AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Bcl-2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Bcl-2   Dim 6 Mar 2016 - 19:22

Researchers at St. Jude Children's Research Hospital have uncovered a new pathway for mitochondrial cell death that involves the protein BCL-2 ovarian killer otherwise known as BOK. The discovery, which is described online in the journal Cell, may lead to new ways to trigger cell death in some types of cancer cells.

"The newly discovered mechanism for mitochondrial cell death is by the effector protein BOK which is normally targeted for destruction at the endoplasmic reticulum," said Doug Green, Ph.D., chair of the St. Jude Department of Immunology and corresponding author of the study. "This pathway of molecular events appears to be intrinsically tied to the levels of stress experienced by the cell and ensures the rapid, programmed destruction of both the cell and its contents."

Cell death is a mechanism used by multicellular organisms to help them survive by removing infected, damaged or unwanted cells. Mitochondria are known as the energy-generating organelles of the cell. However, they may also activate cell death under certain conditions and assist in the removal of damaged cells from the body.

The mitochondrial pathway of cell death (apoptosis) starts by permeabilization of the mitochondrial outer membrane which becomes peppered with small holes. The leakage of proteins like cytochrome c and other molecules from the space between the inner and outer membranes of the mitochondria into the cytosol activates caspase proteases and sets in motion a series of reactions that lead to the rapid demise of the cell.

"BOK is an effector of mitochondrial apoptosis that appears to work in a different way to known proteins that initiate mitchondrial cell death," said Fabien Llambi, Research Laboratory Specialist at St. Jude and the first author of the paper. "The stability of BOK appears to be directly related to the amount of cellular stress experienced within the endoplasmic reticulum."

The researchers revealed that BOK is controlled at the level of protein stability by components of the Endoplasmic Reticulum Associated Degradation or ERAD pathway. ERAD is a quality control mechanism that helps to detect and eliminate damaged and often unfolded proteins.

The scientists were also able to show that BOK works independently of BAK and BAX, two other members of the BCL-2 family of proteins that regulate and contribute to mitochondrial cell death.

"The fate of the cell during stress appears to be intricately wired to the signaling pathways, such as the BOK pathway we have discovered, that trigger mitochondrial cell death," added Green. "Our work also suggests that cancer cells expressing high levels of BOK may be particularly sensitive to inhibitors that target the proteasome or the ERAD pathway."

The development of specific inhibitors that target the ERAD pathway could provide useful alternatives to some of the known proteasome inhibitors that stop the growth of cancer cells. Some proteasome inhibitors affect multiple targets in ways that do not meet the desired level of specificity. An ERAD inhibitor might overcome this drawback. Further work is needed to identify suitable protein targets that would be amenable to this type of interference.


---


Des chercheurs de l'Hôpital St. Jude Children ont découvert une nouvelle voie pour la mort cellulaire mitochondriale qui implique la protéine ovarienne BCL-2 tueuse autrement connu comme BOK. La découverte, qui est décrit en ligne dans la revue Cell, peut conduire à de nouvelles façons de déclencher la mort cellulaire dans certains types de cellules cancéreuses.

"Le mécanisme nouvellement découvert pour la mort cellulaire mitochondriale se produit par la protéine BOK qui est normalement ciblé pour la destruction au réticulum endoplasmique», a déclaré Doug vert, Ph.D., président du Département de St. Jude of Immunology et auteur de l'étude. "Cette voie d'événements moléculaires semble être intrinsèquement lié aux niveaux de stress subi par la cellule et assure une rapide destruction programmée de la cellule à la fois et son contenu."

La mort cellulaire est un mécanisme utilisé par les organismes multicellulaires pour les aider à survivre en retirant les cellules infectées, endommagées ou indésirables. Les mitochondries sont connus comme les organites de production d'énergie de la cellule. Cependant, elles peuvent également activer la mort cellulaire dans certaines conditions et aider à l'élimination des cellules endommagées du corps.

La voie mitochondriale de la mort cellulaire (apoptose) commence par perméabilisation de la membrane mitochondriale externe qui devient parsemée de petits trous. La fuite de protéines telles que le cytochrome c et d'autres molécules dans l'espace entre les membranes interne et externe des mitochondries dans le cytosol active les proteases caspase et met en mouvement une série de réactions qui conduisent à la disparition rapide de la cellule.

"BOK est un effecteur de l'apoptose mitochondriale qui semble fonctionner d'une manière différente des protéines connues qui déclenchent la mort cellulaire mitchondrial», a déclaré Fabien Llambi, spécialiste de la recherche de laboratoire à St. Jude et le premier auteur du papier. "La stabilité de BOK semble être directement liée à la quantité de stress cellulaire connu dans le réticulum endoplasmique."

Les chercheurs ont révélé que BOK est contrôlé au niveau de la stabilité des protéines par des composants de la dégradation réticulum endoplasmique associé ou voie ERAD. ERAD est un mécanisme de contrôle de qualité qui permet de détecter et d'éliminer les protéines endommagées et souvent dépliée.

Les scientifiques ont également pu montrer que BOK fonctionne indépendamment de BAK et BAX, deux autres membres de la famille Bcl-2 de protéines qui régulent et contribuent à la mort cellulaire mitochondriale.

«Le sort de la cellule au cours du stress semble être étroitement câblé aux voies de signalisation, tels que la voie BOK, que nous avons découvert, et qui déclenchent la mort cellulaire mitochondriale», a ajouté Green. «Notre travail suggère également que les cellules cancéreuses exprimant des niveaux élevés de BOK peuvent être particulièrement sensibles aux inhibiteurs qui ciblent le protéasome ou la voie ERAD."

Le développement d'inhibiteurs spécifiques ciblant la voie de ERAD pourrait fournir des alternatives utiles à certains des inhibiteurs de protéasome connus qui empêchent la croissance des cellules cancéreuses. Certains inhibiteurs de protéasome affectent plusieurs cibles d'une manière qui ne respectent pas le niveau de spécificité souhaitée. Un inhibiteur de l'ERAD pourrait remédier à cet inconvénient. Des travaux supplémentaires sont nécessaires pour identifier des protéines cibles appropriées qui se prêteraint à ce type d'interférence.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Bcl-2   Jeu 18 Fév 2016 - 13:54

Spanish and German researchers have successfully seen for the first time the pores, shaped like rings and crescent moons, that the Bax protein perforates in mitochondrial membranes. This advance has been achieved thanks to super-resolution microscopy and may help find the "holy grail" of cell suicide, a crucial process in preventing cancer.

Death is essential for life, at least at the cellular level. Organ development relies to a large extent on there being a perfect balance between cells that are growing and dividing and those that are dying. In order for this to occur, cells programme their own destruction through a process called apoptosis, or cell suicide. If any fault arises in this programmed death, cells proliferate in an uncontrolled manner, and cancer can be caused.

The complex mechanism of apoptosis is governed by a family of proteins, Bcl-2 proteins, which form a large network of molecular interactions to regulate the permeabilisation of the outer membrane of the mitochondria, the powerhouse of the cell. This step is considered to be the point of no return in cell suicide, and is mediated in the last instance by the Bax protein, an essential member of the Bcl-2 family whose function is to perforate the membrane.

When the cell is stressed by apoptotic stimuli, Bax activates its killer instinct, encrusting on the mitochondrial membrane and recruiting other Bax units to form large clusters. Finally, these break the mitochondrial outer membrane by making a hole or pore, which allows the release of proteins such as cytochrome c from the intermembrane space into the extracellular environment to culminate the suicide process.

"The mechanism that the Bax protein follows to irreversibly damage the cell is still unknown; in fact, the existence of these pores has not until now been free of polemic, as nobody had succeeded in observing them in the mitochondria of cells," the Spanish biochemist Raquel Salvador-Gallego, a researcher at the University of Tübingen (Germany) and co-author of the paper, explained.

But seeing is believing. This biochemist and colleagues at her university and several other German research centres have managed to visualise the nanometric structures behind Bax organisation during apoptosis, with the help of super-resolution microscopes. The paper is the cover article of this week's edition of 'The EMBO Journal'.

"Surprisingly, we have been able to observe very defined Bax structures across the mitochondria, shaped like rings, arcs and lines. These are typical of the protein in its active form and are only present when the cell is dying," Salvador-Gallego stresses.

The team, coordinated by another Spanish researcher, Ana García-Sáez, has verified that these ring and arc structures are able to perforate artificial membranes which mimic the lipid composition of mitochondria. This leaves no doubt that they are closely linked to the function of the Bax protein during apoptosis.

The biochemist summarises that this paper "proposes a new mechanism of Bax action and confirms the existence of these pores, giving us an important piece in solving the puzzle of apoptosis."

Another article appears in the same journal, a study led by Stefan Jakobs of the University Medical Center of Göttingen (Germany), which confirms with complementary super-resolution techniques the existence of Bax rings which may potentially also link with Bak proteins, another member of the Bcl-2 family.

"How the two killer proteins Bax and Bak form the putative 'apoptotic pore' that is responsible for irrevocably damaging mitochondria leading to cell death is considered the 'holy grail' of apoptosis research," writes Dr Grant Dewson of the University of Melbourne (Australia), also in 'The EMBO Journal'. He concludes: "These two studies provide tantalising evidence of ring and crescent moon-shaped 'apoptotic pores."


---

Des chercheurs espagnols et allemands ont vu avec succès pour la première fois les trous, en forme de bagues et des croissants de lune, que la protéine Bax perfore dans les membranes mitochondriales. Cette avance a été atteint grâce à un nanoscope et peut aider à trouver le «Saint Graal» de suicide cellulaire, un processus crucial dans la prévention du cancer.

La mort est essentielle à la vie, au moins au niveau cellulaire. Le développement des organes repose dans une large mesure de l'existence sur équilibre parfait entre les cellules qui grandissent et se divisent et celles qui sont en train de mourir. Pour que cela se produise, les cellules programment leur propre destruction par un processus appelé apoptose, ou suicide cellulaire. Si un défaut apparaît dans cette mort programmée, les cellules prolifèrent de manière incontrôlée, et le cancer peut être causé.

Le mécanisme de l'apoptose est complexe et régi par une famille de protéines appelées Bcl-2, des protéines qui forment un grand réseau d'interactions moléculaires pour réguler la perméabilisation de la membrane externe de la mitochondrie, la centrale électrique de la cellule. Cette étape est considérée comme le point de non-retour dans le suicide de la cellule, et est médiée en dernier lieu par la protéine Bax, un membre essentiel de la famille Bcl-2 dont la fonction est de perforer la membrane.

Lorsque la cellule est souligné par des stimuli apoptotiques, Bax active son instinct de tueur, incrustant sur la membrane mitochondriale et recrute d'autres unités Bax pour former de grands groupes. Enfin, ceux-ci brisent la membrane externe mitochondriale en faisant un trou ou pore, ce qui permet la libération de protéines telles que le cytochrome c à partir de l'espace intermembranaire dans l'environnement extracellulaire pour aboutir au processus de suicide.

"Le mécanisme que la protéine Bax suit pour endommager irréversiblement la cellule est encore inconnue, en fait, l'existence de ces pores n'a pas jusqu'à présent a été sans polémique, car personne avait réussi à les observer dans les mitochondries des cellules," les Espagnols biochimiste Raquel Salvador-Gallego, un chercheur à l'Université de Tübingen (Allemagne) et co-auteur de l'étude, a expliqué.

Mais voir pour le croire. Ce biochimiste et ses collègues de son université et plusieurs autres centres de recherche allemands ont réussi à visualiser les structures nanométriques derrière organisation Bax en cours d'apoptose, avec l'aide de microscopes super-résolution. Le papier est l'article de couverture de l'édition de cette semaine de "The EMBO Journal.

«Étonnamment, nous avons pu observer des structures Bax très définies dans les mitochondries, en forme de bagues, des arcs et des lignes. Ceux-ci sont typiques de la protéine sous sa forme active et ne sont présents que lorsque la cellule est en train de mourir», souligne Salvador-Gallego .

L'équipe, coordonnée par un autre chercheur espagnol, Ana García-Sáez, a vérifié que ces structures cycliques et arc sont capables de perforer des membranes artificielles qui imitent la composition lipidique de la mitochondrie. Cela ne laisse aucun doute qu'ils sont étroitement liés à la fonction de la protéine Bax cours de l'apoptose.

Le biochimiste résume que ce document "propose un nouveau mécanisme d'action Bax et confirme l'existence de ces pores, nous donnant un élément important dans la résolution de l'énigme de l'apoptose."

Un autre article apparaît dans le même journal, une étude menée par Stefan Jakobs du Centre Université de médecine de Göttingen (Allemagne), qui confirme avec des techniques complémentaires de super-résolution l'existence d'anneaux Bax qui peuvent potentiellement créer un lien aussi avec des protéines Bak, un autre membre de la famille Bcl-2.

"Comment les deux protéines tueuses Bax et Bak forment le« pores apoptotique 'putative qui sont responsables d'endommager irrémédiablement les mitochondries conduisant à la mort cellulaire est considéré comme le «Saint Graal» de la recherche sur l'apoptose, "écrit le Dr Grant Dewson de l'Université de Melbourne (Australie ), également dans "The EMBO Journal. Il conclut: «Ces deux études fournissent des preuves de l'anneau et du Croissant  de pores apoptotiques en forme de lune."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Bcl-2   Ven 22 Mai 2015 - 15:40

Lung cancer researchers at Winship Cancer Institute of Emory University have discovered a novel strategy to exploit apoptosis, a form of programmed cell death, for the treatment of lung cancer. The protein Bcl-2 is a known target for cancer treatment since it allows cancer cells to evade cell death via apoptosis.


Lead study author Xingming Deng, MD, PhD, a Winship cancer biologist, and his colleagues have discovered an entirely new class of compounds that act by binding to the BH4 domain of Bcl-2 to inhibit its function. The binding of the potential drug results in Bcl-2 being converted from its role of providing survival advantage to cancer cells to that of promoting death of cancer cells. Though this strategy was primarily studied in lung cancer models, it could be widely applicable to other cancer types as well. The findings were published online in the journal Cancer Cell.

"Discovery of the Bcl2 BH4 antagonist as the way to promote cancer cell death may provide a new weapon against lung cancer," says Deng, who is also an associate professor in Emory's Department of Radiation Oncology.

"This potential drug identified by Dr. Deng and our Winship team may accelerate our success against lung and other cancers. We are now testing this molecule further in preparation for future testing among eligible patients," says co-author Walter J. Curran, Jr., MD, Winship's executive director

---

Les chercheurs sur le cancer du à Winship Cancer Institute de l'Université Emory ont découvert une nouvelle stratégie pour exploiter l'apoptose, une forme de mort cellulaire programmée, pour le traitement du cancer du . La protéine Bcl-2 est une cible connue pour le traitement du cancer car elle permet aux cellules cancéreuses de se soustraire à la mort cellulaire via l'apoptose.

L'auteur principal de l'étude Xingming Deng, MD, PhD, un biologiste Winship du cancer , et ses collègues ont découvert une toute nouvelle classe de moléculess qui agissent en se liant au domaine BH4 de Bcl-2 pour inhiber sa fonction. La liaison des résultats potentiels de médicaments dans Bcl-2 est converti à partir de son rôle d'avantage de survie pour les cellules cancéreuses à celle de promouvoir la mort des cellules cancéreuses. Bien que cette stratégie a été principalement étudié dans des modèles de cancer du poumon, il pourrait être largement applicable à d'autres types de cancer aussi. Les résultats ont été publiés en ligne dans la revue Cancer Cell.

«La découverte de Bcl2, l'antagoniste BH4, comme le moyen de promouvoir la mort des cellules cancéreuses peut fournir une nouvelle arme contre le cancer du poumon», dit Deng, qui est également professeur associé au Département d'Emory de radio-oncologie.

"Ce médicament potentiel identifié par le Dr Deng et notre équipe Winship peut accélérer notre succès contre les cancers du poumon et d'autres. Nous testons actuellement cette molécule en outre en préparation de futurs essais chez les patients éligibles," dit le co-auteur Walter J. Curran, Jr ., MD, directeur exécutif de Winship




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Bcl-2   Sam 21 Fév 2015 - 15:26

Mise à jour janvier 2015

BACKGROUND: Increased expression of the bcl-2 gene has been observed in prostate cancer cells after androgen withdrawal and has been associated with the development of androgen independence and chemoresistance. The objective of this study was to determine whether antisense Bcl-2 oligodeoxynucleotides could enhance paclitaxel cytotoxicity and delay androgen-independent progression. METHODS: Northern and western blot analyses were used to measure changes in Bcl-2 expression in mouse Shionogi tumor cells after treatment with antisense Bcl-2 oligodeoxynucleotides and/or paclitaxel. Growth inhibition and induction of apoptotic cell death were assessed with the use of standard methods. All P values are two-sided. RESULTS: Treatment of Shionogi tumor cells with 500 nM antisense Bcl-2 oligodeoxynucleotides decreased expression of Bcl-2 messenger RNA (mRNA) by approximately 85%. Paclitaxel treatment induced Bcl-2 protein phosphorylation but did not alter Bcl-2 mRNA expression. Antisense Bcl-2 oligodeoxynucleotide treatment substantially enhanced paclitaxel chemosensitivity in a dose-dependent manner. Characteristic apoptotic DNA laddering and cleavage of poly(adenosine diphosphate-ribose) polymerase were demonstrated only after combined treatment. Adjuvant in vivo administration of antisense Bcl-2 oligodeoxynucleotides and micellar paclitaxel following castration resulted in a statistically significant delay of androgen-independent, recurrent tumors compared with administration of either agent alone (P<.001, Mantel-Cox log-rank test). Combination therapy also statistically significantly inhibited the growth of established hormone-refractory tumors compared with treatment with either agent alone (P<.001, Student's t test). CONCLUSIONS. Combined treatment with antisense Bcl-2 oligodeoxynucleotides and paclitaxel could be a novel and attractive strategy to inhibit progression to androgen-independent disease as well as growth of hormone-refractory prostate cancer through deprivation of Bcl-2 function.





CONTEXTE: L'augmentation de l'expression du gène bcl-2 a été observée dans les cellules cancéreuses de la après le retrait des androgenes et a été associé au développement de l'indépendance aux androgènes et la chimiorésistance. L'objectif de cette étude était de déterminer si l'antisens des oligodésoxynucléotides Bcl-2 pourraient améliorer la cytotoxicité de paclitaxel et retarder la progression de l'androgéno-indépendance.

MÉTHODES: Des analyses ont été utilisés pour mesurer les changements dans l'expression de Bcl-2 dans les cellules tumorales de souris Shionogi après traitement avec l'antisens Bcl-2 et / ou paclitaxel. L'inhibition de la croissance et l'induction de mort cellulaire par apoptose a été évaluée à l'aide de procédés standard.

Résultats: Le traitement des cellules tumorales de Shionogi avec 500 nM antisens Bcl-2 diminue l'expression de l'arn messager Bcl-2 (ARNm) d'environ 85%. Le traitement de paclitaxel Bcl-2 a induit la phosphorylation des protéines, mais ne modifie pas l'expression de l'ARNm de Bcl-2. L'Antisens Bcl-2 a sensiblement améliorée la chimiosensibilité de paclitaxel d'une manière dépendante de la dose.


CONCLUSIONS. Le traitement combiné avec antisens Bcl-2 et paclitaxel pourrait être une nouvelle stratégie attrayante pour inhiber la progression de la maladie androgéno-indépendante ainsi que la croissance du cancer de la prostate hormono-résistant grâce à la privation de la fonction de Bcl-2.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Bcl-2   Ven 16 Fév 2007 - 0:47

texte original concernant oblimersen (Il y en a peut-être un plus détaillé encore...)


Randomized Phase III Trial of Fludarabine Plus Cyclophosphamide With or Without Oblimersen Sodium (Bcl-2 antisense) in Patients With Relapsed or Refractory Chronic Lymphocytic Leukemia
Susan O'Brien,* Joseph O. Moore, Thomas E. Boyd, Loree M. Larratt, Aleksander Skotnicki, Benjamin Koziner, Asher A. Chanan-Khan, John F. Seymour, R. Gregory Bociek, Steve Pavletic, and Kanti R. Rai
From The University of Texas M.D. Anderson Cancer Center, Houston, TX; Duke University Medical Center, Durham, NC; Yakima Regional Cancer Care Center, Yakima, WA; Cross Cancer Institute, Edmonton, AB, Canada; Klinika Hematologii Collegium Medicum Uniwersytetu Jagiellonskiego, Cracow, Poland; Instituto Argentino de Diagnostico y Tratamiento SA, Buenos Aires, Argentina; Roswell Park Cancer Institute, Buffalo; Long Island Jewish Medical Center, New Hyde Park, NY; Peter MacCallum Cancer Centre, Melbourne, Victoria, Australia; and University of Nebraska Medical Center, Omaha, NE.


* To whom correspondence should be addressed. E-mail: sobrien@mdanderson.org


Purpose: Expression of Bcl-2 protein is associated with chemotherapy resistance and decreased survival in chronic lymphocytic leukemia (CLL). We evaluated whether oblimersen would improve response to chemotherapy in patients with relapsed or refractory CLL.

Patients and Methods: Patients had received at least one prior fludarabine-containing regimen and were stratified on the basis of prior fludarabine response, number of prior regimens, and duration of response to last prior therapy. Patients were randomly assigned to 28-day cycles of fludarabine 25 mg/m2/d plus cyclophosphamide 250 mg/m2/d administered intravenously for 3 days with or without oblimersen 3 mg/kg/d as a 7-day continuous intravenous infusion (beginning 4 days before chemotherapy) for up to six cycles. The primary end point was the proportion of patients who achieved complete response (CR) or nodular partial response (nPR).

Results: Of 241 patients randomly assigned, CR/nPR was achieved in 20 (17%) of 120 patients in the oblimersen group and eight (7%) of 121 patients in the chemotherapy-only group (P = .025). Achievement of CR/nPR was correlated with both an extended time to progression and survival (P < .0001). In patients who remained sensitive to fludarabine, oblimersen was associated with a four-fold increase in the CR/nPR rate and a significant survival benefit (P = .05). Oblimersen was frequently associated with thrombocytopenia and, rarely, tumor lysis syndrome and cytokine release reactions; the incidence of opportunistic infections and second malignancies was similar in both groups.

Conclusion: The addition of oblimersen to fludarabine plus cyclophosphamide significantly increases the CR/nPR rate in patients with relapsed or refractory CLL (particularly fludarabine-sensitive patients), as well as response duration among patients who achieve CR/nPR.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Bcl-2   Ven 16 Fév 2007 - 0:38

Des chercheurs disent que le premier médicament antisens à être testé dans le cas de la leucémie chronique lymphocitaire a été un succès dans la phase III des essais cliniques.

Un médicament antisens implique qu'un bout d'ADN peut arrêter la fonction d'un gène. Le médicament à l'étude, oblimersen (Genasense), fournit des bénéfices pour une catégorie de patients - ceux qui sont encore sensible au fludarabine, un médicament de chimio souvent utilisé pour soigner le cancer."On a découvert que l'oblimersen améliores la sensiblité à la chimiothérapie aussi nous pensons que ça mérite d'être plus étudié dans la population de patients souffrant de leucémie lymphocitaire chronique." dit-il.

"Les résultats sont logiques puisque oblimersen est fait pour travailler avec la chimio" dit l'auteur de l'étude, le docteur Susan O'Brien de l'université du Texas    

La leucémie lymphocitaire chronique, un cancer du sang et de la moelle des os, est le second type le plus commun chez les adultes.

Cette étude apparait sur l'édition ( plus tôt sur le web) du 20 mars du Journal of Clinical Oncology.


Dernière édition par Denis le Ven 22 Mai 2015 - 15:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bcl-2   Aujourd'hui à 0:09

Revenir en haut Aller en bas
 
Bcl-2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: