AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Nanostructure poreuse de silicone.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nanostructure poreuse de silicone.   Jeu 7 Mai 2015 - 12:14

The effectiveness of cancer vaccines could be dramatically boosted by first loading the cancer antigens into silicon microparticles, report scientists from Houston Methodist and two other institutions in an upcoming Cell Reports (early online).

Model studies showed that microparticles loaded with an antigen, HER2, not only protected the antigen from premature destruction, but also stimulated the immune system to recognize and relentlessly attack cancer cells overexpressing the HER2 antigen.

"We could completely inhibit tumor growth after just one dose of the cancer vaccine in the animal model," said principal investigator Haifa Shen, M.D., Ph.D. "This is the most amazing result we have ever seen in a tumor treatment study."

The success of the treatment, Shen and his team learned, appears to be the porous silicon microparticles (PSMs) themselves. In vivo and in vitro studies confirmed the microparticles stimulated a strong, sustained innate immune response at local sites of tumor activity and growth -- with or without any antigen loaded.

"We have shown for the first time that a microparticle can serve as a carrier for sustained release and processing of tumor antigens," Shen said. "But just as importantly, we learned the microparticles themselves appear to be enough to stimulate a type I interferon response, and were even transferred from one antigen-presenting cell to another to maintain a long-lasting antigen-releasing effect."

Cancer vaccines are designed to turn a patient's own immune system more strongly against cancer cells, and have been an area of recent and intense interest among oncologists. Since 2010, the FDA has approved vaccines and other immunotherapy drugs for melanoma, prostate cancer, and lung cancer. There are currently dozens of active clinical trials evaluating vaccines for cancer therapy.

Approximately 235,000 new diagnoses of breast cancer were made last year, and over 40,000 patients died from the disease. As yet, there are no FDA-approved vaccines for breast cancer. Such a vaccine might target HER2, a cell surface hormone receptor that is overexpressed in the tumor cells of 15 to 30 percent of breast cancer patients. (Such cells are called HER2+ or HER2 positive.) In this case, HER2 is both a naturally occurring hormone receptor and an antigen target for therapy.

A vaccine against HER2 would train the immune system's more destructive agents to recognize the cancer cells overproducing HER2 and destroy them, leaving healthy cells more or less alone. But so far, vaccines against HER2 have seen only moderate success.

"Vaccines targeting the HER2 oncoprotein have been tried," Shen said. "But these vaccines have mostly not been very potent because of inefficient vaccine delivery, a poor immune response at the site of the tumor, and other factors. We have shown that the PSM-mediated vaccine is not only potent enough to trigger tumor cell killing, but also modifies the tumor microenvironment in a way that favors tumor treatment."

An important aspect of PSM function is stimulating the body's own immune system to fight cancer, Shen said.

"PSMs persistently challenge the antigen-presenting cells to activate the T cells," he said. "And the PSMs modify the tumor microenvironment so that the cytotoxic T cells maintain their activity."

Shen said the use of PSMs could work for any variety of cancer antigens and cancers, and that the PSMs could be loaded with multiple antigens for a single vaccine target, or multiple antigens for several targets, possibly enhancing the approach's effectiveness further.

"Besides developing a highly potent breast cancer vaccine, we have also demonstrated that PSMs are versatile," Shen said. "This is a technology platform that can be applied by other scientists to develop vaccines for other types of cancers, ultimately helping, we hope, more types of cancer patients."

Before human clinical trials can begin, Shen said the researchers must evaluate the toxicity of antigen-loaded PSMs.

---

L'efficacité des vaccins contre le cancer pourrait être considérablement stimulée par les antigènes de cancer chargés avec des microparticules de silicium, rapportent des scientifiques.

Des études ont montré que des modèles de microparticules chargés avec un antigène, HER2, protègent non seulement la destruction prématurée de l'antigène, mais également stimulent le système immunitaire pour reconnaître et relâcher une attaque sur les cellules cancéreuses surexprimant l'antigène HER2.

"Nous pourrions complètement inhiber la croissance tumorale après une seule dose du vaccin contre le cancer dans le modèle animal», a déclaré le chercheur principal Haïfa Shen, MD, Ph.D. "Ceci est le résultat le plus étonnant que nous ayons jamais vu dans une étude sur le traitement d'une tumeur."

Le succès du traitement semble être les microparticules de silicium poreux (PSM) elles-mêmes. Des études in vitro et In vivo ont confirmé que les microparticules stimulent une forte réponse soutenue immunitaire innée sur les sites locaux d'activité et sur la croissance tumorale - avec ou sans tout antigène chargé.

"Nous avons montré pour la première fois qu'un microparticules peut servir de support pour la libération soutenue et le traitement des antigènes tumoraux," a dit Shen. "Mais tout aussi important, nous avons appris les microparticules elles-mêmes semblent être assez fortes pour stimuler une réponse de type interféron1, et sont même transférées d'une cellule présentatrice d'antigène à l'autre pour maintenir un effet de longue durée de libération d'antigène."

Les vaccins anticancéreux sont conçus pour faire travailler le système immunitaire d'un patient plus fortement contre les cellules cancéreuses, et ont été une zone d'intérêt récent et intense pour les oncologues. Depuis 2010, la FDA a approuvé les vaccins et d'autres médicaments d'immunothérapie pour le mélanome , le cancer de la et le cancer du . Il y a actuellement des dizaines d'essais cliniques évaluant des vaccins actifs pour le traitement du cancer.

Environ 235 000 nouveaux diagnostics de cancer du sein ont été faites l'an dernier, et plus de 40 000 patients sont décédés de la maladie. Pour l'instant, il n'y a pas de vaccins approuvés par la FDA pour le cancer du sein. Un tel vaccin pourrait cibler HER2, un récepteur d'hormone de surface cellulaire qui est surexprimé dans les cellules tumorales de 15 à 30 pour cent des patients atteints de cancer du sein. (De telles cellules sont appelées HER2 + positif ou HER2). Dans ce cas, HER2 est à la fois un récepteur de l'hormone naturelle et un antigène cible pour la thérapie.

Un vaccin contre HER2 pourrait former les agents les plus destructeurs du système immunitaire à reconnaître les cellules cancéreuses surexprimant HER2 et de les détruire, laissant les cellules saines, plus ou moins tranquilles. Mais jusqu'ici, les vaccins contre HER2 ont eu qu'un succès modéré.

«Des vaccins ciblant la protéine HER2 ont été essayés", a déclaré Shen. "Cependant, ces vaccins n'ont pas été pour la plupart très efficace en raison de la livraison inefficace de vaccin, une faible réponse immunitaire au niveau du site de la tumeur et d'autres facteurs. Nous avons montré que le vaccin PSM-médiée est non seulement assez puissant pour déclencher la destruction des cellules tumorales , mais qu'il modifie également le micro-environnement de la tumeur d'une manière qui favorise le traitement des tumeurs. "

Un aspect important de la fonction PSM est de stimuler le système immunitaire de l'organisme pour lutter contre le cancer, a dit Shen.

"les PSMs défient continuellement les cellules présentatrices d'antigène pour activer les cellules T," a t-il dit. «Et les PSMs modifient le microenvironnement de la tumeur de sorte que les cellules T cytotoxiques maintiennent leur activité."

Shen a dit que l'utilisation du PSM pourrait fonctionner pour toute une variété d'antigènes et de cancers, et que les PSM pourraient être chargés avec de multiples antigènes pour une cible de vaccin unique, ou plusieurs antigènes pour plusieurs cibles, voire en renforçant l'efficacité de l'approche encore plus.

"Outre le développement d'un vaccin contre le cancer du sein très puissant, nous avons également démontré que les MSP sont polyvalents", a déclaré Shen. "Ceci est une plate-forme qui peut être appliqué par d'autres scientifiques pour développer des vaccins pour les autres types de cancers, et en fin de compte aider, nous l'espérons, plus de types de patients atteints de cancer avec la technologie."

Avant que les essais cliniques humains puissent commencer, Shen a déclaré que les chercheurs doivent évaluer la toxicité des MPS chargés d'antigènes.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nanostructure poreuse de silicone.   Mar 9 Déc 2014 - 10:24

One of the reasons cancer is so deadly is that it can evade attack from the body's immune system, which allows tumors to flourish and spread. Scientists can try to induce the immune system, known as immunotherapy, to go into attack mode to fight cancer and to build long lasting immune resistance to cancer cells. Now, researchers at the Wyss Institute for Biologically Inspired Engineering at Harvard University and Harvard's School of Engineering and Applied Sciences (SEAS) show a non-surgical injection of programmable biomaterial that spontaneously assembles in vivo into a 3D structure could fight and even help prevent cancer and also infectious disease such as HIV. Their findings are reported in Nature Biotechnology.

"We can create 3D structures using minimally-invasive delivery to enrich and activate a host's immune cells to target and attack harmful cells in vivo," said the study's senior author David Mooney, Ph.D., who is a Wyss Institute Core Faculty member and the Robert P. Pinkas Professor of Bioengineering at Harvard SEAS.

Tiny biodegradable rod-like structures made from silica, known as mesoporous silica rods (MSRs), can be loaded with biological and chemical drug components and then delivered by needle just underneath the skin. The rods spontaneously assemble at the vaccination site to form a three-dimensional scaffold, like pouring a box of matchsticks into a pile on a table. The porous spaces in the stack of MSRs are large enough to recruit and fill up with dendritic cells, which are "surveillance" cells that monitor the body and trigger an immune response when a harmful presence is detected.

"Nano-sized mesoporous silica particles have already been established as useful for manipulating individual cells from the inside, but this is the first time that larger particles, in the micron-sized range, are used to create a 3D in vivo scaffold that can recruit and attract tens of millions of immune cells," said co-lead author Jaeyun Kim, Ph.D., an Assistant Professor of Chemical Engineering at Sungkyunkwan University and a former Wyss Institute Postdoctoral Fellow.

Synthesized in the lab, the MSRs are built with small holes, known as nanopores, inside. The nanopores can be filled with specific cytokines, oligonucleotides, large protein antigens, or any variety of drugs of interest to allow a vast number of possible combinations to treat a range of infections.

"Although right now we are focusing on developing a cancer vaccine, in the future we could be able to manipulate which type of dendritic cells or other types of immune cells are recruited to the 3D scaffold by using different kinds of cytokines released from the MSRs," said co-lead author Aileen Li, a graduate student pursuing her Ph.D. in bioengineering at Harvard SEAS. "By tuning the surface properties and pore size of the MSRs, and therefore controlling the introduction and release of various proteins and drugs, we can manipulate the immune system to treat multiple diseases."

Once the 3D scaffold has recruited dendritic cells from the body, the drugs contained in the MSRs are released, which trips their "surveillance" trigger and initiates an immune response. The activated dendritic cells leave the scaffold and travel to the lymph nodes, where they raise alarm and direct the body's immune system to attack specific cells, such as cancerous cells. At the site of the injection, the MSRs biodegrade and dissolve naturally within a few months.

So far, the researchers have only tested the 3D vaccine in mice, but have found that it is highly effective. An experiment showed that the injectable 3D scaffold recruited and attracted millions of dendritic cells in a host mouse, before dispersing the cells to the lymph nodes and triggering a powerful immune response.

The vaccines are easily and rapidly manufactured so that they could potentially be widely available very quickly in the face of an emerging infectious disease. "We anticipate 3D vaccines could be broadly useful for many settings, and their injectable nature would also make them easy to administer both inside and outside a clinic," said Mooney.

Since the vaccine works by triggering an immune response, the method could even be used preventatively by building the body's immune resistance prior to infection.

"Injectable immunotherapies that use programmable biomaterials as a powerful vehicle to deliver targeted treatment and preventative care could help fight a whole range of deadly infections, including common worldwide killers like HIV and Ebola, as well as cancer," said Wyss Institute Founding Director Donald Ingber, M.D., Ph.D. who is also Judah Folkman Professor of Vascular Biology at Harvard Medical School and Boston Children's Hospital, and Professor of Bioengineering at Harvard SEAS. "These injectable 3D vaccines offer a minimally invasive and scalable way to deliver therapies that work by mimicking the body's own powerful immune-response in diseases that have previously been able to skirt immune detection."


---

Une des raisons pouquoi le cancer est si mortel est qu'il peut échapper à l'attaque du système immunitaire de l'organisme, ce qui permet aux tumeurs de se développer et de se propager. Les scientifiques pourraient essayer de provoquer le système immunitaire afin qu'il passe en mode d'attaque pour lutter contre le cancer et pour construire une résistance immunitaire durable contre les cellules cancéreuses.

Maintenant, les chercheurs ont fait une injection non-chirurgicale de biomatériau programmable qui s'assemblent spontanément in vivo en une structure 3D pourrait battre et même aider à prévenir le cancer et également les maladies infectieuses telles que le VIH. Leurs résultats sont publiés dans Nature Biotechnology.

"Nous pouvons créer des structures 3D en utilisant une livraison peu invasive pour enrichir et à activer les cellules immunitaires d'un hôte pour cibler les cellules nocives et les attaquer in vivo», a déclaré l'auteur principal de l'étude.

Les structures en forme de tige biodégradables fabriqués à partir de minuscules silice, connue sous le nom tiges de silice mésoporeux (MSR), peuvent être chargés avec des composants biologiques et chimiques puis délivrés par aiguille juste sous la peau. Les tiges se assemblent spontanément sur le site de vaccination pour former un échafaudage tridimensionnel, c'est comme verser une boîte d'allumettes dans une pile sur une table. Les espaces poreux dans la pile de MSR sont assez grands pour pouvoir recruter et se remplir avec des cellules dendritiques, qui sont des cellules "de surveillance" qui surveillent le corps et déclenchent une réponse immunitaire quand une présence est détectée nuisibles.

"Les particules de silice mésoporeuses nanométriques ont déjà été établis comme étant utiles pour la manipulation des cellules individuelles de l'intérieur, mais ce est la première fois que des particules plus grandes, dans la plage micronique, sont utilisés pour créer un échafaudage 3D in vivo qui peuvent recruter et d'attirer des dizaines de millions de cellules immunitaires ", a déclaré le co-auteur principal Jaeyun Kim.

Synthétisé en laboratoire, les MSR sont construits avec des petits trous, appelés nanopores, à l'intérieur. Les nanopores peuvent être remplis avec des cytokines, des oligonucléotides spécifiques, de grands antigènes protéiques, ou ne importe quelle variété de médicaments d'intérêt pour permettre à un grand nombre de combinaisons possibles pour traiter une gamme d'infections.

"Bien que ce moment nous nous concentrons sur le développement d'un vaccin contre le cancer, à l'avenir, nous pourrions être en mesure de manipuler le type de cellules dendritiques ou d'autres types de cellules immunitaires pour être recrutées dans la structure 3D en utilisant différents types de cytokines libérées par les réacteurs à sels fondus, »a déclaré le co-auteur principal Aileen Li, un étudiant diplômé poursuivant son doctorat en bio-ingénierie à Harvard SEAS. "En réglant les propriétés de surface et la taille des pores des MSR, et donc contrôler l'introduction et la libération de différentes protéines et de médicaments, nous pouvons manipuler le système immunitaire pour traiter plusieurs maladies."

Une fois que la structure 3D a recruté des cellules dendritiques du corps, les médicaments contenus dans les réacteurs à sels fondus sont libérés, ce qui déclenche leur "surveillance" une réponse immunitaire. Les cellules dendritiques activées quittent la structure et voyage vers les ganglions lymphatiques où ils soulèvent alarme et dirigent le système immunitaire du corps pour attaquer les cellules spécifiques, telles que les cellules cancéreuses. Sur le site de l'injection, les MSR biodégradables et se dissolvent naturellement dans quelques mois.

Jusqu'à présent, les chercheurs ont seulement testé le vaccin 3D chez des souris, mais ont découvert qu'il est très efficace. Une expérience a montré que la structure 3D injectable recrute et attire des millions de cellules dendritiques dans une souris hôte, avant la dispersion des cellules vers ganglions lymphatiques et de déclenche une réponse immunitaire puissante.

Les vaccins sont facilement et rapidement fabriqués de sorte qu'ils pourraient être largement disponibles très rapidement face à une maladie infectieuse émergente. "Nous prévoyons que les vaccins 3D pourraient être largement utile pour de nombreux paramètres, et leur nature injectable les rendraient faciles à administrer à la fois à l'intérieur et à l'extérieur d'une clinique", a déclaré Mooney.

Parce que les vaccins déclenchent une réponse immunitaire, le procédé peut même être utilisé à titre préventif en construisant une résistance immunitaire du corps avant l'infection.

"Les immunothérapies injectables qui utilisent des biomatériaux programmables sont un puissant véhicule pour fournir un traitement ciblé et comme soins préventifs, ils pourraient aider à lutter contre toute une gamme d'infections mortelles, y compris à travers le monde des tueurs communs comme le VIH et le virus Ebola, ainsi que le cancer», a déclaré Wyss Institute Directeur fondateur Donald Ingber. «Ces vaccins injectables 3D offrent une façon minimalement invasive et évolutive pour offrir des thérapies qui fonctionnent en imitant la propre réponse puissante du système immunitaire de l'organisme dans les maladies qui ont déjà été en mesure de contourner la détection immunitaire."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nanostructure poreuse de silicone.   Ven 19 Oct 2012 - 10:12

(Oct. 18, 2012) — Excitement around the potential for targeted nanoparticles (NPs) that can be controlled by stimulus outside of the body for cancer therapy has been growing over the past few years. More specifically, there has been considerable attention around near-infrared (NIR) light as an ideal method to stimulate nanoparticles from outside the body. NIR is minimally absorbed by skin and tissue, has the ability to penetrate deep tissue in a noninvasive way and the energy from NIR light can be converted to heat by gold nanomaterials for effective thermal ablation of diseased tissue.

L'excitement va grandissant autour d'une technique de nanoparticules ciblées qui peuvent être contrôlées depuis l'extérieur du corps pour contrer le cancer.

In new research from Brigham and Women's Hospital (BWH), researchers describe the design and effectiveness of a first-of-its-kind, self assembled, multi-functional, NIR responsive gold nanorods that can deliver a chemotherapy drug specifically targeted to cancer cells and selectively release the drug in response to an external beam of light while creating heat for synergistic thermo-chemo mediated anti-tumor efficacy. The study is electronically published in Angewandte Chemie International Edition.

Dans une nouvelle recherche, les chercheurs décrivent le design et l'efficacité de nano-barres d'or qui répondent aux infrarouge proche (NIR) qui s'assemblent d'elles-même dans le corps et qu sont multi-fonctionnelles. Ces nano-barres peuvent livrer un médicament aux cellules cancéreuses et relâcher les médicaments sélectivement aux cellules cancéreuses en réponse à un rayon de lumière créant une chaleur pour faire une synergie avec le médicament pour être plus efficace pour tuer les tumeurs.

"The design of this gold nanorod and its self-assembly was inspired by nature and the ability of complimentary strands of DNA to hybridize on their own without imposing complicated chemical processes on them," explained Omid Farokhzad, MD, an anesthesiologist, director of the Laboratory of Nanomedicine and Biomaterials at BWH, and senior author of this study. "Each functionalized DNA strand individually, and the self assembled components as a system, play a distinct yet integrative role resulting in synergistic targeted and triggered thermo-chemotherapy capable of eradicating tumors in our pre-clinical models."

"le design de ces nanos barres et leur auto-assemblement a été inspiré par la nature et la capacité des bouts d'Adn complémentaires d'auto-hybridation sans processus chimique compliqué."

One DNA strand is attached to the gold nanorod and the complementary strand is attached to a stealth layer and a homing molecule that keeps the system under the radar of the immune system while targeting it directly to cancer cells. When the DNA strands come together, the targeted gold nanorod is formed and the double stranded DNA serves as the scaffold for binding the chemotherapy drug, doxorubicin, which can be released in response to NIR light that concurrently results in generation of heat by the gold nanorods.

"This new platform is composed of three distinct functional components and each plays a role in contributing to the triple punch of triggered thermotherapy, controlled doxorubicin release, and cancer cell targeting," explained Zeyu Xiao, PhD, a postdoctoral fellow at BWH and lead author of this study.

To demonstrate the robust capability of this nanorod system, Farokhzad and colleagues used a pre-clinical model to evaluate the in vivo anti-tumor efficacy in two different tumor models and four different groups with different drug regiments, each group varying in weight and tumor size. Researchers administrated an injection of the novel, self-assembled nanoparticle and then 10 minutes post-injection, the tumors were irradiated using NIR light that activated the nanoparticle using the gold nanorod and created heat. The results showed that this platform successfully delivered heat and anti-cancer drugs and synergistically eradicated tumors.

Les résultats montrent que cette plateforme livrent avec succès les médicaments et la chaleur pour éradiquer les tumeurs synergétiquement.

"Thermal ablation is already commonly used in cancer treatment," said Dr. Farokhzad. "What is extremely exciting about this platform is that we are able to selectively target cancer cells and then hit the tumor twice: first with a controlled release of a chemotherapy drug and then secondly with triggered induction of heat from the activation of the gold nanorod. And all this can be done noninvasively."

L'ablation thermale est déjà utilisée communément dans les traitements contre le cancer, mais ce qui est extrêmement excitant au sujet de cette plateforme c'est que nous sommes capables de cibler sélectivement les cellules cancéreuses et les frapper deux fois : Une fois avec le médicament relâché sous contrôle et la seconde fois avec une induction de chaleur amenée par la nano-barre d'or. Et cela peut-être fait de façon non-invasive.

Researchers acknowledge that more research is necessary in other pre-clinical models before testing the safety and efficacy of this platform in human clinical trials.

Les chercheurs reconnaissent que plus de recherche est nécessaire sur d'autres modèles pré-cliniques avant de tester l'efficacité et la sécurité de la plateforme sur des sujets humains.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Nanostructure poreuse de silicone.   Ven 3 Aoû 2007 - 9:17

Médecine-Pharmacie
Développement d'un nouveau traitement contre le cancer

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/43918.htm

Une équipe de recherche dirigée par le Pr. LEE Chong-Mu de l'Université d'Inha (Incheon, ouest de Séoul) a développé un nouveau matériau qui devrait permettre la mise en oeuvre d'une nouvelle méthode de traitement du cancer. Il s'agit d'une nanostructure poreuse de silicone qui, chauffée par rayonnement infrarouge, provoque l'explosion de cellules cancéreuses à l'intérieur du corps.

Les recherches récentes visant au développement de nouvelles thérapies photodynamiques se sont concentrées sur l'utilisation de nanotubes de carbone combinés à la lumière infrarouge pour générer suffisamment de chaleur pour détruire les cellules cancéreuses. L'équipe de recherche de l'Université d'Inha a remplacé les nanotubes de carbone par un nanomatériau poreux composé de silicone. Ce matériau produirait autant de chaleur que les nanotubes de carbone avec un rejet moindre d'espèces oxygénées réactives (Reactive Oxygen Species), à l'origine d'un certain nombre d'effets secondaires issus des techniques traditionnelles de thérapies photodynamiques (nausées, impression de goût métallique etc...).

Le Pr. LEE espère que son travail pourra rapidement être utilisé dans le développement de traitements contre le cancer mais admet qu'il reste encore beaucoup à faire avant d'y parvenir.

L'article a fait la première page de l'édition du 4 mai du "Journal of Materials Chemistry" de la Royal Academy britannique.


Dernière édition par Denis le Mar 9 Déc 2014 - 10:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nanostructure poreuse de silicone.   Aujourd'hui à 22:13

Revenir en haut Aller en bas
 
Nanostructure poreuse de silicone.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nanostructure poreuse de silicone.
» Les moules en silicone, dangereux ou non?
» silicone pour les moules
» Du silicone et du pétrole dans les frites du McDo
» Nouvelle canule nasale en silicone non toxique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: