AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le taxotere contre le cancer de la prostate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le taxotere contre le cancer de la prostate   Lun 11 Jan 2016 - 18:43

A study presented at the 2016 Genitourinary Cancers Symposium shows that 40 percent of patients with castration-resistant metastatic prostate cancer (mCRPC) treated with docetaxel following abiraterone had at least 50 percent reduction in prostate specific antigen (PSA), demonstrating the activity of this drug sequencing.

"The chemotherapy docetaxel used to be our first-line therapy for mCRPC. Now we use androgen receptor targeted therapy first. The question was whether docetaxel still has a role in these patients treated with abiraterone. We're no longer using docetaxel first -- should we even be using it second?" says Thomas W. Flaig, MD, associate director for clinical research at the University of Colorado Cancer Center, associate professor of medicine at the University of Colorado School of Medicine, and one of the study's principal investigators.

The multi-institution study followed 1088 patients treated on the clinical trial COU-AA-302, which provided the data that led to the approval of abiraterone as a first-line therapy.

"Basically, we wanted to know how these patients were treated after the trial," Flaig says.

Sixty-seven percent of the patients treated with abiraterone went on to receive further therapies, with 36 percent receiving two additional therapies and 17 percent receiving three or more. About half of all Abiraterone-treated patients on the study were treated with docetaxel in the next subsequent line of therapy. Of these patients treated with docetaxel immediately after abiraterone, 40 percent had PSA decline by more than half, demonstrating the effectiveness of this chemotherapy even after treatment with androgen-deprivation therapy.

"Surprisingly, the next most common "treatment" in this setting after doecetaxel was no treatment at all," Flaig says.

Compared with younger patients, patients older than 75 years were about twice as likely to receive no subsequent therapy. Flaig notes that the trial itself ended in 2010, before the approval of the drug enzalutamide which is also used as a pre-chemotherapy treatment for mCRPC, likely meaning that more patients of all ages are now receiving additional anti-androgren therapy prior to the use of chemotherapies including docetaxel.

"This confirms the activity of abiraterone followed by docetaxel and represents important data on the sequencing of medical therapies under this new paradigm," Flaig says. "The fact that a substantial portion of patients received no subsequent therapy after the study was done, needs additional study to be certain we are maximizing effective therapy for these patients."


---

Une étude présentée au symposium 2016 sur les cancers génito-urinaires montre que 40 pour cent des patients atteints de cancer résistant de la prostate métastatique (CPMRC) traités par docétaxel suivant abiratérone avait au moins 50 pour cent de réduction dans l'antigène spécifique de la prostate (PSA), démontrant l'activité de ce séquencage de médicaments.

"Le docétaxel a été utilisé pour être notre thérapie de première ligne pour le CCRm Maintenant, nous utilisons une thérapie ciblé sur le récepteur androgénothérapie en premier La question était de savoir si le docétaxel a encore un rôle dans ces patients traités avec abiratérone Nous n'utilisons plus en premier le docétaxel... - devrions-nous être encore l'utiliser en seconde " dit Thomas W. Flaig, MD, directeur associé de la recherche clinique à l'Université du Colorado Cancer Center, professeur agrégé de médecine à l'Université du Colorado School of Medicine, et l'un des investigateurs principaux de l'étude.

L'étude multi-institution a suivi 1088 patients traités sur l'essai clinique COU-AA-302, qui a fourni les données qui ont conduit à l'approbation de l'abiratérone comme un traitement de première ligne. "Fondamentalement, nous avons voulu savoir comment ces patients ont été traités après l'essai », dit Flaig.

Soixante-sept pour cent des patients traités avec abiratérone a continué à recevoir de nouvelles thérapies, avec 36 pour cent qui a reçu deux traitements supplémentaires et 17 pour cent qui en a reçu trois ou plus. Environ la moitié de tous les patients traités avec abiratérone sur l'étude ont été traités avec docetaxel dans la ligne subséquente de traitement. Parmi ces patients traités avec docetaxel immédiatement après abiratérone, 40 pour cent avaient une baisse de PSA de plus de moitié, ce qui démontre l'efficacité de cette chimiothérapie, même après traitement avec hormonothérapie.

"Étonnamment, le prochain le plus commun« traitement »dans ce cadre après docetaxel n'avait pas de traitement du tout," dit Flaig. Par rapport aux patients plus jeunes, les patients âgés de plus de 75 ans étaient deux fois plus susceptibles de recevoir aucun traitement ultérieur. Flaig note que l'essai lui-même a pris fin en 2010, avant l'approbation de l'enzalutamide de médicament qui est également utilisé comme traitement de pré-chimiothérapie pour CPMRC, probablement ce qui signifie que plus de patients de tous âges reçoivent désormais une thérapie anti-androgren supplémentaire avant l'utilisation y compris des chimiothérapies docétaxel.

"Cela confirme l'activité de l'abiratérone suivie par docétaxel et représente d'importantes données sur le séquençage de thérapies médicales en vertu de ce nouveau paradigme», dit Flaig. "Le fait qu'une partie importante des patients n'aient reçu aucun traitement ultérieur après que l'étude a été réalisée, demande une étude supplémentaire pour être certain que nous maximisons une thérapie efficace pour ces patients."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le taxotere contre le cancer de la prostate   Dim 1 Juin 2014 - 12:24

Une nouvelle stratégie de traitement a permis de nettement prolonger la vie d'hommes atteints d'un cancer avancé de la prostate, indiquent les résultats d'un essai clinique dévoilés dimanche lors d'une grande conférence médicale.

Cette étude qui a été menée avec 790 hommes qui venaient d'être diagnostiqués d'un cancer invasif de cette glande, montre que le recours à de la chimiothérapie combinée au traitement hormonal standard prolonge la vie de ces malades d'environ un an.

«La thérapie hormonale est le traitement de choix du cancer de la prostate depuis les années 50», a relevé le Dr Christopher Sweeney, un cancérologue à l'Institut du Cancer Dana-Farber à Boston, qui a mené cet essai clinique présenté à la conférence annuelle de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO) qui se déroule ce week-end à Chicago.

Selon lui, «il s'agit de la première étude à identifier une stratégie qui prolonge la vie des personnes venant d'être diagnostiquées d'un cancer métastatique de la prostate».

«Les résultats sont importants et cette thérapie combinée devrait être le nouveau traitement de référence pour les hommes dont le cancer s'est déjà bien propagé et qui peuvent supporter une chimiothérapie», a fait valoir ce cancérologue.

Le cancer de la prostate est stimulé par des hormones mâles ou androgènes dans le sang et le traitement hormonal vise à en réduire la quantité.

Bien que cette thérapie hormonale soit efficace, le cancer finit par y devenir résistant chez la plupart des malades, expliquent ces chercheurs.

Environ 30 000 hommes meurent chaque année aux États-Unis d'un cancer de la prostate résistant. La chimiothérapie est le plus souvent initiée seulement après que la maladie progresse malgré le traitement pour supprimer les hormones androgènes.

Dans cette étude clinique, les chercheurs ont recruté 790 hommes venant d'être diagnostiqués d'un cancer invasif de la prostate dont la moitié pris au hasard ont été traités seulement avec une thérapie hormonale. L'autre partie a reçu le traitement de suppression hormonale combiné à du Docétaxel (Taxoten), un agent chimique déjà ancien, extrait des aiguilles d'if qui empêche la division et la multiplication des cellules cancéreuses.

Après un suivi de 29 mois, il y a eu 136 décès dans le groupe traité seulement avec la thérapie hormonale et 101 dans la cohorte de malades soignés en plus avec une chimiothérapie.

Pour toute la durée de l'étude, le temps médian de survie a été de 44 mois dans le groupe avec le traitement hormonal seul, contre 57,6 mois chez ceux ayant aussi été traités avec du Taxoten.

Le temps médian de l'apparition de signes cliniques d'une nouvelle progression du cancer a été de 19,8 mois dans le groupe seulement traité avec l'hormonothérapie et 32,7 mois parmi ceux qui en plus ont pris du Docétaxel.

«Ces résultats démontrent comment on peut utiliser de vieux médicaments pour trouver de nouvelles approches permettant de prolonger la vie des malades», a commenté le président de l'ASCO, le Dr Clifford Hudis.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le taxotere contre le cancer de la prostate   Lun 1 Sep 2008 - 14:39

Le laboratoire Sanofi-Aventis a annoncé lundi qu'il venait d'obtenir au Japon l'autorisation de commercialiser le Taxotere dans le traitement du cancer de la prostate, une huitième indication pour l'anti-cancéreux du groupe français dans ce pays.

"Le ministère de la Santé, du Travail et de la Sécurité sociale (MLHW) japonais a accordé une autorisation de mise sur le marché de (la solution à diluer pour injection du Taxotere, ndlr) dans l'indication du cancer de la prostate", a-t-il indiqué dans un communiqué.

L'anti-cancéreux était auparavant déjà autorisé au Japon pour les traitements de 7 types de cancers: du sein, du poumon, gastrique, de la tête et du cou, de l'ovaire, de l'oesophage et de l'endomètre (utérus).

Sanofi-Aventis avait déposé une demande de nouvelle indication pour le Taxotere le 28 février 2007, avant d'obtenir en juin suivant des autorités japonaises de la santé qu'elles étudient le dossier de manière accélérée.

Contenu réservé aux utilisateurs enregistrés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Le taxotere contre le cancer de la prostate   Ven 8 Juin 2007 - 0:46

Autorisation de Mise sur le Marché dans l’Union Européenne pour Taxotere® (docétaxel) dans le cancer de la prostate

Aventis, membre du Groupe sanofi-aventis annonce aujourd'hui que Taxotere® (docétaxel), en association avec la prednisone, vient d'obtenir de la Commission Européenne une Autorisation de Mise sur le Marché, dans le traitement des cancers métastatiques de la prostate hormono-résistants.

Cette autorisation se fonde sur les résultats d'une vaste étude clinique de phase III, TAX 327, qui a démontré qu'un régime à base de Taxotere réduisait de manière significative le risque de décès de 24% chez les patients souffrant d'un cancer métastatique de la prostate hormono-résistant. Les investigateurs de l'étude TAX 327 ont également montré que Taxotere diminue de manière significative le taux d'Antigène Spécifique de la Prostate - Prostate Specific Antigen (PSA) - (43 %) et les douleurs (59 %), par rapport à la mitoxantrone.

Dans l'étude TAX 327, les investigateurs ont constaté que Taxotere était bien toléré. Les effets secondaires les plus fréquemment observés dans l'étude TAX 327 étaient les alopécies, la fatigue et les nausées. Les neutropénies de grade 3-4 ont été aussi plus fréquentes dans le groupe Taxotere que dans le groupe de la mitoxantrone (32 % vs 21,7%, p=0,004).

Les résultats de cette étude pivot ont été présentés en Juin 2004, au congrès de l'ASCO - American Society of Clinical Oncology. Le 19 mai 2004, les autorités de santé américaines - U.S. Food and Drug Administration - avaient approuvé Taxotere dans le traitement des cancers métastatiques de la prostate hormono-résistants.

"Enfin, nous allons pouvoir proposer à nos patients un traitement de chimiothérapie actif pour le cancer de la prostate. Les résultats de l'étude pivot TAX 327 non seulement démontrent une amélioration significative de la survie, mais également une amélioration significative de la qualité de vie en améliorant les douleurs, même pendant le traitement" a déclaré Ronald de Wit, MD, PhD, investigateur principal européen pour l'étude TAX 327, Associate Professor, Senior Staff Medical Oncologist, Erasmus University Medical Center, à Rotterdam, Pays-Bas, et Chef de Service d'oncologie médicale au Rotterdam Cancer Institute.

Cette autorisation européenne marque une nouvelle étape importante pour Taxotere et met en évidence l'engagement de sanofi-aventis à traiter cette maladie. De plus, cette nouvelle approbation fait de Taxotere le seul médicament indiqué dans le cancer du sein, du poumon et de la prostate, trois des cancers les plus fréquents aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le taxotere contre le cancer de la prostate   Aujourd'hui à 16:38

Revenir en haut Aller en bas
 
Le taxotere contre le cancer de la prostate
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le piment, bienfaiteur de la prostate?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: