AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La protéine ILK

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: La protéine ILK   Lun 24 Déc 2012 - 11:00

Dec. 23, 2012 — Scientists at The University of Manchester have identified how cells know which way up they need to be. The discovery could help in the fight against cancer because in the early stages of the disease the cells become disorganised.

Professor Charles Streuli and Dr Nasreen Akhtar of the Wellcome Trust Centre for Cell-Matrix Research have conducted new research that leads to a better understanding of cell polarity. Properly organised tissues are vital to maintaining functional organs and a healthy body. Part of being organised includes cells being in the correct position within the tissue and the right way up, because the top and bottom of cells have different functions.

The extracellular matrix (ECM) is a layer of protein rich material that surrounds tissues and helps to design and shape all of our organs. Previous studies have demonstrated that the ECM sticks to the cells and guides them into the right position. What hadn't been identified is how the ECM communicates that message.

To understand this better Professor Streuli and Dr Akhtar looked at epithelial cells, which make up the majority of tissues within the body. They studied epithelial cells of the breast, which make milk. These cells also form the linings of mammary ducts to carry milk towards the nipple. It's vital that these cells are organised correctly in order to make milk accessible for the baby. One of the first signs of cancer is that the epithelial cells become disorganised.

Breast epithelial cells connect to the ECM through receptors called integrins. In experiments using mice Professor Streuli and Dr Akhtar removed one of the genes responsible for integrins. They found that without that gene, the cells were both the wrong way round and in the wrong place so the breast tissue became disorganised. They then tried removing integrins in cultured cells from the breast, which produced the same effect of disorder.

Further study revealed that within the cell the integrin receptors connect to the protein ILK. This protein then links to microtubules, a network that forms the transport machinery of the cell. Integrins and microtubules ensure that inside the cell the correct proteins are transported to the top and the bottom of the cell.

The findings have been published in the journal Nature Cell Biology. Commenting on the research Professor Streuli says: "What we identified is a vital interplay between the transport machinery and the integrin receptors which makes sure that proteins are transported to the correct area of the cell. Without this interplay the proteins end up in the wrong place, and this can lead to cells becoming disorganised."

He continues: "What's really interesting is that when we compared breast tissue from our experiments with tissues of patients with early forms of breast cancer, they looked very similar. The cells were upside down and disorganised so they couldn't carry out their functions. We hope that our work to better understand cell polarity could ultimately lead to better diagnosis for cancer patients."

Whilst Professor Streuli and Dr Akhtar only looked at epithelial cells within the breast, they are confident their findings will translate to other organs. The accuracy of their experiments was greatly increased through the use of special 3D cultures to grow the cells, where they form tiny organs that look remarkably similar to real breast tissue.

Dr Akhtar explains: "Growing the breast cells so that they can form 3D structures rather than on hard petri dishes means they develop in a way that is much more akin to how they grow in the body. We were one of the first groups in the UK to be using this technology and we've been really pleased with the results."

Dr Akhtar has been working on this research for five years. She says: "I've been touched by cancer in my own family so I'm really passionate about understanding this devastating disease better. Over 90% of cancers come from epithelial cells, which is why we chose to study them. It's fundamental to understand how healthy cells work properly in order to fully appreciate why they go wrong when cancer develops, and how best to combat the disease."

The next stage of the research will be to investigate the link between altered levels of integrin and cancer, to determine whether this causes the disorganised nature of cells seen in the early stages of the disease.


--------------


Des scientifiques de l'Université de Manchester ont découvert comment les cellules savent dans quel sens elles doivent être. Cette découverte pourrait aider dans la lutte contre le cancer, car dans les premiers stades de la maladie, les cellules deviennent désorganisées.

Le professeur Charles Streuli et le Dr Nasreen Akhtar ont mené de nouvelles recherches qui ont conduit à une meilleure compréhension de la polarité cellulaire. Des tissus bien organisés sont essentiels au maintien des organes fonctionnels et à un corps sain. La cellule pour être bien organisée doit se trouver dans la position correcte dans le tissu, c'est-à-dire dans le bon sens, car la partie supérieure et inférieure des cellules ont des fonctions différentes.

La matrice extracellulaire (MEC) est une couche de matériau riche en protéines qui entoure les tissus et aide à concevoir et définir l'ensemble de nos organes. Des études antérieures ont démontré que l'ECM colle aux cellules et les guide dans la bonne position. Ce qui n'avait pas été identifié est de savoir comment l'ECM communique ce message.

Pour mieux comprendre cela, le professeur Streuli et le Dr Akhtar ont regardé les cellules épithéliales, qui constituent la majorité des tissus dans le corps. Ils ont étudié les cellules épithéliales du sein, celles qui font le lait. Ces cellules forment également la paroi interne de conduits mammaires qui transportent le lait vers le mamelon. Il est vital que ces cellules soient organisées correctement afin de rendre accessible le lait pour le bébé. Un des premiers signes de cancer est que les cellules épithéliales deviennent désorganisés.

Les cellules épithéliales du sein se connectent à l'ECM par le biais des récepteurs appelés intégrines. Dans des expériences utilisant des souris, le Professeur Streuli et le Dr Akhtar ont supprimé l'un des gènes responsables des intégrines. Ils ont constaté que, sans ce gène, les cellules étaient à la fois dans le mauvais sens et dans le mauvais endroit en conséquence, le tissu mammaire est devenu désordonné. Ils ont ensuite essayé de retirer les intégrines dans les cellules cultivées à partir du sein, ce qui a produit le même effet de désordre.

Une étude plus poussée a révélé que dans la cellule, les récepteurs intégrines se connectent aux protéines ILK. Cette protéine se relie ensuite aux microtubules, ceci constitue un réseau de mécanisme de transport de la cellule. Les intégrines et les microtubules font en sorte que dans la cellule, les protéines correctes sont transportées vers le haut ou vers le bas de la cellule.

Les résultats ont été publiés dans la revue Nature Cell Biology. Commentant la recherche, le professeur Streuli a dit: «Ce que nous identifié est une interaction vitale entre la machinerie de transport et les récepteurs intégrines qui fait en sorte que les protéines sont transportées vers la zone appropriée de la cellule. Sans cette interaction des protéines se retrouvent au mauvais endroit, ce qui peut conduire à des cellules de devenir désorganisées. "

Il poursuit: «Ce qui est vraiment intéressant, c'est que lorsque nous avons comparé les tissus mammaires de nos expériences avec des tissus de patients atteints de formes précoces de cancer du sein, ils avaient l'air très similaire Les cellules étaient à l'envers et désorganisé si bien qu'elles ne pouvaient exercer leurs fonctions.. Nous espérons que notre travail pourra permettre de mieux comprendre la polarité cellulaire pour finalement aboutir à un meilleur diagnostic des patientes atteints de cancer. "

Même si le professeur Streuli et le Dr Akhtar ont seulement regardé dans les cellules épithéliales du , ils sont convaincus que leurs résultats peuvent se transposer dans d'autres organes. La précision de leurs expériences a été considérablement augmenté par l'utilisation de cultures spéciales 3D pour faire croitre les cellules, où elles forment des organes minuscules qui ressemblent remarquablement semblable à du tissu mammaire réel.


Dr Akhtar explique: "Cultiver les cellules mammaires afin qu'ils puissent former des structures en 3D plutôt que sur des boîtes de Pétri durs signifie qu'elles se développent d'une façon qui s'apparente beaucoup plus à la façon dont elles se développent dans le corps. Nous avons été parmi les premiers groupes au Royaume-Uni à utiliser cette technologie et nous sommes très heureux des résultats. "

Dr Akhtar a travaillé sur cette étude pendant cinq ans. Elle dit: «J'ai été touchée par le cancer dans ma famille donc je suis vraiment passionnée par la compréhension de cette maladie dévastatrice. Plus de 90% des cancers proviennent de cellules épithéliales, c'est pourquoi nous avons choisi de les étudier Il est fondamental de comprendre comment les cellules saines fonctionnent correctement afin de bien comprendre pourquoi elles vont mal quand le cancer se développe, et de développer la meilleure façon de combattre la maladie. "

La prochaine étape de la recherche consistera à étudier le lien entre les niveaux altérés de l'intégrine et le cancer, afin de déterminer si c'est la cause de la nature désordonnée de cellules observées dans les premiers stades de la maladie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: La protéine ILK   Jeu 3 Mai 2012 - 18:29

April 27, 2012|By David Templeton, Of McClatchy-Tribune

A human clinical trial under way at the University of Pittsburgh will help determine whether a combination of approved drugs based on a new theory of cancer can "revolutionize cancer therapy."

Un essai clinique qui se tient à l'université de Pittsburg aidera à déterminer si une combinaison de médicaments approuvé basée sur une nouvelle théorie du cancer pourrait révolutionner le traitement du cancer.

That's the explanation of lead researcher Michael T. Lotze, who says his team has combined interleukin 2 (IL-2) with hydroxychloroquine in a new therapy designed to be more effective and less toxic in curing cancer than IL-2 alone.

C'est l'explication du chercheur en chef Michael T. Lotze qui dit que son équipe a combiné l'interleukin-2 avec de l'hydroxychloroquine dans une nouvelle thérapie pour êtere plus efficace et moins toxique que IL-2 seul.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: La protéine ILK   Dim 15 Avr 2012 - 16:13

19 March 2012

Protéine IL-2: Une équipe de scientifiques de l’Université de Stanford … a réussi à modifier une protéine connue sous le nom d’Interleukine-2 – un régulateur maître du système immunitaire – afin de réduire ses effets secondaires toxiques lorsqu’elle est utilisée dans le traitement des cancers.

En effet, parfois pour arriver à obtenir un résultat positif… les médecins sont obligés de choisir entre la peste et le choléra. Par exemple, la protéine dont il est question est utilisée pour divers cancers mais, hélas, si d’un côté elle donne de bons résultats, de l’autre, elle peut provoquer de graves effets secondaires toxiques tels qu’une difficulté respiratoire ou un problème pulmonaire important.

Cette modification est donc une excellente nouvelle!


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
frederic



Nombre de messages : 1088
Localisation : Canada/Mascouche
Date d'inscription : 08/04/2005

MessageSujet: Re: La protéine ILK   Mar 10 Mai 2005 - 8:30

Denis,

tu es en feu ces jours-ci. Tu trouves pas mal de bonnes nouvelles sur la recherche. Bravo. Continue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tousensemble.qc.ca
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: La protéine ILK   Mar 10 Mai 2005 - 7:55

La recherche réussit à empêcher la croissance de tumeurs par le blocage de leur apport sanguin

Les chercheurs ont découvert un nouveau moyen de stopper la croissance de certaines tumeurs en les privant de l'apport sanguin dont elles ont besoin pour se développer. D'ici quelques années, cette découverte pourrait donner lieu à des essais cliniques pour les personnes atteintes du cancer du sein ou de cancer de la prostate.

La récente découverte du Dr Shoukat Dedhar, chercheur pour la société canadienne du cancer, est prometteuse car elle oriente la thérapie antiangiogénique vers une nouvelle cible. Le Dr Dedhar et son équipe ont observé qu'en inhibant les fonctions d'une protéine appelée ILK (integrin-link Kinase), ils arrivaient à empêcher la croissance de nouveaux vaisseaux sanguins dans des tumeurs humaines implantées chez des souris et, ce faisant, à ralentir considérablement la croissance des tumeurs.

"Cette percée scientifique a une portée indéniable pour les personnes touchées par le cancer" déclare le Dr Dedhar.

Hyperactive dans les cellules cancéreuses, la protéine ILK favorise la sécrétion du facteur de croissance vasculaire endothéliale (VEGF). La destruction des vaisseaux sanguins non seulement empêche la tumeur de croitre mais élimine également sa capacité de dissémination ailleurs dans l'organisme. Une fois la croissance des cellules cancéreuses maitrisée, la chimiothérapie ou la radiothérapie peuvent alors venir à la rescousse pour éliminer toute trace de cancer.

L'équipe du Dr Dedhar, rattachée à la BC Cancer Agency, a déja mis au point un composé médicamenteux qui s'est avéré efficace pour inhiber l'action de la protéine ILK chez des modèles de souris présentant une tumeur humaine de la prostate en croissance. Bien que ses travaux aient portés plus spécifiquement sur le cancer de la , le Dr Dedhar est d'avis qu'ils pourraient trouver application dans la plupart des cas de tumeurs solides, notamment le cancer du , le cancer du , le cancer du et le cancer du .

Le Dr Dedhar a fait la découverte de la protéine ILK en 1996, en partie grâce à des fonds versés par la Société canadienne du cancer.

Ses plus récentes découvertes ont été publiés dans la prestigieuse revue Cancer Cell, en janvier 2004.


Dernière édition par Denis le Jeu 3 Mai 2012 - 18:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La protéine ILK   Aujourd'hui à 22:24

Revenir en haut Aller en bas
 
La protéine ILK
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Manque de protéines? attention danger!
» protéines de soja structurées
» Protége genoux
» Vulgarisation 4 - Les protéines
» Comment protéger ses yeux au mieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: