AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les micros ARN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les micros ARN   Lun 6 Avr 2015 - 16:42

Most of today's anticancer drugs target the DNA or proteins in tumor cells, but a new discovery by University of California, Berkeley, scientists unveils a whole new set of potential targets: the RNA intermediaries between DNA and proteins.

This RNA, called messenger RNA, is a blueprint for making proteins. Messenger RNA is created in the nucleus and shuttled out into the cell cytoplasm to hook up with protein-making machinery, the ribosome. Most scientists have assumed that these mRNA molecules are, aside from their unique sequences, generic, with few distinguishing characteristics that could serve as an Achilles heel for targeted drugs.

Jamie Cate, UC Berkeley professor of molecular and cell biology, and postdoctoral fellows Amy Lee and Philip Kranzusch have found, however, that a small subset of these mRNAs -- most of them coding for proteins linked in some way to cancer -- carry unique tags. These short RNA tags bind to a protein, eIF3 (eukaryotic initiation factor 3), that regulates translation at the ribosome, making the binding site a promising target.

"We've discovered a new way that human cells control cancer gene expression, at the step where the genes are translated into proteins. This research puts on the radar that you could potentially target mRNA where these tags bind with eIF3," Cate said. "These are brand new targets for trying to come up with small molecules that might disrupt or stabilize these interactions in such a way that we could control how cells grow."

These tagged mRNAs -- fewer than 500 out of more than 10,000 mRNAs in a cell -- seem to be special in that they carry information about specific proteins whose levels in the cell must be delicately balanced so as not to tip processes like cell growth into overdrive, potentially leading to cancer.

Surprisingly, while some of the tags turn on the translation of mRNA into protein, others turn it off.

"Our new results indicate that a number of key cancer-causing genes -- genes that under normal circumstances keep cells under control -- are held in check before the proteins are made," Cate said. "This new control step, which no one knew about before, could be a great target for new anticancer drugs.

"On the other hand," he said, "the tags that turn on translation activate genes that cause cancer when too much of the protein is made. These could also be targeted by new anticancer drugs that block the activation step."

The new results will be reported April 6 in an advance online publication of the journal Nature. Cate directs the Center for RNA Systems Biology, a National Institutes of Health-funded group developing new tools to study RNA, a group of molecules increasingly recognized as key regulators of the cell.

mRNA a messenger between DNA and ribosome

While our genes reside inside the cell's nucleus, the machinery for making proteins is in the cytoplasm, and mRNA is the messenger between the two. All the DNA of a gene is transcribed into RNA, after which nonfunctional pieces are snipped out to produce mRNA. The mRNA is then shuttled out of the nucleus to the cytoplasm, where a so-called initiation complex gloms onto mRNA and escorts it to the ribosome. The ribosome reads the sequence of nucleic acids in the mRNA and spits out a sequence of amino acids: a protein.

"If something goes out of whack with a cell's ability to know when and where to start protein synthesis, you are at risk of getting cancer, because you can get uncontrolled synthesis of proteins," Cate said. "The proteins are active when they shouldn't be, which over-stimulates cells."

The protein eIF3 is one component of the initiation complex, and is itself made up of 13 protein subunits. It was already known to regulate translation of the mRNA into protein in addition to its role in stabilizing the structure of the complex. Overexpression of eIF3 also is linked to cancers of the breast, prostate and esophagus.

"I think eIF3 is able to drive multiple functions because it consists of a large complex of proteins," Lee said. "This really highlights that it is a major regulator in translation rather than simply a scaffolding factor."

Lee zeroed in on mRNAs that bind to eIF3, and found a way to pluck them out of the 10,000+ mRNAs in a typical human cell, sequenced the entire set and looked for eIF3 binding sites. She discovered 479 mRNAS -- about 3 percent of the mRNAs in the cell -- that bind to eIF3, and many of them seem to share similar roles in the cell.

"When we look at the biological functions of these mRNAs, we see that there is an emphasis on processes that become dysregulated in cancer," Lee said. These involve the cell cycle, the cytoskeleton, and programmed cell death (apoptosis), along with cell growth and differentiation.

"Therapeutically, one could screen for increased expression of eIF3 in a cancer tissue and then target the pathways that we have identified as being eIF3-regulated," she said.

Lee actually demonstrated that she could tweak the mRNA of two cancer-related genes, both of which control cell growth, to stop cells from becoming invasive.

"We showed that we could put a damper on invasive growth by manipulating these interactions, so clearly this opens the door to another layer of possible anticancer therapeutics that could target these RNA-binding regions," Cate said.

The work was funded by a grant from NIH's National Institute of General Medical Sciences to the Center for RNA Systems Biology.

"A goal of systems biology is to map entire biological networks, such as genes and their regulatory mechanisms, to better understand how those complex networks function and can contribute to disease," said Peter Preusch, chief of the biophysics branch of NIGMS. "This center is using cutting-edge technology to interrogate the structure and function of many RNAs at a time, which is helping piece together RNA's regulatory components."

---


La plupart des médicaments anticancéreux actuels ciblent l'ADN ou des protéines dans les cellules tumorales, mais une nouvelle découverte par l'Université de Californie, Berkeley, scientifiques dévoile un nouvel ensemble de cibles potentielles: les intermédiaires d'ARN entre l'ADN et les protéines.

Cet ARN, appelé ARN messager, est un modèle pour la fabrication des protéines. L'ARN messager est créé dans le noyau et fait la navette dans le cytoplasme cellulaire pour le raccorder avec le ribosome, une machine de fabrication de protéines. La plupart des scientifiques ont supposé que ces molécules d'ARNm sont, en dehors de leurs séquences uniques, générique, avec quelques caractéristiques distinctives qui pourraient servir comme un talon d'Achille pour les médicaments ciblés.

Jamie Cate, UC Berkeley professeur de biologie moléculaire et cellulaire, et les stagiaires postdoctoraux Amy Lee et Philip Kranzusch ont trouvé, cependant, que dans un petit sous-ensemble de ces ARNm - la plupart d'entre eux codant pour des protéines liées en quelque sorte au cancer - transportent des balises uniques. Ces balises courtes d'ARN se lient à une protéine, eIF3 (facteur d'initiation eucaryote 3), qui régule la traduction au ribosome, ce qui rend le site de liaison, une cible prometteuse.

«Nous avons découvert une nouvelle façon que les cellules humaines contrôlent l'expression des gènes du cancer, à l'étape où les gènes sont traduits en protéines. Cette recherche met sur le radar que vous pourriez potentiellement cibler ARNm où ces balises se lient avec eIF3", a déclaré Cate. "Ce sont de toutes nouvelles cibles et il faut essayer de trouver de petites molécules qui pourraient perturber ou stabiliser ces interactions de manière à ce que nous puissions contrôler comment les cellules croissent."

Ces ARNm marqués - moins de 500 sur plus de 10 000 ARNm dans une cellule - semblent être particulières en ce qu'ils comportent des informations sur des protéines spécifiques dont les niveaux dans la cellule doivent être délicatement équilibrée, afin de ne pas faire passer en trop grande vitesse les processus tels que la croissance cellulaire, ce qui peut conduire au cancer.

Étonnamment, alors que certains des balises allument la traduction de l'ARNm en protéine, d'autres l'éteignent.

«Nos nouveaux résultats indiquent qu'un certain nombre de gènes clés cancérigènes - gènes qui dans des circonstances normales garder les cellules sous contrôle - sont tenus en échec avant que les protéines soient faites", a déclaré Cate. "Cette nouvelle étape de contrôle, qu'on ne connaissait avant, pourrait être une grande cible pour de nouveaux médicaments anticancéreux.

"D'autre part," at-elle dit, "les balises qui allument la traduction activent des gènes qui causent le cancer lorsque trop de protéines sont produites. Celles-ci (les balises) pourraient également être visées par de nouveaux médicaments anticancéreux qui bloquent l'étape d'activation."

Les nouveaux résultats seront communiqués le 6 Avril dans une publication en ligne en avance sur la revue Nature. Cate dirige le Centre pour l'ARN biologie des systèmes, un groupe National Institutes of développer de nouveaux outils pour étudier la santé financé par l'ARN, un groupe de molécules de plus en plus reconnu comme régulateurs clés de la cellule.

ARNm un messager entre l'ADN et ribosomes

Alors que nos gènes résident à l'intérieur du noyau de la cellule, les machines pour la fabrication de protéines est dans le cytoplasme, et l'ARNm est le messager entre les deux. Tout l'ADN d'un gène est transcrit en ARN, après quoi les pièces non fonctionnelles sont ciselée, pour produire de l'ARNm. L'ARNm fait ensuite la navette hors du noyau vers le cytoplasme, où un complexe dit d'initiation appelé gloms sur l'ARNm l'escorte au ribosome. Le ribosome lit la séquence d'acides nucléiques dans l'ARNm et recrache une séquence d'acides aminés: une protéine.

"Si quelque chose va de travers avec la capacité d'une cellule de savoir quand et où commencer la synthèse des protéines, vous êtes à risque de contracter le cancer, parce que vous pouvez obtenir la synthèse incontrôlée des protéines", a déclaré Cate. "Les protéines sont actives quand elles ne devraient pas être, ce qui stimule trop les cellules."


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les micros ARN   Ven 24 Jan 2014 - 19:13

Des chercheurs de l'Université d'Harvard, dirigés par Amy Brock, Silva Krause et Hu Li, ont montré chez l'animal qu'il était envisageable de bloquer, grâce à une injection de nanoparticules à fragments génétiques, l'expression des gènes impliqués dans la croissance des Carcinomes canalaires in situ (CCIS), la forme la plus fréquente de cancer du sein.
Ces travaux ouvrent une nouvelle approche thérapeutique qui consisterait à bloquer à l’aide de ces "nanoARN" les gènes impliqués dans le développement du cancer du .
Pour l'instant, il est très difficile de prévoir si un CCIS va se propager dans d'autres parties du sein et l'on estime que près de la moitié des femmes atteintes de CCIS développeront un cancer du sein invasif. L'autre moitié des patientes risque donc de subir un traitement lourd et inutile, comme une chirurgie ou la radiothérapie.
En étudiant les changements génétiques dans les glandes mammaires des souris génétiquement modifiées, les scientifiques ont identifié un gène, Hox1A, impliqué dans la stimulation de la croissance des tumeurs chez les souris. Les chercheurs ont ensuite donné aux souris une injection de nanoparticules encapsulant des siRNA (ARN interférents) pour bloquer l’expression du gène Hox1A. Ils ont alors pu observer un arrêt du développement des tumeurs chez les trois quarts des souris.
Ces résultats sont prometteurs car le gène HoxA1 ​​semble être l'un des premiers gènes impliqués dans le développement des cellules mammaires anormales dans ces souris transgéniques. En outre, cette technique pourrait être étendue en ciblant les gènes impliqués dans d'autres types de tumeur.
Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les micros ARN   Mar 9 Avr 2013 - 22:14

«Ces derniers résultats renforcent notre conviction que miR-125b a un potentiel en tant que cible thérapeutique pour la prise en charge des patients atteints de cancer de la métastatique", a déclaré deVere White. «Nous sommes heureux que ces données construisent avec tant de succès sur nos études antérieures de miR-125b et nous rapprocher de traitement des patients."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les micros ARN   Mar 17 Juil 2012 - 21:46

(July 17, 2012) — A small, naturally occurring nucleic acid sequence, called a microRNA, known to regulate a number of different cancers, appears to alter the activity of the androgen receptor, which plays a critical role in prostate cancer. Directly targeting microRNA-125b to block androgen receptor activity represents a novel approach for treating castrate-resistant prostate cancer.

Une petite séquence d'acides nucléiques, appelé microARN, connue pour réguler nombre de cancers différents semble altérer l'activité de récepteurs d'androgène qui joue un rôle important dans le cancer de la . Cibler directement le micro-ARN-125b pour bloquer l'activité du récepteur d'androgène représente une nouvelle approche pour traiter le cancer de la prostate résistant.

This promising new strategy for improving the effectiveness of anti-androgenic and other hormonal therapies is described in an article in BioResearch Open Access, a new bimonthly peer-reviewed open access journal from Mary Ann Liebert, Inc. The article is available free online at the BioResearch Open Access website (http://www.liebertpub.com/biores).

Cette nouvelle stratégie prometteuse pour améliorer l'efficacité de la thérapie anti-androgène et de d'autres traitements comme les traitements hormonaux est décrite dans un article de Bioresearch Open Access

Prostate cancer is the most common non-skin cancer affecting men and the second most common cause of cancer death among men. In the article "miR-125b Regulation of Androgen Receptor Signaling Via Modulation of the Receptor Complex Co-Repressor NCOR2," Xiaoping Yang, Lynne Bernis, Lih-Jen Su, Dexiang Gao, and Thomas Flaig, University of Colorado Denver (Aurora) and University of Minnesota (Duluth), looked for targets of microRNA-125b that might shed light on its role in regulating prostate cancer and found that it directly inhibits NCOR2, which acts to repress the androgen receptor. The authors point out that "the androgen receptor is a critical therapeutic target in prostate cancer" and that alterations in the receptor are essential for the development of castrate-resistant prostate cancer, in which the disease no longer responds to hormonal therapies.

Dans l'article, les chercheurs cherchent à cibler le microARN-125b ce qui pourrait jeter de la lumière sur son rôle dans la régulation du cancer de la prostate et pensent qu'il inhibe directement NCOR2 qui agit pour réprimer le récepteur d'androgène. Les chercheurs disent que le recepteur d'androgène est une cible importante dans le cancer de la prostate et que les altérations du récepteur sont essentiels à la résistance du cancer.

"This research provides new insight into the mechanism of miR-125b regulation of castrate-resistance prostate cancer through the identification of a novel target for miR-125b," says Editor-in-Chief Jane Taylor, PhD, MRC Centre for Regenerative Medicine, University of Edinburgh, Scotland. "The clinical implications of this study are that targeted regulation of this miRNA may lead to more effective anticancer therapies."

Cette recherche fournit de nouvelles données sur le mécanisme par lequel le miR-125b régule la résistance au cancer de la prostate

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
agathe



Nombre de messages : 659
Date d'inscription : 19/08/2010

MessageSujet: Re: Les micros ARN   Mar 7 Sep 2010 - 14:27

On croise les doigts. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les micros ARN   Mar 7 Sep 2010 - 13:36

C'est un article qu j'ai traduit de l'anglais aussi il peut y avoir quelques incongruités mais en gros c'est très intéressant c'est comme si le médicament avalé (dans un futur peut-être pas si lointain) pouvait voir si la cellule est cancéreuse ou non et si elle l'est la traiter immédiatement par une ruse (il rajoute des éléments de base à la small rna qui passe ainsi pour l'organisme pour un virus donc le corps humain l'attaque et l'élimine.




Le cancer est une maladie difficile à traiter parce que c'est une maladie personnelle. Chaque cas est unique et basée sur une combinaison de facteurs environnementaux et génétiques. la chimiothérapie conventionnelle utilise un traitement avec un ou plusieurs médicaments, en supposant que ces médicaments sont capables à la fois de «diagnostic» et de «traiter» les cellules affectées.

Bon nombre des effets secondaires rencontrés par les patients en chimiothérapie sont dues au fait que les médicaments qu'ils prennent ne sont pas assez sélectifs. Par exemple, prendre un médicament qui cible les cellules tumorales à croissance rapide se traduit souvent par la perte de cheveux, parce que les cellules dans le follicule pileux sont parmi les plus dynamiques dans le corps. Quand il arrive à ces cellules, le médicament fait un diagnostic erroné.

Mais si nous avions des traitements du cancer qui travaillent plus comme un programme informatique, qui peuvent effectuer des actions fondées sur des déclarations conditionnelles ? Ensuite, un traitement pourrait tuer une cellule si - et seulement si - la cellule avait été diagnostiqué avec une mutation. Seules les cellules défectueuses serait détruite avec la quasi-élimination des effets secondaires indésirables.

Avec le soutien de la National Science Foundation (NSF), les chercheurs du California Institute of Technology ont créé de petites molécules conditionelles d'ARN pour effectuer cette tâche. Leur stratégie repose sur des caractéristiques qui sont intégrés dans notre ADN et l'ARN pour séparer le diagnostic et le traitement des mesures.

«Les molécules sont capables de détecter une mutation dans une cellule cancéreuse, et changer de conformation pour activer une réponse thérapeutique dans les cellules cancéreuses, tout en restant inactif dans les cellules qui n'ont pas la mutation du cancer», affirme Niles Pierce, co-auteur d'un récent étude qui paraît dans le numéro du 6 Septembre rendus de l'Académie nationale des sciences (PNAS).

Ce travail s'inscrit dans le cadre du projet de programmation moléculaire, financé par la Direction de la NSF pour Computer & Information Science & Engineering. L'un des objectifs du projet est d'accroître la compréhension sur la façon dont les informations peuvent être stockées et traitées par les molécules, et comment nous pourrions créer des applications pratiques qui utilisent cette information.

Le cœur de cette approche est l'acide ribonucléique ou ARN, et toutes les tâches normales qu'elle effectue chaque jour pour garder nos cellules en vie et en bonne santé. L'ARN est la contrepartie de relativement courte durée de l'ADN, le système de codage qui stocke des copies complète de notre génome entier au sein de presque toutes les cellules de notre corps. Si nous comparons l'ADN avec les informations stockées sur le disque dur d'un ordinateur, l'ARN est comme les informations stockées sur un genre plus volatile de la mémoire RAM comme ce qui est effacé lorsque vous éteignez votre ordinateur.

L'ARN effectue toutes sortes de fonctions dans une cellule, agissant comme des messagers et des commutateurs de communication et de contrôle sur les gènes qui sont exprimés dans une cellule à un moment donné. Une classe particulière d'ARN, appelé petite ARN, constituée de 30 paires de bases de longueur ou moins (un gène moyenne est de milliers de paires de bases). Ces petits morceaux d'ARN sont impliqués dans de nombreux processus qui entretiennent la vie. Le traitement mis au point par Pierce et ses collègues se fonde sur deux petits ARN distincts qui structurellement ressemblent à ceux qui se produisent naturellement dans nos propres cellules. Parce que ces molécules ressemblent à de petits ARN qui sont normalement présents, les chercheurs espèrent qu'il y aura peu ou pas d'effets secondaires.

"Par le découplage et de traitement, nous pouvons créer des molécules qui sont à la fois très sélectif et très efficace pour tuer les cellules cancéreuses», a déclaré Pierce. «Conceptuellement, les petits ARN conditionnels ont le potentiel de transformer le traitement du cancer parce qu'ils changent ce que nous pouvons attendre d'une molécule. Plusieurs années de travail restent à faire pour établir si cette promesse conceptuelle peut être réalisée chez des patients humains."

Voici comment cela fonctionne: Le traitement comporte deux types de petits ARN. Le premier petit ARN s'ouvrira si - et seulement si - il estime qu'il y a mutation cancéreuse. Un "diagnostic" positif expose un signal qui a été précédemment caché dans le petit ARN. Une fois ce petit ARN est ouvert, un deuxième petit ARN vient s'y lier, déclenchant une réaction en chaîne dans lequel ces molécules d'ARN continuer à se combiner pour former une chaîne plus longue. La longueur de la chaîne est un élément important du traitement ». Les Chaînes plus longues trompe la cellule en pensant qu'elle a été envahie par un virus, ce qui déclenche un processus d'auto-destruction.

Dans l'étude de PNAS, les chercheurs ont démontré que cette approche élimine efficacement des cellules cancéreuses cultivé en laboratoire de humain, de la et les cellules du cancer des os d'une manière spécifique à la mutation. Des expériences futures permettra de déterminer si le traitement est efficace à plus grande échelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les micros ARN   Ven 26 Mar 2010 - 9:00





Approchez-vous pour bien voir. Vous regardez peut-être la fin du cancer. Ces petits points noirs sont des nanobots (des nano-robots) en train de délivrer un coup fatal à une cellule cancéreuse, et la tuant efficacement. Les premiers essais humains ont été un succès, sans aucun effet secondaire :

« Ils s'infiltrent, passent le système immunitaire, délivrent le siRNA, et les composants désassemblés ressortent. »
Ce sont les mots de Mark Davis, le directeur de l'équipe de recherche qui a crée la première armée de nanobots anti-cancer au California Institute of Technology. Selon une étude qui sera publiée dans Nature, l'équipe de Davis a découvert une manière propre et sûre de délivrer des séquences ARNi à des cellules cancéreuses. L'ARNi (des ARN interférents) est une technique qui attaque un gène spécifique dans les cellules malignes, désactive des fonctions de l'intérieur et les tue.



Les robots d'attaque de 70 nanomètres (construits avec 2 polymères et une protéine qui s'attache à la cellule cancéreuse) transportent un bout d'ARN qui s'appelle siRNA (small-interfering RNA, soit petits ARN interférents) et désactivent la production d'une protéine, affamant ainsi la cellule maligne jusqu'à ce qu'elle meurt. (Bien fait !). Une fois que les nanobots ont porté leur coup fatal, la nanoparticule se brise en petits morceaux qui sont ensuite éliminés du corps via l'urine.

La chose la plus étonnante est que vous pouvez envoyer autant de ces mini-soldats que vous le voulez, et ils trouveront les méchantes cellules pour les tuer à gauche, à droite, au centre et stopper la tumeur. Selon Davis, « plus ils en mettent, plus les [nanobots] finissent là où ils sont supposés être, dans les cellules cancéreuses. » Il faut quand même qu'ils finissent tous les essais pour être certain qu'il n'y a pas d'effets secondaires du tout. Mais l'équipe est très heureuse du résultat et s’enthousiasme de la suite :

« Ce qui est excitant, c'est que, virtuellement, n'importe quel gène peut être visé maintenant. Chaque protéine peut être droguée. Mon espoir est de faire fondre les tumeurs pendant que les patients ont une qualité de vie supérieure. Et nous venons de faire un nouveau pas dans cette direction. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les micros ARN   Lun 22 Mar 2010 - 12:41

Pour la première fois, une étude clinique montre que le mécanisme de l’ARN interférent, qui empêche l’expression d’un gène, permet de cibler des cellules cancéreuses chez l’humain.


Découvert à la fin des années 90, le mécanisme qui permet de réduire des gènes au silence est devenu un incontournable outil de laboratoire, notamment pour étudier les fonctions des différents gènes d’un organisme, végétal ou animal. Grâce à l’ARN interférent (ARNi), c’est le nom de cette molécule d’acide ribonucléique, on projette aussi de s’attaquer à des maladies en bloquant des gènes et en empêchant la fabrication de protéines néfastes.

Pour la première fois, une équipe a montré que ce mécanisme fonctionnait chez l’être humain, contre des cellules cancéreuses.

Les résultats obtenus en laboratoire avec l'ARNi sont probants mais passer à l’application clinique est complexe. Il faut pouvoir acheminer les ARN interférents jusqu’à la cible. L’équipe de Mark Davis (Caltech, Pasadena, États-Unis) a créé des nanoparticules, composées de deux polymères et d’une protéine, qui sont injectées dans le sang des patients et qui véhiculent un ARN interférent spécialement conçu pour s’attaquer à un gène des cellules de mélanome malin.

Des biopsies ont été pratiquées sur trois des quinze patients qui participent à cet essai clinique pionnier aux États-Unis. Les analyses des cellules de mélanomes ont révélé que les nanoparticules ont bien atteint les cellules cibles et que plus la dose injectée était élevée, plus la quantité de petits ARNi présents dans le mélanome était importante.

Second élément crucial: les ARNi ont fait le travail que l’on attendait d’eux, rapportent Davis et ses collègues aujourd’hui dans la revue Nature (AOP). Ces petits ARN double brin s’attaque à un autre ARN, dit messager, qui transporte les instructions indispensables à la cellule pour fabriquer une protéine à partir du code contenu par l’ADN. Les chercheurs ont justement retrouvé des fragments d’ARN messagers qui étaient coupés à l’endroit visé par l’ARN interférent.

Cette première étape clinique, conçue pour étudier la sécurité du traitement, montre pour la première fois que l’utilisation de l’ARNi est possible chez l’humain. Il faut encore établir que ce mode de traitement est efficace pour combattre le cancer et confirmer qu’il n’a pas d’effets secondaires indésirables.

Ces travaux ouvrent de nouvelles perspectives de lutte contre des protéines que les médicaments ne parviennent pas à neutraliser, faute d’un récepteur facile à cibler par exemple. En s’attaquant en amont à leur fabrication, l’ARN interférent offre une arme exceptionnelle.

Cécile Dumas
Sciences-et-Avenir.fr
22/03/10


Dernière édition par Denis le Mer 5 Mai 2010 - 16:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les micros ARN   Ven 30 Nov 2007 - 22:44

(Dec. 1, 2007) — Expanding evidence that tiny strands of RNA – called microRNAs – play big roles in the progress of some cancers, UC Davis researchers have identified one that helps jump start prostate cancer cell growth midway through the disease process, eventually causing it to become fatal. The discovery is an important link to finding new treatments targeting this cellular function and reducing cancer deaths among American men.

Fournissant des preuves que de petits bouts d'ARN - appelés micros ARN - jouent un grand rôle dans le progrès de quelques cancers, les chercheurs en ont identifié un qui aide le cancer de la à resurgir. La découverte est un lien important pour trouver de nouveaux médicaments qui cibleraient cette fonction cellulaire et réduiraient les morts par cancer parmi les américains.

“A number of cancer researchers are interested in microRNAs and how they are involved in diseases like leukemia,” said Ralph deVere White, director of the UC Davis Cancer Center, professor of urology and senior author on the study. “But this is the first research to specifically look at the functional effects of microRNAs on the progression of prostate cancer.”

"Beaucoup de chercheurs sur le cancer sont intéressés dans les micros ARN et comment ils sont impliqués dans la leucémie" dit Ralp DeVer White
"Mais ceci est la première recherche pour rechercher spécifiquement les effets fonctionnels des micros ARN sur la progression du cancer de l aprostate."

Relatively new discoveries in genetic research, microRNAs are small, single strands of RNA that regulate gene expression processes between larger strands of RNA. Working with 19 samples from the cancer center’s repository of prostate cancer cells, deVere White and his team used high-resolution analysis techniques to identify microRNAs that were differentially expressed. Of five that were distinct, one – miR-125b – caught their attention because of its presence at high levels in both androgen-dependent and androgen-independent prostate cancer cells.
Androgens, such as testosterone, are known to promote tumor growth. While androgen suppression treatments slow the progress of prostate cancer, they do not cure it.

Les ARN sont de découvertes récentes dans la recherche génétique, les micros ARN sont de petits bouts d'ARN qui régulent le processus d'expression des gènes entre les ARN plus grands. Travaillant avec 19 exemples, deVere White et ses collègues ont utilisé des techniques d'analyse par haute résolution pour identifier les microARNs qui sont exprimés différemment. Un des 5 qui ont été identifié le miR-125b- a attiré l'attention à cause de sa présence à de hauts niveaux dans les cellules dépendantes de l'androgène et dans celles indépendantes , Le traitement de supression de l'androgène ralentit la maladie mais ne la supprime pas.

“One of the most confounding things about prostate cancer is that after a period of success with androgen suppression therapy, the cancer starts to thrive again,” deVere White explained. “That’s when the disease becomes fatal. This particular microRNA supports the ability of prostate cancer cells to exist and grow in its androgen-independent state. And we currently have no effective treatments for the androgen-independent state of the disease.”

"une des choses les plus confondantes à propos du cancer de la prostate c'est qu'après une période de succès avec une thérapie de supression de l'androgène, le cancer recommence à prospérer à nouveau." "C'est alors que la maldie devient fatale. Ce microARN particulier supporte la capacité des cellules du cancer de la prostate pendant qu'il existe dans la période d'indépendance des androgènes. Nous n'avons pas de traitements pour le stage d'indépendance de l'androgène de la maladie."


Now having identified a cellular link between the two phases of prostate cancer, deVere White and colleagues are hopeful that miR-125b screening will at some point become a standard diagnostic tool and that genetic and chemotherapy treatments can be developed that remove this essential survival mechanism for cancer cells. Before this can happen, the team needs to first find out if a microRNA “knockout” can be safely accomplished.

Maintenant ayant identifié le lien celllulaire entre les 2 phases du cancer de la prostate, deVere et ses colègues espèrent le test du miR-125b deviendra un outil de diagnostic standard et que des traitements de chimio pourront être développé qui enlèveront ce mécanisme essentiel de survie poir les cellules canécreuses. Avant que cela puisse arriver, l'équipe a besoin de trouver si une élimination de microARNs peut être accomplit sécuritairement.

“We simply don’t know yet all that microRNAs do for us,” said deVere White. “We will use animal models to see if we can reduce or remove one of more of them without interfering with other essential molecular functions.”

"Nous ne savons pas encore tout ce que les micro arn accomplissent pour nous" dit deVere White "Nous utiliserons des modèles d'animaux pour voir si nous pouvons enlever un aRN ou plus sans interférer avec les fonctions esentiels de molécules."

Another important next step is to identify the full range of microRNAs involved in prostate cancer.

Un autre pas important sera d'identifier tous les ARN impliqué dans le cancer de la prostate.

“There are believed to be thousands of microRNAs, and we have only identified a handful that is important to prostate cancer,” said Xu-Bao Shi, a project scientist with the UC Davis Department of Urology and lead author on the study. “We must next identify if others are involved along with their regulating patterns and mechanisms in order to gain a more comprehensive picture of how they contribute to the onset and progression of the disease. Our study definitely opens up a whole new avenue in prostate cancer research.”

"Nous croyons qu'il ya des milliers de microARN et nous en avons identifié seulement une poignée qui sont importants pour le cancer de la prostate."
"Nous devons savoir si d'Autres arn sont impliqué avec leur façcons d'agir et réguler le cancer pour avoir une image compréhensive. notre étude ouvre définitivement un nouveau champs de recherche dans le cancer de la prostate."

La lenteur de ces recherches est comme une condamnation à mort pour moi.


Dernière édition par Denis le Mar 17 Juil 2012 - 21:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Les micros ARN   Ven 24 Aoû 2007 - 11:57

Scientists have shown in literally thousands of studies that the p53 gene deserves its reputation as "the guardian of the genome." It calls to action an army of other genes in the setting of varied cell stresses, permitting repair of damaged DNA or promoting cell death when the cell damage is too great. A key net effect of p53's action is to prevent development of cancerous cells.

Les scientifiques ont démontré que le gène p53 mérite sa réputation de gardien du génome. Il appelle à l'action une armée d'autres gènes pour réguler les attaques sur des cellules variées, permettant de réparer l'ADN endommagé ou promouvant la mort de la cellule quand le domamge est trop grand. L'effet net de p53 est de prévenir le développement des cellules cancéreuses.

Now, University of Michigan Medical School scientists provide the most thorough evidence yet that p53 also regulates a trio of genes from the realm of so-called "junk" genes -- the roughly 97 percent of a cell's genetic material whose function is only beginning to be understood.

Maintenant, les chercheurs de l'université de Michigan ont fourni la preuve que p53 régule aussi un trio de "déchets de gènes" qui représente à peu près 97 % du matériel génétique qui a une fonction que l'on commence juste à comprendre.


The study shows that "in the 'junk' lies treasure, in terms of critical knowledge about how normal cells stifle cancer or succumb to it," says Guido Bommer, M.D., the lead author of results, published in the journal Current Biology.

"The findings in the study offer new insights into specific mechanisms by which the expression of hundreds to thousands of genes and proteins is altered in the roughly 50 percent of cancers that carry mutations in the p53 tumor suppressor gene," says Eric Fearon, M.D., Ph.D., senior author of the study and deputy director of the U-M Comprehensive Cancer Center. Scientists continue to mine for details of what goes wrong when p53 is defective and cannot perform its tumor-fighting duties.

The U-M study is one of four recent studies from labs around the world showing that p53 normally gets support from members of a small family of micro RNA genes. The studies are part of a larger effort to understand the function of micro RNA (miRNA for short).

Scientists have long known the importance of messenger RNA (mRNA), which carries protein-making instructions. However, until recently, little was known about micro RNA genes. It is now well recognized that miRNAs regulate the levels of mRNAs, and/or the levels of the proteins produced from mRNAs.

The U-M research team studied the roles of the three genes that make up the miRNA34 family. They showed that the miRNA34 genes work in concert with p53, then went on to explore which other genes the family regulates. They found the miRNA34 genes showed pronounced effects on other genes that control the timing of cell proliferation and division. They also found that the miRNA34 gene family regulated the levels of the Bcl-2 protein, a key factor that enhances a cell's resistance to death-inducing stimuli.

The team went on to determine if expression of the miRNA34 genes was compromised in human lung cancer cells.

L'équipe en est venu à vouloir déterminer si l'expression de miRNA34 était impliqué dans le cancer du

"We found that expression of two of the miRNA34 genes was lost in almost two-thirds of lung adenocarcinomas," says Bommer.

"nous avons découvert que l'expression de 2 des gènes de miARN34 étaient perdu dans 2/3 des adenocarcinomes du poumon" a dit Bommer.

Adenocarcinomas represent the most common type of non-small cell lung cancer, which is the most frequently diagnosed type of lung cancer. When expression of the miRNA34 genes was restored in lung cancer cells, some of the aberrant growth properties were inhibited.

The discoveries of the role of micro RNAs in tumor suppression could have implications for future cancer therapies.

Les découvertes sur le rôle des micros ARN dans la suppression des tumeurs pourraient avoir des implications pour de futures thérapies pour le cancer.

It's important to note that micro RNAs alone are not likely to offer new cancer treatment or prevention agents, says Fearon, who is the Emanual N Maisel Professor of Oncology, Professor of Internal Medicine, Professor of Pathology and Professor of Human Genetics at the U-M Medical School.

"However, because of the small size of mature miRNAs, there is optimism that it may be possible to deliver modified nucleic acids that might mimic the effect of the miRNAs," he says. If modified nucleic acids were to prove effective in more laboratory studies, he adds, they might be pursued further in clinical trials as anti-cancer agents, either alone or more likely in combination with other anti-cancer agents.


Dernière édition par Denis le Ven 24 Jan 2014 - 19:15, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les micros ARN   Aujourd'hui à 19:53

Revenir en haut Aller en bas
 
Les micros ARN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» apnées du sommeil et micros réveils
» HMGA2
» Les micros ARN
» Les microARNs ou miARNs
» les micros Arn et les métastases

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: