AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les bactéries (microbes) contre le cancer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16325
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les bactéries (microbes) contre le cancer   Lun 19 Juin 2017 - 14:52

New study results show for the first time how dying cells ensure that they will be replaced, and suggests an ingenious, related new approach to shrinking cancerous tumors. A research team from Rush University Medical Center will publish a new paper this week in the journal Developmental Cell that describes two groundbreaking discoveries.

"I believe this discovery is going to have important ramifications on cancer biology and cancer drug development, and on the treatment of other diseases such as diabetic foot ulcers," says Sasha Shafikhani, PhD, associate professor of Hematology, Oncology and Cell Therapy at Rush Medical College, who headed up the study.

The team made its two-pronged discovery while investigating how an opportunistic microbe kills cancer cells. For years, Shafikhani's lab has been studying Pseudomonas aeruginosa, a bacterium that can be lethal, but only to people who are already wounded or sick. This pathogenic bacterium secretes several toxins that allow it to cause infection. One such toxins, ExoT, inhibits cell division and can severely impede wound healing, but it's also known to kill cancer cells.

The researchers were trying to figure out ExoT's lethal mechanisms against cancer when they unlocked, almost by accident, a mystery researchers have been trying to solve for years, Shafikhani says. For at least 20 years, medical researchers have wondered how cells, before they die in the normal process of apoptosis, manage to alert their neighbors of the need to replace them and compensate for their demise, so to ensure the organism's survival. While shining a light on the lethal habits of Pseudomonas aeruginosa, Shafikhani's team discovered what actually happens in that "compensatory proliferation signaling" (CPS) process.

For the first time, the investigators saw -- and have shown in amazing videos they produced -- that during CPS, dying cells release "microvesicles" containing the CrkI protein, which travel to neighboring cells and cause them, upon contact, to create new cells to replace the ones that are dying.

Apoptosis is part of life. "In the course of normal tissue turnover in humans, about one million cells die every second, through a highly-regulated process of apoptotic programmed cell death (PCD)," the new paper states. Apoptosis is not the only type of cell death, and not all cells dying of apoptosis are capable of CPS.

Not only that, but Shafikhani and his colleagues have demonstrated that if they knocked out the CrkI protein during CPS, either genetically or with the ExoT toxin, they could stop cell compensatory proliferation cold. That's a trick P. aeruginosa uses to take advantage of damaged tissues, but it has exciting possibilities for disease treatment as well.

Apoptosis is of particular interest to cancer researchers because majority of the current cancer drugs kill cancer cells by apoptosis.

However, CPS can dog apoptosis in cancer treatment. Yes, treated cancer cells can be induced to die, but before they do, they call on nearby cancer cells to replace them, so the drug loses its effectiveness and the tumor persists. But if the communication between the dying cancer cells and neighboring cancer cells is blocked, Shafikhani says, the hope is that the treated cancer cells would not be replaced when they die, and hopefully the tumor would disappear.

"If it's possible to uncouple CPS from apoptosis, we can develop new drugs that would improve the effectiveness of treatments already in use," Shafikhani says.

In cancer cells, the CPS process and communication would need to be interrupted to prevent the development of new cancer cells; but in other conditions, the CPS process could be enhanced to accelerate the healing process. One of the possible long-term benefits of the discoveries set out in the new Developmental Cell article could be to use of these vesicles to encourage cell proliferation -- in diabetic wounds where healing is not going well because tissue cells are dysfunctional and have reduced ability to regenerate, for example, Shafikhani says.

---

Les nouveaux résultats de l'étude montrent pour la première fois comment les cellules mourantes s'assurent qu'elles seront remplacées et proposeront une nouvelle approche ingénieuse et connexe pour réduire les tumeurs cancéreuses. Une équipe de recherche du Rush University Medical Center publiera un nouveau document cette semaine dans la revue "Developmental Cell" qui décrit deux découvertes novatrices.

"Je crois que cette découverte aura des ramifications importantes sur la biologie du cancer et le développement de médicaments contre le cancer, et sur le traitement d'autres maladies telles que les ulcères du pied diabétique", explique Sasha Shafikhani, Ph.D., professeure agrégée d'hématologie, d'oncologie et de thérapie cellulaire à Rush Medical College, qui a dirigé l'étude.

L'équipe a fait sa découverte à deux volets tout en étudiant comment un microbe opportuniste tue les cellules cancéreuses. Pendant des années, le laboratoire de Shafikhani étudie le pseudomonas aeruginosa, une bactérie qui peut être mortelle, mais seulement pour les personnes déjà blessées ou malades. Cette bactérie pathogène sécrète plusieurs toxines qui lui permettent de provoquer une infection. Une de ces toxines, ExoT, inhibe la division cellulaire et peut entraver gravement la guérison des plaies, mais il est également connu pour tuer les cellules cancéreuses.

Les chercheurs essayaient de découvrir les mécanismes mortels d'ExoT contre le cancer lorsqu'ils ont débloqué, presque par hasard, un mystère que les chercheurs tentent de résoudre depuis des années, dit Shafikhani. Pendant au moins 20 ans, les chercheurs médicaux se sont demandé comment les cellules, avant de mourir dans le processus normal d'apoptose, pouvaient alerter leurs voisines du besoin de les remplacer et de compenser leur disparition afin d'assurer la survie de l'organisme. Tout en éclairant les habitudes mortelles de Pseudomonas aeruginosa, l'équipe de Shafikhani a découvert ce qui se passe réellement dans ce processus de «signalisation de prolifération compensatoire» (CPS).

Pour la première fois, les enquêteurs ont vu - et ont montré des vidéos étonnantes qu'ils ont produites - que pendant la CPS, les cellules mourantes libèrent des «microvésicules» contenant la protéine CrkI, qui se déplacent vers des cellules voisines et les provoquent, lors du contact, pour créer de nouvelles Cellules pour remplacer celles qui sont en train de mourir.

L'apoptose fait partie de la vie. "Au cours du renouvellement normal des tissus chez les humains, environ un million de cellules meurent chaque seconde, grâce à un processus hautement réglementé de mort cellulaire programmée apoptotique (PCD)", déclare le nouveau document. L'apoptose n'est pas le seul type de mort cellulaire, et toutes les cellules ne souffrant pas d'apoptose ne sont pas capables de CPS.

Non seulement cela, mais Shafikhani et ses collègues ont démontré que s'ils ont éliminé la protéine CrkI pendant la CPS, soit génétiquement, soit avec la toxine ExoT, ils pourraient empêcher la prolifération compensatoire des cellules à froid. C'est un truc que P. aeruginosa utilise pour profiter des tissus endommagés, mais il offre des possibilités intéressantes pour le traitement des maladies.

L'apoptose est particulièrement intéressante pour les chercheurs en cancérologie parce que la majorité des médicaments contre le cancer éliminent les cellules cancéreuses par l'apoptose.

Cependant, Est-ce que la CPS peut être une apoptose chez le chien dans le traitement du cancer. Oui, les cellules cancéreuses traitées peuvent être amenées à mourir, mais avant elles, elles demandent des cellules cancéreuses proches pour les remplacer, de sorte que le médicament perd son efficacité et la tumeur persiste. Mais si la communication entre les cellules cancéreuses qui meurent et les cellules cancéreuses voisines sont bloquées, dit Shafikhani, l'espoir est que les cellules cancéreuses traitées ne seraient pas remplacées lorsqu'elles mourraient, et, espérons-le, la tumeur disparaîtrait.

"S'il est possible de désacoupler CPS de l'apoptose, nous pouvons développer de nouveaux médicaments qui amélioreraient l'efficacité des traitements déjà utilisés", dit Shafikhani.

Dans les cellules cancéreuses, le processus et la communication de la CPS devraient être interrompu pour empêcher le développement de nouvelles cellules cancéreuses; Mais dans d'autres conditions, le processus de CPS pourrait être amélioré pour accélérer le processus de guérison. L'un des avantages possibles à long terme des découvertes énoncées dans le nouvel article sur le développement de la cellule pourrait être l'utilisation de ces vésicules pour favoriser la prolifération cellulaire - dans les plaies diabétiques où la cicatrisation ne va pas bien parce que les cellules tissulaires sont dysfonctionnelles et ont une capacité réduite pour se régénérer, par exemple, dit Shafikhani.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16325
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les bactéries (microbes) contre le cancer   Mer 31 Mai 2017 - 16:48

Rice University scientists have developed and evaluated analogs of potent anti-tumor agents known as epothilones using designs and methods that both improve their biological properties and simplify their manufacture.

The substances introduced by Rice synthetic organic chemist K.C. Nicolaou are similar in their cancer-fighting mechanism to paclitaxel, the drug for which he is best-known, but have superior properties. Some compounds of the dozens of variations the scientists created exhibit potent cytotoxicities against certain cancer cells, including a drug-resistant cell line, Nicolaou said.

The new research study is described this month in the Journal of the American Chemical Society.

Like the family of taxanes (of which paclitaxel is a member), epothilones prevent cancer cells from dividing by interfering with tubulin proteins that form the cells' skeletal microtubules. Tests with kidney cancer and two human uterine sarcoma cell lines, one with multidrug resistance, showed that 10 of these new compounds were impressively potent against all three cell lines, the researchers reported.

"This is another example of a larger theme in our research, that of the synthesis of complex, rare natural products and their analogs for biological investigations," Nicolaou said. "Our work is directed toward drug discovery and development in collaboration with biotechnology and pharmaceutical companies, particularly in the cancer area."

The drugs are variations of epothilone B, a natural product isolated from Sorangium cellulosum, slime bacteria that live in soil. Nicolaou and his colleagues achieved the total synthesis of several of the natural products and related substances in the past, but those compounds proved too toxic to be used as anti-cancer drugs, he said.

"These new results are significant because they represent the discovery of a number of more potent variations of the natural product as cytotoxic agents against cancer cells," Nicolaou said. "This brings these members of the epothilone class within range of suitability as payloads for antibody-drug conjugates, a new paradigm for targeted cancer therapy."

Just as important, he said, is the lab's ability to add chemical "handles" to the molecules that allow them to be attached to drug-delivery systems like cancer-specific antibodies.

Nicolaou compared the reconfiguration of epothilone B, the starting material for their synthesis, with the transplant of body parts, as he and his team replaced components in the molecule to make the designed analogs more effective.

"The strategy we developed to synthesize them can be described as a kind of chemical surgery," he said. "The most important structural motif we introduced in these new molecules is the three-membered ring containing a nitrogen atom, a so-called aziridine moiety." The importance of the aziridine ring is not yet clear, he said, but it could serve as a handle to attach the molecule onto an antibody through a linker.

"The other structural motif, the so-called side chain with a basic nitrogen embedded at a strategic position, was achieved through new extensions and improvements developed in our laboratories of the previously known HWE (Horner-Wadsworth-Emmons) reaction," Nicolaou said. "The HWE reaction is an important process for making olefinic bonds (carbon-carbon double bonds) stereoselectively."

He said the new line of research was made possible by the work of Rice colleague László Kürti, who with his team developed a "powerful reaction" that offered a simple, scalable and fast method to synthesize aziridine rings from olefins. That research led by Kürti, then of the University of Texas Southwestern Medical Center, John Falck of Southwestern and Daniel Ess of Brigham Young University was reported in Science in 2014.

---

Les scientifiques de Rice University ont développé et évalué des analogues de puissants agents antitumoraux connus sous le nom d'épothilones en utilisant des modèles et des méthodes qui améliorent leurs propriétés biologiques et simplifient leur fabrication.

Les substances introduites par le chimiste organique synthétique K.C. Nicolaou de Rice est similaire dans son mécanisme de lutte contre le cancer au paclitaxel, le médicament pour lequel il est le plus connu, mais elles possèdent des propriétés supérieures. Certains composés parmi les dizaines de variations que les scientifiques ont créés ont des cytotoxicités puissantes contre certaines cellules cancéreuses, y compris une lignée cellulaire résistante aux médicaments, a déclaré Nicolaou.

La nouvelle étude de recherche est décrite ce mois-ci dans le Journal of the American Chemical Society.

Comme la famille des taxanes (dont le paclitaxel est un membre), les épothilones empêchent les cellules cancéreuses de se diviser en interférant avec les protéines tubulines qui forment les microtubules squelettiques des cellules. Les tests avec le cancer du et deux lignées cellulaires du sarcome utérin humain, un avec une résistance aux médicaments multiples, ont montré que 10 de ces nouveaux composés étaient impressionnants contre les trois lignées cellulaires, ont rapporté les chercheurs.

"C'est un autre exemple d'un thème plus vaste dans notre recherche, celui de la synthèse de produits naturels complexes et rares et de leurs analogues pour les recherches biologiques", a déclaré Nicolaou. «Notre travail est destiné à la découverte et au développement de médicaments en collaboration avec les entreprises de biotechnologie et pharmaceutiques, en particulier dans le domaine du cancer».

Les médicaments sont des variations de l'épothilone B, un produit naturel isolé à partir de Sorangium cellulosum, des bactéries qui vivent dans le sol. Nicolaou et ses collègues ont obtenu la synthèse totale de plusieurs des produits naturels et des substances apparentées dans le passé, mais ces composés se révélèrent trop toxiques pour être utilisés comme médicaments anticancéreux.

"Ces nouveaux résultats sont importants car ils représentent la découverte d'un certain nombre de variations plus puissantes du produit naturel comme agents cytotoxiques contre les cellules cancéreuses", a déclaré Nicolaou. "Cela amène ces membres de la classe d'épothilone à la portée de l'adéquation comme charges utiles pour les conjugués anticorps-médicaments, un nouveau paradigme pour une thérapie ciblée contre le cancer".

Tout aussi important, a-t-il dit, est la capacité du laboratoire à ajouter des «poignées» chimiques aux molécules qui leur permettent d'être attachés à des systèmes d'administration de médicaments comme des anticorps spécifiques au cancer.

Nicolaou a comparé la reconfiguration de l'épothilone B, le matériau de départ pour leur synthèse, avec la transplantation des parties du corps, car lui et son équipe ont remplacé les composants de la molécule pour rendre les analogues conçus plus efficaces.

"La stratégie que nous avons développée pour les synthétiser peut être décrite comme une sorte de chirurgie chimique", a-t-il déclaré. "Le motif structurel le plus important que nous avons introduit dans ces nouvelles molécules est le cycle à trois chaînons contenant un atome d'azote, un fragment appelé aziridine". L'importance de l'anneau d'aziridine n'est pas encore claire, at-il dit, mais elle pourrait servir de poignée pour attacher la molécule sur un anticorps à travers un lieur.

"L'autre motif structurel, la chaîne latérale avec un azote basique intégré à une position stratégique, a été réalisé grâce à de nouvelles extensions et améliorations développées dans nos laboratoires de la réaction HWE (Horner-Wadsworth-Emmons) précédemment connue", a déclaré Nicolaou . "La réaction HWE est un processus important pour la réalisation de liaisons oléfiniques (double-carbone carbone-carbone) stéréosélectives".

Il a déclaré que la nouvelle recherche a été rendue possible par le travail du collègue de László Kürti, qui, avec son équipe, a développé une «réaction puissante» qui offrait une méthode simple, évolutive et rapide pour synthétiser les anneaux aziridine des oléfines. Cette recherche menée par Kürti, puis du Centre médical du sud-ouest de l'Université du Texas, John Falck du sud-ouest et Daniel Ess de l'Université Brigham Young a été signalé dans Science en 2014.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16325
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les bactéries (microbes) contre le cancer   Mer 21 Déc 2016 - 0:56

Scientists from the Florida campus of The Scripps Research Institute (TSRI) have developed an efficient process to rapidly discover new "enediyne natural products" from soil microbes that could be further developed into extremely potent anticancer drugs.

The study highlights microbial natural products as abundant sources of new drug leads. The researchers' discovery process involves prioritizing the microbes from the TSRI strain collection and focusing on the ones that are genetically predisposed to produce specific families of natural products. The scientists say this process saves time and resources in comparison to the traditional approaches used to identify these rare molecules.

The study, led by TSRI Professor Ben Shen, was published in the journal mBio.

Shen and his colleagues uncovered a new family of enediyne natural products, called tiancimycins, (TNMs) which kill selected cancer cells more rapidly and completely in comparison to toxic molecules used in FDA-approved antibody-drug conjugates (ADCs) -- monoclonal antibodies attached to cytotoxic drugs that target only cancer cells.

The scientists also discovered several new producers of C-1027, an antitumor antibiotic currently in clinical development, which can produce C-1027 at much higher levels.

It has been more than a decade since Shen first reported on the C-1027 enediyne biosynthetic machinery, and he speculated then that the knowledge obtained from studying biosynthesis of C-1027, and other enediynes, could be used for the discovery of novel enediyne natural products.

"The enediynes represent one of the most fascinating families of natural products for their extraordinary biological activities," Shen said. "By surveying 3,400 strains from the TSRI collection, we were able to identify 81 strains that harbor genes encoding enediynes. With what we know, we can predict novel structural insights that can be exploited to radically accelerate enediyne-based drug discovery and development."

"The work described by the Shen group is an excellent example of what can be achieved by coupling state of the art genomic analyses of potential biosynthetic clusters and modern physicochemical techniques," said David J. Newman, retired chief of the National Cancer Institute's Natural Products Branch. "As a result of their work, the potential number of enediynes has significantly increased."

Shen's method of strain prioritization and genome mining means a far more efficient use of resources involved in the discovery process, targeting only those strains that look to produce the most important natural compounds.

"This study shows that the potential to rapidly discover new enediyne natural products from a large strain collection is within our reach," said TSRI Research Associate Xiaohui Yan, one of four first authors of the study. "We also show the feasibility of manipulating tiancimycin biosynthesis in vivo, which means that sufficient quantities of these precious natural products can be reliably produced by microbial fermentation for drug development and eventual commercialization."

---

Des scientifiques du campus de l'Institut de recherche Scripps de la Floride (TSRI) ont développé un processus efficace pour découvrir rapidement de nouveaux «produits naturels enediyne» à partir de microbes du sol qui pourraient être développés en médicaments anticancéreux extrêmement puissants.

L'étude met en lumière les produits naturels microbiens comme des sources abondantes de nouveaux médicaments. Le processus de découverte des chercheurs implique de prioriser les microbes de la collection de souche TSRI et de se concentrer sur ceux qui sont génétiquement prédisposés à produire des familles spécifiques de produits naturels. Les scientifiques disent que ce processus économise du temps et des ressources par rapport aux approches traditionnelles utilisées pour identifier ces molécules rares.

L'étude, menée par TSRI Professeur Ben Shen, a été publié dans la revue mBio.

Shen et ses collègues ont découvert une nouvelle famille de produits naturels enediyne, appelés tiancimycins (TNM), qui tuent des cellules cancéreuses sélectionnées plus rapidement et complètement par rapport aux molécules toxiques utilisées dans les anticorps monocytaires anticorps homologués par la FDA et aux médicaments cytotoxiques qui visent uniquement les cellules cancéreuses.

Les scientifiques ont également découvert plusieurs nouveaux producteurs de C-1027, un antibiotique antitumoral actuellement en développement clinique, qui peut produire C-1027 à des niveaux beaucoup plus élevés.

Il y a plus d'une décennie depuis que Shen a rapporté pour la première fois la machinerie biosynthétique enediyne C-1027, et il a alors spéculé que les connaissances acquises par l'étude de la biosynthèse de C-1027 et d'autres enediynes pourraient être utilisées pour la découverte de nouvelles espèces naturelles de produits d'enediyne.

"Les enediynes représentent l'une des familles les plus fascinantes de produits naturels pour leurs activités biologiques extraordinaires", a déclaré Shen. "En sondant 3.400 souches de la collection TSRI, nous avons pu identifier 81 souches qui portent des gènes codant pour les enediynes. Avec ce que nous savons, nous pouvons prédire de nouvelles perspectives structurelles qui peuvent être exploités pour accélérer radicalement la découverte et le développement de médicaments à base d'énediyne.

"Le travail décrit par le groupe de Shen est un excellent exemple de ce qui peut être réalisé en couplant des analyses génomiques des grappes biosynthétiques potentielles et des techniques physico-chimiques modernes", a déclaré David J. Newman, chef à la retraite des produits naturels du National Cancer Institute Une succursale. "En raison de leur travail, le nombre potentiel d'enediynes a considérablement augmenté."

La méthode de Shen de priorisation des souches et d'extraction du génome signifie une utilisation beaucoup plus efficace des ressources impliquées dans le processus de découverte, en ciblant uniquement les souches qui cherchent à produire les composés naturels les plus importants.

"Cette étude montre que le potentiel de découvrir rapidement de nouveaux produits naturels enediyne à partir d'une collection de grandes souches est à notre portée", a déclaré Xiaohui Yan, l'un des quatre premiers auteurs de l'étude. «Nous montrons également la faisabilité de manipuler la biosynthèse de la tiancimycine in vivo, ce qui signifie qu'une quantité suffisante de ces précieux produits naturels peut être produite de manière fiable par la fermentation microbienne pour le développement de médicaments et la commercialisation éventuelle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16325
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les bactéries (microbes) contre le cancer   Jeu 25 Aoû 2016 - 7:40

Une nouvelle technologie développée à Polytechnique Montréal pourrait donner une lueur d’espoir à des patients souffrant de cancer puisqu’elle permet de combattre la maladie là où certains médicaments ne peuvent se rendre.
«Il nous arrive de devoir annoncer à des parents qu’il n’y a pas de solution pour leur enfant atteint d’un cancer au cerveau. Avec la nouvelle technique, on pourrait leur offrir un peu d’optimisme», souligne la Dre Anne-Sophie Carret, spécialiste en hématologie-oncologie en pédiatrie au CHU Sainte-Justine.
Emballé
La médecin est emballée par la nouvelle technologie développée par le chercheur Sylvain Martel de la Polytechnique qui permet d’envoyer des médicaments directement dans la zone cancéreuse.
« On ne développe pas de traitement.  on est plutôt une espèce de Fedex. On livre le meilleur médicament possible directement au bon endroit » – Sylvain Martel

«Grâce à cette technique, on pourrait en quelque sorte percer les mailles du filet entourant les méninges et les traiter sans endommager les tissus sains. En ce moment, environ 98 % des médicaments ne réussissent tout simplement pas à se rendre jusqu’aux méninges», insiste la spécialiste.
Le professeur Martel et son équipe se servent d’une bactérie qui existe déjà dans la nature. Cette dernière est chargée de médicament, puis envoyée dans le système sanguin.
À l’aide de champs électromagnétiques, les chercheurs peuvent contrôler la trajectoire de la bactérie et l’envoyer directement vers les cellules malades.
Cette dernière est d’ailleurs attirée par les endroits qui contiennent très peu d’oxygène, ce qui caractérise aussi les zones cancéreuses. Une fois sur place, la bactérie libère son médicament à l’endroit exact où le patient en a besoin.
«On ne développe pas de traitement. On est plutôt une espèce de FedEx. On livre le meilleur médicament possible directement au bon endroit plutôt que de bombarder toute une zone», compare M. Martel.
Testé avec succès
La technique a été testée avec succès sur des animaux. Le guidage de ses microtransporteurs de médicaments à travers les vaisseaux sanguins jusqu’au foie d’un lapin a notamment fonctionné.
Le chercheur, qui travaille depuis 15 ans sur le procédé, est dorénavant à la recherche de financement afin de mener des tests sur les primates et ainsi convaincre Santé Canada de l’efficacité de son approche.
«Dans le monde, il y a une personne qui meurt du cancer toutes les quatre secondes. Avec cette technologie, on pourrait peut-être sauver des vies et diminuer la toxicité des traitements en plus de réduire les coûts sur le système de santé», espère M. Martel.

Voir aussi http://espoirs.forumactif.com/t669-des-recherches-canadiennes-sur-le-cancer (même sujet expliqué différemment)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16325
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les bactéries (microbes) contre le cancer   Jeu 10 Mar 2016 - 18:05

A team led by Rice University synthetic organic chemist K.C. Nicolaou has developed a new process for the synthesis of a series of potent anti-cancer agents originally found in bacteria.

The Nicolaou lab finds ways to replicate rare, naturally occurring compounds in larger amounts so they can be studied by biologists and clinicians as potential new medications. It also seeks to fine-tune the molecular structures of these compounds through analog design and synthesis to improve their disease-fighting properties and lessen their side effects.

Such is the case with their synthesis of trioxacarcins, reported this month in the Journal of the American Chemical Society.

"Not only does this synthesis render these valuable molecules readily available for biological investigation, but it also allows the previously unknown full structural elucidation of one of them," Nicolaou said. "The newly developed synthetic technologies will allow us to construct variations for biological evaluation as part of a program to optimize their pharmacological profiles."

At present, there are no drugs based on trioxacarcins, which damage DNA through a novel mechanism, Nicolaou said.

Trioxacarcins were discovered in the fermentation broth of the bacterial strain Streptomyces bottropensis. They disrupt the replication of cancer cells by binding and chemically modifying their genetic material.

"These molecules are endowed with powerful anti-tumor properties," Nicolaou said. "They are not as potent as shishijimicin, which we also synthesized recently, but they are more powerful than taxol, the widely used anti-cancer drug. Our objective is to make it more powerful through fine-tuning its structure."

He said his lab is working with a biotechnology partner to pair these cytotoxic compounds (called payloads) to cancer cell-targeting antibodies through chemical linkers. The process produces so-called antibody-drug conjugates as drugs to treat cancer patients. "It's one of the latest frontiers in personalized targeting chemotherapies," said Nicolaou, who earlier this year won the Wolf Prize in Chemistry.


----


Une équipe dirigée par K.C. Nicolaou a développé un nouveau procédé pour la synthèse d'une série d'agents anti-cancéreux puissants trouvés à l'orogine dans les bactéries.

Le laboratoire Nicolaou trouve des façons de reproduire des composés rares d'origine naturelle en plus grandes quantités afin qu'ils puissent être étudiés par les biologistes et les cliniciens comme de nouveaux médicaments potentiels. Cela vise également à affiner les structures moléculaires de ces composés à travers la conception analogique et de synthèse pour améliorer leurs propriétés de lutte contre la maladie et diminuer leurs effets secondaires.

Tel est le cas avec leur synthèse de trioxacarcin, a rapporté ce mois-ci dans le Journal of the American Chemical Society.

"Non seulement cette synthèse rendent ces molécules précieuses facilement disponibles pour la recherche biologique, mais elle permet également l'élucidation de la structure complète précédemment inconnue de l'une d'elles», a déclaré Nicolaou. "Les technologies de synthèse nouvellement développés permettront de construire des variations pour l'évaluation biologique dans le cadre d'un programme visant à optimiser leurs profils pharmacologiques."

À l'heure actuelle, il n'y a pas de médicaments à base de trioxacarcins, qui endommagent l'ADN par le biais d'un nouveau mécanisme, Nicolaou dit.
que les Trioxacarcins ont été découverts dans le bouillon de fermentation de la souche bactérienne Streptomyces bottropensis. Ils perturbent la replication des cellules cancéreuses par liaison chimique et la modification de leur matériel génétique.

"Ces molécules sont doués de propriétés anti-tumorales puissantes», a dit Nicolaou. "elles ne sont pas aussi puissantes que le shishijimicin, que nous avons également synthétisé récemment, mais elles sont plus puissantes que le taxol, le médicament anti-cancer largement utilisé. Notre objectif est de les rendre encore plus puissantes grâce à l'affination de leur structure."

Il a dit que son laboratoire travaille avec un partenaire de biotechnologie pour coupler ces composés cytotoxiques (appelés charges utiles) à des anticorps ciblant des cellules cancéreuses par "linkers" chimiques. Le procédé produit des conjugaisons d'anticorps-médicament en tant que médicaments pour traiter les patients atteints de cancer. «C'est l'une des dernières frontières de chimiothérapies personnalisées ciblantes», a déclaré Nicolaou, qui plus tôt cette année a remporté le prix Wolf en chimie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16325
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les bactéries (microbes) contre le cancer   Ven 24 Juil 2015 - 13:38

Pathogenic bacteria develop killer machines that work very specifically and highly efficiently. Scientists from the University of Freiburg have solved the molecular mechanism of a fish toxin that could be used in the future as a medication to treat cancer. The scientists have now published their research in the journal Nature Communications.

The Yersinia species of pathogens can cause the bubonic plague and serious gastrointestinal infections in humans. The pharmacologist Dr. Thomas Jank and his fellow researchers in the research group led by Prof. Dr. Dr. Klaus Aktories at the University of Freiburg studied a pathogen of the Yersinia family (Yersinia ruckeri). This pathogen causes redmouth disease in Salmonidae, which includes salmon and trout, resulting in large financial losses in the fish industry. The research group was able to identify a toxin injection machine in the Y. ruckeri genome. The structure of this machine resembles that of viruses that normally attack bacteria. The group demonstrated that the toxin Afp18 in this injection machine is an enzyme that deactivates the switch protein RhoA. RhoA is responsible for many vital processes in the cells of humans and fish. For example, it controls the building up and breaking down of actin filaments. These filaments are not only necessary for cell division, but also for the spreading of tumour metastases in the body.

In close collaboration with the developmental biologist Prof. Dr. Wolfgang Driever, also from the University of Freiburg, the research group injected the toxin Afp18 into zebra fish embryos. The result was that cell division was blocked, and the fish embryos did not develop. The toxin caused the actin filaments in the fish cells to collapse. This is because the Afp18 attaches a sugar molecule, an N-acetylglucosamine, onto the amino acid tyrosine in RhoA. According to the scientists, this is a very unusual reaction in nature. The team was able to shed light on this mechanism at the atomic level through the X-ray analysis of Afp18-modified RhoA crystals. For this, they collaborated with Prof. Dr. Daan von Aalten from the University of Dundee, Scotland. Rho-regulatory proteins are involved in the growth of cancer, especially metastasis. For this reason, the researchers from the University of Freiburg believe that this fish toxin has great therapeutic potential in cancer treatment.

Thomas Jank and Klaus Aktories are researchers at the Institute of Experimental and Clinical Pharmacology and Toxicology at the University of Freiburg.. Wolfgang Driever is the head of the Department of Developmental Biology of the Institute of Biology I, also at the University of Freiburg. Both Aktories and Driever are members of the cluster of excellence BIOSS Centre for Biological Signalling Studies.



---

Les bactéries pathogènes développent des machines tueuses qui fonctionnent très précisément et très efficacement. Des scientifiques de l'Université de Fribourg ont résolu le mécanisme moléculaire d'une toxine de poisson qui pourrait être utilisée à l'avenir comme un médicament pour traiter le cancer. Les scientifiques ont maintenant publié leurs recherches dans la revue Nature Communications.

Les espèces Yersinia de pathogènes peuvent causer la peste bubonique et infections gastro-intestinales graves chez l'homme. Le pharmacologue Dr Thomas Jank et ses collègues chercheurs dans le groupe de recherche dirigé par le professeur Dr. Dr. Klaus Aktories à l'Université de Fribourg a étudié un agent pathogène de la famille Yersinia (Yersinia ruckeri). Cet agent pathogène responsable de la maladie de la bouche rouge des salmonidés, qui comprend le saumon et la truite, résultant en des pertes financières importantes pour l'industrie du poisson. Le groupe de recherche a pu identifier une machine d'injection de toxine dans le génome de Y.. La structure de cette machine ressemble à celle des virus qui attaquent normalement les bactéries. Le groupe a montré que la toxine Afp18 dans cette machine d'injection est une enzyme qui désactive le commutateur de protéine RhoA. RhoA est responsable de nombreuses fonctions vitales dans les cellules des humains et des poissons. Par exemple, il commande l'établissement et la décomposition des filaments d'actine. Ces filaments sont non seulement nécessaires à la division cellulaire, mais également de la propagation de métastases de tumeurs dans le corps.

En étroite collaboration avec le biologiste du développement Prof. Dr. Wolfgang Driever, également de l'Université de Fribourg, le groupe de recherche a injecté la toxine Afp18 dans des embryons de poisson zèbre. Le résultat a été que la division cellulaire a été bloquée, et les embryons de poisson ne sont pas développés. La toxine a causé l'effondrement des filaments d'actine dans les cellules de poisson. En effet, la Afp18 attache une molécule de sucre, une N-acétylglucosamine, sur la tyrosine d'acide aminé dans RhoA. Selon les scientifiques, cela est une réaction très rare dans la nature. L'équipe a été en mesure de faire la lumière sur ce mécanisme à l'échelle atomique à travers l'analyse aux rayons X de cristaux RhoA modifiés par Afp18. Pour cela, ils ont collaboré avec le Prof. Dr.Daan von Aalten de l'Université de Dundee, en Ecosse. Les protéines Rho réglementaires sont impliqués dans la croissance du cancer, en particulier la métastase. Pour cette raison, les chercheurs de l'Université de Fribourg croire que cette toxine de poisson a un grand potentiel thérapeutique dans le traitement du cancer.

Thomas et Klaus Jank Aktories sont des chercheurs de l'Institut de pharmacologie expérimentale et clinique et de toxicologie à l'Université de Fribourg .. Wolfgang Driever est à la tête du Département de biologie du développement de l'Institut de biologie I, également à l'Université de Fribourg. Les deux Aktories et Driever sont membres du cluster d'excellence ESBIO Centre d'études biologiques de signalisation.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16325
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les bactéries (microbes) contre le cancer   Mer 4 Fév 2015 - 9:21

Inserting a specific strain of bacteria into the microenvironment of aggressive ovarian cancer transforms the behavior of tumor cells from suppression to immunostimulation, researchers at Norris Cotton Cancer Center and the Geisel School of Medicine at Dartmouth have found. The findings, published in OncoImmunology, demonstrate a new approach in immunotherapy that can be applied in a variety of cancer types.

"By introducing an attenuated and safe form of the bacteria Listeria monocytogenes (Lm), in collaboration with Aduro Biotech Inc., we found that the attenuated bacteria is taken up by the immunosuppressive cells and transforms them from cells that protect the tumor into cells that attack the tumor," said Steve Fiering, PhD, lead author of the study.

Tumors protect themselves from attack by the immune system by generating an immunosuppressive microenvironment. The study's results found that Lm has a significant impact in increasing the amount of pro-inflammatory cytokines and chemokines, and recruiting immune effector cell subsets, that strongly support anti-tumor immunity. Modifying the immunosuppressive tumor microenvironment remains an approach that can be combined with other immune-based treatment to treat other cancers in addition to ovarian cancer.

"Modulation of the tumor microenvironment to make the immunosuppressive phagocytes into cells that support anti-tumor immune responses has roots in experiments done a hundred years ago by Dr. William Coley," Fiering said. "Now that we can engineer microorganisms to make them safe to use and also can track the anti-tumor immune response in great detail, it has new potential for use in cancer treatment."

The attenuated strain of Lm, developed by Aduro Biotech Inc., is already in clinical trials for the treatment of pancreatic cancer. "Our studies provide further understanding of the mechanisms involved and how this approach can be used in cancer treatment, and will support future clinical trials for treatment of ovarian cancer," Fiering said.

L'insertion d'une souche particulière de bactéries dans le microenvironnement du cancer de l'ovaire agressif transforme le comportement des cellules tumorales de la suppression vers l'immunostimulation, ont trouvé les chercheurs du centre pour le cancer Norris Cotton et de l'École de médecine de Geisel à Dartmouth. Les résultats, publiés dans OncoImmunology, démontrent une nouvelle approche dans l'immunothérapie qui peut être appliquée dans une variété de types de cancer.

"En introduisant une forme atténuée et sûre de la bactérie Listeria monocytogenes (LM), en collaboration avec Aduro Biotech Inc., nous avons constaté que les bactéries atténuées sont reprises par les cellules immunosuppressives et les transforment à partir de cellules qui protègent la tumeur dans des cellules qui attaquent la tumeur ", a déclaré Steve Fiering, Ph.D., auteur principal de l'étude.

Les tumeurs se protégent contre une attaque par le système immunitaire en générant une micro-immunosuppresseur. Les résultats de l'étude a révélé que Lm a un impact significatif dans l'augmentation de la quantité de cytokines pro-inflammatoires et de chimiokines, et le recrutement de sous-ensembles de cellules immunitaires effectrices, qui soutiennent fortement l'immunité anti-tumorale. La modification du microenvironnement immunosuppresseur de la tumeur reste une approche qui peut être combinée avec d'autres traitements à base immunitaire pour traiter d'autres cancers, en plus de cancer de l'ovaire .

"La modulation du microenvironnement de la tumeur pour faire les phagocytes immunosuppresseurs dans des cellules qui soutiennent les réponses immunitaires anti-tumorales a des racines dans les expériences fait il y a cent ans par le Dr William Coley", a déclaré Fiering. "Maintenant que nous pouvons concevoir des micro-organismes pour les rendre sûrs à utiliser et qu'on peut également suivre la réponse immunitaire anti-tumorale dans les moindres détails, il a un nouveau potentiel pour une utilisation dans le traitement du cancer."

La souche atténuée de Listeria monocytogenes, développé par Aduro Biotech Inc., est déjà dans les essais cliniques pour le traitement du cancer du . «Nos études fournissent une meilleure compréhension des mécanismes impliqués et disent comment cette approche peut être utilisée dans le traitement du cancer, et appuieront les futurs essais cliniques pour le traitement du cancer des ovaires", a déclaré Fiering.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16325
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les bactéries (microbes) contre le cancer   Mar 25 Nov 2014 - 11:51



Des bataillons de bactéries téléguidées, et apprivoisées à Montréal, pourraient révolutionner le traitement du cancer en devenant des livreurs de médicaments du futur.

«Plus de 80 % des cancers sont localisés à un endroit bien précis. Mais, présentement, le gros des molécules de médicaments n’est pas dirigé au bon endroit. Elles ont besoin d’un véhicule pour y arriver», explique Sylvain Martel, professeur au Département de génie informatique et génie logiciel de Polytechnique Montréal.

Dans la science-fiction, ce véhicule aurait pu être un minuscule sous-marin transportant des médecins microscopiques en mission, comme dans le célèbre film Le Voyage fantastique. Mais dans la science-réalité, une telle aventure est impossible, même avec toute l’imagination d’un chercheur qui a commencé sa carrière en inventant des robots à trois pattes pour aller sur Mars.

Le professeur Martel et son équipe du Laboratoire de nanorobotique de l’École polytechnique se sont donc tournés vers des véhicules naturels capables de se déplacer dans le corps humain grâce à leur système de propulsion intégré: les bactéries.

«Ce serait impossible de construire nous-mêmes des robots qui feraient ce que les bactéries réussissent à faire après des milliards d’années d’évolution», indique le scientifique. Par contre, «au départ, on ne savait pas si on serait capable de leur faire faire un travail utile pour qu’elles soient un peu nos petites esclaves», complète son associé Charles Tremblay.

Ils les ont donc cultivées en laboratoire et apprivoisées pour en faire des super-bactéries capables de transporter une charge et de la livrer à un endroit précis, comme une tumeur cancéreuse.

Éliminer les effets secondaires

Grâce à cette technologie, «on croit pouvoir traiter des patients avec des effets secondaires minimes, voire inexistants», indique M. Martel.

Le transport de médicaments à dos de bactéries permettrait en effet de ne pas libérer dans tout l’organisme une substance toxique pour les cellules saines et d’en réduire considérablement la dose. Adieux, donc, les vomissements et les pertes de cheveux, mais aussi les multiples séjours à l’hôpital, dont sont la proie les personnes atteintes du cancer.

Les coûts des soins s’en trouveraient tout autant réduits, estime le scientifique, et les malades conserveraient leur qualité de vie pendant les traitements.

Les petits esclaves révolutionnaires de Polytechnique sont encore loin d’être commercialisables, mais ils suscitent désormais beaucoup plus d’enthousiasme que de scepticisme, comme c’était le cas il y a 13 ans, quand ils ont germé dans la tête de leur inventeur. Les premiers essais cliniques sur les humains pourraient ainsi avoir lieu d’ici trois ans.

Le professeur Martel est actuellement en tournée internationale pour présenter ses travaux, couronnés il y a quelques jours du prix Jacques-Rousseau, remis annuellement par l’ACFAS pour récompenser l’excellence multidisciplinaire.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16325
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les bactéries (microbes) contre le cancer   Mer 24 Sep 2014 - 20:24

Cancer, while always dangerous, truly becomes life-threatening when cancer cells begin to spread to different areas throughout the body. Now, researchers at the University of Missouri have discovered that a molecule used as a communication system by bacteria can be manipulated to prevent cancer cells from spreading. Senthil Kumar, an assistant research professor and assistant director of the Comparative Oncology and Epigenetics Laboratory at the MU College of Veterinary Medicine, says this communication system can be used to "tell" cancer cells how to act, or even to die on command.

"During an infection, bacteria release molecules which allow them to 'talk' to each other," said Kumar, the lead author of the study. "Depending on the type of molecule released, the signal will tell other bacteria to multiply, escape the immune system or even stop spreading. We found that if we introduce the 'stop spreading' bacteria molecule to cancer cells, those cells will not only stop spreading; they will begin to die as well."

In the study published in PLOS ONE, Kumar, and co-author Jeffrey Bryan, an associate professor in the MU College of Veterinary Medicine, treated human pancreatic cancer cells grown in culture with bacterial communication molecules, known as ODDHSL. After the treatment, the pancreatic cancer cells stopped multiplying, failed to migrate and began to die.

"We used pancreatic cancer cells, because those are the most robust, aggressive and hard-to-kill cancer cells that can occur in the human body," Kumar said. "To show that this molecule can not only stop the cancer cells from spreading, but actually cause them to die, is very exciting. Because this treatment shows promise in such an aggressive cancer like pancreatic cancer, we believe it could be used on other types of cancer cells and our lab is in the process of testing this treatment in other types of cancer."

Kumar says the next step in his research is to find a more efficient way to introduce the molecules to the cancer cells before animal and human testing can take place.

"Our biggest challenge right now is to find a way to introduce these molecules in an effective way," Kumar said. "At this time, we only are able to treat cancer cells with this molecule in a laboratory setting. We are now working on a better method which will allow us to treat animals with cancer to see if this therapy is truly effective. The early-stage results of this research are promising. If additional studies, including animal studies, are successful then the next step would be translating this application into clinics."

---

Le cancer, tout en étant toujours dangereux, le devient vraiment lorsque les cellules cancéreuses commencent à se propager à différents locations à travers le corps. Maintenant, les chercheurs de l'Université du Missouri ont découvert qu'une molécule utilisée comme un système de communication par des bactéries peut être manipulé pour empêcher les cellules cancéreuses de se propager. Senthil Kumar dit que ce système de communication peut être utilisé pour «dire» aux cellules cancéreuses comment agir, ou même pour leur dire de mourir sur commande.

"Lors d'une infection, les bactéries libèrent des molécules qui leur permettent de se « parler »les unes aux autres», a déclaré Kumar, l'auteur principal de l'étude. "Selon le type de molécule libérée, le signal sera dire aux autres bactéries de se multiplier, échapper au système immunitaire ou même arrêter la propagation. Nous avons constaté que si nous introduisons les bactéries « arrêter la propagation » à des cellules cancéreuses, ces cellules non seulement arrêtaient la propagation, mais elles commencaient à mourir.

Dans l'étude publiée dans la revue PLoS ONE, Kumar, et le co-auteur Jeffrey Bryan, professeur associé au Collège de médecine vétérinaire de MU, ont traité les cellules cancéreuses humaines en culture avec des molécules de communication bactériennes, connus sous le nom ODDHSL. Après le traitement, les cellules cancéreuses pancréatiques ont arrêtés de se multiplier, n'arrivaient pas à migrer et ont commencé à mourir.

"Nous avons utilisé des cellules de cancer du pancréas, parce que ce sont les cellules cancéreuses les plus robustes, agressives et difficiles à tuer dans le corps humain", a déclaré Kumar. "Pour montrer que cette molécule peut non seulement arrêter les cellules cancéreuses de se propager, mais effectivement causer leur mort, c'est très excitant. Parce que ce traitement prometteur dans un tel cancer agressif comme le cancer du pancréas, nous pensons qu'il pourrait être utilisé sur d'autres types des cellules cancéreuses et notre laboratoire est en train de tester ce traitement à d'autres types de cancer. "

Kumar dit la prochaine étape de sa recherche est de trouver un moyen plus efficace d'introduire les molécules aux cellules cancéreuses avant que l'expérimentation animale et humaine puisse avoir lieu.

«Notre plus grand défi est maintenant de trouver un moyen d'introduire ces molécules de manière efficace", a déclaré Kumar. "A cette époque, nous ne sommes en mesure de traiter les cellules cancéreuses avec cette molécule dans un environnement de laboratoire. Nous travaillons actuellement sur une meilleure méthode qui nous permettra de traiter les animaux avec le cancer pour voir si ce traitement est vraiment efficace. Les résultats de la phase de cette recherche sont prometteurs. Si des études supplémentaires, y compris les études sur les animaux, sont un succès, la prochaine étape serait de traduire cette application dans les cliniques.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16325
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les bactéries (microbes) contre le cancer   Ven 15 Aoû 2014 - 18:40

Bactéries mangeuses de… cancer ?

Un des plus vieux principes de politique du monde stipule que les ennemis de nos ennemis sont nos amis. Simple et efficace : a) le gros Bill te vole tout le temps tes smarties ; b) le gros Bill casse aussi périodiquement la gueule du p’tit Joe, qui le déteste ; c) allie-toi avec le p’tit Joe pour apprendre à vivre au gros Bill. Maintenant, si l’on remplaçait le gros Bill par un cancer et le p’tit Joe par un paquet de bactéries, est-ce que l’alliance vous semblerait aussi naturelle ?

Eh bien vous ne devriez probablement pas faire la différence, selon une étude qui vient de paraître dans Science Translational Medicine. Dirigée par Nicholas J. Roberts et Shibin Zhou, de l’Université John Hopkins, l’expérience a consisté à injecter une espèce commune de bactéries qui vit dans le sol, Clostridium novyi, directement dans les tumeurs qu’avaient développées 16 chiens. Cette bactérie a besoin d’un milieu sans oxygène pour prospérer, et il s’avère que l’oxygène est justement rare dans les tumeurs.

Résultat : les tumeurs ont disparu ou diminué chez 6 des chiens et leur croissance a été stoppé chez 5 autres. Il semble que C. novyi sécrète une toxine (il s’agit d’ailleurs d’un pathogène) qui tuerait les cellules cancéreuses et que la colonie bactérienne se nourrisse des restes par la suite. À cause de son incapacité à survivre en présence d’oxygène, la bactérie n’a pas infecté ses hôtes, se tenant bien sagement dans les tumeurs. En outre, sa présence a stimulé le système immunitaire des chiens, ce qui a aidé à combattre le cancer.

Une patiente humaine a également reçu le traitement expérimental. La tumeur traitée à bien répondu, mais le cancer était déjà métastasé, ce qui l’a tuée. C’est d’ailleurs là un élément qui pourrait réduire l’utilité (éventuelle) du traitement, qui implique d’injecter des bactéries dans chaque tumeur. Mais il n’empêche que cela ravive une vieille avenue thérapeutique.

L’idée d’«embrigader» des bactéries pour combattre le cancer n’est en effet pas neuve. Un médecin américain du tournant du XXe siècle, William Coley, l’a essayé sur des patients il y a longtemps — non sans un certain succès, d’ailleurs, puisqu’on le considère comme le père de l’immunothérapie moderne. Mais il utilisait souvent des bactéries mortes et l’idée était alors d’inciter le système immunitaire à attaque les tumeurs, et non de faire faire le travail directement par les microbes.

À suivre, donc…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16325
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: la bactérie Listeria atténuée recombinée avec antigènes tumoraux   Mar 20 Avr 2010 - 12:27

Advaxis, une biotech de North Brunswick (New Jersey), développe une arme originale contre certaines tumeurs cancéreuses : une immunothérapie basée sur la bactérie Listeria monocytogenes sous forme de « vaccin », dont elle vient de réussir à produire une forme stable à température ambiante. Selon la biotech, le « vaccin » pourrait être proposé très prochainement au corps médical.



Une forme, qui va remplacer la précédente formule qu’il fallait conserver à – 70° C pour éviter sa dégradation car cette obligation réduisait l’activité immunostimulante de la préparation de 90 %, voire plus, la dite préparation étant à base de Listeria vivante… bien que celle-ci soit censée endurer sans dommage de très basses températures (d’où les intoxications alimentaires avec des aliments mal protégés au réfrigérateur). Des essais avec la préparation température ambiante ADXS11-001 ont montré qu’on récupérait quasiment 100 % de l’activité biologique du produit. Pour Thomas Moore, le PDG d’Avaxis, cela signifie que prochainement le « vaccin » pourra être proposé au corps médical.



Principe, une préparation de Listerias vivantes mais atténuées : C’est la technologie développée par cette biotech, dont le but, en tant qu’immunothérapie, est de délivrer en même temps des antigènes tumoraux avec lesquels elle a été recombinée, de façon à obtenir simultanément une réaction immunitaire contre Listeria ET contre la tumeur.



9 préparations anti-cancer, sont actuellement développées par Advaxis, à divers stades d’avancement, et qui seront évaluées par des centres anticancéreux de référence tels le National Cancer Institute aux Etats Unis ou Cancer Research au Royaume Uni. La technologie basée sur Listeria a été développée par le Pr Yvonne Paterson, microbiologiste de l’Université de Pennsylvanie et membre du comité scientifique de la biotech, il y a plus de 20 ans.



Utiliser la capacité d’immunostimulation de Listeria : Cette technologie, qui pourrait aussi s’appliquer au traitement de maladies infectieuses ou de syndromes allergiques, est basée sur le constat que ce micro-organisme a une capacité d’immunostimulation tous azimuts, immunité naturelle, immunité-mémoire, immunité cellulaire et « mécanismes immuns non classiques », sériques ou médullaires (selon Advaxis) rendus actifs contre la tumeur.

Cette approche originale pourrait fournir des agents anti-tumoraux très efficaces, selon la biotech, si l’on se réfère aux résultats sur l’animal : réponse thérapeutique complète (régression de tumeurs). Chez l’homme, l’innocuité du procédé a été démontrée et l’évolution thérapeutique serait « très encourageante » (signes précoces d’efficacité… à conformer néanmoins).

Notre technologie est différente des autres immunothérapies, explique Advaxis : elle déclenche une réaction immunitaire préexistante (une sorte de réserve de l’organisme au cas où…), qui est plus complète que celle déclenchée par d’autres préparations d’immunothérapie, et qui est surtout dirigée contre la tumeur, elle réduit d’au moins 80 % la résistance tumorale à l’attaque immunitaire, elle permet éliminer 70 % des tumeurs sur l’animal et en empêcherait la récidive…



« Parmi tout ce que fait le système immunitaire, nous protéger des infections bactériennes pathologiques est ce qu’il fait le mieux. Notre relation avec les bactéries est complexe, compte tenu que l’homme possède 1 milliard de cellules mais est colonisé par environ 10 millions de bactéries, dont la plupart sont bénéfiques et nécessaires à la bonne santé. C’est parce que la plupart du temps les humains organisent une très forte réponse immunitaire contre les bactéries nocives qu’Advaxis s’est intéressé à cette réponse efficiente en tant que moyen d’utiliser [instrumentaliser] le système immunitaire pour s’attaquer aux cancers.

Ce que nous avons inventé est un nouveau moyen d’utiliser le système immunitaire au plus haut niveau d’activité thérapeutique qu’il est possible en recourant à d’autres approches immunostimulantes ». Advaxis dixit…



Source : Advaxis, mise en ligne Alexis Yapnine, Santé log, le 20 avril 2010
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16325
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les bactéries (microbes) contre le cancer   Mar 1 Sep 2009 - 22:54

(Sep. 2, 2009) — Cancer remains a deadly threat despite the best efforts of science. New hopes were raised a few years ago with the discovery that the uncontrolled growth of cancer cells could be thwarted by blocking the action of proteasomes. Biochemists at the Technische Universitaet Muenchen (TUM) have illuminated a reaction pathway that does just that, in collaboration with researchers from Nereus Pharmaceuticals, based in San Diego, California.

Le cancer reste une menace mortelle en dépit des meilleurs efforts de la science. De nouveaux espoirs sont apparus depuis quelques années avec la découverte que la croissance incontrolée des cellules cancéreuses pourraient être déjouée en bloquant l'action des protéasomes. Les biochimistes ont mis en lumière l'action d'un chemion cellulaire qui fait cela.

In the current issue of the Journal of Medicinal Chemistry, they report insights that could potentially lead to the development of custom-tailored anti-cancer drugs.

Les nouvelles découvertes pourraient mené à de nouveaux médicaments sur mesure

What makes cancer cells so dangerous is that they proliferate much more rapidly than other cells. An important contribution to this capability is made by a particular group of proteins, the so-called kinases. And it's against the kinases that many cancer drugs in development today take aim. Another promising approach came to light a few years ago with the discovery that the proliferation of cancer cells could also be arrested through proteasome inhibition. Yet the first drug to employ this strategy caused a number of severe side-effects. Despite that, the drug is expected to generate revenues of more than a billion U.S. dollars this year.


Ce qui rend les cellules cancéreuses si dangeureuses c'est qu'elles prolifèernt avec beaucoup plus de rapidité que les autres. Une importante contribution à cette capacité est faite par un groupe de protéine appelées kinases. C'est contre ce groupe de protéines que beaucoup de médicaments sont développé ces temps-ci. Une autre avenue prometteuse est apparue voici 5 ans avec la découverte que les cellules cancéreuses pourraient être arrêtées par l'inhibition des protéasomes. Même si le premier médicament employant cette startégie a causé beaucoup d'effets secondaires, il va générer plus d'un milliard cette année


In the search for alternatives, San Diego-based Nereus Pharmaceuticals homed in on a species of marine bacteria known as Salinispora tropica. These bacteria produce a small molecule that kills affected cells by disabling proteasomes, which serve as their waste processing plants. "In the life cycle of a cell, proteins are always being built up that will need to be demolished after they have done their work," explains TUM Professor Michael Groll, leader of the research team in Munich. "If this breakdown is blocked, the cells choke on their own waste."


Dans la recherche d'alternatives, la pharmaceutiques Nereus se spécialise dans la recherche sur une espèce de bactérie connue sous le nom de Salinispora tropica. Cette bactérie produit une petite molécule qui tue les cellules affecté en neutralisant les protéasomes qui servent au processus de se débarasser des déchets. "Dans la vie d'une cellule, il y a des protéines qui sont construites et qui doivent être démolies après avoir fait leur travail. Si ce processus est bloqué la cellule meurt étouffée dans ses propres déchets de protéines.

After promising preclinical trials, the bacteria-produced Salinosporamide A (NPI-0052; Sal-A) has advanced into human clinical trials. "Over millions of years, the bacteria developed this substance into a perfect weapon," says Dr. Barbara Potts, vice president for chemical and oncological development at Nereus Pharmaceuticals. The ideal cancer drug would kill only cancer cells, while doing the least harm possible to healthy cells. The researchers took a closer look at the pathway for this reaction, in the hope that they might better understand the mechanism and the best approach to future generation analogues.

Après des années d'essais précliniques prometteurs, la bactérie Salinosporamide A (NPI-0052; Sal A) est maintenant en essai clinique sur des humains. " La bactérie a developpé cette arme pendant des millions d'années"

The research team of Barbara Potts and Michael Groll managed to produce crystals of proteasomes blocked by Salinosporamide A and determined, through X-ray crystallography, the precise arrangement of the atoms. It became clear why the bacterial poison is so effective: The molecule fits an opening in the proteasome like a key, and locks it up. A subsequent reaction transforms the molecule to a complex that can no longer be detached, in effect breaking off the key in the lock. Vital processes come to a halt.

Halogen-hydrocarbons are favored in industrial chemistry, because the halogen atom can be easily separated from other groups. It's just this trick that the Salinispora tropica bacterium employs in the case of Salinosporamide A. It uses a chloride as its so-called "leaving group" to trigger an internal reaction forming a ring-like bond. If the ring is closed, the lock is jammed.

The researchers next produced variants of Salinosporamide A and once again succeeded in crystallizing them and using X-ray techniques for structural analysis. By replacing the chlorine atom with fluorine, they were able to observe the progress of the reaction. After the key had been stuck in the lock for one hour of reaction time, the biochemists were still able to pull it out again. A few hours later, the fluorine was split off, and the lock was blocked.

"After the millions of years that have gone into the evolutionary development of this method in bacteria, it's unlikely that a better way to block the proteasome is even possible," Groll says. "Now that we know how the best possible reaction proceeds, we can alter it in targeted ways with the aim of developing tailored, effective proteasomal drugs that will have improved safety and efficacy."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16325
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Les bactéries (microbes) contre le cancer   Sam 21 Avr 2007 - 9:49

Dans le numéro de Mars en ligne du journal "Blood", les chercheurs rapportent qu'un nouvel inhibiteur de proteasome, le NPI-0052, non seulement tue les cellules leucémiques, mais se montre plus efficace que son prédécesseur le bortezomib quand combiné avec d'autres agents dans des essais sur les animaux.

Selon les chercheurs, les protéasomes netoient les les protéines mutées ou endommagées dans les cellules, ce qui promeut la croissance de la cellule et permet aux cellules cancéreuses de se reproduire facilement. Les inhibiteurs de protéasome bloque ce processus ce qui résulte en apoptose ou mort de la cellule cancéreuse.


Le bortezomib est le premier et le seul inhibiteur de proteasome approuvé à ce jour. Même s'il est efficace pour traiter le myélome multiple et le "mantle cell lymphoma" (lymphome de la cellule manteau ?!), i l a été prouvé inefficace contre la leucémie dans des essais cliniques. Le NPI-0052 diffère du bortezomib (Velcade) et les chercheurs espèrent qu'il sera eficace dans les essais en clinique sur des humains



"Le NPI-0052 cible le proteasome à travers différents intermédiaires et il est plus puissant que le bortezomib dans les cellules leucémiques" dit Joya Chandra "dès lors nous pouvons utiliser moins de médicament pour inhiber les protéasomes."


Le Npi-0052 inhibe l'activité principale enzymatique du protéasome 3 fois plus efficacement que le bortezomib employé comme agent simple. Quand il est combiné avec un inhibiteur de histone deacetylase (HDCA), un autre agent anti-cancer, le NPI-0052 a des effets 4 fois plus important que le bortezomib. Il y a déja des essais sur des patients atteints de tumeurs solides et de lymphomes récurrent. Et le groupe de Chandra est le premier groupe à étudier les effets du médicament sur les modèles de leucémie aigue.

"Ce médicament a montré de l'efficacité sur des modèles animaux de leucémie, de myélome et de cancer du et il a travaillé pour tuer les cellules de cancers de myélome multiple résistantes aux traitements de bortezomib." dit Chandra "COmme résultat de notre recherche, nous cherchons à combiner le NPI-0052 avec les inhibiteurs HDCA pour traiter les leucémies dans le futur.


Dernière édition par Denis le Lun 19 Juin 2017 - 14:55, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les bactéries (microbes) contre le cancer   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les bactéries (microbes) contre le cancer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une bactérie intestinale contre l’obésité et le diabète
» Des bactéries venant d'ailleurs ?
» Besoin énergétique des bactéries
» Fiches bactéries bientôt sur le forum
» CCSVI et bactéries toxiques vasoconstrictives

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: