AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un meilleur diagnostic précoce du cancer du sein

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15772
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Un meilleur diagnostic précoce du cancer du sein   Mer 1 Mai 2013 - 9:21

L'équipe de recherche internationale basée à Grenoble et travaillant dans le cadre du synchrotron européen a mis au point un nouvel outil permettant d'obtenir des images en trois dimensions de la poitrine avec des doses de rayons X considérablement réduites par rapport aux méthodes classiques de radiographie.

Cette nouvelle méthode permet de réaliser des images 3D par tomodensitométrie avec une résolution spatiale au moins deux fois supérieure à celle des scanners actuels mais avec un niveau de radiation 25 fois plus faible.

La tomodensitométrie (TDM) est une technique d'imagerie par rayons X qui permet une visualisation 3D précise des organes du corps humain. Malheureusement, elle n'est pas utilisable pour le diagnostic du cancer du à cause des effets à long terme du niveau de radiation pour les organes exposés.

Conscient de ces limites, les scientifiques ont abordé le problème en utilisant une nouvelle approche. Ils ont combiné trois éléments qui, ensemble, doivent maintenant faire pour que la tomodensitométrie devienne possible pour la détection précoce du cancer du sein.

« Cette nouvelle technique ouvre la voie à l'utilisation clinique de la tomodensitométrie dans le diagnostic du cancer du sein, ce qui va permettre de généraliser la détection fiable et précoce des tumeurs » explique le professeur Maximilian Reiser, l'un des chercheurs impliqués dans ce travail.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15772
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Un meilleur diagnostic précoce du cancer du sein   Mar 27 Sep 2011 - 11:19

(Sep. 26, 2011) — New research has found that breast cancer tumours change their hormonal status throughout the course of disease, whereas the decision about the most effective treatment for the patient is usually only based on one biopsy of the primary tumour.

Une nouvelle recherche a trouvé que les tumeurs du cancer du changent leur statut hormonal à travers le développement de la maladie. Même si la décision du traitement le plus efficace est habituellement basé sur la biopsie de la tumeur primaire.

For some patients, biopsy verifications of any relapse will be very important because it may completely change their clinical management, a Swedish researcher will tell the 2011 European Multidisciplinary Cancer Congress. Dr. Linda Lindström, from the Karolinska Institutet Department of Oncology-Pathology, Solna, Stockholm, will say that her group's research is the first sizeable study to look at changes in tumours in multiple relapses in breast cancer patients.

Pour quelques patientes, les biopsies de vérification lors de la rechûte seront très importantes parce que cela pourra changer complètement le suivi médical.

"Our study demonstrates tumour instability in clinically used markers throughout tumour progression. We saw, for example, that one in three breast cancer patients alter oestrogen (ER) or progesterone (PR) hormone receptor status, and 15% of patients change human epidermal growth factor receptor 2, or HER2, status during the course of disease," she will say.

Notre étude démontre l'instabilité de la tumeur à travers la progression de celle-ci. Nous avons vu, par exemple, qu'un cancer du :sein:sur trois change de ER à PR et que 15% des patientes avec un cancer EPGF ou Her2 change de statut durant la maladie.

ER and PR receptor status tests show whether one or both of these hormones is helping to grow the cancer. Cancer that is hormone positive can be treated by hormone-suppressing drugs, whereas hormone negative cancers may respond to other types of treatment. Hormone negative patients are normally tested for HER2. If this test is positive, treatment such as Herceptin will usually be given.

The researchers studied breast cancer patients in the Stockholm healthcare region who had a recurrence of the disease between January 1, 1997 and December 31, 2007. Information on ER status in several relapses from the same individual was assessed in 119 patients: 33.6% of patients had changes in tumour status between the different sites of relapse (local, loco-regional and metastases) whereas 36.1% of the patients were stable ER positive, and 30.3% were stable ER negative. Sixteen percent of patients changed from ER positive to negative during the course of their disease, 12.6% changed from negative to positive, and 5% altered back and forth throughout tumour progression.

In the PR group, 30.2% of patients altered their hormone receptor status, with the majority changing from positive to negative. "Until now we thought that these predictive markers remained stable during the course of the cancer. But it is now apparent that these breast tumours markers, which are used to decide the best treatment for the patient, change as the tumour progresses and this significantly affects the way patients respond to particular therapies. This has important implications for the future management of the disease," says Dr. Lindström.

The researchers now intend to carry out a prospective study in which they will follow a group of breast cancer patients and examine the standard clinical markers throughout their tumour progression. "With cancer treatments becoming more and more efficacious and targeted to specific groups, it is particularly important that the correct treatment is given throughout the disease," says Dr. Lindström. "An additional advantage of carrying out regular biopsies would be that they could detect other primary cancers, or benign lesions, which could spare patients inappropriate or unnecessary therapies."

Dr. Lindström and colleagues think that their findings could possibly be applied to cancers other than breast. "We believe that tumour instability may be due to many different factors, for instance the choice of therapy and other host (patient) characteristics, and that some inherent tumour behaviour may well be shared by different tumour types. This is a promising area of research with important implications for patient management," she will conclude.

"This finding is of major clinical importance because it shows that many cancer patients who relapse do not receive optimal treatment for their disease. While the price of regular biopsies may seem high for both patients and healthcare systems, in the long run they may avoid inappropriate and costly treatments and, even more importantly, may be the basis for selecting more effective treatments for individual patients," said Professor Michael Baumann, ECCO President.

ESMO spokesman Professor Fabrice André, from the Institut Gustave-Roussy, Villejuif, France, said: "In this study of a large series of patients whose cancer recurred, the investigators have shown molecular changes in the tumours of more than one third. This further underlines the importance of taking regular biopsies in patients who relapse so that they can be sure of getting the most appropriate treatment, and of running trials looking at the relationship between the profiles of metastatic lesions and new agents specifically targeted at them."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15772
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Un meilleur diagnostic précoce du cancer du sein   Lun 26 Fév 2007 - 10:27

Allemagne : Un meilleur diagnostic précoce du cancer du sein

Des chercheurs de l'université de Bochum ont mis au point un nouveau procédé photoacoustique pour le diagnostic précoce des cancers du sein. Cette méthode — qui permettra, contrairement au techniques actuelles de mammographie et d'ultrasons, de distinguer les tumeurs malignes des kystes bénins — consiste à envoyer une impulsion de lumière pendant quelques nanosecondes sur la zone à examiner qui, alors, se dilate. La relaxation des tissus produit une onde mécanique mesurable, caractéristique du type de tissu et conduisant après un traitement informatique à une image de la zone examinée. La principale innovation de ce nouveau dispositif réside dans l’emploi de diode laser pouvant générer différentes longueurs d'onde et, ainsi, permettre la détection des agents de contraste ou du sang enrichi en oxygène avec une précision inégalée.


Dernière édition par Denis le Mar 27 Sep 2011 - 11:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un meilleur diagnostic précoce du cancer du sein   Aujourd'hui à 15:14

Revenir en haut Aller en bas
 
Un meilleur diagnostic précoce du cancer du sein
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon meilleur élève : "Je chercherai vos fautes toute l'année car je suis meilleur que vous".
» Choisir le meilleur Cursus mondial
» MEILLEUR FST
» Ton Meilleur Ami Jésus!
» S'engager au sein d'une association/Soutenir une cause

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Prévention-
Sauter vers: