AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un article sur e-sante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Un article sur e-sante   Sam 2 Avr 2011 - 11:59



Voici une variante d'une salade d'hiver classique de Sicile. On remplace ici les quartiers d'oranges sanguines par du pamplemousse rose, de préférence celui de Floride qui sera plus acidulé que celui de Californie.
Ingrédients

2 pamplemousses roses, les quartiers retirés

1 fenouil frais, coupé en tranches fines à la mandoline


3 c. à soupe d'olives noires confites

Persil frais haché

Sel et poivre

Préparation

Après avoir retiré les quartiers des pamplemousses et pressé le jus des peaux et des membranes, disposez dans une assiette en alternant avec les tranches fines de fenouil. Salez et poivrez et versez le jus de pamplemousse. Laissez reposer une dizaine de minutes au frigo.

Juste avant de servir, éparpillez les olives noires sur la salade et salez et saupoudrez d'un peu de persil haché (ou le cas échéant, des épluchures du fenouil, finement émincées).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Un article sur e-sante   Mar 26 Mai 2009 - 14:16

Le cancer et l'alimentation
haut
En Occident, le risque d'être touché par le cancer au cours de sa vie est d'un sur trois. Selon l'état actuel des données, les deux tiers des cas de cancer seraient causés par des facteurs liés au mode de vie (alimentation, tabagisme, obésité et manque d'activité physique, excès d'alcool, exposition aux rayons UV). Les autres cas s'expliqueraient par des facteurs héréditaires ou des facteurs environnementaux (produits chimiques, radiations, fumée, pollution, etc.). On estime que le tiers de tous les cancers serait lié à une alimentation déficiente.

Le cancer est une terrible maladie, mais grâce au dépistage précoce et aux traitements efficaces, une grande part des gens atteints y survivent. Les récentes recherches nous permettent même de croire qu'on peut aussi le prévenir grâce à l'alimentation et de bonnes habitudes de vie.

Certains aliments regorgent de molécules anticancer dont la consommation quotidienne limiterait la croissance des cellules précancéreuses. Il semble clair qu'aucun aliment ou supplément ne serait à lui seul capable de protéger du cancer. Il faut plutôt miser sur une grande variété de molécules anticancer, consommées en grande quantité et de manière constante.

Parmi ces molécules, plusieurs ont des propriétés dites antioxydantes, c'est-à-dire qu'elles combattent les radicaux libres de l'organisme qui accélèrent le vieillissement et la croissance des cancers. Les molécules anticancer qui ne sont pas antioxydantes possèdent d'autres mécanismes d'action.

La prévention du cancer est donc possible. Dans cette fiche, nous verrons quels sont les aliments à privilégier et ceux à éviter pour atteindre cet objectif.


Important. En aucun cas, les recommandations qui suivent ne doivent remplacer les traitements médicaux contre le cancer. L'alimentation représente une arme de plus contre le cancer et non la seule arme contre cette maladie.




Les aliments contre le cancer
haut
Les fruits et légumes
Les fruits et légumes contiennent de grandes quantités de molécules anticancer, dont plusieurs antioxydants. L'association entre la consommation de fruits et légumes et la prévention des cancers est bien documentée : réduction des risques de cancer du poumon, de la bouche, du pharynx, de l'oesophage, de l'estomac, du sein, du côlon et du rectum.

Dans un programme alimentaire de prévention du cancer, on doit mettre l'accent sur les fruits et légumes.

Quantité à consommer : 5 à 10 portions par jour

Que représente une portion?

un légume ou un fruit de grosseur moyenne
½ tasse (125 ml) de légumes crus ou cuits
1 tasse (250 ml) de salade
½ tasse (125 ml) de jus de légumes ou de fruits



Parmi tous les fruits et légumes offerts sur le marché, certains possèdent de plus grandes propriétés anticancer que d'autres et méritent qu'on leur attribue une place de choix dans nos menus quotidiens. Ce sont les petits fruits, les agrumes, les crucifères, les alliacés et la tomate.

Les petits fruits
Les jus de bleuet ou de canneberge contiennent beaucoup moins de molécules anticancer que les fruits entiers.



Bleuets, framboises, mûres, fraises et canneberges : voilà les meilleurs antioxydants que l'on puisse trouver, car ils contiennent l'une ou l'autre des trois molécules anticancer (l'acide ellagique, les anthocyanidines et les proanthocyanidines)1. Les cerises, les pommes, les prunes et les raisins rouges ont aussi un grand pouvoir antioxydant.

Voici un tableau de l'activité antioxydante de certains fruits. Plus le chiffre est élevé, plus l'activité antioxydante et potentiellement anticancer est élevée.

Fruits
Activité antioxydante

Bleuet sauvage
13 427

Canneberge
8 983

Mûre
7 701

Framboise
6 058

Fraise
5 938

Pomme (Délicieuse)
5 900

Cerise
4 873

Prune
4 118

Avocat
3 344

Poire
3 172

Orange
2 540

Raisin rouge
2 016

Pamplemousse
1 904

Pêche
1 826

Mangue
1 653

Abricot
1 408

Tangerine
1 361

Ananas
1 229

Banane
1 037

Nectarine
1 019

Kiwi
698

Cantaloup
499

Melon miel
410

Melon d'eau
216



Source : Journal of Agricultural and Food Chemistry, Extending applicability of the oxygen radical absorbance capacity (ORAC-fluorescein) assay.

Quelques idées pour consommer les petits fruits :

en salade de fruits (pour en consommer toute l'année, se procurer des petits fruits congelés sans sucre);
dans les céréales et les mélanges de noix et de graines;
dans les recettes de muffins;
dans les smooties (lait de soya ou tofu mou et petits fruits dans le mélangeur électrique);
en confiture (utiliser le jus de raisin concentré pour sucrer les confitures);
comme garniture pour les crêpes ou les gaufres;
dans un yogourt nature.
Quantité de petits fruits à consommer : ½ tasse par jour

Les agrumes
Les jus d'agrumes sont d'excellents choix, comparables aux fruits entiers en ce qui a trait à leurs propriétés anticancer.



L'orange, le pamplemousse, le citron et la mandarine peuvent aussi contribuer à prévenir les cancers, surtout ceux qui touchent le système digestif : bouche, larynx, pharynx, oesophage et estomac. Reconnus pour leur richesse en vitamine C, les agrumes contiennent plusieurs autres composés chimiques bénéfiques. Dans une orange, on en retrouve près de 200 différents — et c'est beaucoup plus savoureux qu'un comprimé de vitamine C1!

Les principes actifs des agrumes sont les polyphénols et les terpènes. La consommation d'agrumes, peu importe sous quelle forme, est une excellente façon d'ajouter des aliments anticancer à son alimentation.

Quantité d'agrumes à consommer : ½ tasse par jour

Les crucifères
Manger bio pour prévenir le cancer?
Il n'est pas possible de répondre avec précision à cette question puisque aucune étude n'a établi de lien entre manger biologique et le risque de cancer. Toutefois, d'après de récentes études, les aliments biologiques contiendraient un peu plus d'antioxydants que les aliments de cultures conventionnelles2 en plus d'être exempts de produits chimiques (pesticides, herbicides, etc.). C'est un choix qui demeure personnel.



Depuis plusieurs années, les crucifères sont reconnues comme des aliments pouvant prévenir les cancers, surtout ceux du côlon, du rectum, de la vessie, du sein, du poumon, de l'estomac et de la prostate. Cette famille de végétaux comprend le chou vert, le chou rouge, le brocoli, les choux de Bruxelles, le chou chinois, le chou frisé, le chou de Savoie, le chou vert frisé, le chou cavalier et le navet.

L'effet protecteur des crucifères vient, entre autres, de leur contenu élevé en glucosinolates et de la capacité de ces derniers à libérer deux classes de composés à très forte activité anticancéreuse : les indoles et les isothiocynates, est-il précisé dans le livre Les aliments contre le cancer de Richard Béliveau et Denis Gingras1. Afin de profiter au maximum des propriétés anticancer des crucifères, trois conditions doivent être respectées :

les consommer de préférence crus ou légèrement cuits;
ne pas les faire cuire dans l'eau;
bien les mastiquer.
Parmi toutes les crucifères, le brocoli remporte la palme parce qu'il est la meilleure source de sulforaphane, le plus puissant des isothiocynates. Le suforaphane aurait le pouvoir d'encourager l'organisme à se débarrasser des substances toxiques qui peuvent induire le cancer1. Il pourrait aussi carrément tuer les cellules cancéreuses, d'après Richard Béliveau et Denis Gingras, chercheurs à l'Hôpital Sainte-Justine, à Montréal.

Quelques idées pour consommer les crucifères :

préparer des crudités de navet, brocoli et chou-fleur et les accompagner d'une trempette faible en gras (3/4 yogourt nature ou tofu mou, ¼ de mayonnaise, et fines herbes);
ajouter des pousses de brocoli aux sandwichs et aux salades, car elles contiennent de 50 à 100 fois plus de sulforaphane que le brocoli lui-même pour un même poids;
à la poêle, faire revenir légèrement du chou haché. On peut ensuite le couvrir d'un peu de fromage râpé et faire gratiner le tout au four;
faire des jus de légumes contenant une partie de crucifères.
Les alliacées
Les alliacées comprennent l'ail, l'oignon, le poireau, l'échalote, et la ciboulette. Les légumes de la famille des alliacées pourraient prévenir le cancer de l'estomac et de la prostate. Leur pouvoir anticancer provient des composés sulfurés qu'ils contiennent (allicine, thiosulfinate, thiosulfonates, monosulfures, disulfures et trisulfures). Ces molécules sont responsables de leur arôme et de leur goût caractéristique.

Il est préférable de consommer l'ail frais plutôt que des suppléments d'ail, puisque la teneur en allicine de ces derniers n'est pas assurée. De plus, l'ail frais procure tellement de saveur aux mets!

La tomate
Les propriétés anticancer de la tomate proviennent du lycopène qu'elle renferme. Le lycopène fait partie de la grande famille des caroténoïdes, la classe d'antioxydants qui donnent aux fruits et aux légumes leurs couleurs caractéristiques : orange, jaune et rouge. Les sauces à base de tomate et pâte de tomate sont les sources les plus concentrées de lycopène, car la cuisson de la tomate augmente la biodisponibilité du lycopène, tandis que les matières grasses améliorent son absorption. Une sauce à la tomate faite avec de l'huile d'olive, par exemple, est une excellente façon d'augmenter son apport en lycopène — ce qui ne veut pas dire d'arrêter de consommer des tomates crues! Un apport élevé en lycopène serait particulièrement important pour prévenir le cancer de la prostate1.

Le soya
La consommation de soya procure une bonne part d'isoflavones. On les qualifie de « phytoestrogènes » parce qu'elles ressemblent étrangement aux oestrogènes, des hormones que l'organisme produit. Aussi surprenant que cela puisse paraître, les phytoestrogènes auraient des propriétés similaires aux oestrogènes ainsi que des propriétés anti-oestrogéniques. La propriété anti-oestrogène du soya donne beaucoup d'espoir pour la prévention des cancers dont l'apparition serait liée aux hormones, comme le cancer du sein, de l'endomètre et de la prostate1.

Même si le soya semble protéger de certains cancers, il n'aurait pas le même effet lorsque le cancer est déclaré. On pense même qu'il pourrait être nuisible. D'ailleurs, les femmes aux prises avec un cancer du sein, ou qui en ont déjà souffert, doivent éviter de consommer des aliments riches en phytoestrogènes comme le soya.

Pour profiter des bienfaits préventifs du soya, nous devons consommer des produits de soya qui contiennent le plus d'isoflavones.

Bonnes sources d'isoflavones et portions recommandées
Sources faibles d'isoflavones

Tofu* (100 g ou 3 ½ oz)
Huile de soya

Fèves de soya cuites (125 ml ou ½ tasse)
Miso

Fèves de soya rôties (30 g ou 4 c. à table)
Sauce soya et tamari

Boisson de soya** (250 ml ou 8 oz)
Crème-dessert de soya

Yogourt de soya (175 g ou ¾ tasse)
Hot dog au tofu

Tempeh (100 g ou 3 ½ oz)


Soya fermenté en poudre (30 g ou 3 c. à table)


Protéines de soya*** (10 g ou 1 c. à table)


Edamane (fèves soya vertes, fraîches ou congelées) (60 ml ou ¼ tasse)


Farine de soya (60 ml ou ¼ tasse)




*Le tofu ferme renferme plus de phytoestrogènes que le tofu mou.
**Choisir une boisson de soya qui contient des isoflavones et qui est fabriquée à partir de fèves de soya et non de protéines de soya.
***Le taux d'isoflavones varie selon les méthodes de transformation du soya.

Le curcuma et le poivre
Le curcuma — à ne pas confondre avec le cari dont il n'est qu'une composante — provient du broyage du rhizome séché de la plante Curcuma longa, qui fait partie de la famille du gingembre. Le curcuma est l'une des composantes de la médecine traditionnelle ayurvédique de l'Inde. Des chercheurs estiment qu'il pourrait jouer un rôle important dans l'écart impressionnant entre les taux de certains cancers en Inde par rapport aux pays occidentaux.

La curcumine, le principe actif du curcuma, possède diverses activités pharmacologiques, incluant des propriétés antithrombotiques, hypocholestérolémiantes, antioxydantes de même qu'un très fort pouvoir anticancer.

La biodisponibilité de la curcumine est faible, mais elle est grandement augmentée par la présence de poivre. On suggère de consommer chaque jour une cuillerée à thé de curcuma accompagnée de poivre en l'ajoutant aux jus de tomate, aux soupes, aux vinaigrettes ou aux plats de pâtes.

Le thé
Le thé vert est beaucoup plus qu'une simple boisson chaude : c'est un véritable remède. De nombreux chercheurs reconnaissent aujourd'hui ses propriétés anticancéreuses.

Tant le thé noir que le thé vert proviennent de la plante Camelia sinensis. C'est leur traitement après récolte qui donne un produit différent. Le thé noir a été fermenté, ce qui oxyde les molécules anticancer de la plante et détruit en bonne partie leurs molécules protectrices. C'est la raison pour laquelle les thés verts sont plus thérapeutiques que les thés noirs.

Le thé contient des catéchines, des composés chimiques de la famille des polyphénols qui sont antioxydants. Les catéchines auraient plus particulièrement la capacité de bloquer l'angiogénèse, c'est-à-dire la formation de nouveaux vaisseaux sanguins autour de la tumeur cancéreuse. Comme ces nouveaux vaisseaux apportent oxygène et nourriture pour la croissance de la tumeur, nuire à leur formation consiste à empêcher la tumeur de croître. Ainsi, la consommation de thé vert constitue un mode de protection contre le développement du cancer1.

Le contenu en catéchines du thé varie en fonction du lieu de culture, de la variété de la plante, la saison de la récolte ainsi que du procédé de transformation. En d'autres mots, tous les thés verts ne contiennent pas tous la même quantité de catéchines. On sait toutefois que, de façon générale, les thés verts japonais en contiennent plus que les thés chinois.

L'analyse du contenu en catéchines de plusieurs thés verts par l'équipe de recherche de Richard Béliveau et de Denis Gingras, auteurs de l'ouvrage Les aliments contre le cancer, a révélé que les thés verts suivants étaient les plus concentrés en catéchines, donc plus riches en molécules anticancer :

Sencha-Uchiyama (japonais)
Gyokuro (japonais) : le thé le plus cher au monde
Sencha (japonais)
Matcha (japonais)
Pilo Chun Emperor (chinois)
Il est toujours préférable de se procurer des thés en vrac afin de pouvoir vérifier la qualité du produit (présence ou pas de tiges ou de pailles).

Le thé contient quatre fois moins de caféine que le café1.



Quantité recommandée : 3 tasses par jour. Buvez le thé fraîchement infusé et distancé des repas parce que les tannins qu'il contient nuisent à l'absorption du fer.


Préparation du thé


1 c. à thé à 1 ½ c. à thé pour 1 tasse d'eau chaude à 70 °C ou 75 °C (non bouillante).
Pour l'arôme et le goût, et donc le plaisir, on laisse infuser de trois à six minutes. Mais pour obtenir le maximum de vertus thérapeutiques, on laisse infuser de huit à dix minutes.
Le type de théière n'influence pas la teneur en catéchines libérées pendant l'infusion.



Le cacao
Des recherches récentes démontrent que grâce aux flavonoïdes qu'il contient, le cacao est l'un des aliments qui possèdent les plus grandes propriétés antioxydantes, davantage que le thé et le vin.

Choisir du chocolat noir à 70 % de cacao. Non seulement est-il moins sucré que le chocolat au lait, mais il contient trois fois plus de flavonoïdes. Malgré ses propriétés anticancer, le chocolat ne devrait pas être consommé régulièrement, car il est très calorique : une tablette de 100 g contient 600 calories!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tortue



Nombre de messages : 442
Localisation : Près de Lyon
Date d'inscription : 25/02/2005

MessageSujet: Un article sur e-sante   Mar 9 Jan 2007 - 22:06

ICI Un article intéressant sur la prévention par l'alimentation, et aussi des références de livres sur le sujet.
En particulier du docteur Béliveau dont tu nous a déja parlé Denis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dame-tortue.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un article sur e-sante   Aujourd'hui à 15:55

Revenir en haut Aller en bas
 
Un article sur e-sante
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un article sur e-sante
» Végétarien ou végétalien? (article de destination santé)
» Commentaire de l'article 34 de la constitution
» Comment cuisez-vous vos aliments?
» article de la voix du nord de 1998

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Alimentation-
Sauter vers: