AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 chirurgie sur le cancer du côlon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: chirurgie sur le cancer du côlon.   Lun 25 Juil 2016 - 15:32

Approximately one in 20 people will develop colorectal cancer in their lifetime, making it the third-most prevalent form of the disease in the U.S. In Europe, it is the second-most common form of cancer.

The most widely used first line of treatment is surgery, but this can result in incomplete removal of the tumor. Cancer cells can be left behind, potentially leading to recurrence and increased risk of metastasis. Indeed, while many patients remain cancer-free for months or even years after surgery, tumors are known to recur in up to 50 percent of cases.

Conventional therapies used to prevent tumors recurring after surgery do not sufficiently differentiate between healthy and cancerous cells, leading to serious side effects.

In a paper published in the journal Nature Materials, researchers at MIT describe an adhesive patch that can stick to the tumor site, either before or after surgery, to deliver a triple-combination of drug, gene, and photo (light-based) therapy.

Releasing this triple combination therapy locally, at the tumor site, may increase the efficacy of the treatment, according to Natalie Artzi, a research scientist at MIT's Institute for Medical Engineering and Science (IMES) and an assistant professor of medicine at Brigham and Women's Hospital, who led the research.

The general approach to cancer treatment today is the use of systemic, or whole-body, therapies such as chemotherapy drugs. But the lack of specificity of anticancer drugs means they produce undesired side effects when systemically administered.

What's more, only a small portion of the drug reaches the tumor site itself, meaning the primary tumor is not treated as effectively as it should be.

Indeed, recent research in mice has found that only 0.7 percent of nanoparticles administered systemically actually found their way to the target tumor.

"This means that we are treating both the source of the cancer -- the tumor -- and the metastases resulting from that source, in a suboptimal manner," Artzi says. "That is what prompted us to think a little bit differently, to look at how we can leverage advancements in materials science, and in particular nanotechnology, to treat the primary tumor in a local and sustained manner."

The researchers have developed a triple-therapy hydrogel patch, which can be used to treat tumors locally. This is particularly effective as it can treat not only the tumor itself but any cells left at the site after surgery, preventing the cancer from recurring or metastasizing in the future.

Firstly, the patch contains gold nanorods, which heat up when near-infrared radiation is applied to the local area. This is used to thermally ablate, or destroy, the tumor.

These nanorods are also equipped with a chemotherapy drug, which is released when they are heated, to target the tumor and its surrounding cells.

Finally, gold nanospheres that do not heat up in response to the near-infrared radiation are used to deliver RNA, or gene therapy to the site, in order to silence an important oncogene in colorectal cancer. Oncogenes are genes that can cause healthy cells to transform into tumor cells.

The researchers envision that a clinician could remove the tumor, and then apply the patch to the inner surface of the colon, to ensure that no cells that are likely to cause cancer recurrence remain at the site. As the patch degrades, it will gradually release the various therapies.

The patch can also serve as a neoadjuvant, a therapy designed to shrink tumors prior to their resection, Artzi says.

When the researchers tested the treatment in mice, they found that in 40 percent of cases where the patch was not applied after tumor removal, the cancer returned.

But when the patch was applied after surgery, the treatment resulted in complete remission.

Indeed, even when the tumor was not removed, the triple-combination therapy alone was enough to destroy it.

Unlike existing colorectal cancer surgery, this treatment can also be applied in a minimally invasive manner. In the next phase of their work, the researchers hope to move to experiments in larger models, in order to use colonoscopy equipment not only for cancer diagnosis but also to inject the patch to the site of a tumor, when detected.

"This administration modality would enable, at least in early-stage cancer patients, the avoidance of open field surgery and colon resection," Artzi says. "Local application of the triple therapy could thus improve patients' quality of life and therapeutic outcome."

---

Environ une personne sur 20 développera un cancer colorectal dans leur vie, ce qui en fait la troisième plus répandue forme de la maladie dans le États-Unis En Europe, il est le deuxième forme la plus courante de cancer.

La première ligne de traitement la plus largement utilisée est une intervention chirurgicale, mais cela peut entraîner une élimination incomplète de la tumeur. Des cellules cancéreuses peuvent être laissés derrière, pouvant conduire à la récidive et l'augmentation du risque de métastases. En effet, alors que de nombreux patients restent sans cancer pendant des mois, voire des années après la chirurgie, les tumeurs sont connus pour se reproduire dans un maximum de 50 pour cent des cas.

Les thérapies conventionnelles utilisées pour prévenir les tumeurs récurrentes après la chirurgie ne se différencient pas suffisamment entre les cellules saines et cancéreuses, conduisant à des effets secondaires graves.

Dans un article publié dans la revue Nature Materials, les chercheurs du MIT décrivent un patch adhésif qui peut coller à l'emplacement de la tumeur, soit avant ou après la chirurgie, pour offrir une triple combinaison de médicaments, de gènes, et de photo thérapie (à base de lumière) .

Relâcher cette thérapie de combinaison triple localement, sur le site de la tumeur, peut augmenter l'efficacité du traitement, selon Natalie Artzi, chercheur à l'Institut du MIT pour l'ingénierie médicale et de la Science (IMES) et professeur adjoint de médecine à l'hôpital Brigham and Women , qui a dirigé la recherche.

L'approche générale pour le traitement du cancer est aujourd'hui l'utilisation systémique, ou sur l'ensemble du corps, des thérapies telles que les médicaments de chimiothérapie. Mais le manque de spécificité des médicaments anti-cancéreux signifie qu'ils produisent des effets secondaires indésirables lorsque administré par voie systémique.

De plus, seule une petite partie du médicament atteint le site de la tumeur elle-même, ce qui signifie la tumeur primaire ne sont pas traités de manière aussi efficace qu'elle devrait l'être.

En effet, des recherches récentes chez des souris ont montré que seulement 0,7 pour cent des nanoparticules administrées par voie systémique vont effectivement trouvé leur chemin vers la tumeur cible.

"Cela signifie que nous traitons à la fois la source du cancer - la tumeur - et les métastases résultant de cette source, d'une manière sous-optimale», dit Artzi. "Voilà ce qui nous a incité à penser un peu différemment, pour voir comment nous pouvons tirer parti des progrès dans la science des matériaux, et en particulier la nanotechnologie, pour traiter la tumeur primaire de manière locale et durable."

Les chercheurs ont mis au point un patch hydrogel de trithérapie, qui peut être utilisé pour traiter des tumeurs localement. Ceci est particulièrement efficace car cela peut traiter non seulement la tumeur elle-même, mais toutes les cellules laissées sur le site après la chirurgie, ce qui empêche le cancer de se reproduire ou métastasé à l'avenir.

Tout d'abord, le patch contient des nanos barres d'or, qui chauffent lorsque le rayonnement proche infrarouge est appliquée à la zone locale. Ceci est utilisé pour l'ablation thermique pour détruire la tumeur.

Ces nanos barres (ou fils) sont également équipés d'un médicament de chimiothérapie, qui est libéré quand elles sont chauffées, afin de cibler la tumeur et les cellules environnantes.

Enfin, les nanosphères d'or qui ne chauffent en réponse au rayonnement proche de l'infrarouge sont utilisés pour délivrer un ARN, ou une thérapie génique pour le site, afin de réduire au silence un oncogène important dans le cancer colorectal. Les oncogènes sont des gènes qui peuvent transformer des cellules saines en cellules tumorales.

Les chercheurs prévoient que le clinicien pourrait enlever la tumeur, puis appliquer le patch à la surface interne du côlon, pour veiller à ce qu'aucune des cellules qui seraient susceptibles de causer la récurrence du cancer restent sur le site. Comme le patch se dégrade, il va progressivement libérer les diverses thérapies.

Le patch peut également servir de néoadjuvant, une thérapie conçue pour réduire les tumeurs avant leur résection, dit Artzi.

Lorsque les chercheurs ont testé le traitement chez la souris, ils ont constaté que, dans 40 pour cent des cas où le patch n'a pas été appliquée après le retrait de la tumeur, le cancer est revenu.

Mais quand le patch a été appliqué après la chirurgie, le traitement a abouti à une rémission complète.

En effet, même lorsque la tumeur n'a pas été retiré, la trithérapie seule était suffisant pour la détruire.

Contrairement à la chirurgie du cancer colorectal existant, ce traitement peut aussi être appliquée d'une manière minimalement invasive. Dans la phase suivante de leur travail, les chercheurs espèrent passer à des expériences sur des modèles plus grands, afin d'utiliser l'équipement coloscopie non seulement pour le diagnostic du cancer, mais aussi d'injecter le patch sur le site d'une tumeur, lorsque détecté.

"Cette modalité d'administration permettrait, au moins chez les patients atteints d'un cancer à un stade précoce, la prévention de la chirurgie de plein champ et la résection du côlon», dit Artzi. "L'application locale de la triple thérapie pourrait ainsi améliorer la qualité de vie et les résultats thérapeutiques des patients."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: chirurgie sur le cancer du côlon.   Mer 19 Aoû 2015 - 14:59

mise à jour tiré d'un article de mars 2015

Qu’est-ce qu’une intervention chirurgicale mini-invasive ?

Cécile de Chaisemartin : Il s’agit d’interventions réalisées de façon vidéo-assistée par chirurgie coelioscopique ou robotisée. Les incisions pratiquées sont particulièrement réduites, grâce au développement de nouvelles techniques, à l’apport de l’imagerie et à l’utilisation d’une instrumentation dédiée. On limite ainsi la taille des cicatrices et on optimise très largement la récupération post-opératoire des patients.


Précisément, pour le cancer du côlon, comment travaillez-vous ?

Cécile de Chaisemartin : Deux voies d’abord peuvent être utilisées pour opérer un cancer du côlon : la laparotomie, opération à ventre ouvert, et la coelioscopie multitrocard, qui se limite à trois ou quatre petites incisions au niveau du ventre, avec un site d’extraction. Ces incisions permettent de passer un système optique et les instruments chirurgicaux. A l’IPC, aujourd’hui, dans plus de 90 % des cas, l’intervention pour le cancer du côlon se fait par coelioscopie.


Quelles sont les dernières évolutions ?

Cécile de Chaisemartin : L’IPC fait partie des quelques centres français sélectionnés pour évaluer la coelioscopique à un seul orifice (mono-trocard), technique toute récente. Couplée à une optimisation du traitement de la douleur post-opératoire (analgésie loco-régionale), la coelioscopie mono-trocard permet d’améliorer encore plus la récupération post-opératoire. Parallèlement, nous développons également la micro coelioscopie : les instruments utilisés sont de 3 mm et non plus de 5 mm ou de 10 mm. Cette technique dite de « low impact coelioscopy », permet de remplacer les mini incisions par de minuscules trous d’aiguille, sans aucune suture cutanée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: chirurgie sur le cancer du côlon.   Dim 18 Mar 2007 - 10:48

L’opération

Selon la localisation du cancer et de la partie de l’intestin à enlever : sur le rectum, le côlon gauche, le côlon droit, ou la partie transversale, l’intervention et les suites ne seront pas tout à fait les mêmes.
L’intervention se fait dans la majorité des cas sous cœlioscopie car les retentissements sont limités : le chirurgien fait passer une mini-caméra et de très fins instruments par de petits orifices dans le bas-ventre.
L’objectif est de décoller l’intestin pour sectionner la partie où se trouve la tumeur, les vaisseaux reliés et les ganglions s’ils sont touchés par le cancer. Le chirurgien peut enlever à peu près la moitié du côlon. Pour rétablir la continuité, il va ensuite suturer en raccordant la partie restante à l’autre bout du côlon ou au rectum (s’il s’agit du colon gauche).
L’opération dure environ 2 heures 30 à 3 heures.

Les effets indésirables après l’opération

Comme pour toute intervention chirurgicale, une complication peut survenir. Dans quelques rares cas (entre 2 et 6 %), des problèmes sur les sutures digestives surviennent et l'étanchéité du gros instestion n'est plus assurée, avec des problèmes de "fuites", d’infections. Le patient risque d’avoir le transit bloqué avec des ballonnements, voire des vomissements. Dans ce cas, il faut envisager une nouvelle intervention et peut-être la pose d’un "anus artificiel" (lire plus loin).

Juste après, le transit est, en général, suspendu quelques heures (48 heures maximum sous cœlioscopie). Si le chirurgien est obligé d’effectuer une opération avec une incision de quelques centimètres, cela peut prendre quelques jours. L’émission de gaz est le signe que tout revient dans l’ordre, que le transit est en train de reprendre, et que l’intestin fonctionne à nouveau normalement.

Si le chirurgien a enlevé une partie du côlon droit, le patient risque d’avoir un problème de selles liquides et fréquentes pendant quelques mois. Pour deux raisons : le clapet entre l’intestin grêle et le côlon qui avait un effet régulateur sur les selles a été supprimé. Et la réabsorption de l’eau par le côlon droit, ne peut plus se faire.

Si la tumeur est placée sur le rectum, le côlon sera raccordé à l’anus. Les selles seront fractionnées, légères et fréquentes dans la journée (5 à 6 fois) car l’effet réservoir du rectum n’est plus assuré. Ce souci va normalement s’améliorer avec le temps. Le côlon va progressivement faire office de réservoir et augmenter de volume.

Si l’opération porte sur le côlon gauche ou transverse, le transit n’est pas modifié.

Si tout se passe comme prévu sous coelioscopie, le patient sort généralement 4 jours après l’intervention. Si l’opération n’a pas pu se faire par coelioscopie, nécessitant une intervention classique, il faut compter 8 à 10 jours d’hospitalisation.

Après l'opération

L’intervention chirurgicale peut suffire. Dans d’autres cas (environ un sur deux) des traitements complémentaires (chimiothérapie, radiothérapie, thérapies ciblées) sont indiqués en fonction des analyses effectuées après examens au laboratoire de la tumeur et des ganglions prélevés (résultats sous une huitaine de jours).


Nécessité d’un "anus artificiel"

Dans certains cas, le chirurgien doit envisager une colostomie dite aussi "pose d’un anus artificiel" (abus de langage car cela n’a rien à voir avec un anus). Le côlon va se trouver abouché et suturé à la paroi du ventre.

Dans quels cas ?
> Quand la tumeur est située très près de l’anus, sans suffisamment de place pour suturer le colon sur le rectum restant, le chirurgien fait une colostomie sur la paroi de l’abdomen (en général du côté gauche).

> Cela peut aussi être effectué lors d’une opération réalisée en urgence : si la tumeur entraîne une obstruction intestinale et que l’état du côlon ne permet pas de faire les sutures dans de bonnes conditions.

> Enfin, cette solution peut être proposée après une première intervention dans les cas rares de complications où il existe des problèmes de sutures sur le côlon (avec perte de l'étanchéité intestinale).

Comment cela se passe ?
Le transit intestinal est "dérivé" vers une poche qui se trouve "collée" à la peau. Plus précisément, il s’agit d’une sorte de petit appareillage collé sur la peau, sur lequel on fixera de manière étanche une poche – remplacée de manière périodique – dans laquelle se déversent les selles. Cet appareillage peut-être temporaire ou définitif en fonction de chacun.

Et après ?
Une infirmière ou un stomathérapeute apprend au patient à l’utiliser. A long terme, la colostomie n’est plus un handicap lourd. Les progrès des appareillages et des techniques rendent ce problème très supportable. Il y a seulement des mesures d’hygiène strictes à prendre. Beaucoup de personnes vivent avec, et nul ne s’en doute.


Dernière édition par Denis le Lun 25 Juil 2016 - 15:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: chirurgie sur le cancer du côlon.   Aujourd'hui à 22:20

Revenir en haut Aller en bas
 
chirurgie sur le cancer du côlon.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Coût de la chirurgie
» La chirurgie esthétique.. Belle dans sa tête d'abord!
» Imbert-Delonnes et les progrès de la chirurgie
» Votre degré de satisfaction face à votre chirurgie
» La chirurgie vasculaire peut ne pas être la réponse ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: