AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le DCA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le DCA   Mar 7 Fév 2012 - 11:28


La nouvelle date de 2007 a été réactualisée il y a quelques semaines. Une équipe de chercheurs albertains dirigée par Evangelos D.Michelakis et Sébastien Bonnet du Centre de recherches du centre hospitalier universitaire de Québec publiait un article sur le dichloroacétate (DCA), un nouveau traitement capable de lutter contre le cancer.


Le miracle du dichloroacétate (DCA) réside dans sa capacité à réactiver les mitochondries, compartiment donnant l’énergie à la cellule, inactives dans la majorité des cellules cancéreuses. Ces usines à énergie possèdent aussi la capacité de faire «mourir» leur propre cellule, phénomène appelé apoptose. Cela se produit uniquement lorsque la cellule devient endommagée (comme une cellule cancéreuse) ou lorsqu’elle ne peut plus remplir ses fonctions primaires; elle décide alors de s’autodétruire. L’apoptose est un mécanisme rigoureusement régulé dans toutes nos cellules et le cancer est particulièrement vicieux par son habilité à la contourner avec l’inactivation des mitochondries. En les réactivant, le DCA active le signal de détresse dans la cellule tumorale, celles-ci s’autodétruisent alors de manière inoffensive pour le reste de l’organisme.

Le DCA est un médicament qui est utilisé depuis très longtemps pour traiter l’hypertension pulmonaire. Ce qui en fait un médicament non breveté. Il ne rapporte donc pas énormément aux entreprises pharmaceutiques puisque personne ne peut posséder le monopole de sa production. Cela pose des problèmes au niveau financier. Le Dr Michelakis craint la difficulté à trouver un financement auprès d’investisseurs privés pour soumettre le DCA à des essais cliniques.



Une étude clinique prometteuse

Malgré cela, le chercheur a tout de même réussi, en collaboration avec les services de santé albertains, à procéder à l’unique étude clinique de phase II sur l’utilisation du DCA contre le cancer. Cette dernière, menée sur cinq personnes souffrant d’un glioblastome (tumeur du cerveau), a été concluante : l’état de quatre patients sur cinq s’est stabilisé sur une durée de quinze mois de traitement. Certains effets secondaires, telles des dysfonctions neuronales, ont été remarqués à forte dose de DCA seulement. De plus, le Dr Bonnet commente que le «DCA n’a aucun effet sur les cellules saines alors qu’actuellement les médicaments ne sont pas capables de les différencier des cellules cancéreuses»


Le Dr Michelakis rajoute «qu’avec le petit nombre de patients dans notre étude, aucune conclusion ferme sur le DCA […] ne peut être faite. Notre travail nécessite plusieurs études qui mettront l’accent sur la combinaison entre le DCA et d’autres traitements.» Actuellement, plusieurs études cliniques de phase I et II sont en période de recrutement au Canada et aux États-Unis. Selon le site ClinicalTrials.gov, des résultats devraient être disponibles d’ici 2012-2013.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le DCA   Mer 12 Mai 2010 - 23:40

Des chercheurs de l'Université de l'Alberta ont obtenu des résultats prometteurs dans le traitement de tumeurs cérébrales à l'aide du dichloroacétate (DCA), un médicament générique peu coûteux utilisé dans le traitement de troubles métaboliques.

Des tests ont été menés avec cinq patients pendant 18 mois. Pour trois d'entre eux, la tumeur a rétréci et dans un autre cas, elle a cessé de croître.

Le cochercheur principal, le docteur Evangelos Michelakis, explique que le DCA modifie la manière dont les cellules cancéreuses métabolisent les nutriments ce qui peut entraîner leur destruction. Il prévient toutefois que plusieurs autres études seront nécessaires pour déterminer si le médicament est efficace et sécuritaire pour traiter des tumeurs cérébrales.

En 2007, l'équipe de l'Université de l'Alberta a dévoilé de premiers résultats encourageants sur le traitement du cancer avec le DCA. Des essais ont été effectués sur des cellules cancéreuses humaines implantées chez les rats. Le médicament a réduit la taille des tumeurs dans des cas de cancer du cerveau, du poumon et du sein.

Le Dr Michelakis met en garde les malades qui seraient tentés de se traiter eux-mêmes avec du DCA acheté en ligne; cela pourrait être dangereux, fait-il valoir.

L'étude des chercheurs de l'Université de l'Alberta est publiée dans le journal Science Translational Medicine.
Radio-Canada.ca avec Presse canadienne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le DCA   Mar 8 Déc 2009 - 1:35

(Dec. 7, 2009) - Les chimistes du MIT ont mis au point un nouveau sel de platine qui est aussi puissant que le cisplatine, un médicament anticancéreux couramment utilisés, mais mieux à même de détruire les cellules tumorales.

La nouvelle molécule, mitaplatin, combine cisplatine avec un autre composé, le dichloroacétate (DCA), qui peut altérer les propriétés des mitochondries de façon sélective dans les cellules cancéreuses. Les cellules cancéreuses changent les propriétés de leurs mitochondries par rapport aux cellules normales pour pouvoir métaboliser le glucose , et DCA cible spécifiquement les mitochondries modifiées, en laissant les cellules normales intactes.

(...)

Prochaines étapes: le laboratoire Lippard a montré que chez les rongeurs, mitaplatin peut être toléré à des doses beaucoup plus élevées que le cisplatine, et ils ont entamé des études chez des souris transplantées avec des tissus humains. Si ces résultats sont prometteurs, les chercheurs envisagent d'autres études pour la démonstration supplémentaire de la capacité mitaplatin dans le traitement du cancer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le DCA   Mer 23 Juil 2008 - 19:32

Dichloroacetate (DCA), a drug that has been used for many years in patients with metabolic disorders, has recently been gaining attention for its cancer-fighting capabilities. Studies in the lab have already shown its potential against lung, breast and glioblastoma cancer cells. Now a new study in the journal Gynecologic Oncology finds that DCA might also be a promising therapy for endometrial cancer.

Le DCA, un médicament utilisé depuis des années pour les patients atteints de désordres métaboliques, a attiré l'attention récemment pour ses capacités de combattre le cancer. Les études en laboratoire ont déja montrer son potentiel contre le cancer du celui du et du Maintenant une nouvelle étude dans le journal Gynecologic oncology a trouvé que le DCA pourrait être prometteur pour le cancer endometrial.

Endometrial cancer, which affects the lining of the uterus, is often treated with chemotherapy. But chemo can cause severe side effects because it kills healthy cells along with cancerous ones.

Le cancer endometrial qui affecte la limite de l'utérus est souvent traité avec la chimio thérapie. Mais cette chimio peut avoir de grands effets secondaires parce qu'elle tue également des cellules saines.

To learn what effect DCA might have on endometrial cancer, researchers at Harvard Medical School in Boston grew several different endometrial cancer cell lines in a culture along with different doses of DCA. The higher the dose, the greater the effect DCA had on the cancer cells. Doses of between 5 mM and 10 mM appeared to be very effective against endometrial cancer.

Des doses de 5 et 10 ml semblent être très efficace contre le cancer endometrial.

DCA inhibits endometrial and other types of cancer cells in a unique way - by capitalizing on their unusual method of energy production. Unlike normal cells, which produce their energy in specialized units of the cell called mitochondria, cancer cells make energy through an inefficient cell-wide process called aerobic glycolysis. DCA forces the energy production into the mitochondria of the cancer cell, bringing the process back to normal. In doing so, DCA activates the cell's process of programmed death, called apoptosis.

Le DCA inhibe le cancer endometrial et d'autres types de cancers avec un unique moyen : en capitalisant sur leur façon particulire de produire de l'énergie. Contrairement aux cellules saines, qui produisent de l'énergie dans leurs mithochondries, les cellules cancéreuses font leur énergie à travers un processus appelé glycolysyis aérobic.

The researchers confirmed that DCA reduced the viability of endometrial cancer cells by triggering apoptosis, and by reducing the amount of a protein that would normally protect cancer cells from death. While it sped the destruction of cancer cells, DCA had no effect on healthy cells, which could mean fewer or no toxic side effects if DCA is ultimately used in human treatment.

Les chercheurs confirment que le DCA réduit la viabilité des cellules endométriales cancéreuses et les incitent au suicide en réduisant la quantité; d'une protéine qui normalement protégèrerait les cellules cancéreuses de la mort. Pendant qu'il répand la mort dans les cellules canécreuses, le DCA n'a pas d'effet toxique sur les cellules saines.

The downside is that the most highly invasive endometrial cancer cells didn't respond to DCA in the study, a finding that underscores the tenacity of the disease. "Cancer cells are the ultimate survivors. They often have altered traits in order to out-survive and out- proliferate normal cells," explains Jason Wong, senior research laboratory manager at the Immaculata De Vivo Molecular Epidemiology Laboratory at Brigham and Women's Hospital.

DCA does seem very promising for low to moderately invasive endometrial cancer cells, though. "Based on experiments performed thus far on the benchtop and in mouse models, we believe DCA is a very promising cancer therapeutic agent," Wong says. "However, it is important to curb our enthusiasm until clinical trials in humans are complete. Most therapeutic agents that have shown promise in animal models have often failed to show adequate safety and efficacy in humans."

Le DCa semble très prometteur pour les cancers de l'endomètre avec des cellules bassement ou modérément invasives.Basé sur des expériences animales, le DCA est un agent thérapeuthique très prometteur. Cependant, il faut attendre que les essais sur des humains soient complétés.

Currently, a Phase I clinical trial is underway at the University of Alberta in Canada to investigate a safe dose for humans. Future research will also look at the potential benefit of DCA on other types of cancers, including ovarian cancer, and try to determine why some cancer cells seem to be more resistant to the drug than others, Wong says.

Une phase 1 d'essais cliniques sur des humains se tient à l'université d'Alberta pour investiguer la dose sécuritaire pour les humiains. Des recherches futures vont regarder pour un éventuel bénifice du DCA pour d'autres cancers dont celui de l"

Source:

Wong JYY, Huggins GS, Debidda M, Munshi NC, De Vivo I. Dichloroacetate induces apoptosis in endometrial cancer cells. Gynecologic Oncology. 2008. doi:10.1016/j.ygyno.2008.01.038.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
missp



Nombre de messages : 93
Age : 43
Localisation : dijon
Date d'inscription : 04/05/2007

MessageSujet: Re: Le DCA   Sam 19 Mai 2007 - 18:52

Merci Denis pour ces infos ! bec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le DCA   Sam 19 Mai 2007 - 11:45

Autre discussion sur le DCA avec des explications scientifiques :

http://chezmatthieu.blogspot.com/2007/05/un-traitement-pour-le-cancer.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le DCA   Ven 4 Mai 2007 - 15:25

DCA, l'arme anti-cancer ?



Par Jean Zin, mercredi 2 mai 2007 à 18:00

Il est toujours délicat de parler d'un supposé traitement miracle contre le cancer, il y a déjà eu tant d'espoirs déçus, mais il y a de bonnes raisons d'attirer l'attention sur une découverte très récente et qui provoque déjà un certain engouement outre-atlantique : un produit simple et peu coûteux le DCA (DiChloroAcetate) pourrait entraîner la mort des cellules cancéreuses sans nuire aux cellules saines !
Cela parait trop beau pour être vrai et demande confirmation mais, s'il faut en parler quand même, c'est que les laboratoires pharmaceutiques ne s'intéressent guère à une molécule chimique qu'ils ne peuvent breveter et qui est trop bon marché ! Il faut donc les faire changer d'avis ou bien que les pouvoirs publics prennent en charge rapidement les essais cliniques afin de confirmer ou non le potentiel thérapeutique du DCA, ce qui ouvrirait la voie à de nouvelles approches des cancers. En effet, sur le plan scientifique l'intérêt de cette découverte est de renforcer l'hypothèse métabolique du cancer plutôt que celle des mutations de l'ADN, l'une n'étant pas exclusive de l'autre d'ailleurs.


La nouvelle a certes de quoi susciter de grands espoirs mais il ne faut pas s'emballer trop vite et se livrer à une automédication qui n'est pas sans dangers. On n'en est encore qu'à la théorie et aux expériences de laboratoire. Il serait bien téméraire de se baser sur une publication unique alors qu'il n'y a encore eu aucun essais clinique chez l'homme, mais voyons les faits avant d'aborder les perspectives.
La revue Cancer Cell du mois de janvier a publié un article d'Evangelos Michelakis et ses collègues de l’Université d’Alberta à Edmonton (Canada), qui ont constaté in vitro que le dichloroacetate (DCA) avait pour effet de tuer les cellules cancéreuses humaines, cultivées à partir de tumeurs au sein, au cerveau ou au poumon, tout en épargnant les tissus non cancéreux ! L'expérience a été confirmée in vivo chez des rats dépourvus de système immunitaire à qui on avait injecté des cellules cancéreuses et dont la croissance des tumeurs a régressé en quelques semaines, en ajoutant simplement du DCA à l’eau qu’ils buvaient. Voilà tout, ce n'est pas rien et suffisant pour appeler à des essais cliniques mais on est encore loin d'une promesse de guérison ! Ce qui est encourageant, c'est surtout l'explication qui peut être donnée de l'effet du DCA sur les cellules cancéreuses dont il provoquerait l'apoptose (suicide cellulaire) en réveillant leurs mitochondries, phénomène qui renouvellerait notre compréhension des mécanismes du cancer et de sa dissémination.
D'abord, qu'est-ce que le DCA, c'est un dérivé de l'acide dichloroacétique (ou acide dichloroéthanoïque) dont la formule est "CHCl2COOH" (attention l'acide est dangereux, ne pas confondre avec l'acétate). Le dichloroacétate (ou DCA) est une molécule déjà employée dans le cadre de certaines pathologies métaboliques très rares se caractérisant par un excès d'acide lactique. On sait aussi qu'elle prévient ou neutralise l'accumulation d'acide lactique lors des chocs cliniques, lors d'hémorragies ou d'hypoxie (manque d'oxygène). Il arrive que l'acide lactique soit produit en excès, ce qui peut être dangereux et même potentiellement mortel, lorsque les cellules tirent leur énergie exclusivement de la digestion des sucres (glycolyse) plutôt que de la respiration de l'oxygène par les mitochondries.
Quel rapport avec le cancer ? Eh bien, on avait déjà constaté que les cellules cancéreuses se distinguaient des cellules saines par leur métabolisme, ce qu'on appelle l'effet Warburg qui inhibe la fixation du CO2 et donc la respiration de l'oxygène, étouffant ainsi les mitochondries. On avait cru que c'était une conséquence du cancer (du manque d'oxygénation des tumeurs) alors que ce pourrait en être la cause. En effet, ce qui caractérise les cancers ce sont les capacités de reproduction de cellules défectueuses qui sont normalement éliminées par ce qu'on appelle l'apoptose ou suicide cellulaire déclenché par les mitochondries. Ce serait justement la désactivation des mitochondries qui empêcherait ce mécanisme et provoquerait la multiplication anarchique des cellules cancéreuses dépourvues désormais de tout contrôle et de leur "exécuteur". La symbiose entre cellules eucaryotes et mitochondrie est donc bien une dépendance, la présence d'un agent étranger dans la cellule est ce qui l'asservit à l'organisme et si la cellule peut croire devenir immortelle en s'en débarrassant, c'est le corps tout entier qui peut en mourir. Ce n'est pas tout car, en grandes quantités, l'acide lactique due à la glycolyse peut dissoudre le collagène, qui maintient les cellules ensemble, provoquant leur dissémination dans tout le corps, des métastases, sinon un cancer généralisé.
Le cancer ne viendrait donc pas tant des mutations de l'ADN (non qu'il n'y en aurait pas, il y en a tout le temps) mais d'un dérèglement du mécanisme chargé d'éliminer ces mutations pathogènes. La cause du cancer serait ainsi métabolique ou systémique, impliquant l'état de santé général du corps et le stress qu'il subit plutôt qu'un défaut aléatoire et localisé de l'ADN. Le phénomène déclenchant serait le manque d'oxygène et le basculement des cellules en mode anaérobie où elles tirent leur énergie de la digestion des sucres plutôt que de la respiration mitochondrienne, ce qui favoriserait leur croissance. On pensait que les mitochondries des cellules cancéreuses étaient déficientes, voire qu'elles avaient été éliminées. Si l'expérience se confirme, cela voudrait dire que les mitochondries sont simplement désactivées puisque qu'il suffirait d'un peu de DCA pour les réactiver, cette réactivation des mitochondries menant immédiatement au déclenchement du suicide cellulaire dans une cellule cancéreuse (en rétablissant le mécanisme de l'apoptose, de la "mort naturelle" de nos cellules qui nous permet de vivre) sans affecter les cellules saines dont les mitochondries respirent normalement, en bonne entente avec leur hôte dans un symbiose parfaite et n'utilisant qu'assez peu la digestion des sucres. L'action du DCA reste un peu mystérieuse car il semble surtout réduire l'acide lactique (en stimulant l'activité de la pyruvate déshydrogénase, c'est-à-dire de l'enzyme qui favorise le recyclage de l'acide pyruvique et l'empêche de se transformer en acide lactique). En quoi est-ce si déterminant ? En tout cas il semblerait que l'effet se fait sentir en 5 mn et pour 48 heures !

Ce qui est très excitant dans cette piste de recherche, c'est que, si ça marche, cela devrait s'appliquer à de nombreux cancers car la plupart des cancers suppriment nécessairement l'apoptose et donc la respiration mitochondriale. C'est d'ailleurs ce qui permet de détecter les cellules cancéreuses en les distinguant des cellules saines grâce à des instruments comme le PET (tomographie à émission de positrons). Des expériences passées laissent penser malgré tout que cela ne s'appliquera pas à tous les cancers (probablement pas aux sarcomes ni aux cancers du poumon à petites cellules, entre autres).
En plus de tout cela, la bonne nouvelle c'est que c'est un produit simple et pas cher, seulement, en contrepartie, la mauvaise c'est qu'un tel produit n'intéresse personne malgré ses potentialités (c'est un peu comme l'extrait de pépin de pamplemousse trop délaissé!). On voit bien que l'économie de marché rencontre sa limite dès qu'on touche au bien commun, il faudrait donc que les ONG et la recherche publique prennent le relais car, il faut le répéter, ce ne sont que des pistes de recherche et rien ne prouve que cela marche vraiment, simplement l'enjeu vital impliquerait de procéder rapidement à des essais cliniques poussés.
Les perspectives sont réelles mais les chances de succès ne sont pas si grandes que certains le prétendent car le DCA a déjà été testé dans les années 1980 pour réduire l'acide lactique sans résultats probants en dehors de cette indication. Du moins on a pu constater que sa toxicité est assez faible. Elle n'est pourtant pas inexistante, le plus grave étant une neurotoxicité, peut-être due au manque de Thiamine (vitamine B1). On peut penser qu'on réduit simplement la digestion des sucres, ce qui n'est sûrement pas toujours bénéfique. Parmi les autres effets secondaires on parle de douleurs, engourdissements, problèmes digestifs ainsi qu'une action sédative et anxiolitique. De quoi donner des raisons aux laboratoires pharmaceutiques de trouver des molécules plus chères minimisant ces effets indésirables... On ne peut dire, en tout cas, que le DCA serait absolument non toxique, certains le rapprochent même du trichloréthylène, ce qui est sûrement un peu exagéré.
Il n'est pas certain que ce coup là soit le bon, l'explication théorique est malgré tout assez convaincante et mérite réflexion. C'est de toutes façons l'expérience qui tranchera, encore faut-il la faire au plus vite sinon, le produit étant facilement disponible, on assistera à une expérience à grande échelle d'automédication complètement incontrôlée avec de possibles mauvaises surprises. Si les promesses n'étaient pas tenues, il n'y aurait pas tellement de raisons de désespérer pour autant car, ce qui frappe en ce moment, c'est la multiplication des annonces de différentes stratégies pour lutter contre le cancer, toutes plus prometteuses les unes que les autres. C'est pour cela que la découverte du rôle du DCA n'a pas tellement attiré l'attention dans un premier temps car ce n'était pas un cas isolé. On a découvert par exemple qu'une des meilleures façons de supprimer les cellules cancéreuses, c'était de tomber malade tout simplement, les virus infectant en priorité les cellules cancéreuses dépourvues de défenses immunitaires et nettoyant ainsi le corps... La réactivation du gène P53 ("suppresseur de tumeurs) a été proposée aussi, ou bien, tout dernièrement, des protéines spécifiques des cellules cancéreuses comme cible, et le rôle de la vitamine D réévalué dans la lutte contre le cancer, sans compter les bienfaits de l'oxygénation (en faisant de l'exercice), des antioxydants, du froid ou du sauna pour booster les mitochondries, voire du monoxyde d'azote (NO). Il semble donc qu'on peut espérer améliorer radicalement notre arsenal thérapeutique anti-cancer d'ici peu, DCA ou autre. Bientôt la fin de la guerre contre le cancer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Retiré



Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 04/01/2006

MessageSujet: Re: Le DCA   Jeu 22 Mar 2007 - 17:20

Il y a une discussion sur dichloroacétate à l'adresse suivante:
http://forums.futura-sciences.com/thread122650.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le DCA   Jeu 22 Mar 2007 - 11:05

La Société canadienne du cancer met les patients en garde contre le DCA Canadian Press

TORONTO (PC) - La Société canadienne du cancer a exhorté mercredi les personnes atteintes du cancer à ne pas avoir recours au dichloroacétate, ou DCA, qui a donné des signes encourageants dans des études chez les rats mais n'a jamais été testé sur des humains.

La société a émis un communiqué sur l'usage non autorisé de cette substance chimique, qui serait utilisée par certains patients cancéreux désespérés qui s'échangent des conseils par le biais d'Internet sur la façon de se procurer et de prendre le DCA.

Selon la directrice des politiques de lutte contre le cancer de la société, Heather Logan, prendre cette substance non testée pourrait causer d'importants effets secondaires ou déclencher des incompatibilités avec d'autres médicaments.

Selon Mme Logan, le DCA pourrait causer une neuropathie périphérique et endommager les nerfs des bras et des jambes. Les gens qui prennent du DCA courent le risque de devenir incapables de marcher ou de parler, a-t-elle précisé.

© La Presse Canadienne 2007
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le DCA   Mer 24 Jan 2007 - 13:00

:Cet article sur le même sujet n'ajoute pas grand chose à ce qu'on sait déja sauf pour la conclusion que l'auteur tire

Citation :
Canadian researcher Evangelos Michelakis, associate professor of medicine at the University of Alberta in Edmonton, has stumbled upon something quite remarkable -- a potentially new anti-cancer agent called dichloroacetate, or DCA.

DCA is nothing new -- it's long been used for treatment of rare metabolic disorders -- but using it to fight cancer puts an entirely new spin on the potential of this drug.

"This is one of the most exciting results I've ever had," Michelakis said. "But I can't be overenthusiastic until it works on a human."

Michelakis and his colleagues have successfully used DCA to shrink human lung, breast, and brain tumors in both lab rats and test tubes. And while this type of research may not ordinarily generate a lot of excitement, this specific study is creating a buzz because DCA has been safely used in humans for decades, without adverse side effects.

"One of the big concerns about drugs is that they can harm people but we already know this drug is safe," Michelakis says. "It doesn't even affect normal cells."

One of the fundamental premises of cancer biology is that mitochondria -- the energy producing units of cells -- are permanently damaged by cancer. What DCA does is revive the mitochondrial function, encouraging the death of cancer cells.

The overwhelming hope is that DCA will move right to human testing. But the overwhelming fear is that it will not -- because of economic reasons. There is no longer a patent on DCA so it is not owned by any one company. With little chance of one group making a large profit, there may be no incentive for pharmaceutical companies to invest in research.

Sadly, this drug -- that appears to work remarkably well -- may never benefit cancer patients. All because no one stands to make billions of dollars from it.

Tristement ce médicament qui a l'air de marcher remarquablement bien pourrait ne jamais bénéficier aux patients atteints de cancer parce que personne ne va pouvoir faire des milliards de profit avec.

J'espère que les humains ne sont pas si cons que ça mais c'est vrai qu'il me vient un doute là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le DCA   Mer 17 Jan 2007 - 16:49

Petite pilule, gros espoir


Le docteur Evangelos Michelakis a montré que le DCA cause la régression de plusieurs cancers incluant le cancer du celui du et celui du


Le docteur Michelakis et son collègue le docteur Sébastian Bonnet ont publié les résultats de leur dans le journal "Cancer Cell".



Les scientifiques et les docteurs ont traités des enfants avec le DCA pendant des décennies pour des maladies dues aux mitochondries. La mitochondries est le lieu de la cellule où est produit l'énergie et a été relié au cancer depuis les années 1930.



Jusqu'à récemment, les chercheurs croyaient que les mitochondries étaient endommagées d'une façon permanent et que ce dommage était le résultat et non la cause du cancer. Mais Michelakis a questionné cet aspect de la question avec une enzyme pour faire revivre les mitochondries affectées par le cancer.




Les résultats l'ont étonné

Michelakis et ses collègues ont montré que le DCA a normalisé la fonction de nombreux cancers montrant que la fonction des mitochondries n'était pas endommagée d'une façon permanente.



D'une façon encore plus importante, ils ont montré que la normalisation de la fonction résultait dans une décroissance significatice de la croissance des tumeurs dans les tests et chez les animaux. Aussi ils ont noté que le DCA n'avait pas d'effet sur les tissus normaux.



"Je pense que le DCA peut être sélectif quant au cancer parce qu'il attaque un processus dans le développement qui est unique aux cellules cancéreuses" dit Michelakis " les cellules cancéreuses suppriment les mitochondries qui altèrent leur métabolisme et ce processus donnet aux cellules cancéreuses un avantage pour se développer aussi bien qu'une protection de plusieurs chimios standards. Parce que les mitochondries régulent la mort des cellules, ou l'apoptose, les cellules cancéreuses peuvent alors résister à l'apoptose et c'est ce processus que le DCA renverse.


"une des choses excitantes à propos de cette molécule c'est qu'elle pourrait traiter beaucoup de formes de cancers, parce que toutes les formes de cancer supprime la fonction des mitochondries; En fait c'est pourquoi la plupart des cancers peuvent être détecter au PET (tomographie à émissions de positrons) lequel détecte les métaboliques des cellules cancéreuses comparées aux cellules normales." ajoute Michelakis.


Une autre chose encourageante à propos du DCA c'est qu'étant si petit il peut être aisément absorbé oralement et atteindre toutes les parties du corps même le cerveau.



Les chercheurs savent que le DCA n'est pas dangeureux puisqu'il a déja été administré à des personnes malades et à des personnes non-malades.
Il peut donc être tester sans délais sur des personnes avec le cancer.

De plus, le DCA n'est même pas sous patente et n'appartient pas à aucune compagnie pharmaceutique et pour cette raison il n'est pas dispendieux à administrer.

Toutefois comme le DCA n'est protégé par une patente Michelakis est soucieux de pouvoir trouver les fonds nécessaires pour tester le DCA dans des essais cliniques. Il est reconnaissant à la CIHR (institut canadien pour la recherche dans la santé) et espère que le support va continuer pour les essais cliniques sur des patients cancéreux.

"Cette recherche préliminaire est encourageante et offre de l'espoir à des milliers de Canadiens et à tous ceux à travers le monde qui sont affligés par le cancer, parce qu'il accélère notre compréhension et agit vraiment sur les traitements contre le cancer."dit le docteur Brandton.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le DCA   Mer 17 Jan 2007 - 2:34

Des scientifiques canadiens ont fait une découverte qui pourrait révolutionner le traitement du cancer.

Une équipe de l'Université de l'Alberta a démontré qu'une petite molécule peu toxique et peu coûteuse entraînait la mort des cellules cancéreuses.

Contrairemement aux cellules saines, les cellules cancéreuses se reproduisent sans fin et c'est ce qui les rend dangereuses. Le docteur Evangelos Michelakis pense avoir découvert une façon de reprogrammer leur mort avec le dichloroacétate ou DCA.

Lors des essais effectués sur des cellules cancéreuses humaines implantées chez les rats, le DCA a réduit la taille des tumeurs dans des cas de cancer du cerveau, du poumon et du sein.

Comme le DCA est déjà utilisé pour le traitement d'autres maladies, les chercheurs comptent procéder aux essais cliniques chez des patients dès qu'ils auront trouvé le financement nécessaire.

Les travaux sont publiés dans la revue Cancer Cell.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Le DCA   Mer 17 Jan 2007 - 1:15

Je n'en sais pas beaucoup mais apparemment c'est une sorte de gélule qui ne coûte pas cher du tout et qui guérirait le cancer. Ça aurait l'air d'une arnaque si ce n'était pas présenté aux nouvelles de Radio-Canada.

Il parait qu'ils ont essayé sur des rats et que ça marche. Ils montraient des images sur un ordinateur et quelqu'un expliquait que sur la première image on voyait des points rouges qui correspondaient aux mitochondries cancéreuses et sur l'autre image, il y avait beaucoup moins de rouge et le gars disait que c'était presque guéri...

Il reste à faire des examens sur de vraies personnes mais ça devrait se faire cette année parce que c'est un médicament qui existe déja pour le coeur si j'ai bien compris.

Bon de quelle maladie on s'occupe maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le DCA   Aujourd'hui à 6:28

Revenir en haut Aller en bas
 
Le DCA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: