AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Classer les types de cancers de la prostate pour les traiter adéquatement.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Classer les types de cancers de la prostate pour les traiter adéquatement.   Dim 9 Oct 2016 - 17:33

In the largest study of its kind to date, researchers have identified and validated three distinct molecular subtypes of prostate cancer that correlate with distant metastasis-free survival and can assist in future research to determine how patients will respond to treatment, according to research presented at the 58th Annual Meeting of the American Society for Radiation Oncology (ASTRO). Findings represent a step toward the implementation of personalized medicine in prostate cancer care.

To diagnose and determine treatment for prostate cancer, clinicians consider many factors, including a digital rectal exam, the prostate specific antigen (PSA) level in a patient's blood and prostate tumor biopsy results. Molecular subtyping of tumor cells allows oncologists to individualize care and tailor treatment based on the actual biology of each patient's individual disease.

"Tumors that appear similar under a microscope can behave very differently, from a clinical standpoint," said Daniel E. Spratt, MD, lead author of the study and Chief of the Genitourinary Radiotherapy Program at the University of Michigan in Ann Arbor, Michigan. "One promise of genomic analyses is to elucidate subtypes of cancer based on the genetics of the tumor rather than merely how they look or what size they are."

To identify genomic profiles for prostate cancer, researchers analyzed RNA expression patterns in 4,236 samples from nine separate groups of men treated with radical prostatectomy for localized prostate cancer. In an effort to create "intrinsic" subtypes specific to the cancer itself rather than the associated surrounding tissue, data were refined to remove non-tumor genes from the training (i.e., identification not validation) dataset. Through K-median clustering analysis, researchers identified three molecular subtypes of prostate cancer that could be characterized through a profile of 100 distinct genes, named the Prostate Cancer 100 (PC100) by study investigators.

"We were surprised to find that prostate cancer subtyped into only three very distinct subtypes," said Dr. Spratt. "We knew that primary prostate cancer was a relatively quiet tumor, genomically, but similar cancers that are endocrine-driven, like breast cancer, have been shown to be able to be clustered into a finite number of subtypes."

Researchers validated the subtypes across six additional retrospective cohorts, representing a variety of RNA sequencing platforms and tissue storage methods, and two prospective cohorts comprising 2,610 patients. The intrinsic subtypes were associated with androgen receptor (AR) activity, expression of the ERG oncogene and other known drivers of prostate tumor growth and progression, but researchers did not find a link from mutations or genetic rearrangements to the subtypes.

Rates of distant metastasis-free survival (DMFS) at ten years varied significantly among the three subtype groups. DMFS rates were 57.1 percent for subtype A, 64.4 percent for subtype B, and 73.6 percent for subtype C (B vs. A: Cox Hazard Ratio (HR), 1.31, p = 0.02; C vs. A: HR, 1.65, p = 0.0001). After controlling for clinocopathologic variables, the profile remained independently associated with DMFS (B vs. A: Cox HR, 1.31, p = 0.026; C vs. A: HR, 1.33, p = 0.024). Additionally, multivariate interaction analysis determined that subtypes B and C shared a significant correlation with response to post-operative radiation therapy (RT) (Wald p = 0.0016).

"We have discovered and independently validated a highly stable 100-gene intrinsic molecular profile of prostate cancer that is both prognostic and predictive for radiation therapy," said Dr. Spratt. "We believe that these subtypes reflect truly distinctive underlying biology and that this work represents a significant advance in our understanding of prostate cancer biology. Moreover, our findings identify numerous genes and enriched biologically active pathways in prostate cancer that have been underappreciated to date but may be potential targets to improve cure rates in this disease by developing new targeted therapies."

---

Dans la plus grande étude du genre à ce jour, les chercheurs ont identifié et validé trois sous-types moléculaires distincts de cancer de la prostate qui sont en corrélation avec la survie sans métastases à distance et peut aider dans les recherches futures afin de déterminer comment les patients répondent au traitement, selon une étude présentée au la 58ème réunion annuelle de l'American Society for Radiation Oncology (ASTRO). Les résultats représentent une étape vers la mise en œuvre de la médecine personnalisée dans le traitement du cancer de la prostate.

Pour diagnostiquer et déterminer le traitement pour le cancer de la prostate, les cliniciens tiennent compte de nombreux facteurs, y compris un toucher rectal, l'antigène spécifique (PSA) de la prostate dans le sang et de la prostate les résultats de la biopsie de la tumeur d'un patient. typage moléculaire des cellules tumorales permet aux oncologues de individualiser les soins et le traitement sur mesure basé sur la biologie réelle de la maladie individuelle de chaque patient.

"Les tumeurs qui semblent similaires au microscope peuvent se comporter de façon très différente, d'un point de vue clinique», a déclaré Daniel E. Spratt, MD, auteur principal de l'étude et chef du programme Radiothérapie Genitourinary à l'Université du Michigan à Ann Arbor, Michigan. "Une promesse d'analyses génomiques est d'élucider les sous-types de cancer basés sur la génétique de la tumeur plutôt que de simplement leur apparence ou de quelle taille ils sont."

Pour identifier les profils génomiques pour le cancer de la prostate, les chercheurs ont analysé les profils d'expression d'ARN dans 4,236 échantillons de neuf groupes distincts d'hommes traités par prostatectomie radicale pour le cancer de la prostate localisé. Dans un effort pour créer des sous-types «intrinsèques» spécifiques au cancer lui-même plutôt que le tissu environnant associé, les données ont été affinées pour éliminer les gènes non-tumorales de la formation (par exemple, l'identification non validation) jeu de données. Grâce à l'analyse de clustering K-médiane, les chercheurs ont identifié trois sous-types moléculaires du cancer de la prostate qui pourraient être caractérisés par un profil de 100 gènes distincts, nommé le cancer de la prostate 100 (en PC100) par les enquêteurs de l'étude.

«Nous avons été surpris de constater que le cancer de la prostate prouvait être sous-typé dans trois sous-types très distincts seulement», a déclaré le Dr Spratt. «Nous savions que le cancer de la prostate primaire était une tumeur relativement calme, génomiquement, mais les cancers similaires qui sont entraînés le système endocrinien, comme le cancer du sein, ont été montré pour pouvoir être regroupés en un nombre fini de sous-types."

Les chercheurs ont validé les sous-types dans six cohortes rétrospectives supplémentaires, ce qui représente une variété de plates-formes de séquençage de l'ARN et les méthodes de stockage des tissus, et deux cohortes prospectives comprenant 2610 patients. Les sous-types intrinsèques ont été associés à l'activité des récepteurs d'androgènes (AR), l'expression de l'oncogène ERG et d'autres facteurs connus de la croissance de la tumeur de la prostate et de la progression, mais les chercheurs ne trouvent pas de lien entre des mutations ou des réarrangements génétiques aux sous-types.

Les taux de survie sans métastases à distance (DSFM) à dix ans variait considérablement entre les trois groupes de sous-type. Les taux DSFM étaient de 57,1 pour cent pour le sous-type A, 64,4 pour cent pour le sous-type B, et 73,6 pour cent pour le sous-type C (B vs. A: Cox Hazard Ratio (HR), 1,31, p = 0,02; C vs A: HR, 1,65, p = 0,0001). Après contrôle des variables clinocopathologic, le profil est resté indépendamment associée à la DSFM (B vs. A: Cox HR, 1,31, p = 0,026; C vs A: HR, 1,33, p = 0,024). En outre, l'analyse de l'interaction multivariée a déterminé que les sous-types B et C ont partagé une corrélation significative avec la réponse post-opératoire de la radiothérapie (RT) (Wald p = 0,0016).

"Nous avons découvert et indépendamment validé un profil moléculaire de 100 gènes intrinsèques très stable du cancer de la prostate qui est à la fois pronostique et prédictive pour la radiothérapie», a déclaré le Dr Spratt. "Nous pensons que ces sous-types reflètent la biologie sous-jacente vraiment distinctif et que ce travail représente une avancée significative dans notre compréhension de la biologie du cancer de la prostate. De plus, nos résultats permettent d'identifier de nombreux gènes et enrichit les voies biologiquement actives dans le cancer de la prostate qui ont été sous-estimées à ce jour, mais peuvent être des cibles potentielles pour améliorer les taux de guérison dans cette maladie en développant de nouvelles thérapies ciblées ".

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Classer les types de cancers de la prostate pour les traiter adéquatement.   Mer 7 Sep 2016 - 14:52

Scientists at Cedars-Sinai have developed a new way to identify which prostate cancer patients are likely to develop aggressive types of the disease even if their tumors at first appear to be lower risk. The new findings could help physicians prescribe the most effective treatments for each patient based on how genes are activated in the individual tumor.

"These findings raise the possibility that by determining the gene expression profile of a patient's tumor, physicians may be able to identify aggressive disease at the outset of diagnosis and start treatment earlier," said Sungyong You, PhD, an instructor in the Cedars-Sinai Department of Surgery and the first author of the study.

Although other studies have used genetic data to identify subtypes of prostate cancer, this is the first large-scale study to link clinical outcomes to subtypes based on the processes by which genes are turned on and off in the cancer cells. The study was published in the journal Cancer Research by the American Association for Cancer Research.

Prostate cancer affects about 1 in 7 men during their lifetimes and is the second-leading cause of cancer deaths among U.S. men, according to the American Cancer Society. Most tumors grow slowly and are not life threatening, but certain types of prostate cancer can spread to other organs and be fatal.

The new findings divide prostate tumors into three subtypes based on each tumor's gene activation pathways. When the researchers matched this data with clinical outcomes for more than 4,600 patient specimens in medical databases, they found these subtypes were associated with different levels of disease progression.

The study's conclusions address a major challenge in current standards of care for prostate cancer: Without knowing a tumor's underlying biology, physicians cannot reliably predict which of their patients will develop dangerous forms of the disease.

"About 60 percent of prostate cancer patients we treat won't progress to aggressive cancer. The problem was that we didn't have a way of knowing which patients fall into that 60 percent," said Michael Freeman, PhD, director of Cancer Biology and Therapeutics Research in the Cedars-Sinai Department of Biomedical Sciences and the study's principal investigator. "We hope our findings help physicians provide more patients with optimal treatments, resulting in healthier outcomes."

The new research could lead to a change in the way treatment decisions are made for prostate cancer patients. Currently, physicians rely heavily on a scale called the Gleason grade. The Gleason grade ranks the cancer cells, found by surgical biopsies of the tumor, from 2 to 10 based on how closely the cancerous cells resemble normal prostate cells. The lower the grade, the lower the risk the cancer is judged to pose.

But the Cedars-Sinai research suggests that some prostate cancer patients may not receive needed treatments in a timely way. Others may receive unnecessary treatments, with significant side effects. Among the commonly prescribed therapies are radiation, hormone therapy and surgical removal of the prostate.

Currently, patients with low-grade tumors often receive no treatment and instead are closely monitored, under a strategy known as active surveillance. The new study indicates active surveillance may not be enough for some of these patients.

The study showed that one of the three subtypes of prostate cancer the researchers identified, which they called PCS1, was generally aggressive. In the patients they studied, this subtype showed a high likelihood of spreading and progressing to poor clinical outcomes, including fatalities. Patients experienced poor outcomes even when the tumors had been assigned low Gleason grades. The two other subtypes, PCS2 and PCS3, progressed more slowly.

An additional advantage to the new subtyping is that it can be performed on tumor cells circulating in the blood. This finding has the potential to improve real-time monitoring of tumor evolution during treatment, You said.

---

Les scientifiques de Cedars-Sinai ont développé une nouvelle façon d'identifier les patients atteints de cancer de la prostate qui sont susceptibles de développer des types agressifs de la maladie, même si leurs tumeurs d'abord semblent être à plus faible risque. Les nouveaux résultats pourraient aider les médecins à prescrire des traitements les plus efficaces pour chaque patient en fonction de la façon dont les gènes sont activés dans la tumeur individuelle.

«Ces résultats soulèvent la possibilité que par la détermination du profil d'expression génique de la tumeur d'un patient, les médecins peuvent être en mesure d'identifier une maladie agressive dès le début du diagnostic et de commencer le traitement plus tôt," dit Sungyong Vous, PhD, un instructeur dans le Cedars-Sinai Département de chirurgie et le premier auteur de l'étude.

Bien que d'autres études ont utilisé des données génétiques pour identifier les sous-types de cancer de la prostate, c'est la première étude à grande échelle pour relier les résultats cliniques pour les sous-types basés sur les processus par lesquels les gènes sont activées et désactivées dans les cellules cancéreuses. L'étude a été publiée dans la revue Cancer Research par l'American Association for Cancer Research.

Le cancer de la prostate affecte environ 1 homme sur 7 au cours de leur vie et est la deuxième cause de décès par cancer chez les hommes américains, selon l'American Cancer Society. La plupart des tumeurs se développent lentement et ne sont pas un danger pour la vie, mais certains types de cancer de la prostate peuvent se propager à d'autres organes et être fatale.

Les nouveaux résultats divisent les tumeurs de la prostate en trois sous-types en fonction des voies d'activation du gène de chaque tumeur. Lorsque les chercheurs ont appariés ces données avec les résultats cliniques pour plus de 4600 échantillons de patients dans les bases de données médicales, ils ont trouvé ces sous-types ont été associés à différents niveaux de progression de la maladie.

Les conclusions de l'étude portent sur un enjeu majeur dans les normes actuelles de soins pour le cancer de la prostate: Sans connaître la biologie sous-jacente d'une tumeur, les médecins ne peuvent pas prédire de façon fiable lesquels de leurs patients vont développer des formes dangereuses de la maladie.

"Pour environ 60 pour cent des patients atteints de cancer de la prostate, le cancer ne progressera pas vers une forme agressive. Le problème était que nous ne disposions pas d'un moyen de savoir quels patients tombent dans que 60 pour cent», a déclaré Michael Freeman, PhD, directeur de la biologie du cancer et Therapeutics recherche dans le Cedars-Sinai Département des sciences biomédicales et investigateur principal de l'étude. "Nous espérons que nos résultats aident les médecins à avoir plus de patients avec des traitements optimaux, ce qui entraîne des résultats plus sains."

La nouvelle recherche pourrait conduire à un changement dans la façon dont les décisions de traitement sont faites pour les patients atteints de cancer de la prostate. À l'heure actuelle, les médecins comptent beaucoup sur une échelle appelée le grade de Gleason. Le grade de Gleason classe les cellules cancéreuses, trouvées par les biopsies chirurgicales de la tumeur, de 2 à 10 sur la base de combien les cellules cancéreuses ressemblent à des cellules normales de la prostate. Plus le grade est élevé, plus le risque que le cancer est jugé à poser.

Mais la recherche Cedars-Sinai suggère que certains patients atteints de cancer de la prostate ne peuvent pas recevoir les traitements nécessaires en temps opportun. D'autres peuvent recevoir des traitements inutiles, avec des effets secondaires importants. Parmi les thérapies couramment prescrits sont le rayonnement, l'hormonothérapie et l'ablation chirurgicale de la prostate.

Actuellement, les patients atteints de tumeurs de bas grade reçoivent souvent aucun traitement et au lieu de surveiller de près, en vertu d'une stratégie connue sous surveillance active. La nouvelle étude indique une surveillance active peut ne pas être suffisant pour certains de ces patients.

L'étude a montré que l'un des trois sous-types de cancer de la prostate, les chercheurs identifiés, qu'ils ont appelé PCS1, était généralement agressif. Chez les patients qu'ils ont étudiés, ce sous-type a montré un risque élevé de propagation et de progresser vers les résultats cliniques pauvres, y compris les décès. Les patients ont connu des résultats médiocres, même lorsque les tumeurs avaient été assignés avec des grades faibles de Gleason. Les deux autres sous-types, PCS2 et pCS3, ont progressé plus lentement.

Un autre avantage de la nouvelle sous-typage est qu'il peut être réalisé sur des cellules tumorales circulantes dans le sang. Cette découverte a le potentiel d'améliorer la surveillance en temps réel de l'évolution de la tumeur pendant le traitement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Classer les types de cancers de la prostate pour les traiter adéquatement.   Jeu 30 Juil 2015 - 9:21

Cancer Research UK scientists have for the first time identified that there are five distinct types of prostate cancer and found a way to distinguish between them, according to a landmark study* published today in EBioMedicine.

The findings could have important implications for how doctors treat prostate cancer in the future, by identifying tumours that are more likely to grow and spread aggressively through the body.

The researchers, from the Cancer Research UK Cambridge Institute and Addenbrooke's Hospital, studied samples of healthy and cancerous prostate tissue from more than 250 men.

By looking for abnormal chromosomes and measuring the activity of 100 different genes linked to the disease they were able to group the tumours into five distinct types, each with a characteristic genetic fingerprint.

This analysis was better at predicting which cancers were likely to be the most aggressive than the tests currently used by doctors -- including the PSA test** and Gleason score. But, the findings need to be confirmed in clinical trials with larger groups of men.

Study author Dr Alastair Lamb, from the Cancer Research UK Cambridge Institute, said: "Our exciting results show that prostate cancer can be classified into five genetically-different types. These findings could help doctors decide on the best course of treatment for each individual patient, based on the characteristics of their tumour.

"The next step is to confirm these results in bigger studies and drill down into the molecular 'nuts and bolts' of each specific prostate cancer type. By carrying out more research into how the different diseases behave we might be able to develop more effective ways to treat prostate cancer patients in the future, saving more lives."

Prostate cancer is the most common cancer in men in the UK, with around 41,700 cases diagnosed every year. There are around 10,800 deaths from the disease each year in the UK.

Professor Malcolm Mason, Cancer Research UK's prostate cancer expert, said: "The challenge in treating prostate cancer is that it can either behave like a pussycat -- growing slowly and unlikely to cause problems in a man's lifetime -- or a tiger -- spreading aggressively and requiring urgent treatment. But at the moment we have no reliable way to distinguish them. This means that some men may get treatment they don't need, causing unnecessary side effects, while others might benefit from more intensive treatment.

"This research could be game-changing if the results hold up in larger clinical trials and could give us better information to guide each man's treatment -- even helping us to choose between treatments for men with aggressive cancers. Ultimately this could mean more effective treatment for the men who need it, helping to save more lives and improve the quality of life for many thousands of men with prostate cancer."

---

Des scientifiques du Royaume-uni ont pour la première fois identifié qu'il y a cinq types distincts de cancer de la prostate et ont trouvé un moyen de les distinguer entre eux, selon une étude de référence publié aujourd'hui dans EBioMedicine.

Les résultats pourraient avoir des implications importantes pour la façon dont les médecins traitent le cancer de la dans le futur, en identifiant les tumeurs qui sont plus susceptibles de développer et se propager de manière agressive à travers le corps.

Les chercheurs de l'Institut de recherche du Royaume-Uni Cambridge cancer et l'hôpital d'Addenbrooke, ont étudié des échantillons de tissus de la prostate saine et cancéreux de plus de 250 hommes.

En recherchant des chromosomes anormaux et mesure de l'activité de 100 gènes différents liés à la maladie, ils ont été en mesure de regrouper les tumeurs en cinq types distincts, chacune avec une empreinte génétique caractéristique.

Cette analyse était mieux pour prédire quels cancers étaient susceptibles d'être le plus agressif que les tests actuellement utilisés par les médecins - y compris le test de l'PSA et le score de Gleason. Mais, les résultats doivent être confirmés dans des essais cliniques avec de plus grands groupes d'hommes.

Auteur de l'étude Dr Alastair Lamb, de l'Institut de Cambridge Cancer Research UK, a déclaré: "Nos résultats passionnants montrent que le cancer de la prostate peuvent être classés en cinq types génétiquement différents Ces résultats pourraient aider les médecins à décider sur le meilleur traitement pour chaque patient individuel. sur la base des caractéristiques de leur tumeur.

"La prochaine étape consiste à confirmer ces résultats dans les grandes études et de descendre dans les« écrous et boulons »moléculaires de chaque type de cancer de la prostate spécifique. En effectuant plus de recherche sur la façon dont les différentes maladies se comportent, nous pourrions être en mesure de développer des moyens plus efficaces pour traiter les patients atteints de cancer de la prostate à l'avenir et sauver plus de vies ".

le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez les hommes au Royaume-Uni, avec près de 41 700 cas diagnostiqués chaque année. Il ya environ 10 800 décès dus à la maladie chaque année au Royaume-Uni.

Professeur Malcolm Mason, spécialiste du cancer de la prostate Cancer Research UK, a déclaré: "Le défi dans le traitement du cancer de la prostate est qu'il peut soit se comporter comme un pussycat - croissance lente et peu susceptible de causer des problèmes dans la vie d'un homme - ou un tigre - épandage agressive et nécessitant un traitement urgent. Mais pour le moment nous avons aucun moyen fiable de les distinguer. Cela signifie que certains hommes peuvent obtenir un traitement alors qu'ils ne doivent pas, entraînant des effets secondaires inutiles, tandis que d'autres pourraient bénéficier d'un traitement plus intensif.

«Cette recherche pourrait faire changer le jeu si les résultats tiennent dans des essais cliniques plus larges et pourraient nous donner une meilleure information pour guider le traitement de chaque homme -. Même nous aider à choisir entre les traitements pour les hommes atteints de cancers agressifs En fin de compte, cela pourrait signifier un traitement plus efficace pour les hommes qui en ont besoin, en aidant à sauver davantage des vies et à améliorer la qualité de vie de plusieurs milliers d'hommes atteints de cancer de la prostate ".


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Classer les types de cancers de la prostate pour les traiter adéquatement.   Ven 14 Sep 2007 - 10:55

TORONTO (PC) — Des chercheurs lancent une vaste étude pour déterminer la meilleure façon de traiter le cancer de la prostate.

Ils espèrent recruter 2130 hommes atteints d'un cancer de la prostate à faible risque. L'étude se déroulera dans une centaine de centres de recherche au Canada, aux Etats-Unis et en Angleterre. Au Québec, des centres de Montréal, Québec et Sherbrooke y participeront. La moitié des patients seront choisis au hasard pour recevoir un traitement et l'autre moitié fera l'objet d'un suivi attentif dans le cadre de visites régulières chez le médecin.

L'essai clinique, qui porte le nom de START, permettra de comparer le traitement standard utilisé dans les cas de cancer de la prostate - l'intervention chirurgicale ou la radiothérapie - à la surveillance active de la maladie. Dans le cas de la surveillance active, le patient ne reçoit pas de traitement immédiat mais fait plutôt l'objet d'un suivi attentif et régulier pour vérifier l'évolution de son état de santé.

Plusieurs patients atteints d'un cancer de la prostate se portent très bien sans traitement. Ce cancer peut évoluer très lentement et ne jamais mettre la vie ou le bien-être du patient en péril. Quant aux traitements, ils peuvent entraîner un dysfonctionnement érectile, des lésions au rectum ainsi que des problèmes de contrôle urinaire.

L'étude déterminera si tous les patients qui viennent de recevoir un diagnostic de cancer à risque favorable doivent subir une intervention chirurgicale ou recevoir une radiothérapie sans tarder, ou s'il ne vaut pas mieux, dans la plupart des cas, suivre le patient de près et le traiter seulement si nécessaire.

Les chercheurs analyseront également les conséquences de la maladie, de même que les effets secondaires des traitements sur la qualité de vie de tous les patients inscrits à l'essai clinique. Ils s'intéresseront finalement aux différentes réactions d'anxiété manifestées par les patients.

Barbara Whylie, qui est chef de la direction de la Société canadienne du cancer, croit que les résultats de cet essai clinique aideront les hommes atteints du cancer de la prostate ainsi que leurs médecins à choisir le meilleur plan de traitement. Les hommes désireux d'obtenir plus de renseignements sur l'essai START et les centres de recherche participants dans leur région sont invités à communiquer avec la Société canadienne du cancer.

On devrait connaître les résultats de l'étude dans une quinzaine d'années. Les conclusions pourraient être dévoilées plus tôt s'il appert qu'une surveillance active est aussi efficace ou nettement moins efficace que le traitement standard, en se basant sur les analyses intérimaires.


Dernière édition par Denis le Mer 7 Sep 2016 - 14:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Classer les types de cancers de la prostate pour les traiter adéquatement.   Aujourd'hui à 18:11

Revenir en haut Aller en bas
 
Classer les types de cancers de la prostate pour les traiter adéquatement.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Types de phrases : j'ai l'impression qu'il y a des erreurs dans la leçon qu'a eue ma fille en CE2 - que faire ?
» Prostate et alimentation
» Les prérequis (en terme de types de variables) pour l'ANOVA
» Logiciel pour classer ses livres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: