliser la même voie pour résister à la chimiothérapie en séquestrant des médicaments dans les lysosomes puis en les purgeant. "En raison de leurs propriétés chimiques, de nombreux agents chimiothérapeutiques largement utilisés, y compris le cisplatine, la doxorubicine et la vincristine, peuvent se retrouvent piégés dans les lysosomes," dit d'Azzo. "Ce rapport est le premier qui dit que l'exocytose lysosomale peut jouer un rôle dans la résistance aux médicaments."

Les chercheurs ont également démontré que le blocage de l'exocytose lysosomale a permis de restaurer la sensibilité des cellules tumorales à la chimiothérapie, en particulier à la doxorubicine. La libération de doxorubicine piégé dans le lysosome par exocytose lysosomale excessive a diminué dans les cellules tumorales traitées avec le médicament de l'hypertension vérapamil, et la sensibilité à la chimiothérapie a augmenté. Cela est probablement parce que le vérapamil bloque l'importation calcium dans les cellules. Un afflux de calcium est nécessaire pour les lysosomes pour compléter le processus d'exportation. "Cela met en évidence une éventuelle nouvelle cible pour la thérapie de combinaison de médicaments", a déclaré d'Azzo.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15760
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Cancer des tissus mous, les recherches.   Mar 16 Avr 2013 - 11:38

Laurent Levy, cofondateur et président du directoire de Nanobiotix, s'est vu décerner, le 25 mars, le Prix de l'entrepreneur de l'université de Buffalo (dans l'Etat de New York, aux Etats-Unis) pour sa société créée en 2003, en France, dans des bâtiments industriels reconvertis du 12e arrondissement de Paris.

Son principal produit, le NBTXR3, vise à détruire des cellules cancéreuses en décuplant localement, au sein de la tumeur, la dose de rayons émis par un appareil de radiothérapie classique. Pour y parvenir, on injecte dans la tumeur des nanoparticules d'oxyde d'hafnium, une molécule qui a pour particularité d'émettre des quantités très importantes d'électrons quand elle est exposée à des radiations ionisantes.

Il serait impossible d'administrer une radiothérapie classique d'une telle intensité, car elle provoquerait trop de dégâts sur les tissus sains environnants. Le NBTXR3 concentre cette irradiation démultipliée au sein de la tumeur uniquement.

Des essais cliniques de phase 1 chez des patients atteints d'un certain type de cancer (sarcome des tissus mous) sont en cours. Des résultats préliminaires positifs ont été annoncés fin 2012.

Une bonne nouvelle pour les investisseurs qui accompagnent Nanobiotix depuis une décennie. Des "business angels" en 2004, puis des fonds de capital-risque en 2005 (Cap décisif management et Amorçage Rhône-Alpes), rejoints par OTC et Matignon Investissements en 2006 et par Seventure Partners et CMC-CIC Capital Innovation en 2010.

En octobre 2012, la société était introduite en Bourse à Paris. Ces levées de fonds ont assuré un financement total de 40 millions d'euros.

"LABOS PLURIDISCIPLINAIRES"

La société a aussi bénéficié d'aides publiques (ministère de la recherche, Oséo, crédit impôt recherche) pour un montant total de 10 millions d'euros.

En août 2012, Nanobiotix a signé un accord de partenariat avec la société taïwanaise Pharma Engine, pour 57 millions de dollars. Cette société finance des essais cliniques du NBTXR3 en Asie. Elle dispose de droits exclusifs de commercialisation pour la région Asie-Pacifique. Nanobiotix cherche à conclure un partenariat du même type en Amérique du Nord.

Paradoxalement, ce n'est pas encore le cas, alors que c'est à l'université de Buffalo, que Laurent Levy a fait les premières découvertes à l'origine des produits développés par Nanobiotix.

Il y était allé poursuivre ses recherches après un doctorat en physique-chimie obtenu pour l'étude des nanomatériaux dans un laboratoire conjoint de l'Institut Pierre-et-Marie-Curie et du Commissariat à l'énergie atomique.

A Buffalo, ses découvertes, réalisées avec le professeur Para Prasad, directeur du laboratoire de lasers photoniques et biophotoniques de cette université, sont à l'origine de plusieurs brevets dont les licences bénéficient financièrement à l'université de Buffalo, se réjouit cette dernière dans le communiqué publié à l'occasion de la remise du prix à Laurent Levy. Celui-ci avait quitté la France pour Buffalo, pour "ses laboratoires pluridisciplinaires associant recherche en physique et en biologie", explique-t-il.

De retour en France après son postdoctorat, Laurent Levy a bénéficié, pour créer sa société, des aides publiques mais aussi de la qualité des chercheurs français - "aux Etats-Unis, les bons viennent d'Europe !", affirme-t-il - et de leur façon d'aborder l'entrepreneuriat : "Les salariés des start-up sont aussi sensibles à l'intérêt de ce qu'ils font qu'à leur rémunération ", observe-t-il.

Nanobiotix emploie aujourd'hui trente-trois personnes " de plusieurs nationalités, mais pour la plupart formées en France".

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15760
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Cancer des tissus mous, les recherches.   Jeu 2 Fév 2012 - 14:36

(Tradingsat.com) - Séance ébouriffante pour l'action AB Science, qui s'est envolée jeudi de 71,5% à 10,6 euros, dans des volumes tout aussi impressionnants : 1 576 083 titres ont changé de mains aujourd'hui, soit 5% du capital de la société de biotechnologie.

L'annonce de nouveaux résultats cliniques pour le Masitinib, le produit phare d'AB Science, a brutalement refait prendre conscience aux investisseurs de son potentiel.

AB Science a explique que l'étude de phase 2 avec le Masitinib, dans les tumeurs gastro-intestinales stromales (GIST) résistantes au Glivec® a amélioré de « manière significative la survie globale chez les patients atteints de GIST résistant au Glivec® par rapport au Sutent® de Pfizer (sunitinib) », ajoutant que « l'étude a aussi démontré que le masitinib était significativement mieux toléré que le Sutent ».


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15760
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Cancer des tissus mous, les recherches.   Sam 28 Jan 2012 - 18:19

L'allongement du traitement adjuvant améliore le devenir des tumeurs GISTs

L'allongement du traitement adjuvant par imatinib, de 1 an à 3 ans, améliore la survie des patients porteurs d'une tumeur stromale gastro-intestinale (GIST) à haut risque de récidive. L'effet porte sur la survie sans récidive (SSR) et la survie globale (SG). [4]

« Les données précédentes montraient qu'administrer une thérapie adjuvante aux GISTs à haut risque réduisait leur risque de récurrence, comparativement au placebo. On connait maintenant l'effet de l'imatinib sur la survie globale », a commenté le Dr Heikki Joensuu (hôpital universitaire Helsinki, Finlande), qui présentait les résultats au congrès ASCO 2011.

A 5 ans, la SSR était de 65,6% en cas de prise d'imatinib durant 3 ans versus 47,9% pour les patients traités durant un an (HR : 0,46; p < 0,0001) et la SG était respectivement de 92,0% vs 81,7% (HR : 0,45; p= 0,019).

« Dans la communauté des GISts , certains experts estiment que le produit est tellement efficace chez les patients métastatiques, qu'il n'y a peut-être pas lieu de donner un traitement adjuvant sur une longue durée ou que l'on pourrait même s'en passer avant récidive. Cette interprétation est finalement inexacte car trois ans de traitement au lieu d'un an améliorent la survie » a commenté le Dr Kathy Miller (responsable du programme scientifique du congrès ASCO 2011) pour Medscape,

« 92% de survie globale à trois an est un progrès considérable » a commenté le Dr Joensuu. « Nous avons fait là un progrès énorme ».



Citation :
Les tumeurs stromales digestives, ou tumeurs stromales gastro-intestinales (GIST), sont des tumeurs du tube digestif qui étaient très largement méconnues des médecins et du grand public jusqu’en 2000.
gist-france.org est destiné à fournir des informations, ainsi qu’à favoriser la recherche médicale et scientifique sur cette maladie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15760
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Cancer des tissus mous, les recherches.   Ven 20 Jan 2012 - 12:59

Cancer : lancement d’un essai clinique pour lutter contre le sarcome

Mis au point par des chercheurs japonais, un nouveau traitement pour lutter contre une forme rare de tumeur, alliant un anticorps à une particule radioactive, est en cours de test depuis quelques jours en France. Au total, une vingtaine de nos concitoyens atteints d’un sarcome synovial devrait être inclus dans cet essai clinique. C’est la première fois que ce médicament est testé sur l’homme…

Forme rare de cancer, le sarcome synovial ou synovialo-sarcome, se développe au niveau des jointures des bras et des jambes. Chaque année, entre 100 et 150 français seraient touchés par ce type de sarcome mou des tissus. Actuellement, le seul traitement consiste à enlever la tumeur par chirurgie.

En étudiant les mécanismes de formation de ce type de cancer, Yusuke Nakamura et ses collègues de l’Université de Tokyo ont mis au point un anticorps capable de se fixer sur une protéine de surface des cellules tumorales spécifiques des synovialo-sarcomes. Testé sur les animaux, l’anticorps, utilisé seul n’a pas permis de détruire la tumeur. Par contre en associant à ce dernier une particule radioactive, les chercheurs ont découvert que le traitement était particulièrement efficace et permettait de faire disparaître la tumeur.

Suite à ces résultats, les chercheurs japonais, en association avec la société OncoTherapy Science qui fabrique le nouveau médicament, ont obtenu l’autorisation de tester leur traitement sur l’homme. C’est en France, au centre Léon-Bérard à Lyon, à l’institut Gustave Roussy de Villejuif et à l'Institut Bergonié de Bordeaux que l’essai clinique va être mené sur une vingtaine de patients. Depuis plusieurs jours, deux personnes ont déjà reçu les premières doses.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15760
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Cancer des tissus mous, les recherches.   Jeu 1 Déc 2011 - 15:32

Scientists at Joslin Diabetes Center in Boston have uncovered important molecular and genetic keys to the development of soft-tissue sarcomas in skeletal muscle, giving researchers and clinicians additional targets to stop the growth of these often deadly tumors.

Les scientifiques ont découvert d'importantes clés moléculaires et génétiques pour le développement de sarcomes des tissus mous dans le muscle squelettique, donnant aux chercheurs et aux cliniciens des cibles supplémentaires pour arrêter la croissance de ces tumeurs.

Published in the Proceedings of the National Academy of Sciences, the study identified two major molecular signaling pathways (the Ras and mTOR pathways) that are common in tumor growth and development. These molecular pathways regulate cell growth and division, two cellular properties whose over-activation are hallmarks of cancer biology.

l'étude a identifié deux grandes voies de signalisation moléculaires (le Ras et des voies mTOR) qui sont communes dans la croissance tumorale et le développement. Ces voies moléculaires régulant la croissance et la division cellulaire, deux propriétés cellulaires dont la sur-activation sont les caractéristiques de la biologie du cancer.

"In humans, some sarcomas respond to chemotherapy, says lead author Amy J. Wagers, PhD, an associate professor of stem cell and regenerative biology at Harvard Medical School and Joslin Diabetes Center, "but many don't. With these findings, we have vetted a list of new candidate targets whose inhibition may lead to regression of these tumors."

«Chez les humains, certains sarcomes répondre à la chimiothérapie, explique l'auteur principal mais beaucoup ne le font pas. Avec ces résultats, nous avons vérifiées une liste de nouveaux candidats cibles dont l'inhibition pourrait conduire à la régression de ces tumeurs. "

Many soft-tissue sarcomas, which develop in certain tissues such as bone and muscle, carry specific genetic mutations or unique gene signatures, which can allow scientists to develop more precise, targeted therapies. Wagers and her colleagues engineered a tumor system in mice by introducing into mouse skeletal muscle a cancer-carrying gene, or oncogene, known to cause tumors in humans. They used this engineered system to identify a small set of genes that are active in sarcoma tumors.

There are many different types of soft-tissue sarcomas, which develop in tissues that connect, support or surround other structures and organs, including muscle, tendons, nerves, fat and blood vessels. If diagnosed early, treatment, primarily through surgical removal of the tumor, radiation therapy or chemotherapy, can be effective. If the tumor has spread, however, the tumor can be controlled only for a period of time, but treatment does not often cure the disease.

By inducing these tumors in mice, Wagers says the scientists knew when the tumors would form in the mice and where in the body they would develop, which helped them better understand the molecular and genetic pathways underlying the disease. With this knowledge, researchers may be able to develop new intervention strategies that interfere with these genetic activities and stop the growth of this type of tumor.

"With the engineered system we developed, we can find new fragile points in the tumor to target," says first author Simone Hettmer, MD, a pediatric oncologist at the Dana-Farber/Children's Hospital Cancer Center, who treats children with these tumors. In addition, she adds, the system allows scientists to look at the genetic changes in sarcomas and how they interact with the development of tumors and can be applied to sarcomas in tissues other than skeletal muscle.

Surprisingly, says Wagers, the researchers found they could induce tumors using several different 'beginning' cells. The scientists generated tumor cells using stem cell-like cells that go on to make either muscle or other connective tissues. Tumors that develop from muscle cells were rhabdomyosarcomas, the most common form of soft-tissue sarcoma seen in children, while tumors that developed from non-muscle cells represented other types of sarcoma.

Wagers and her colleagues are now working on establishing a similar engineered model using human cells to test the effectiveness of anti-sarcoma medications. These preclinical experiments are designed to identify the most promising candidates for the treatment of soft-tissue sarcoma that ultimately will be pursued in human clinical trials. Early studies have identified several chemical compounds that, in cell cultures at least, appear to slow the growth of sarcoma cells.

Wagers et ses collègues travaillent actuellement sur l'établissement d'un modèle similaire conçu en utilisant des cellules humaines pour tester l'efficacité de médicaments sur le sarcome des tissus mous. Ces expériences précliniques sont conçues pour identifier les candidats les plus prometteurs pour le traitement du sarcome des tissus mous qui finiront par être poursuivis dans les essais cliniques humains. Les premières études ont identifié plusieurs composés chimiques qui, dans des cultures cellulaires au moins, semblent ralentir la croissance des cellules de sarcome.

In addition to Wagers and Hettmer, other Joslin co-authors of the study were Jianing Liu, Christine Miller, and Melissa Lindsay, as well as Cynthia Sparks and David Guertin of the University of Massachusetts Medical School, Roderick Bronson of the Tufts University School of Veterinary Medicine, and David Langenau of Massachusetts General Hospital.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15760
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Cancer des tissus mous, les recherches.   Lun 29 Aoû 2011 - 18:39

(Aug. 29, 2011) — Researchers from Yale University are looking to a virus from the same family as the rabies virus to fight a form of cancer primarily found in children and young adults. They report their findings in the September 2011 issue of the Journal of Virology.

Les chercheurs de l'université de Yale étudient un virus de la même famille que celui de la rage pour combattre une forme de cancer trouvée principalement chez les enfants et les jeunes adultes.

Soft tissue sarcomas are cancers that develop in tissues which connect, support, or surround other structures and organs of the body. Muscles, tendons, fibrous tissues, fat, blood vessels, nerves, and synovial tissues are types of soft tissue. While relatively rare in adults, they represent approximately 15% of pediatric malignancies and result in death for approximately one-third of patients within 5 years of diagnosis.

Le sarcome des tissus mous est un cancer qui se développe dans les tissus conjonctifs comme les tissus qui entourent ou se connectent aux organes humains : muscles, tendons, gras, vaisseaux sanguins, nerfs par exemple. Il est relativement rare chez l'adulte mais représente 15% des cancers qui s'attaquent aux enfants.

Vesicular stomatitis virus (VSV) is a rhabdovirus, which is the same family of viruses as rabies, and causes a disease similar to foot and mouth disease in cattle. Recent research has discovered that this virus also is oncolytic, meaning it seeks out and destroys cancerous tumors. Previous studies have already shown VSV to be promising in treating brain tumors in mice.

Le virus VSV est un rhabdovirus qui est de la même famille que la rage. La recherche récente a découvert que ce virus est aussi oncologique ce qui veut dire qu'il cherche et détruit les tumeurs cancéreuses. Une recherche précédente a montré que le VSV était prometteur pour traiter les tumeurs du , des essais ont été fait sur des souris.

In this study the researchers investigated the potential of VSV and an oncolytically enhanced version of the virus (VSV-rp30a) to effectively target and kill 13 different sarcomas. Both of the viruses efficiently infected and killed 12 of the sarcomas. The resistance of the one surviving sarcoma line was eventually overcome by pretreatment with compounds that antagonize interferon signaling.

Dans cette étude, les chercheurs ont investigés le potentiel de VSV et une de ses versions le virus VSV-rp30a pour cibler et tuer efficacement 13 des différents sarcomes.

Additionally they looked at the ability of VSV-rp30a to infect and arrest tumor growth in mice.

"A single intravenous injection of VSV-rp30a selectively infected all subcutaneous human sarcomas tested in mice and arrested the growth of tumors that otherwise grew 11-fold," say the researchers. "Overall, we find that the potential efficacy of VSV as an oncolytic agent extends to nonhematologic mesodermal tumors and that unusually strong resistance to VSV oncolysis can be overcome with interferon attenuators."

Une simple injection intraveineuse de VSV-rp30a infecte sélectivement tous les sarcomes injectées chez des souris et arrêté la croissance des tumeurs qui autrement croissent très vite

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15760
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Cancer des tissus mous, les recherches.   Lun 7 Mar 2011 - 13:21

Citation :
Les ADN topoisomérases sont des enzymes qui interviennent lors de nombreuses étapes de la vie cellulaire : réplication, transcription, séparation des chromosomes. Dans la recherche contre le cancer, elles sont aujourd’hui les cibles pharmacologiques d’importants agents anticancéreux.

Au niveau de l’ADN, les étapes qui conduisent à la réplication d’une cellule doit aboutir, pour la nouvelle cellule, à un ADN contenant 46 chromosomes (pour une cellule humaine), parfaitement semblable à celui des autres cellules du corps concerné.

Hors au cours de ces opérations complexes, l’ADN subit divers stress comme des contraintes de torsion affectant la double hélice de la molécule. Il peut s’en suivre divers accident de réplication pouvant aller jusqu’à la mort de la cellule.
Les topoisomérases interviennent pour « remettre de l’ordre », en supprimant là où c’est nécessaire, ces super torsions, facilitant le bon déroulage de l’ADN.

Par contre en annulant leurs effets dans les cellules cancéreuses on espère entraver le développement de la tumeur. Jusqu’à présent ce type de chimiothérapie ne répondait pas à tous les espoirs escomptés. Dans d’autres domaines, les infections urinaires par exemple, les antibiotiques inhibiteurs de topoisomérases se montrent efficaces en agissant là, sur l’ADN de l’agent pathogène.

Une équipe de l’Institut Karolinska vient de découvrir qu’une protéine complexe appelée Smc5 / 6 intervient dans le processus de déroulage de l’ADN et peut constituer une excellente cible pour de nouveaux médicaments inhibiteurs de la croissance tumorale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15760
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Cancer des tissus mous, les recherches.   Jeu 17 Déc 2009 - 17:14

Un agent, l'ombrabulin (AVE8052), de démantelement des vaisseaux sanguins attaque les vaisseaux sanguins existants. Ces vaisseaux sont anormalement construits et faibles. Le médicament exploite la faiblesse des vaisseaux sanguins qui alimentent la tumeur en se liant aux tubulures des cellules. La cellule va prendre le chemin de se suicider et la tumeur ne sera plus nourrie convenablement et éventuellement va se nécroser et mourir.

Ce mécanisme bien expliqué ici :

[url=http://www.oncology.sanofi-aventis.com/tcl/cp/en/layout.jsp?cnt=BDDFA677-2F7A-4FC4-BBFD-093CA4C3DDE3[/url]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15760
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Cancer des tissus mous, les recherches.   Mar 23 Jan 2007 - 11:56

Voici une chirurgie du poumon pour les personnes atteintes de STS avec des métastases aux poumons qui visent la guérison des patients.
Je laisse le texte en anglais parce que je ne suis pas trop sur de ma traduction. Mais je mets le renseignements quand même en pensant à Soleil26, en disant que je crois que sur un autre site (forum21) je crois que je connais quelqu'un qui se rend en allemagne assez souvent et qui pourrait posséder les deux langues (il m'a déja écrit quelque chose en allemand lorsqu'il était fâché après moi) je pourrais peut-être faire appel à lui si Soleil26 décidait que ça l'intéresse dans savoir plus même si on s'engeule à qui mieux mieux, peut-être qu'il accepterait de faire une contribution de son temps en prenant de plus ample informations. L'idée que j'ai serait de mettre les deux personnes en contact s'il accepte d'aider soleil. J'aimerais aussi avoir une traduction plus précise de ce texte parce que ça parle de guérison au début mais le reste ne semble pas si optimiste.



Pulmonary metastatic soft tissue sarcoma curable with surgical excision


Posted: January 19, 2007

NEW YORK (Reuters Health) - Resection of soft tissue sarcoma metastatic to the lungs can be accomplished with very low morbidity and mortality, surgeons in Germany report, and may in fact be curative.

La resection des poumons atteint de sarcome des tissus mous (STS) peut être accomplie avec un tr`s bas taux de morbidité et de mortalité rapportent des chirurgiens en Allemagne et en fait peut guérir la personne.


Although pulmonary soft tissue sarcomas (STS) resection is a common procedure, lead author Dr. Alexander Rehders and his associates note in the Archives of Surgery for January, agreement as to which patients make the best candidates has yet to be established. Their current results suggest that "it seems worthwhile to operate on every patient with lung metastasis unless serious comorbidity or technically unresectable metastatic disease is present."

Même si la resection du poumon atteint de sarcome des tissus mous est une procédure commune il faut établir lesquels patients sont de bons sujets pour cette chirugie. Mais des résultats courants semblent indiquer que ça marche pour la grande majorité des patients seuls les cas de sérieuses morbidité ou de problèmes techniques sont exclus.

At University Hospital in Hamburg-Eppendorf, all patients with operable lung STS metastasis undergo radical surgery with curative intent. The only exceptions are failure of the primary tumor to regress at least partially after 6 months of chemotherapy, extensive involvement of the mediastinum or chest wall, unresectable lung disease or metastatic disease outside the lung, other comorbidities, or insufficient pulmonary function.

À l'hopital universitaire de Hamburg-Eppendorf, tous les patients avec un poumon atteint de STS opérable subisse la chirurgie radicale qvec intention curative. Les seules exceptions sont ceux dont la tumeur primaire a échoué à rapetissé au moins partiellement apr`s 6 mois de thérapie.

Between 1991 and 2002, 61 of 121 patients at their institution who developed pulmonary metastasis of STS underwent sternotomy or anterior lateral thoracotomy for metastasectomy, including wedge resection or lobectomy.

There were no cases of perioperative mortality. Nine patients experienced transient alveolar leakage requiring pleural drainage, three had wound infections, and three experienced hypoventilation. Otherwise, there were no major complications.

After a mean follow-up of 60 months, survival time averaged 33 months (range 2 to 125 months), the authors report. The 5-year survival rate was 25%.

None of the common risk factors assessed - age, gender, tumor grade, number of metastatic lesions, bilateral involvement, histologic type, site of primary tumor, and interval before STS metastasis was diagnosed - had any significant effect on survival.

Dr. Rehders and his associates report that six patients underwent repeat STS excisions, and that these patients were among the 13 who lived the longest.

Le docteur et ses associés rapportent que 6 de leur patient ont répété l'excisions du STS et ces patients ont été parmis les les 13 patients qui ont vécu les plus longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15760
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Cancer des tissus mous, les recherches.   Mar 19 Déc 2006 - 18:50

Les médicaments qui ciblent




Le nombre de sarcomes des tissus mous (près de 40) laisse penser aux experts que certains sous-types sont plus sensibles que d'autres à des médicaments.

Jusqu'à maintenant, la doxorubicine et l'ifosfamide étaient les deux drogues les plus efficaces contre les sarcomes. Mais depuis peu, la biologie moléculaire et la génétique identifient les gènes et les protéines anormales développés par les cellules cancéreuses de ces sous-types.

Le meilleur exemple est celui du GIST autrefois regroupé dans la famille des leiomyosarcomes (LMS). En effet, les avancées de la biologie moléculaire et de la génétique ont montré que les GIST étaient souvent occasionnés par une mutation spécifique dans l'ADN qui entraîne un enzyme cellulaire, connu sous le nom de KIT, à s'activer systématiquement. KIT est un enzyme (appelé tyrosine-kinase) qui est responsable de transmettre des signaux de croissance et de survie à l'intérieur de la cellule. S'il est activé, la cellule reste vivante et grandit ou prolifère. L'enzyme KIT de type mutant, incontrôlé et suractif enclenche une croissance anarchique des cellules de la tumeur GIST. L'enzyme KIT peut être identifié en recherchant une portion d'enzyme appelée antigène CD117 (c'est une partie d'enzyme pouvant être détectée par un test de diagnostic spécial). Beaucoup de GIST produisent KIT et la détection de CD117 permet de confirmer que la croissance est une tumeur GIST. Le médicament à base d'imatinib mesylate (Glivec™ ou STI-571) inhibe l'activité de la tyrosine kinase et ainsi les fonctions de plusieurs protéines dont la CD117 [181].

Comme les GIST dépendent beaucoup de cette protéine, l'imatinib donne un taux de réponse impressionnant : 50% et beaucoup de stabilisation de la maladie parmi les patients restants. Par ailleurs, l'imatinib est aussi actif sur les DFSP. Cette découverte est vraiment une révolution et laisse entrevoir aux chercheurs et aux malades des nouvelles possibilités de traitements pour d'autres sarcomes dans un avenir indéterminé [183].

Des médicaments [131] pourrait cibler par exemple le facteur de croissance épidermique donnant souvent une sur-expression de l'EGFR1 dans le sarcome synovial [182] ou encore enrayer les processus d'angiogenèse des tumeurs. Tous ces nouveaux médicaments sont comme des "clés" capables de rentrer dans les "serrures" des processus tumoraux et de les déverrouiller.





Les essais thérapeutiques sur les sarcomes des tissus mous






Des études expérimentales portent sur des agents anti-sarcomes autres que les agents classiques (ifosfamide, doxorubicine, dacarbazine...). Ces essais thérapeutiques passent par des phases de validation. Les études chez l’humain sont divisées en quatre phases [189] :




- Phase I : L' objectif principal n'est pas de rechercher un effet thérapeutique mais d'apprécier la toxicité à différentes doses chez l'homme. Il s'agit de recenser les effets indésirables, leur durées, leurs réversibilités...


- Phase II : Les essais de phase II ont pour objectif de déterminer la dose optimale du produit en terme d'efficacité et de tolérance sur une population limitée de malades (quelques centaines). Dès cette phase, le médicament en développement est comparé à un traitement efficace déjà commercialisé ou à un placebo, c'est-à-dire un traitement sans activité pharmacologique.


- Phase III : La phase III ne débute qu'après avoir vérifié l'efficacité et la sécurité du médicament en développement. Ces essais de plus grande envergure sont conduits sur un échantillon beaucoup plus large (plusieurs milliers de patients) et représentatif de la population de malades. Ils visent à démontrer l'intérêt thérapeutique du médicament et à évaluer son efficacité et sa sécurité d'emploi dans les conditions d'utilisation de la pratique courante.
Cette phase débouche éventuellement sur une autorisation de mise sur le marché (AMM).


- Phase IV : Les essais de phase IV sont réalisés une fois le médicament commercialisé, sur un nombre de patients souvent très important (jusqu'à plusieurs dizaines de milliers de personnes). Ils permettent d'approfondir la connaissance du médicament et d'évaluer à grande échelle sa tolérance. C'est ainsi que l'on détecte parfois des effets indésirables très rares qui n'ont pu être mis en évidence lors des autres phases d'essai.



Par ailleurs, les essais thérapeutiques analysent la réaction des tumeurs cancéreuses qui peut être :



- Une réponse complète : C'est la disparition de tout signe de maladie cancéreuse et l'absence de nouvelles lésions pendant au moins 4 semaines,


- Une réponse partielle : C'est une réduction de plus de 50% des dimensions des tumeurs sans augmentation ou apparition d’autres tumeurs pendant au moins 4 semaines,


- Une stabilisation : C'est une augmentation inférieure à 25% ou une diminution inférieure à 50%. En outre, il faut l'absence de nouvelles tumeurs.


- Une progression.


La réponse objective est la somme des réponses complètes et partielles.



Les essais thérapeutiques passent donc par ces phases et analysent les réponses. En voici quelques exemples :


- L'ET-743 ou ecteinascidine (Yondelis™) est en essai de phase II. Une publication de Janvier 2005 impulsée par l'EORTC (Organisation Européenne de Recherche et de Traitement du cancer) signale pour 104 patients, 52 régressions ou stabilisations de la maladie et 39 progressions tumorales. Les meilleures réponses sont obtenues avec les LMS (56% de régressions et de stabilisations) et les synovialosarcomes (61% de régressions et de stabilisations). La toxicité est principalement hépatique (transaminases) et occasionne des neutropénies chez près de la moitié des cas. La dose administrée était de 1.5 mg/m² sur 24h en perfusion toutes les 3 semaines pour des sarcomes des tissus mous avancés prétraités [184]. L'ET-743 est un inhibiteur d'angiogenèse (qui agit sur les récepteurs des facteurs de croissance des cellules cancéreuses). Il est maintenant utilisé en cas de tumeurs résistantes à la doxorubicine et à l'ifosfamide.


- La gemcitabine en phase II a été testée sur 46 patients présentant des sarcomes inopérables ou métastasés par un centre Américain. L'étude de Février 2006 [191] rapporte 3 réponses partielles et 8 stabilisations. L'étude conclue sur l'inefficacité de cet agent aux doses prescrites.


- L'association docetaxel-gemcitabine : Sur 133 patients atteints de sarcomes inopérables ou métastatiques, un essai donne un taux de réponse global de 18.4% dans une publication de Février 2006. Les LMS donneraient une meilleure réponse que les autres sous-types dont les résultats n'étaient pas encourageants. Néanmoins, les réponses ou les stabilisations de la maladie chez certains patients mériteraient davantage d'investigations souligne l'étude [185].


- Le CPT-11 ou irinotecan : Le comité Italien des sarcomes des tissus mous a initié une étude en phase II de cette substance sur 30 patients avec essentiellement des PNET primitifs ou des RMS. Ce médicament est un inhibiteur de topoisomérases I (voir aussi plus bas dans cette page ). Sur les 30 cas, l'étude de Février 2006 signale un taux de réponse global de 23% (2 remissions complètes + 5 rémissions partielles). La toxicité provoque essentiellement des diahrées et des neutropénies [186].


- Une substance dénommée Temozolomide a été étudiée en phase II par le Groupe Espagnol de Recherche sur les sarcomes dans une publication d'Octobre 2005 [187]. La population était composée de 49 patients prétraités et de 18 patients non prétraités. Tous présentaient des sarcomes avancés. Parmi 45 cas, il y a eu 7 réponses partielles soit 15% de taux de réponse globale. Parmi ces 7 réponses, il y avait 5 LMS gynécologiques.


- Un agent dénommé bortezomib a été étudié en phase II [188]. Cet inhibiteur de protéasome (enzyme cellulaire réunissant un grand nombre d’activités de dégradation de protéines endommagées) a été testé sur des patients présentant des sarcomes métastasés non prétraités. Les toxicités ont amené des diahrées, des constipations, des nausées et de la fatigue. Une seule réponse partielle sur 21 patients a été confirmée. L'étude d'Avril 2005 conclue sur l'inactivité de cet agent lorsqu'il est utilisé seul.


- Un agent dénommé perifosine (D-21226) a été étudié en phase II en Mars 2006 par l'Institut National du Cancer Canadien [190] sur 16 patients nonprétraités et présentant des sarcomes avancés ou métastasés. Aucune réponse objective n'a été observée. Seuls 4 stabilisations ont été notées. L'étude conclue sur l'inefficacité de cet agent aux doses prescrites.

Si vous voulez voir tous les essais cliniques contre les sarcomes dans le monde, cliquer ici et ici


ici

et
ici


Dernière édition par Denis le Mar 22 Nov 2016 - 16:51, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cancer des tissus mous, les recherches.   Aujourd'hui à 18:21

Revenir en haut Aller en bas
 
Cancer des tissus mous, les recherches.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» STS (sarcome des tissus mous)
» Les nouveaux agents antisarcomes
» cas de guérisons du sarcome?
» Où trouver un calendrier de l'avent en feutrine/tissus?
» "Il ne devrait pas y avoir de limites aux recherches sur l'embryon"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: