AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 decitabine + cellules T visant ny-eso-1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: decitabine + cellules T visant ny-eso-1   Mer 2 Sep 2015 - 16:31

UCLA scientists have developed a potentially promising new combination therapy for glioblastoma, the deadliest form of brain cancer.

Glioblastoma, also known as grade IV glioma, is the most aggressive primary brain tumor in humans. Approximately 23,000 people in the U.S. are diagnosed with glioblastoma (GBM) every year. Patients usually receive surgery, chemotherapy and radiation, but these treatments are not very effective as an estimated 50 percent of GBM patients die within one year, and 90 percent die within three years.

A study led by UCLA's Drs. Robert Prins and Linda Liau, both UCLA Jonsson Comprehensive Cancer Center members, looked at the impact of a combined treatment using a chemotherapy drug called decitabine and genetically modified immune cells or T cell immunotherapy. It is a continuation of previous research, published in 2011, that focused on the effect of decitabine on glioblastoma human cell cultures.

In the new research, Prins and Liau used a technique called adoptive cell transfer, which involves extracting and growing immune cells outside of the body, then reprogramming them with a gene known as New York Esophageal Squamous Cell Carcinoma, or NY-ESO-1. They are then injected back into tumor-bearing mouse models to produce an immune response that targets the brain cancer.

Glioblastoma cells do not naturally produce NY-ESO-1, so the drug decitabine is given prior to injecting the NY-ESO-1 targeting T cells in order to cause the tumor cells to express the NY-ESO-1 target.

"The lymphocytes will seek out and find the glioblastoma cells in the brain," said Prins, associate professor in the departments of neurosurgery and molecular and medical pharmacology. "They can cross different fiber tracts in the brain to reach tumor cells that have migrated away from the main tumor mass. These factors are important in the treatment of invasive tumors, such as glioblastoma. While surgery to remove the main tumor mass can be done, it is not possible to then locate the tumor cells that get away and this ultimately leads to a nearly universal tumor regrowth."

This new method was nearly 50 percent effective at curing glioblastoma in the study.

"Brain cancer cells are very good at evading the host immune system, because they do not express specific targets that can be recognized by immune cells," said Liau, professor and vice chair of neurosurgery. "By treating glioblastoma cells with decitabine, we found that we can unmask targets on the tumor cell that can be recognized by killer T cells. Once these targets are uncovered, we can then administer T cells that are genetically programmed to attack tumor cells with the new targets."

The next stage of research conducted by Prins and Liau will verify these findings in other brain tumor models. If the results are promising, then the researchers will proceed with clinical trial testing.

This research was published in the journal Neuro-Oncology on Sept. 1.


---

Les scientifiques de l'UCLA ont développé une nouvelle combinaison de thérapie potentiellement prometteuse pour le glioblastome, la forme la plus mortelle de cancer du .

Le glioblastome, également connu sous le nom de gliome de grade IV, est le plus agressif tumeur cérébrale primaire chez l'homme. Environ 23.000 personnes aux Etats-Unis sont diagnostiquées avec un glioblastome (GBM) chaque année. Les patients reçoivent habituellement de la chirurgie, de la chimiothérapie et de la radiothérapie.

Une étude menée par les Drs UCLA. Robert Prins et Linda Liau, tous deux membres de l'UCLA Jonsson Comprehensive Cancer Center, ont regardé l'impact d'un traitement combiné utilisant un médicament appelé décitabine et des cellules immunitaires génétiquement modifiés ou cellules T, une immunothérapie cellulaire. Elle est une continuation de la recherche précédente, publiée en 2011, qui mettait l'accent sur l'effet de décitabine sur des cultures de cellules humaines de glioblastome.

Dans la nouvelle étude, Prins et Liau utilise une technique appelée transfert de cellules adoptive, qui consiste à extraire et à cultiver des cellules immunitaires à l'extérieur du corps, puis les reprogrammer avec un gène connu sous le nom carcinome de l'oesophage de New York, ou NY-ESO-1. Ils sont ensuite réinjectées dans des modèles de souris de tumeurs pour produire une réponse immunitaire qui cible le cancer du cerveau.

Les cellules de glioblastome ne produisent pas naturellement le NY-ESO-1, de sorte que la decitabine est administrée avant l'injection de cellules T ciblant NY-ESO-1 afin de provoquer les cellules tumorales pour exprimer la cible NY-ESO-1.

"Les lymphocytes vont chercher et de trouver les cellules de glioblastome dans le cerveau», a déclaré Prins, professeur associé dans les départements de neurochirurgie et de la pharmacologie moléculaire et médicale. «Ils peuvent traverser différents faisceaux de fibres dans le cerveau pour atteindre les cellules tumorales qui ont migré à distance à partir de la masse de la tumeur principale. Ces facteurs sont importants dans le traitement de tumeurs invasives, telles que le glioblastome. Alors que la chirurgie peut enlever la masse de la tumeur principale, il est impossible de localiser puis sortir les cellules tumorales et cela conduit finalement à une repousse de la tumeur."

Cette nouvelle méthode a été efficace à près de 50 pour cent pour guérir glioblastome dans l'étude.

"Les cellules de cancer du cerveau sont très bonnes pour échapper au système immunitaire de l'hôte, car ils ne reflètent pas les cibles spécifiques qui peuvent être reconnus par les cellules immunitaires", a déclaré Liau, professeur et vice-président de la neurochirurgie. «En traitant les cellules de glioblastome avec la décitabine, nous avons constaté que nous pouvons démasquer les cibles sur la cellule tumorale qui peuvent être reconnues par les cellules T tueuses. Une fois que ces objectifs sont découverts, nous pouvons alors administrer les cellules T qui sont génétiquement programmés pour attaquer les cellules tumorales avec le de nouvelles cibles. "

La prochaine étape de la recherche menée par Prins et Liau va vérifier ces résultats dans d'autres modèles de tumeurs du cerveau. Si les résultats sont prometteurs, les chercheurs procéderont à des tests d'essai clinique.

Cette recherche a été publiée dans la revue Neuro-Oncologie sur 1 septembre

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: decitabine + cellules T visant ny-eso-1   Jeu 10 Avr 2014 - 16:03

Moffitt Cancer Center has initiated a phase I clinical trial for a new immunotherapy drug, ID-G305, made by Immune Design. Immunotherapy is a treatment option that uses a person's own immune system to fight cancer. It has several advantages over standard cancer therapies, including fewer side effects and an overall better tolerability. It tends to be most effective in patients who have smaller, localized tumors that have not spread to distant sites.

"This clinical trial is to assess ID-G305 and its ability to activate the immune system in patients with advanced stage melanoma, sarcoma, lung, ovarian, or breast cancer," said Amit Mahipal, M.D., M.P.H., medical director of Moffitt's Clinical Research Unit. "Our first patient in this trial is a metastatic sarcoma patient who has undergone two previous surgeries and one chemotherapy regimen."

ID-G305 is a cancer vaccine that is made up of two parts, a protein called NY-ESO-1 that is found in many different types of cancer, and an agent called GLAASTM developed by Immune Design. GLAASTM activates a type of cell called a dendritic cell that normally searches for pathogens in the body and helps the immune system fight against the infection. Following vaccination, the GLAASTM-activated dendritic cells recognize NY-ESO-1 as a foreign protein and cause the body to produce an immune response. Since NY-ESO-1 is found on tumors, the immune system begins targeting the cancer cells.

"Only 10 to 15 percent of all tumors have NY-ESO-1 protein expression. Therefore, patients for this trial need to be to be screened for NY-ESO-1. The vaccine will likely not work for patients with tumors that do not have detectable levels of the protein," said Mahipal.

Each component of ID-G305 has been used previously as a single-agent in clinical trials and was well tolerated by patients. This trial will determine the ideal concentration of each agent to use in combination. Common side effects expected include pain, redness, and inflammation at the site of injection.

This is an exciting time for the development of new immunotherapies to fight cancer. Several immunotherapy agents have recently been approved by the Food and Drug Administration, including interleukin-2 for melanoma and renal cell carcinoma, Provenge for prostate cancer and ipilimumab for melanoma.

"New immune therapies are emerging," explained Mahipal. "If we can have immune therapy actually work it would be great for the patient and reduce side effects associated with traditional chemotherapies."

Patients interested in learning more about the ID-G305 clinical trial should contact Clinical Research Coordinator Nancy Burke.





LE Moffitt Cancer Center a lancé une phase I d'essai clinique pour un nouveau médicament d'immunothérapie , ID - G305. L'immunothérapie est une option de traitement qui utilise le système immunitaire d'une personne pour combattre le cancer. Il a plusieurs avantages par rapport aux thérapies anticancéreuses standard, y compris des effets secondaires moindres et une meilleure tolérance globale. Elle tend à être plus efficace chez les patients qui ont des tumeurs plus petites, qui ne sont pas localisées et réparties à des sites distants.

"Cet essai clinique est d'évaluer ID - G305 et sa capacité d'activer le système immunitaire chez les patients atteints de mélanome à un stade avancé, de sarcome , du cancer , de l' ou du cancer du », a déclaré Amit Mahipal , MD, MPH , directeur médical de la recherche clinique de Moffitt unité. «Notre premier patient dans cette étude est un patient avec un sarcome métastatique qui a subi deux chirurgies antérieures et une chimiothérapie . "

ID- G305 est un vaccin contre le cancer qui est composé de deux parties, l'une appelée protéine NY- ESO-1 que l'on trouve dans de nombreux types de cancer, et un agent appelé GLAASTM immunitaire développée par conception. GLAASTM active un type de cellule appelée une cellule dendritique qui cherche normalement des agents pathogènes dans le corps et aide le système immunitaire dans sa lutte à l' infection. Après la vaccination, les cellules dendritiques activées reconnaissent GLAASTM - NY- ESO-1 comme une protéine étrangère et provoquent le corps à produire une réponse immunitaire. Quand NY- ESO-1 a été trouvé sur les tumeurs, le système immunitaire commence à cibler les cellules cancéreuses.

"Seulement 10 à 15 pour cent de toutes les tumeurs ont NY-ESO- 1. Par conséquent , les patients de cette étude doivent être à être testés pour NY-ESO- 1. Le vaccin ne pourra probablement pas travailler pour les patients avec des tumeurs qui ne sont pas ont des niveaux détectables de la protéine ", a déclaré Mahipal .

Chaque composant d'ID- G305 a déjà été utilisé comme agent unique dans les essais cliniques et a été bien toléré par les patients. Cet essai-ci permettra de déterminer la concentration idéale de chaque agent à utiliser en combinaison. Les effets secondaires courants attendus sont la douleur, la rougeur et l'inflammation au site d'injection .

C'est un moment excitant pour le développement de nouvelles immunothérapies pour combattre le cancer. Plusieurs agents d'immunothérapie ont été récemment approuvé par la Food and Drug Administration, dont l'interleukine - 2 pour le mélanome et le carcinome des cellules rénales , Provenge pour le cancer de la prostate et ipilimumab pour le mélanome.

" Les nouvelles thérapies immunitaires émergent », a expliqué Mahipal . "Si nous pouvons faire fonctionner la thérapie immunitaire ce serait bien pour le patient et cela réduirait les effets secondaires associés aux chimiothérapies traditionnelles . "

Les patients intéressés à en apprendre plus sur l'essai clinique ID - G305 devraient communiquer avec le coordonnateur de recherche clinique Nancy Burke.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: decitabine + cellules T visant ny-eso-1   Lun 21 Jan 2013 - 13:50

Decitabine


Cette information a été rédigée et fournie par l’Agence Européenne du Médicament (EMA). Il s’agit d’une information à caractère général et il est avant tout important de suivre les conseils donnés par les professionnels de santé. Il est très important de consulter l’ensemble des informations sur le médicament, comme ses effets indésirables, ses bénéfices attendus, les indications pour lesquelles il est autorisé, etc. De plus amples informations concernant l’utilisation de ce médicament sont disponibles sur le site de l’EMA: www.ema.europa.eu. Ces informations ont été mises à jour par l’EMA en juillet 2011. Il est très important de lire la notice du médicament.



Le décitabine est le principe actif de Dacogen®.

Dacogen® est utilisé pour le traitement des adultes âgés de 65 ans et plus atteints d'une leucémie aiguë myéloïde (LAM), un type de cancer qui touche les globules blancs. On l’utilise chez les patients atteints d’une LAM nouvellement diagnostiquée, qui ne peuvent pas bénéficier d’un traitement initial par une
chimiothérapie standard (médicaments anticancéreux).
Étant donné le faible nombre de patients touchés par la LAM, la maladie est dite «rare». C’est pourquoi Dacogen® a été désigné comme étant un «médicament orphelin» (médicament utilisé pour des maladies rares) le 8 juin 2006.
Le médicament n’est délivré que sur ordonnance.

--------


Abstract

janvier 2013

Patients with relapsed stage 4 neuroblastoma have an extremely poor long-term prognosis, making the investigation of new agents of interest. We report the outcome of the first patient treated in a phase 1 study for relapsed neuroblastoma, using the chemotherapy agent decitabine to upregulate cancer testis antigen expression, followed by a dendritic cell vaccine targeting the cancer testis antigens MAGE-A1, MAGE-A3, and NY-ESO-1. Our patient had persistent tumor in his bone marrow after completion of standard therapy for neuroblastoma, including multiagent chemotherapy, tumor resection, stem cell transplantation, radiation therapy, and anti-GD2 monoclonal antibodies. His marrow disease persisted despite chemotherapy, which was given while the vaccine was being produced. After 3 cycles of decitabine and vaccine, this patient achieved a complete remission and is now 1 year from his last treatment, with no evidence of tumor in his bone marrow or other sites. This patient was noted to have an increase in MAGE-A3-specific T cells. This is the first report combining demethylating chemotherapy to enhance tumor antigen expression followed by a cancer antigen vaccine.

Nous rapportons le résultat du premier patent traité en phase 1 pour une rechûte de neuroblastome en utilisant le decitabine suivi d'un vaccin d'antigèn ciblant MAGE-1 , MAGE 3 et NY-ESO-1 APrès 3 cycle de decitabine et du vaccin le patient a eu une rémission complète depuis 1 an à daye.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: decitabine + cellules T visant ny-eso-1   Ven 9 Fév 2007 - 22:26

Voici un article qui parle d'un médicament qui fait disparaitre toute trace d'une sorte de leucémie chez 58% auquel il est administré. La leucémie dont il s'agit serait (je risque une traduction...) la leucémie chronique myelomonocytique et le médicament serait le Dacogen.


Chronic myelomonocytic leukemia (CMML) is a type of leukemia that is categorized by the abnormal production or maturation of immune cells.

The drug Dacogen (decitabine) provides anticancer activity by disrupting cellular processes so that cancer cells stop growing. Although it is not currently approved for CMML, clinical trials are evaluating its effectiveness for the treatment of a variety of cancers.

A clinical trial conducted by M.D. Anderson to evaluate Dacogenin the treatment of CMML was published in the journal Cancer. Out of the 19 patients studied, 58 percent achieved a complete disappearance of detectable cancer.

The researchers did conclude that Dacogen appears to be an effective treatment option for patients diagnosed with Chronic myelomonocytic leukemia.


Dernière édition par Denis le Mer 2 Sep 2015 - 16:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: decitabine + cellules T visant ny-eso-1   Aujourd'hui à 9:43

Revenir en haut Aller en bas
 
decitabine + cellules T visant ny-eso-1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» decitabine + cellules T visant ny-eso-1
» Cellules souches:un pas de géant
» Le cœur humain capable de renouveler ses cellules
» Cellules-souches
» Cellules photovoltaïques : nouveau record du monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: