AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le cancer précoce de la prostate : on en guérit à 90 %.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16462
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le cancer précoce de la prostate : on en guérit à 90 %.   Dim 19 Mar 2017 - 17:33

An international study published in the Journal of the National Cancer Institute has identified a genetic connection to the aggressive form of prostate cancer. The study showed a threefold increase in the risk of aggressive prostate cancer for men with the genetic mutation. The frequency of the gene variants varied from 6 to 14% of the population of men with prostate cancer.

Much like the association between BRCA gene mutation and the risk for breast cancer in women changed the approach to treatment/ prevention, the identification of the Kallikrein 6 gene region may change the course of prostate cancer care through a blood test developed by the Lunenfeld-Tanenbaum Research Institute.

The study was led by Dr. Alexandre Zlotta, Director of Uro-Oncology at Mount Sinai Hospital, and researcher with the Lunenfeld-Tanenbaum Research Institute, part of Sinai Health System in Toronto, Canada, and Dr. Paul Boutros, Principal Investigator, Informatics and Bio-computing, Ontario Institute for Cancer Research (OICR). The first author of the paper was Dr. Laurent Briollais, Senior Investigator, Lunenfeld-Tanenbaum Research Institute.

These findings are important because it is well established that most men will die with prostate cancer, and not from the disease. Dr. Zlotta was the lead author of a study in 2013 which revealed the unexpected high prevalence of indolent prostate cancer in men. Diagnosing the aggressive form of the disease is an important unmet need.

"As an oncologist I know firsthand how valuable it would be to have a genetic tool that could help choose the best course of action with my patients," explains Zlotta. "It would help spare patients with indolent disease from unnecessary treatments and their side effects and aid in the diagnosis and directing patients with aggressive disease to the appropriate treatment." Up until now, no single test could predict the severity of the cancer type- the current PSA test (Kallikrein 3), which is located near Kallikrein 6, only identifies the risk of prostate cancer, not the severity.

To identify the relevant mutations the scientists analyzed the blood samples of 1,858 men from three independent cohorts in Europe and North America: the Swiss arm of the European Randomized Study for Prostate Cancer Screening, the large American Screening trial, Prostate, Lung, Colorectal, and Ovarian (PLCO), Princess Margaret Cancer Centre (University Health Network) and Mount Sinai Hospital (Sinai Health System) in Toronto. The KLK6 variants also independently predicted treatment failure after surgery or radiation for prostate cancer in an independent cohort of 130 men from the International Cancer Genome Consortium (ICGC).

---

Une étude internationale publiée dans le Journal de l'Institut national du cancer a identifié une connexion génétique à la forme agressive du cancer de la prostate. L'étude a montré une augmentation de trois fois dans le risque de cancer de la prostate agressif pour les hommes avec la mutation génétique. La fréquence des variants de gènes variait de 6 à 14% de la population des hommes atteints de cancer de la prostate.

Tout comme l'association entre la mutation du gène BRCA et le risque de cancer du sein chez les femmes a changé l'approche de traitement / prévention, l'identification de la région du gène Kallikrein 6 peut changer le cours des soins du cancer de la prostate par un test sanguin développé par le Lunenfeld-Tanenbaum Institut de recherche.

L'étude a été dirigée par le Dr Alexandre Zlotta, directeur de l'Uro-Oncologie à l'Hôpital Mount Sinai et chercheur à l'Institut de recherche Lunenfeld-Tanenbaum, partie du système de santé du Sinaï à Toronto, Canada, et Paul Boutros, Et Bio-informatique, Institut ontarien de recherche sur le cancer (OICR). Le premier auteur du document était le Dr Laurent Briollais, chercheur principal, Institut de recherche Lunenfeld-Tanenbaum.

Ces résultats sont importants car il est bien établi que la plupart des hommes mourront avec le cancer de la prostate, et non de la maladie. Dr. Zlotta a été l'auteur principal d'une étude en 2013 qui a révélé la prévalence élevée inattendue du cancer de la prostate indolent chez les hommes. Le diagnostic de la forme agressive de la maladie est un besoin important non satisfait.

«Comme oncologue, je sais de première main combien il serait utile d'avoir un outil génétique qui pourrait aider à choisir le meilleur plan d'action avec mes patients», explique Zlotta. «Il aiderait à épargner les patients atteints de la maladie indolente de traitements inutiles et leurs effets secondaires et l'aide dans le diagnostic et de diriger les patients atteints d'une maladie agressive pour le traitement approprié. Jusqu'à présent, aucun test unique ne pouvait prédire la sévérité du type de cancer - le test PSA actuel (Kallikrein 3), qui est situé près de Kallikrein 6, identifie seulement le risque de cancer de la prostate et non la sévérité.

Pour identifier les mutations pertinentes, les scientifiques ont analysé les échantillons sanguins de 1 858 hommes de trois cohortes indépendantes en Europe et en Amérique du Nord: le bras suisse de l'étude européenne randomisée pour le dépistage du cancer de la prostate, le grand American Screening trial, Prostate, Lung, Colorectal et Ovarian (PLCO), Princess Margaret Cancer Centre (réseau universitaire de santé) et l'hôpital Mount Sinai (Sinai Health System) à Toronto. Les variantes KLK6 prédisaient également de manière indépendante une insuffisance thérapeutique après chirurgie ou radiothérapie pour le cancer de la prostate dans une cohorte indépendante de 130 hommes du International Cancer Genome Consortium (ICGC).




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16462
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Le cancer précoce de la prostate : on en guérit à 90 %.   Jeu 1 Fév 2007 - 13:18

Plus de 90% des hommes qui recoivent des doses de radiation appropriés avec une l'irradiation permanente des des grains radiactifs pour traiter leur cancer de la prostate sont guéris 8 ans après le diagnostic.


Ces grains radioactifs sont devenus largement acceptés comme option de traitement pour les stages précoces de cancer de la prostate car ils sont très efficaces et épargnent les patients de lours effets secondaires de d'autres méthodes.

Ce traitement s'appelle la brachiothérapie.


Dernière édition par Denis le Mar 21 Mar 2017 - 14:59, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le cancer précoce de la prostate : on en guérit à 90 %.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'adénome de la prostate de Napoléon Premier
» Réveil précoce
» Le piment, bienfaiteur de la prostate?
» Prostate et alimentation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: