AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Empêcher les métastases : on s'approche.

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Empêcher les métastases : on s'approche.   Sam 23 Juin 2018 - 17:47

Fighting cancer means killing cancer cells. However, oncologists know that it's also important to halt the movement of cancer cells before they spread throughout the body. New research, published today in the journal Nature Communications, shows that it may be possible to freeze cancer cells and kill them where they stand.

Raymond Bergan, M.D., Division Chief of Hematology and Medical Oncology and professor of medicine at OHSU, says that the majority of cancer treatment therapies today are directed toward killing cancer. To date, he says, no one has developed a therapy that can stop cancer cells from moving around the body.

"For the vast majority of cancer -- breast, prostate, lung, colon, and others -- if it is detected early when it is a little lump in that organ and it has not spread, you will live. And generally, if you find it late, after it has spread throughout your body, you will die," says Bergan, also the associate director of medical oncology in the OHSU Knight Cancer Institute and director of the OHSU Bergan Basic Research Laboratory. "Movement is key: the difference is black and white, night and day. If cancer cells spread throughout your body, they will take your life. We can treat it, but it will take your life."

For that reason, the study of cancer cell movement, or motility, has been the focus of his group's research for several decades.

Stopping cancer cell movement

In 2011, Bergan and team took a novel approach to their research by working with chemists to jointly discover a drug that will inhibit the movement of cancer cells. The Nature Communications paper outlines the multidisciplinary team's work with KBU2046, a compound that was found to inhibit cell motility in four different human cell models of solid cancer types: breast, prostate, colon and lung cancers.

"We used chemistry to probe biology to give us a perfect drug that would only inhibit the movement of cancer cells and wouldn't do anything else," Bergan says. "That basic change in logic lead us to do everything we did."

A multidisciplinary team

The team of investigators includes Bergan's team at OHSU, a chemist from Northwestern University as well as researchers from Xiamen University in China, the University of Chicago, and the University of Washington. Ryan Gordon, Ph.D., research assistant professor in the OHSU School of Medicine and co-director of the Bergan lab, says drawing upon the strengths of this cross-functional group was key to the research's success. "As we identified areas we were lacking, we looked at new cutting-edge technologies, and if there was something that didn't meet our needs, we developed new assays to address our needs," he says.

The lab of Karl Scheidt, Ph.D., professor of chemistry and professor of pharmacology; director of the Center for Molecular Innovation and Drug Discovery; and executive director of the NewCures accelerator at Northwestern University, was responsible for the design and creation of new molecules which were then evaluated by Bergan's team for their ability to inhibit cell motility. Using chemical synthesis approaches, Scheidt and team accessed new compounds that minimized motility in tumor cells, with few side effects and very low toxicity.

"We've taken a clue provided by nature and through the power of chemistry created an entirely new way to potentially control the spread of cancer," Scheidt says. "It's been a truly rewarding experience working together as a team toward ultimately helping cancer patients."

Refining the drug

Bergan notes the process for narrowing down the specific drug compound was a process of refinement. "We started off with a chemical that stopped cells from moving, then we increasingly refined that chemical until it did a perfect job of stopping the cells with no side effects," he says. "All drugs have side effects, so you look for the drug that is the most specific as possible. This drug does that."

Bergan says the key to this drug was engaging the heat shock proteins -- the "cleaners" of a cell. "The way the drug works is that it binds to these cleaner proteins to stop cell movement, but it has no other effect on those proteins." He says it is a very unusual, unique mechanism that "took us years to figure out."

"Initially, nobody would fund us," Bergan says. "We were looking into a completely different way of treating cancer."

Next step: testing the drug in humans

Ultimately, Gordon says the goal of this research is to look for a new therapeutic to benefit humans.

"The eventual promise of this research is that we're working toward developing a therapeutic that can help manage early stage disease, preventing patients from getting the more incurable later-stage disease," he says. He's quick to note this work has not been tested in humans, and doing so will require both time and money. The team's best estimate is that will take about two years and five million dollars of funding. They are currently raising money to do IND (investigational new drug) enabling studies, a requirement to conduct a clinical trial of an unapproved drug or an approved product for a new indication or in a new patient population.

In addition, Drs. Bergan and Scheidt have founded a company, Third Coast Therapeutics, aimed to bring this type of therapy to patients.

"Our eventual goal is to be able to say to a woman with breast cancer: here, take this pill and your cancer won't spread throughout your body. The same thing for patients with prostate, lung, and colon cancer," Bergan says. "This drug is highly effective against four cancer types (breast, colon, lung, prostate) in the in vitro model so far. Our goal is to move this forward as a therapy to test in humans."

Bergan says his team feels lucky to have the opportunity to conduct this challenging research at the OHSU Knight Cancer Institute, an institute dedicated to novel approaches to detecting and treating cancer.

"What early detection is trying to do is detect an early, lethal lesion. Cancers are lethal because they move," he says. "This drug is designed to stop that movement."

Funding for this research was supported by the Department of Defense and the Veteran's Administration.

---

Combattre le cancer signifie tuer les cellules cancéreuses. Cependant, les oncologues savent qu'il est également important d'arrêter le mouvement des cellules cancéreuses avant qu'elles ne se propagent dans tout le corps. Une nouvelle étude, publiée aujourd'hui dans la revue Nature Communications, montre qu'il est possible de congeler les cellules cancéreuses et de les tuer là où elles se trouvent.

Raymond Bergan, M.D., chef de division de l'hématologie et de l'oncologie médicale et professeur de médecine à l'OHSU, dit que la majorité des thérapies de traitement du cancer aujourd'hui visent à tuer le cancer. À ce jour, dit-il, personne n'a mis au point une thérapie qui puisse empêcher les cellules cancéreuses de se déplacer dans le corps.

"Pour la grande majorité des cancers du sein, de la prostate, du poumon, du côlon et d'autres - si elle est détectée tôt quand elle est un petit morceau dans cet organe et qu'elle ne s'est pas propagée, vous vivrez. », dit Bergan, également directeur adjoint de l'oncologie médicale à l'OHSU Knight Cancer Institute et directeur du Laboratoire de recherche fondamentale OHSU Bergan. "Le mouvement est la clé: la différence est en noir et blanc, nuit et jour, si les cellules cancéreuses se propagent dans tout votre corps, elles vous enlèveront la vie, nous pourrons la traiter, mais cela vous enlèvera la vie."

Pour cette raison, l'étude du mouvement des cellules cancéreuses, ou la motilité, a été l'objet de la recherche de son groupe depuis plusieurs décennies.

Stopper le mouvement des cellules cancéreuses

En 2011, Bergan et son équipe ont adopté une nouvelle approche de leur recherche en travaillant avec des chimistes pour découvrir ensemble un médicament qui inhiberont le mouvement des cellules cancéreuses. L'article de Nature Communications décrit le travail de l'équipe multidisciplinaire avec KBU2046, un composé qui inhibe la motilité cellulaire dans quatre modèles différents de cellules cancéreuses solides: les cancers du , de la , du et du .

"Nous avons utilisé la chimie pour sonder la biologie pour nous donner un médicament parfait qui inhiberait seulement le mouvement des cellules cancéreuses et ne ferait rien d'autre", dit Bergan. "Ce changement fondamental de logique nous conduit à faire tout ce que nous avons fait."

Une équipe multidisciplinaire

L'équipe d'enquêteurs comprend l'équipe de Bergan à OHSU, un chimiste de la Northwestern University ainsi que des chercheurs de l'Université de Xiamen en Chine, de l'Université de Chicago et de l'Université de Washington. Ryan Gordon, Ph.D., professeur adjoint de recherche à l'École de médecine de l'OHSU et codirecteur du laboratoire Bergan, affirme que l'utilisation des forces de ce groupe interfonctionnel était la clé du succès de la recherche. «Alors que nous identifiions les domaines qui nous manquaient, nous avons examiné de nouvelles technologies de pointe, et s'il y avait quelque chose qui ne répondait pas à nos besoins, nous avons développé de nouveaux tests pour répondre à nos besoins», dit-il.

Le laboratoire de Karl Scheidt, Ph.D., professeur de chimie et professeur de pharmacologie; directeur du Centre d'innovation moléculaire et de découverte de médicaments; et directeur exécutif de l'accélérateur NewCures à la Northwestern University, était responsable de la conception et de la création de nouvelles molécules qui ont ensuite été évaluées par l'équipe de Bergan pour leur capacité à inhiber la motilité cellulaire. En utilisant des approches de synthèse chimique, Scheidt et son équipe ont accédé à de nouveaux composés qui minimisaient la motilité dans les cellules tumorales, avec peu d'effets secondaires et une très faible toxicité.

"Nous avons pris un indice fourni par la nature et grâce à la puissance de la chimie a créé une toute nouvelle façon de contrôler potentiellement la propagation du cancer", dit Scheidt. "Ce fut une expérience vraiment enrichissante de travailler en équipe pour aider les patients atteints de cancer."

Raffiner le médicament

Bergan note que le processus de rétrécissement du composé médicamenteux spécifique était un processus de raffinement. «Nous avons commencé avec un produit chimique qui empêchait les cellules de bouger, puis nous avons raffiné de plus en plus ce produit chimique jusqu'à ce qu'il fasse un travail parfait d'arrêt des cellules sans effets secondaires», dit-il. «Tous les médicaments ont des effets secondaires, alors vous cherchez le médicament le plus spécifique possible.

Bergan dit que la clé de ce médicament était l'engagement des protéines de choc thermique - les «nettoyeurs» d'une cellule. "La façon dont le médicament fonctionne est qu'il se lie à ces protéines plus propres pour arrêter le mouvement des cellules, mais il n'a aucun autre effet sur ces protéines." Il dit que c'est un mécanisme très inhabituel et unique qui «nous a pris des années à comprendre».

"Au départ, personne ne nous financerait", dit Bergan. "Nous cherchions une façon complètement différente de traiter le cancer."

Prochaine étape: tester le médicament chez l'homme

En fin de compte, Gordon dit que le but de cette recherche est de chercher un nouveau traitement au bénéfice des humains.

«La promesse éventuelle de cette recherche est que nous travaillons à la mise au point d'un traitement qui peut aider à gérer la maladie à un stade précoce, en empêchant les patients de contracter la maladie incurable à un stade plus avancé», dit-il. Il faut noter que ce travail n'a pas été testé chez les humains, et cela exigera du temps et de l'argent. La meilleure estimation de l'équipe est que cela prendra environ deux ans et cinq millions de dollars de financement. Ils collectent actuellement de l'argent pour faire des études permettant d'effectuer un essai clinique d'un médicament non approuvé ou d'un produit approuvé pour une nouvelle indication ou dans une nouvelle population de patients.

En outre, les Drs. Bergan et Scheidt ont fondé une société, Third Coast Therapeutics, destinée à apporter ce type de thérapie aux patients.

«Notre objectif ultime est de pouvoir dire à une femme atteinte d'un cancer du sein: ici, prenez cette pilule et votre cancer ne se répandra pas dans tout votre corps, même chose pour les patients atteints de cancer de la prostate, du poumon et du côlon. . "Ce médicament est très efficace contre quatre types de cancer (cancer du sein, du colon, du poumon, de la prostate) dans le modèle in vitro jusqu'à présent.Notre objectif est de faire avancer cette thérapie vers un test pour les humains."

Bergan dit que son équipe se sent chanceuse d'avoir l'occasion de mener cette recherche stimulante à l'OHSU Knight Cancer Institute, un institut dédié aux nouvelles approches de détection et de traitement du cancer.

"Ce que la détection précoce essaie de faire est de détecter une lésion précoce et létale.Les cancers sont mortels parce qu'ils bougent", dit-il. "Ce médicament est conçu pour arrêter ce mouvement."

Le financement de cette recherche a été soutenu par le ministère de la Défense et l'administration des vétérans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Empêcher les métastases : on s'approche.   Ven 2 Mar 2018 - 18:22

Il y a un an, en mars 2017, une autre équipe franco-américaine conduite par le Docteur Géraldine Guasch du Centre de Recherche en Cancérologie de Marseille (CRCM/INSERM), a démontré pour la première fois le rôle déterminant d'une protéine - ELMO1 - dans le processus métastatique de certains cancers. Ces recherches ont notamment montré que les zones dites « de transition », où se rencontrent deux types de tissus épithéliaux, sont susceptibles de développer un cancer agressif ayant une forte capacité à produire des métastases. Ces chercheurs ont pu établir que pour proliférer, ces types de cancers agressifs avaient besoin de l’action d’une protéine spécifique - ELMO1- qui favorise la migration des cellules malignes. Cette étude a enfin montré qu’en agissant sur le gène ELMO-1 et en diminuant la production de cette protéine, ces tumeurs agressives ne parviennent plus à essaimer pour aller former des métastases à distance. "Le gène ELMO1 est un acteur clé dans l'exil des cellules tumorales et, de ce fait, constitue une excellente cible à visée diagnostique et thérapeutique pour prévenir et traiter les métastases, un champ encore peu exploré dans le traitement des cancers" conclut le Docteur Géraldine Guasch.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Empêcher les métastases : on s'approche.   Jeu 1 Mar 2018 - 23:03

Des chercheurs de l’Université Catholique de Louvain, dirigés par le Professeur Pierre Sonveaux, ont pour leur part réussi à identifier, il y a quelques semaines une nouvelle molécule capable de bloquer la diffusion de métastases. Cette molécule est la catéchine:lysine . Elle est extraite d’une liane poussant en Indonésie, l’Uncaria gambir. Il y a quatre ans, cette remarquable équipe belge avait déjà découvert une autre molécule, la mitoQ, qui permettait de contrer l’apparition des métastases d’un cancer du sein humain induit chez des souris, et empêchait également la diffusion de métastases due au mélanome chez le rongeur.

Sur le plan fondamental, ces chercheurs ont également découvert ce qui semble être l’un des mécanismes-clés responsable la dissémination de cellules métastatiques. Ce mécanisme impliquerait des signaux migratoires lancés par les mitochondries sous l’action de radicaux libres appelés “superoxyde”. Les deux molécules découvertes par ces chercheurs agissent de manière très efficace en bloquant ce mécanisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Empêcher les métastases : on s'approche.   Lun 19 Fév 2018 - 15:12

To stop the spread of cancer, cancer cells must die. Unfortunately, many types of cancer cells seem to use innate mechanisms that block cancer cell death, therefore allowing the cancer to metastasize. While seeking to further understand cancer cell death, researchers at the University of Notre Dame discovered that the activation of a specific enzyme may help suppress the spread of tumors.

The findings, published in Nature Cell Biology, demonstrate that the enzyme RIPK1 decreases the number of mitochondria in a cell. This loss of mitochondria leads to oxidative stress that can potentially kill cancer cells, though researchers speculate the cancer cells could find ways to shut down this effect.

During the study, the Notre Dame team discovered that when the enzyme RIPK1 is activated in a cell, it can cause the number of mitochondria -- considered the "power plants" of the cell -- to decrease as the cell consumes its own components for energy, a process called mitophagy. This was surprising, given RIPK1 was well-known to regulate necrosis, a completely distinct cell death mechanism.

"We really thought this was going to be a story about necrosis, but we weren't able to see evidence of it, and knew there had to be something we're missing," said Zachary Schafer, Coleman Foundation Associate Professor of Cancer Biology in the Department of Biological Sciences and senior author on the study. "Looking at mitochondrial numbers fundamentally changed our thinking, and got us focused on a different way that RIPK1 may cause cells to die."

Schafer focuses on metastasis, the process by which cancer cells leave the primary tumor and disseminate to other parts of the body. Cell death, a barrier to metastasis, can be induced when epithelial cells, those lining the surfaces of body cavities, detach from the meshwork of scaffolding-like proteins called the extracellular matrix (ECM). As a tumor progresses, it can become resistant to this type of cell death.

"While our findings are in their infancy, we hope we can take advantage of the liability associated with RIPK1's function in order to design a strategy aimed at eliminating ECM-detached cancer cells, which would ultimately improve patient survival," said Mark Hawk, a graduate student at Notre Dame and lead author of the study. Hawk added that more studies are needed to delineate which cancer types are most susceptible to this approach.

Co-authors on the study include Cassandra Gorsuch, Joshua Mason, Kelsey Weigel, Matyas Abel Tsegaye, Junjun Zuo, Patrick Fagan, Luqun Shen, Stephan Hu, Sarah Chapman, and W. Matthew Leevy at the Notre Dame Integrated Imaging Facility, as well as researchers from Beckman Research Institute of City of Hope, Memorial Sloan Kettering Cancer Center, University of Texas Southwestern Medical Center and Weill Cornell Medical College.

The research was funded by the National Science Foundation, the Coleman Foundation, the American Cancer Society and the Phi Beta Psi National Project.

---

Pour arrêter la propagation du cancer, les cellules cancéreuses doivent mourir. Malheureusement, de nombreux types de cellules cancéreuses semblent utiliser des mécanismes innés qui bloquent la mort des cellules cancéreuses, permettant ainsi au cancer de se métastaser. Tout en cherchant à mieux comprendre la mort des cellules cancéreuses, les chercheurs de l'Université de Notre-Dame ont découvert que l'activation d'une enzyme spécifique peut aider à supprimer la propagation des tumeurs.

Les résultats, publiés dans Nature Cell Biology, démontrent que l'enzyme RIPK1 diminue le nombre de mitochondries dans une cellule. Cette perte de mitochondries conduit à un stress oxydatif qui peut potentiellement tuer les cellules cancéreuses, bien que les chercheurs spéculent sur les cellules cancéreuses pourraient trouver des moyens de mettre fin à cet effet.

Pendant l'étude, l'équipe de Notre Dame a découvert que lorsque l'enzyme RIPK1 est activée dans une cellule, elle peut faire diminuer le nombre de mitochondries - considérées comme les «centrales électriques» de la cellule - puisque la cellule consomme ses propres composants pour l'énergie, un processus appelé mitophagie. C'était surprenant, étant donné que RIPK1 était bien connu pour réguler la nécrose, un mécanisme de mort cellulaire complètement distinct.

«Nous pensions vraiment que cela allait être une histoire de nécrose, mais nous ne pouvions pas en voir la preuve et nous savions qu'il nous manquait quelque chose», a déclaré Zachary Schafer, professeur agrégé de biologie du cancer à la Fondation Coleman. dans le département des sciences biologiques et auteur principal de l'étude. "Regarder les nombres de mitochondries a fondamentalement changé notre façon de penser, et nous a permis de nous concentrer sur une façon différente que RIPK1 puisse faire mourir des cellules."

Schafer se concentre sur la métastase, le processus par lequel les cellules cancéreuses quittent la tumeur primaire et se propagent à d'autres parties du corps. La mort cellulaire, une barrière à la métastase, peut être induite lorsque les cellules épithéliales, celles qui tapissent la surface des cavités corporelles, se détachent du réseau de protéines de type échafaudage appelé matrice extracellulaire (MEC). À mesure qu'une tumeur progresse, elle peut devenir résistante à ce type de mort cellulaire.

"Alors que nos résultats sont à leurs balbutiements, nous espérons pouvoir tirer parti de la responsabilité associée à la fonction de RIPK1 afin de concevoir une stratégie visant à éliminer les cellules cancéreuses ECM-détachés, ce qui améliorerait la survie des patients", a déclaré Mark Hawk. étudiant diplômé à Notre Dame et auteur principal de l'étude. Hawk a ajouté que plus d'études sont nécessaires pour déterminer quels types de cancer sont les plus sensibles à cette approche.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Empêcher les métastases : on s'approche.   Jeu 25 Jan 2018 - 10:22

Pour la seconde fois en 3 ans, des chercheurs de l'Université Catholique de Louvain (Belgique) ont identifié une molécule qui, chez la souris, permet d'éviter qu'un cancer ne se généralise. Ces deux avancées sont uniques au monde, et "doublent les chances de mettre au point un médicament efficace dans la prévention des métastases", se félicite l'institution universitaire.

Déjà en 2014, Pierre Sonveaux et son équipe avaient mis en évidence le rôle joué par les mitochondries dans la formation de métastases. Lorsque les mitochondries des cellules tumorales sont altérées, elles favorisent la formation des métastases. Mais des tests sur des souris porteuses d'un cancer du humain avaient montré qu'une molécule, le mitoQ, était capable de bloquer ces altérations.

Aujourd'hui, les chercheurs de l'UCL ont identifié une deuxième molécule, la catéchine:lysine 1:2, qui empêche aussi l'apparition des métastases. Des tests concluants ont en effet été menés sur des souris atteintes de mélanomes . Alors que le mitoQ était une molécule de synthèse, la catéchine:lysine 1:2 est produite au départ à partir d'une plante qui pousse en Indonésie, explique Pierre Sonveaux. Ces deux molécules ciblent très sélectivement la mitochondrie et non l'ensemble de la cellule. "Elles peuvent empêcher un cancer de se généraliser, mais pas le guérir", souligne toutefois le professeur.

Ce dernier a bon espoir que les prochains tests confirment leur efficacité dans le traitement de plusieurs types de cancers chez la souris, en combinaison avec la chimiothérapie par exemple. Le passage de la frontière entre la souris et l'homme est, lui, beaucoup plus incertain. D'où l'utilité de travailler parallèlement sur deux molécules, relève M. Sonveaux.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Empêcher les métastases : on s'approche.   Ven 29 Déc 2017 - 20:16

A University of Hawai'i Cancer Center researcher has identified how some cancer cells are made to move during metastasis. The research provides a better understanding of how cancer spreads and may create new opportunities for cancer drug development.

Metastasis causes the deaths of 90 percent of cancer patients. The spread of cancer by metastasis is driven by a set of mutant proteins called oncogenes which cause cancer cells to multiply uncontrollably and promotes their ability to move. How oncogene activity specifically directs the increased movement and metastasis is highly complex and remains largely unknown.

Joe W. Ramos, PhD, deputy director of the UH Cancer Center and collaborators focused on investigating how these oncogenes and related signals lead to dysregulation of normal processes within the cell and activate highly mobile and invasive cancer cell behavior.

The findings, published in Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), define a mechanism in which the oncogenes turn on a protein called RSK2 that is required for cancer cells to move. Ramos and colleagues found that the RSK2 protein forms a signaling hub that includes proteins called LARG and RhoA. They show that turning on this signaling hub activates the movement of the cancer cells. These results significantly advance understanding of how cancer cells are made to move during metastasis and may provide more precise targets for drugs to stop cancer metastasis in patients where there are oncogenic mutations.

"These new data are very exciting. Blocking cancer invasion and metastasis remains a central challenge in treating patients. We anticipate that this research may lead to new therapeutic opportunities for brain tumors, melanoma, and breast cancer among others. We are currently focused on these opportunities and developing new compounds to target this signaling hub," said Ramos.

The work was done in collaboration with Michelle L. Matter, PhD, UH Cancer Center researcher in the Cancer Biology Program.

---

Un chercheur du Centre de cancérologie de l'Université d'Hawaii a identifié comment certaines cellules cancéreuses sont amenées à se déplacer pendant la métastase. La recherche fournit une meilleure compréhension de la propagation du cancer et peut créer de nouvelles opportunités pour le développement de médicaments contre le cancer.

Métastase provoque la mort de 90 pour cent des patients atteints de cancer. La propagation du cancer par les métastases est entraînée par un ensemble de protéines mutantes appelées oncogènes qui provoquent une multiplication incontrôlée des cellules cancéreuses et favorisent leur capacité à se déplacer. Comment l'activité oncogène dirige spécifiquement le mouvement accru et la métastase est très complexe et reste largement inconnue.

Joe W. Ramos, Ph.D., directeur adjoint du UH Cancer Center et ses collaborateurs se sont concentrés sur l'étude de la façon dont ces oncogènes et les signaux associés entraînent un dérèglement des processus normaux dans la cellule et activent le comportement des cellules cancéreuses hautement mobiles et invasives.

Les résultats, publiés dans les Actes de l'Académie nationale des sciences (PNAS), définissent un mécanisme dans lequel les oncogènes activent une protéine appelée RSK2 qui est nécessaire pour le déplacement des cellules cancéreuses. Ramos et ses collègues ont découvert que la protéine RSK2 forme un noyau de signalisation qui comprend des protéines appelées LARG et RhoA. Ils montrent que l'activation de ce concentrateur de signalisation active le mouvement des cellules cancéreuses. Ces résultats améliorent considérablement la compréhension de la façon dont les cellules cancéreuses sont amenées à se déplacer pendant la métastase et peuvent fournir des cibles plus précises pour les médicaments destinés à arrêter les métastases cancéreuses chez les patients présentant des mutations oncogéniques.

"Ces nouvelles données sont très excitantes.Le blocage de l'invasion du cancer et des métastases reste un défi majeur dans le traitement des patients.Nous pensons que cette recherche pourrait déboucher sur de nouvelles opportunités thérapeutiques pour les tumeurs cérébrales, le mélanome et le cancer du sein, entre autres. opportunités et développer de nouveaux composés pour cibler ce centre de signalisation », a déclaré Ramos.

Le travail a été réalisé en collaboration avec Michelle L. Matter, Ph.D., chercheuse au Centre du cancer de l'UH dans le programme de biologie du cancer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Empêcher les métastases : on s'approche.   Sam 29 Juil 2017 - 15:15

Scientists have uncovered how cells are kept in the right place as the body develops, which may shed light on what causes invasive cancer cells to migrate.

In order for organs to develop properly, cells from different tissues need to be separated by sharp borders that persist throughout our lifetime. The mechanisms that keep cells in the right place are lost in cancer cells, allowing them to invade other cell populations and spread to different tissues.

Researchers at the Francis Crick Institute have worked out how major players in border formation between tissues -- cell-surface proteins called ephrins and their Eph receptors -- keep cells in the right places. The findings are published in The Journal of the Royal Society Interface.

In many tissues, ephrins are present in one cell population and Eph receptors in the other. When these cells come into contact, ephrins bind to their receptors, triggering signalling inside both cells that stops them from mixing. However, it was not previously known whether this was because cells preferentially stick to 'like' cells of the same type, if they repelled other 'non-like' cells, or both.

To investigate this problem, the team labelled ephrin-expressing and receptor-expressing cells with different fluorescent colours, mixed them together, and observed their interactions under a microscope as the two populations separated out.

The team used their measurements to develop a computer model of the cell interactions to help understand how they become organised.

"We found that when cells of different types contacted each other, they rebounded in opposite directions," says co-author Anaïs Khuong, Postdoctoral Training Fellow at the Francis Crick Institute. "Our simulations suggest that this repulsion is the main force separating the cell types to form sharp borders."

The team also found that when they reduced the expression of a molecule called N-cadherin that keeps 'like' cells together, the different cell types did not separate as normal. Instead, 'like' cells repelled each other and broke into small clusters that mixed with 'non-like' cells. These findings were replicated in the computer simulations and suggest that under normal circumstances, N-cadherin suppresses repulsion between 'like' cells. This suppression is vital for 'like' cells to stick together, and to prevent them from invading 'non-like' cells enabling a sharp border to form between different cell populations.

Co-senior author David Wilkinson, Group Leader of the Neural Development Lab at the Francis Crick Institute, says: "This collaborative research between mathematical biology and developmental biology has given us new insights into how ephrins and their receptors work to keep cells in the right places, and the critical role of N-cadherin to keep like-cells together. Understanding how this signalling works will help us to figure out what might be going wrong in cancer cells to allow them to cross borders and spread through the body. Scientists are looking at potential therapeutic effects of targeting ephrin-signalling in tumours."

Co-senior author Willie Taylor, Group Leader of the Computational Cell and Molecular Biology Lab at the Francis Crick Institute, says "The collaborative ethos of the Institute brought about this project, when we realised that simulations that I had developed for interactions of molecules could be adapted to model cell interactions. The environment at the Crick is enhancing such collaboration between labs."

The paper 'Cell segregation and border sharpening by Eph receptor: ephrin-mediated heterotypic repulsion' is published in The Journal of the Royal Society Interface.

---

Les scientifiques ont découvert comment les cellules sont conservées au bon endroit à mesure que le corps se développe, ce qui peut éclairer ce qui provoque la migration des cellules cancéreuses envahissantes.

Pour que les organes se développent correctement, les cellules de différents tissus doivent être séparées par des bordures nettes qui persistent tout au long de notre vie. Les mécanismes qui maintiennent les cellules au bon endroit sont perdus dans les cellules cancéreuses, ce qui leur permet d'envahir d'autres populations de cellules et de se propager à différents tissus.

Les chercheurs de l'Institut Francis Crick ont ​​travaillé sur la façon dont les principaux acteurs de la formation des frontières entre les tissus - protéines de la surface cellulaire appelées éphrines et leurs récepteurs Eph - maintiennent les cellules dans les bons endroits. Les résultats sont publiés dans The Journal of the Royal Society Interface.

Dans de nombreux tissus, les éphrines sont présentes dans une population cellulaire et des récepteurs Eph dans l'autre. Lorsque ces cellules entrent en contact, les éphrines se lient à leurs récepteurs, déclenchant la signalisation à l'intérieur des deux cellules qui les empêche de se mélanger. Cependant, on ne savait pas si c'était parce que les cellules préféraient se fixer à des cellules «similaires» du même type, si elles repoussaient d'autres cellules «non similaires», ou les deux.

Pour étudier ce problème, l'équipe a identifié des cellules exprimant l'expression d'ephrine et exprimant le récepteur avec différentes couleurs fluorescentes, les a mélangées et observé leurs interactions sous un microscope lorsque les deux populations se sont séparées.

L'équipe a utilisé leurs mesures pour développer un modèle informatique des interactions cellulaires afin de comprendre comment elles s'organisent.

"Nous avons constaté que lorsque des cellules de différents types se sont contactées, elles ont rebondi dans des directions opposées", explique le co-auteur Anaïs Khuong, membre de la formation postdoctorale à l'Institut Francis Crick. "Nos simulations suggèrent que cette répulsion est la force principale qui sépare les types de cellules pour former des bordures nettes".

L'équipe a également constaté que lorsqu'ils ont réduit l'expression d'une molécule appelée N-cadhérine qui maintient les cellules «similaires», les différents types de cellules ne se sont pas séparés comme d'habitude. Au lieu de cela, les cellules 'like' se repoussaient et éclatèrent en petites grappes qui se mêlaient à des cellules «non similaires». Ces résultats ont été reproduits dans les simulations par ordinateur et suggèrent que, dans des circonstances normales, la N-cadhérine supprime la répulsion entre les cellules «similaires». Cette suppression est essentielle pour que les cellules «similaires» se tiennent ensemble et les empêche d'envahir des cellules «non similaires» permettant une bordure nette entre les différentes populations de cellules.

L'auteur co-senior David Wilkinson, chef de groupe du Neural Development Lab à l'Institut Francis Crick, déclare: «Cette recherche collaborative entre la biologie mathématique et la biologie du développement nous a permis de mieux comprendre comment les ephrins et leurs récepteurs fonctionnent pour garder les cellules dans le bon endroit ainsi que le rôle essentiel de la N-cadhérine pour garder les cellules similaires. Comprendre comment cette signalisation fonctionne nous aidera à comprendre ce qui pourrait aller mal dans les cellules cancéreuses pour leur permettre de traverser les frontières et de se propager dans le corps. Les scientifiques examinent les effets thérapeutiques potentiels du ciblage de la signalisation de l'ephrine dans les tumeurs ".

L'auteur co-senior Willie Taylor, chef de groupe du Laboratoire de biologie moléculaire et moléculaire de l'Institut Francis Crick, a déclaré: "L'éthique collaborative de l'Institut a provoqué ce projet, lorsque nous avons réalisé que les simulations que j'avais développées pour les interactions des molécules pourraient être adapté pour modéliser les interactions cellulaires. L'environnement au Crick améliore cette collaboration entre les laboratoires. "

Le document «La ségrégation cellulaire et l'affinage des frontières par le récepteur Eph: la répulsion hétérotype médiée par l'ephrine» est publié dans The Journal of the Royal Society Interface.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Empêcher les métastases : on s'approche.   Ven 28 Juil 2017 - 15:57

A stem cell-based method created by University of California, Irvine scientists can selectively target and kill cancerous tissue while preventing some of the toxic side effects of chemotherapy by treating the disease in a more localized way.

Weian Zhao, associate professor of pharmaceutical sciences, and colleagues have programmed human bone marrow stem cells to identify the unique physical properties of cancerous tissue. They added a piece of "code" to their engineered cells so that they can detect distinctively stiff cancerous tissue, lock into it and activate therapeutics.

In a study appearing in Science Translational Medicine, the researchers report they have effectively and safely employed this stem cell-targeting system in mice to treat metastatic breast cancer that had spread to the lung. They first transplanted the engineered stem cells to let them find and settle into the tumor site where they secreted enzymes called cytosine deaminase. The mice were then administered an inactive chemotherapy called prodrug 5-flurocytosine, which was triggered into action by the tumor site enzymes.

Zhao said his team specifically focused on metastatic cancer, which comes when the disease spreads to other parts of the body. Metastatic tumors are particularly deadly and the cause of 90 percent of cancer deaths.

"This is a new paradigm for cancer therapy," Zhao said. "We are going in a direction that few have explored before, and we hope to offer an alternative and potentially more effective cancer treatment."

Zhao added that this stem cell-targeting approach can provide an alternative to many forms of chemotherapy, which has a number of bad side effects. While this widely used method is powerful enough to kill rapidly growing cancer cells, it also can harm healthy ones.

"Our new type of treatment only targets metastatic tissue, which enables us to avoid some of conventional chemotherapy's unwanted side effects," said Zhao, who is a member of the Chao Family Comprehensive Cancer Center and the Sue & Bill Gross Stem Cell Research Center at UCI.

"This published work is focused on breast cancer metastases in the lungs," he added. "However, the technology will be applicable to other metastases as well, because many solid tumors have the hallmark of being stiffer than normal tissue. This is why our system is innovative and powerful, as we don't have to spend the time to identify and develop a new genetic or protein marker for every kind of cancer."

So far, the Zhao team has done preclinical animal studies to demonstrate that the treatment works and is safe, and they hope to transition to human studies in the near future. They are currently expanding to include other type of cells, including cancer tissue-sensing, engineered immune-system T cells (called CAR-T) to treat metastasizing breast and colon cancers. They also plan to transform the technology for other diseases such as fibrosis and diabetes, which result in stiffening of otherwise healthy tissue.


---


Avec une méthode à base de cellules souches créé par l'Université de Californie, les scientifiques d'Irvine peuvent cibler sélectivement et tuer les tissus cancéreux tout en empêchant certains des effets secondaires toxiques de la chimiothérapie en traitant la maladie de manière plus localisée.

Weian Zhao, professeur agrégé de sciences pharmaceutiques, et ses collègues ont programmé des cellules souches de moelle osseuse humaine pour identifier les propriétés physiques uniques des tissus cancéreux. Ils ont ajouté un morceau de «code» à leurs cellules conçues pour pouvoir détecter des tissus cancéreux distinctement rigides, s'enfermer en elles et activer des agents thérapeutiques.

Dans une étude apparaissant dans Science Translational Medicine, les chercheurs rapportent qu'ils ont utilisé de manière efficace et sûre ce système de ciblage par cellules souches chez la souris pour traiter le cancer du sein métastatique qui s'est propagé au poumon . Ils ont d'abord transplanté les cellules souches conçues pour leur permettre de trouver et de s'installer dans le site de la tumeur où ils sécrètent des enzymes appelées cytosine désaminase. On a ensuite administré aux souris une chimiothérapie inactive appelée prodrogue 5-flurocytosine, qui a été déclenchée en action par les enzymes du site tumoral.

Zhao a déclaré que son équipe était spécifiquement axée sur le cancer métastatique, qui vient lorsque la maladie se propage dans d'autres parties du corps. Les tumeurs métastatiques sont particulièrement mortelles et la cause de 90 pour cent des décès par cancer.

"C'est un nouveau paradigme pour la thérapie du cancer", a déclaré Zhao. "Nous allons dans une direction que peu ont exploré avant, et nous espérons offrir un traitement de cancer alternatif et potentiellement plus efficace".

Zhao a ajouté que cette approche de ciblage par cellules souches peut fournir une alternative à de nombreuses formes de chimiothérapie, qui a un certain nombre de mauvais effets secondaires. Bien que cette méthode largement utilisée soit suffisamment puissante pour tuer des cellules cancéreuses en croissance rapide, elle peut également nuire à celles qui sont en bonne santé.

«Notre nouveau type de traitement vise uniquement le tissu métastatique, ce qui nous permet d'éviter certains effets indésirables indésirables de la chimiothérapie conventionnelle», a déclaré Zhao, membre du Centre de cancérologie de la famille Chao et du Centre de recherche sur les cellules souches de Sue et Bill Gross à UCI.

"Ce travail publié se concentre sur les métastases du cancer du dans les poumons", at-il ajouté. "Cependant, la technologie sera également applicable à d'autres métastases, car de nombreuses tumeurs solides ont la caractéristique d'être plus rigides que les tissus normaux. C'est pourquoi notre système est novateur et puissant, car nous n'avons pas à consacrer le temps à identifier Et développer un nouveau marqueur génétique ou protéique pour chaque type de cancer ".

Jusqu'à présent, l'équipe de Zhao a effectué des études précliniques sur les animaux afin de démontrer que le traitement fonctionne et qu'il est sécuritaire et qu'ils souhaitent passer à des études humaines dans un proche avenir. Ils se développent actuellement pour inclure d'autres types de cellules, y compris les cellules cancéreuses du système immunitaire, les cellules T du système immunitaire (appelées CAR-T) pour traiter le cancer du et les métastases. Ils envisagent également de transformer la technologie pour d'autres maladies telles que la fibrose et le diabète, qui entraîne une raidissement des tissus autrement sains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Empêcher les métastases : on s'approche.   Mar 6 Juin 2017 - 18:20

A research study led by University of Minnesota engineers gives new insight into how cancer cells move based on their ability to sense their environment. The discovery could have a major impact on therapies to prevent the spread of cancer.

The research is published in Nature Communications.

The researchers found that cells have the ability to sense the stiffness of their environment and their ability to move is dependent upon that environment. These environments range from stiff (bone tissue) to soft (fatty tissue) with a medium stiffness (muscle tissue).

"Cells are a little like the storybook character Goldilocks. They don't like their environment too hard or too soft -- it needs to be just right or they won't move," said David Odde, a University of Minnesota biomedical engineering professor and Masonic Cancer Center researcher who led the study. "If we can trick cancer cells into believing it is not a good environment for migration, we can prevent the cancer cells from spreading."

On the flip side, Odde said the same research also could be used to improve regenerative medicine. "With adult stem cell therapy, we want to find the 'sweet spot' to encourage the cells to move to the damaged or unhealthy tissue to restore lost function," Odde said.

During their study, Odde and his colleagues compared cells from human brain cancer to mobile but normal cells from embryonic chick brains. They did five different experiments that included environments with six different stiffnesses. They also tested the effects of two different cancer drugs on the cell movements.

The cancer cells showed a much higher "sweet spot" stiffness, like Goldilocks preferring a firmer bed. The researchers slowed the cancer cells down in a petri dish in the lab by following the predictions of their computer models, which were based on an understanding the mechanics of the cancer cell movement.

Cells, it turns out, are like cars. They have motors that generate force, and a clutch to transfer that force to structures that grip the tissue along which they move. When the environment is stiff enough -- like a paved road -- they can move into higher gear, with the engine spinning faster and the clutch transferring more force to the parts that, like wheels, get more grip.

They found that the combination of the two drugs they tested inhibited the motor and clutch functions of cancer cells and therefore inhibited their movement.

"We brought an engineer's perspective to a biological problem that will hopefully have a medical benefit," Odde said. "We used a math and physics-based approach to building models and testing experimentally. This is not typical in cell biology, but it was effective for us."

Motor- and clutch-inhibiting drugs for humans are still in development, Odde said, but with further research they could prolong the lives of cancer patients.

In addition to applying the cell movement research to regenerative medicine, Odde said next steps include working to improve cancer vaccines that encourage cancer-fighting cells to easily make their way to the tumors.

---

Une étude de recherche dirigée par les ingénieurs de l'Université du Minnesota donne un nouvel aperçu de la façon dont les cellules cancéreuses se déplacent en fonction de leur capacité à sentir leur environnement. La découverte pourrait avoir un impact majeur sur les thérapies pour prévenir la propagation du cancer.

La recherche est publiée dans Nature Communications.

Les chercheurs ont constaté que les cellules ont la capacité de détecter la rigidité de leur environnement et leur capacité à se déplacer dépend de cet environnement. Ces environnements vont de rigides (tissu osseux) à doux (tissu adipeux) avec une rigidité moyenne (tissu musculaire).

"Les cellules sont un peu comme le personnage de conte Boucle d'or. Elles n'aiment pas leur environnement trop dur ou trop doux - il doit être juste correct ou elles ne bougeront pas", a déclaré David Odde, un professeur d'ingénierie biomédicale de l'Université du Minnesota Et le chercheur du centre de cancérologie qui a dirigé l'étude. "Si nous pouvons inciter les cellules cancéreuses à croire que ce n'est pas un bon environnement pour la migration, nous pouvons empêcher les cellules cancéreuses de se propager".

De l'autre côté, Odde a déclaré que la même recherche pourrait également être utilisée pour améliorer la médecine régénératrice. "Avec la thérapie des cellules souches adultes, nous voulons trouver le« bon endroit »pour encourager les cellules à se déplacer vers le tissu endommagé ou malsain pour restaurer la perte de fonction», a déclaré Odde.

Au cours de leur étude, Odde et ses collègues ont comparé les cellules du cancer du cerveau humain aux cellules mobiles mais normales des cerveaux de poussins embryonnaires. Ils ont fait cinq expériences différentes qui comprenaient des environnements avec six raideurs différentes. Ils ont également testé les effets de deux médicaments contre le cancer sur les mouvements cellulaires.

Les cellules cancéreuses présentaient un degré d'ajustement à la «douceur» beaucoup plus élevée, comme Goldilocks préférant un lit plus ferme. Les chercheurs ont ralenti les cellules cancéreuses dans une boîte de Petri dans le laboratoire en suivant les prédictions de leurs modèles informatiques, basées sur une compréhension de la mécanique du mouvement des cellules cancéreuses.

Les cellules, il s'avère, sont comme des voitures. Ils ont des moteurs qui génèrent de la force et un embrayage pour transférer cette force vers des structures qui saisissent le tissu sur lequel ils se déplacent. Lorsque l'environnement est assez rigide - comme une route pavée -, ils peuvent se déplacer dans des engrenages plus élevés, le moteur faisant tourner plus vite et l'embrayage transférant plus de force sur les pièces qui, comme les roues, obtiennent plus d'adhérence.

Ils ont constaté que la combinaison des deux médicaments qu'ils ont testés inhibaient les fonctions du moteur et de l'embrayage des cellules cancéreuses et empêchait donc leur mouvement.

"Nous avons apporté une perspective d'ingénieur à un problème biologique qui aurait un avantage médical", a déclaré Odde. «Nous avons utilisé une approche basée sur les mathématiques et la physique pour construire des modèles et des tests expérimentaux. Ce n'est pas typique de la biologie cellulaire, mais cela a été efficace pour nous».

Les médicaments antioxydants pour les humains sont encore en développement, a déclaré Odde, mais avec d'autres recherches, ils pourraient prolonger la vie des patients atteints de cancer.

En plus d'appliquer la recherche sur le mouvement cellulaire à la médecine régénératrice, Odde a déclaré que les prochaines étapes consistent à améliorer les vaccins contre le cancer qui encouragent les cellules qui luttent contre le cancer à se diriger facilement vers les tumeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Empêcher les métastases : on s'approche.   Mar 4 Avr 2017 - 11:43

There's a reason why melanoma, the most serious type of skin cancer, is so aggressive. You just need to watch the cells in action.

Researchers at the University of Iowa did just that, documenting in real time and in 3-D how melanoma cells form tumors. The cells waste no time finding their cancerous cousins, slashing their way through a lab-prepared gel to quickly join other melanoma cells and form tumors.

The findings were published online in the journal PLOS One.

Biology professor David Soll and his team used unique computer-assisted 3-D reconstruction software to chronicle how both breast tissue cancer cells and melanoma cells form tumors. The group found the two cancers act similarly in the joining stages of tumor formation. With that knowledge, they screened more than four dozen monoclonal antibodies -- unique agents that can stop cells from growing or forming tumors and can be mass produced -- before finding two that block tumor creation in both types of cancer.

"It upholds our hypothesis that coalescence is so similar that there's got to be the same molecules and mechanisms that do it, and we may be able to find a drug that shuts tumor formation down without being toxic to healthy cells in the body," says Soll, the paper's corresponding author.

Soll's team, in a paper published in PLOS One in March 2015, previously showed that human breast cancer cells form tumors by extending cables -- bridges of sorts -- between small aggregates of cancer cells. In the current study, the group reports that melanoma cells behave in a similar way, but with variations in timing and speed.

For one, melanoma cells are on the go immediately and at all times; they appear to both divide into more cells and rush to join clusters simultaneously.

One lab test showed a single cell moving a distance three times its diameter and joining with a small cancerous cluster in just four hours. In another instance, within 72 hours, 24 individual melanoma cells or small clusters of cells had mostly repositioned themselves into one large cancerous clot -- an 80 percent accretion rate.

Melanoma cells are "fast as lightning," Soll says. "They don't sit still. They've got ants in their pants."

Breast cancer cells, in contrast, are more ponderous and lumbering in both their movements and in forming tumors. In the previous paper in PLOS One, Soll's group found breast cancer cells wait on average 100 hours -- dividing into more cells during much of that interval -- before forming "clonal islands," or small clusters that then gradually join to form large tumors.

The reason why melanoma cells seem to always be on the move could lie in their evolutionary origin, Soll says. Melanocytes, healthy skin cells that form the pigment melanin, come from neural crest cells, which are created in the spinal column. Once programmed, melanocytes migrate through the tissue to take their place in the upper layer of the skin.

"They're professional crawlers," Soll says. "They were born to move."

Because melanoma cells are derived from melanocytes, it stands to reason that melanoma cells would retain the same mobile profile. Soll's lab tests appear to show that is the case.

Still, how melanoma cells join into tumors -- whether by individual cells coming together or small or large clusters of cells doing so -- follows the same pattern as breast tissue cancer cells: Cables are extended to reel in other cells or clusters.

That was an interesting revelation to Soll, who then screened 51 monoclonal antibodies before finding two, anti-beta 1 integrin/(CD29) and anti-CD44, that blocked tumor creation in both cancers.

"What's so cool is the same drug that stops breast cancer cells from undergoing coalescence also stops melanoma cells from undergoing coalescence, despite these cancers' whole history being different," Soll says. "That means there's a commonality despite the different origins. And that also means there might be a magic bullet (to stop tumor formation) for all cancers."

---

Il y a une raison pour laquelle le mélanome, le type de cancer de la le plus grave, est tellement agressif. Il suffit de regarder les cellules en action.

Les chercheurs de l'Université de l'Iowa ont fait exactement cela, documentant en temps réel et en 3-D comment les cellules de mélanome forment des tumeurs. Les cellules ne perdent pas de temps à trouver leurs cousines ​​cancéreuses, traversant un gel préparé en laboratoire pour rejoindre rapidement d'autres cellules de mélanome et former des tumeurs.

Les résultats ont été publiés en ligne dans le journal PLOS One.

Le professeur de biologie David Soll et son équipe ont utilisé un logiciel unique de reconstruction assistée par ordinateur 3-D pour chroniquer comment les cellules de cancer des tissus mammaires et les cellules de mélanome forment des tumeurs. Le groupe a constaté que les deux cancers agissaient de manière similaire aux étapes de jonction de la formation de tumeurs. Avec cette connaissance, ils ont examiné plus de quatre douzaines d'anticorps monoclonaux - des agents uniques qui peuvent empêcher les cellules de se développer ou de former des tumeurs et peuvent être produites en masse - avant de trouver deux qui bloquent la création de tumeur dans les deux types de cancer.

"Il confirme notre hypothèse selon laquelle la coalescence est tellement similaire qu'il doit y avoir les mêmes molécules et mécanismes qui la font, et nous pourrions trouver un médicament qui stoppe la formation de tumeurs sans être toxique pour les cellules saines du corps", explique-t-il. Soll, auteur correspondant du document.

L'équipe de Soll, dans un article publié dans PLOS One en mars 2015, a précédemment montré que les cellules cancéreuses du sein humain forment des tumeurs en étendant les câbles - genre de ponts - entre les petits agrégats de cellules cancéreuses. Dans l'étude actuelle, le groupe rapporte que les cellules de mélanome se comportent de manière similaire, mais avec des variations de temps et de vitesse.

Pour l'un, les cellules de mélanome sont en mouvement immédiatement et en tout temps; Ils apparaissent à la fois se divisent en plus de cellules et se précipitent pour rejoindre des grappes simultanément.

Un test de laboratoire a montré qu'une seule cellule se déplaçait d'une distance trois fois son diamètre et se joignait à une petite grappe cancéreuse en seulement quatre heures. Dans un autre cas, dans les 72 heures, 24 cellules individuelles de mélanome ou de petites grappes de cellules se sont principalement repositionnées dans un gros caillot cancéreux - un taux d'accrétion de 80%.

Les cellules de mélanome sont «rapides comme des éclairs», dit Soll. "Elles ne s'arrêtent pas. Elles ont des fourmis dans leur pantalon".

Les cellules cancéreuses du , en revanche, sont plus lourdes et lentes dans leurs mouvements et dans la formation de tumeurs. Dans le document précédent dans PLOS One, le groupe de Soll a trouvé que les cellules de cancer du sein attendent en moyenne 100 heures - en se divisant en plus de cellules pendant une grande partie de cet intervalle - avant de former des "îles clonales" ou de petits groupes qui se joignent progressivement pour former de grandes tumeurs .

La raison pour laquelle les cellules de mélanome semblent toujours être en mouvement pourrait résider dans leur origine évolutive, dit Soll. Les mélanocytes, les cellules saines de la peau qui forment le pigment mélanine, proviennent de cellules de la crête neurale, qui sont créées dans la colonne vertébrale. Une fois programmés, les mélanocytes migrent à travers le tissu pour prendre leur place dans la couche supérieure de la peau.

"Ce sont des crawlers professionnels", dit Soll. "Elles sont nées pour se déplacer".

Parce que les cellules de mélanome sont dérivées des mélanocytes, il est probable que les cellules de mélanome conserveraient le même profil mobile. Les tests de laboratoire de Soll semblent montrer que c'est le cas.

Pourtant, comment les cellules de mélanome se rejoignent dans les tumeurs - que ce soit par des cellules individuelles se rassemblant ou des petits ou grands groupes de cellules en fonction - suit le même schéma que les cellules cancéreuses du tissu mammaire: les câbles sont étendus de la cellule ou grappe principale à d'autres cellules ou grappes.

C'était une révélation intéressante pour Soll, qui a ensuite criblé 51 anticorps monoclonaux avant de trouver deux, anti-beta 1 intégrine / (CD29) et anti-CD44, qui ont bloqué la création de tumeur dans les deux cancers.

"Ce qui est si cool, c'est que le même médicament qui empêche les cellules cancéreuses du sein de subir une coalescence empêche également les cellules de mélanome de subir une coalescence, bien que l'histoire de ces cancers soit différente", dit Soll. "Cela signifie qu'il y a un caractère commun malgré les différentes origines. Cela signifie aussi qu'il pourrait y avoir une balle magique (pour arrêter la formation de tumeur) pour tous les cancers".


coalescence : Réunion, fusion d'éléments qui sont en contact. Soudure normale de deux organes végétaux de nature différente qui se sont développés au contact l'un de l'autre, par exemple un pétale et une étamine. Union des granules d'une suspension colloïdale ou des gouttelettes d'une émulsion. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Empêcher les métastases : on s'approche.   Jeu 2 Fév 2017 - 13:42

Une équipe de chercheurs de l'Université de Calgary veut s'attaquer à la diffusion des cellules cancéreuses après avoir découvert que 90 % des morts dues au cancer sont attribuables à la métastase.

Soigner le cancer n’est pas chose simple, mais freiner sa propagation dans le corps pourrait bien faire partie de la solution.

Poursuivant cet objectif, des chercheurs albertains ont étudié comment ils pourraient nuire au processus de diffusion du cancer - appelé métastase - en tentant de contrôler une protéine qui y joue un rôle prépondérant.

En analysant la structure en trois dimensions d’une protéine de calcium connue sous le nom de L-plastin, ils ont découvert que celle-ci aide les cellules cancéreuses à produire des tentacules leur permettant de se déplacer dans le corps.

L’équipe de l’Université de Calgary a identifié un interrupteur moléculaire dans la protéine, soit une molécule qui oscille entre deux ou plusieurs états.

« Cette découverte a été un grand pas en avant dans notre compréhension du fonctionnement de cette protéine », explique Hans Vogel, coauteur de l’étude et professeur de biochimie.

« Cette protéine est très importante, poursuit-il, car les cellules cancéreuses se développent d’abord en une tumeur où toutes les cellules sont regroupées. Puis, certaines cellules se sentent à l’étroit, se détachent et migrent ailleurs dans notre corps où elles forment à nouveau des tumeurs. »

Le scientifique croit que le traitement contre le cancer gagnera en efficacité en s’attaquant à la métastase, responsable de 9 décès sur 10 lors d’un cancer, en plus de tenter de venir à bout de la tumeur originelle.

« Les chirurgiens et les oncologistes en connaissent encore peu sur le processus de diffusion du cancer et cherchent encore comment interférer avec lui. »

Le professeur estime qu’il s’agit là d’un grand pas en avant pour la recherche, mais qu’il reste encore beaucoup de travail à faire pour qu'elle devienne une cure au cancer.

« Il est encore crucial de retirer la tumeur d’origine, conclut-il, mais il sera maintenant possible d’ajouter un autre aspect au traitement. »

À son avis, l'ampleur du potentiel de la découverte de son équipe reste encore à explorer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Empêcher les métastases : on s'approche.   Jeu 29 Déc 2016 - 18:00

Même sujet que l'entrée précédente mais à partir d'un texte en français.

La graisse permet aux cellules cancéreuses de se développer et se propager dans le corps.

Les cellules cancéreuses se propagent à d'autres régions du corps via des vaisseaux lymphatiques existants ou en les créant, selon les résultats d'une étude publiée dans la revue médicale Nature . La principale source d'énergie de ce voyage serait les acides gras.

Les chercheurs de l'université de Leuven en Belgique ont découvert comment les cellules cancéreuses se propagent à d'autres sites dans le corps grâce à de nouvelles «routes» pour voyager.

Stopper la propagation du cancer

La propagation du cancer , appelée métastase, est l'une des complications les plus importantes et potentiellement mortelles du cancer. La chimiothérapie et la radiothérapie actuelles peuvent traiter efficacement de nombreux cancers, cependant, la multiplication des cellules cancéreuses à de multiples sites dans le corps entraîne la majorité des décès associés au cancer. Pour que les cellules cancéreuses se propagent, elles doivent trouver une «route» préexistante, ou construire une nouvelle «route» pour voyager. Les vaisseaux lymphatiques, qui transportent du liquide plutôt que du sang, sont la voie principale de propagation des cellules cancéreuses. La formation de nouveaux vaisseaux lymphatiques, appelée lymphangiogenèse, est un processus mal compris et il manque actuellement des médicaments cliniquement approuvés pour empêcher cette croissance. Les scientifiques ont démontré que ces vaisseaux lymphatiques utilisaient des acides gras comme carburant.

"Notre étude montre que l'utilisation des graisses par les vaisseaux lymphatiques est programmée dans leur développement et nécessaire à leur croissance et à leur fonctionnement. En augmentant ou en empêchant l'utilisation des graisses, nous avons constaté que nous pouvions contrôler la croissance des vaisseaux lymphatiques", explique le docteur Brian Wong, responsable de l'étude.

Cette étude confirme les résultats d'une étude publiée en août 2016 dans cette même revue qui révélait que les cellules cancéreuses avaient besoin de gras pour se développer. Réduire leur consommation de lipides permettrait de les stopper et donc de traiter les cancers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Empêcher les métastases : on s'approche.   Mar 27 Déc 2016 - 16:30

Cancer cells spread to other sites in the body through promoting the growth of new 'roads' to travel on. In a study to be published on December 26th in the top scientific journal, Nature, an international and multidisciplinary team of researchers, led by Prof. Dr. Peter Carmeliet (VIB-KU Leuven), discovered how a shift to increased fat utilization is required for the development and growth of these 'roads', termed lymphatic vessels -- a special kind of blood vessels. This discovery paves the way towards developing therapeutics to limit lymphatic vessel growth in cancer by targeting fat utilization.

The spread of cancer, termed metastasis, is one of the most important and life-threatening complications of cancer today. Current chemotherapy and radiotherapy can effectively treat many cancers, however, the spread of cancer cells to multiple sites within the body results in the majority of deaths associated with cancer. In order for cancer cells to spread, they must find a pre-existing 'road', or build a new 'road' to travel on. Lymphatic vessels, a specialized kind of vessels transporting fluid rather than blood, are a primary route of cancer cell spread, and the formation of new lymphatic vessels, termed lymphangiogenesis, is a poorly understood process, which currently lacks clinically approved drugs to prevent their growth during disease.

Fat fuels lymphatics

Expanding upon recent work in the laboratory published in top journals such as Cell and Nature, a team consisting of Drs. Brian Wong, Xingwu Wang and Annalisa Zecchin, guided by Prof. Carmeliet sought to investigate the nutrient utilization (metabolism) of lymphatic vessels. The study began with a simple observation: lymphatics use more fat (fatty acids) compared to blood vessels. This is the first description of the nutrient utilization of lymphatic vessels. Using drugs to prevent fat utilization by lymphatics prevented lymphatic growth, an important step in translating this finding to the cancer setting and inhibition of metastasis.

What cells eat determines what they become

To understand why these cells are so reliant on fat, the researchers investigated how lymphatics develop. Lymphatics 'transform' from blood vessels during embryonic development, and this study shows that the signals that transform blood vessels to lymphatics also change their 'taste' to prefer eating fat. The novelty of this discovery is that this 'transformation' relies on an increase of fat utilization. In this process, the fat is used to generate molecules which can modify important factors that regulate the expression of the genetic code, termed epigenetic changes, which can ensure the function of lymphatics. The hard-wiring of the genetic code (DNA) itself is not altered by fat, but the utilization of this code that defines the lymphatic gene signature is modulated. A key translational aspect to this finding was the proof that resupplying another (fat) nutrient source could restore the growth and function of lymphatics.

Dr. Brian Wong (VIB-KU Leuven): "Our study shows that the usage of fat by lymphatics is programmed in their development, and required for their growth and function. We have demonstrated by enhancing or preventing the usage of fat (or fat byproducts), we can control the growth of lymphatics."

The next steps to preventing cancer cell spread and treating cancer patients

The immediate next steps of this research are clear and two-fold. On one hand, inhibitors of fat usage will be tested on a large scale for their ability to reduce metastasis in different types of cancer. On the other hand, we will test whether dietary fat supplements (for instance in the form of ketone bodies, used by athletes) can heal faulty lymphatics, a major complication in cancer patients undergoing surgical cancer removal, which leads to the debilitating swelling and dysfunction of the arms and legs, termed lymphedema, for which no drug is available.

Prof. Peter Carmeliet (VIB-KU Leuven): "Our immediate next studies are focusing on further translating these findings to the cancer setting. Previously, we could not develop drugs to target the growth of lymphatic vessels because we did not understand how they develop and function. Our work demonstrates the importance of their reliance on fat, and provides essential steps towards developing effective drugs to prevent excessive lymphatic growth in cancer, but also to treat incapacitating complications of lymphedema."


---

Les cellules cancéreuses se propager à d'autres sites dans le corps par la promotion de la croissance de nouvelles «routes» pour voyager. Dans une étude publiée le 26 décembre dans la revue scientifique Nature, une équipe internationale et multidisciplinaire de chercheurs, dirigée par le professeur Peter Carmeliet (VIB-KU Leuven), a découvert comment un changement vers une utilisation accrue de la graisse est nécessaire Pour le développement et la croissance de ces «routes», appelées vaisseaux lymphatiques - un type particulier de vaisseaux sanguins. Cette découverte ouvre la voie au développement thérapeutique pour limiter la croissance des vaisseaux lymphatiques dans le cancer en ciblant l'utilisation des graisses.

La propagation du cancer, appelée métastase, est l'une des complications les plus importantes et potentiellement mortelles du cancer aujourd'hui. La chimiothérapie et la radiothérapie actuelles peuvent traiter efficacement de nombreux cancers, cependant, la propagation des cellules cancéreuses à de multiples sites dans le corps entraîne la majorité des décès associés au cancer. Pour que les cellules cancéreuses se propagent, elles doivent trouver une «route» préexistante, ou construire une nouvelle «route» pour voyager. Les vaisseaux lymphatiques, un type spécialisé de navires transportant du liquide plutôt que du sang, sont une voie primaire de propagation des cellules cancéreuses, et la formation de nouveaux vaisseaux lymphatiques, appelée lymphangiogenèse, est un processus mal compris qui manque actuellement de médicaments cliniquement approuvés pour empêcher leur croissance Pendant la maladie.

Les lipides lymphatiques

S'appuyant sur les récents travaux en laboratoire publiés dans des revues de haut niveau telles que Cell and Nature, une équipe composée de Drs. Brian Wong, Xingwu Wang et Annalisa Zecchin, guidés par le professeur Carmeliet, ont cherché à étudier l'utilisation des nutriments (métabolisme) des vaisseaux lymphatiques. L'étude a commencé par une simple observation: les lymphatiques utilisent plus de graisse (acides gras) par rapport aux vaisseaux sanguins. C'est la première description de l'utilisation des nutriments des vaisseaux lymphatiques. L'utilisation de médicaments pour prévenir l'utilisation des lipides par les vaisseaux lymphatiques a empêché la croissance lymphatique, une étape importante dans la traduction de cette découverte pour le cancer et l'inhibition des métastases.

Ce que les cellules mangent détermine ce qu'elles deviennent

Pour comprendre pourquoi ces cellules sont si dépendantes de la graisse, les chercheurs ont étudié comment les lymphatiques se développent. Les lymphatiques «se transforment» des vaisseaux sanguins au cours du développement embryonnaire, et cette étude montre que les signaux qui transforment les vaisseaux sanguins en vaisseaux lymphatiques changent également leur «goût» pour préférer manger de la graisse. La nouveauté de cette découverte est que cette «transformation» repose sur une augmentation de l'utilisation des graisses. Dans ce processus, la graisse est utilisée pour générer des molécules qui peuvent modifier des facteurs importants qui régulent l'expression du code génétique, appelés changements épigénétiques, qui peuvent assurer la fonction des lymphatiques. Le câblage dur du code génétique (ADN) lui-même n'est pas modifié par la graisse, mais l'utilisation de ce code qui définit la signature du gène lymphatique est modulée. Un aspect clé de la traduction de cette découverte a été la preuve que le réapprovisionnement d'une autre source de matières grasses (graisse) pourrait restaurer la croissance et la fonction des lymphatiques.

Dr. Brian Wong (VIB-KU Leuven): «Notre étude montre que l'utilisation de la graisse par les lymphatiques est programmée dans leur développement, et nécessaire pour leur croissance et leur fonction.Nous avons démontré en améliorant ou en empêchant l'utilisation de la graisse Sous-produits), nous pouvons contrôler la croissance des lymphatiques. "

Les prochaines étapes pour prévenir la propagation des cellules cancéreuses et traiter les patients cancéreux

Les prochaines étapes immédiates de cette recherche sont claires et doubles. D'une part, les inhibiteurs de la consommation de graisse seront testés à grande échelle pour leur capacité à réduire les métastases dans différents types de cancer. D'autre part, nous allons tester si les suppléments de graisses alimentaires (par exemple sous la forme de corps de cétone, utilisés par les athlètes) peut guérir les lymphatiques défectueux, une complication majeure chez les patients atteints de cancer subissant un retrait chirurgical du cancer, ce qui conduit à l'enflure et le dysfonctionnement débilitants Des bras et des jambes, appelés lymphoedème, pour lesquels aucun médicament n'est disponible.

Professeur Peter Carmeliet (VIB-KU Leuven): «Nos études immédiates se concentrent sur la poursuite de la traduction de ces résultats dans le cadre du cancer. Auparavant, nous ne pouvions pas développer des médicaments pour cibler la croissance des vaisseaux lymphatiques parce que nous ne comprenions pas comment ils se développent et leur fonction.Notre travail démontre l'importance de leur dépendance à la graisse, et fournit des étapes essentielles vers le développement de médicaments efficaces pour prévenir la croissance lymphatique excessive dans le cancer, mais aussi pour traiter les complications incapacitantes du lymphoedème.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Empêcher les métastases : on s'approche.   Sam 24 Déc 2016 - 14:07

What makes cancer so deadly is its ability to move . The better that doctors can keep tumors contained and protect unaffected organs in the body, the less lethal a cancer will be.

So if doctors were able to pinpoint tumor cells and literally stop them in their tracks, it would go a long way in treatment.

"Therapeutically preventing the inappropriate movement of metastatic tumor cells could be used in combination with existing chemotherapies to increase patient survival," said Ryan Petrie, PhD, an assistant professor in Drexel's College of Arts and Sciences.

With that in mind, Petrie led research efforts that were able to determine that certain tumor cells (fibrosarcoma) are unable to perform a certain kind of movement that normal connective tissue cells perform when moving through tight, three-dimensional environments.

Since cells' nuclei are big and rigid, they're not easy to squeeze through three-dimensional structures. When such a structure (or matrix, as they're called at the cellular level) is encountered, normal cells can switch to a form of movement that creates a pressure differential inside the cell by moving their nucleus, like a piston in an engine.

But Petrie's research found that fibrosarcoma cells can't perform this piston movement to get through those tight squeezes when certain protease enzymes are present and highly active. Thus, these tumor cells effectively chew their way through the matrix, while normal cells use powerful molecular motors to muscle their way forward and leave the matrix more intact.

Petrie's research, published in the Jan. 2 issue of the Journal of Cell Biology, studied this movement of cells -- and lack thereof -- in rat tail and cattle skin collagen.

"Cell migration is a lethal characteristic of metastatic tumors, where malignant cells begin to move inappropriately and spread through the body to form secondary tumors," Petrie said. "To fully understand the mechanisms which drive normal and pathological cell movement, we must study cell migration in three-dimensional environments, such as the ones found in our tissues."

The research has implications beyond just fighting cancer cells.

"Promoting movement of fibroblasts in specific three-dimensional tissues like dermis [skin] and cartilage could help to heal difficult-to-treat wounds," Petrie explained. "Understanding the fundamental molecular mechanisms driving the movement of these cell types will be essential for designing rational therapeutic strategies in the future."

Determining the different methods in movement between normal and malignant cells is important, but more research needs to be done to find out exactly why there is a difference.

"The next step will be to untangle the intracellular signaling pathways which dictate cell behavior to understand precisely why tumor and normal cells move differently in the same three-dimensional environment," Petrie said. "We speculate these signaling pathways will provide the best candidates for drugs aimed at promoting or reducing cell movement in the future."

---

Ce qui rend le cancer si mortel, c'est sa capacité à bouger. Le plus les médecins peuvent garder les tumeurs contenues et protéger les organes non affectés dans le corps, le moins létale un cancer sera.

Donc, si les médecins étaient en mesure de repérer les cellules tumorales et littéralement les arrêter dans leurs pistes, cela aiderait le traitement.

«La prévention thérapeutique du déplacement inapproprié des cellules tumorales métastatiques pourrait être utilisée en combinaison avec les chimiothérapies existantes pour augmenter la survie des patients», a déclaré Ryan Petrie, Ph.D., professeur adjoint au Collège des Arts et des Sciences de Drexel.

En gardant cela à l'esprit, Petrie a mené des efforts de recherche qui ont permis de déterminer que certaines cellules tumorales (fibrosarcome) ne sont pas capables d'effectuer un certain mouvement que les cellules normales du tissu conjonctif effectuent lorsqu'elles se déplacent dans des environnements étroits et tridimensionnels.

Puisque les noyaux des cellules sont grands et rigides, ils ne sont pas faciles à écraser par des structures tridimensionnelles. Quand une telle structure (ou matrice, comme on les appelle au niveau cellulaire) est rencontrée, les cellules normales peuvent passer à une forme de mouvement qui crée un différentiel de pression à l'intérieur de la cellule en déplaçant leur noyau, comme un piston dans un moteur.

Mais la recherche de Petrie a constaté que les cellules de fibrosarcome ne peuvent pas effectuer ce mouvement de piston pour passer par ces compressions serrées quand certaines enzymes de protease sont présentes et très actives. Ainsi, ces cellules tumorales mâchent efficacement leur chemin à travers la matrice, alors que les cellules normales utilisent des puissant moteurs moléculaires pour forcer leur chemin ce qui laisse la matrice plus intacte.

La recherche de Petrie, publiée dans le numéro du 2 janvier du Journal of Cell Biology, a étudié ce mouvement de cellules - et son absence - dans la queue de rat et le collagène de la peau du bétail.

"La migration cellulaire est une caractéristique mortelle des tumeurs métastatiques, où les cellules malignes commencent à se déplacer de façon inappropriée et se propager à travers le corps pour former des tumeurs secondaires", a déclaré Petrie. «Pour comprendre pleinement les mécanismes qui conduisent le mouvement cellulaire normal et pathologique, nous devons étudier la migration cellulaire dans des environnements tridimensionnels, tels que ceux trouvés dans nos tissus.

La recherche a des implications au-delà de la lutte contre les cellules cancéreuses.

«Promouvoir le mouvement des fibroblastes dans des tissus tridimensionnels spécifiques comme le derme [la peau] et le cartilage pourrait aider à guérir les plaies difficiles à traiter», a expliqué Petrie. "La compréhension des mécanismes moléculaires fondamentaux conduisant le mouvement de ces types cellulaires sera essentielle pour concevoir des stratégies thérapeutiques rationnelles à l'avenir."

Il est important de déterminer les différentes méthodes de déplacement entre les cellules normales et malignes, mais il faut faire plus de recherches pour savoir exactement pourquoi il y a une différence.

"La prochaine étape consistera à démêler les voies de signalisation intracellulaire qui dictent le comportement cellulaire pour comprendre précisément pourquoi la tumeur et les cellules normales se déplacent différemment dans le même environnement tridimensionnel", a déclaré Petrie. «Nous supposons que ces voies de signalisation fourniront les meilleurs candidats pour les médicaments visant à promouvoir ou à réduire le mouvement cellulaire à l'avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Empêcher les métastases : on s'approche.   Dim 18 Déc 2016 - 16:37

Researchers at the University of Turku, Finland have identified a new way of blocking the spread of cancer. Calcium channel blockers, which are used to lower blood pressure, block breast and pancreatic cancer invasion by inhibiting cellular structures.

By screening already approved drugs, the team led by Postdoctoral Researcher Guillaume Jacquemet and Academy Professor Johanna Ivaska has discovered that calcium channel blockers can efficiently stop cancer cell invasion in vitro. Calcium channel blockers are currently used to treat hypertension, also known as high blood pressure, but their potential use in blocking cancer cell metastases has not been previously reported.

Cancer kills because of its ability to spread throughout the body and form metastases. Therefore, developing drugs that block the ability of cancer cells to disseminate is a major anti-cancer therapeutic avenue. Developing new drugs, however, is a very lengthy and expensive process and many promising drugs fail clinical trials because of unanticipated toxicity and side effects. Thus, finding new targets for drugs already in use to treat other diseases, in other words drug repurposing, is an emerging area in developing anti-cancer therapies.

- Identification of anti-hypertension drugs as potential therapeutics against breast and pancreatic cancer metastasis was a big surprise. The targets of these drugs were not know to be present in cancer cells and therefore no one had considered the possibility that these drugs might be effective against aggressive cancer types, says Professor Ivaska.

Sticky Finger-like Structures in Cancer Cell Enable Its Movement

For several years, the research team from the Turku Centre for Biotechnology lead by Professor Johanna Ivaska has focused their efforts on understanding how cancer cells move and invade surrounding tissue. The team has identified that aggressively spreading cancer cells express a protein called Myosin-10 which drives cancer cell motility.

- Myosin-10 expressing cancers have a large number of structures called filopodia. They are sticky finger-like structures the cancer cells extend to sense their environment and to navigate -- imagine a walking blind spider, explains Dr Jacquemet.

The team found that calcium channel blockers target specifically these sticky fingers rendering them inactive, thus efficiently blocking cancer cell movement. This suggest that they might be effective drugs against cancer metastasis. However, at this stage much more work is required to assess if these drugs would be efficient against cancer progression.

The team and their collaborators are currently assessing the efficiency of calcium channel blockers to stop the spreading of breast and pancreatic cancer using pre-clinical models and analysing patient data.

The findings were published in Nature Communications journal on 2 December 2016.

---

Des chercheurs de l'Université de Turku, en Finlande, ont identifié une nouvelle façon de bloquer la propagation du cancer. Les bloqueurs des canaux calciques, qui sont utilisés pour abaisser la tension artérielle, bloquent l'invasion du cancer du sein et du pancréas en inhibant les structures cellulaires.

En dépistage des médicaments déjà approuvés, l'équipe menée par le chercheur postdoctoral Guillaume Jacquemet et professeur de l'Académie Johanna Ivaska a découvert que les bloqueurs des canaux calciques peuvent efficacement arrêter l'invasion des cellules cancéreuses in vitro. Les bloqueurs des canaux calciques sont actuellement utilisés pour traiter l'hypertension, également connue sous le nom de haute tension artérielle, mais leur utilisation potentielle dans le blocage des métastases cellulaires cancéreuses n'a pas été rapportée auparavant.

Le cancer tue en raison de sa capacité à se propager dans tout le corps et former des métastases. Par conséquent, le développement de médicaments qui bloquent la capacité des cellules cancéreuses à se disséminer est une avenue thérapeutique anticancéreuse majeure. Cependant, le développement de nouveaux médicaments est un processus très long et coûteux et de nombreux médicaments prometteurs échouent en raison d'une toxicité inattendue et d'effets secondaires. Ainsi, la recherche de nouvelles cibles pour les médicaments déjà utilisés pour traiter d'autres maladies, autrement dit la réutilisation des médicaments, est un domaine émergent dans le développement de thérapies anticancéreuses.

- L'identification de médicaments anti-hypertensifs comme thérapeutique potentielle contre les métastases du cancer du sein et du pancréas a été une grande surprise. On ne savaient pas que les cibles de ces médicaments étaient présentes dans les cellules cancéreuses et donc personne n'avait envisagé la possibilité que ces médicaments pourraient être efficaces contre les types agressifs de cancer, dit le professeur Ivaska.

Les structures adhésives de type doigt dans une cellule cancéreuse permettent son mouvement

Depuis plusieurs années, l'équipe de recherche du Centre Turku de Biotechnologie, dirigée par la professeure Johanna Ivaska, a concentré ses efforts sur la compréhension de la façon dont les cellules cancéreuses se déplacent et envahissent les tissus environnants. L'équipe a identifié que la propagation agressive des cellules cancéreuses exprimant une protéine appelée Myosine-10 qui amène la mobilité pour la cellule de cancer.

- Les cancers exprimant la myosine-10 ont un grand nombre de structures appelées filopodes. Elles sont des structures collantes comme des doigts, les cellules cancéreuses s'étendent pour détecter leur environnement et pour naviguer - imaginez une araignée aveugle ambulante, explique le Dr Jacquemet.

L'équipe a constaté que les bloqueurs des canaux calciques visent spécifiquement ces doigts collants les rendant inactifs, bloquant ainsi efficacement le mouvement des cellules cancéreuses. Cela suggère qu'ils pourraient être des médicaments efficaces contre les métastases cancéreuses. Toutefois, à ce stade beaucoup plus de travail est nécessaire pour évaluer si ces médicaments seraient efficaces contre la progression du cancer.

L'équipe et leurs collaborateurs évaluent actuellement l'efficacité des inhibiteurs calciques pour arrêter la propagation du cancer du et du en utilisant des modèles précliniques et en analysant les données des patients.

Les résultats ont été publiés dans la revue Nature Communications le 2 décembre 2016.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Empêcher les métastases : on s'approche.   Mar 18 Oct 2016 - 15:05

(Québec) Des chercheurs de l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill auraient découvert une nouvelle voie pour empêcher la propagation des métastases. Une découverte qui pourrait améliorer le traitement du cancer du métastasé dans le foie, mais aussi de plusieurs autres cancers, selon l'auteur principal de l'étude publiée dans le magazine Nature Medicine, le Dr Peter Metrakos.

«Le cancer métastasique est plus difficile à traiter qu'un cancer primaire. Environ 80 % des patients atteints d'un cancer du colon chez qui on diagnostique des métastases dans le foie sont inopérables», explique dans un communiqué diffusé mardi le Dr Metrakos, précisant que la chimiothérapie ne fait que prolonger la vie de ces patients, mais qu'elle ne peut les guérir.

«Si on pouvait bloquer la propagation des métastases et les traiter une fois qu'elles se sont développées, nous aurions de meilleures chances de guérir les patients», ajoute-t-il.

Ce que les travaux de l'équipe du Dr Metrakos ont démontré, c'est que les cellules cancéreuses pouvaient se propager grâce aux vaisseaux sanguins déjà présents dans le corps. Jusqu'ici, on attribuait exclusivement cette propagation des cellules cancéreuses au mécanisme de l'angiogénèse, par lequel les cellules cancéreuses induisent la production de nouveaux vaisseaux sanguins pour mieux proliférer.

Traitement personnalisé

«Sauf que ça, c'est pour environ 40 à 45 % des tumeurs. On a découvert que dans 40 à 45 % des cas, les tumeurs obtiennent leur apport sanguin grâce à des vaisseaux sanguins déjà présents» dans le foie, explique en entrevue le Dr Metrakos, précisant que les cellules cancéreuses encerclent les vaisseaux sanguins qui sont déjà dans le foie pour obtenir le sang dont elles ont besoin.

Pour tenter de freiner les métastases, les chercheurs avaient jusqu'ici concentré leurs efforts autour de l'angiogénèse et développé des médicaments (des anti-angiogéniques) ciblant ce processus. Mais ces médicaments ne sont pas efficaces pour tous les patients, expose le Dr Metrakos.

«Avec notre découverte, on pourra sélectionner le bon traitement pour chacun de nos patients, personnaliser le traitement», dit-il.

L'équipe du Dr Metrakos a amorcé des travaux sur d'autres rumeurs solides. «Selon les données préliminaires, notre découverte pourrait permettre d'améliorer le traitement d'autres tumeurs, notamment au rein, au poumon et au cerveau», croit le Dr Metrakos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Empêcher les métastases : on s'approche.   Lun 22 Aoû 2016 - 17:50

As cells move throughout our bodies, they often have to squeeze through tight nooks and crannies in their environment, reliably springing back to their original shape. The structures involved in this process are still a mystery, but in a study published August 22 in Developmental Cell, a research team reports one protein responsible for giving a cell's nucleus its durable, deformable nature. These results, the authors say, may explain the invasiveness of certain cancer cells.

"The nucleus is the fattest organelle in the whole cell, and really needs to be squished if a cancer cell wants to metastasize throughout the body," says Maddy Parsons, Professor of Cell Biology at King's College London, whose research group led the study. "There's a really complex network of proteins that keeps the cell from buckling in on itself when it's faced with a tight squeeze."

The researchers pinpointed one protein responsible -- fascin -- that is known to be at unusually high levels in cancer cells. Originally, says Parsons, fascin was only thought to exist at the cell's edge as a "bundling protein," where it binds and stabilizes spiky finger-like protrusions called filopodia at the cell's plasma membrane. These structures allow the cell to sense its surrounding environment and pull itself through tissue. Now, the researchers have found that fascin also sits at the periphery of the nuclear envelope (the membrane that surrounds the nucleus), binding to different structures there to add stability and prevent collapse.

"All cells have a cytoskeleton made from lots of filaments of a protein called actin that give the cell its architecture, but without other proteins added on, the skeleton will buckle under stress," says Parsons. "Proteins like fascin that bind onto this cytoskeleton add an element of stability and flexibility -- it makes the cell more mechanically stable and able to rapidly respond to the environment to change shape. This data we have, showing fascin at the nuclear periphery, has opened up a new way of thinking about how this protein controls cancer cell movement."

To investigate how fascin controls cancer cell migration, Parsons and her team in one set of experiments placed human cancer cells into a series of artificial microchannels, which are small devices with pore sizes ranging from large pores that a cell can easily maneuver through to spaces as small as 2 microns wide, into which the cell can barely fit. By reducing intercellular levels of the fascin protein, they found that the cells were unable to squish their nuclei enough to fit into small channels. This suggests that cancer cells may use fascin to better navigate through different densities of tissues that they face during their invasion away from a solid tumor.

"I think what we're showing is that fascin has more than one important role in controlling cancer cell metastasis," Parsons adds. "Importantly, this is also revealing new ways that we can target fascin to block its function in cancer cells."

Parsons and her team are still eager to determine the forces controlling fascin in cancer cells. "We're really still in the dark about what proteins are controlling these different functions of fascin," she says. "We still don't know what proteins and signals are telling fascin to move from the cell's edge to the nucleus, so these are the next questions we hope to tackle."

---

Comme les cellules se déplacent tout au long de notre corps, ils ont souvent à se faufiler à travers les coins et recoins serrés dans leur environnement, rejaillissant de manière fiable à leur forme originale. Les structures impliquées dans ce processus sont encore un mystère, mais dans une étude publiée le 22 Août dans Developmental Cell, une équipe de recherche rapporte qu'une protéine est responsable de donner au noyau d'une cellule sa nature déformable durable. Ces résultats, selon les auteurs, peuvent expliquer le caractère invasif de certaines cellules cancéreuses.

"Le noyau est le plus gros organites dans la cellule entière, et vraiment besoin d'être écrasée si une cellule cancéreuse veut métastaser dans tout le corps», dit Maddy Parsons, professeur de biologie cellulaire au King College de Londres, dont le groupe de recherche dirigé l'étude. «Il y a un réseau très complexe de protéines qui maintient la cellule de s'effondrer sur elle-même quand elle est confronté à une pression de serrage."

Les chercheurs ont mis en évidence une protéine responsable - fascin - qui est connu pour être à des niveaux anormalement élevés dans les cellules cancéreuses. A l'origine, dit Parsons, on  n'a été pensé que fascin pouvait exister au bord de la cellule comme  «protéine de regroupement," où se lient et stabilisent les saillies en forme de doigts pointus appelés filopodia à la membrane plasmique de la cellule. Ces structures permettent à la cellule de détecter son environnement et se tirer à travers les tissus. Maintenant, les chercheurs ont constaté que fascin siège également à la périphérie de l'enveloppe nucléaire (la membrane qui entoure le noyau), la liaison aux structures différentes là pour ajouter de la stabilité et éviter l'effondrement.

"Toutes les cellules ont un cytosquelette fabriqué à partir de beaucoup de filaments d'une protéine appelée actine qui donnent à la cellule son architecture, mais sans autres protéines ajoutées sur ce squelette il ployer sous le stress», dit Parsons. "Les protéines comme fascin qui se lient sur ce cytosquelette ajoute un élément de stabilité et de flexibilité - il rend la cellule plus mécaniquement stable et capable de répondre rapidement à l'environnement pour changer de forme Ces données que nous avons, montrant fascin à la périphérie nucléaire a ouvert une nouvelle façon de penser sur la façon dont cette protéine contrôle le mouvement des cellules cancéreuses ".

Pour étudier comment fascin contrôle la migration des cellules cancéreuses, Parsons et son équipe dans une série d'expériences ont placé des cellules cancéreuses humaines dans une série de microcanaux artificiels, qui sont de petits appareils avec des tailles de trous allant de grands trous où une cellule peut facilement manœuvrer à des espaces aussi petits que 2 microns de large, dans lequel la cellule peut à peine tenir. En réduisant les niveaux intercellulaires de la protéine fascin, ils ont constaté que les cellules ont été incapables de serrer leurs noyaux assez pour entrer dans les petits canaux. Ceci suggère que les cellules cancéreuses peuvent utiliser fascin pour mieux naviguer à travers différentes densités des tissus auxquelles ils sont confrontés lors de leur invasion loin d'une tumeur solide.

"Je pense que ce que nous montrons c'est que fascin a plus d'un rôle important dans le contrôle de la métastase des cellules cancéreuses», ajoute Parsons. "C'est important, et c'est également révélateur de nouvelles façons dont nous pouvons cibler fascin pour bloquer sa fonction dans les cellules cancéreuses."

Parsons et son équipe sont toujours impatients de déterminer les forces qui contrôlent fascin dans les cellules cancéreuses. «Nous sommes vraiment encore dans l'ignorance de quelles  protéines contrôlent ces différentes fonctions de fascin," dit-elle. "Nous ne savons toujours pas  quelles sont les protéines et les signaux qui disent à Fascin de se déplacer à partir du bord de la cellule vers le noyau, de sorte que ce sont les questions suivantes que nous espérons attaquer."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Empêcher les métastases : on s'approche.   Ven 12 Aoû 2016 - 9:16

Many cancers only become a mortal danger if they form metastases elsewhere in the body. Such secondary tumours are formed when individual cells break away from the main tumour and travel through the bloodstream to distant areas of the body. To do so, they have to pass through the walls of small blood vessels. Scientists from the Max Planck Institute for Heart and Lung Research in Bad Nauheim and Goethe University Frankfurt have now shown that tumour cells kill specific cells in the vascular wall. This enables them to leave the vessels and establish metastases, a process facilitated by a molecule called DR6.

The most common cause of cancer deaths is not the primary tumour itself but metastases that subsequently form. Most tumour cells spread via the bloodstream. To do so, individual tumour cells have to enter blood vessels and leave the bloodstream again at remote locations.

Together with scientists at the universities of Cologne and Heidelberg, the Research Group led by Stefan Offermanns, Director of the Department of Pharmacology at the Max Planck Institute for Heart and Lung Research and professor at Goethe University Frankfurt, has now succeeded in clarifying the underlying mechanism. The researchers, working with cell cultures, first observed how individual tumour cells kill specific cells in the vascular wall, called endothelial cells. This process, known as necroptosis, enabled cancer cells to overcome an endothelial cell layer in the laboratory. "We were then able to show in studies on mice that the same process occurs in living organisms," says Boris Strilic, first author of the study.

The scientists also found that endothelial cells themselves give the signal for their own death: To do this, the vascular wall cells have a receptor molecule called Death Receptor 6 (DR6) on their surface. "When a cancer cell comes into contact with it, a protein on the cell's surface, known as APP, activates DR6. This marks the start of the cancer cells' attack on the vascular wall, which culminates in the necroptosis of wall cells," Strilic explains.

Death Receptor in the cell membrane

The Max Planck researchers then showed that less necroptosis of endothelial cells and less metastasis occur in genetically modified animals in which Death Receptor 6 is disabled. "This effect was also found after a blockade of DR6 or the cancer-cell protein APP, thus confirming our previous observations," Strilic says.

It is still not entirely clear whether the cancer cells migrate directly through the resulting gap in the vascular wall or whether there is an indirect effect: "We have evidence that many more molecules are released when the vascular wall cell dies and that they render the surrounding area more permeable to cancer cells," says Offermanns.

"This mechanism could be a promising starting point for treatments to prevent the formation of metastases," says Offermanns. First, however, it must be determined whether a blockade of DR6 triggers unwanted side effects. It must also be determined to what extent the observations can be transferred to humans.


---

De nombreux cancers ne deviennent un danger mortel si elles forment des métastases ailleurs dans le corps. Ces tumeurs secondaires se forment lorsque des cellules individuelles se détachent de la tumeur principale et entrent dans la circulation sanguine vers les zones éloignées du corps. Pour ce faire, ils doivent passer à travers les parois des petits vaisseaux sanguins. Des scientifiques de l'Institut Max Planck pour la recherche cardiovasculaire et pulmonaire à Bad Nauheim et Université Goethe de Francfort ont montré que les cellules tumorales tuent des cellules spécifiques dans la paroi vasculaire. Cela leur permet de quitter les vaussaux et d'établir des métastases, un processus facilité par une molécule appelée DR6.

La cause la plus fréquente de décès par cancer n'est pas la tumeur primaire elle-même, mais les métastases qui se forment par la suite. La plupart des cellules tumorales se propagent par l'intermédiaire de la circulation sanguine. Pour ce faire, les cellules tumorales individuelles doivent entrer dans les vaisseaux sanguins et quitter à nouveau la circulation sanguine dans des endroits éloignés.

En collaboration avec des scientifiques des universités de Cologne et de Heidelberg, le groupe de recherche dirigé par Stefan Offermanns, Directeur du Département de pharmacologie de l'Institut Max Planck pour la recherche cardiovasculaire et pulmonaire et professeur à l'Université Goethe de Francfort, a maintenant réussi à clarifier le mécanisme sous-jacent . Les chercheurs, en travaillant avec des cultures de cellules, ont d'abord observé comment les cellules tumorales individuelles tuent des cellules spécifiques dans la paroi vasculaire, appelées cellules endothéliales. Ce procédé, connu sous le nom nécroptose, a permis aux cellules cancéreuses de surmonter une couche de cellules endothéliales dans le laboratoire. «Nous avons pu montrer dans des études sur des souris que le même processus se produit dans les organismes vivants», dit Boris Strilic, premier auteur de l'étude.

Les scientifiques ont également constaté que les cellules endothéliales elles-mêmes donnent le signal de leur propre mort: Pour ce faire, les cellules de la paroi vasculaire ont une molécule réceptrice appelée Recepteur de la mort 6 (DR6) sur leur surface. «Quand une cellule cancéreuse entre en contact avec elle, une protéine à la surface de la cellule, appelée APP, active DR6. Cela marque le début de l'attaque des cellules cancéreuses sur la paroi vasculaire, qui culmine dans la nécroptose des cellules de la paroi," explique Strilic.

Récepteur de mort dans la membrane cellulaire

Les chercheurs Max Planck ont ​​ensuite montré qu.il y a moins de nécroptose des cellules endothéliales et moins métastases qui se produisent chez les animaux génétiquement modifiés dans lesquels le récepteur de la nort 6 (DR6) est désactivé. "Cet effet a également été trouvé après un blocus de DR6 sur la protéine APP des cellules cancéreuses, confirmant ainsi nos observations précédentes», dit Strilic.

C'est encore difficile de savoir si les cellules cancéreuses migrent directement par l'écart résultant dans la paroi vasculaire ou s'il y a un effet indirect: «Nous avons la preuve que beaucoup d'autres molécules sont libérées lorsque la cellule de la paroi vasculaire meurt et qu'ils rendent les environs zone plus perméable aux cellules cancéreuses », explique Offermanns.

"Ce mécanisme pourrait être un point de départ prometteur pour les traitements pour prévenir la formation de métastases», dit Offermanns. Mais d'abord, il faut déterminer si un blocus de DR6 déclenche des effets secondaires indésirables. On doit également être déterminé dans quelle mesure les observations peuvent être transférées à l'homme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Empêcher les métastases : on s'approche.   Ven 24 Juin 2016 - 10:35

Key Points

    Brain metastasis responses were observed in both melanoma and NSCLC patients treated with pembrolizumab.
    Responses were ongoing at 4 to 10 months in melanoma patients and at 3 to 7 months in NSCLC patients.

Goldberg et al found that pembrolizumab (Keytruda) was active in untreated or progressive brain metastases in melanoma and non–small cell lung cancer (NSCLC), according to a single-center phase II trial reported in The Lancet Oncology.

Study Details

The study included 36 patients at Yale Cancer Center, 18 with melanoma and 18 with NSCLC, who had at least one untreated or progressive brain metastasis (between 5 and 20 mm in diameter) without associated neurologic symptoms or the need for corticosteroid treatment. Patients with NSCLC had to have tumor tissue positive for programmed cell death ligand 1 (PD-L1) expression. Patients received pembrolizumab at 10 mg/kg every 2 weeks until disease progression. The primary endpoint was brain metastasis response, and the study is ongoing.

Responses

Brain metastasis response was observed in 4 (22%, 95% confidence interval [CI] = 7%–48%) of 18 patients with melanoma (all partial responses) and 6 (33%, 95% CI = 14%–59%) of 18 patients with NSCLC, including 4 complete responses. Responses were ongoing at the time of analysis in each of the four melanoma patients (4.0–10.0 months) and in five of the six NSCLC patients (3.2–7.0 months).

---

Points clés

Des réponses quant aux métastases cérébrales ont été observées dans les mélanomes et les patients atteints de CPNPC : poumon: traités avec lambrolizumab.
    
Les réponses étaient en cours à 4 à 10 mois chez les patients de mélanome et à 3 à 7 mois chez les patients atteints de CPNPC.

Goldberg et al ont constaté que lambrolizumab (Keytruda) était actif dans les métastases cérébrales non traitées ou progressives dans le mélanome et le cancer bronchique non à petites cellules (NSCLC), selon un essai de phase II monocentrique rapporté dans The Lancet Oncology.

Détails de l'étude

L'étude a inclus 36 patients à Yale Cancer Center, 18 avec un mélanome et 18 avec NSCLC, qui avait au moins une métastase cérébrale non traitée ou progressive (entre 5 et 20 mm de diamètre) sans symptômes neurologiques associés ou la nécessité d'un traitement aux corticostéroïdes. Les patients atteints de NSCLC devait avoir le tissu tumoral positif pour programmé l'expression du  ligand de mort cellulaire 1 (PD-L1). Les patients ont reçu lambrolizumab à 10 mg / kg toutes les 2 semaines jusqu'à la progression de la maladie. Le critère principal était la réponse du cerveau métastatique, et l'étude est en cours.

Réponses

La réponse des métastases cérébrales a été observée chez 4 (22%, 95% intervalle de confiance [IC] = 7% -48%) des 18 patients atteints de mélanome (toutes les réponses partielles) et 6 (33%, IC à 95% = 14% -59% ) des 18 patients atteints de CPNPC, dont 4 réponses complètes. Les réponses étaient en cours au moment de l'analyse dans chacun des quatre patients atteints de mélanome (4,0-10,0 mois) et dans cinq des six patients atteints de CPNPC (3.2-7.0 mois).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Empêcher les métastases : on s'approche.   Mer 13 Avr 2016 - 22:12

Nils Halberg at the University of Bergen has identified a protein that makes it possible for cancer cells to spread.

The cells inside a tumour differ a lot. While some remains "good" and do not cause trouble, others become aggressive and starts to spread to other organ sites. It is very hard to predict which cells become aggressive or not.

Nevertheless, by isolating these aggressive cancer cells in in vivo tests on animals, researchers at The Rockefeller University and the Department of Biomedicine at the University of Bergen (UiB) have discovered a certain protein (PITPNC1) that characterise aggressive cancer cells.

"We discovered that the aggressive cancer cells that are spreading in colon, breast, and skin cancer contained a much higher portion of the protein PITPNC1, than the non-aggressive cancer cells," says researcher Nils Halberg of the CELLNET Group at the Department of Biomedicine at UiB.

"This means we can predict which of the cancer cells are getting aggressive and spread, at a much earlier stage than today."

How cells penetrate tissue

The researcher also discovered that this protein, that characterizes the aggressive cancer cells, has got a very specific function in the process of spreading cancer.

The cancer cells spread from one place in the body to another, through the blood vessel. To get into the blood vessels, the cell needs to penetrate tissue, both when it leaves the tumour and when it is attaching to a new organ.

"The protein PITPNC1 regulates a process whereby the cancer cells are secreting molecules, which cut through a network of proteins outside the cells, like scissors. The cancer cell is then able to penetrate the tissue and set up a colonies at new organ sites," Halberg explains.

The researchers discovery is recently published in the journal Cancer Cell.

Custom-made therapy

A tumour that is not spreading, is usually not dangerous for the patient if it is removed. The hard part in cancer therapy is when the tumour starts to spread. Guided by the new discoveries, supported by the Bergen Research Foundation´s (BFS) Recruitment Programme, Halberg hopes to contribute to a better treatment of cancer patients.

"If we get to the point where we can offer a custom-made therapy that targets the function of this protein, we might be able to stop it spreading," says Nils Halberg.

---

Nils Halberg à l'Université de Bergen a identifié une protéine qui permet aux cellules cancéreuses de se propager.

Les cellules à l'intérieur d'une tumeur diffèrent beaucoup. Alors que certaines reste «bonnes» et ne causent pas de problèmes, d'autres deviennent agressives et commencent à se propager à d'autres sites d'organes. Il est très difficile de prédire quelles cellules vont devenir agressif ou non.

Néanmoins, en isolant ces cellules cancéreuses agressives dans les tests in vivo sur les animaux, les chercheurs de l'Université Rockefeller et le Département de Biomédecine à l'Université de Bergen (UIB) ont découvert c'est une certaine protéine (PITPNC1) qui caractérisent les cellules cancéreuses agressives.

"Nous avons découvert que les cellules cancéreuses agressives qui se répandent dans le cancer du , du et le cancer de la contiennent une proportion beaucoup plus élevée de la protéine PITPNC1, que les cellules cancéreuses non agressives," explique le chercheur Nils Halberg du Groupe CELLNET au ministère de la biomédecine à UiB.

"Cela signifie que nous pouvons prédire lequel des cellules cancéreuses deviennent agressifs et la propagation, à un stade beaucoup plus tôt qu'aujourd'hui."

Comment les cellules pénètrent dans le tissu

Le chercheur a également découvert que cette protéine, qui caractérise les cellules cancéreuses agressives, a une fonction très spécifique dans le processus de propagation du cancer.

Les cellules cancéreuses se propagent d'un endroit dans le corps à l'autre, à travers le vaisseau sanguin. Pour entrer dans les vaisseaux sanguins, la cellule doit pénétrer dans le tissu, à la fois quand elle quitte la tumeur et quand elle s'accroche à un nouvel organe.

"La protéine PITPNC1 régule un processus par lequel les cellules cancéreuses sécrètent des molécules qui coupent à travers un réseau de protéines de cellules, comme des ciseaux. La cellule cancéreuse est alors en mesure de pénétrer dans le tissu et mettre en place une colonie sur de nouveaux sites d'organes" explique Halberg.

La découverte des chercheurs est publiée récemment dans la revue Cancer Cell.

thérapie sur mesure

Une tumeur qui ne se propage pas, n'est généralement pas dangereuse pour le patient si elle est retirée. La partie difficile dans le traitement du cancer est lorsque la tumeur commence à se répandre. Guidée par les nouvelles découvertes, soutenues par la recherche Foundation's Bergen (BFS) Programme de recrutement, Halberg espère contribuer à un meilleur traitement des patients atteints de cancer.

"Si nous arrivons au point où nous pouvons offrir une thérapie sur mesure qui cible la fonction de cette protéine, nous pourrions être en mesure d'arrêter sa propagation», dit Nils Halberg.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Empêcher les métastases : on s'approche.   Jeu 7 Avr 2016 - 17:04

Scientists at the Children's Medical Center Research Institute at UT Southwestern (CRI) have identified a novel metabolic pathway that helps cancer cells thrive in conditions that are lethal to normal cells.

"It's long been thought that if we could target tumor-specific metabolic pathways, it could lead to effective ways to treat cancer," said senior author Dr. Ralph DeBerardinis, Associate Professor of CRI and Pediatrics, Director of CRI's Genetic and Metabolic Disease Program, and Chief of the Division of Pediatric Genetics and Metabolism at UT Southwestern. "This study finds that two very different metabolic processes are linked in a way that is specifically required for cells to adapt to the stress associated with cancer progression."

The study, available online in the journal Nature, reveals that cancer cells use an alternate version of two well-known metabolic pathways called the pentose phosphate pathway (PPP) and the Krebs cycle to defend against toxins. The toxins are reactive oxygen species (ROS) that kill cells via oxidative stress.

This work builds on earlier studies by Dr. DeBerardinis' laboratory that found the Krebs cycle, a series of chemical reactions that cells use to generate energy, could reverse itself under certain conditions to nourish cancer cells.

Dr. DeBerardinis said most normal cells and tumor cells grow by attaching to nutrient-rich tissue called a matrix. "They are dependent on matrix attachment to receive growth-promoting signals and to regulate their metabolism in a way that supports cell growth, proliferation, and survival," he said. Detachment from the matrix results in a sudden increase in ROS that is lethal to normal cells, he added. Cancer cells seem to have a workaround.

The destruction of healthy cells when detached from the matrix was reported in a landmark 2009 Nature study by Harvard Medical School cell biologist Dr. Joan Brugge. Intriguingly, that same study found that inserting an oncogene -- a gene with the potential to cause cancer -- into a normal cell caused it to behave like a cancer cell and survive detachment, said Dr. DeBerardinis, who also is affiliated with the Eugene McDermott Center for Human Growth & Development, holds the Joel B. Steinberg, M.D. Chair in Pediatrics, and is a Sowell Family Scholar in Medical Research at UT Southwestern.

"Another Nature study, this one from CRI Director Dr. Sean Morrison's laboratory in November 2015, found that the rare skin cancer cells that were able to detach from the primary tumor and successfully metastasize to other parts of the body had the ability to keep ROS levels from getting dangerously high," Dr. DeBerardinis said. Dr. Morrison, also a CPRIT Scholar in Cancer Research and a Howard Hughes Medical Institute Investigator, holds the Mary McDermott Cook Chair in Pediatrics Genetics at UT Southwestern.

Working under the premise that the two findings were pieces of the same puzzle, a crucial part of the picture seemed to be missing, he said.

It was known for decades that the PPP was a major source of NADPH, which provides a source of reducing equivalents (that is, electrons) to scavenge ROS; however, the PPP produces NADPH in a part of the cell called the cytosol, whereas the reactive oxygen species are generated primarily in another subcellular structure called the mitochondria.

"If you think of ROS as fire, then NADPH is like the water used by cancer cells to douse the flames," Dr. DeBerardinis said. But how could NADPH from the PPP help deal with the stress of ROS produced in a completely different part of the cell? "What we did was to discover how this happens," Dr. DeBerardinis said.

The current study in Nature demonstrates that cancer cells use a "piggybacking" system to carry reducing equivalents from the PPP into the mitochondria. This movement involves an unusual reaction in the cytosol that transfers reducing equivalents from NADPH to a molecule called citrate, similar to a reversed reaction of the Krebs cycle, he said. The citrate then enters the mitochondria and stimulates another pathway that results in the release of reducing equivalents to produce NADPH right at the location of ROS creation, allowing the cancer cells to survive and grow without the benefit of matrix attachment.

"We knew that both the PPP and Krebs cycle provide metabolic benefits to cancer cells. But we had no idea that they were linked in this unusual fashion," he said. "Strikingly, normal cells were unable to transport NADPH by this mechanism, and died as a result of the high ROS levels."

Dr. DeBerardinis stressed that the findings were based on cultured cell models, and more research will be necessary to test the role of the pathway in living organisms. "We are particularly excited to test whether this pathway is required for metastasis, because cancer cells need to survive in a matrix-detached state in the circulation in order to metastasize," he said.


---

Les scientifiques du Centre médical de l'Institut de recherche de l'enfance à l'UT Southwestern (CRI) ont identifié une nouvelle voie métabolique qui aide les cellules cancéreuses à se développent dans des conditions qui sont mortelles pour les cellules normales.

"On a longtemps pensé que si nous pouvions cibler des voies métaboliques spécifiques de la tumeur, elle pourrait conduire à des moyens efficaces pour traiter le cancer», a déclaré l'auteur principal, le Dr Ralph DeBerardinis, professeur agrégé de CRI et de pédiatrie, directeur de la génétique du CRI et du Programme des maladies métaboliques et chef de la Division of Pediatric Genetics and Metabolism à l'UT Southwestern. «Cette étude constate que deux processus métaboliques très différentes sont liées d'une manière qui est spécifiquement requis pour les cellules d'adaptation au stress associé à la progression du cancer."

L'étude, disponible en ligne dans la revue Nature, révèle que les cellules cancéreuses utilisent une version alternative de deux voies métaboliques bien connues appelé la voie des pentoses phosphates (PPP) et le cycle de Krebs pour se défendre contre les toxines. Les toxines sont des espèces réactives de l'oxygène (ROS) qui tuent les cellules par le stress oxydatif.

Ce travail se fonde sur des études antérieures par le laboratoire du Dr DeBerardinis qui a trouvé que le cycle de Krebs, une série de réactions chimiques que les cellules utilisent pour produire de l'énergie, pourrait se renverser sous certaines conditions pour nourrir les cellules cancéreuses.

Dr. DeBerardinis dit que la plupart des cellules normales et les cellules tumorales grandissent en se fixant sur les tissus riches en éléments nutritifs appelée matrice. «Ils dépendent de l'attachement à  la matrice pour recevoir des signaux favorisant la croissance et  réguler leur métabolisme d'une manière qui favorise la croissance cellulaire, la prolifération et la survie», dit-il. Le détachement à partir de la matrice résulte dans une brusque augmentation de ROS qui est létale pour les cellules normales, a-t-il ajouté. Les cellules cancéreuses semblent avoir une solution de contournement.

La destruction des cellules saines lorsque détaché de la matrice a été rapporté dans une étude de la nature historique 2009 par la Harvard Medical School biologiste cellulaire Dr. Joan Brugge. Curieusement, cette même étude a révélé que l'insertion d'un oncogène - un gène ayant le potentiel de causer le cancer - dans une cellule normale la fait  se comporter comme une cellule cancéreuse et survivre au détachement, a déclaré le Dr DeBerardinis.

"Une autre étude publiée dans "Nature", celle du laboratoire du CRI Directeur Dr Sean Morrison en Novembre 2015, a constaté que les rares cellules de cancer de la peau qui ont pu se détacher de la tumeur primitive et avec succès métastaser à d'autres parties du corps ont la capacité de garder des niveaux de ROS  dangereusement élevé ", a déclaré le Dr DeBerardinis.

Travaillant sous la prémisse que les deux conclusions étaient des pièces d'un même puzzle, une partie cruciale de l'image semblait manquer, dit-il.

Il était connu depuis des décennies que le PPP était une source importante de NADPH, qui fournit une source d'équivalents réducteurs  (ce sont des électrons)  pour piéger ROS; Cependant, le PPP produit NADPH dans une partie de la cellule appelée le cytosol, tandis que les espèces réactives de l'oxygène sont produites principalement dans une autre structure sous-cellulaire appelée la mitochondrie.

"Si vous pensez à ROS comme le feu, NADPH est comme l'eau utilisée par les cellules cancéreuses pour éteindre les flammes", a déclaré le Dr DeBerardinis. Mais comment NADPH pourrait aider  aider à partir de PPP pour faire face au stress que ROS produit dans une partie complètement différente de la cellule? «Ce que nous avons fait était de découvrir comment cela se passe", a déclaré le Dr DeBerardinis.

L'étude actuelle démontre que les cellules cancéreuses utilisent un système de «piggybacking» pour transporter des équivalents réducteurs à partir du PPP vers les mitochondries. Ce mouvement implique une réaction inhabituelle dans le cytosol qui transferrent les équivalents réducteurs de NADPH à une molécule appelée citrate, semblable à une réaction inverse du cycle de Krebs, dit-il. Le citrate pénètre ensuite dans les mitochondries et stimule une autre voie qui conduit à la libération des équivalents réducteurs pour produire NADPH droit à l'emplacement de la création ROS, qui permet aux cellules cancéreuses de survivre et de se développer sans le bénéfice de l'attachement à la matrice.

"Nous savions que le PPT et le cycle de Krebs offrent des avantages métaboliques aux cellules cancéreuses. Mais nous ne savions pas qu'ils étaient liés de cette façon inhabituelle," at-il dit. "Il est frappant, que les cellules normales aient été incapables de transporter NADPH par ce mécanisme, et sont mortes à la suite des niveaux élevés de ROS."

Dr. DeBerardinis a souligné que les conclusions étaient fondées sur des modèles de cellules en culture, et d'autres recherches seront nécessaires pour tester le rôle de la voie dans les organismes vivants. «Nous sommes particulièrement heureux de tester si cette voie est nécessaire pour les métastases, car les cellules cancéreuses ont besoin pour survivre dans un état detaché de la matrice individuelle dans la circulation afin de métastaser," at-il dit.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Empêcher les métastases : on s'approche.   Lun 21 Mar 2016 - 15:48

Scientists have revealed that a key molecule in breast and lung cancer cells can help switch off the cancers' ability to spread around the body.

The findings by researchers at Imperial College London, published in the journal EMBO Reports, may help scientists develop treatments that prevent cancer travelling around the body -- or produce some kind of test that allows doctors to gauge how likely a cancer is to spread.

During tumour growth, cancer cells can break off and travel in the bloodstream or lymph system to other parts of the body, in a process called metastasis.

Patients whose cancers spread tend to have a worse prognosis, explains Professor Justin Stebbing, senior author of the study from the Department of Surgery and Cancer at Imperial: "The ability of a cancer to spread around the body has a large impact on a patient's survival. However, at the moment we are still in the dark about why some cancers spread around the body -- while others stay in one place. This study has given important insights into this process."

The researchers were looking at breast and lung cancer cells and they found that a protein called MARK4 enables the cells to break free and move around to other parts of the body, such as the brain and liver. Although scientist are still unsure how it does this, one theory is it affects the cell's internal scaffolding, enabling it to move more easily around the body.

The team found that a molecule called miR-515-5p helps to silence, or switch off, the gene that produces MARK4.

In the study, the team used human breast cancer and lung cancer cells to show that the miR-515-5p molecule silences the gene MARK4. They then confirmed this in mouse models, which showed that increasing the amount of miR-515-5p prevents the spread of cancer cells. The findings also revealed that the silencer molecule was found in lower levels in human tumours that had spread around the body.

The team then also established that patients with breast and lung cancers whose tumours had low amounts of these silencer molecules -- or high amounts of MARK4 -- had lower survival rates.

Researchers are now investigating whether either the MARK4 gene or the silencer molecule could be targeted with drugs. They are also investigating whether these molecules could be used to develop a test to indicate whether a patient's cancer is likely to spread.

Professor Stebbing said: "In our work we have shown that this silencer molecule is important in the spread of cancer. This is very early stage research, so we now need more studies to find out more about this molecule, and if it is present in other types of cancer."

Dr Olivier Pardo, lead author of the paper, also from the Department of Surgery and Cancer at Imperial, added: "Our work also identified that MARK4 enables breast and lung cancer cells to both divide and invade other parts of the body. These findings could have profound implications for treating breast and lung cancers, two of the biggest cancer killers worldwide."


---


Les scientifiques ont montré qu'une molécule clé dans les cellules du cancer du et du cancer du peut aider à éteindre la capacité des cancers de se propager dans le corps.

Les résultats par les chercheurs de l'Imperial College de Londres, publiée dans la revue EMBO Reports, peuvent aider les scientifiques à développer des traitements qui empêchent le cancer de voyager autour du corps - ou à produire une sorte de test qui permet aux médecins de jauger la probabilité qu'un cancer a de se propager.

Pendant la croissance de la tumeur, les cellules cancéreuses peuvent se détacher et se déplacer dans le système sanguin ou lymphatique dans d'autres parties du corps, dans un processus appelé métastase.

Les patients dont le cancer se propagent ont tendance à avoir un plus mauvais pronostic, explique le professeur Justin Stebbing, auteur principal de l'étude du Département de chirurgie et le cancer à l'Imperial: "La capacité d'un cancer de se propager dans le corps a un impact important sur la survie d'un patient . Cependant, au moment où nous sommes encore dans l'ignorance de la raison pour laquelle certains cancers se propagent autour du corps - tandis que d'autres restent dans un endroit cette étude a donné des informations importantes sur ce processus. ".

Les chercheurs étaient à la recherche au niveau des cellules du sein et le cancer du poumon, et ils ont découvert qu'une protéine appelée MARK4 permet aux cellules de se libérer et de se déplacer vers d'autres parties du corps, comme le cerveau et le foie. Bien que le scientifique ne savent toujours pas comment il le fait, une théorie est elle affecte un échafaudage interne de la cellule, ce qui lui permet de se déplacer plus facilement autour du corps.

L'équipe a constaté qu'une molécule appelée miR-515-5p aide à silencer, ou à éteindre le gène qui produit MARK4.

Dans l'étude, l'équipe a utilisé des cellules de cancer du sein et le cancer du poumon humain pour montrer que la molécule miR-515-5p fait taire le gène MARK4. Ils ont ensuite confirmé ceci dans les modèles de souris, ce qui montre que l'augmentation de la quantité de miR-515-5p empêche la propagation des cellules cancéreuses. Les résultats ont également révélé que la molécule a été trouvé dans des niveaux inférieurs dans les tumeurs humaines qui étaient réparties autour du corps.

L'équipe a ensuite également établi que les patients atteints de cancers du sein et du poumon dont les tumeurs avaient de faibles quantités de ces molécules - ou des quantités élevées de MARK4 - avaient un taux de survie plus faible.

Les chercheurs étudient maintenant si soit le gène MARK4 ou la molécule de silencement pourraient être ciblés avec des médicaments. Ils étudient également si ces molécules pourraient être utilisées pour développer un test pour indiquer si le cancer d'un patient est susceptible de se propager.

Le professeur Stebbing a déclaré: «Dans notre travail, nous avons montré que cette "molécule de silencement" est importante dans la propagation du cancer Cette recherche de stade très précoce, donc nous avons besoin maintenant plus d'études pour en savoir plus sur cette molécule, et si elle est présente dans. d'autres types de cancer. "

Dr Olivier Pardo, auteur principal du document, également du Département de chirurgie et le cancer à l'Imperial, a ajouté: «Notre travail a également identifié que MARK4 permet aux cellules du sein et au cancer du poumon à la fois de diviser et d'envahir d'autres parties du corps Ces résultats pourraient. avoir des implications profondes pour le traitement des cancers du sein et du poumon, deux des plus grands tueurs de cancer dans le monde "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Empêcher les métastases : on s'approche.   Mer 16 Déc 2015 - 2:41

At ASCB 2015, Vanderbilt researchers show how metastasizing tumors use non-cancerous fibroblasts to make a migration highway through surrounding extracellular matrix

To get moving, metastasizing cancer needs to enlist non-cancerous collaborators. Suspicions about where these secret cancer allies might be lurking have long been directed at the fibroblasts, the cells that secrete and organize the extracellular matrix (ECM), the ground on which surrounding cells can get a grip. Increasing evidence suggests that fibroblasts near growing tumors are actively assisting cancer cells in spreading locally and metastasizing elsewhere. But exactly how these cancer-associated fibroblasts (CAFs) provide aid to the cancer enemy was not known until a recent discovery by Begum Erdogan and colleagues in Donna Webb's lab at Vanderbilt University -- CAFs clear a highway through the ECM for migrating cancer cells. The researchers presented their work at ASCB 2015 in San Diego on Sunday, December 13 and Tuesday, December 15.

The roadway that CAFs arrange is made of parallel fibers of fibronectin (Fn), a major protein in the ECM mix secreted by all fibroblasts. The Vanderbilt researchers observed CAFs rearranging Fn into parallel bundles instead of the dense mesh that normal tissue fibroblasts (NAFs) make. Taking cancer cells grown from prostate as well as head and neck tumors, the researchers plated them on ECM from CAFs and NAFs. The cancer cells on the CAF matrix were better at moving in a single direction.

But why? CAFs rearrange the matrix into a road because they get a better grip on Fn fibers, the researchers discovered. Using traction force microscopy, they were able to measure the difference. CAFs were stronger than NAFs because they were better at delivering force from the motor protein, myosin II, through connectors called integrins to Fn fibers. CAFs had higher levels of a Fn-binding integrin plus a switched-on GTPase called Rac, which is critical to cell movement. Inhibiting myosin-II activity with a drug deprived CAFs of their super traction powers and the ECM reverted to its normal disorder. These results solve a longstanding puzzle about cancer metastasis and point to the matrix as a possible target for drugs to stop cancer in its tracks.


---


Au ACSB 2015, les chercheurs montrent comment les tumeurs métastatiques utilisent les fibroblastes non-cancéreuses pour se faire une route de migration à travers la matrice extracellulaire environnante

Pour bouger, le cancer métastasé doit engager des collaborateurs non-cancéreux. Les soupçons sur l'endroit où ces alliés secrets de cancer pourraient se cacher ont longtemps été dirigé vers les fibroblastes, les cellules qui sécrètent et organisent la matrice extracellulaire (MEC), le terrain sur lequel les cellules environnantes peuvent avoir une emprise. Une augmentation de la preuve suggère que les fibroblastes près de tumeurs à croissance aident activement les cellules cancéreuses dans la propagation des métastases localement et ailleurs. Mais exactement comment ces fibroblastes associés au cancer (CAF) fournissent de l'aide à l'ennemi du cancer n'a pas été connu avant une découverte récente par Begum Erdogan et ses collègues dans le laboratoire de Donna Webb à l'Université Vanderbilt - Les CAFs se font une autoroute à travers l'ECM pour la migration des cellules cancéreuses. Les chercheurs ont présenté leurs travaux lors AsCB 2015 de San Diego, le dimanche 13 Décembre et le mardi 15 Décembre.

La chaussée qu'organisent les CAFs est constituée de fibres parallèles de fibronectine (Fn), une protéine majeure dans le mix ECM sécrétée par les fibroblastes. Les chercheurs ont observé que les CAFs réarrangent les Fns en faisceaux parallèles à la place du maillage dense des fibroblastes de tissus normaux (nafs) font. Prenant les cellules cancéreuses de cultivées ainsi que des tumeurs de la tête et du cou, les chercheurs les ont placés sur ECM des CAF et ANF. Les cellules cancéreuses sur la matrice de la CAF étaient meilleures à se déplacer dans une seule direction.

Mais pourquoi? Les CAFs réorganisent la matrice dans une route parce qu'ils obtiennent une meilleure adhérence sur les fibres Fn, selon ce que les chercheurs ont découvert. En utilisant de la force de traction microscopique, ils ont pu mesurer la différence. Les CAFs étaient plus forts que les NAFs parce qu'ils étaient meilleurs pour fournir de la vigueur à partir de la protéine motrice, la myosine II, via des connecteurs appelés intégrines à fibres Fn. Les CAFs avaiemt des niveaux plus élevés d'une intégrine Fn contraignant plus une commutation sur une GTPase appelé RAac, qui est critique pour le mouvement des cellules. Inhiber l'activité de la myosine-II avec un médicament prive les CAFs de leurs pouvoirs de super-traction et l'ECM revient à son désordre normale. Ces résultats résoudre une énigme de longue date à propos de métastases du cancer et pointe la matrice comme une cible possible pour des médicaments pour arrêter le cancer dans ses pistes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Empêcher les métastases : on s'approche.   Dim 6 Déc 2015 - 19:52



Un des aspects les plus terrifiants du cancer est sa capacité à se répandre dans l’ensemble du corps sous forme de métastases.

Selon une étude récente publiée dans la prestigieuse revue Nature, il serait toutefois possible de déterminer à l’avance les organes qui seront colonisés par les cellules cancéreuses, ce qui permettrait de détecter précocement ces ­métastases et d’améliorer leur ­traitement.

Colonies mortelles

Grâce aux progrès de la chirurgie, de la radiothérapie et de la chimiothérapie, il est de plus en plus possible de traiter avec succès les tumeurs qui sont localisées dans un organe donné, surtout si elles sont détectées à un stade précoce.

La situation peut cependant être fort différente lorsque la tumeur est parvenue à un stade plus avancé: les cellules cancéreuses acquièrent alors un caractère beaucoup plus invasif qui leur permet de dissoudre le tissu entourant la tumeur et de partir «explorer» le corps à la recherche de nouveaux sites pour implanter de nouvelles colonies, qu’on appelle communément des métastases. Cette dissémination des cellules cancéreuses dans l’organisme sous forme de métastases est responsable de près de 90 % des décès associés au cancer et représente du même coup le plus grand défi auquel doit faire face le traitement de cette maladie.

Une graine dans un terreau

Ce n’est pas d’hier que les métastases préoccupent les chercheurs: le médecin britannique Stephen ­Paget avait déjà remarqué en 1889 que la localisation des métastases variait énormément selon le type de cancer. Grâce à un méticuleux ­travail de pathologie, il observa, par exemple, que le cancer du sein a tendance à métastaser au niveau du foie, du cerveau et des poumons, tandis que celui de la ­prostate ­colonise de préférence les os. Pour expliquer ces différences, il proposa le modèle de la «graine dans le terreau», selon lequel la formation de métastases requiert non seulement la dispersion des cellules cancéreuses (la graine), mais aussi la ­présence d’un environnement ­réceptif à ces cellules (le terreau) au sein d’un organe donné. Cent vingt-cinq ans plus tard, les ­mécanismes responsables de cette interaction spécifique ­entre les cellules cancéreuses et leurs organes cibles demeurent toujours un des grands mystères du cancer.

Code postal

Un pas de géant dans la compréhension des mécanismes impliqués dans la formation de ces métastases vient d’être accompli par une équipe de chercheurs internationale1. Ils ont tout d’abord montré qu’avant de métastaser, les ­tumeurs relâchent des millions de petits fragments provenant de leur surface. Ces fragments, appelés exosomes, ont pour tâche de ­préparer le terrain pour la future colonie en stimulant l’inflammation et la formation de nouveaux vaisseaux sanguins dans l’organe cible pour favoriser l’implantation de la métastase.

Mais comment ces exosomes interagissent-ils spécifiquement avec un organe bien précis? En analysant systématiquement les milliers de protéines présentes dans les exosomes provenant de plusieurs types de cancers différents, les chercheurs ont découvert la présence d’un véritable «code postal» qui permet à ces fragments de s’accumuler dans un organe précis. Par exemple, la présence d’une certaine classe de récepteurs appelés «intégrines» permet la colonisation des poumons, tandis que les fragments de tumeurs qui contiennent une autre version de ces intégrines ont une affinité pour le foie.

Ces résultats sont importants, car ils permettent d’envisager le développement de composés qui neutralisent spécifiquement ces codes postaux pour bloquer la formation de métastases. Cela pourrait avoir des répercussions extra­ordinaires, non seulement pour le traitement de cancers présents à des stades plus avancés, mais aussi pour prévenir les récidives causées par la présence de ­cellules cancéreuses résiduelles ayant survécu aux traitements. La détection de ­fragments de tumeurs dans la circulation, ainsi que le type ­d’intégrines qu’ils contiennent, pourrait aussi favoriser la ­détection précoce des ­métastases et une amélioration du pronostic de certains cancers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17038
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Empêcher les métastases : on s'approche.   Sam 5 Déc 2015 - 22:47

Spreading cancer cells arriving in a new part of the body must be able to change their new environment to continue to grow, according to a study by Cancer Research UK scientists at the Francis Crick Institute, published in Cell Reports.

The team found that the faster their surroundings change, the faster the cancer cells will grow.

A cancer cell that has spread to another part of the body needs help from the tissue that surrounds it to become established and form a new tumour. When a cell has the environment it needs, it will start to grow.

The researchers showed in mice that cancer cells that are able to spread easily produce a protein called THSB2 which helps them to make their new environment more welcoming -- allowing tumours to grow. THSB2 does this by activating cells called fibroblasts, which normally help to build tissue in the body but can also support cancer growth.

Lead investigator Dr Ilaria Malanchi, Cancer Research UK scientist and group leader at The Francis Crick Institute, said: "If we can find a way to block the ability of a cancer cell to adapt to a new environment then this could slow down the growth of cancer to other parts of the body.

"The more THSB2 protein the cell produces, the faster the new tissue environment will change to give the best conditions for cancer growth.

"This is an exciting first step and what we need now is to find drugs that could stop cancer cells producing this protein and see if this reduces their ability to spread to new part of the body."

Professor Nic Jones, Cancer Research UK's chief scientist, said: "One of the biggest challenges in successfully treating cancer is stopping it from spreading to other parts of the body. It's a complicated process and research like this brings us a small step closer to understanding how we might stop it from happening and so save more lives."

---

Les cellules cancéreuses qui arrivent dans une nouvelle partie du corps doivent être en mesure de changer leur nouvel environnement pour continuer à croître, selon une étude réalisée par Cancer Research UK scientifiques de l'Institut de Francis Crick, publiés dans Cell Reports.

L'équipe a constaté que le plus rapidement de leur environnement changent, plus les cellules cancéreuses vont grandir.

Une cellule de cancer qui est propagé à une autre partie du corps a besoin de l'aide du tissu qui l'entoure pour s'établir et former une nouvelle tumeur. Quand une cellule a l'environnement dont il a besoin, il va commencer à croître.

Les chercheurs ont montré chez la souris que les cellules cancéreuses qui sont capables de se propager produisent facilement une protéine appelée THSB2 qui les aide à faire leur nouvel environnement plus accueillant - permettant aux tumeurs de croître. THSB2 le fait en activant les cellules appelées fibroblastes qui aident à construire le tissu normalement dans le corps, mais peut aussi soutenir la croissance du cancer.

Le chercheur principal, le Dr Ilaria Malanchi, Cancer Research UK scientifique et chef de groupe à l'Institut Francis Crick, a déclaré: "Si nous pouvons trouver un moyen de bloquer la capacité d'une cellule cancéreuse d'adaptation à un nouvel environnement, cela pourrait ralentir la croissance de la cancer à d'autres parties du corps.

"Le plus de protéines THSB2 que la cellule produit, plus le nouvel environnement de tissu va changer de donner les meilleures conditions pour la croissance du cancer.

"Ceci est une première étape excitante et ce que nous avons besoin maintenant est de trouver des médicaments qui pourraient empêcher les cellules cancéreuses produisant cette protéine et voir si cela réduit leur capacité de se propager à nouveau partie du corps."

Professeur Nic Jones, scientifique en chef de Cancer Research UK, a déclaré: "Un des plus grands défis dans le traitement efficace du cancer est d'arrêter de se propager à d'autres parties du corps, c'est un processus compliqué et une recherche comme celle-ci nous apporte un petit pas de plus vers la compréhension de comment nous pourrions arrêter la propagation de se produire et ainsi de sauver plus de vies. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Empêcher les métastases : on s'approche.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Empêcher les métastases : on s'approche.
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» On ne peut s'empêcher d'écrire à Socrate... Métaphore?
» S'empêcher de vomir : IMPOSSIBLE !
» La viande peut empêcher de bien dormir…
» Désolé, je ne peux pas m'en empêcher
» coucou une de +

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: