AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 ▶️ Un "booster" de fulvestrant et autre médicament contre le cancer, de gluthation

Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: ▶️ Un "booster" de fulvestrant et autre médicament contre le cancer, de gluthation   Jeu 22 Fév 2018 - 7:19

Researchers at The Scripps Research Institute (TSRI) have developed a quick and easy way to simultaneously modify dozens of drugs or molecules to improve their disease-fighting properties. Using the approach, scientists exchanged one chemical group for another in 39 cancer drugs -- and discovered under lab conditions that the chemically altered versions of three of the drugs had more potent anti-cancer activity.

The results, published today in the Journal of the American Chemical Society, reveal a powerful application of so-called "click chemistry" to drug discovery.

"Usually you have to make thousands or millions of molecules and go through a big screening process to find one or two molecules that are interesting and might work," says Peng Wu, PhD, a TSRI associate professor and one of the study's lead authors. "With this new approach, you can save time and money by starting with drugs and molecules you know are already active and asking whether a quick modification makes any of them any better."

"Our results suggest we will be able take a drug and make it more potent, faster acting, and hopefully with better bioavailability," adds Nobel laureate K. Barry Sharpless, PhD, who co-led the study.

Sharpless, the TSRI W.M. Keck Professor of Chemistry, first conceived of click chemistry in the 1990s. Click chemistry is the term for simple molecular reactions that can each be carried out in one container, undisturbed by water, and generate just one stable product at high yield. Sharpless compares the method to decorating molecules like Christmas trees, adding a new functional "ornament" to one of a molecule's branches, which he calls "clickable hubs."

"Instead of pursuing leads, which is the traditional method, SuFEx click chemistry is about connecting promising drug candidates directly with targets," says Sharpless.

One of the latest click chemistry reactions developed by Sharpless' group was Sulfur (VI) Fluoride Exchange (SuFEx), which transforms any phenol chemical group into a fluorosulfate. Because fluorosulfates have some benefits over phenols -- including tighter binding to proteins, and less ability to be modified in the cell -- the SuFEx reaction offers a way to potentially improve phenol drugs.

However, the transformation typically relies on sulfuryl fluoride gas, which makes it hard to perform on many different molecules at the same time; each reaction must be carried out in its own flask.

In the new paper, Sharpless and Wu show that sulfuryl fluoride gas can be dissolved in an organic solvent to make a liquid form of the reagent needed for SuFEx. "Now, suddenly, we can use this in high-throughput experiments," says Wu.

To test the reaction's utility in drug discovery, Sharpless, Wu and their colleagues put 39 existing cancer drugs containing phenols into plates, added the liquid version of sulfuryl fluoride to each well, and exposed cancer cells to both the original compounds and the resulting fluorosulfate versions. In three instances, the new fluorosulfate drug killed more cancer cells than the original version. When modified with SuFEx, the breast cancer drug Fulvestrant had a great effect on estrogen receptors in breast cancer cells, and the cancer drug Combretastatin A4 was 70 times more potent against colon cancer cells.

Upon further examination, the researchers discovered that the new molecules bound to their molecular targets better and were less apt to be metabolized by the cells.

"We think our approach is generally applicable to drug modification outside of just cancer drugs," says Wu. The team is already using the new high-throughput SuFEx to modify drugs targeting the immune system's T cells, he adds.

---
Les chercheurs de l'Institut de recherche Scripps (IRST) ont mis au point un moyen rapide et facile de modifier simultanément des douzaines de médicaments ou de molécules pour améliorer leurs propriétés de lutte contre les maladies. En utilisant cette approche, les scientifiques ont échangé un groupe chimique contre un autre pour 39 médicaments anticancéreux - et ont découvert dans des conditions de laboratoire que les versions chimiquement altérées de trois des médicaments avaient une activité anticancéreuse plus puissante.

Les résultats, publiés aujourd'hui dans le Journal de l'American Chemical Society, révèlent une application puissante de la «chimie du clic» à la découverte de médicaments.

«Habituellement, il faut fabriquer des milliers ou des millions de molécules et passer par un grand processus de sélection pour trouver une ou deux molécules intéressantes et qui pourraient fonctionner», explique Peng Wu, Ph.D., professeur agrégé à l'IRST et auteur principal de l'étude. "Avec cette nouvelle approche, vous pouvez économiser du temps et de l'argent en commençant par les médicaments et les molécules que vous connaissez déjà et en vous demandant si une modification rapide les rendra meilleurs."

"Nos résultats suggèrent que nous serons en mesure de prendre un médicament et le rendre plus puissant, plus rapide, et avec une meilleure biodisponibilité", ajoute K. Barry Sharpless, Ph.D., lauréat du prix Nobel et co-responsable de l'étude.

Sharpless, le TSRI W.M. Keck, professeur de chimie, a d'abord conçu la chimie des clics dans les années 1990. La chimie des clics est le terme utilisé pour les réactions moléculaires simples qui peuvent être effectuées dans un récipient, sans être dérangées par l'eau, et générer un seul produit stable à haut rendement. Sharpless compare la méthode à la décoration de molécules comme les arbres de Noël, ajoutant un nouvel «ornement» fonctionnel à l'une des branches d'une molécule, qu'il appelle «hubs cliquables».

"Au lieu de poursuivre les pistes, ce qui est la méthode traditionnelle, SuFEx click chemistry consiste à connecter des candidats-médicaments prometteurs directement avec des cibles", explique Sharpless.

L'une des dernières réactions chimiques de clic développées par le groupe de Sharpless était l'échange de fluorure de soufre (VI) (SuFEx), qui transforme n'importe quel groupe chimique de phénol en fluorosulfate. Parce que les fluorosulfates ont certains avantages sur les phénols - y compris une liaison plus étroite aux protéines, et moins de capacité à être modifié dans la cellule - la réaction SuFEx offre un moyen d'améliorer potentiellement les médicaments phénoliques.

Cependant, la transformation repose typiquement sur le gaz fluorure de sulfuryle, ce qui la rend difficile à effectuer sur de nombreuses molécules différentes en même temps; chaque réaction doit être effectuée dans son propre flacon.

Dans le nouveau papier, Sharpless et Wu montrent que le fluorure de sulfuryle gazeux peut être dissous dans un solvant organique pour faire une forme liquide du réactif nécessaire pour SuFEx. "Maintenant, tout à coup, nous pouvons l'utiliser dans des expériences à haut débit", explique Wu.

Pour tester l'utilité de la réaction dans la découverte de médicaments, Sharpless, Wu et leurs collègues ont mis 39 médicaments anticancéreux contenant des phénols dans des boîtes, ajouté la version liquide du fluorure de sulfuryle dans chaque puits et exposé les cellules cancéreuses aux composés originaux et aux versions de fluorosulfate . Dans trois cas, le nouveau médicament fluorosulfate a tué plus de cellules cancéreuses que la version originale. Une fois modifié avec SuFEx, le médicament contre le cancer du Fulvestrant a eu un grand effet sur les récepteurs d'œstrogènes dans les cellules cancéreuses du sein, et le médicament contre le cancer Combretastatin A4 était 70 fois plus puissant contre les cellules cancéreuses du .

Après un examen plus approfondi, les chercheurs ont découvert que les nouvelles molécules se liaient mieux à leurs cibles moléculaires et étaient moins susceptibles d'être métabolisées par les cellules.

"Nous pensons que notre approche est généralement applicable à la modification des médicaments en dehors des seuls médicaments contre le cancer", dit Wu. L'équipe utilise déjà le nouveau SuFEx à haut débit pour modifier les médicaments ciblant les lymphocytes T du système immunitaire, ajoute-t-il.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: ▶️ Un "booster" de fulvestrant et autre médicament contre le cancer, de gluthation   Jeu 23 Fév 2017 - 15:08

Our blood stem cells generate around a thousand billion new blood cells every day. But the blood stem cells' capacity to produce blood changes as we age. This leads to older people being more susceptible to anemia, lowered immunity and a greater risk of developing certain kinds of blood cancer. Now for the first time, a research team at Lund University in Sweden has succeeded in rejuvenating blood stem cells with established reduced function in aging mice. The study is published in Nature Communications.

When we are young, our blood stem cells produce an even and well-balanced number of red and white blood cells according to need. As we age, however, the capacity of the blood stem cells to produce the number of blood cells we need declines.

"This type of age-related change can have major consequences as it can lead to an imbalance in stem cell production. For example, a reduced production of immune cells or excessive production of other types of cells can be a precursor to leukemia," explains David Bryder, who headed the study at Lund University.

Tracking old stem cells

A fundamental question was whether blood stem cells age differently within a single individual or whether all blood stem cells are equally affected by advancing age. In an initial stage, it was therefore important to genetically mark old blood stem cells, to enable the identification and tracking of those most affected by age. In the next step, these traceable cells were reprogrammed to another type of stem cell -- known as iPS cells, which can generate all cells in an individual and not only blood cells. When the cells are reprogrammed, their identity is ‟re-set"; when these reprogrammed iPS cells formed new blood stem cells, the researchers observed that the re-set had entailed a rejuvenation of the cells.

"We found that there was no difference in blood-generating capacity when we compared the reprogrammed blood stem cells with healthy blood stem cells from a young mouse. This is, as far as we know, the first time someone has directly succeeded in proving that it is possible to recreate the function of young stem cells from a functionally old cellˮ, says Martin Wahlestedt, the first author of the study.

Not caused by mutations

The research team's studies have also thereby shown that many age-related changes in the blood system cannot be explained by mutations in the cells' DNA. If the changes depended on permanent damage at the DNA level, the damage would still be present after the re-set. Instead, epigenetic changes appear to underlie the decline in function associated with advancing age.

"Our findings justify further research to improve the function of human blood stem cells and thereby address diseases such as anemia, leukemia and other blood disorders," concludes David Bryder.

---

Nos cellules souches du sang génèrent environ mille milliards de nouvelles cellules sanguines tous les jours.

Mais la capacité des cellules souches du sang à produire du sang change lorsque nous vieillissons.

Cela conduit à des personnes plus âgées étant plus sensibles à l'anémie, une immunité réduite et un plus grand risque de développer certains types de cancer du sang. Pour la première fois, une équipe de recherche de l'Université de Lund en Suède a réussi à rajeunir les cellules souches du sang avec une fonction réduite chez les souris vieillissantes. L'étude est publiée dans Nature Communications.

Lorsque nous sommes jeunes, nos cellules souches du sang produisent un nombre pair et bien équilibré de globules rouges et blancs selon les besoins. À mesure que nous vieillissons, la capacité des cellules souches du sang à produire le nombre de cellules sanguines dont nous avons besoin diminue.


«Ce type de changement lié à l'âge peut avoir des conséquences majeures, car il peut entraîner un déséquilibre dans la production de cellules souches. Par exemple, une production réduite de cellules immunitaires ou une production excessive d'autres types de cellules peut être un précurseur de la leucémie», explique David Bryder, qui a dirigé l'étude à l'Université de Lund.

Suivi des anciennes cellules souches

Une question fondamentale était de savoir si les cellules souches du sang vieillissent différemment au sein d'un seul individu ou si toutes les cellules souches du sang sont également affectées par l'âge. Dans un premier temps, il était donc important de marquer génétiquement les cellules souches du sang ancien afin de permettre l'identification et le suivi des personnes les plus touchées par l'âge. Dans l'étape suivante, ces cellules traçables ont été reprogrammées vers un autre type de cellules souches - connu sous le nom de cellules iPS, qui peuvent générer toutes les cellules d'un individu et pas seulement les cellules sanguines. Lorsque les cellules sont reprogrammées, leur identité est «rétablie», lorsque ces cellules iPS reprogrammées forment de nouvelles cellules souches du sang, les chercheurs ont observé que le rétablissement avait entraîné un rajeunissement des cellules.

«Nous avons constaté qu'il n'y avait pas de différence dans la capacité de production de sang quand nous avons comparé les cellules souches de sang reprogrammées avec des cellules souches saines de sang d'une jeune souris. C'est, à notre connaissance, la première fois que quelqu'un a directement réussi à prouver que Il est possible de recréer la fonction des cellules souches jeunes à partir d'une cellule fonctionnellement vieilleˮ, dit Martin Wahlestedt, le premier auteur de l'étude.

Non causé par des mutations

Les études de l'équipe de recherche ont également montré que de nombreux changements liés à l'âge dans le système sanguin ne peuvent pas être expliqués par des mutations dans l'ADN des cellules. Si les changements dépendaient des dommages permanents au niveau de l'ADN, les dommages seraient toujours présents après le rétablissement. Au lieu de cela, les changements épigénétiques semblent sous-tendre le déclin de la fonction liée à l'âge avancé.

«Nos résultats justifient une recherche plus approfondie pour améliorer la fonction des cellules souches du sang humain et de traiter ainsi des maladies comme l'anémie, la leucémie et d'autres troubles du sang», conclut David Bryder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: ▶️ Un "booster" de fulvestrant et autre médicament contre le cancer, de gluthation   Mar 25 Oct 2016 - 12:33

Researchers at Oregon State University have found that a specific detoxification compound, glutathione, helps resist the toxic stresses of everyday life -- but its levels decline with age and this sets the stage for a wide range of age-related health problems.

A new study, published in the journal Redox Biology, also highlighted a compound -- N-acetyl-cysteine, or NAC -- that is already used in high doses in medical detoxification emergencies. But the researchers said that at much lower levels NAC might help maintain glutathione levels and prevent the routine metabolic declines associated with aging.

In that context, the research not only offers some profound insights into why the health of animals declines with age, but specifically points to a compound that might help prevent some of the toxic processes involved.

Decline of these detoxification pathways, scientists say, are causally linked to cardiovascular disease, diabetes and cancer, some of the primary causes of death in the developed world.

"We've known for some time of the importance of glutathione as a strong antioxidant," said Tory Hagen, lead author on the research and the Helen P. Rumbel Professor for Health Aging Research in the Linus Pauling Institute at OSU.

"What this study pointed out was the way that cells from younger animals are far more resistant to stress than those from older animals," said Hagen, also a professor of biochemistry in the OSU College of Science. "In young animal cells, stress doesn't cause such a rapid loss of glutathione. The cells from older animals, on the other hand, were quickly depleted of glutathione and died twice as fast when subjected to stress.

"But pretreatment with NAC increased glutathione levels in the older cells and largely helped offset that level of cell death."

Glutathione, Hagen said, is such an important antioxidant that its existence appears to date back as far as oxygen-dependent, or aerobic life itself -- about 1.5 billion years. It's a principal compound to detoxify environmental stresses, air pollutants, heavy metals, pharmaceuticals and many other toxic insults.

In this study, scientists tried to identify the resistance to toxins of young cells, compared to those of older cells. They used a toxic compound called menadione to stress the cells, and in the face of that stress the younger cells lost significantly less of their glutathione than older cells did. The glutathione levels of young rat cells never decreased to less than 35 percent of its initial level, whereas in older rat cells glutathione levels plummeted to 10 percent of their original level.

NAC, the researchers said, is known to boost the metabolic function of glutathione and increase its rate of synthesis. It's already used in emergency medicine to help patients in a toxic crisis, such as ingestion of poisonous levels of heavy metals. It's believed to be a very safe compound to use even at extremely high levels -- and the scientists are hypothesizing that it might have significant value at much lower doses to maintain glutathione levels and improve health.

"I'm optimistic there could be a role for this compound in preventing the increased toxicity we face with aging, as our abilities to deal with toxins decline," Hagen said. "We might be able to improve the metabolic resilience that we're naturally losing with age."

Also of interest, Hagen said, is the wide range of apparent detoxification potential offered by glutathione. Higher levels of it -- boosted by NAC -- might help reduce the toxicity of some prescription drugs, cancer chemotherapies, and treat other health issues.

"Using NAC as a prophylactic, instead of an intervention, may allow glutathione levels to be maintained for detoxification in older adults," the researchers wrote in their conclusion.

---

Des chercheurs de l'Oregon State University ont découvert qu'un composé de désintoxication spécifique, le glutathion, aide à résister aux contraintes toxiques de la vie quotidienne - mais ses niveaux diminuent avec l'âge et ce phénomène ouvre la voie à un large éventail de problèmes de santé liés à l'âge.

Une nouvelle étude, publiée dans la revue Biology Redox, a également souligné un composé - N-acétyl-cystéine ou NAC - qui est déjà utilisé à des doses élevées dans les situations d'urgence de désintoxication médicale. Mais les chercheurs ont dit que à des niveaux beaucoup plus bas NAC pourrait aider à maintenir les niveaux de glutathion et de prévenir les baisses métaboliques courantes associées au vieillissement.

Dans ce contexte, la recherche offre non seulement des vues profondes dans lesquelles la santé des animaux diminue avec l'âge, mais plus spécifiquement pointe vers un composé qui pourrait aider à prévenir certains des processus toxiques impliqués.

Le déclin de ces voies de détoxication, disent les scientifiques, sont causalement liée aux maladies cardio-vasculaires, le diabète et le cancer, quelques-unes des principales causes de décès dans le monde développé.

"Nous savons depuis un certain temps de l'importance du glutathion comme un puissant antioxydant», a déclaré Tory Hagen, auteur principal de la recherche et le professeur Helen P. Rumbel pour la recherche sur le vieillissement de la santé à l'Institut Linus Pauling de l'OSU.

"Ce que cette étude a souligné était la façon dont les cellules provenant des animaux plus jeunes étaient beaucoup plus résistantes au stress que ceux des animaux plus âgés», a déclaré Hagen, également professeur de biochimie à l'université d'OSU des sciences. "Chez les jeunes cellules animales, le stress ne provoque pas une telle perte rapide de glutathion. Les cellules des animaux plus âgés, d'autre part, ont été rapidement épuisés de glutathion et sont mortes deux fois plus vite lorsqu'elles sont soumises à un stress.

"Mais le prétraitement avec NAC a augmenté les niveaux de glutathion dans les cellules plus âgées et en grande partie a permis de compenser ce niveau de la mort cellulaire."

Le glutathion, selon Hagen, est un antioxydant si important que son existence semble remonter aussi loin qu'à la dépendance à l'oxygène, ou la vie aérobique elle-même - voici environ 1,5 milliards d'années. C'est un composé principale pour détoxifier du stress environnemental, les polluants atmosphériques, les métaux lourds, les produits pharmaceutiques et de nombreux autres assaults toxiques.

Dans cette étude, des chercheurs ont tenté d'identifier la résistance aux toxines des cellules jeunes, par rapport à celles des cellules âgées. Ils ont utilisé un composé toxique appelé ménadione pour souligner les cellules, et en face de ce stress les cellules plus jeunes ont perdu beaucoup moins de leur glutathion que les cellules âgées ont fait. Les niveaux de glutathion des cellules de rat jeunes n'ont jamais diminué à moins de 35 pour cent de son niveau initial, alors que dans les cellules de rats plus âgés, les niveaux de glutathion ont chuté à 10 pour cent de leur niveau initial.

Le NAC, selon les chercheurs, est connu pour stimuler la fonction métabolique de glutathion et augmenter son taux de synthèse. Il est déjà utilisé en médecine d'urgence pour aider les patients dans une crise toxique, comme l'ingestion de niveaux toxiques de métaux lourds. Il est considéré comme un composé très sûr à utiliser, même à des niveaux extrêmement élevés - et les scientifiques sont l'hypothèse que cela pourrait avoir une valeur significative à des doses beaucoup plus faibles pour maintenir les niveaux de glutathion et d'améliorer la santé.

"Je suis optimiste qu'il pourrait y avoir un rôle pour ce composé dans la prévention de la toxicité accrue nous sommes confrontés au vieillissement, comme nos capacités pour faire face aux toxines baisse», a déclaré Hagen. «Nous pourrions être en mesure d'améliorer la résilience métabolique que nous perdons naturellement avec l'âge."

Également d'intérêt, selon Hagen, le large éventail des possibilités de désintoxication apparentes offertes par le glutathion. Des niveaux plus élevés de celui-ci - stimulée par NAC - pourraient aider à réduire la toxicité de certains médicaments sur ordonnance, chimiothérapies du cancer, et de traiter d'autres problèmes de santé.

«L'utilisation du NAC à titre prophylactique, au lieu d'une intervention, peut permettre à des niveaux de glutathion à maintenir la désintoxication chez les personnes âgées», selon ce que les chercheurs ont écrit dans leur conclusion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: ▶️ Un "booster" de fulvestrant et autre médicament contre le cancer, de gluthation   Mar 13 Oct 2015 - 11:58

Researchers at University of California, San Diego School of Medicine and Skaggs School of Pharmacy and Pharmaceutical Sciences have found that the breast cancer drug tamoxifen gives white blood cells a boost, better enabling them to respond to, ensnare and kill bacteria in laboratory experiments. Tamoxifen treatment in mice also enhances clearance of the antibiotic-resistant bacterial pathogen MRSA and reduces mortality.

The study is published October 13 by Nature Communications.

"The threat of multidrug-resistant bacterial pathogens is growing, yet the pipeline of new antibiotics is drying up. We need to open the medicine cabinet and take a closer look at the potential infection-fighting properties of other drugs that we already know are safe for patients," said senior author Victor Nizet, MD, professor of pediatrics and pharmacy. "Through this approach, we discovered that tamoxifen has pharmacological properties that could aid the immune system in cases where a patient is immunocompromised or where traditional antibiotics have otherwise failed."

Tamoxifen targets the estrogen receptor, making it particularly effective against breast cancers that display the molecule abundantly. But some evidence suggests that tamoxifen has other cellular effects that contribute to its effectiveness, too. For example, tamoxifen influences the way cells produce fatty molecules, known as sphingolipids, independent of the estrogen receptor. Sphingolipids, and especially one in particular, ceramide, play a role in regulating the activities of white blood cells known as neutrophils.

"Tamoxifen's effect on ceramides led us to wonder if, when it is administered in patients, the drug would also affect neutrophil behavior," said first author Ross Corriden, PhD, project scientist in the UC San Diego School of Medicine Department of Pharmacology.

To test their theory, the researchers incubated human neutrophils with tamoxifen. Compared to untreated neutrophils, they found that tamoxifen-treated neutrophils were better at moving toward and phagocytosing, or engulfing, bacteria. Tamoxifen-treated neutrophils also produced approximately three-fold more neutrophil extracellular traps (NETs), a mesh of DNA, antimicrobial peptides, enzymes and other proteins that neutrophils spew out to ensnare and kill pathogens. Treating neutrophils with other molecules that target the estrogen receptor had no effect, suggesting that tamoxifen enhances NET production in a way unrelated to the estrogen receptor. Further studies linked the tamoxifen effect to its ability to influence neutrophil ceramide levels.

The team also tested Tamoxifen's immune-boosting effect in a mouse model. One hour after treatment with tamoxifen or a control, the researchers infected mice with MRSA (methicillin-resistant Staphylococcus aureus), a "superbug" of great concern to human health. They treated the mice again with tamoxifen or the control one and eight hours after infection and monitored them for five days.

Tamoxifen significantly protected mice -- none of the control mice survived longer than one day after infection, while about 35 percent of the tamoxifen-treated mice survived five days. Approximately five times fewer MRSA were collected from the peritoneal fluid of the tamoxifen-treated mice, as compared to control mice.

There are two caveats, the researchers said. First, while tamoxifen was effective against MRSA in this study, the outcome may vary with other pathogens. That's because several bacterial species have evolved methods for evading NET capture. Second, in the absence of infection, too many NETs could be harmful. Some studies have linked excessive NET production to inflammatory disease, such as vasculitis and bronchial asthma.

"While known for its efficacy against breast cancer cells, many other cell types are also exposed to tamoxifen. The 'off-target effects' we identified in this study could have critical clinical implications given the large number of patients who take tamoxifen, often every day for years," Nizet said.

Tamoxifen is taken daily by hundreds of thousands of patients worldwide for the treatment of estrogen receptor-positive breast cancer. The World Health Organization considers tamoxifen an "essential medicine," due to its cost-effectiveness and safety profile. According to the breast cancer organization Susan G. Komen, generic tamoxifen cost patients about $100 per month in 2010.

Tamoxifen is not the only drug prescribed for other indications that just happen to also boost neutrophil activity. In 2010, Nizet and team reported that cholesterol-lowering statins also enhance NET formation.


---

Des chercheurs de l'Université de Californie, San Diego School of Medicine et Skaggs School of Pharmacy et des sciences pharmaceutiques ont constaté que le tamoxifène, le médicament contre le cancer du sein, donne aux globules blancs un coup de pouce, leur permettant de mieux répondre à, piéger et tuer les bactéries dans des expériences de laboratoire. Le traitement au tamoxifène chez des souris augmente également le combat contre l'agent pathogène bactérien MRSA résistant aux antibiotiques et réduit la mortalité.

L'étude est publiée le 13 Octobre par Nature Communications.

"La menace de bactéries pathogènes multirésistantes est en croissance, mais le pipeline de nouveaux antibiotiques se tarit. Nous devons ouvrir l'armoire à pharmacie et de prendre un coup d'oeil de plus près les propriétés potentielles de lutte contre l'infection d'autres médicaments que nous connaissons déjà qui sont sécuritaire pour les patients ", a déclaré l'auteur principal Victor Nizet, MD, professeur de pédiatrie et de pharmacie. "Grâce à cette approche, nous avons découvert que le tamoxifène possède des propriétés pharmacologiques qui pourraient aider le système immunitaire dans les cas où un patient est immunodéprimés ou lorsque les antibiotiques traditionnels ont échoué ailleurs."

Le tamoxifène cible le récepteur d'oestrogène, ce qui rend particulièrement efficaces contre les cancers du sein qui affichent la molécule abondamment. Mais certaines données suggèrent que le tamoxifène a d'autres effets cellulaires qui contribuent à son efficacité, aussi. Par exemple, le tamoxifène influence la manière dont les cellules produisent des molécules grasses, connus en tant que sphingolipides, indépendamment du récepteur des oestrogènes. Les sphingolipides, et en particulier un en particulier, le céramide, jouent un rôle dans la régulation des activités des globules blancs appelés neutrophiles.

"L'effet de tamoxifène sur les céramides nous a conduit à nous demander si, quand il est administré aux patients, le médicament pourrait également affecter le comportement des neutrophiles», a déclaré le premier auteur Ross Corriden, PhD, responsable scientifique du projet.

Pour tester leur théorie, les chercheurs ont incubé les neutrophiles humains avec le tamoxifène. et comparé aux neutrophiles non traités, ils ont constaté que les neutrophiles traités au tamoxifene pouvaient mieux se déplacer et phagocyter en les engloutissant, les bactéries. Les neutrophiles produisent également environ trois fois plus de neutrophiles de genre pièges extracellulaires (NET), un maillage de l'ADN, de peptides antimicrobiens, d'enzymes et d'autres protéines que les neutrophiles fournissent pour piéger et tuer les agents pathogènes traitée au tamoxifen. Le traitement des neutrophiles avec d'autres molécules qui ciblent le récepteur de l'œstrogène n'a eu aucun effet, ce qui suggère que le tamoxifène augmente la production nette d'une manière sans rapport avec le récepteur d'oestrogène. D'autres études liées l'effet du tamoxifène à sa capacité à influer sur les niveaux de céramide neutrophiles.

L'équipe a également testé l'effet de stimuler le système immunitaire du tamoxifène dans un modèle de souris. Une heure après le traitement avec le tamoxifène ou un contrôle, les chercheurs ont infecté des souris avec des SARM (Staphylococcus aureus résistant à la méticilline), une «superbactérie" de grande préoccupation pour la santé humaine. Ils ont traité les souris à nouveau avec le tamoxifène ou le contrôle d'une et huit heures après l'infection et de les surveiller pendant cinq jours.

Les souris ont été protégées par le tamoxifen de manière significative - aucune des souris témoins n'ont survécu plus d'un jour après l'infection, tandis qu'environ 35 pour cent des souris traitées au tamoxifène ont survécu cinq jours. environ cinq fois moins de MRSA ont été recueillies à partir du fluide peritonal des souris traitées tamoxifène, par rapport aux souris témoins.

Il y a deux mises en garde, selon les chercheurs. Premièrement, alors que le tamoxifène a été efficace contre le SARM dans cette étude, les résultats peuvent varier avec d'autres agents pathogènes. En effet, plusieurs espèces bactériennes ont évolué et trouver des méthodes pour échapper à la capture NET. En second lieu, en l'absence d'infection, un trop grand nombre de NET pourraient être nocifs. Certaines études ont lié la production excessive de NET à une maladie inflammatoire, telle que la vascularite et l'asthme bronchique.

"Bien connu pour son efficacité contre les cellules cancéreuses du sein, de nombreux autres types de cellules sont également exposés au tamoxifène. Les« effets hors-cible », que nous avons identifiés dans cette étude pourraient avoir des implications cliniques importantes étant donné le grand nombre de patients qui prennent du tamoxifène, souvent tous les jour pendant des années ", a déclaré Nizet.

Le tamoxifène est pris quotidiennement par des centaines de milliers de patients dans le monde pour le traitement du cancer du à récepteurs d'œstrogènes positifs. L'Organisation mondiale de la santé considère le tamoxifène comme un «médicament essentiel», en raison de son rapport coût-efficacité et son profil de sécurité. Selon l'organisation de cancer du sein Susan G. Komen, le générique du tamoxifen avait un coût de $100/mois en 2010.

Le tamoxifène n'est pas le seul médicament prescrit pour d'autres indications qui arrivent à stimuler aussi l'activité des neutrophiles. En 2010, Nizet et l'équipe ont indiqué que les statines réduisent le cholestérol améliorent également la formation de NET.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: ▶️ Un "booster" de fulvestrant et autre médicament contre le cancer, de gluthation   Jeu 26 Juil 2007 - 14:36

White Blood Cell Booster May Help Cancer Patients Avoid Deadly Complications

Un "booster" de celllules sanguine peut aider les patients à éviter les complications mortelles d'une chimio.


Cancer patients who receive a drug that stimulates the growth of infection-fighting white blood cells may be significantly less likely to die from a chemotherapy-related complication characterized by fever and low white blood cell levels, according to a multi-institutional study led by researchers from the University of Rochester School of Medicine and Dentistry and the Duke Comprehensive Cancer Center.

"Chemotherapy drugs target cancer cells, but they can affect healthy cells as well, including infection-fighting white blood cells," said Nicole M. Kuderer, M.D., a hematology-oncology fellow at Duke and lead author on the publication. "When patients' white blood cell counts drop too low, they are at risk for dangerous infections that can cause death."

Often, chemotherapy must be delayed, reduced in strength or halted when a patient's white blood cell count is too low, potentially leading to poorer outcomes, she added.

Souvent, une chimio doit être retardée, réduite en force ou arrêtée lorsque les cellules blanches du patient sont trôp faible, et ça peut conduire à de mauvais résultats.

"Patients taking a drug known as granulocyte colony-stimulating factor early in their chemotherapy were about half as likely to develop dangerously low white blood cell counts with fever, and half as likely to die from infection," Kuderer said. "This study represents an important part of the effort to better treat this common complication in cancer patients receiving chemotherapy."

The researchers published their findings in the July 20, 2007 issue of the Journal of Clinical Oncology. The work was part of research being conducted by the Awareness of Neutropenia in Chemotherapy (ANC) Study Group, a multi-institution, university-based network of investigators whose work is unrestrictedly funded by Amgen, the maker of a commonly utilized white blood cell booster that goes by the names Neupogen and Neulasta. Kuderer also receives funding from the National Institutes of Health.

This study compiled the results of 17 trials involving more than 3,000 patients receiving chemotherapy of varying intensity to treat several different types of cancers. The researchers found that nearly 40 percent of the patients who did not receive the white blood cell booster early in treatment developed the fever and low white blood cell levels called febrile neutropenia, compared to only 22 percent of the patients who took the drug in conjunction with their chemotherapy, Kuderer said.

While white blood cell boosters were known to help patients receiving very intense doses of chemotherapy, this study showed that the drugs are also a benefit to cancer patients receiving more common chemotherapy doses, Kuderer said.

Les boosters de cellules sanguines étaient reconnus pour aider les patients avec de très fortes doses de chimio mais cette étude révèle que les ces médicaments sont aussi valables pour des doses plus communes.


Recently revised American Society of Clinical Oncology (ASCO) and National Comprehensive Cancer Center Network (NCCN) guidelines for the use of drugs such as Neulasta and Neupogen align with the conclusions reached by this study.

"The new guidelines recommend using these types of drugs when at-risk patients begin chemotherapy, rather than waiting for complications to develop," said Jeffrey Crawford, M.D., chief of the division of medical oncology at Duke and one of the study's investigators. "The new recommendations also suggest that we need better methods to identify patients who are at higher risk of developing febrile neutropenia, and future studies will be aimed at doing just that."

White blood cell boosters can have side effects, including bone pain, which need to be reviewed and discussed with each patient, Crawford said.


Dernière édition par Denis le Jeu 22 Fév 2018 - 7:20, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ▶️ Un "booster" de fulvestrant et autre médicament contre le cancer, de gluthation   

Revenir en haut Aller en bas
 
▶️ Un "booster" de fulvestrant et autre médicament contre le cancer, de gluthation
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» À bannir si possible: charcuterie, cigarettes et ▶️ alcool.
» Recherches sur des gènes AEG-1, gène "E", ▶️ gène C6.
» HIF-1, HIF-2, ▶️ HIF-2A
» ▶️ PKM2, STX-140
» ▶️ Fusion TRK, Chordomes, carcinosarcomes, rétinoblastomes, carcinome parathyroïdien,

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: