AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 radiothérapie stéréotactique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: radiothérapie stéréotactique   Mer 20 Avr 2016 - 18:02

A five-year study shows that Stereotactic Body Radiation Therapy (SBRT) to treat prostate cancer offers a higher cure rate than more traditional approaches, according to researchers at UT Southwestern Medical Center Harold C. Simmons Comprehensive Cancer Center.

The study -- the first trial to publish five-year results from SBRT treatment for prostate cancer -- found a 98.6 percent cure rate with SBRT, a noninvasive form of radiation treatment that involves high-dose radiation beams entering the body through various angles and intersecting at the desired target. It is a state-of-the-art technology that allows for a concentrated dose to reach the tumor while limiting the radiation dose to surrounding healthy tissue.

"The high cure rate is striking when compared to the reported five-year cure rates from other approaches like surgery or conventional radiation, which range between 80 to 90 percent, while the side effects of this treatment are comparable to other types of treatment," said Dr. Raquibul Hannan, Assistant Professor of Radiation Oncology and lead author for the study. "What we now have is a more potent and effective form of completely noninvasive treatment for prostate cancer, conveniently completed in five treatments."

Conventional treatment options for early stage prostate cancer include:

    Prostatectomy, the surgical removal of the prostate gland, which can be done with minimally invasive techniques and robotic assistance;
    Brachytherapy, in which doctors implant numerous small radioactive seeds about the size of a grain of rice into the prostate gland using multiple large needles inserted through the skin in the operating room. Once implanted, the seeds release their radioactivity directly into the prostate gland; and
    External beam radiation, which involves 42 to 45 treatments administered over two or more months, five days a week.

"The current form of radiation is 44 treatments given over nine weeks. In contrast, the SBRT therapy we used allows the delivery of highly focused radiation in only five treatments, allowing patients to return to their normal lives more quickly," said senior author Dr. Robert Timmerman, Director of the Annette Simmons Stereotactic Treatment Center at UT Southwestern, and Professor and Vice Chairman of the Department of Radiation Oncology. "SBRT is both more convenient and has increased potency."

UT Southwestern served as the lead site for the multi-institutional clinical trial, which involved first-time prostate cancer patients diagnosed with stage I or stage II (low and intermediate risk) prostate cancer. A total of 91 patients were treated prospectively and followed for five years, with only one patient experiencing a recurrence of his cancer. The findings are published in the European Journal of Cancer.

Terry Martin of McKinney, Texas, -- about an hour outside Dallas -- said the fewer number of treatments was a compelling advantage when he was evaluating treatment options.

"I live 45 minutes away from UT Southwestern. The difference between being treated five times versus 44 times is enormous," said Mr. Martin, a retired airline pilot. "I felt that I was back to normal just 10 days after finishing treatment."

In addition to shorter treatment times, researchers found that side effects were not necessarily different compared to other forms of prostate cancer treatment. In the short term, the side effects of SBRT can include urinary issues (urgency, frequency and burning) and rectal irritation, which are often temporary and reverse within four weeks of treatment. Researchers found a small risk of longer-term urinary and rectal complications, which is also comparable to conventional treatments. Decrease in erectile function was seen in 25 percent of patients, fewer than with conventional radiation or surgery, said Dr. Hannan.

To reduce the side effects associated with SBRT, current clinical trials at UTSW are using a unique and biodegradable rectal spacer gel to protect the rectum. UTSW is currently the only accredited site in Texas at which this spacer gel can be used.

Other clinical trials at the UTSW Department of Radiation Oncology are seeking to expand the application of SBRT to high-risk (Stage III) prostate cancer patients. "Our hope is that the high potency of this form of treatment will significantly improve treatment of these patients," says Dr. Hannan, the principal investigator of the high-risk prostate SBRT trial.

UT Southwestern has been a leader in pioneering use of SBRT. Dr. Timmerman, Director of Image-Guided Stereotactic Radiation Therapy, Medical Director of Radiation Oncology, and holder of the Effie Marie Cain Distinguished Chair in Cancer Therapy Research, has served as the lead investigator in several national trials designed to evaluate the efficacy and safety of SBRT to treat other types of cancer, including cancer in the lung, liver, and spine. A range of clinical trials of SBRT therapy are under way at Simmons Cancer Center, including new investigations evaluating use of SBRT for cancers in the breast and larynx.

Since 2009, UT Southwestern has trained more than 300 physicians and peers interested in implementing SBRT in their clinical practice. Simmons Cancer Center's arsenal of stereotactic radiotherapy technology includes the cutting-edge Gamma Knife, CyberKnife, Agility, Vero SBRT and TrueBeam technologies.


---



Une étude de cinq ans montre que stéréotaxique Radiothérapie Body (SBRT) pour traiter le cancer de la prostate offre un taux de guérison plus élevé que les approches plus traditionnelles, selon les chercheurs de l'UT Southwestern Medical Center Harold C. Simmons Comprehensive Cancer Center.

L'étude - le premier essai de publier les résultats de cinq ans de traitement SBRT pour le cancer de la prostate - a trouvé un taux de guérison de 98,6 pour cent avec SBRT, une forme non invasive de traitement par rayonnement qui implique des faisceaux de rayonnement à haute dose entrant dans le corps à travers différents angles et se croisant à la cible souhaitée. Cette technologie permet une dose concentrée pour atteindre la tumeur tout en limitant la dose de rayonnement aux tissus sains environnants.

"Le taux de guérison élevé est frappant par rapport aux taux de guérison de cinq ans déclarés provenant d'autres approches, comme la chirurgie ou la radiothérapie conventionnelle, qui varient entre 80 à 90 pour cent, tandis que les effets secondaires de ce traitement sont comparables à d'autres types de traitement," a déclaré le Dr Raquibul Hannan, professeur adjoint de radio-oncologie et auteur principal de l'étude. «Ce que nous avons maintenant est une forme plus puissante et efficace du traitement totalement non invasif pour le cancer de la prostate, idéalement complété en cinq traitements."

Les options de traitement conventionnelles pour cancer de la prostate à un stade précoce comprennent:

   - Prostatectomie, l'ablation chirurgicale de la glande de la prostate, ce qui peut être fait avec des techniques mini-invasives et assistance robotique;
    - Curiethérapie, où les médecins implantent de nombreuses petites graines radioactives de la taille d'un grain de riz dans la prostate glande en utilisant plusieurs grandes aiguilles insérées à travers la peau dans la salle d'opération. Une fois implanté, les graines libèrent leur radioactivité directement dans la glande de la prostate; et
  -  La radiothérapie externe, ce qui implique 42 à 45 traitements administrés sur deux ou plusieurs mois, cinq jours par semaine.

"La forme actuelle de rayonnement est de 44 traitements donnés plus de neuf semaines. En revanche, la thérapie SBRT que nous avons utilisé permet la livraison de rayonnement très ciblé en seulement cinq traitements, ce qui permet aux patients de retourner à leur vie normale plus rapidement», a déclaré l'auteur principal Dr . Robert Timmerman, Directeur du Centre de traitement stéréotaxique Annette Simmons à l'UT Southwestern, et le professeur et vice-président du Département de radio-oncologie. "SBRT est à la fois plus pratique et a augmenté la puissance."

L'UT Southwestern a été le site principal de l'essai clinique multi-institutionnel, qui a impliqué les patients atteints de cancer de la prostate pour la première fois un diagnostic de stade I ou II (risque faible et intermédiaire) de cancer de la prostate. Un total de 91 patients ont été traités de façon prospective et suivi pendant cinq ans, avec un seul patient qui éprouve une récidive de son cancer. Les résultats sont publiés dans le European Journal of Cancer.

Terry Martin de McKinney, Texas, - à environ une heure de Dallas - a déclaré le plus petit nombre de traitements était un avantage convaincant quand il évalue les options de traitement.

«Je vis à 45 minutes de l'UT Southwestern. La différence entre être traitée cinq fois contre 44 fois est énorme", a déclaré M. Martin, pilote de ligne à la retraite. «Je sentais que j'étais de retour à la normale juste 10 jours après la fin du traitement."

En plus de réduire les temps de traitement, les chercheurs ont constaté que les effets secondaires ne sont pas nécessairement différente par rapport à d'autres formes de traitement du cancer de la prostate. À court terme, les effets secondaires de SBRT peuvent inclure des problèmes urinaires (urgence, la fréquence et la combustion) et irritation rectale, qui sont souvent temporaires et inverser dans les quatre semaines de traitement. Les chercheurs ont constaté un faible risque de urinaires à long terme et les complications rectales, qui est également comparable aux traitements conventionnels. Diminution de la fonction érectile a été observée chez 25 pour cent des patients, moins avec la radiothérapie ou la chirurgie conventionnelle, a déclaré le Dr Hannan.

Pour réduire les effets secondaires associés à SBRT, les essais cliniques en cours à UTSW utilisent un gel unique et biodégradable avec entretoise rectale pour protéger le rectum. UTSW est actuellement le seul site accrédité au Texas au cours de laquelle ce gel d'espacement peut être utilisé.

D'autres essais cliniques au Département de radio-oncologie UTSW cherchent à étendre l'application de SBRT pour les patients atteints de cancer de la prostate  à haut risque (stade III) . "Notre espoir est que la grande puissance de cette forme de traitement permettra d'améliorer de façon significative le traitement de ces patients», dit le Dr Hannan, le chercheur principal de l'essai SBRT sur la prostate à haut risque.

UT Southwestern a été un leader dans l'utilisation pionnière de SBRT. Dr Timmerman, Directeur de Image-Guided stéréotaxique Radiothérapie, directeur médical de radio-oncologie, et titulaire de la Chaire Distinguished Effie Marie Cain dans la recherche Cancer Therapy, a servi comme investigateur principal de plusieurs essais nationaux visant à évaluer l'efficacité et la sécurité de SBRT pour traiter d'autres types de cancer, notamment le cancer du poumon, du foie, et la colonne vertébrale. Une gamme d'essais cliniques de thérapie SBRT sont en cours au Simmons Cancer Center, y compris de nouvelles enquêtes évaluant l'utilisation de SBRT pour les cancers du sein et du larynx.

Depuis 2009, l'UT Southwestern a formé plus de 300 médecins et des pairs intéressés par la mise en œuvre SBRT dans leur pratique clinique. l'arsenal de Simmons Cancer Center de la technologie de radiothérapie stéréotaxique comprend la pointe Gamma Knife, CyberKnife, Agilité, Vero SBRT et les technologies de TrueBeam.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: radiothérapie stéréotactique   Jeu 21 Mai 2015 - 16:05

Two studies from Johns Hopkins Kimmel Cancer Center researchers add to preliminary evidence that high-dose radiation treatment, called stereotactic body radiotherapy, appears to be safe and as effective as standard radiation treatment for certain patients with pancreatic cancer whose tumors are advanced but have not spread.

The studies also suggest, the researchers say, that stereotactic body radiotherapy (SBRT) may have some advantages over traditional radiation for some patients, because doses can be delivered over the course of one week, unlike six or seven weeks with standard radiation therapy. Some patients also reported significantly less pain and no significant decrease in their quality of life after SBRT, the scientists found.

Overall, the two studies show that SBRT for locally advanced pancreatic cancer "appears to be at least as good as standard radiation, and in some cases, it appears to be better," says Joseph Herman, M.D., M.Sc., co-director of the Johns Hopkins Pancreatic Cancer Multidisciplinary Clinic. He cautioned, however, that the results need to be confirmed in randomized trials.

Conventional or standard radiation is delivered in relatively low doses, usually daily over the course of several weeks. SBRT uses a higher dose of carefully targeted radiation to treat tumors, delivered all at once or in a few "fractionated" doses.

The researchers report that patients experienced minimal gastrointestinal side effects, such as ulcers and intestinal inflammation, when SBRT is delivered in five separate, fractionated doses, rather than one large dose. In one prospective, multicenter study of 49 patients who received the five doses, five patients developed one of these toxic side effects, compared to nine of 16 patients (47 percent) of those who received the one-dose SBRT regiment in a previous study.

In some cases, patients were able to have their tumors surgically removed with few or no cancer cells left behind, says Herman. Before treatment with chemotherapy and SBRT, these patients were thought to have tumors unsuitable for surgery.

"The majority of patients we treat with stereotactic radiation have tumors that cannot be safely or effectively removed by surgery, and therefore their average survival is only about a year," Herman says. "So if five days of stereotactic radiation has outcomes equivalent to the six weeks of standard chemotherapy and radiation, then patients can spend less time receiving treatment and more time at home with their families."

Herman says that the shorter treatment duration with SBRT could also give patients quicker access to full-dose chemotherapy. The long duration of standard radiation may delay full-dose chemotherapy, potentially giving cancers more time to spread.

The study published April 1 in the journal Cancer by Herman and his colleagues, included 49 patients with locally advanced pancreatic cancer treated at The Johns Hopkins Hospital, Stanford University, and Memorial Sloan Kettering Cancer Center. The patients received SBRT in five fractionated doses, and chemotherapy with gemcitabine before and after the radiotherapy.

Four weeks after SBRT, all 22 patients who completed a quality of life questionnaire reported an eight point reduction in pain from a baseline measure of 25, and their quality of life stayed the same, which Herman says is encouraging.

In a second study, published January 2015 in the Annals of Surgical Oncology, Herman and his colleagues analyzed information on patients with pancreatic cancer who received SBRT and chemotherapeutic drugs at The Johns Hopkins Hospital between 2010 and 2014. Of 88 patients, eight experienced severe gastrointestinal side effects, and 19 with tumors previously considered inoperable were able to have surgery after SBRT.

Pancreatic tumors can cling and grow around blood vessels, making them especially difficult to remove. "After we irradiate it with SBRT, the tumor changes to a form that can be more easily pried away from the vessel," Herman says.

SBRT isn't for all patients with pancreatic cancer, he warns. People who have tumors larger than 8 centimeters in diameter or a little over 3 inches, or have a tumor that is invading the area of the bowel or the stomach, usually can't get SBRT because of the risk to normal tissues.

Herman says he plans to work with other clinicians and scientists to test combinations of SBRT with therapies that help the immune system fight cancer more effectively, such as a Johns Hopkins-developed experimental pancreatic cancer vaccine.


---

Deux études de chercheurs de Johns Hopkins Kimmel Cancer Center ajoutent à la preuve préliminaire que des traitements de radiothérapie à haute dose, appelé radiothérapie stéréotaxique, semblent être sûrs et aussi efficaces que la radiothérapie standard pour certains patients atteints de cancer du pancréas dont les tumeurs sont avancées, mais ne se sont pas répandues.

Les études suggèrent également, les chercheurs disent, que cette radiothérapie stéréotaxique (SBRT) peut avoir certains avantages par rapport à rayonnement traditionnelle pour certains patients, parce que les doses peuvent être livrés au cours d'une semaine, contrairement à six ou sept semaines avec la radiothérapie standard. Certains patients ont également signalé significativement moins de douleur et pas de diminution significative de leur qualité de vie après les SBRT.

Globalement, les deux études montrent que la SBRT pour le cancer du pancréas localement avancé "semble être au moins aussi bon que le rayonnement standard, et dans certains cas, elle semble être meilleure», dit Joseph Herman, MD, M.Sc., co- directeur de la Clinique multidisciplinaire du cancer du pancréas Johns Hopkins. Il a averti, cependant, que les résultats doivent être confirmés dans des essais randomisés.

Le rayonnement conventionnel ou standard est livré dans des doses relativement faibles, généralement quotidienne au cours de plusieurs semaines. SBRT utilise une dose plus élevée de rayonnement soigneusement ciblée pour traiter les tumeurs, livrée en une fois ou en quelques doses fractionnées "".

Les chercheurs rapportent que les patients ont éprouvé des effets secondaires gastro-intestinaux minimes, comme des ulcères et l'inflammation intestinale, quand SBRT est livré en cinq doses fractionnées, séparés, plutôt qu'une grande dose. Dans une étude multicentrique prospective de 49 patients qui ont reçu les cinq doses, cinq patients ont développé l'un de ces effets secondaires toxiques, comparativement à neuf des 16 patients (47 pour cent) de ceux qui ont reçu une dose SBRT régiment dans une étude précédente.

Dans certains cas, les patients ont pu avoir leurs tumeurs chirurgicalement enlevées avec peu ou pas de cellules cancéreuses qui restaient, dit Herman. Avant le traitement par chimiothérapie et SBRT, ces patients étaient vus comme ayant des tumeurs impropres à la chirurgie.

"La majorité des patients que nous traitons avec un rayonnement stéréotaxique ont des tumeurs qui ne peuvent pas être en toute sécurité ou effectivement retirés par la chirurgie, et donc leur survie moyenne est seulement d'environ un an», dit Herman. "Donc, si apr`s cinq jours de rayonnement stéréotaxique, ils ont des résultats équivalents aux six semaines de chimiothérapie et la radiothérapie standard, les patients peuvent passer moins de temps à recevoir un traitement et plus de temps à la maison avec leurs familles."

Herman dit que la durée de traitement plus courte avec SBRT pourrait également donner aux patients un accès plus rapide à la chimiothérapie à dose complète. La longue durée de rayonnement standard peut retarder la chimiothérapie à dose complète, donnant potentiellement des cancers qui prennent plus de temps à se répandre.

L'étude publiée le 1er Avril dans la revue Cancer par Herman et ses collègues, inclus 49 patients atteints de cancer du pancréas localement avancé traités à l'hôpital Johns Hopkins, l'Université de Stanford, et le Memorial Sloan Kettering Cancer Center. Les patients ont reçu la SBRT en cinq doses fractionnées, et la chimiothérapie avec gemcitabine avant et après la radiothérapie.

Quatre semaines après SBRT, les 22 patients qui ont terminé un questionnaire de qualité de vie ont signalé une réduction de huit points dans la douleur à partir d'une mesure de référence de 25, et leur qualité de vie est resté le même, Herman dit que c'est encourageant.

Dans une seconde étude, publiée Janvier 2015 dans les Annals of Surgical Oncology, Herman et ses collègues ont analysé des informations sur les patients atteints de cancer du pancréas qui a reçu SBRT et médicaments chimiothérapeutiques à l'hôpital Johns Hopkins entre 2010 et 2014. Sur 88 patients, huit ont connu des effets seocndaires gastro-intestinaux sévères, et 19 avec des tumeurs considérés auparavant inopérables ont pu subir une intervention chirurgicale après la SBRT.

Les tumeurs pancréatiques peuvent se coller et se développer autour des vaisseaux sanguins, ce qui les rend particulièrement difficiles à supprimer. "Après que nous les ayons irradier avec SBRT, les tumeurs changent vers une forme qui peut être plus facilement éloignée du vaisseau sanguin», dit Herman.

SBRT n'est pas pour tous les patients atteints de cancer du pancréas, prévient-il. Les gens qui ont des tumeurs de plus de 8 centimètres de diamètre ou un peu plus de 3 pouces, ou qui ont une tumeur qui envahit la zone de l'intestin ou l'estomac, ne peuvent généralement pas obtenir SBRT en raison du risque pour les tissus normaux.

Herman dit qu'il prévoit travailler avec d'autres cliniciens et des scientifiques pour tester des combinaisons de SBRT avec des thérapies qui aident le système immunitaire à combattre le cancer du système plus efficacement, comme un vaccin expérimentale que Johns Hopkins a développé contre le cancer du .

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: radiothérapie stéréotactique   Mar 5 Mar 2013 - 11:43


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: radiothérapie stéréotactique   Dim 3 Mar 2013 - 19:13

Une étude effectuée à Hamilton pour améliorer le traitement d’un cancer difficile à traiter reçoit 1,2 million de dollars – La Société canadienne du cancer annonce les premières Subventions pour un impact

26 février 2013
HAMILTON -

Un nouveau type de radiothérapie pourrait potentiellement changer les niveaux de soins pour les personnes ayant un cancer du à un stade précoce et inopérable.

La Société canadienne du cancer a décerné une subvention pour un impact de 1,2 million de dollars au Dr Anand Swaminath, radio-oncologue au Centre de cancérologie Juravinski, pour effectuer un essai clinique canadien visant à comparer deux types différents de radiothérapie pour le cancer du poumon.

Une radiothérapie stéréotaxique utilise des techniques d’imagerie de pointe pour administrer de fortes doses de radiation extrêmement précises en moins de traitements, tandis que la radiothérapie traditionnelle administre des doses plus faibles en plus de traitements. L’efficacité de ces deux radiothérapies pour traiter le cancer du poumon n’a jamais été comparée dans le cadre d’un essai clinique d’envergure.

L’essai clinique examinera l’efficacité de chaque type de radiothérapie pour faire rétrécir les tumeurs ainsi que la survie globale, la gravité des effets secondaires et la qualité de vie des patients.

« Si la radiothérapie stéréotaxique s’avère plus efficace que le traitement conventionnel, avec moins d’effets secondaires et des coûts de soins de santé moins élevés, ce type de radiothérapie pourrait devenir la norme pour le cancer du poumon à un stade précoce et inopérable partout au Canada et au monde », dit le Dr Swaminath, professeur adjoint, département d’oncologie, Université McMaster.

« Un financement important comme la Subvention pour un impact de la Société nous donne le temps et les ressources nécessaires pour déterminer l’efficacité de ce traitement et de mener possiblement à de meilleurs soins pour un cancer difficile à traiter », ajoute-t-il.

« Nous sommes heureux d’être en mesure de financer ces nouveaux projets de recherche exceptionnels qui promettent énormément », dit Luba Slatkovska, gestionnaire principale, recherche, Société canadienne du cancer. « En cette année de notre 75e anniversaire, nous demeurons engagés à faire une différence dans la vie des Canadiens en finançant les meilleurs projets de recherche et ayant le plus d’impact contre le cancer. »

La subvention du Dr Swaminath est une des 11 nouvelles Subventions pour un impact accordées aujourd’hui par la Société canadienne du cancer, pour 13 millions de dollars au total. Ce nouveau programme de subventions se veut un mécanisme permettant aux scientifiques d’innover et d’accélérer l’application des nouvelles connaissances pour répondre aux questions de la recherche sur le cancer. Ces subventions ont le potentiel pour améliorer la qualité de vie de patients et réduire l’incidence du cancer et les décès qui y sont reliés.

Ces subventions, allant jusqu’à 1,25 millions de dollars sur cinq ans, sont les plus importantes jamais accordées par la Société canadienne du cancer. Ces subventions très prestigieuses visent à financer la recherche sur le cancer la meilleure et la plus prometteuse au pays et lui donner l’impulsion nécessaire pour faire des avancées importantes.

Depuis 75 ans, la Société canadienne du cancer est avec les Canadiens dans le combat pour la vie. Toutes ces années, nous avons travaillé sans relâche à prévenir le cancer, à financer la recherche et à soutenir les personnes touchées par la maladie. Forts de cette expérience, nous continuons de lutter avec les Canadiens pour changer le cancer à jamais afin qu’ils soient moins nombreux à y faire face et plus nombreux à y survivre. Pour en savoir plus, visitez cancer.ca ou appelez notre Service d'information sur le cancer, au 1-888-939-3333.


Renseignements :

Christine Koserski

Coordonnatrice principale, Relations avec les médias

Division de l'Ontario

Téléphone: (416) 488-5402 x2305


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: radiothérapie stéréotactique   Mar 6 Fév 2007 - 13:23

Allemagne : Traitement du cancer du poumon par radiothérapie stéréotactique

Utilisée pour détruire les tumeurs du cerveau, la radiothérapie stéréotactique est désormais utilisable contre les petites tumeurs somatiques localisées dans des régions sensibles aux rayonnements, comme les tumeurs pulmonaires.

Les coordonnées tridimensionnelles de la région à traiter sont enregistrées à l'aide d'un tomogramme et d'un ordinateur qui contrôle la planification du traitement. Le patient est fixé à un cadre rigide ; le tomogramme en repère des points précis et dirige les rayonnements exactement sur la région à traiter.

Pour une exposition optimale, les rayonnements sont produits dans différentes directions et sous différents angles. Plus précise que les traitements habituels, cette méthode tient compte de la respiration du patient, les mouvements de la cage thoracique déplaçant la tumeur de quelques centimètres durant l'exposition aux rayonnements.
Une étude clinique menée avec cette technique sur une cohorte de 68 patients présentant de petites tumeurs non opérables montre qu’après trois à cinq sessions de forts rayonnements stéréotactiques, seuls quatre patients ont vu, au cours des trois ans d'observation post-traitement, une récidive de leurs tumeurs.


Dernière édition par Denis le Lun 25 Avr 2016 - 20:18, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: radiothérapie stéréotactique   Aujourd'hui à 12:25

Revenir en haut Aller en bas
 
radiothérapie stéréotactique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» radiothérapie stéréotactique
» des "leurres" pour la radiothérapie
» Radiothérapie Intra-Opératoire (IORT)
» Inauguration d'un système de radiothérapie performant.
» Effets à long terme de la radiothérapie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: