AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Des choses surprenantes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16282
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Des choses surprenantes.   Dim 4 Juin 2017 - 15:00

TATOUAGE - Allier pratique et esthétique. C'est l'ingénieux postulat de départ de la recherche initiée par Katia Vega, une scientifique du MIT. À travers son projet DermalAbyss elle tente de faire de la peau humaine une surface interactive.

Les tatouages ont une fonction esthétique, voire symbolique, mais plus seulement. Les équipes du MIT Media Lab et d'Harvard Medical School collaborent depuis sept ans pour leur donner une nouvelle utilité: fournir des données en temps réel sur le corps.

Les chercheurs mettent au point une encre de tatouage qui change de couleur selon l'état de santé. "Ce projet combine les progrès de la biotechnologie avec les méthodes traditionnelles de l'art du tatouage", présente l'équipe sur son site.

"DermalAbyss présente une nouvelle approche des interfaces biologiques dans laquelle la surface du corps devient un écran interactif", ajoute-t-elle. L'encre injecte dans la peau des capteurs biologiques qui vont réagir aux substances présentes dans le liquide interstitiel. Il s'agit du liquide présent entre les capillaires sanguins et les cellules.

Les chercheurs peuvent donc observer trois types d'informations biochimiques: les taux de PH, de sodium ou de glucose. Comme on peut le voir sur l'image ci-dessous, le tatouage change de teinte selon les variations de ces substances corporelles.

Les scientifiques soulignent que cette technologie pourrait changer la vie de beaucoup de personnes. Les diabétiques par exemple sont pour l'instant obligé de se percer la peau tout au long de la journée pour vérifier leur glycémie.

"Avec DermalAbyss, nous avons la possibilité de remplacer une procédure douloureuse par un tatouage, dont la couleur change du rose au violet en fonction du niveau de glucose, affirment-ils. De fait, l'utilisateur pourrait contrôler les changements et son besoin en insuline."

Pour l'instant, le projet de Katia Vega est encore à l'état de test. L'encre est tatouée sur la peau ex vivo de porcs, qui ont un organisme proche de celui de l'homme.


atia Vega a fait de la combinaison entre la beauté et la technologie sa spécialité. Ses travaux ont déjà abouti à la création de vernis à ongles connectés ou encore à de faux cils intelligents. Ces derniers sont alimentés par des autocollants conducteurs en électricité, qui pourraient remplacer l'eyeliner.

"Je voulais aller plus loin, pas seulement rester sur le dessus de votre épiderme", a déclaré Katia Vega à Co.Design. La question est: jusqu'où ses recherches vont-elles aller?

---

Ce n'est pas dans le texte mais il me semble que j'ai lu que le cancer prenait pied dans un milieu trop acide, à quand un tatouage qui avertit du cancer précocément ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16282
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Des choses surprenantes.   Dim 7 Mai 2017 - 13:46

UT Southwestern Medical Center researchers have identified the cells that directly give rise to hair as well as the mechanism that causes hair to turn gray -- findings that could one day help identify possible treatments for balding and hair graying.

"Although this project was started in an effort to understand how certain kinds of tumors form, we ended up learning why hair turns gray and discovering the identity of the cell that directly gives rise to hair," said Dr. Lu Le, Associate Professor of Dermatology with the Harold C. Simmons Comprehensive Cancer Center at UT Southwestern. "With this knowledge, we hope in the future to create a topical compound or to safely deliver the necessary gene to hair follicles to correct these cosmetic problems."

The researchers found that a protein called KROX20, more commonly associated with nerve development, in this case turns on in skin cells that become the hair shaft. These hair precursor, or progenitor, cells then produce a protein called stem cell factor (SCF) that the researchers showed is essential for hair pigmentation.

When they deleted the SCF gene in the hair progenitor cells in mouse models, the animal's hair turned white. When they deleted the KROX20-producing cells, no hair grew and the mice became bald, according to the study.

The findings are published online in Genes & Development.

Dr. Le, who holds the Thomas L. Shields, M.D. Professorship in Dermatology, said he and his researchers serendipitously uncovered this explanation for balding and hair graying while studying a disorder called Neurofibromatosis Type 1, a rare genetic disease that causes tumors to grow on nerves.

Scientists already knew that stem cells contained in a bulge area of hair follicles are involved in making hair and that SCF is important for pigmented cells, said Dr. Le, a member of the Hamon Center for Regenerative Science and Medicine.

What they did not know in detail is what happens after those stem cells move down to the base, or bulb, of hair follicles and which cells in the hair follicles produce SCF -- or that cells involved in hair shaft creation make the KROX20 protein, he said.

If cells with functioning KROX20 and SCF are present, they move up from the bulb, interact with pigment-producing melanocyte cells, and grow into pigmented hairs.

But without SCF, the hair in mouse models was gray, and then turned white with age, according to the study. Without KROX20-producing cells, no hair grew, the study said.

UT Southwestern researchers will now try to find out if the KROX20 in cells and the SCF gene stop working properly as people age, leading to the graying and hair thinning seen in older people -- as well as in male pattern baldness, Dr. Le said.

The research also could provide answers about why we age in general as hair graying and hair loss are among the first signs of aging.

Other researchers include first author Dr. Chung-Ping Liao, Assistant Instructor; Dr. Sean Morrison, Professor and Director of the Children's Medical Center Research Institute at UT Southwestern and of Pediatrics, and Howard Hughes Medical Institute Investigator, who holds the Kathryne and Gene Bishop Distinguished Chair in Pediatric Research at Children's Research Institute at UT Southwestern and the Mary McDermott Cook Chair in Pediatric Genetics; and Reid Booker, a former UT Southwestern researcher.

The research was supported by the National Cancer Institute, Specialized Programs of Research Excellence (SPORE) grant, National Institutes of Health, the Dermatology Foundation, the Children's Tumor Foundation, and the Burroughs Wellcome Fund.

---

Les chercheurs de l'UT Southwestern Medical Center ont identifié les cellules qui donnent directement naissance aux cheveux ainsi que le mécanisme qui fait que les cheveux deviennent gris - des résultats qui pourraient un jour aider à identifier les traitements possibles pour la calvitie et le grisonnement des cheveux.

"Bien que ce projet ait été commencé dans un effort pour comprendre comment certains types de tumeurs se forment, nous avons fini par apprendre pourquoi les cheveux deviennent gris et découvrent l'identité de la cellule qui donne directement naissance aux cheveux", a déclaré le Dr Lu Le, professeur agrégé de Dermatologie avec le Harrison C. Simmons Comprehensive Cancer Center à UT Southwestern. "Avec cette connaissance, nous espérons qu'à l'avenir créer un composé topique ou pour délivrer en toute sécurité le gène nécessaire aux follicules capillaires pour corriger ces problèmes cosmétiques".

Les chercheurs ont constaté qu'une protéine appelée KROX20, plus fréquemment associée au développement nerveux, se déclenche dans les cellules de la peau qui deviennent la tige du cheveu. Ces précurseurs capillaires, ou cellules progénitrices, produisent alors une protéine appelée facteur de cellules souches (SCF) que les chercheurs ont montré, est essentielle pour la pigmentation des cheveux.

Lorsqu'ils ont supprimé le gène SCF dans les cellules progénitrices capillaires dans les modèles de souris, les poils de l'animal sont devenus blancs. Lorsqu'ils ont supprimé les cellules productrices de KROX20, aucun cheveu n'a crû et les souris sont devenues chauves, selon l'étude.

Les résultats sont publiés en ligne dans Genes & Development.

Le Dr Le, titulaire de Thomas L. Shields, MD Professorship in Dermatology, a déclaré que lui et ses chercheurs avaient révélé cette explication de la calvitie et des cheveux en gris pendant l'étude d'un trouble appelé Neurofibromatosis Type 1, une maladie génétique rare qui provoque une croissance des tumeurs des nerfs.

Les scientifiques savaient déjà que les cellules souches contenues dans une zone de gonflement des follicules capillaires sont impliquées dans la fabrication des cheveux et que le SCF est important pour les cellules pigmentées, a déclaré le Dr Le, membre du Hamon Center for Regenerative Science and Medicine.

Ce qu'ils ne savaient pas en détail, c'est ce qui se passe après que ces cellules souches se déplacent vers le bas, ou des bulbes, des follicules capillaires et quelles cellules dans les follicules capillaires produisent le SCF ou les cellules impliquées dans la création de l'hélice créent la protéine KROX20,  a-t-il dit.

Si des cellules fonctionnant avec KROX20 et SCF sont présentes, elles se déplacent de l'ampoule, interagissent avec des cellules de mélanocytes produisant des pigments et se transforment en cheveux pigmentés.

Mais sans SCF, les cheveux dans les modèles de souris étaient gris, puis devenaient blancs avec l'âge, selon l'étude. Sans cellules productrices de KROX20, aucun cheveu n'a pu croitre, selon l'étude.

Les chercheurs de l'UT Southwestern tenteront maintenant de savoir si les cellules KROX20 et le gène SCF cessent de fonctionner correctement à mesure que les personnes vieillissent, ce qui entraîne un amincissement  des cheveux et du grisonnement des cheveux, chez les personnes âgées - ainsi que dans la calvitie masculine, a déclaré le Dr Le. .

La recherche pourrait également fournir des réponses sur la raison pour laquelle nous vieillissons en général, car les cheveux grisonnants et la perte de cheveux sont parmi les premiers signes du vieillissement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16282
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Des choses surprenantes.   Mar 26 Juil 2016 - 12:17

L'Institut du cancer de Sao Paulo a commencé lundi à tester sur des humains une pilule controversée contre le cancer, un premier pas pour prouver l'efficacité d'une substance déjà utilisée par des patients, bien que non autorisée.

La dénommée « pilule du cancer », composée de la substance phosphoéthanolamine synthétique qui, théoriquement, est en mesure d'aider le système immunitaire à identifier les cellules tumorales et peut les éliminer, sera testée en phase initiale sur dix patients de cet institut qui ne reçoivent pas d'autres traitements, a indiqué le secrétariat de la Santé de l'État régional de Sao Paulo.

Si le médicament ne présente pas d'effets secondaires graves, l'étude sera élargie progressivement à un millier de personnes.

Les premiers tests sur des rongeurs, à la demande du ministère des Sciences et Technologie, n'ont toutefois pas été très prometteurs.

La « pilule du cancer » a été créée par Gilberto Orivaldo Chierice, chimiste et professeur de l'Université Sao Paulo, qui a développé dans les années 90 une méthode pour synthétiser la phosphoéthanolamine efficace pour empêcher le développement du cancer.

Aujourd'hui à la retraite, M. Chierice a effectué des tests sur des animaux et a mis la pilule à la disposition des patients d'un hôpital de la province de l'État de Sao Paulo qui l'ont prise sous sa responsabilité.

L'initiative a connu un « effet boule de neige » et selon les mots du chercheur lui-même dans une interview au site G1 de Globo, l'institut de chimie de l'Université a produit plus de 50 000 capsules par mois sans aucun règlement, répondant à la demande des patients qui avaient entendu parler de son pouvoir de réduire les tumeurs.

En 2014, le laboratoire a cessé de produire la pilule alors qu'une partie de la communauté scientifique alertait sur les risques du médicament, qui n'avait pas été soumis à tous les tests nécessaires.

L'Agence nationale de santé (Anvisa) et la Société brésilienne d'oncologie se sont opposées à sa distribution, mais de nombreux patients ont eu recours à la justice pour obtenir le médicament.

Face à la pression populaire, la présidente Dilma Rousseff a promulgué en avril, quelques semaines avant d'être écartée du pouvoir par le Sénat, une loi qui autorisait l'utilisation de la substance, sa fabrication et distribution.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16282
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Des choses surprenantes.   Dim 17 Juil 2016 - 14:02



Folates can stimulate stem cell proliferation independently of their role as vitamins, according to a collaborative study from the University of Georgia and Tufts University, which used an in vitro culture and animal model system in their findings.

Folates, whether supplemental B vitamins or natural folates found in food, are essential for the proper functioning of all cells in the body and are critical to prevent birth defects.

The study, published July 11 in Developmental Cell, shows for the first time that an adult stem cell population is controlled by an external factor arising from outside the animal--bacterial folate. In this case, that animal was a small roundworm model organism known as Caenorhabditis elegans.

"Our study shows that germ stem cells in Caenorhabditis elegans are stimulated to divide by a specific folate that comes from their bacterial diet," said the study's co-senior author Edward Kipreos, a professor in UGA's Franklin College of Arts and Sciences. "Folates are essential B-group vitamins. However, we show that the ability of a specific folate to stimulate germ cells is independent of its role as a vitamin, implying that it acts directly as a signaling molecule."

Naturally occurring folates exist in many chemical forms; folates are found in food, as well as in metabolically active forms in the human body. Folic acid is the major synthetic form found in fortified foods and vitamin supplements.

"Since its discovery in 1945, folate has been the subject of many studies that resulted in more than 50,000 publications. The finding in this study is the first of its kind because it presents evidence that folate is involved in roles other than those that were known before," said the study's co-senior author Jacob Selhub, director of the Vitamin Metabolism Laboratory at Tufts University.

"Grains in the U.S. and a few other countries are currently supplemented with folates," Kipreos said. "Folate supplementation has been an important contributor in reducing the number of neural tube birth defects. However, a vitamin-independent role of folates may provide a secondary pathway, the nature and biological impact of which for humans are yet to be determined."

The study describes how a specific folate receptor, FOLR-1, in C. elegans is required for the stimulation of germ stem cell growth.

The research team observed a process in C. elegans in which the action of FOLR-1 is required to promote germ cell tumors that may be similar to the way folate receptors promote the progression of certain cancers in humans. With a few exceptions, folate receptors are not essential for the transport of folates into cells for use as vitamins, but may act to stimulate cell division.

As a part of the published findings, the researchers created the first system that allows C. elegans germ cells to be cultured in vitro.

"This technique provides an important new tool for the study of this major genetic model organism," Kipreos said.


---

Les folates peuvent stimuler la prolifération des cellules souches indépendamment de leur rôle en tant que vitamines, selon une étude de collaboration de l'Université de la Géorgie et de l'Université Tufts, qui a utilisé une culture in vitro et de l'animal comme système modèle dans leurs conclusions.

Les folates, que ce soit comme compléments vitaminique B ou folates naturels trouvés dans les aliments, sont essentiels pour le bon fonctionnement de toutes les cellules du corps et sont essentiels pour prévenir les malformations congénitales.

L'étude, publiée le 11 Juillet dans Developmental Cell, montre pour la première fois qu'une population de cellules souches adultes est contrôlée par un facteur externe provenant de l'extérieur de l'animal - la folate bactérienne. Dans ce cas, cet animal était un petit organisme modèle ascaris connu sous le nom Caenorhabditis elegans.

«Notre étude montre que les cellules souches germinales dans le Caenorhabditis elegans sont stimulés à se diviser par un folate spécifique qui vient d'une bactérie de leur régime alimentaire," a déclaré le co-principal auteur de l'étude Edward Kipreos, professeur au Franklin College UGA des Arts et des Sciences. "Les folates sont des vitamines du groupe B essentielles. Cependant, on montre que la capacité spécifique de l'acide folique pour stimuler les cellules germinales est indépendante de son rôle en tant que vitamines, ce qui implique qu'il agit directement comme une molécule de signalisation."

D'origine naturelle, les folates existent dans de nombreuses formes chimiques; les folates se trouvent dans les aliments, ainsi que dans les formes métaboliquement actives dans le corps humain. L'acide folique est la forme synthétique majeur trouvée dans les aliments enrichis et les suppléments vitaminiques.

"Depuis sa découverte en 1945, le folate a fait l'objet de nombreuses études qui ont abouti à plus de 50.000 publications. La conclusion de cette étude est la première de son genre, car il présente des preuves que le folate est impliqué dans d'autres rôles que ceux qui étaient connus avant, "a déclaré le co-principal auteur de l'étude Jacob Selhub, directeur du métabolisme Laboratoire vitamine à l'Université Tufts.

"Les grains dans le États-Unis et quelques autres pays sont actuellement complétées par des folates», a déclaré Kipreos. "La supplémentation en acide folique a été un facteur important dans la réduction du nombre de malformations congénitales. Cependant, un rôle de la vitamine-indépendante de folates peut fournir une voie secondaire, de laquelle la nature et l'impact biologique pour les humains restent encore à déterminer."

L'étude a décrit la manière dont un récepteur de folate spécifique FOLR-1, chez C. elegans est nécessaire pour la stimulation de la croissance des cellules souches.

L'équipe de recherche a observé un processus de C. elegans dans lequel l'action de FOLR-1 est nécessaire pour promouvoir les tumeurs des cellules souches qui peuvent être similaire à la façon dont les récepteurs folate favorisent la progression de certains cancers chez l'homme. A quelques exceptions près, les récepteurs folate ne sont pas essentiels pour le transport des folates dans les cellules pour une utilisation en tant que vitamines, mais peuvent agir pour stimuler la division cellulaire.

Comme une partie des résultats publiés, les chercheurs ont créé le premier système qui permet aux cellules souches de C. elegans d'être cultivées in vitro.

"Cette technique fournit un nouvel outil important pour l'étude de ce grand organisme modèle génétique», a déclaré Kipreos.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16282
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Des choses surprenantes.   Mer 25 Mar 2015 - 12:57

DENVER, Colorado - L'ingrédient principal d'un édulcorant artificiel pourrait être utilisé pour développer un médicament contre le cancer, selon une nouvelle recherche dévoilée lundi aux États-Unis.

Les conclusions de l'étude de l'Université de la Floride indiquent que la saccharine, que l'on trouve dans «Sweet ‘N Low» et d'autres substituts de sucre, désactive une protéine présente dans certains cancers très agressifs de la poitrine, des , des , du et du .

Les scientifiques affirment que bloquer la protéine anhydrase carbonique IX ralentirait la croissance des cellules cancéreuses et rendrait le cancer moins résistant à la chimiothérapie ou à la radiothérapie.

«Je suis toujours stupéfait de constater comment une simple molécule comme la saccharine, quelque chose que les gens mettent dans leur café tous les jours, pourrait avoir des propriétés méconnues, incluant un composé qui ciblerait les cancers agressifs», a indiqué par voie de communiqué Robert McKenna, de l'Université de la Floride.

Ironiquement, les édulcorants artificiels ont été considérés comme de possibles produits cancérigènes.

Les chercheurs mènent des tests sur les effets de la saccharine sur des cellules cancéreuses de la poitrine et du foie. S'ils s'avèrent concluants, des tests sur des animaux seront menés.

Les résultats de l'étude ont été présentés lundi lors d'une réunion de l'American Chemical Society à Denver


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16282
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Des choses surprenantes.   Ven 16 Fév 2007 - 13:02

Les scientifiques ont découvert une gène qui pourrait être l'interrupteur principal du cancer.



Le gène CHD5 a une fonction importante, il prévient le cancer de se développer. Mais quand il manque à son travail, les cellules commencent à avoir un comportement erratique et les tumeurs se forment.


Un professeur de génétique dit que ce gène, localisé sur le chromosome 1, dirige l'activité de plusieurs autres gènes impliqué dans la suppression de tumeurs. Conséquemment lorsqu'il ne fonctionne pas, cela a de grandes répercusions.

Les cancers associés avec son malfonctionnement sont le cancer du de l' de la du et du



Beaucoup de gens ont cherché ce gène pendant des décennies. Et maintenant qu'il est localisé, il influencer la recherche sur le cancer pour les années à venir. Cette découverte fournira de nouvelles idées pour des cibles qui feraient l'objet de nouveaux médicaments et des traitements plus agressifs contre le cancer


Dernière édition par Denis le Dim 4 Juin 2017 - 15:02, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des choses surprenantes.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Des choses surprenantes.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des choses surprenantes.
» Saint Jacques le Majeur Apôtre et commentaire du jour "Si vous, qui êtes mauvais, savez donner de bonnes choses à vos..."
» Il fait des grandes choses que nous ne comprenons pas
» Les choses permises pendant le Hajj
» (Remy Chauvin) Introduction à certaines choses que je ne m'explique pas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: