AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Virus ou vaccin contre le cancer du pancréas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Virus ou vaccin contre le cancer du pancréas   Jeu 14 Avr 2016 - 17:11

A common flu virus could be used to overcome patients' resistance to certain cancer drugs -- and improve how those drugs kill cancer cells, according to new research from Queen Mary University of London (QMUL).

The work, funded by UK charity Pancreatic Cancer Research Fund, contributes to a growing area in cancer treatment in which viruses are harnessed to kill cancer cells.

Viruses can be modified to specifically infect cancer cells, and use them as a factory to generate thousands of new viruses, replicating until the cancer cell bursts. The virus copies will then spread and infect surrounding tumour cells and repeat the process, leaving healthy cells unharmed.

But the body's immune system will usually kill off the virus before it is able to infect all the cells within a tumour. In pancreatic cancer, therefore, drugs such as gemcitabine are currently the most common treatment -- they work by damaging the DNA in the cancer cells, so they are unable to divide successfully. This damage triggers a process called apoptosis, in which damaged or unhealthy cells are forced to self-destruct.

Over time, however, the cancer cell becomes able to delay apoptosis in order to repair the damage to its DNA, which means that the cells survive and continue to divide and spread and the drug becomes less effective.

In a study published in the journal Oncotarget, the team at QMUL's Barts Cancer Institute introduced a genetic modification to the virus, called adenovirus, to give it an extra weapon against cancer cells.

By switching off a particular gene in the virus which counteracts apoptosis, the scientists found cancer cells studied in the laboratory were unable to delay apoptosis and so forced to die without dividing. The modified virus still infects some cancer cells and replicates until the cell bursts, but by also preventing the cancer cells from developing drug resistance, it works with the anti-cancer drug to increase the number of cells that are killed.

"Many cancers -- including pancreatic cancer -- become resistant to treatments like gemcitabine, and currently there's no way to get round that," explains Dr Gunnel Halldèn, who led the research. "The virus that we have modified re-sensitises the resistant cancer cell by preventing the cell from repairing itself. The virus alone will kill some tumour cells, but in combination with the drug, the number of cells that are killed is greatly increased.

"Because the virus improves the efficacy of the drug, it means it could also be possible to give lower doses, which will also reduce the unpleasant side-effects associated with chemotherapy," she adds.

Developing virus-based cancer therapies has been a key goal in cancer research for several years and some technologies have already moved into the clinic: last year, for example, a melanoma therapy, based on a herpes virus called T-VEC, was approved for use in the US and in Europe.

The QMUL research is at an early stage, but the team believe they have found a promising new route for developing combination treatments for pancreatic cancer.

The next step for the researchers will be to test other modified versions of adenovirus to better understand the exact mechanism through which it enhances cell killing. Further modifications will also be made to enable the virus to trigger the body's immune system, which will attack any cancer cells that have not been infected by the virus.


---

Un virus commun de la grippe pourrait être utilisé pour surmonter la résistance des patients à certains médicaments contre le cancer - et améliore la façon dont ces médicaments tuent les cellules cancéreuses, selon une nouvelle étude de l'Université Queen Mary de Londres (QMUL).

Les travaux, financés un Fonds de recherche sur le cancer du pancréas au Royaume-uni, contribue à une zone de croissance dans le traitement du cancer dans lequel les virus sont mises à profit pour tuer les cellules cancéreuses.

Les virus peuvent être modifiés pour infecter spécifiquement les cellules cancéreuses, et les utiliser comme une usine pour générer des milliers de nouveaux virus se répliquant jusqu'à ce que les  cellules cancéreuses éclatent. Les copies de virus vont ensuite se propager et infecter les cellules tumorales environnantes et répéter le processus, laissant les cellules saines indemnes.

Mais le système immunitaire du corps tuera généralement le virus avant qu'il ne soit capable d'infecter toutes les cellules au sein d'une tumeur. Dans le cancer du pancréas, par conséquent, des médicaments tels que la gemcitabine sont actuellement le traitement le plus courant - ils travaillent en endommageant l'ADN dans les cellules cancéreuses, de sorte qu'elles soient incapables de se diviser avec succès. Ce dommage déclenche un processus appelé apoptose, dans lequel les cellules endommagées ou insalubres sont contraintes à l'auto-destruction.

Au fil du temps, cependant, la cellule cancéreuse devient capable de retarder l'apoptose afin de réparer les dommages causés à son ADN, ce qui signifie que les cellules survivent et continuent à se diviser et se propager et le médicament devient moins efficace.

Dans une étude publiée dans la revue Oncotarget, l'équipe de Cancer Institute Barts de QMUL introduit une modification génétique au virus, appelé adénovirus, pour lui donner une arme supplémentaire contre les cellules cancéreuses.

En désactivant un gène particulier dans le virus qui contrecarre l'apoptose, les scientifiques ont découvert des cellules cancéreuses étudiées en laboratoire ont été incapables de retarder l'apoptose et donc contraintes de mourir sans se diviser. Le virus modifié contamine encore des cellules cancéreuses et se réplique jusqu'à éclatement des cellules, mais aussi en empêchant les cellules cancéreuses de développer une résistance aux médicaments, il travaille avec le médicament anti-cancéreux pour augmenter le nombre de cellules qui sont tuées.

"De nombreux cancers - y compris le cancer du pancréas - deviennent résistantes aux traitements comme la gemcitabine, et actuellement il n'y a aucun moyen de contourner cela,» explique le Dr Gunnel Halldén, qui a dirigé la recherche. "Le virus que nous avons modifié re-sensibilise la cellule résistante au cancer en empêchant la cellule de se réparer elle-même. Seul le virus va tuer des cellules tumorales, mais en combinaison avec le médicament, le nombre de cellules qui sont tuées est fortement augmentée.

"Parce que le virus améliore l'efficacité du médicament, cela signifie qu'il pourrait aussi être possible de donner des doses plus faibles, ce qui permettra également de réduire les effets secondaires désagréables associés à la chimiothérapie», ajoute-t-elle.

Développer les thérapies du cancer à base de virus a été un objectif clé dans la recherche sur le cancer depuis plusieurs années et certaines technologies ont déjà déménagé dans la clinique: l'année dernière, par exemple, une thérapie de mélanome, basé sur un virus de l'herpès appelé T-VEC, a été approuvé pour utiliser aux États-Unis et en Europe.

La recherche QMUL est à un stade précoce, mais l'équipe croient qu'ils ont trouvé une nouvelle voie prometteuse pour le développement de traitements combinés pour le cancer du pancréas.

L'étape suivante pour les chercheurs sera de tester d'autres versions modifiées de l'adénovirus pour mieux comprendre le mécanisme exact par lequel il améliore la mort des cellules. D'autres modifications sont également prévues pour permettre au virus de  déclencher le système immunitaire du corps, ce qui va attaquer les cellules cancéreuses qui ne sont pas infectés par le virus.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Virus ou vaccin contre le cancer du pancréas   Ven 1 Avr 2016 - 15:57

Mise à jour, l'article date de juin 2014

Telomerase vaccination (GV1001) in combination with chemotherapy appeared to be safe but the immune responses were weak and transient. Measures have to be taken to optimize immune responses of GV1001 for it to be considered of clinical interest.

La vaccination des télomérase (GV1001) en combinaison avec la chimiothérapie semble être sans danger, mais les réponses immunitaires sont faibles et transitoires. Des mesures doivent être prises pour optimiser les réponses immunitaires de GV1001 pour qu'il soit considéré comme ayant un intérêt clinique.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talleyrand



Nombre de messages : 339
Date d'inscription : 31/03/2011

MessageSujet: addendum   Lun 2 Mai 2011 - 13:04

Ici, plutôt que dans "témoignages" :

Des médecins français ont eu l‘idée de proposer un «cocktail» de médicaments à leurs patients en bon état général au moment du diagnostic et donc susceptibles de bien le supporter : plus de 340 malades hospitalisés dans 48 établissements ont ainsi reçu, en plus de la gemcitabine, ce que les spécialistes appellent le protocole Folfirinox (5FU/acide folinique, irinotecan et oxaliplatine). Verdict : un gain moyen de 4,3 mois, un triplement des chances de survie à 18 mois et une qualité de vie plus longtemps préservée. Pour les malades et leur famille, c’est peu. Mais pour les médecins, cela veut dire beaucoup : ce premier bon résultat peut enfin en faire espérer d’autres. Du découragement collectif le plus total, on est enfin entré dans une phase d’espoir.


http://www.la-maison-du-cancer.com/magazine/la-salle-de-soins/s-informer-sur-le-cancer/enfin-un-premier-pas-dans-le-cancer-du-pancr-as

Etant bénéficiaire de ce traitement (Folfirinox), cela me laisse le temps d'espérer...
On va y arriver !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Virus ou vaccin contre le cancer du pancréas   Lun 18 Avr 2011 - 11:25

dimanche 17 avril 2011 à 17H35

Grande-Bretagne: un vaccin pour guérir le cancer du pancréas testé

Des tests concernant un vaccin guérissant le cancer du pancréas ont débuté cette semaine en Grande-Bretagne.

Plus de 1 000 patients atteints du cancer du pancréas se sont joints à l'étude dans 53 hôpitaux du pays, selon BBC. Cette maladie fait partie des cancers avec l'un des taux les plus bas de survie.

Alors que les vaccins sont habituellement utilisés pour prévenir les maladies, les chercheurs désirent stimuler le système immunitaire des malades avec celui-ci. Le vaccin, nommé TeloVac, sera combiné à la chimiothérapie. Ce traitement sera comparé à la chimiothérapie seule.




par Marie-Andrée Chalifour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Virus ou vaccin contre le cancer du pancréas   Ven 15 Avr 2011 - 10:23

Un article publié aujourd'hui le 15 avril 2011 :

Au Royaume-Uni, plus de 1.000 patients atteints de cancer du pancréas ont été recrutés pour l'essai clinique d'un nouveau vaccin destiné à traiter la maladie. Les tests ont déjà démarré.

C'est une réelle avancée dans les recherches de traitement contre le cancer du pancréas. Ce mois-ci, des scientifiques britanniques ont en effet annoncé le lancement d'un nouvel essai clinique : celui d'un vaccin destiné à traiter la maladie. Une toute nouvelle approche en qui les chercheurs ont fondé beaucoup d'espoir. En effet, le cancer du pancréas reste encore aujourd'hui une des formes les plus meurtrières de cancer, principalement en raison de diagnostic tardif. Selon les derniers chiffres de l'Institut de veille sanitaire (Invs), 7.200 personnes mourraient chaque année du cancer du pancréas. Une mortalité qui ne tend pas à diminuer, d'où l'importance de l'essai clinique.

Baptisé TeloVac, l'essai inclut au total 53 hôpitaux britanniques et plus de 1.000 patients atteints de cancer du pancréas. Il va s'agir de comparer l'efficacité des chimiothérapies seules contre celle des chimiothérapies combinées à des doses régulières de vaccin. Si les vaccins sont habituellement utilisés pour prévenir des infections, ici c'est une approche différente qu'ont mise au point les chercheurs. Le but est de stimuler le système immunitaire à combattre le cancer, en injectant de la télomérase, une protéine sur-produite par les cellules cancéreuses.

"Le problème est que les tumeurs sont intelligentes et sont capables de changer les cellules immunitaires en traitres qui aident à protéger la tumeur. Le vaccin éloigne l'effet masquant de la tumeur" a expliqué à la BBC le Pr John Neoptolemos du Royal Liverpool University Hospital. Si le vaccin s'avère avoir quelques effets secondaires, il pourrait ainsi permettre à l'organisme de détruire les cellules cancéreuses. Néanmoins, se pose le problème de la durée de cet effet. "L'un des gros problèmes avec le traitement contre le cancer est que l'on reste presque toujours avec quelques cellules malignes et c'est à partir de celles-ci que le cancer peut se redévelopper" a indiqué le Pr Peter Johnson, clinicien en chef au Cancer Research du Royaume-Uni.

Un vaccin palliatif mais non curatif

"Si l'on peut programmer le système immunitaire à reconnaitre ces cellules et se débarrasser d'elles toutes ensemble ou les garder en échec alors on peut empêcher le cancer de se redévelopper efficacement et pendant toute la vie" a expliqué le chercheur. Le fabricant coréen du vaccin, KAL-GemVax utilisera prochainement la même technologie dans un second essai cette fois-ci contre le cancer du poumon. Quant au TeloVac, les premiers résultats devraient arriver d'ici un an et révéler si le vaccin a un effet positif. Néanmoins, le Cancer research a tenu à souligner que le vaccin ne permettrait sûrement pas de guérir la maladie mais plutôt de prolonger la vie des patients.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Virus ou vaccin contre le cancer du pancréas   Ven 15 Avr 2011 - 9:09

14 avril 2011

A trial has begun on a vaccine treating pancreatic cancer, which has the lowest survival rate of all common cancers.

Un essai a commencé pour un vaccin qui traiterait le cancer du

More than 1,000 patients with advanced pancreatic cancer have joined the TeloVac trial at 53 UK hospitals.

Plus de 1000 personnes avec le cancer du pancréas.

Vaccines are usually associated with preventing infections, but this is part of a new approach to try to stimulate the immune system to fight cancer.

C'est une nouvelle approche d'essayer de stimuler le système immunitaire.

The trial involves regular doses of vaccine together with chemotherapy and compares this with chemotherapy alone.

L'essai implique plusieurs doses du vaccin en plus dela chimio comparé à la chimio seul.

The vaccine contains small sections of a protein, telomerase, which is over-produced by cancer cells. The aim is to stimulate the immune system to recognise the telomerase which sits on the surface of the cancer cells and to target the tumour.

Le vaccin contient de petites parties de telomerase une protéine surproduite par les cellules cancéreuses. Le but est de stimuler le système immunitaire pour qu'il reconnaisse la telomerase qui se trouve à la surface des cellules cancéreuses pour cibler la tumeur.

Professor John Neoptolemos from Royal Liverpool University Hospital, who is helping to co-ordinate the trial, said: "The problem is tumours are clever and are able to turn the immune cells into traitors which help to guard the tumour.

"The vaccine takes away the masking effect of the tumour."

Pancreatic cancer has the worst survival rate of all common cancers. Just three in 100 patients survive the disease for five years or more.

Rhona Longworth, 43, who was diagnosed with the cancer in February, said: "For someone who's never smoked and hardly ever drank, it was a big shock.

"I just hope the vaccine works and I'm one person who goes on to live a happy, healthy life after this."

Joan Roberts, 69, said the vaccine appeared to have few side effects and she is keeping her fingers crossed about the impact on her cancer.

"I'm pleased that it's stable and it hasn't got any bigger. You've got to remain positive," she said.

There is rarely positive news about pancreatic cancer. It has the worst survival rate of all common cancers - worse even than lung cancer”

The TeloVac trial is being funded by Cancer Research UK. The charity is supporting trials against a range of cancers, using vaccines or antibody treatments to stimulate the immune system.

Cancer Research UK's chief clinician Professor Peter Johnson said: "One of big problems with cancer treatment is you are almost always left with a few malignant cells and it is from those few cells that the cancer can regrow.

"If you can programme the immune system to recognise those cells and get rid of them altogether or keep them in check then you can effectively stop the cancer from growing back lifelong."

The South Korean manufacturer of the vaccine, KAEL-GemVax, is planning a lung cancer trial later this year using the same technology.

Last year the first therapeutic cancer vaccine was licensed in the US as a treatment against prostate cancer.

The Phase III or final stage TeloVac trial should produce results in just over a year which will show whether the vaccine has a positive effect.

La phase III de l'essai telovac pourrait produire des résultats en un an à peu près et dira si le vaccin a eu des effets positifs ou pas.
Cancer Research UK is keen to stress that the vaccine is not a cure, but if it works, might prolong life.


C'était une chose que je n'avais pas vu que c'est un vaccin avec de la telomerase, C'est intéressant et en plus l'essai est rendu en phase III maintenant et est sur le point de fournir des résultats
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Virus ou vaccin contre le cancer du pancréas   Jeu 15 Mar 2007 - 13:02

L'institut de la recherche sur le cacncer est impliqué dans un essai sur le nouveau vaccin GV1001 contre le cancer pancératique et recrute des patients à cet effet.


"Le GV1001 est un vaccin particulièrement attrayant, l'antigène ciblé qui est exprimé dans presque toutes les cellules pancrétiques cancéreuses et le vaccin stimule ces cellules qui sont nécessaires à une bonne attaque du système immunitaire sur ces cellules. Ajouter le vaccin à une plateforme de chimio est une stratégie qui pourrait créer un nouveau standard.


"De nouveaux traitements sont désespérément nécessaires parce que les survivants du cancer pancératique sont rares. Le GV1001 fait partie de ces nouveaux médicament qui n'attaquent pas les cellules saines mais seulement les cellules cancéreuses.

Le but des chercheurs est que les patients vivent plus longtemps, ce n'est pas attendu que le GV1001 guérissent les patients .


Dernière édition par Denis le Jeu 14 Avr 2016 - 17:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Virus ou vaccin contre le cancer du pancréas   Aujourd'hui à 22:10

Revenir en haut Aller en bas
 
Virus ou vaccin contre le cancer du pancréas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» un vaccin contre l'allergie aux chats testé sur des souris
» Bientôt un vaccin contre le Sida?
» Un VACCIN contre les maladies AUTO-IMMUNES ??
» vaccin contre la grippe et Humira
» Vaccin contre la grippe : composition pour 2016-2017

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: