AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Molécules synthétiques ou chimiques contre le cancer (femtochimie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Molécules synthétiques ou chimiques contre le cancer (femtochimie)   Ven 22 Mai 2015 - 9:31

In work that heralds a new, more potent form of targeted therapy for cancer, Dana-Farber Cancer Institute scientists have devised a chemical technology that doesn't just disable malevolent proteins in tumor cells, as current agents do, but destroys them.


As described in a study posted online May 21 by Science magazine, the strategy uses tumor cells' own protein-chopping machinery to break down and dispose of proteins that drive cancer growth. When tested in laboratory samples of leukemia cells and in animals with human-like leukemia, the approach caused cancer cells to die much more quickly than with conventional targeted therapies.

Researchers developed the strategy as a way to develop inhibitors of "undruggable" proteins and overcome drug resistance, a common shortcoming of targeted therapies. Resistance arises when tumors that originally responded to a particular therapy manage to circumvent the drug's effects and resume their growth.

"One of the reasons resistance occurs is that cancer-related proteins often have multiple functions within the cell, and conventional targeted therapies inhibit just one or a few of those functions," said the paper's senior author, James Bradner, MD, an oncologist and chemist at Dana-Farber. "Conventional drugs allow the targeted protein to adapt to the drug, and the cell finds alternate routes for its growth signals.

"We began designing approaches that cause the target protein to disintegrate, rather than merely be inhibited," he continued. "It would be very powerful if we could chemically convert an inhibitor drug into a degrader drug."

Doing so would involve manipulating the cell's natural protein-elimination system. Used-up or unneeded proteins are tagged for disposal by enzymes that attach a protein called ubiquitin to them. The marked proteins are then brought to a structure called the proteasome, where they're ground up and recycled. Three enzymes -- dubbed E1, E2, and E3 -- collaborate to affix the tags.

To harness this system for the destruction of cancer proteins, Bradner's team designed a chemical adapter that attaches to a targeted drug molecule. The adapter works like a tiny trailer hitch, enabling the drug to tow the cell's protein-degradation machinery directly to the protein of interest. Once bound to that protein, the combination drug-and-protein-degrader essentially demolish it.

The team tested the technology -- which they dubbed "degronimids" -- in laboratory samples of leukemia cells. They began with the drug JQ1, which inhibits BRD4, a protein that orchestrates the expression of cancer growth genes. They built an adapter out of phthalimide -- a chemical derivative of the drug thalidomide -- and attached it to JQ1. The phthalimide was designed to bind snugly to a protein-degrading enzyme E3 (called Cereblon), making it ideal as a trailer hitch.

When investigators treated the leukemia cells with a JQ1-and-phthalimide "conjugate" called dBET1, the BRD4 protein within the cells was degraded in less than an hour. Such rapid and extensive degradation suggests that conjugates may be able to prevent or hinder cancer cells from developing resistance to targeted therapies, the researchers state.

"The potency, selectivity, and rapidity of this approach -- namely the ability to home in specifically on BRD4 -- are unprecedented in clinical approaches to protein degradation," Bradner said.

To determine how selective dBET1 actually is, the researchers measured the levels of all proteins in leukemia cells one and two hours after treatment. "We were stunned to find that only three proteins of more than 7,000 in the entire cell were degraded: BRD2, 3, and 4, -- an exceptional degree of selectivity guided by the intended targets of JQ1," Bradner said. "It's as though dBET1 is laser-guided to deliver protein-degrading machinery to targeted proteins."

The investigators then tested dBET1 in mice bearing a widespread and aggressive form of human leukemia. As in the laboratory cell samples, there was a rapid degradation of BRD4 in the tumor cells and a powerful anti-leukemia effect, with few noticeable side effects.

To see if compounds other than JQ1 can be used as a guidance system for a conjugate, the researchers created a set of molecules that lock the protein-degradation machinery onto a compound called SLF, which targets a protein called FKBP12. When they treated cancer cells with SLF, they found it degraded the vast majority of FKBP12 in the cells within a few hours.

Buoyed by these results, Dana-Farber researchers are working to create a derivative of dBET1 that can be used as a drug in human patients -- and to extend the conjugate strategy for the treatment of other cancers and other genetically-caused diseases.

"We're very excited that this chemical technology may offer a way to improve many cancer drug molecules, and of course this strategy has implications beyond cancer for the treatment of other life-threatening diseases," Bradner said.

"The dBET1 and the dFKBP12 compounds are presently in a late stage of lead optimization for therapeutic development in both cancer and non-malignant diseases," says Prem Das, PhD, chief research business development officer at Dana-Farber. "Composition-of-matter and method-of-use patent applications have been filed on these and other additional targeted agents, as well as on the chemistry platform. They will be licensed for commercialization to an appropriate company according to standard Dana-Farber practice." Potential partners or investors can contact Das at the Belfer Office for Dana-Farber Innovations.

---


Dans le travail qui annonce une nouvelle forme, plus puissante de la thérapie ciblée pour le cancer, les scientifiques de l'Institut du cancer Dana-Farber ont mis au point une technologie chimique qui ne se contente pas désactiver les protéines malveillantes dans les cellules tumorales, comme les agents actuels font, mais les détruisent.


Comme décrit dans une étude publié en ligne le 21 mai par le magazine Science, la stratégie utilise la propre machinerie de hackage protéique des cellules tumorales pour les décomposer et éliminer les protéines qui stimulent la croissance du cancer. Lors d'un essai dans les échantillons de laboratoire de cellules leucémiques et chez les animaux atteints de leucémie de type humain, l'approche a causé la mort des cellules cancéreuses beaucoup plus rapidement qu'avec les thérapies ciblées classiques.

Les chercheurs ont élaboré la stratégie comme un moyen de développer des inhibiteurs de protéines "undruggable" (qu'on ne peut pas médicamenter) et pour surmonter la résistance aux médicaments, un défaut commun des thérapies ciblées. La résistance arrive lorsque les tumeurs qui ont répondu à l'origine à une thérapie particulière parviennent à contourner les effets du médicament et reprendre leur croissance.

"Une des raisons de résistance se produit est que les protéines liées au cancer ont souvent de multiples fonctions au sein de la cellule, et les thérapies ciblées classiques inhibent seulement une ou quelques-unes de ces fonctions», a déclaré l'auteur du papier principal, James Bradner, MD, oncologue et chimiste à Dana-Farber. "Les médicaments conventionnels permettent à la protéine ciblée de s'adapter au médicament, et la cellule trouve des routes alternatives pour les signaux de croissance.

"Nous avons commencé à concevoir des approches qui font que la protéine cible se désintégre, plutôt que de simplement être inhibée," at-il poursuivi. "Ce serait très puissant si nous pouvions transformer chimiquement un médicament inhibiteur en un médicament dégradeur."

Cela impliquerait la manipulation du système élimination naturel de protéines de la cellule. Les protéines sur-utilisées ou inutiles sont étiquetées pour l'élimination par des enzymes qui leur attachent une protéine appelée ubiquitine. Les protéines marquées sont ensuite amenés à une structure appelée protéasome, où elles sont broyés et recyclés. Trois enzymes - surnommé E1, E2, et E3 - collaborent pour apposer les étiquettes.

Pour tirer parti de ce système pour la destruction des protéines de cancer, l'équipe de Bradner a conçu un adaptateur chimique qui se fixe à une molécule du médicament ciblé. L'adaptateur fonctionne comme un petit attelage remorque, permettant au médicament de remorquer la machinerie de dégradation des protéines de la cellule directement à la protéine d'intérêt. Une fois liée à cette protéine, la combinaison médicament-et-protéine-dégradatrice vont essentiellement la démolir.

L'équipe a testé la technologie - qu'ils ont appelé "degronimids" - dans des échantillons de laboratoire de cellules leucémiques. Ils ont commencé avec le médicament JQ1, qui inhibe Brd4, une protéine qui orchestre l'expression des gènes de croissance du cancer. Ils ont construit un adaptateur sur une phtalimide - un dérivé chimique de la thalidomide - et l'ont attachés à JQ1. Le phtalimide a été conçu pour se lier parfaitement à une enzyme dégradant les protéines E3 (appelé Cereblon), le rendant idéal comme attelage de remorque.

Lorsque les chercheurs ont traité les cellules de leucémie avec une JQ1-et-phtalimide «conjugué» appelé dBET1, la protéine dans les cellules Brd4 a été dégradé en moins d'une heure. Cette dégradation rapide et importante suggère que conjugués peuvent être en mesure d'empêcher ou entraver les cellules cancéreuses de développer une résistance aux thérapies ciblées, affirment les chercheurs.

"La puissance, la sélectivité, et la rapidité de cette approche - à savoir la capacité d'accueil en particulier sur Brd4 - sont sans précédent dans les approches cliniques pour la dégradation des protéines", a déclaré Bradner.

Pour déterminer comment dBET1 est sélectif en réalité, les chercheurs ont mesuré les niveaux de toutes les protéines dans des cellules leucémiques une et deux heures après le traitement. "Nous avons été stupéfaits de constater que seulement trois protéines de plus que les 7000 dans la cellule entière ont été dégradés: BRD2, 3, et 4, - un degré exceptionnel de sélectivité guidée par les objectifs prévus de JQ1", a déclaré Bradner. "C' est comme si dBET1 est guidé par laser pour fournir des machines de protéines dégradantes aux protéines ciblées."

Les enquêteurs ont ensuite testé dBET1 chez des souris porteuses d'une forme généralisée et agressive de leucémie humaine. Comme dans les échantillons de cellules de laboratoire, il y avait une dégradation rapide de Brd4 dans les cellules tumorales et un effet anti-leucémie puissant, avec peu d'effets secondaires notables.

Pour voir si des composés autres que JQ1 peuvent être utilisés comme un système de guidage pour un conjugué, les chercheurs ont créé un ensemble de molécules qui bloquent la machinerie protéique dégradation sur un composé appelé SLF, qui cible une protéine appelée FKBP12. Quand ils l'ont traités avec des cellules de cancer SLF, ils ont trouvé qu'elle dégrade la grande majorité de la FKBP12 dans les cellules au bout de quelques heures.

Porté par ces résultats, les chercheurs Dana-Farber travaillent à créer un dérivé de dBET1 qui peut être utilisé comme un médicament chez des patients humains - et d'étendre la stratégie de conjugué pour le traitement d'autres cancers et d'autres maladies d'origine génétique.

«Nous sommes très heureux que cette technologie chimique peut offrir un moyen d'améliorer de nombreuses molécules de médicaments contre le cancer, et bien sûr cette stratégie a des implications au-delà du cancer pour le traitement d'autres maladies potentiellement mortelles», a déclaré Bradner.

"Le dBET1 et les composés dFKBP12 sont actuellement en un stade tardif d'optimisation pour le développement thérapeutique dans le cancer et les maladies non malignes», explique Prem Das, Ph.D., chef de la recherche entreprise agent de développement au Dana-Farber. "Composition-de-matière et des demandes de brevet sur une méthode d'utilisation ont été déposés sur ces questions et d'autres agents ciblés supplémentaires, ainsi que sur la plate-forme de chimie. Ils seront autorisés à la commercialisation à une société appropriée conformément à la norme de pratique de Dana-Farber ». Les partenaires potentiels ou les investisseurs peuvent contacter Das à l'Office Belfer pour Dana-Farber Innovations.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Molécules synthétiques ou chimiques contre le cancer (femtochimie)   Mer 13 Mai 2015 - 16:10

A new family of molecules that kill cancer cells and protect healthy cells could be used to treat a number of different cancers, including cervical, breast, ovarian and lung cancers. Research published in EBioMedicine shows that as well as targeting and killing cancer cells, the molecules generate a protective effect against toxic chemicals in healthy cells.

Cells can become cancerous when their DNA is damaged. Many different things can cause DNA damage, including smoking, chemicals and radiation; understanding exactly what happens at the point of DNA damage can help scientists develop new cancer treatments. By studying this mechanism, researchers from the University of Waterloo in Canada could identify new molecules that selectively target cancer cells.

The researchers studied the process of DNA damage using a sort of molecular filming technique called femtosecond time-resolved laser spectroscopy. The technique is like a high-speed camera, which uses two pulses of light: one to start a reaction, and the other to monitor the way the molecules react. This technique let researchers watch how molecules interact in real-time, revealing how cells become cancerous.

Researchers have been using femtosecond laser spectroscopy to study biological molecules for decades, in fields called femtochemistry and femtobiology.. More recently, this technique was fused with molecular biology and cell biology techniques to advance our understanding of human diseases, notably cancer, and how their treatments work. This potential new field is being dubbed femtomedicine (FMD).

"We know DNA damage is the initial and crucial step in the development of cancer," said Professor Qing-Bin Lu, lead author of the study from the University of Waterloo, Canada. "With the FMD approach we can go back to the very beginning to find out what causes DNA damage in the first place, then mutation, then cancer. FMD is promising as an efficient, economical and rational approach for discovering new drugs, as it can save resources required to synthesize and screen a large library of compounds."

Taking advantage of the FMD approach, Professor Lu and his colleagues discovered a new family of molecules called nonplatinum-based halogenated molecules, or FMD compounds. These are similar to cisplatin -- a drug used to treat ovarian, testicular, lung, brain and other cancers. However, while cisplatin is highly toxic, the new FMD compounds are not harmful to normal cells.

When the FMD compounds enter a cancer cell, they react strongly and form reactive radicals, which cause the cell to kill itself. When the FMD compounds enter a healthy cell, the cell starts to increase the amount of a protective molecule called glutathione (GSH) in the cell. This protects the cell against chemical toxins, so it is not damaged.

The researchers tested the molecules on human cells and in mice, and found very consistent results. They treated human cells -- various normal and cancer cells -- with the FMD compounds and tested them to see whether the cells were killed. They also tested the levels of GSH in the cells, revealing that the amount of protective molecule increased in the normal cells, while it decreased in cancer cells.

They then tested the FMD compounds on a range of tumors in mice, representing cervical, ovarian, breast and lung cancers. They measured the extent to which the FMD compounds slowed down tumor growth, and found it was effective at slowing or halting the growth of all tumors.

"We're very excited about our discovery; we can see that the FMD compounds are just as effective as cisplatin in mice but without being toxic," said Professor Lu. "We believe that it could potentially be used to treat a very wide rage of cancers, without making patients suffer the toxic side effects that some existing drugs have."

"We want this discovery to help patients, and we plan to move it into clinical trials as soon as possible," added Professor Lu.

---


Une nouvelle famille de molécules qui tuent les cellules cancéreuses et protègent les cellules saines pourrait être utilisée pour traiter un certain nombre de différents cancers, y compris le col de l'utérus, du , de l'ovaire et les cancers du . Une recherche publiée dans EBioMedicine montre que, en plus de cibler et de tuer les cellules cancéreuses, les molécules génèrent un effet protecteur contre les produits chimiques toxiques dans les cellules saines.

Les cellules peuvent devenir cancéreuses quand leur ADN est endommagé. Beaucoup de choses différentes peuvent causer des dommages à l'ADN, notamment le tabagisme, les produits chimiques et le rayonnement; comprendre exactement ce qui se passe au point de dommages à l'ADN peut aider les scientifiques à développer de nouveaux traitements contre le cancer. En étudiant ce mécanisme, des chercheurs de l'Université de Waterloo au Canada pourraient identifier de nouvelles molécules qui ciblent sélectivement les cellules cancéreuses.

Les chercheurs ont étudié le processus de dommages à l'ADN en utilisant une sorte de technique de tournage moléculaire appelée spectroscopie laser femtoseconde résolue dans le temps. La technique est semblable à une caméra à grande vitesse, qui utilise deux impulsions de lumière: une pour démarrer une réaction, et l'autre pour contrôler la façon dont les molécules réagissent. Cette technique laisse les chercheurs regardent comment les molécules interagissent en temps réel, révélant comment les cellules deviennent cancéreuses.

Les chercheurs ont eu recours à la spectroscopie laser femtoseconde pour étudier des molécules biologiques pour des décennies, dans des domaines appelés femtochimie et femtobiology .. Plus récemment, cette technique a été fusionnée avec les techniques de la biologie et de biologie cellulaire et moléculaire pour faire progresser notre compréhension des maladies humaines, notamment le cancer, et comment leur traitements fonctionnent. Ce nouveau champ potentiel est surnommé La Femtomedicine (FMD).

"Nous savons que les dommages à l'ADN est l'étape initiale et cruciale dans le développement du cancer," a déclaré le professeur Qing-Bin Lu, auteur principal de l'étude de l'Université de Waterloo, Canada. "Avec l'approche FMD, nous pouvons revenir au tout début pour savoir ce qui provoque des dommages de l'ADN, en premier lieu, puis la mutation, puis le cancer. La FMD est prometteuse comme une approche efficace, économique et rationnelle pour la découverte de nouveaux médicaments, comme il peut économiser les ressources nécessaires pour synthétiser et cribler une grande bibliothèque de molécules ".

Profitant de l'approche FMD, le professeur Lu et ses collègues ont découvert une nouvelle famille de molécules appelées molécules halogénés à base de non-platinum, ou molécules FMD. Ils sont semblables à la cisplatine - un médicament utilisé pour traiter le cancer de l'ovaire, du testicule, du poumon, du cerveau et d'autres cancers. Cependant, alors que le cisplatine est hautement toxique, les nouvelles molécuels FMD ne sont pas nocives pour les cellules normales.

Lorsque les molécules FMD entrent dans une cellule cancéreuse, ils réagissent fortement et forment des radicaux réactifs, qui incitent la cellule à se tuer elle-même. Lorsque les molécules FMD entrent dans une cellule saine, la cellule commence à augmenter la quantité d'une molécule protectrice appelée glutathion (GSH) dans la cellule. Cela permet de protéger la cellule contre les toxines chimiques, de sorte qu'elle ne soit pas endommagée.

Les chercheurs ont testé les molécules sur des cellules humaines et chez la souris, et ont constaté des résultats très cohérents. Ils ont traité les cellules humaines - diverses cellules normales et cancéreuses - avec les molécules FMD et les ont testé pour voir si les cellules avaient été tuées. Ils ont également testé les niveaux de GSH dans les cellules, indiquant que la quantité de molécule de protection a augmenté dans les cellules normales, tandis qu'elle a diminué dans les cellules cancéreuses.

Ils ont ensuite testé les molécules FMD sur une gamme de tumeurs chez la souris, soit les cancers du col utérin, de l'ovaire , du et du . Ils ont mesuré la mesure dans laquelle les molécules FMD ont ralenti la croissance tumorale, et ils l'ont trouvé efficace pour ralentir ou arrêter la croissance des tumeurs.

«Nous sommes très heureux de notre découverte, nous pouvons voir que les molécules FMD sont tout aussi efficace que le cisplatine chez la souris, mais sans être toxique," a déclaré le professeur Lu. "Nous pensons qu'il pourrait être utilisé pour traiter une très large évantail de cancers, sans avoir les effets secondaires toxiques que certains médicaments existants ont."

"Nous voulons que cette découverte puisse aider les patients, et nous prévoyons de le déplacer vers les essais cliniques dès que possible", a ajouté le professeur Lu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Molécules synthétiques ou chimiques contre le cancer (femtochimie)   Lun 2 Mar 2015 - 11:20

Chemists at Bielefeld University have developed a molecule containing copper that binds specifically with DNA and prevents the spread of cancer. First results show that it kills the cancer cells more quickly than cisplatin -- a widely used anti-cancer drug that is frequently administered in chemotherapy. When developing the anti-tumour agent, Professor Dr. Thorsten Glaser and his team cooperated with biochemists and physicists. The design of the new agent is basic research. 'How and whether the copper complex will actually be given to cancer patients is something that medical research will have to determine in the years to come,' says the chemist.

Ever since the end of the 1970s, doctors have been using cisplatin to treat cancer. For lung cancer and testicular cancer, the drug promotes healing; however, it does not work for all types of cancer. Cisplatin is also one of the anti-cancer drugs that most frequently induce nausea, vomiting, and diarrhea. 'Therefore we wanted to develop an alternative agent that would work differently, have fewer side effects, and treat other types of cancer as well,' says Thorsten Glaser, Professor of Inorganic Chemistry at Bielefeld University. 'In addition, we wanted an agent that would treat cancers that have become immune to cisplatin through its use in earlier treatments.' Glaser and his team are using methods from chemistry to produce new molecules that are not found in nature, and to equip these with specific properties.

Cisplatin attacks the DNA of cancer cells. DNA is composed of nucleobases, phosphates, and sugar. Whereas cisplatin binds with the nucleobases, the new molecule developed by the researchers attacks the phosphate in the DNA. 'We did this by integrating two metal ions of copper in our molecule that preferentially bind with phosphates.' As soon as the ions bind with the phosphate, the DNA of the cancer cell changes. This disrupts the cellular processes, prevents the cell from reproducing, and leads to the destruction of the pathological cell.

'Just as a key only works in one specific lock, our molecule only fits the phosphates and blocks them,' says Glaser. A bit like the end of a horseshoe, there are two metal ions of copper protruding from the new molecule. The gap between the two ends of the horseshoe corresponds exactly to that between the phosphates in the DNA so that they can dock together and form a perfect fit. 'Because two phosphates bind simultaneously, the binding strength is greater. And that increases the efficacy.'

The scientists at Bielefeld University have developed a procedure for manufacturing the new molecule. They have proved that their copper agent can bind with DNA and change it. And they have studied whether and how well their agent prevents the spread of the DNA and thereby of the cells. The replication of the genome in cells proceeds in a similar way to a polymerase chain reaction (PCR). The researchers have confirmed that the copper complex stops this chain reaction.

Finally, the scientists applied the agent to cancer cells. They administered the substance to a cell culture with cancer cells. The result was that 'the copper complex is more effective than cisplatin,' says Glaser. 'The highest number of cancer cells died at a concentration of 10 micromolar. With cisplatin, you need 20 micromolar.'

When carrying out the research on the new agent, Professor Glaser and his team cooperated with the research teams of Professor Dr. Dario Anselmetti (Biophysics and nanoscience) and Professor Dr. Gabriele Fischer von Mollard (Biochemistry) -- both also at Bielefeld University. Dario Anselmetti's colleagues used atomic force microscopy to produce the images confirming that the copper complex binds with the DNA. Gabriele Fischer von Mollard's team tested how the cancer cell culture responded to the agent.

---

Les chimistes de l'Université de Bielefeld ont développé une molécule contenant du cuivre qui se lie spécifiquement avec l'ADN et empêche la propagation du cancer. Les premiers résultats montrent qu'il tue les cellules cancéreuses plus rapidement que la cisplatine - un médicament anticancéreux largement utilisé qui est souvent administré sous la chimiothérapie. Lors du développement de l'agent anti-tumeur, Le professeur Dr. Thorsten Glaser et son équipe ont coopéré avec des biochimistes et des physiciens. La conception du nouvel agent est de la recherche fondamentale. «Comment et si la molécule de cuivre sera effectivement donnée aux patients atteints de cancer est quelque chose que la recherche médicale devra déterminer dans les années à venir», explique le chimiste.

Depuis la fin des années 1970, les médecins ont utilisé le cisplatine pour traiter le cancer. Pour le cancer du et le cancer des testicules, le médicament favorise la cicatrisation; cependant, il ne fonctionne pas pour tous les types de cancer. La cisplatine est également l'un des médicaments anticancéreux qui induisent le plus souvent des nausées, des vomissements et de la diarrhée. «C'est pourquoi nous avons voulu développer un autre agent qui travaille différemment, avoir moins d'effets secondaires, et traiter d'autres types de cancer aussi, dit Thorsten Glaser, professeur de chimie inorganique à l'Université de Bielefeld. «En outre, nous voulions un agent qui pourrait traiter les cancers qui sont devenus à l'abri de cisplatine grâce à son utilisation dans des traitements antérieurs. ' Glaser et son équipe utilisent des méthodes de la chimie pour produire de nouvelles molécules qui ne peuvent pas être trouvées dans la nature, et pour doter celles-ci de propriétés spécifiques.

La cisplatine attaque l'ADN des cellules cancéreuses. L'ADN est composé de nucléobases, des phosphates, et du sucre. Considérant que le cisplatine se lie avec les nucléobases, la nouvelle molécule développée par les chercheurs attaque le phosphate dans l'ADN. «Nous l'avons fait en intégrant deux ions métalliques de cuivre dans notre molécule qui se lie préférentiellement avec phosphates. ' Dès que les ions se lient avec le phosphate, l'ADN des changements de cellules cancéreuses. Ceci perturbe les processus cellulaires, empêche la cellule de se reproduire, et conduit à la destruction de la cellule pathologique.

«Tout comme une clé ne fonctionne que dans une serrure spécifique, notre seule molécule s'adapte aux phosphates et les bloque, dit Glaser. Un peu comme au bout d'un fer à cheval, il y a deux ions métalliques de cuivre dépassant de la nouvelle molécule. L'écart entre les deux extrémités du fer à cheval correspond exactement à celle qui sépare les phosphates de l'ADN de manière à pouvoir ancrer ensemble et forment un ajustement parfait. «Parce que deux phosphates lient simultanément, la force de liaison est supérieure. Ce qui augmente l'efficacité ».

Les scientifiques de l'Université de Bielefeld ont développé un procédé de fabrication de la nouvelle molécule. Ils ont prouvé que leur agent de cuivre peut se lier avec l'ADN et le modifier. Et ils ont étudié si et comment leur agent empêche la propagation de l'ADN et donc des cellules. La réplication du génome dans des cellules procède de manière similaire à une réaction en chaîne par polymérase (PCR). Les chercheurs ont confirmé que le complexe de cuivre arrête cette réaction en chaîne.

Enfin, les scientifiques ont appliqué l'agent à des cellules cancéreuses. Ils ont administré la substance à une culture cellulaire avec des cellules cancéreuses. Le résultat a été que «le complexe de cuivre est plus efficace que le cisplatine, dit Glaser. "Le plus grand nombre de cellules cancéreuses est mort à une concentration de 10 micromolaires. Avec le cisplatine, vous avez besoin de 20 micromoles ".

Lors de la réalisation de la recherche sur le nouvel agent, le professeur Glaser et son équipe ont coopéré avec les équipes de recherche du professeur Dr Dario Anselmetti (biophysique et nanosciences) et le Professeur Dr Gabriele Fischer von Mollard (biochimie) - tous deux également à l'Université de Bielefeld. Les collègues de Dario Anselmetti ont utilisé la microscopie à force atomique pour produire les images confirmant que le complexe de cuivre se lie avec l'ADN. L'équipe de Gabriele Fischer von Mollard ont testé comment la culture de cellules de cancer a répondu à l'agent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15755
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Molécules synthétiques ou chimiques contre le cancer (femtochimie)   Jeu 22 Fév 2007 - 20:14

les chercheurs américains disent qu'ils ont synthétiser une molécule qui marchent d'une façon différente que les agents actuels pour bloquer la croissance des cellules cancéreuses.


Kazunori Koide et ses collègues de l'université de Pittsburg disent que la nouvelle molécule est si puissante qu'une petite quantité de 10 parties par trillion bloque la croissance ses tumeurs dans une expérience en laboratoire.


La molécule parente FR901464 inhibe la croissance des cellules cancéreuses dans des souris de laboratoire. Parce que que la structure est similaire avec le Fr901464 et son analogue, le meayamycin, le groupe de Koide est prudemment optimiste que le meayamycin sera aussi efficace conte les tumeurs chez les souris.

Le montant que l'quipe de chercheur emploie contre les cellules canécreuses est équivalent èa 10 seconde dans 32,000 ans ou èa un sachet de sucre dans 400 piscines olympiques.


Le rapport, qui décrit la molécule comme une des plus puissantes de tous les agents anti-cancer est èa paraitre dans le numoro du 7 mars du Journal of americain Chemical society.


Dernière édition par Denis le Mer 13 Mai 2015 - 16:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Molécules synthétiques ou chimiques contre le cancer (femtochimie)   Aujourd'hui à 9:43

Revenir en haut Aller en bas
 
Molécules synthétiques ou chimiques contre le cancer (femtochimie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les molécules Dbait pour améliorer l'efficacité des chimios
» Des anticorps synthétiques.
» molécules en biochimie
» géométrie de molécules - modèle VSEPR
» Des molécules organiques dans la nébuleuse d'Orion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: