AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le sorafenib.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le sorafenib.   Ven 24 Juin 2016 - 17:40

A phase 1 clinical trial testing a novel combination therapy developed by scientists at VCU Massey Cancer Center slowed the growth of cancer in the majority of trial participants, which were patients with advanced solid tumors. Approximately 61 percent of these patients experienced some degree of tumor growth delay, with multiple partial responses and one complete response. A phase 2 study testing the same combination of the drugs sorafenib and pemetrexed in patients with recurrent or metastatic triple negative breast cancer is now open at Massey.

"Though phase 1 studies are designed to evaluate the safety of a new therapy, we had strong preclinical evidence suggesting this novel drug combination could work against a variety of cancers, so we hoped that we would see a response in our patients in this early phase trial," said Andrew Poklepovic, M.D., lead investigator on the study. "With this trial, we established a safe dosing schedule, and we will now be testing the efficacy of the therapy in the phase 2 study."

The results of the clinical trial were recently published online by the journal Oncotarget (PMID: 27213589). The study enrolled 37 patients between October 2011 and December 2014. Of those patients, 36 received treatment and 33 were evaluated for response. One patient had a complete response, meaning all detectable traces of the tumor disappeared, while four patients had a partial response, which means that the tumor volume shrank by at least 30 percent. The therapy stabilized disease progression in an additional 15 patients, with some of these patients responding for up to a year. The therapy was found to be particularly active in breast cancer patients.

"Some dose-limiting toxicities associated with pemetrexed were observed in one cohort of patients, but those who were eligible were switched to the dosing schedule of the second cohort, which was found to safe and tolerable," says Poklepovic, medical oncologist and member of the Developmental Therapeutics research program at Massey as well as assistant professor in the Division of Hematology, Oncology and Palliative Care at the VCU School of Medicine.

The trial is based on pre-clinical research conducted by a team of Massey scientists led by Paul Dent, Ph.D., who is the Universal Corporation Chair in Cancer Cell Signaling and a member of the Cancer Cell Signaling research program at Massey, and Richard Moran, Ph.D., who recently retired after 22 years at Massey and more than four decades in the field. Pemetrexed was co-developed by Moran, and is now a first-line therapy for non-small cell lung cancer (NSCLC) and mesothelioma. Sorafenib is used to treat liver, kidney and thyroid cancer. In 2011, a research team led by Dent and including Moran discovered that the two drugs synergize to induce profound killing of cancer cells through a toxic form of autophagy, a process that normally re-cycles components of cells to provide energy for maintaining cell growth and survival. The drug combination hyper-activated the autophagy process within cancer cells, causing them to literally eat themselves to death (PMID: 21622715).

The phase 2 study is not the only continuation of the research. Because the initial results of the phase 1 study were so promising, Dent started a new project to discover the best "third drug" that could act to further enhance the anti-cancer properties of the pemetrexed and sorafenib combination. This work has also recently been published in Oncotarget, and it showed that the combination therapy could be enhanced by a class of drugs known as ERBB1/2/4 inhibitors (PMID: 27015562).

"We discovered in mouse models of breast cancer that the drugs lapatinib and vandetanib significantly enhanced the anti-tumor effect of the pemetrexed and sorafenib therapy without any apparent toxicity to normal tissue. We made a nearly identical observation when adding the drug afatinib in experiments involving non-small cell lung cancer," says Dent. "Based on this data, we will be submitting a grant application to the National Cancer Institute for funding that will hopefully provide data that could allow us to open a future phase 1 trial testing the addition of an ERBB1/2/4 inhibitor to pemetrexed and sorafenib in patients with advanced solid tumors."

Dent was able to determine that ERBB1/2/4 inhibitors could increase the effectiveness of the combination therapy by using a novel technology called a multiplex assay. The multiplex assay is a broad, unbiased screening approach that allows researchers to simultaneously examine the levels of multiple hormones in the blood and determine the activities of enzymes in cancer cells. Using this technology, the researchers discovered that the enzyme ERBB1 was activated in response to the pemetrexed and sorafenib therapy.

"Unlike alternative methods where a certain degree of guesswork is required, the multiplex assay allowed us to observe exactly how the cancer cells responded to therapy," says Dent. "We were surprised to see that the enzyme ERBB1 was activated because it is ordinarily thought to protect cancer cells from chemotherapy. We went on to successfully use ERBB1/2/4 inhibitors as our third drug because of this unexpected data."

The multiplex assay provided Dent's team with such invaluable additional information about how the sorafenib and pemetrexed combination worked in the mouse models that they will now be using the assay in several of their clinical trials moving forward, including the new phase 2 trial of pemetrexed and sorafenib.

"The multiplex assay will allow us to track specific levels of hormones in the blood as patients undergo treatment, which could potentially give us a molecular 'fingerprint' of the point at which tumors develop resistance to the therapy," says Dent. "Ongoing preclinical experiments show that it could be possible to pinpoint exactly how the cancer cells are developing resistance to therapies, which might eventually allow oncologists to develop in real time a personalized therapy designed to overcome drug resistance in an individual patient's tumor."

---


Une phase 1 d'essai clinique testant une nouvelle combinaison thérapeutique développé par des scientifiques de VCU Massey Cancer Center a ralenti la croissance du cancer dans la majorité des participants à l'essai, qui étaient des patients atteints de tumeurs solides avancées. Environ 61 pour cent de ces patients ont présenté un certain degré de retard de la croissance tumorale de, avec de multiples réponses partielles et une réponse complète. Une étude de phase 2 testant la même combinaison de médicaments sorafenib et pemetrexed chez les patients présentant une récidive ou d'un cancer du métastatique triple négatif est maintenant ouvert à Massey.

"Bien que la phase 1 des études soient conçues pour évaluer l'innocuité d'une nouvelle thérapie, nous avons eu des preuves précliniques solides suggérant cette nouvelle combinaison de médicaments pourrait travailler contre une variété de cancers, de sorte que nous espérions que nous allions voir une réponse à nos patients dans cette phase précoce ", a déclaré Andrew Poklepovic, MD, investigateur principal de l'étude. "Avec cet essai, nous avons établi un programme de dosage sécuritaire, et nous allons maintenant tester l'efficacité de la thérapie dans l'étude de phase 2."

Les résultats de l'essai clinique ont été récemment publiés en ligne par la revue Oncotarget (PMID: 27213589). L'étude a inclus 37 patients entre Octobre 2011 et Décembre 2014. Parmi ces patients, 36 ont reçu un traitement et 33 ont été évalués pour la réponse. Un patient a présenté une réponse complète, ce qui signifie que toute trace détectable de la tumeur a disparu, tandis que quatre patients ont présenté une réponse partielle, ce qui signifie que le volume de la tumeur a diminué d'au moins 30 pour cent. La thérapie a stabilisé la progression de la maladie chez 15 autres patients, certains de ces patients qui ont répondu pendant jusqu'à un an. La thérapie a été trouvée être particulièrement actif chez les patients atteints d'un cancer du sein.

«Certaines toxicités limitant la dose associés à pemetrexed ont été observés dans une cohorte de patients, mais ceux qui étaient admissibles ont été passés à la posologie de la deuxième cohorte, qui a été jugé sûr et tolérable», dit Poklepovic, oncologue médical et membre du le programme de recherche de développement thérapeutique à Massey, ainsi que professeur adjoint à la Division d'hématologie, d'oncologie et de soins palliatifs à l'école de médecine de VCU.

Le test est basé sur la recherche pré-clinique mené par une équipe de scientifiques Massey dirigé par Paul Dent, Ph.D., qui est la présidente de la Société universelle de Cancer Cell Signaling et un membre du Cancer Cell Signaling programme de recherche à Massey, et Richard Moran, Ph.D., qui a récemment pris sa retraite après 22 ans à Massey et plus de quatre décennies dans le domaine. Le pemetrexed a été co-développé par Moran, et est maintenant un traitement de première ligne du cancer du non à petites cellules (NSCLC) et du mésothéliome. Le Sorafénib est utilisé pour traiter le foie, le rein et le cancer de la thyroïde. En 2011, une équipe de recherche dirigée par Dent et notamment Moran a découvert que les deux médicaments agissent en synergie pour induire une profonde destruction des cellules cancéreuses par une forme toxique de l'autophagie, un processus qui normalement re-cycles des composants de cellules pour fournir l'énergie pour le maintien de la croissance cellulaire et survie. La combinaison de médicaments hyper-active le processus de l'autophagie dans les cellules cancéreuses, les obligeant à se manger elles-mêmes littéralement à mort (PMID: 21622715).

L'étude de phase 2 n'est pas la seule poursuite de la recherche. Parce que les premiers résultats de l'étude de phase 1 étaient si prometteurs, Dent a commencé un nouveau projet pour découvrir le meilleur "troisième médicament" qui pourrait agir pour améliorer encore les propriétés anti-cancer de la combinaison de pemetrexed et sorafenib. Ce travail a également été récemment publiée dans Oncotarget, et il a montré que la thérapie combinée pourrait être améliorée par une classe de médicaments appelés ErbB1 / 2/4 inhibiteurs (PMID: 27015562).

"Nous avons découvert dans les modèles de souris de cancer du sein que les médicaments lapatinib et vandétanib amélioraient de manière significative l'effet anti-tumeur de la thérapie de pemetrexed et sorafenib sans aucune toxicité apparente au tissu normal. Nous avons fait une observation presque identique lors de l'ajout de afatinib dans des expériences impliquant le cancer non à petites cellules du poumon ", dit Dent. "Sur la base de ces données, nous allons soumettre une demande de subvention à l'Institut national du cancer pour le financement qui nous l'espérons fourniront des données qui pourraient nous permettre d'ouvrir une future phase 1 essai testant l'ajout d'un ErbB1 / 2/4 inhibiteur de pemetrexed et sorafenib chez des patients atteints de tumeurs solides avancées ".

Dent a pu déterminer que les inhibiteurs de ErbB1/2/4 pourrait accroître l'efficacité de la thérapie de combinaison en utilisant une nouvelle technologie appelée un test multiplex. Le test multiplex est une approche de dépistage large, impartiale qui permet aux chercheurs d'examiner simultanément les niveaux de plusieurs hormones dans le sang et de déterminer les activités des enzymes dans les cellules cancéreuses. En utilisant cette technologie, les chercheurs ont découvert que l'enzymate ErbB1 a été activée en réponse à la thérapie de pemetrexed et sorafénib.

"Contrairement à d'autres méthodes où un certain degré de conjecture est nécessaire, l'analyse multiplex nous a permis d'observer exactement comment les cellules cancéreuses ont répondu à la thérapie», dit Dent. "Nous avons été surpris de voir que l'enzyme ErbB1 a été activée car elle est habituellement pensé pour protéger les cellules cancéreuses de la chimiothérapie. Nous sommes allés jusqu'à utiliser avec succès ErbB1 / 2/4 inhibiteurs comme notre troisième médicament en raison de ces données inattendues."

Le test multiplex fourni l'équipe de Dent avec ces informations complémentaires précieuses sur la façon dont le sorafenib et la combinaison pemetrexed travaillaient dans des modèles de souris les qu'ils seront maintenant en utilisant l'essai dans plusieurs de leurs essais cliniques aller de l'avant, y compris la nouvelle phase 2 procès de pemetrexed et sorafenib .

"Le test multiplex va nous permettre de suivre des niveaux spécifiques d'hormones dans le sang que les patients subissent un traitement, ce qui pourrait nous donner une« empreinte digitale »moléculaire du point où les tumeurs développent une résistance à la thérapie», dit Dent. "Les expériences précliniques en cours montrent qu'il pourrait être possible de déterminer exactement comment les cellules cancéreuses se développent une résistance aux traitements, ce qui pourrait éventuellement permettre aux oncologues de développer en temps réel une thérapie personnalisée conçue pour surmonter la résistance aux médicaments dans la tumeur d'un patient individuel."

 

 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le sorafenib.   Mer 5 Sep 2012 - 13:28

Research from Karolinska Institutet in Sweden shows that sorafenib, a drug used for advanced cancer of the kidneys and liver, could also be effective against multiple myeloma. The disease is one of the more common forms of blood cancer and is generally incurable.

Des recherches en Suède montre que le Sorafenib un médicament utilisé dans le cancer avancé des et du pourrait être utilisé aussi dans le myélome multiple [b]

"Recently developed drugs, like bortezomib, have increased the survival rate for people with this serious and complex disease," says study leader Theocharis Panaretakis, docent of experimental oncology. "Having said this, the heterogeneity of the disease progression, the treatment response and the development of resistance to administered drugs which leads to the relapse of nearly all patients, has compelled us to find new and better treatments."

[b]Des médicaments récents comme le bortezomib ont augmenté le taux de survie pour les gens avec cette maladie complexe mais il faut trouver de meilleurs traitements.


Myeloma is only found in adults; it is uncommon before the age of 40, and most patients are over 60 years when diagnosed. The disease can lie dormant in the body for many years, but only becomes life-threatening and requires treatment once the patient has begun to exhibit symptoms. The myeloma cells are mainly located in the bone marrow, and since this is where blood cells are produced, their presence seriously disrupts regular blood production. Malignant cancer cells or tumours can also accumulate outside the bone marrow, hence the term "multiple."


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le sorafenib.   Mar 17 Nov 2009 - 15:01

Bayer reçoit un prix international pour l'essai qui a mené à l'approbation de NEXAVAR(R) pour le traitement du cancer du foie (CHC)


NEXAVAR(R) a été approuvé pour le traitement du CHC dans plus de 70 pays par suite des résultats obtenus dans le cadre d'un essai canadien

TORONTO, le 17 nov. /CNW/ - Bayer Inc. a annoncé aujourd'hui que l'essai international SHARP (Sorafenib HCC Assessment Randomized Protocol), mené par Tom Giannaris, chef des études cliniques de Bayer Canada, a remporté le prix du meilleur essai international décerné dans le cadre des Good Clinical Practice Journal Awards. Les résultats positifs de l'essai SHARP ont mené à l'approbation de NEXAVAR(R) (sorafenib) dans plus de 70 pays pour le traitement du cancer du , ce qui a permis une avancée considérable en offrant aux patients une option thérapeutique dont ils avaient grandement besoin.

"La reconnaissance de notre engagement à l'égard de la recherche et de notre leadership en matière de solutions novatrices destinées aux patients est une réalisation exceptionnelle pour Bayer et sa succursale canadienne, déclare Shurjeel Choudhri, chef des Affaires médicales et scientifiques de Bayer Inc. Au Canada, nous sommes particulièrement heureux d'avoir pu compter sur Tom Giannaris, pour mener cet essai international couronné de succès. La réussite de SHARP a ouvert la voie à d'autres essais sur le carcinome hépatocellulaire (CHC), ce qui nous permettra de continuer à faire progresser ce domaine de l'oncologie."

L'essai SHARP a été mené dans 21 pays, y compris dans six centres de recherche canadiens situés à Toronto, à Montréal, à Calgary, à Edmonton, à Winnipeg et à Ottawa. Les résultats de l'essai SHARP ont été publiés en juillet 2008 dans le New England Journal of Medicine. Chef de la Gestion des études à Toronto, Tom Giannaris a dirigé du début à la fin l'essai international SHARP. Il affirme que les résultats ont été extrêmement gratifiants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Le sorafenib.   Mer 25 Avr 2007 - 8:41

Le sorafenib, un nouveau traitement contre le cancer du rein






24/04/2007 15:24





Depuis le 1er avril dernier, le médicament soranefib de Bayer est remboursé en Belgique pour les patients atteints d'un cancer du au stade avancé. Ce traitement permet, selon Bayer, de doubler le taux de survie des patients sans progression tumorale.


"Il y avait plus de 10 ans que les Européens n'avaient plus bénéficié d'un nouveau traitement", a souligné mardi Bayer, lors de la présentation du sorafenib. Le carcinome à cellules rénales est le cancer du rein le plus fréquent chez l'adulte, se développe chez des personnes de plus de 50 ans et touche deux fois plus d'hommes que de femmes. Environ 1.200 personnes sont touchées chaque année par ce cancer en Belgique.
Le soranefib est un médicament qui se prend oralement, est moins toxique et prolonge la vie du patient sans toucher à sa qualité de vie. Il bloque la multiplication de cellules tumorales et la tumeur cesse de croître ou croît moins vite. Par ailleurs, le médicament bloque la vascularisation de la tumeur et donc son alimentation en sang et oxygène.
Par ailleurs, le soranefib est actuellement à l'étude dans le traitement de cancer du à un stade avancé, du mélanome métastatique malin (cancer de la ) et du cancer du .

Levif.be avec Belga


Dernière édition par Denis le Jeu 30 Juin 2016 - 10:44, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le sorafenib.   Aujourd'hui à 15:56

Revenir en haut Aller en bas
 
Le sorafenib.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le sorafenib.
» Nexavar
» Combinaison de thérapies.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: