AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Interleukin-6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Interleukin-6   Ven 11 Mar 2016 - 11:42

UNC Lineberger Comprehensive Cancer Center researchers have discovered that a deficiency in a key protein that regulates immune system warning signals could be a new biomarker for colorectal cancer, the second largest cancer killer in the United States. They believe the marker could be used to gauge response to a potential new treatment for the disease.

In the journal Cell Reports, researchers reported they found markedly low levels of the protein NLRX1 in multiple laboratory models of colorectal cancer, and in samples of human tissue. Studies have shown that the protein is known to be involved in regulating immune system signals in order to prevent hyperactive inflammatory responses by the immune system. The UNC Lineberger researchers believe their finding also points to a role for the protein in preventing colorectal cancer growth. Based on their findings, they believe they've identified a potential treatment for colorectal cancer with low NLRX1.

"What we're proposing is, if you can profile people with low NLRX1 in their colorectal cancer, you could consider using this therapy that we identified," said the paper's senior author Jenny P. Ting, PhD, a University of North Carolina Lineberger member and the William R. Kenan Jr. Professor of Microbiology and Immunology at the UNC School of Medicine. "We have identified a critical biomarker for this disease."

The protein NLRX1 helps keep immune system responses in-check by downregulating signals that help trigger a wider immune response. A. Alicia Koblansky, PhD, the paper's first author and a postdoctoral research fellow at UNC Lineberger, said they believe the protein is involved in dampening immune signals that could harm the host.

In the UNC Lineberger-led study, researchers studied the effect of deleting NLRX1 in preclinical models of sporadically-growing colorectal cancer. They tested the effect in an animal model with mutations in the APC (Adenomatous polyposis coli) gene. Koblansky said about 80 percent of human colon cancer tumors have a mutation in this gene. The mutation is known to lead to spontaneous growth of colon cancer tumors. The loss of NLRX1 revealed a dramatic increase in tumor growth as well as an increase in activation of signaling pathways known to help drive cancer.

Additionally, they found significantly lower expression of NLRX1 in human colon cancer cell samples compared to normal cells. They also studied multiple public databases of colon cancer samples, finding decreased expression of NLRX1 in each. The findings reinforced their belief that NLRX1 normally helps to keep a check on colorectal cancer.

The researchers believe the findings can have treatment implications, since they know that NLRX1 limits activation of signals that help trigger other cancer-driving growth signals.

To that end, they tested a drug, already approved as a treatment for arthritis, that's designed to block one of the downstream pathways normally down-regulated by NLRX1. They found that the drug, which blocked a small signaling protein called IL-6, decreased tumor growth and activation of downstream cancer-causing signals. Based on these findings, they believe IL-6 blockers could be redirected against colorectal cancers with low NLRX1 expression.

"We're arguing that clinicians could analyze NLRX1 expression, and provide them with a more targeted treatment based on that finding," Koblansky said. "We want to help clinicians to drive precision medicine for patients as much as possible."


---


Des chercheurs ont découvert qu'une carence en une protéine clé qui régule les signaux d'avertissement du système immunitaire pourrait être un nouveau biomarqueur pour le cancer colorectal, le deuxième plus grand tueur de cancer aux États-Unis. Ils croient que le marqueur pourrait être utilisé pour évaluer la réponse à un nouveau traitement potentiel pour la maladie.

Dans les rapports revue Cell, des chercheurs ont signalé qu'ils ont trouvé des niveaux nettement faibles de la protéine NLRX1 dans des modèles de laboratoire multiples de cancer colorectal, et dans des échantillons de tissus humains. Des études ont montré que la protéine est connue pour être impliquée dans la régulation du système immunitaire des signaux afin d'éviter des réactions inflammatoires hyperactifs par le système immunitaire. Les chercheurs Lineberger croient que leur constatation souligne également un rôle pour la protéine dans la prévention de la croissance du cancer colorectal. Sur la base de leurs conclusions, ils croient qu'ils ont identifié un traitement potentiel pour le cancer colorectal avec une faible NLRX1.

"Ce que nous proposons est que, si vous pouvez profiler les personnes à faible NLRX1 dans leur cancer du , vous pourriez envisager d'utiliser cette thérapie que nous avons identifié," a déclaré l'auteur principal du document Jenny P. Ting, «Nous avons identifié un biomarqueur important pour cette maladie."

La protéine NLRX1 aide à garder les réponses du système immunitaire dans les normes par régulation négative de signaux qui aident à déclencher une réponse immunitaire plus large. A. Alicia Koblansky, Ph.D., premier auteur de l'article et un chercheur postdoctoral à l'UNC Lineberger, a déclaré qu'ils croient que la protéine est impliquée dans d'amortissement des signaux immunitaires qui pourraient nuire à l'hôte.

Dans l'étude, les chercheurs ont étudié l'effet de la suppression NLRX1 dans des modèles précliniques de croissance sporadique du cancer colorectal. Ils ont testé l'effet dans un modèle animal avec des mutations du gène APC (polypose adénomateuse coli). Selon Koblansky environ 80 pour cent des tumeurs cancéreuses du côlon humain ont une mutation dans ce gène. La mutation est connue pour entraîner une croissance spontanée des tumeurs cancéreuses du côlon. La perte de NLRX1 a révélé une augmentation considérable de la croissance tumorale, ainsi qu'une augmentation de l'activation des voies connues de transmission de signalisation pour aider le cancer.

En outre, ils ont trouvé l'expression significativement plus faible de NLRX1 dans des échantillons de cellules de cancer du côlon humain par rapport aux cellules normales. Ils ont également étudié plusieurs bases de données publiques des échantillons de cancer du côlon, en concluant à la diminution de l'expression de NLRX1 dans chacune. Les résultats ont renforcé leur conviction que NLRX1 aide normalement à garder un contrôle sur le cancer colorectal.

Les chercheurs croient que les résultats peuvent avoir des conséquences sur le traitement, car ils savent que ce sont les limites de l'activation des signaux NLRX1 qui aident à déclencher d'autres signaux de croissance du cancer.

À cette fin, ils ont testé un médicament, déjà approuvé comme traitement pour l'arthrite, qui est conçu pour bloquer l'une des voies en aval normalement régulée à la baisse par NLRX1. Ils ont découvert que le médicament bloque une petite protéine de signalisation appelée IL-6, et amème une diminution de la croissance tumorale et l'activation des signaux cancérigènes en aval. Sur la base de ces résultats, ils croient qu'en bloquant IL-6, ils pourraient les rediriger contre les cancers colorectaux avec une faible expression de NLRX1.

«Nous faisons valoir que les cliniciens pourraient analyser l'expression de NLRX1, et de leur fournir un traitement plus ciblé sur la base de cette conclusion», a déclaré Koblansky. «Nous voulons aider les cliniciens à conduire la médecine de précision pour les patients, autant que possible."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Interleukin-6   Ven 5 Juin 2015 - 9:26

In work published in Cancer Discovery, a team led by associate professor Lloyd Trotman at Cold Spring Harbor Laboratory (CSHL) shows how signaling by an immune system component called interleukin-6 (IL-6) appears to play an important role in driving particularly aggressive and therapy-resistant prostate cancer.

Our research suggests that IL-6 could be a marker for when the disease switches to a more dangerous state that is ultimately hormone therapy-resistant,' says Trotman.

The results could have important implications for human prostate cancer. 'The gain could be immense, because today's problem is that the variability in response of humans to hormone therapy is amazing,' Trotman says. 'For one man this therapy might be great, might reduce disease burden dramatically for many, many, years, and be an extreme benefit,' he says. 'For others there's almost no response, and it's still not clear to clinicians who is who.'

Being able to predict which patients would benefit from hormone therapy 'would be amazing,' Trotman says. 'We are really hopeful that translating the IL-6 discovery into the clinics could help us stratify patients into good responders and bad responders. For any hospital this would be a major breakthrough.'

Trotman and his team, which included Dawid Nowak, Ph.D., a postdoctoral investigator who is the paper's first author, looked for cellular signals that led to metastasis and hormone therapy resistance in a genetically engineered mouse model for metastatic prostate cancer. They found that the combined loss of two genes, PTEN and p53 -- closely associated with prostate cancer metastasis -- led to the secretion of IL-6. Signaling by IL-6 was then responsible for activating a powerful cancer gene called MYC, which drives cell proliferation and disease progression.

'It suggested immediately that cell-cell communication is very, very important to make the cells resistant to therapy and very aggressive,' says Trotman.

The involvement of the MYC pathway suggests that it could potentially serve as a target of drugs against prostate cancer, Trotman says. The team's next step is to study IL-6 signaling in humans. 'IL-6 detection in blood has been developed to a high art,' Trotman says. 'There are very good tools, which have been tested in the hospital setting.'


---


Dans un travail publié dans le Cancer Discovery, une équipe dirigée par le professeur agrégé Lloyd Trotman au Cold Spring Harbor Laboratory (CSHL) montre comment la signalisation par une composante du système immunitaire appelée interleukine-6 ​​(IL-6) semble jouer un rôle important dans la conduite particulièrement agressive et résistante à la thérapie du cancer de la prostate.

Notre recherche suggère que l'IL-6 pourrait être un marqueur pour lorsque les commutateurs de la maladie à un état plus dangereux qui est finalement hormonothérapie résistant », dit Trotman.

Les résultats pourraient avoir des implications importantes pour le cancer de la humaine. «Le gain pourrait être immense, parce que le problème d'aujourd'hui est que la variabilité de la réponse de l'homme à l'hormonothérapie est incroyable, dit Trotman. «Pour certains la thérapie pourrait être grandement bénéfique, elle pourrait réduire le fardeau de la maladie de façon spectaculaire pour de nombreuses années, et être un avantage extrême, dit-il. »Pour d'autres, il n'y a presque pas de réponse, et il y a encore pas clair pour les cliniciens qui est qui."

Être capable de prédire quels patients pourraient bénéficier d'un traitement hormonal »serait étonnant, dit Trotman. «Nous avons vraiment bon espoir que la traduction de la découverte sur l'IL-6 vers les cliniques pourrait nous aider à stratifier les patients en bons répondeurs et les mauvais répondeurs. Pour toute l'hôpital ce serait une percée majeure.

Trotman et son équipe, qui comprenait Dawid Nowak, Ph.D., chercheur postdoctoral qui est le premier auteur du papier, ont cherché des signaux cellulaires qui ont conduit à la métastase et la résistance à l'hormonothérapie dans un modèle de souris génétiquement modifiée pour le cancer de la prostate métastatique. Ils ont constaté que la perte combinée de deux gènes p53, PTEN est étroitement associées à la métastase du cancer de la prostate - et conduit à la sécrétion d'IL-6. La signalisation par IL-6 a ensuite été responsable de l'activation d'un gène de cancer puissant appelé MYC, qui entraîne la prolifération cellulaire et la progression de la maladie.

"Il a suggéré immédiatement que la communication cellulaire est très, très important pour rendre les cellules résistantes à la thérapie et très agressif», dit Trotman.

L'implication de la voie de MYC suggère qu'il pourrait servir de cible de médicaments contre le cancer de la prostate, dit Trotman. La prochaine étape de l'équipe est d'étudier la signalisation IL-6 chez les humains. 'Une détection de IL-6 dans le sang a été développé avec un art élevé, dit Trotman. «Il y a de très bons outils, qui ont été testés dans le cadre de l'hôpital."


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Interleukin-6   Dim 24 Mai 2015 - 11:33

J'ai déjà mis un article à peu près semblable au sujet de ce nouveau médicament dans le fil sur le cancer du pancréas 2


Des premiers résultats encourageants

En regardant de plus près, les chercheurs ont observé une hyperactivité dans la mTOR/4E-BP1, l’une des voies de signalisation des CAFs. Selon eux, cette voie conduit une production excessive de protéines « telles que des facteurs de croissance et des facteurs de chimiorésistance comme l’interleukine 6. » Bonne nouvelle : un inhibiteur de cette voie existe déjà. Bapstisé le SOM320, il est notamment utilisé pour traiter des tumeurs neuroendocrines. Les chercheurs ont donc décidé de tester l'action du SOM230 dans la tumeur du pancréas.

Et les premières expériences se révèlent concluantes puisque que l’administration de gemcitabine associée à la molécule SOM230, a pour effet de bloquer la progression des tumeurs pancréatiques. « La chimiothérapie est nécessaire, mais ces travaux montrent qu’il faut l’associer à d’autres médicaments pour augmenter son efficacité et prendre le microenvironnement en compte. Plusieurs pistes sont à l’essai, comme celle des enzymes de dégradation du stroma. Mais cette approche n’est pas spécifique. Au regard de nos récents travaux, il paraît pertinent de cibler la voie mTOR/4E-BP1 hyperactivée dans les CAFs », explique Corinne Bousquet, coauteur des travaux. Un essai de phase 2 permettant d’évaluer son efficacité devrait démarrer prochainement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Interleukin-6   Mar 17 Juil 2007 - 10:51

Même article à partir du Français


En examinant un gêne bien connu impliqué dans près d'un tiers des cancers et en se focalisant sur la protéine activée par ce gêne les chercheurs du centre médical de l'université Duke croient qu'ils ont trouvé une nouvelle cible pour les traitements anticancéreux.

Dans leurs expériences avec des cellules humaines et des modèles d'animaux les chercheurs ont utilisé le gêne connu sous le nom de Ras, qui est intégré dans la croissance cellulaire normale. Quand ce gêne est muté il devient super actif et peut mener à une prolifération non controlée de cellules, ce qui est la marque de la formation de tumeurs.

Ce gêne connu comme étant un oncogène quand il est au stade muté est impliqué dans différents cancers incluant ceux du pancréas et des poumons. A ce jour, les efforts pour bloquer ou inhiber ce gêne ont été inefficaces. Le cancer pancréatique a le lien le plus important avec ce gêne oncogène et est aussi un des cancers les plus difficiles à soigner. Il n'y a que peu de patients vivants à cinq ans après le diagnostic.

Puisqu'il a été si difficile de cibler le gêne lui-même avec des médicaments, le Dr Christopher Counter, Ph.D., professeur associé de pharmacologie et de biologie du cancer et ses collaborateurs, ont essayé de déterminer si ce que le gêne ras activait pouvait être une cible potentielle pour une thérapeutique. Les auteurs ont trouvé une cible spécifique sensible aux médicaments.

Si cette découverte se vérifie chez l'homme une nouvelle voie de traitement des cancers ras-dépendant pourrait être mise au point. Les résultats des travaux de ces auteurs ont été publiés en juillet 2007 dans le journal médical Genes and Development.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Interleukin-6   Lun 16 Juil 2007 - 20:51

By bypassing a well-known gene implicated in almost one-third of all cancers and instead focusing on the protein activated by the gene, Duke University Medical Center researchers believe they may have found a new target for anti-cancer drugs.

En dépassant un gène bien connu impliqué dans un tiers des cancers et en mettant l'emphase sur la protéine activée par ce gène, les chercheurs croient avoir trouvé une nouvelle cible pour des médicaments anti-cancer.

In experiments with human cells and animal models, the researchers studied the gene known as "Ras," which is integral in normal cell growth. When this gene is mutated and becomes overactive, it can lead to the unregulated proliferation of cells that is the hallmark of tumor formation.

Dans des expérimentations avec des cellules humaines en laboratoires et des animaux, les chercheurs ont étudié le gène Ras qui est intégral dans les cellules normales. Quand ce gène fait une mutation et devient superactif, il peut conduire à une prolifération incontrolée qui est la marque de commerce du cancer.

The ras gene, known as an oncogene when it is in this mutated state, has been implicated in several different cancers, including those of the pancreas and lungs. To date, efforts at blocking or turning off ras have proven ineffective. Pancreatic cancer has been shown to have the strongest link to the ras oncogene, and it is also one of the hardest cancers to treat, with few patients alive five years after diagnosis, researchers said.

Le gène Ras, connu comme un oncogène dans sa forme mutée, est impliqué dans pusieurs cancers incluant le cancer du et le cancer du À date, les efforts pour le bloquer ou l'éteindre
se sont montré inefficcaces. C'est le cancer du qui a été démontré avoir le plus fort lien avec le gène ras et c'est le cancer le plus difficille à traiter.


"Since it has been so difficult to target the ras gene itself with drugs, we tried to determine if something that ras activates could be a possible target for a drug or therapy," said Christopher Counter, Ph.D., associate professor of pharmacology and cancer biology and senior member of the research team. "We found a specific target that could be susceptible to drugs, and if these findings are proven true in human trials, we could have a new way of treating ras-dependent cancers."

"Parce qu'il a été si dificille de cibler Ras lui-même avec des médicaments, nous avons essayé de déterminer si quelque chose qu' a activé Ras serait une cible possible" dit Christopher Counter "Nous avons trouvé uen cible possible pour les médicaments et si les expérimentations se révèlent efficaces et vraies chez les humains aussi, nou spourrions avoir un nouveau moyen de traiter les cancers dépendants de RAs.

The results of the Duke experiments were published July 15, 2007, in the journal Genes & Development. Brooke Ancrile, a graduate student in Counter's laboratory, was first author of the paper. The research was supported by the National Institutes of Health.

The researchers discovered that the overactive ras gene was responsible for above-normal secretion of a factor known as interleukin-6 (IL-6). Scientists know a great deal about IL-6 and its functions in the body, but its link to oncogenic ras was unknown.

Les chercheurs ont découvert que le gène Ras quand il est hyperactif était responsable pour la sécrétion anormale de IL-6 (interlukin-6) Les scientifiques savient un tas de choses sur IL-6 et ses fonctions dans le corps mais ils ignoraient le lien avec Ras.

In addition to finding that the ras oncogene spurred the production of IL-6, they also found that inhibiting IL-6 production reduced the creation of new blood vessels, which are crucial for the development and nourishment of tumors.

"IL-6 was like the gas pedal driving the growth of tumors," Counter said. "No gas, no growth, which is exactly what we saw when we inhibited IL-6 in tumors."

"Il-6 est la pédale à gaz de la croissance de la tumeur" dit Counter "Pas de gaz, pas de croissance ce qui est exactement ce que l'on constate lorsque on inhibe IL-6 dans les tumeurs."

Counter is encouraged that even though these findings are in cell culture and animal models, therapies based on targeting IL-6 in cancers driven by the ras oncogene could be tested in humans in the near future. A biotechnology company has already developed a monoclonal antibody specific to IL-6 which could be used to neutralize IL-6.

Counter est encouragé même si ces découvertes sont faites dans des animaux et des laboratoires qu'elles soient testé sur des humains dans un proche futur. Une compagnie de biotechnologie a déja développé un anticorps monoclonal spécifique au IL-6 qui pourra être utilisé pour neutralisé le IL-6.

A phase II trial is underway testing a monoclonal antibody against IL-6 for patients with multiple myeloma, a cancer that depends on IL-6 but is not known to have a connection to the ras oncogene. If the results of this trial are positive, studies might begin in ras-dependent cancers. Counter's group is actively pursuing the idea that such an antibody may inhibit pancreatic cancer growth in mouse models. If these results are positive, this will open the door for Duke oncologists to organize a clinical trial to test the agent in human cancer patients.

"Secreted proteins promoting the growth of blood vessels in tumors have been successfully neutralized in the past with antibodies," Ancrile said. "We believe that IL-6 is a viable target for drugs that holds promise in the treatment of cancers dependent on the ras oncogene."


Dernière édition par Denis le Ven 11 Mar 2016 - 11:57, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Interleukin-6   Aujourd'hui à 14:36

Revenir en haut Aller en bas
 
Interleukin-6
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: