AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 En vrac, des recherches contre le cancer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16592
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: En vrac, des recherches contre le cancer   Mar 14 Fév 2017 - 17:16

A breakthrough trial at the University of Minnesota testing a new UMN-developed drug resulted in improved survival rates for dogs diagnosed with a cancer called hemangiosarcoma (HSA). The results were published today in the journal Molecular Cancer Therapeutics.

"This is likely the most significant advance in the treatment of canine HSA in the last three decades," said study co-author Jaime Modiano, V.M.D., Ph.D. professor in the University of Minnesota College of Veterinary Medicine and member of the Masonic Cancer Center, University of Minnesota.

Canine HSA is a common, aggressive, incurable sarcoma. It is remarkably similar to angiosarcoma, which affects humans. Both cancers typically spread before diagnosis and the survival time for affected patients is extremely short, even with aggressive treatment. Only 50% of humans diagnosed with angiosarcoma live longer than 16 months and the prognosis for dogs with HSA is similarly dire: less than 50% will survive 4-6 months and only about 10% will be alive one-year after their diagnosis.

The study tested a drug called eBAT, invented by study senior author Daniel Vallera, Ph.D., professor at the University of Minnesota Medical School and Masonic Cancer Center.

"eBAT was created to specifically target tumors while causing minimal damage to the immune system. HSA is a vascular cancer, meaning it forms from blood vessels. eBAT was selected for this trial because it can simultaneously target the tumor and its vascular system," said Vallera.

Traditional cancer treatments have side effects that can be very hard on patients. "In this trial we aimed for a sweet spot by identifying a dose of eBAT that was effective to treat the cancer, but caused no appreciable harm to the patient. Essentially we're treating the cancer in a safer and more effective way, improving quality of life and providing a better chance at survival," lead study author Antonella Borgatti, D.V.M., M.S., associate professor with the University of Minnesota College of Veterinary Medicine said.

eBAT was tested on 23 dogs of various breeds, both large and small, with HSA of the spleen. Dogs received three treatments of eBAT after surgery to remove the tumor and before conventional chemotherapy. The drug treatment improved the 6-month survival rate to approximately 70%. Furthermore, five of the 23 dogs that received eBAT treatment lived more than 450 days.

The positive results for canine patients, the similarities between this cancer and angiosarcoma in humans, and the fact that many other tumor types can be targeted by eBAT, make a strong case for translating this drug into clinical trials for human cancer patients. The researchers want these results to bring hope to those touched by this disease.

"This drug was invented here at the University of Minnesota, developed here, manufactured here, tested here and showed positive results here. We would also like this drug to achieve positive outcomes for humans here," Modiano said.

"The ultimate goal for all of us is to create a world in which we no longer fear cancer," Modiano said.

---

Un essai révolutionnaire à l'Université du Minnesota testant un nouveau médicament développé par UMN a permis d'améliorer les taux de survie chez les chiens diagnostiqués avec un cancer appelé hémangiosarcome (HSA). Les résultats ont été publiés aujourd'hui dans la revue Molecular Cancer Therapeutics.

«C'est probablement le progrès le plus significatif dans le traitement de la HSA canine au cours des trois dernières décennies», a déclaré l'étude co-auteur Jaime Modiano, V.M.D., Ph.D. Professeur au Collège de médecine vétérinaire de l'Université du Minnesota et membre du Masonic Cancer Center de l'Université du Minnesota.

Le HSA Canin est un sarcome commun, agressif, incurable. Il est remarquablement similaire à l'angiosarcome, qui affecte les humains. Les deux cancers se propagent généralement avant le diagnostic et le temps de survie des patients atteints est extrêmement court, même avec un traitement agressif. Seulement 50% des humains diagnostiqués avec l'angiosarcome vivent plus de 16 mois et le pronostic pour des chiens avec HSA est semblable c'est à dire dire: moins de 50% survivra 4-6 mois et seulement environ 10% vivront un an après leur diagnostic.

L'étude a testé un médicament appelé eBAT, inventé par l'auteur principal de l'étude Daniel Vallera, Ph.D., professeur à l'Université de Minnesota Medical School et le Centre de cancer maçonnique.

"EBAT a été créé pour cibler spécifiquement les tumeurs tout en causant des dommages minimes au système immunitaire.La HSA est un cancer vasculaire, ce qui signifie qu'il forme à partir de vaisseaux sanguins. Ebat a été sélectionné pour cet essai, car il peut simultanément cibler la tumeur et son système vasculaire" a dit Vallera.

Les traitements traditionnels contre le cancer ont des effets secondaires qui peuvent être très difficiles pour les patients. «Dans ce procès, nous avons visé un point favorable en identifiant une dose de eBAT qui était efficace pour traiter le cancer, mais n'a causé aucun dommage appréciable au patient. Essentiellement, nous traitons le cancer d'une manière plus sûre et plus efficace, en améliorant la qualité De la vie et de fournir une meilleure chance de survie », principal auteur de l'étude Antonella Borgatti, DVM, MS, professeur associé à l'Université du Minnesota College of Veterinary Medicine a déclaré.

EBAT a été testé sur 23 chiens de races différentes, grandes et petites, avec HSA de la rate. Les chiens ont reçu trois traitements de eBAT après la chirurgie pour enlever la tumeur et avant la chimiothérapie conventionnelle. Le traitement médicamenteux a amélioré le taux de survie à 6 mois à environ 70%. En outre, cinq des 23 chiens qui ont reçu le traitement eBAT ont vécu plus de 450 jours.

Les résultats positifs pour les patients canins, les similitudes entre ce cancer et l'angiosarcome chez l'homme, et le fait que de nombreux autres types de tumeurs peuvent être ciblés par eBAT, font un cas fort pour la traduction de ce médicament dans les essais cliniques pour les patients atteints de cancer chez l'homme. Les chercheurs veulent que ces résultats apportent de l'espoir à ceux touchés par cette maladie.

"Ce médicament a été inventé ici à l'Université du Minnesota, développé ici, fabriqué ici, testé ici et a montré des résultats positifs ici. Nous aimerions également ce médicament pour obtenir des résultats positifs pour les humains ici", a déclaré Modiano.

"Le but ultime pour nous tous est de créer un monde dans lequel nous ne craignons plus le cancer", a déclaré Modiano.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16592
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: En vrac, des recherches contre le cancer   Dim 7 Fév 2016 - 19:10

An examination of 130 gene expression studies in 10 solid cancers has found that when any of four related genes is overexpressed, patients have much worse outcomes, including reduced survival.

Researchers from Georgetown Lombardi Comprehensive Cancer Center say their study, published Feb. 3 in Oncotarget, shows that this Ly6 family of genes allows cancer cells to act like cancer stem cells -- which keep dividing and growing without pause.

"These are remarkable findings. We believe this family of genes produces cancer that easily metastasizes, is drug resistant and very difficult to destroy," says the study's senior investigator, Geeta Upadhyay, PhD, research assistant professor of oncology at Georgetown Lombardi.

Upadhyay and her collaborators are currently working on novel agents that can inhibit Ly6 gene expression.

Upadhyay's research was initially based on Sca1, a mouse gene investigators use to check for the presence of cancer stem cells in animals. In 2011, she found that Sca1 was more than just a biomarker -- it played a key role in creating and maintaining the stem-like quality in cancer cells.

She then looked to see if Sca1 works the same way in humans, and found a family of Ly6 genes that mapped to the same chromosomal location in humans where Sca1 resides in the mouse genome. The Ly6 family of genes was structurally similar to Sca1 as well.

This study was designed to determine if any of the genes in the Ly6 family are important in human cancer.

The researchers used 130 published, publicly available studies that included information on patients' genes and their cancer outcomes. Some studies were from the Georgetown Database of Cancer; others were available at the National Institutes of Health.

They discovered that four different members of the family -- Ly6D, Ly6E, Ly6H, or Ly6K -- are not active in normal tissue but are expressed in bladder, brain and central nervous system, colorectal, cervical, ovarian, lung, head and neck, pancreatic and prostate cancers. Investigators also found that high expression of these genes are linked to poor outcomes and reduced survival in ovarian, colorectal, gastric, lung, bladder and brain and central nervous system cancers.

"Correlation between Ly6 gene expression and poor patient survival in multiple cancer types indicate that this family of genes will be important in clinical practice -- not only as a marker of poor prognosis, but as targets for new drugs," Upadhyay says.

This study of big data supports the "cancer moonshot" proposal to speed up research announced by President Obama at this year's State of the Union address, Upaddhyay says. "The cancer field makes rapid progress when researchers share data and this study, which examines the work of scores of research teams, illustrates what can be done."

"We applied bioinformatic tools to explore the clinical significance of increased LY6 in survival outcome in multiple cancer types. Systems biology tools are critical for steering basic research to solve critical clinical challenges and identify novel signaling nodes such as this one," says co-author Subha Madhavan, PhD, director of the Innovation Center for Biomedical Informatics at Georgetown.

---

Un examen de 130 études d'expression génique dans 10 cancers solides a constaté que lorsque l'un des quatre gènes liés est surexprimé, les patients ont des résultats bien pires, y compris réduction de la survie.

Des chercheurs de Georgetown Lombardi Comprehensive Cancer Center disent que leur étude, publiée le 3 février à Oncotarget, montre que cette famille de gènes Ly6 permet aux cellules cancéreuses de se comportent comme des cellules souches du cancer - qui maintiennent la division et la croissance sans pause.

"Ces résultats sont remarquables. Nous croyons que cette famille de gènes produit un cancer qui métastase facilement, est résistant aux médicaments et très difficiles à détruire," dit le chercheur de l'étude principale, Geeta Upadhyay, PhD, professeur assistant de recherche d'oncologie à Georgetown Lombardi.

Upadhyay et ses collaborateurs travaillent actuellement sur de nouveaux agents qui peuvent inhiber l'expression du gène Ly6.

La recherche de Upadhyay reposait initialement sur Sca1, un gène de souris que les chercheurs utilisent pour vérifier la présence de cellules souches de cancer chez les animaux. En 2011, elle a constaté que Sca1 était plus que juste un biomarqueur - il a joué un rôle clé dans la création et le maintien de la qualité de dans les cellules souches cancéreuses.

Elle a ensuite cherché à savoir si Sca1 fonctionne de la même façon chez les humains, et a trouvé une famille de gènes celle de LY6 situé dans environ le même emplacement chromosomique chez l'homme où Sca1 réside dans le génome de la souris. Également, la famille de gènes Ly6 était structurellement similaire à Sca1.

Cette étude a été conçue pour déterminer si l'un des gènes de la famille Ly6 était important dans le cancer humain.

Les chercheurs ont utilisé 130 publications, des études accessibles au public qui comprenaient des informations sur les gènes des patients et de leurs résultats en matière de cancer. Certaines études étaient de la base de données de Georgetown du cancer; d'autres étaient disponibles dans les National Institutes of Health.

Ils ont découvert que quatre membres différents de la famille - Ly6D, Ly6E, LY6H ou Ly6K - ne sont pas activés dans les tissus normaux, mais sont exprimés dans le cancer de la vessie, du cerveau et du système nerveux central, du cancer colorectal, du col utérin, de l'ovaire, du poumon, celui de tête et du cou , les cancers du pancréas et de la prostate. Les enquêteurs ont également constaté que la forte expression de ces gènes sont liés à de mauvais résultats et réduisent la survie dans le cancer de l'ovaire, du côlon, de l'estomac, du poumon, de la vessie et le cerveau et les cancers du système nerveux central.

"La corrélation entre l'expression des gènes Ly6 et la faible survie des  malades dans plusieurs types de cancer indiquent que cette famille de gènes sera importante dans la pratique clinique - non seulement comme un marqueur de mauvais pronostic, mais en tant que cibles pour de nouveaux médicaments», dit Upadhyay.

Cette étude de grande données supporte la proposition de "Moonshot de cancer" visant à accélérer la recherche tel qu'annoncé par le président Obama à l'Etat dès cette année dans l'adresse à l'Union, dit Upaddhyay. "Le domaine du cancer fait des progrès rapides lorsque les chercheurs partagent leur données et cette étude, qui examine le travail des équipes de recherche, et cela illustre ce qui peut être fait."

"Nous avons appliqué les outils bioinformatiques pour explorer la signification clinique de l'augmentation LY6 dans la survie dans plusieurs types de cancer. Les outils de la biologie des systèmes sont essentiels pour orienter la recherche fondamentale pour résoudre les défis cliniques critiques et d'identifier de nouveaux noeuds de signalisation comme celui-ci," dit le co-auteur Subha Madhavan, PhD, directeur de l'innovation Center for Biomedical Informatics à Georgetown.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16592
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: En vrac, des recherches contre le cancer   Sam 21 Mai 2011 - 13:41














_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16592
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: identitfication des mutations génétiques liées à certains cancer du sein   Mer 7 Oct 2009 - 18:15

Pas de géant dans le domaine de la recherche contre le cancer: des scientifiques canadiens ont décodé l'ADN d'une tumeur cancéreuse du sein et ont identifié les mutations génétiques responsables de sa propagation dans différentes parties du corps.

Cette percée a été réalisée au Centre du cancer de la Colombie-Britannique. Elle permet de mieux comprendre comment le cancer prend naissance et se répand ailleurs dans l'organisme.

Selon l'auteur principal des travaux, le Dr Samuel Aparicio, cette découverte permettra également aux oncologues de mettre au point de nouvelles thérapies développées à partir des gènes touchés.

Le docteur Aparicio affirme que ses résultats représentent un nouveau pas vers une médecine personnalisée.

C'est une technologie de pointe qui a permis de décoder le génome du cancer du sein en quelques semaines seulement. Selon le Dr Marco Marra, qui a également participé aux travaux, cela a permis de diminuer de beaucoup les coûts associés à la recherche.

Quelque trois milliards de combinaisons d'acides aminés ont été identifiées sur le génome du carcinome métastatique du sein, qui compte pour environ 10 % du total des cancers du sein.

Les travaux sont l'objet d'un article dans le magazine Nature, qui lui consacre sa une.

C'est la deuxième étude d'importance en deux jours à être publiée sur le cancer du sein. Lundi, des oncologues britanniques de l'Université de Cambridge affirmaient que le mauvais fonctionnement ou l'absence d'un certain gène sont associés à la survenue de plus de la moitié des cancers du sein.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16592
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: En vrac, des recherches contre le cancer   Dim 6 Mai 2007 - 17:40

Une étude de la cause génétique des cancers de l’estomac et du sein figure parmi les 78 nouveaux projets annoncés par la Société canadienne du cancer. L’étude d’une mutation génétique qui est associée à une forme héréditaire de cancer de l’estomac, et qui pourrait intervenir dans certains cancers du sein, est l’un des objectifs visés par les 78 nouvelles subventions de recherche annoncées aujourd’hui par la société canadienne du cancer.

La subvention de 760 000 $ sur 5 ans aidera le docteur David Huntsman à déterminer s’il faut élaborer des programmes spéciaux pour dépister une mutation d’un gène, appelé CDH1, afin de prévenir les cancers du et de l’estomac.

Au cours d’un autre projet financé par la Société canadienne du cancer, le Dr Huntsman et son groupe de la BC Cancer Agency, à Vancouver, ont observé qu’un cancer de l’estomac s’était formé chez 70 % des personnes porteuses de la mutation génétique. De nouvelles données semblent indiquer que cette mutation pourrait aussi mener au carcinome lobulaire, qui représente de 8 à 15 % des cancers du sein.

Avec la Dre Bridget Fernandez de l’Université Memorial, le Dr Huntsman se concentrera principalement sur des familles de Terre-Neuve. L’incidence du cancer de l’estomac dans cette province est presque deux fois plus élevée que dans le reste du Canada et la mutation génétique pourrait être en cause, selon l’équipe de recherche. Une collaboration internationale permettra d’accroître le nombre de cas étudiés.

La mutation constitue une menace pour la vie des familles concernées, affirme le Dr Huntsman. Le cancer de l’estomac est extrêmement difficile à diagnostiquer et est généralement incurable lorsqu’il est assez avancé pour être décelé. »

Ces familles ont vu leurs parents, tantes, oncles et cousins succomber au cancer alors que ceux-ci étaient dans la trentaine, la quarantaine ou la cinquantaine, ce qui occasionne pour eux une crainte de mourir à un jeune âge », dit-il.

Si sa recherche fait ressortir un lien clair entre la mutation et l’apparition subséquente d’un cancer, ce dernier sera dépisté par une méthode aussi simple qu’une prise de sang, que le Dr Huntsman a mise au point à l’aide de sa subvention précédente de la Société.

Les patients qui se savent porteurs du gène défectueux peuvent bénéficier d’un traitement préventif », ajoute-t-il. Si le risque de cancer de l’estomac est présent, l’une des options possibles est l’ablation préventive de l’estomac, une stratégie qui s’est déjà révélée efficace chez plus de 50 personnes. Le Dr Huntsman espère qu’un médicament capable de cibler la mutation pourra être développé au cours des années à venir.
« Travailler avec ces familles extrêmement courageuses qui redoutent cette maladie depuis des générations est à la fois une leçon d’humilité et une source d’inspiration, dit le Dr Huntsman. Ce que nous faisons leur donne des armes pour tenir tête au cancer. »

Les 78 nouvelles subventions remises cette année pour un éventail complet de projets dans le domaine du cancer portent à 47,2 millions de dollars l’investissement total de la Société dans la recherche en 2007.
Grâce à la générosité des Canadiens, nous pouvons financer certains des meilleurs projets de recherche du monde, dit la DreBarbara Whylie, chef de la direction de la Société canadienne du cancer. Ces recherches sauvent des vies et nous sommes très reconnaissants envers nos donateurs et nos bénévoles qui nous permettent de continuer à faire véritablement avancer la lutte contre le cancer. ».

Les subventions de recherche annoncées aujourd’hui par la Société sont entre autres attribuées pour les projets suivants :
Apport alimentaire excessif et cancer de la prostate le docteur Michael Pollak, de Montréal, recevra une somme de 345 000 $ sur trois ans pour évaluer si un apport alimentaire excessif peut conduire à des formes plus agressives de cancer de la prostate. En collaboration avec des chercheurs du Canada et des États-Unis, le Dr Pollak et son groupe étudieront certaines concentrations de récepteurs insuliniques dans 800 échantillons de cellules prostatiques cancéreuses. Leurs travaux déboucheront sur de nouvelles stratégies de prévention et de traitement du cancer de la

Causes génétiques du cancer du poumon: Le docteur Frank Jirik, de Calgary, recevra une somme de 315 000 $ sur trois ans pour déterminer si l’absence de MGMT, qui joue un rôle dans la réparation de l’ADN, entraîne le cancer du chez les souris. Ce projet vise à expliquer la prédisposition au cancer du poumon associée à certains gènes chez les êtres humains. Ces modèles pourraient ensuite servir à évaluer des stratégies de prévention du cancer du poumon, comme des vitamines, des médicaments ou des aliments.

Facteurs de stress chez les aidants d’enfants atteints du cancer, la docteure Anne Klassen, de Hamilton, recevra une somme de 139 000 $ sur deux ans pour étudier l’expérience vécue par la première génération de familles originaires d’Asie du Sud ayant eu des enfants atteints du cancer. En cherchant à comprendre pourquoi certains aidants d’enfants atteints du cancer composent mieux que d’autres avec les facteurs de stress, la docteure Klassen souhaite contribuer à l’amélioration des services d’oncologie pédiatrique.

Vers de nouveaux traitements contre la leucémie , le docteur Guy Sauvageau, de Montréal, recevra une somme de 705 000 $ sur cinq ans pour étudier les fondements moléculaires de l’autorenouvellement des cellules souches normales et leucémiques. Le résultat attendu de cette recherche est la mise au point d’une nouvelle thérapie moléculaire pour les patients atteints de leucémie.


Dernière édition par Denis le Ven 17 Fév 2017 - 15:22, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En vrac, des recherches contre le cancer   

Revenir en haut Aller en bas
 
En vrac, des recherches contre le cancer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» nouvelles pistes de recherches contre la grippe
» Pétition contre les recherches sur les singes
» un répulsif contre les fourmi??
» Recette contre les cochenilles
» pub Peta fabuleuse contre la fourrure 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: