AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La diététique contre le cancer du sein

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: La diététique contre le cancer du sein   Mar 14 Juin 2005 - 14:41

Obésité et Cancer du Sein



Selon un rapport présenté au congrès de Sao Paulo sur l'obésité, celle ci après la ménopause augmenterait de 50% le risque du cancer du sein.

Le mécanisme serait la production d'oestrogènes par l'adipocyte ( cellule graisseuse ).
On a longtemps considéré l'adipocyte comme étant une simple cellule de stockage, on s'aperçoit maintenant qu'elle secrète de nombreuses substances dont des hormones.
L'hyperoestrogénie due aux adipocytes n'est plus après la ménopause sous contrôle par défaut du mécanisme de feed back ( retro contrôle ) qui existe pendant l'activité cyclique de l'ovaire.

Si le risque n'est pas augmenté avant la ménopause c'est que ce rétro contôle naturel existe à cette période de la vie féminine. Néanmoins on peut voir des anovulations réactionnelles et donc notamment un problème de fertilité chez les plus jeunes et un acroissement du risque de cancer pour les plus âgées pré-ménopausiques.

L'obésité diminue la SHBG ( Sex Hormon Binding Globulin ), ce qui amène une augmentation des taux circulants hormonaux libres en oestrogènes et en testostérone. ( binding peut se traduire par lié ). Ces hormones ne sont donc plus assez liées. L'impact hormonal est dépendant des taux libres.
On assiste en outre à une augmentation des taux d'insuline et de l'insulinorésistance pouvant conduire à un pré diabète ou un diabète de type 2.

Les organes cibles hormonaux sont stimulés et on soupçonne aussi qu'il pourrait y avoir un lien entre l'obésité et le cancer de la prostate.

On note encore une plus grande fréquence des cancers colo rectaux en cas d'excès pondéral. Le risque pourrait être doublé chez les gros obèses ( BMI > 30 ). Il y aurait aussi plus de cancers de l'oesophage et on soupçonne un risque pour les reins et la vésicule biliaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: La diététique contre le cancer du sein   Mer 18 Mai 2005 - 7:38

ONCOLOGIE Les bienfaits de la diététique contre les rechutes semblent démontrés par une étude américaine

Cancer du sein : un régime amaigrissant réduit le risque de récidive
Le 41e congrès de l'Asco (American Society of Clinical Oncology), qui s'est achevé hier (nos éditions d'hier) à Orlando en Floride, a rassemblé pendant six jours environ 27 000 personnes, médecins, représentants de laboratoires pharmaceutiques et associations de malades venus écouter plusieurs milliers de communications sur les derniers progrès de la lutte contre le cancer. Une étude particulièrement remarquée a mis en évidence un lien entre régime pauvre en graisse et risque de récidive du cancer du sein.

Orlando (Floride) : de notre envoyée spéciale Martine Perez
[18 mai 2005]

Les liens entre alimentation et cancer ne sont pas encore très clairs, même si de nombreuses études épidémiologiques ont été menées sur le sujet. Lors de la 41e réunion de l'Asco, le professeur Rowan Chlebowski (Institut de recherche biomédicale de Los Angeles) a présenté un vaste travail montrant pour la première fois qu'il était possible de réduire le risque de récidive du cancer du sein simplement par le biais d'un régime alimentaire pauvre en graisses.


Les résultats portent sur 2 437 femmes souffrant d'un cancer du sein diagnostiqué à un stade précoce, âgées de 48 à 79 ans, et qui, un an après l'ablation chirurgicale de leur tumeur, ont été incluses dans un essai clinique pour évaluer les effets d'une intervention diététique sur l'évolution de leur maladie. Toutes ces volontaires ont bénéficié bien sûr du traitement standard du cancer du sein et d'une prise en charge par les médicaments adjuvants. Cependant, après tirage au sort, la moitié d'entre elles a reçu une formation très solide sous forme de deux séances de conseils prodigués par des nutritionnistes expérimentés afin qu'elles parviennent à réduire de manière importante leur consommation de graisses alimentaires.


Les résultats sont spectaculaires s'agissant d'une intervention portant exclusivement sur l'alimentation pour une maladie aussi grave. D'une part, les femmes bénéficiant de ce «coaching» ont effectivement réussi à consommer un tiers de graisses en moins par rapport à celles du groupe témoin. Mais surtout, après 60 mois de surveillance, il apparaît que celles ayant une alimentation pauvre en graisses (moins de 20% de l'apport total de calories) souffrent d'un taux de récidive de 25% inférieur à celui observé pour les femmes n'ayant pas bénéficié de l'intervention diététique. «Des interventions sur le mode de vie aboutissant à une réduction de la consommation de graisses sont capables d'améliorer la durée de survie sans rechute chez des femmes ménopausées atteintes de cancer du sein», concluent les auteurs. Cette étude pourrait conduire à des nouvelles recommandations nutritionnelles pour les femmes souffrant de cancer du sein.


De la même manière, les modifications de l'alimentation peuvent-elles prévenir le risque de cancer du sein (et pas seulement empêcher les récidives), maladie qui frappe aujourd'hui une femme sur huit dans les pays industrialisés et atteint chaque année 40 000 d'entre elles en France ? «Plus d'une centaine d'études ont examiné le lien entre le risque de cancer du sein et le poids, a expliqué le docteur Anne Mc Tiernan (Centre de lutte contre le cancer Fred Hutchinson, Seattle) lors d'une session à l'Asco sur ce sujet. Toutes les études montrent que, après la ménopause, les femmes en surpoids ou obèses ont un risque accru de 30 à 50% de souffrir d'un cancer du sein par rapport aux plus minces. Certains soulignent qu'un gain de poids important entre 18 et 50 ans est un facteur de risque. D'autres études, il est vrai de moindre envergure, ont même suggéré que le fait de perdre du poids pouvait entraîner une réduction de ce risque.»


Par quel biais le fait de présenter un surpoids augmente-t-il le risque de cancer ? On sait de longue date que les femmes ménopausées ayant un excédent pondéral ont un taux d'oestrogènes dans le sang plus important que celles qui sont minces, notamment du fait d'une conversion au sein du tissu graisseux des androgènes en oestrogènes. «Il a été montré qu'un régime pauvre en graisses réduit la production d'oestrogènes endogènes et la densité des seins à la mammographie, qui sont des facteurs importants de risque de cancer du sein», poursuit le docteur Mc Tiernan.


Un lien apparaît entre alimentation riche en graisses, obésité et risque de cancer du sein. Toute la difficulté désormais porte sur la manière dont un tel message peut être intégré dans la pratique des médecins et le mode de vie des femmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La diététique contre le cancer du sein
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» nanoparticules magnétiques.
» Stimulation magnétique transcrânienne : un traitement de choc contre la dépression

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Prévention-
Sauter vers: