AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Chirurgie oncologique procédé amélioré

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chirurgie oncologique procédé amélioré   Lun 16 Nov 2015 - 16:27

Researchers at the University of Arizona have invented a device that for the first time allows neurosurgeons, who use microscopes extensively while operating, to see blood flowing inside vessels and more clearly distinguish cancerous from healthy tissue under the microscope.

Called augmented microscopy, the technology gives surgeons a much more detailed picture in real time and helps them stay on course in surgeries where being off two millimeters could cause paralysis, blindness and even death. And surgeons get this better view without having to learn new technical skills or adapt to changes in the operating room.

"When we started developing this technology, we thought of it like a Google map of a surgical view, providing layers of pertinent information in real time," said Marek Romanowski, UA associate professor of biomedical engineering. "Our augmented technology provides diagnostic information under the microscope on demand and in color, appearing directly over tissue a surgeon is operating on -- as if the tissue was painted to help direct the surgeon's work."

A Better View

The new technology overlays an actual, or bright field, image a surgeon sees under a microscope with an electronically processed image using near-infrared fluorescence. NIR fluorescence is a computer-generated imaging technology in which contrast agents are injected in patients to illuminate vital diagnostic information and help surgeons avoid cutting the wrong vessel or removing healthy tissue.

Most neurosurgeons must look up from a surgical microscope, or stereomicroscope, to view fluorescence on a display monitor. If they have a microscope adapted to project fluorescence, it switches back and forth between the real and electronic views, the surgeons' field of vision momentarily fading to black in between.

Further, the fluorescence shows only contrast in black and white, not anatomical structures or their spatial relationships. So surgeons must visualize how fluorescence lines up with the anatomical structures they see under the microscope.

Doctoral student Jeffrey Watson, left, and associate professor Marek Romanowski assemble parts for the prototype microscopy device. Doctoral student Jeffrey Watson, left, and associate professor Marek Romanowski assemble parts for the prototype microscopy device.

The new add-on technology developed at the UA removes such interruptions or guesswork by showing surgeons real and fluorescence images simultaneously and in one location.

Romanowski describes the invention with lead author Jeffrey Watson, a biomedical engineering doctoral student in the UA Graduate Interdisciplinary Program in Biomedical Engineering; G. Michael Lemole Jr., MD, chief of the division of neurosurgery in the department of surgery at the UA College of Medicine-Tucson; and UA neurosurgery resident Nikolay Martirosyan, MD, in "Augmented microscopy: Real-time overlay of bright-field and near-infrared fluorescence images," published in the Oct. 2015 edition of the SPIE Journal of Biomedical Optics.

"Surgeons need more information than can be provided by stereomicroscopes alone," said Jennifer Barton, a UA professor of biomedical engineering and interim director of the UA BIO5 Institute, who specializes in cancer imaging. "Dr. Romanowski's augmented microscopy technology provides critical functional information that can improve surgical accuracy and efficiency."

The new device, a small box fitted inside a surgical microscope, combines electronic circuitry and optical technologies to superimpose the fluorescence image on the real one and send the augmented view up through the microscope's right eyepiece to the surgeon.

Lemole, a former flight surgeon in the Air Force Reserve, likens the technology to the head-up display in an airplane cockpit.

"If you can place your critical gauges directly in the pilot's line of sight, they don't need to look in a different direction while performing critical maneuvers. It won't change the way they fly the plane, but it gives them more information, without distraction."

Promise for Brain Cancer and Aneurysm Patients

Perhaps the most valuable application for augmented microscopy is treating brain cancer, said Romanowski, who holds appointments with the University of Arizona Cancer Center and BIO5 Institute.

More than 20,000 new cases of primary brain cancer are diagnosed in the United States each year, and each year nearly 16,000 patients die from the disease, Romanowski said. Of the half-million patients who die of any other cancer, up to a third has some form of cancer spreading to the brain.

"Brain cancer is especially difficult to remove," he said. "Current surgical microscopes limit how much of the cancer tissue surgeons can see and how precisely they can determine its boundaries."

Lemole, a skull base neurosurgeon, routinely operates on brain cancer patients, manipulating vessels the width of a pin to remove malignant tumors. He walks a fine line to remove all of the cancer without removing healthy tissue.

"Aggressive resection is associated with the risk of removing normal brain tissue and impairing functions of the patient," he and his co-authors write in the Journal of Biomedical Optics. "On the other hand, incomplete resection of tumor results in its immediate relapse in 90 percent of patients. Intraoperative NIR imaging may aid in resection of these challenging tumors."

Augmented microscopy also holds promise for aneurysm, a bulging of an artery caused by weakened arterial walls. Neurosurgeons treat aneurysm by sealing it off from connecting vessels to prevent a rupture. Nearly half the patients with ruptured aneurysms die, Lemole said, and at least half the survivors have major mobility and other problems.

Augmented technology could improve aneurysm patients' prognosis, by giving surgeons real-time feedback on every delicate and potentially deadly surgical maneuver they make.

"When I pick up and clip a vessel, I like to see the implications of what happens in that very moment," he said.

---

Des chercheurs de l'Université de l'Arizona ont inventé un dispositif qui pour la première fois permet neurochirurgiens qui utilisent des microscopes intensifs pendant le fonctionnement, pour voir du sang circulant à l'intérieur des vaisseaux et une distinction plus claire des tissus sains ou cancéreux sous le microscope.

Appelé microscopie augmentée, la technologie donne aux chirurgiens une image beaucoup plus détaillée en temps réel et les aide à rester sur la bonne voie dans des endroits où être hors de cete voie de deux millimètres pourrait provoquer une paralysie, la cécité et même la mort. Et les chirurgiens obtiennent cette meilleure vue sans avoir à acquérir de nouvelles compétences techniques ou adapter aux changements dans la salle d'opération.

"Quand nous avons commencé le développement de cette technologie, nous avons pensé à elle comme une carte Google de vue chirurgical, prévoyant des couches d'informations pertinentes en temps réel", a déclaré Marek Romanowski, UC professeur agrégé de génie biomédical. «Notre technologie augmentée fournit des informations de diagnostic sous le microscope sur la demande et en couleur, apparaissant directement sur le tissu sur lequel un chirurgien fonctionne - comme si le tissu a été peint pour aider à diriger le travail du chirurgien."

Une meilleure vue

La nouvelle technologie recouvre un champ réelle ou lumineux, l'image d'un chirurgien voit sous un microscope avec une image traitée électroniquement en utilisant la fluorescence dans le proche infrarouge. la fluorescence proche de l'infrarouge est une technologie d'imagerie générée par ordinateur dans lequel des agents de contraste sont injectés chez les patients pour éclairer des informations de diagnostic vital et aider les chirurgiens à éviter de couper le mauvais vaisseau ou enlever des tissus sains.

La plupart des neurochirurgiens doivent regarder à partir d'un microscope chirurgical, ou stéréoscopique, pour voir la fluorescence sur un écran d'affichage. Si ils ont un microscope à fluorescence adapté, il bascule d'avant en arrière entre les vues réelles et électroniques, le champ de vision des chirurgiens se décolore momentanément au noir entre les deux.

En outre, la fluorescence montre que le contraste en noir et blanc, non les structures atomiques ou de leurs relations spatiales. Les chirurgiens doivent donc visualiser comment la fluorescence s'aligne avec les structures anatomiques qu'ils voient sous le microscope.

Romanowski décrit l'invention avec l'auteur principal Jeffrey Watson, un étudiant au doctorat en génie biomédical dans le Programme interdisciplinaire; G. Michael Lemole Jr., MD, : la superposition en temps réel du champ lumineux et des images de fluorescence dans le proche infrarouge», publié dans l'édition d'octobre 2015 de la SPIE Journal of Biomedical Optics.

"Les chirurgiens ont besoin de plus d'informations que peut être fourni par la stéréomicroscopie seule", a déclaré Jennifer Barton, un professeur UC de génie biomédical et directeur par intérim de l'Institut BIO5 UA, qui se spécialise dans l'imagerie du cancer. «La technologie de microscopie augmentée du Dr Romanowski fournit des informations fonctionnelles critique qui peut améliorer la précision et l'efficacité chirurgicale."

Le nouveau dispositif, une petite boîte montée à l'intérieur d'un microscope chirurgical, combine un circuit électronique et de technologies optiques pour superposer l'image de fluorescence sur le réel et envoie la vue augmentée à travers l'oculaire droit du microscope pour le chirurgien.

Lemole, un ancien chirurgien de vol dans l'Air Force Reserve, compare la technologie à l'affichage tête haute dans un cockpit d'avion.

"Si vous pouvez placer vos jauges critiques directement dans la ligne de mire du pilote, ils ne doivent pas regarder dans une autre direction tout en effectuant des manœuvres critiques. Il ne pourra pas changer la façon dont ils conduisent l'avion, mais il leur donnera plus d'informations, sans distraction. "

Promesse pour le cancer du cerveau.

Peut-être l'application la plus précieuse pour la microscopie augmentée est le traitement du cancer du cerveau, a déclaré Romanowski.

Plus de 20.000 nouveaux cas de cancer du cerveau primaire sont diagnostiqués aux États-Unis chaque année, et chaque année, près de 16 000 patients meurent de la maladie, selon Romanowski. Du demi-million de patients qui meurent de tout autre cancer, jusqu'à un tiers a une certaine forme de cancer qui se répand dans le cerveau.

"Le cancer du cerveau est particulièrement difficile à enlever," at-il dit. "Les microscopes opératoires actuels limitent de beaucoup ce que les chirurgiens de tissus cancéreux peuvent voir et comment ils peuvent déterminer précisément les limites."

Lemole, neurochirurgien de la base du crâne, opère régulièrement sur des patients atteints de cancer du cerveau, la manipulation des vaisseaux de la largeur d'une broche pour enlever des tumeurs malignes. Il marche une ligne fine pour enlever tout le cancer sans enlever les tissus sains.

"La Résection agressive est associée au risque d'enlever le tissu cérébral normal et de voir les fonctions du patient altérer," lui et ses co-auteurs écrire dans le Journal of Biomedical Optics. "D'autre part, la résection incomplète des résultats de la tumeur entraine sa rechute immédiate dans 90 pour cent des patients. L'imagerie NIR peropératoire peut aider à la résection de ces tumeurs difficiles."

La microscopie augmentée détient également la promesse pour l'anévrisme.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chirurgie oncologique procédé amélioré   Sam 7 Mar 2015 - 13:44

Même chose que l'article précédent mais dit différemment :

Une méthode de détection du cancer mise au point par des chercheurs de l'Institut et hôpital neurologiques de Montréal, le Neuro, pourrait permettre aux personnes atteintes du cancer du cerveau de vivre plus longtemps.

Le Dr Kevin Petrecca et ses collègues ont conçu une sonde peropératoire puissante pour détecter des cellules cancéreuses. Grâce à la sonde portative de spectroscopie Raman, les chirurgiens peuvent maintenant détecter avec précision presque toutes les cellules cancéreuses invasives en temps réel durant l'opération.

Selon le Dr Petrecca, la sonde est supérieure à la technologie existante et pourrait établir une nouvelle norme pour la réussite des opérations du cancer du cerveau.

« Il est souvent impossible de distinguer visuellement les cellules cancéreuses des cellules normales dans le cerveau, d'où la persistance fréquente de cellules cancéreuses invasives après l'opération ainsi que la récurrence du cancer et un pronostic moins bon. »
— Dr Kevin Petrecca
La précision de la sonde Raman dans la détection de cellules cancéreuses ayant envahi les tissus normaux est supérieure à 92 %.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chirurgie oncologique procédé amélioré   Sam 14 Fév 2015 - 15:55

Des chercheurs de l'Université McGill et de l'École polytechnique ont mis au point un lecteur optique qui permet de détecter des quantités infimes de cellules cancéreuses dans le cerveau. Leur découverte pourrait être utilisée en chirurgie oncologique afin d'éviter le risque de rechute pour les patients qui souffrent de ce type de cancer, dont le pronostic est particulièrement sombre.

«Il y a très souvent des cellules cancéreuses à l'extérieur des tumeurs dans le cerveau », explique le Dr Kevin Petrecca, chirurgien à McGill et l'un des coauteurs de l'étude publiée aujourd'hui dans la revue Science Translational Medicine. « Le chirurgien ne peut pas les voir quand il enlève une tumeur. Jusqu'à maintenant, il n'y avait pas de manière de détecter ces équivalents des métastases. C'est ce qui explique le taux de survie particulièrement bas de ces cancers.»

Plus des deux tiers des cas sont de « grade 4 », le plus sévère. Moins de 15 % des patients qui ont un cancer du cerveau de grade 4 survivent plus de cinq ans. À titre de comparaison, moins de 5 % des cas de cancer du sein sont au stade le plus grave, et le taux de survie sur cinq ans est alors de 22 %.

Les chercheurs ont basé leur étude sur une vingtaine de patients et ont des résultats préliminaires qui les confirment sur une vingtaine d'autres. Ils parvenaient à détecter des cellules cancéreuses à un seuil relativement bas, quand elles représentaient entre 12 % et 18 % du nombre total de cellules. Et le taux de faux positifs, à moins de 10 %, est acceptable pour une utilisation chirurgicale.

Selon Frédéric Leblond, ingénieur physique à Polytechnique, le seuil de détection est déjà meilleur, parce que l'analyse des données a été raffinée depuis les premiers cas exposés dans l'étude. «Ça fait seulement deux ans qu'on travaille sur ce projet», précise M. Leblond.

Le Dr Petrecca et M. Leblond ont bon espoir de commencer bientôt une étude clinique qui mènera à une approbation rapide. «Le coût est très bas, et c'est une méthode qui n'ajoute pratiquement pas au caractère invasif d'une chirurgie», explique le Dr Petrecca.

La méthode utilise un phénomène optique, l'effet Raman, qui a été prédit et découvert dans les années 20 par des physiciens autrichien et indien, respectivement. «Jusqu'à maintenant, la technologie ne permettait pas d'analyser les données assez rapidement pour des applications biologiques cliniques, dit M. Leblond. Il fallait plusieurs minutes pour arriver à un résultat. Nous pouvons maintenant avoir des résultats en un cinquième de seconde, ce qui permet leur utilisation par le chirurgien en temps réel. Pour le moment, la manière la plus rapide de déterminer si une cellule est cancéreuse prend une heure et est beaucoup moins précise.» L'effet Raman, qui est de 10 à 100 millions trop petit pour être vu à l'oeil nu, est actuellement utilisé pour des analyses chimiques et de matériaux.

La façon dont cette technologie sera commercialisée n'a pas encore été déterminée

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Chirurgie oncologique procédé amélioré   Jeu 16 Aoû 2007 - 14:13

Des chercheurs de l'Université de Calgary croient avoir trouvé une molécule qui permet au cancer de se propager dans le cerveau.

Les personnes atteintes de ce type de cancer vivent en moyenne un an et seulement 2 % vivent plus de trois ans.

Âgée de 38 ans, Nazira Mambani se dit chanceuse de se sentir aussi bien. Il y a deux ans, cette mère de trois enfants a été opérée pour un cancer au cerveau. Un an plus tard, une autre tumeur apparaît au même endroit.

La capacité des cellules cancéreuses à se propager dans les tissus environnants et dans l'organisme est le principal danger avec le cancer, selon le professeur d'oncologie de l'Université de Calgary, Peter Forsyth.

Lui et son équipe ont trouvé une molécule qui permet cette propagation. C'est une protéine utilisée par les nerfs. Quand elle agit normalement, cette molécule contrôle la croissance. Cependant, les cellules cancéreuses lui font faire exactement le contraire.

Peter Forsyth explique que les cellules cancéreuses transforment ce frein en accélérateur. Il estime que cette molécule pourrait devenir la clef d'un nouveau traitement contre le cancer du cerveau.

Le Dr Forsythe précise toutefois que les patients devront attendre plusieurs années avant de pouvoir profiter directement de cette découverte scientifique.


Dernière édition par Denis le Sam 14 Fév 2015 - 15:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chirurgie oncologique procédé amélioré   Aujourd'hui à 6:30

Revenir en haut Aller en bas
 
Chirurgie oncologique procédé amélioré
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Différentes procédures pour la fermeture de FP
» Coût de la chirurgie
» plans de redressement à l'issue de procédure collective
» commentaire de procédure pénale
» contrôle droit constit' : la procédure de révision.......

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: