AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

  Pembrolizumab pour le mésothéliome./ Le médicament HXR9

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16559
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Pembrolizumab pour le mésothéliome./ Le médicament HXR9   Ven 19 Mai 2017 - 22:02

Patients with a hard-to-treat type of cancer are being given new hope in a ground-breaking clinical trial.

Researchers at the University of Southampton and the University of Leicester are trialling a drug that could boost the body's immune system to fight off mesothelioma, which can be caused by asbestos.

The trial will be one of many to be conducted at the University of Southampton's Centre for Cancer Immunology, which will be the UK's first and only centre dedicated to cancer immunology research.

Mesothelioma rates are rising. Since the late 1970s, mesothelioma incidence rates have increased almost six-fold (497 per cent increase) in Great Britain. There were around 2,700 new cases of mesothelioma in the UK in 2013 -- more than seven cases diagnosed every day.

Current treatment methods include chemotherapy, radiotherapy or surgery and are mainly aimed at keeping the cancer under control.

The phase III randomised controlled trial, which is funded by Cancer Research UK and supported by Bristol Myers Squibb, will test whether nivolumab, a drug already used to successfully treat advanced melanoma and advanced kidney cancer, can be used to target mesothelioma.

It works by finding and blocking a protein called PD-1 on the surface of certain immune cells called T-cells. Blocking PD-1 activates the T-cells to find and kill cancer cells.

The trial has been launched ahead of International Clinical Trials Day, which is marked on 20 May each year, but this year has events taking place today (Friday, 19 May).

Professor Gareth Griffiths, the study's co-Chief Investigator from the Southampton Clinical Trials Unit at the University of Southampton, said: "The UK has one of the world's highest incidences of mesothelioma and currently there aren't many ways to treat it. Boosting the immune system by releasing killer T-cells that have previously been blocked could offer us a new way to treat more patients with this devastating disease."

The trial, which is being run in collaboration with the clinical lead Professor Dean Fennell at the University of Leicester, plans to recruit 304 patients, who have relapsed mesothelioma, across 20 UK-wide sites including Southampton and Leicester.

Professor Fennell said: "Preliminary studies targeting PD-1 in mesothelioma have shown promising activity. CONFIRM aims to definitively assess the true benefit of nivolumab for patients with relapsed mesothelioma in a setting where there is an unmet need. Critically, we aim to understand why patients respond (or not) to this drug, and identify biomarkers to ensure that we can personalise therapy to maximize the benefit for patients."

One person who has already benefited from using the immune system to fight mesothelioma is Mavis Nye, who was diagnosed with the disease in 2009. After various courses of treatments which failed, she joined a phase 1 immunotherapy trial to test the drug (Keytruda) on how well it blocked the PD-1 protein and enabled the body to fight off a number of cancers, including mesothelioma. After the first two years, scans revealed the tumours had decreased by 81 per cent, with three disappearing completely. Mavis is now cancer-free and spends her time raising awareness about the importance of clinical trials.

She said: "I was just an ordinary woman whose husband worked at the dockyards in Chatham. We didn't know what the effects of the asbestos on his clothes might be. Cancer is a terrible and devastating disease that turns everything on its head. I am so thankful that the trial I took part in worked. But it didn't work for every participant. We need more trials to help improve treatments and survival rates for cancer, and this new trial is a big step in the right direction."

Dr Catherine Pickworth, Cancer Research UK's science information officer, said: "Immunotherapy treatments work by turning the power of our immune system against cancer. They are already being used routinely to treat advanced skin and kidney cancers, and are showing promise for other types of cancer too. This clinical trial will find out whether an immunotherapy drug could benefit people with mesothelioma, which is hard for doctors to treat successfully. We urgently need trials like this to help improve survival for patients with this aggressive type of cancer."

The construction of the Centre for Cancer Immunology is expected to be completed by September and aims to be in full operation in summer 2018. It will bring world-leading cancer scientists together under one roof and enable interdisciplinary teams to expand clinical trials and develop lifesaving drugs.

The Centre, which is based at Southampton General Hospital site, is being funded by a £25 million fundraising campaign by the University of Southampton.

Professor Tim Elliott, Director of the Centre for Cancer Immunology, said: "The University has made major advances in tumour immunology and immunotherapy over the past 40 years and we enjoy a strong reputation for our 'bench to bedside' approach. The new Centre will go a long way in helping many more people with cancer become free of the disease, and we hope this new trial to fight a particularly sinister type of cancer will be the first of many successful trials."

---

Les patients atteints d'un cancer difficile à traiter reçoivent de nouveaux espoirs dans un essai clinique révolutionnaire.

Les chercheurs de l'Université de Southampton et de l'Université de Leicester tentent un médicament qui pourrait stimuler le système immunitaire du corps pour lutter contre le mésothéliome, ce qui peut être causé par l'amiante.

Le test sera l'un des nombreux à être mené au Centre de cancérologie de l'Université de Southampton, qui sera le premier et unique centre britannique dédié à la recherche en immunologie contre le cancer.

Les taux de mésothéliome augmentent. Depuis la fin des années 1970, les taux d'incidence du mésothéliome ont augmenté presque six fois (augmentation de 497 pour cent) en Grande-Bretagne. Il y avait environ 2 700 nouveaux cas de mésothéliome au Royaume-Uni en 2013 - plus de sept cas diagnostiqués tous les jours.

Les méthodes de traitement actuelles comprennent la chimiothérapie, la radiothérapie ou la chirurgie et visent principalement à maîtriser le cancer.

L'essai contrôlé randomisé de phase III, financé par Cancer Research UK et soutenu par Bristol Myers Squibb, permettra de déterminer si le nivolumab, un médicament déjà utilisé pour traiter avec succès le mélanome avancé et le cancer du rein avancé, peut être utilisé pour cibler le mésothéliome.

Il fonctionne en trouvant et en bloquant une protéine appelée PD-1 à la surface de certaines cellules immunitaires appelées cellules T. Le blocage du PD-1 active les cellules T pour trouver et tuer les cellules cancéreuses.

Le test a été lancé avant la Journée internationale des essais cliniques, qui est le 20 mai de chaque année, mais cette année, des événements se déroulent aujourd'hui (vendredi 19 mai).

Le professeur Gareth Griffiths, co-enquêteur en chef de l'étude de l'Unité des essais cliniques de Southampton à l'Université de Southampton, a déclaré: «Le Royaume-Uni a l'une des plus grandes incidences mondiales de mésothéliome et il n'existe actuellement pas beaucoup de façons de le traiter. Le système immunitaire en libérant des cellules T tueuses qui ont déjà été bloquées pourrait nous offrir une nouvelle façon de traiter plus de patients avec cette maladie dévastatrice ".

Le test, qui est exécuté en collaboration avec le professeur Dean Fennell , à l'Université de Leicester, prévoit de recruter 304 patients qui ont récidivé du mésothéliome, dans 20 sites à l'échelle du Royaume-Uni, y compris Southampton et Leicester.

Le professeur Fennell a déclaré: "Les études préliminaires visant la PD-1 dans le mésothéliome ont montré une activité prometteuse. CONFIRM vise à évaluer définitivement le véritable bénéfice du nivolumab chez les patients atteints de mésothéliome récidivant dans un contexte où il y a un besoin non satisfait. Critiquement, nous cherchons à comprendre pourquoi Les patients répondent (ou non) à ce médicament et identifient les biomarqueurs pour s'assurer que nous pouvons personnaliser la thérapie afin de maximiser les avantages pour les patients ".

Une personne qui a déjà bénéficié de l'utilisation du système immunitaire pour lutter contre le mésothéliome est Mavis Nye, qui a été diagnostiqué avec la maladie en 2009. Après plusieurs cours de traitement qui ont échoué, elle a rejoint un essai d'immunothérapie de phase 1 pour tester le médicament (Keytruda) sur à quel point il bloque la protéine PD-1 et permet au corps de lutter contre un certain nombre de cancers, y compris le mésothéliome. Après les deux premières années, les scans ont révélé que les tumeurs avaient diminué de 81 pour cent, trois ayant disparu complètement. Mavis est maintenant sans cancer et passe son temps à sensibiliser à l'importance des essais cliniques.

Elle a dit: "Je n'étais qu'une femme ordinaire dont le mari travaillait dans les chantiers navals de Chatham. Nous ne savions pas quels effets de l'amiante pourrait avoir sur ses vêtements. Le cancer est une maladie terrible et dévastatrice qui fait tout son possible. Je suis tellement reconnaissant que le test auquel j'ai participé a travaillé. Mais cela n'a pas marché pour chaque participant. Nous avons besoin de plus d'essais pour aider à améliorer les traitements et les taux de survie du cancer, et ce nouveau procès constitue un grand pas dans la bonne direction. "

Dr Catherine Pickworth, responsable de l'information scientifique de Cancer Research UK, a déclaré: "Les traitements immunothérapeutiques fonctionnent en transformant le pouvoir de notre système immunitaire contre le cancer. Ils sont déjà utilisés couramment pour traiter les cancers avancés de la peau et des reins et se montrent prometteurs pour d'autres types de Ce test clinique permettra de déterminer si un médicament contre l'immunothérapie pourrait bénéficier aux personnes atteintes de mésothéliome, ce qui est difficile pour les médecins de traiter avec succès. Nous avons besoin d'essais urgents pour améliorer la survie des patients atteints de ce type agressif de cancer.

La construction du Centre pour l'immunologie du cancer devrait être terminée d'ici septembre et vise à être pleinement opérationnelle à l'été 2018. Elle rassemblera les scientifiques de pointe sur le cancer sous un même toit et permettra aux équipes interdisciplinaires d'élargir les essais cliniques et de développer des médicaments anti-âge .

Le Centre, basé sur le site de l'Hôpital général de Southampton, est financé par une campagne de collecte de fonds de £ 25 millions par l'Université de Southampton.

Le professeur Tim Elliott, directeur du Centre pour l'immunologie du cancer, a déclaré: «L'Université a fait des progrès majeurs dans l'immunologie tumorale et l'immunothérapie au cours des 40 dernières années et nous jouissons d'une solide réputation pour nos essais

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16559
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Pembrolizumab pour le mésothéliome./ Le médicament HXR9   Mar 21 Mar 2017 - 8:54

Pembrolizumab, an antibody drug already used to treat other forms of cancer, can be effective in the treatment of the most common form of mesothelioma, according to a new study led by investigators from the Perelman School of Medicine at the University of Pennsylvania. The study, published this month in The Lancet Oncology, is the first to show a positive impact from checkpoint inhibitor immunotherapy drugs on this disease.

Malignant pleural mesothelioma is a rare and aggressive cancer that represents about 90 percent of all malignant mesothelioma cases. It's primarily caused by the inhalation of asbestos, a fiber commonly found in some forms of insulation, vinyl floor tiles, and other material. Tumors form in the pleura, a thin membrane of cells that line the lungs and chest wall. Most patients survive less than a year. This poor prognosis is partially due to the fact that most patients are not diagnosed until they are already at a late stage of the disease. The standard first-line therapy treatment involves chemotherapy, and currently there is no approved second-line therapy.

"There have been a lot of studies looking at different drugs, but researchers have not seen positive results," said the study's lead author Evan Alley, MD, PhD, chief of Hematology and Medical Oncology at Penn Presbyterian Hospital. "But we've found this new class of drugs, checkpoint inhibitors, seems to be more effective than what's been available in the past."

Checkpoint inhibitors are a class of drugs designed to free the body's immune system to fight back against cancer. Pembrolizumab, in particular, has been used to treat melanoma, non-small cell lung cancer, and in some cases, head and neck cancers.

Alley and his team presented data from KEYNOTE-028, an ongoing trial involving 13 different research sites in six different countries all looking at the effect of pembrolizumab on patients with advanced malignancies, including malignant pleural mesothelioma. The study evaluated 25 patients with pleural mesothelioma, all of whom were over the age of 18 and had either already been treated with chemotherapy or were unable to receive it. Patients who had already received another checkpoint inhibitor were not included in the study.

Beginning with the first enrollees two years ago, doctors gave each patient a dose of pembrolizumab every two weeks. The tumor reduced in size in 14 of those patients. On average, patients went about six months without their disease progressing, and overall survival was about 18 months. Fourteen patients passed away during the study, while four were still undergoing treatment as of the study's writing.

"Most patients who receive a second-line therapy have a life expectancy of about six or seven months, so to have four patients still ongoing at two years is very encouraging," Alley said.

The most common side-effects reported were fatigue, nausea, loss of appetite, and dry mouth.

"One great sign in this study is that none of the patients had to stop treatment because of side-effects," Alley said. "Some had temporary stoppages, but they were able to continue. The drug appears to be well-tolerated."

There are multiple studies going on right now to confirm these findings, which the authors note is a necessary step before the drug can become a standard second-line therapy.

"This study provides evidence that some patients can have long-term disease control with this drug, which we haven't seen before," Alley said. "We need to better understand what we can do next to make immunotherapy more effective for more patients."

Alley said there are already plans for trials that will test combination therapies, which will utilize pembrolizumab in conjunction with other treatments. Those studies are expected to launch later this year, including two at Penn.

---

Pembrolizumab, un médicament d'anticorps déjà utilisé pour traiter d'autres formes de cancer, peut être efficace dans le traitement de la forme la plus commune de mésothéliome, selon une nouvelle étude menée par des chercheurs de la Perelman School of Medicine à l'Université de Pennsylvanie. L'étude, publiée ce mois-ci dans The Lancet Oncology, est la première à montrer un impact positif des inhibiteurs de contrôle de l'immunothérapie médicaments sur cette maladie.

Le mésothéliome pleural malin est un cancer rare et agressif qui représente environ 90 pour cent de tous les cas de mésothéliome malin. Il est principalement causé par l'inhalation de l'amiante, une fibre couramment trouvée dans certaines formes d'isolation, carreaux de sol en vinyle, et d'autres matériaux. Des tumeurs se forment dans la plèvre, une mince membrane de cellules qui tapissent les poumons et la paroi thoracique. La plupart des patients survivent moins d'un an. Ce mauvais pronostic est en partie dû au fait que la plupart des patients ne sont diagnostiqués que lorsqu'ils sont déjà à un stade avancé de la maladie. Le traitement de première ligne standard implique une chimiothérapie et il n'existe actuellement aucun traitement de deuxième intention approuvé.

"Il y a eu beaucoup d'études portant sur différents médicaments, mais les chercheurs n'ont pas vu de résultats positifs", a déclaré l'auteur principal de l'étude Evan Alley, MD, PhD, chef de l'hématologie et de l'oncologie médicale à Penn Presbyterian Hospital. "Mais nous avons trouvé cette nouvelle classe de médicaments, inhibiteurs de point de contrôle, semble être plus efficace que ce qui était disponible dans le passé."

Les inhibiteurs de point de contrôle sont une classe de médicaments conçus pour libérer le système immunitaire du corps pour lutter contre le cancer. Le pembrolizumab, en particulier, a été utilisé pour traiter le mélanome, le cancer du poumon non à petites cellules et, dans certains cas, les cancers de la tête et du cou.

Alley et son équipe ont présenté des données de KEYNOTE-028, un essai en cours impliquant 13 sites de recherche différents dans six pays différents, tous examinant l'effet du pembrolizumab sur les patients atteints de tumeurs malignes avancées, y compris le mésothéliome pleural malin. L'étude a évalué 25 patients atteints de mésothéliome pleural, tous âgés de plus de 18 ans et ayant déjà été traités par chimiothérapie ou n'ayant pu le recevoir. Les patients qui avaient déjà reçu un autre inhibiteur de point de contrôle n'ont pas été inclus dans l'étude.

À partir des premiers inscrits il y a deux ans, les médecins donnaient à chaque patient une dose de pembrolizumab toutes les deux semaines. La tumeur a diminué de taille chez 14 de ces patients. En moyenne, les patients sont allés environ six mois sans que leur maladie progresse, et la survie globale était d'environ 18 mois. Quatorze patients sont décédés au cours de l'étude, alors que quatre étaient encore en cours de traitement à partir de l'écriture de l'étude.

"La plupart des patients qui reçoivent une thérapie de deuxième ligne ont une espérance de vie d'environ six ou sept mois, de sorte qu'avoir quatre patients encore en vie à deux ans est très encourageant", a déclaré Alley.

Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés ont été la fatigue, la nausée, la perte d'appétit et la sécheresse de la bouche.

"Un grand signe dans cette étude est qu'aucun des patients ont dû arrêter le traitement en raison des effets secondaires", a déclaré Alley. "Certains ont eu des arrêts temporaires, mais ils ont pu continuer. Le médicament semble être bien toléré."

Il y a plusieurs études en cours en ce moment pour confirmer ces résultats, qui les auteurs notent est une étape nécessaire avant que le médicament puisse devenir un traitement standard de deuxième ligne.

"Cette étude fournit des preuves que certains patients peuvent avoir un contrôle de la maladie à long terme avec ce médicament, ce que nous n'avons pas vu auparavant", a déclaré Alley. «Nous devons mieux comprendre ce que nous pouvons faire pour rendre l'immunothérapie plus efficace pour un plus grand nombre de patients.

Alley a dit qu'il y a déjà des plans pour les essais qui vont tester les thérapies combinées, qui utilisera pembrolizumab en conjonction avec d'autres traitements. Ces études devraient être lancées plus tard cette année, dont deux à Penn.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16559
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Pembrolizumab pour le mésothéliome./ Le médicament HXR9   Sam 19 Mar 2016 - 11:02

A new drug is showing promise as a treatment for mesothelioma -- one of the most lethal cancers of all.

The drug, known as HRX9, works by preventing the cancer cells from avoiding apoptosis -- the natural process by which unhealthy and damaged cells close themselves down and die.

"Both the immune system and nearby healthy cells send signals instructing damaged and unhealthy cells to undergo apoptosis, which is like programmed 'cell suicide'. But cancer cells have developed a wide range of strategies to ignore these instructions," says Professor Richard Morgan, from the University of Bradford's Institute of Cancer Therapeutics, who developed the drug and who led the research.

"There's a range of drugs which try to force apoptosis in different cancers, but this is the first one to work in mesothelioma."

Mesothelioma is a cancer of the lining of the lung. It's almost invariably caused by exposure to asbestos and is resistant to all current chemotherapies. Its prognosis is dismal, with those diagnosed usually given a year to live at most.

A study by the universities of Bradford and Surrey found that after three weeks' treatment with HXR9, human mesothelioma tumours in mice stopped growing, with a complete loss of tumour blood vessels and widespread cancer cell death. The results are published in BMC Cancer journal.

HXR9 targets the HOX gene family, which includes 39 fairly similar genes that help enable the remarkably rapid cell division in growing embryos. Many of these genes are usually switched off in adults, but previous research has shown that in many cancers -- including prostate, ovarian, and brain cancer, melanoma, and leukemia -- HOX genes are switched back on, helping the cancer cells to proliferate and survive.

"We've effectively knocked out a key defence mechanism in this cancer through targeting the HOX genes," says Professor Morgan.

A further key finding reported in the study, funded by the British Lung Foundation, was that mesothelioma has a very strong association with one of the HOX genes in particular -- known as HOXB4.

"We examined the amount of HOXB4 protein in tumours of 21 mesothelioma patients and compared it with their length of survival. There was a clear link: the more HOXB4 we found, the shorter time the patient survived, so we may also have found a way to predict which patients have the most aggressive form of this cancer," says Professor Morgan.

Because of greater awareness of the danger of asbestos in the West, the future incidence of mesothelioma is expected to decline. However, in Africa and some parts of Asia, asbestos is still commonly used in industries such as construction and ship building, and few precautions are taken when demolishing buildings that contain asbestos.

"Mesothelioma may become much less of a problem in the West, but it's still going to be a significant public health problem in many parts of the world. We already know that it's resistant to available drugs, which is why we need entirely new treatments," says Professor Morgan.

Ian Jarrold, Head of Research at British Lung Foundation said: "Although still early days, this study is a significant step forward in that it is the first time a drug has been observed causing so-called 'cell suicide' in mesothelioma.

"People living with mesothelioma often tell us that among their first reactions to diagnosis is despair at the lack of treatment available. We hope that the progress being made in research we fund will soon provide new treatments and new hope for patients."


---

Un nouveau médicament est prometteur en tant que traitement pour le mésothéliome - un des cancers les plus meurtriers de tous.

Le médicament, connu sous le nom HRX9, agit en empêchant les cellules cancéreuses d'éviter l'apoptose - en évitant le processus naturel par lequel les cellules malsaines et endommagées se ferment et meurent.

"Tant le système immunitaire que les cellules saines à proximité envoient des signaux instruisant les cellules endommagées et malsaines pour qu'elles subissent l'apoptose, qui est comme un suicide cellulaire programmé. Mais les cellules cancéreuses ont développé une large gamme de stratégies pour ignorer ces instructions," explique le professeur Richard Morgan, de l'Université de l'Institut de Bradford du Cancer Therapeutics, qui a développé le médicament et qui a dirigé la recherche.

«Il y a une gamme de médicaments qui tentent de forcer l'apoptose dans différents cancers, mais celui-ci est le premier à travailler dans le mésothéliome."

Le mésothéliome est un cancer de la muqueuse du . Il est presque toujours causée par l'exposition à l'amiante et est résistant à tous les chimiothérapies actuelles. Son pronostic est particulièrement mauvais, avec ceux diagnostiqués habituellement donnés un an pour vivre au plus.

Une étude réalisée par les universités de Bradford et de Surrey a constaté que, après le traitement de trois semaines avec HXR9, les tumeurs du mésothéliome humaines chez des souris ont cessées de croître, avec une perte complète des vaisseaux sanguins de la tumeur et la mort répandue pour des cellules cancéreuses. Les résultats sont publiés dans BMC Cancer Journal.

HXR9 cible la famille de gènes HOX, qui comprend 39 gènes assez semblables qui aident à permettre une division cellulaire remarquablement rapide dans les embryons en croissance. Beaucoup de ces gènes sont généralement éteints chez les adultes, mais des recherches antérieures ont montré que dans de nombreux cancers - y compris ceux de la , de l' et le cancer du , le mélanome et la leucémie - les gènes HOX sont remis en marche, en aidant les cellules cancéreuses à proliférer et survivre.

«Nous avons effectivement frappé un mécanisme clé de la défense dans ce cancer en ciblant les gènes HOX», explique le professeur Morgan.

Une autre constatation clé rapporté dans l'étude, financée par la British Lung Foundation, était que le mésothéliome a une très forte association avec l'un des gènes HOX en particulier - connu sous le nom HOXB4.

"Nous avons examiné la quantité de protéine HOXB4 dans les tumeurs de 21 patients atteints de mésothéliome et comparé avec leur durée de survie Il y avait un lien clair:. Plus il y a de HOXB4,plus le temps de survie du patient est court, alors nous pouvons aussi avons trouvé un moyen de prédire quels patients ont la forme la plus agressive de ce cancer », explique le professeur Morgan.

En raison d'une plus grande prise de conscience du danger de l'amiante dans l'Ouest, l'incidence future du mésothéliome pourrait décliner. Cependant, en Afrique et dans certaines parties de l'Asie, l'amiante est encore couramment utilisé dans les industries telles que la construction et la construction navale, et peu de précautions sont prises lors de la démolition de bâtiments contenant de l'amiante.

"Le mésothéliome peut devenir beaucoup moins un problème dans l'Ouest, mais il va encore être un problème de santé publique important dans de nombreuses régions du monde. Nous savons déjà qu'il est résistant aux médicaments disponibles, ce qui est la raison pour laquelle nous avons besoin de tout nouveaux traitements, », explique le professeur Morgan.

Ian Jarrold, directeur de la recherche au British Lung Foundation a déclaré: «Bien que ce soit encore tôt, cette étude est une étape importante en ce qu'elle est la première fois qu'un médicament a été observée causant ce qu'on appelle le suicide cellulaire dans le mésothéliome.

Les personnes vivant avec le mésothéliome nous disent souvent que parmi leurs premières réactions au diagnostic est le désespoir de l'absence de traitement disponible. Nous espérons que les progrès réalisés dans la recherche que nous finançons va bientôt fournir de nouveaux traitements et un nouvel espoir pour les patients.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16559
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Pembrolizumab pour le mésothéliome./ Le médicament HXR9   Mer 8 Juil 2015 - 12:03

Aspirin may help mesothelioma patients, a new study suggests. The finding could eventually give doctors and patients a potential new tool to fight against this devastating disease, which kills about 3,200 people a year nationwide, and advance knowledge of how to fight other cancers.

Aspirin may inhibit the growth of mesothelioma, an aggressive and deadly asbestos-related cancer, University of Hawai'i Cancer Center researchers have found.

The finding could eventually give doctors and patients a potential new tool to fight against this devastating disease, which kills about 3,200 people a year nationwide, and advance knowledge of how to fight other cancers.

The study published in Cell Death and Disease showed that aspirin slows down the growth of mesothelioma by blocking the carcinogenic effects of the inflammatory molecule, High-Mobility Group Box 1 (HMGB1). Researchers believe the molecule directly promotes mesothelioma growth.

"HMGB1 is an inflammatory molecule that plays a critical role in the initiation and progression of malignant mesothelioma. Inhibiting HMGB1 dramatically reduced malignant mesothelioma growth in mice and significantly improved survival of treated animals," said Dr. Haining Yang, PhD, an associate professor in the Thoracic Oncology Program at the UH Cancer Center.

Aspirin is mostly used as a nonsteroidal anti-inflammatory drug, which is absorbed by the stomach and upper intestine. Working with collaborators, Dr. Yang and Dr. Michele Carbone, MD, PhD, director of the UH Cancer Center's Thoracic Oncology Program, found that at least some of the so far unknown anti-tumor activity of aspirin is through preventing HMBG1 activity.

Malignant mesothelioma is an aggressive and often deadly cancer that can result from exposure to asbestos and asbestos-like fibers such as erionite. The prolonged presence of asbestos fibers lodged in the organ lining initiates a vicious cycle of chronic cell death and chronic inflammation that, over a period of many years, can lead to mesothelioma.

The researchers theorized that people at high risk of developing mesothelioma could take aspirin as a way to prevent or delay the growth of the cancer, and thus increase their chances of survival. Such individuals would include people occupationally exposed to asbestos, or people who live in areas high in naturally occurring asbestos-like fibers. They also encourage future studies to uncover the precise mechanism by which aspirin blocks HMGB1.

---

L'aspirine peut aider les patients atteints de mésothéliome, selon une nouvelle étude. La découverte pourrait éventuellement donner aux médecins et aux patients un nouvel outil potentiel pour lutter contre cette maladie dévastatrice, qui tue environ 3200 personnes par an à l'échelle nationale, et de faire progresser les connaissances sur la façon de lutter contre d'autres cancers.

L'aspirine peut inhiber la croissance de mésothéliome, un cancer lié à l'amiante agressif et mortel, selon les chercheurs de l'Université de Hawai'i Cancer Center.

La découverte pourrait éventuellement donner aux médecins et aux patients un nouvel outil potentiel pour lutter contre cette maladie dévastatrice, qui tue environ 3200 personnes par an à l'échelle nationale, et de faire progresser les connaissances sur la façon de lutter contre d'autres cancers.

L'étude publiée dans "La mort cellulaire et la maladie" a montré que l'aspirine ralentit la croissance du mésothéliome en bloquant les effets cancérogènes de la molécule inflammatoire, haute-mobilité box Groupe 1 (HMGB1). Les chercheurs croient que la molécule favorise directement la croissance du mésothéliome.

"HMGB1 est une molécule inflammatoire qui joue un rôle essentiel dans l'initiation et la progression du mésothéliome malin. Inhibiting HMGB1 réduit considérablement la croissance de mésothéliome malin chez la souris et améliore significativement la survie des animaux traités," a déclaré le Dr Haining Yang, Ph.D., professeur agrégé Programme d'oncologie thoracique au Centre du cancer UH.

L'aspirine est principalement utilisé en tant que médicament anti-inflammatoire non stéroïdien, qui est absorbé par l'estomac et l'intestin supérieur. Travaillant avec des collaborateurs, le Dr Yang et le Dr Michele Carbone, MD, Ph.D., directeur du programme d'oncologie thoracique du Centre du cancer UH, ont constaté qu'au moins une partie de l'activité anti-tumorale jusqu'ici inconnue de l'aspirine sert à empêcher l'activité de HMBG1.

Le mésothéliome malin est un cancer agressif et souvent mortelle qui peut résulter de l'exposition à l'amiante et des fibres d'amiante comme tels que l'érionite. La présence prolongée de fibres d'amiante déposées dans la doublure d'organes initie un cycle vicieux de la mort cellulaire chronique et l'inflammation chronique qui, sur une période de plusieurs années, peut conduire à un mésothéliome.

Les chercheurs ont émis l'hypothèse que les personnes à risque élevé de mésothéliome en développement pourraient prendre de l'aspirine comme un moyen de prévenir ou de retarder la croissance du cancer, et ainsi augmenter leurs chances de survie. Ces personnes comprennent les sujets professionnellement exposés à l'amiante, ou les personnes qui vivent dans des zones riches en fibres d'amiante de type naturel. Ils encouragent également les études futures de découvrir le mécanisme précis par lequel l'aspirine bloque HMGB1.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16559
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Pembrolizumab pour le mésothéliome./ Le médicament HXR9   Sam 2 Juin 2007 - 0:25

Dr Eyal Gur, directeur du centre de microchirurgie de l’hôpital Ichilov a été sélectionné par Newsweek comme l’un des 10 meilleurs micro-chirurgiens au monde. Dr Gur est spécialisé dans la lutte contre le cancer de l’os par des micro-incisions dans les os pour tuer les tumeurs. Il est devenu célèbre en opérant un jeune palestinien souffrant d’une paralysie faciale à la suite d’un accident de voiture. Quelques mois plus tard, le jeune homme est miraculé et fait la une des journaux.


Dernière édition par Denis le Mar 30 Mai 2017 - 18:12, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pembrolizumab pour le mésothéliome./ Le médicament HXR9   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pembrolizumab pour le mésothéliome./ Le médicament HXR9
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bébé médicament
» L'hypnose Ericksonienne pour l'ago & attaques de panique
» Prière pour se libérer des liens mauvais !
» Croquette pour animaux, Ogm et nourriture maison
» couche d'apprêt pour l'huile?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: