AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un nouveau vaccin pour le cancer du sein s'en vient.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Un nouveau vaccin pour le cancer du sein s'en vient.   Mer 21 Jan 2015 - 15:34

Des chercheurs américains, de l’Ecole de médecine de l’Université de Washington, ont mis au point un vaccin thérapeutique contre le cancer du sein. Celui-ci a été testé sur 14 patientes et a donné de bons résultats, à l’issue de l’essai clinique de phase I. Le rôle de ce vaccin est d’encourager les globules blancs du système immunitaire à détruire les cellules comportant une protéine appelée mammaglobine-A (MAM-A).

La mammaglobine-A est présente de façon très importante dans le tissu tumoral, dans 40 à 80 % des cancers du sein. Donc, si les patientes n’ont pas cette protéine, ce traitement est inefficace. Pour les autres, le vaccin ralentirait la vitesse de progression de la maladie.

Fait encourageant, au cours des premiers essais, aucune patiente n’a manifesté d'effets secondaires sévères, ce qui prouve que le vaccin est sans danger. Les effets secondaires constatés sur 8 des 14 patientes étaient bénins : douleur au niveau de la zone de vaccination, éruptions cutanées ou encore symptômes grippaux.

Ce traitement a pu stopper la progression du cancer chez la moitié des patientes (7) pendant un an alors que sans ce vaccin, seules 3 femmes ont vu la progression du cancer stoppée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Un nouveau vaccin pour le cancer du sein s'en vient.   Jeu 15 Aoû 2013 - 11:04

Aug. 14, 2013 — Researchers at the University of Georgia are developing a new treatment technique that uses nanoparticles to reprogram immune cells so they are able to recognize and attack cancer.

The human body operates under a constant state of martial law. Chief among the enforcers charged with maintaining order is the immune system, a complex network that seeks out and destroys the hordes of invading bacteria and viruses that threaten the organic society as it goes about its work.

The immune system is good at its job, but it's not perfect. Most cancerous cells, for example, are able to avoid detection by the immune system because they so closely resemble normal cells, leaving the cancerous cells free to multiply and grow into life-threatening tumors while the body's only protectors remain unaware.

Shanta Dhar and her colleagues are giving the immune system a boost through their research.

"What we are working on is specifically geared toward breast cancer," said Dhar, the study's co-author and an assistant professor of chemistry in the UGA Franklin College of Arts and Sciences. "Our paper reports for the first time that we can stimulate the immune system against breast cancer cells using mitochondria-targeted nanoparticles and light using a novel pathway."

In their experiments, Dhar and her colleagues exposed cancer cells in a petri dish to specially designed nanoparticles 1,000 times finer than the width of a human hair. The nanoparticles invade the cell and penetrate the mitochondria -- the organelles responsible for producing the energy a cell needs to grow and replicate.

They then activated the nanoparticles inside the cancer cells by exposing them to a tissue-penetrating long wavelength laser light. Once activated, the nanoparticles disrupt the cancer cell's normal processes, eventually leading to its death.

The dead cancer cells were collected and exposed to dendritic cells, one of the core components of the human immune system. What the researchers saw was remarkable.

"We are able to potentially overcome some of the traditional drawbacks to today's dendritic cell immunotherapy," said Sean Marrache, a graduate student in Dhar's lab. "By targeting nanoparticles to the mitochondria of cancer cells and exposing dendritic cells to these activated cancer cells, we found that the dendritic cells produced a high concentration of chemical signals that they normally don't produce, and these signals have traditionally been integral to producing effective immune stimulation."

Dhar added that the "dendritic cells recognized the cancer as something foreign and began to produce high levels of interferon-gamma, which alerts the rest of the immune system to a foreign presence and signals it to attack. We basically used the cancer against itself."

She cautions that the results are preliminary, and the approach works only with certain forms of breast cancer. But if researchers can refine the process, this technology may one day serve as the foundation for a new cancer vaccine used to both prevent and treat disease.

"We particularly hope this technique could help patients with advanced metastatic disease that has spread to other parts of the body," said Dhar, who also is a member of the UGA Nanoscale Science and Engineering Center, Cancer Center and Center for Drug Discovery.

If the process were to become a treatment, doctors could biopsy a tumor from the patient and kill the cancerous cells with nanoparticles. They could then produce activated dendritic cells in bulk quantities in the lab under controlled conditions before the cells were injected into the patient.

Once in the bloodstream, the newly activated cells would alert the immune system to the cancer's presence and destroy it.

"These are the things we can now do with nanotechnology," Dhar said. "If we can refine the process further, we may be able to use similar techniques against other forms of cancer as well."

---


14 août 2013 - Des chercheurs de l'Université de Géorgie sont au point une nouvelle technique de traitement qui utilise des nanoparticules pour reprogrammer les cellules immunitaires afin qu'elles soient en mesure de reconnaître et d'attaquer le cancer.

Le corps humain fonctionne selon un état constant de la loi martiale. Parmi les principaux exécuteurs chargés de maintenir l'ordre est le système immunitaire, un réseau complexe a comme travail de chercher et de détruire les hordes d'envahisseurs, les bactéries et les virus qui menacent la société organique.

Le système immunitaire est bon dans son travail, mais il n'est pas parfait. La plupart des cellules cancéreuses, par exemple, sont en mesure d'éviter la détection par le système immunitaire car elles ressemblent tellement aux cellules normales, les cellules cancéreuses sont libres alors de se multiplier et de devenir potentiellement des tumeurs mortelles alors que seuls protecteurs de l'organisme n'en sont pas conscients.

Shanta Dhar et ses collègues donnent au système immunitaire un coup de pouce grâce à leurs recherches.

"Ce à quoi nous travaillons est spécifiquement orientée vers le cancer du sein», a déclaré Dhar, co-auteur de l'étude et professeur assistant de chimie à l'UGA Franklin College of Arts et des Sciences. "Nos rapports raportent pour la première fois que nous pouvons stimuler le système immunitaire contre les cellules cancéreuses du sein en utilisant des nanoparticules ciblant les mitochondries et de la lumière en utilisant une voie nouvelle."

Dans leurs expériences, Dhar et ses collègues ont exposé des cellules cancéreuses dans une boîte de Pétri à des nanoparticules spécialement conçus 1.000 fois plus fine que la largeur d'un cheveu humain. Les nanoparticules envahissent la cellule et pénétrer dans les mitochondries - les organites responsables de la production de l'énergie dont une cellule a besoin pour grandir et se reproduire.

Les nanoparticules dans les cellules cancéreuses sont ensuite activées en les exposant à une lumière laser de longueur d'onde longue dans le tissu. Une fois activé, les nanoparticules perturbent les processus normaux de la cellule cancéreuse, pour aboutir finalement à sa mort.

Les cellules cancéreuses mortes ont été recueillis et exposés à des cellules dendritiques, l'une des composantes essentielles du système immunitaire humain. Ce que les chercheurs ont vu était remarquable.

«Nous sommes en mesure de surmonter potentiellement certains des inconvénients traditionnels à l'immunothérapie dendritique", a déclaré Sean Marrache, un étudiant diplômé dans le laboratoire de Dhar. «En ciblant des nanoparticules vers les mitochondries des cellules cancéreuses et en exposant les cellules dendritiques à ces cellules cancéreuses activées, nous avons constaté que les cellules dendritiques produisent une forte concentration de signaux chimiques qu'elles ne produisent pas normalement, et ces signaux ont toujours été partie intégrante de la production de la stimulation immunitaire efficace. "

Dhar a ajouté que "les cellules dendritiques reconnaissent le cancer comme quelque chose d'étranger et commencent à produire des niveaux élevés d'interféron-gamma, qui alerte le reste du système immunitaire à une présence étrangère et le signale à l'attaque. Essentiellement, nous avons utilisé le cancer contre lui-même. "

Elle prévient que les résultats sont préliminaires, et l'approche ne fonctionne qu'avec certaines formes de cancer du . Mais si les chercheurs peuvent affiner le processus, cette technologie pourrait un jour servir de base pour un nouveau vaccin contre le cancer utilisé pour prévenir et traiter la maladie.

"Nous espérons en particulier que cette technique pourrait aider les patients atteints de la maladie au stade avancé métastatique qui s'est propagé à d'autres parties du corps", a déclaré Dhar.

Si le processus devenait un traitement, les médecins pourraient prendre une biopsie d'une tumeur du patient et tuer les cellules cancéreuses avec des nanoparticules. Ils pourraient alors produire des cellules dendritiques activées en grandes quantités dans le laboratoire dans des conditions contrôlées avant que ces cellules soient ré-injectées dans le patient.

Une fois dans le sang, les cellules nouvellement activées pourrait alerter le système immunitaire de la présence du cancer et la détruire.

"Ce sont les choses que nous pouvons maintenant faire avec la nanotechnologie», a déclaré Dhar. «Si nous pouvons affiner encore le processus, nous pourrions être en mesure d'utiliser des techniques similaires contre d'autres formes de cancer aussi."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Un nouveau vaccin pour le cancer du sein s'en vient.   Dim 4 Nov 2012 - 12:17

(mise à jour...)

Février 2012

Des chercheurs américains sont parvenus à développer un vaccin capable de traiter les femmes et de les protéger pendant plusieurs années contre une forme particulière mais très commune de cancer du , le carcinome canalaire in situ (CCIS). Un traitement de quatre semaines avec ce vaccin élaboré à partir des cellules dendritiques de patientes présentant un carcinome ductal in situ HER2 +, aboutit à une éradication de la tumeur dans 20 % des cas. L’étude montre également une réponse immunitaire qui se maintient chez plus de 85 % des patientes longtemps après la vaccination. « Ces résultats apportent la preuve qu’une vaccination thérapeutique peut être efficace dans le cancer du sein contre les tumeurs à un stade précoce et localisées », écrivent Brian Czerniecki et coll.

Le vaccin cible l’antigène HER2/neu, qui est essentiel à la survie de la tumeur. Les chercheurs ont enrôlé 27 femmes présentant un carcinome ductal in situ et dont la tumeur était positive pour HER2. Les leucocytes de ces femmes ont été isolés ; les cellules dendritiques ont été activées avec un amorçage par des petites fractions des protéines HER2/neu. Des vaccins individuels ont été élaborés et administrés à chacune pendant quatre semaines. Deux semaines plus tard, les patientes ont eu une intervention chirurgicale pour enlever la tumeur résiduelle, ce qui est la procédure standard.

En comparant les prélèvements des biopsies diagnostiques avec les échantillons chirurgicaux post-vaccination, les observateurs ont vu des modifications importantes. Chez cinq patientes, il n’y avait plus de tumeur visible, ce qui indiquait « que leur système immunitaire avait été efficace ». Pour ce qui concerne les 22 autres patientes, l’expression de HER avait été éliminée chez 11 d’entre elles et réduite au minimum de 20 % chez deux autres. En considérant la réponse immunitaire, les observateurs trouvent que 85 % des patientes sont porteuses de cellules CD4 et CD8 réactives contre HER2, « suggérant qu’elles avaient développé une réponse robuste et pratiquement complète après la vaccination ». De plus, certaines patientes présentaient une réponse immunitaire maintenue cinquante-deux mois plus tard, « ce qui peut signifier qu’elles ont une protection contre la récidive ».

Par ailleurs, les résultats montrent que le vaccin est sûr et relativement facile à supporter, avec des effets secondaires de bas grade : un malaise (72 %), une douleur au point d’injection (59 %), des frissons (38 %), une fièvre (28 %) et des céphalées (24 %). L’équipe poursuit son travail en enrôlant des patientes pour réaliser une plus grande étude. Et tester l’approche chez des femmes ayant un cancer du sein invasif à un stade précoce. Ils projettent de tester un vaccin comportant d’autres antigènes, comme HER3 et HER1. Les auteurs estiment que le concept pourrait marcher aussi dans les cancers du invasifs, voire d’autres organes (mélanome, cerveau poumon et côlon). poumon:

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Un nouveau vaccin pour le cancer du sein s'en vient.   Ven 20 Avr 2007 - 10:00

Il y a un nouveau vaccin qui s'en vient pour stimuler le système immunitaire pour qu'il combatte le cancer du sein. Dans des expériences préliminaire, le vaccin a stoppé la croissance des tumeurs dans toutes les souris étudiées. Quelques unes furent même guéries.

La recherche présentée au meeting annuel de l'american society for cancer research révèle que ce vaccin est différent de la plupart des autres en développement qui aident à partir le système immunitaire des patients malades. Dans ce cas, le vaccin dit au système immunitaire de reconnaitre les cellules du sein cancéreses de les attaquet et de les détruire.

Un chercheur a dit que les cellules cancéreuses "volaient habituellement sous le radar du système immunitaire" . Pour combattre ce problème, le vaccin utilise une substance de type bactérie qui est modifié pour contenir le gène HER2/neu et aussi des anticorps qui réveillent le système immunitaire ce qui fait que le corps réagit et élimine les cellules contenant le HER2/neu

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un nouveau vaccin pour le cancer du sein s'en vient.   Aujourd'hui à 18:10

Revenir en haut Aller en bas
 
Un nouveau vaccin pour le cancer du sein s'en vient.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Irtidad" : un nouveau site pour la conversion des musulmans !
» Qui as fait un vaccin pour la gastro?
» Un nouveau Syllabus pour le XXIe siècle ? (pour corriger les fausses interprétation de VaticanII)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: