AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

  IL-34 dans la résistance au doxorubicine dans le cancer du poumon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15760
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: IL-34 dans la résistance au doxorubicine dans le cancer du poumon.   Lun 3 Oct 2016 - 11:47

A team of researchers has discovered that chemoresistant lung cancer cells suppress immune functions and strengthen resistance to chemotherapy by producing interleukin-34 (IL-34) -- a type of cytokine.

Chemotherapy is one of the most important treatments for many cancer patients. In recent years, chemotherapies that target the immune system have been developed, resulting in remarkable advances in cancer treatments. However, the ability of tumor cells to escape immune destruction and acquire resistance to chemotherapy remain major obstacles to effective cancer therapy.

It is known that immunosuppressive macrophages accumulate at tumor sites where the tumor cells have become resistant to chemotherapy. Assistant Professor Muhammad Baghdadi, Lecturer Haruka Wada and Professor Ken-ichiro Seino of the Division of Immunobiology at Hokkaido University's Institute for Genetic Medicine, conducted research with collaborators based on a theory that chemoresistant tumor cells produce an unidentified substance that increases tumor-associated macrophages, thus enhancing their resistance to chemotherapy.

In the latest research, the team cultivated chemosensitive A549-DS, made from A549 lung cancer cells, together with the chemotherapeutic drug doxorubicin, to create doxorubicin-resistant A549-DR. The researchers examined the two cells, finding a large amount of IL-34 was produced in the A549-DR, but not in the A549-DS. They also found that the IL-34 produced by A549-DR contributed to the production of immunosuppressive macrophages. Furthermore, their experiment showed that IL-34 enhanced the chemoresistance of A549-DR.

In experiments using mice, researchers found that A549-DR was resistant to the chemotherapeutic drug when transplanted in mice, while A549-DR with depleted IL-34 became sensitive to the same drug, suggesting that IL-34 enhanced chemoresistance in the animal body.

Furthermore, researchers discovered high levels of IL-34 in tumors removed from several lung cancer patients. They also examined the prognoses of post-operative patients -- studying those with, and those without IL-34 in their tumors, finding that the former's prognoses were poorer than the latter's.

"Currently, there are only a few options to treat chemoresistant tumors.," Professor Seino said. "This latest finding could make it possible to develop a new therapy, which targets IL-34, to treat chemoresistant cancer cells."


---


Une équipe de chercheurs a découvert que les cellules cancéreuses du chimiorésistantes suppriment les fonctions immunitaires et renforcer la résistance à la chimiothérapie en produisant l'interleukine-34 (IL-34) - un type de cytokine.

La chimiothérapie est l'un des traitements les plus importants pour de nombreux patients atteints de cancer. Au cours des dernières années, les chimiothérapies qui ciblent le système immunitaire ont été mis au point, ce qui entraîne des progrès remarquables dans les traitements du cancer. Cependant, la capacité des cellules tumorales d'échapper à la destruction immunitaire et l'acquisition de la résistance à la chimiothérapie reste des obstacles majeurs à la thérapie anticancéreuse efficace.

Il est connu que les macrophages immunosuppressives accumulent au niveau des sites tumoraux, où les cellules tumorales sont devenues résistantes à la chimiothérapie. Professeur adjoint Muhammad Bagdadi, Maître de conférences Haruka Wada et le professeur Ken-ichiro Seino de la Division de l'immunobiologie à l'Institut de l'Université de Hokkaido pour la médecine génétique, a mené des recherches avec des collaborateurs basés sur une théorie que les cellules tumorales chimiorésistantes produisent une substance non identifiée qui augmente les macrophages associés aux tumeurs, améliorant ainsi la résistance à la chimiothérapie.

Dans les dernières recherches, l'équipe a examiné la chimiosensibilité de A549-DS, fabriqués à partir de cellules cancéreuses du poumon A549, ainsi que le médicament doxorubicine médicament chimiothérapeutique, pour créer A549-DR résistant à la doxorubicine. Les chercheurs ont examiné les deux cellules, toruvant une grande quantité d'IL-34 qui a été produit dans l'A549-DR, mais pas dans les cellules A549-DS. Ils ont également trouvé que l'IL-34 produit par des cellules A549-DR a contribué à la production de macrophages immunosuppreurs. De plus, leur expérience a montré que l'IL-34 a amélioré la chimiorésistance des A549-DR.

Dans des expériences utilisant des souris, des chercheurs ont constaté que A549-DR était résistant au médicament chimiothérapeutique lorsqu'elles sont transplantées dans des souris, alors que A549-DR appauvrie en IL-34 est devenu

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15760
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: IL-34 dans la résistance au doxorubicine dans le cancer du poumon.   Jeu 11 Aoû 2016 - 15:05

A novel anti–interleukin-1 alpha (IL-1α) antibody has shown a significant impact on symptoms and a high level of safety and tolerability in patients with advanced colorectal cancer, according to phase III data presented by Hickish et al at the European Society for Medical Oncology’s 18th World Congress on Gastrointestinal Cancer in Barcelona.1 MABp1 is the first monoclonal antibody immunotherapy to specifically target and neutralize IL-1α, one of the most potent inflammatory substances manufactured by the body or tumor cells.
Tamas Hickish, MD

Tamas Hickish, MD

“IL-1α in tumors promotes angiogenesis, helping to provide crucial blood supply for tumor growth, and it can also send the body’s metabolism out of control, causing it to burn muscle and lose weight,” said lead investigator Tamas Hickish, MD, of the Royal Bournemouth Hospital. At the same time, IL-1α’s neurologic effects can contribute to the fatigue, anxiety, and anorexia associated with advanced cancer.

Study Details

The study enrolled 309 patients with metastatic colorectal cancer whose disease had not responded to standard chemotherapy with oxaliplatin and irinotecan and who showed a high degree of symptoms, functional impairment, weight loss, or elevated systemic inflammation. IPatients were randomized them in a 2:1 ratio to receive MABp1 with best supportive care or placebo and the same. In addition to evaluating the new agent, researchers also implemented new criteria for objective response based on control of symptoms, which were developed in collaboration with the European Medicines Agency’ Scientific Advice Working Group. These criteria were applied in conjunction with dual-energy x-ray absorptiometry and EORTC (European Organisation for Research and Treatment of Cancer) QLQ-C30 to assess disease control.

Key Findings

Treatment with MABp1 was associated with a significant 76% relative increase in clinical response rate. Patients who showed a clinical response lived almost three times as long as those who did not respond (11.5 months vs 4.2 months).

Researchers also found that measures of improved health status correlated with improvement in almost all other self-reported and laboratory-based measures of health, including with improved control of tumor-related white blood cell activity and reduced systemic inflammation.

There were also one-quarter fewer serious adverse events in the treatment arm of the study compared with the placebo arm.

“These data suggest [MABp1] is very well tolerated and has the potential to meet the real and urgent need for more effective, less toxic therapies for patients with advanced colorectal cancer,” Dr. Hickish said. “This study also provides the first evidence that health status can actually be used to measure efficacy of antitumor therapy in advanced, refractory colorectal cancer and that clinical responses based on health status can be a predictor of overall survival benefit.” ■

---


Un nouvel anticorps anti-interleukine-1 alpha (IL-1α) a montré un impact significatif sur les symptômes et un niveau élevé de sécurité et de tolérance chez les patients atteints d'un cancer colorectal avancé, selon données de phase III présentées par Hickish et al, à la Société européenne pour le 18ème Congrès Mondial de l'oncologie médicale sur le cancer gastro-intestinal chez Barcelona.1 MABp1 est la première immunothérapie par anticorps monoclonal pour cibler et neutraliser l'IL-1α, l'une des substances inflammatoires les plus puissantes produites par les cellules du corps ou d'une tumeur spécifique.

"IL-1α dans les tumeurs favorise l'angiogenèse, en aidant à fournir un approvisionnement en sang crucial pour la croissance de la tumeur, et il peut également rendre le métabolisme du corps hors de contrôle, amenant à brûler les muscles et à perdre du poids», a déclaré l'investigateur principal Tamas Hickish, MD, l'Hôpital royal Bournemouth. Dans le même temps, les effets neurologiques de l'IL-1alpha peuvent contribuer à la fatigue, de l'anxiété et de l'anorexie associée à un cancer avancé.

Détails de l'étude

L'étude a inclus 309 patients atteints de cancer colorectal métastatique dont la maladie n'a pas répondu à la chimiothérapie standard avec l'oxaliplatine et de l'irinotécan et qui a montré un degré élevé de symptômes, de déficience fonctionnelle, la perte de poids, ou l'inflammation systémique élevée. Les patients ont été les randomisés selon un ratio de 2: 1 pour recevoir MABp1 avec les meilleurs soins de soutien ou d'un placebo. En plus d'évaluer le nouvel agent, les chercheurs ont également mis en œuvre de nouveaux critères pour une réponse objective basée sur le contrôle des symptômes, qui ont été développés en collaboration avec le Groupe de travail du conseil scientifique de l'agence européenne des médicaments.

Principales conclusions

Le traitement avec MABp1 a été associée à une augmentation relative de 76% significative du taux de réponse clinique. Les patients qui ont montré une réponse clinique vécu presque trois fois plus longtemps que ceux qui n'ont pas répondu (11,5 mois vs 4,2 mois).

Les chercheurs ont également constaté que les mesures d'amélioration de l'état de santé étaient en corrélation avec l'amélioration dans presque toutes les autres mesures en laboratoire, y compris avec un meilleur contrôle de l'activité de cellules blanches sanguines liées à la tumeur et de l'inflammation systémique réduite.

Il y avait aussi un quart moins d'événements indésirables graves dans le bras de l'étude par rapport au groupe placebo de traitement.

"Ces données suggèrent [MABp1] est très bien toléré et a le potentiel pour répondre aux besoins réels et urgents pour des thérapies plus efficaces, moins toxiques pour les patients atteints d'un cancer du   avancé», a déclaré le Dr Hickish. "Cette étude fournit également la première preuve que l'état de santé peut effectivement être utilisé pour mesurer l'efficacité de la thérapie antitumorale dans le cancer colorectal réfractaire avancé et que les réponses cliniques fondées sur l'état de santé peut être un prédicteur de bénéfice global de survie." ■

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15760
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: IL-34 dans la résistance au doxorubicine dans le cancer du poumon.   Mar 19 Mai 2015 - 19:06

Scientists are reporting development of a new way to modify interleukin-2 (IL-2), a substance known as a cytokine that plays key roles in regulating immune system responses, in order to fine-tune its actions. Harnessing the action of IL-2 in a controllable fashion is of clinical interest with potential benefit in a range of situations, including transplantation and autoimmune disease. The modified IL-2 molecules inhibited the actions of endogenous IL-2, potentially more effectively than existing agents, as well as inhibited the actions of another interleukin, IL-15, with additional therapeutic potential. The research is published in the journal Immunity.

The principal research teams include scientists from the National Heart, Lung, and Blood Institute (NHLBI), Stanford University, and the Howard Hughes Medical Institute, with contributions from other scientists at the National Cancer Institute, and the National Institute of Allergy and Infectious Diseases. Co-senior authors of the paper were Warren J. Leonard, M.D., chief of the Laboratory of Molecular Immunology and director of the Immunology Center at NHLBI, and K. Christopher Garcia, Ph.D., professor, Stanford University School of Medicine, and investigator, Howard Hughes Medical Institute

The scientists developed altered forms of IL-2 where activity can be tuned to either boost or block immune responses depending on the desired therapeutic application. In laboratory studies, treatment with one type of modified IL-2 prolonged survival in a mouse model of graft-versus-host disease and blocked the growth in vitro of T-cells from a patient with chronic/smoldering adult T-cell leukemia, a rare form of cancer, they note. A similar approach could potentially be used to engineer other immune-system cytokines to generate new molecules with therapeutic potential, the scientists say.

---

Les scientifiques font état de développement d'un nouveau moyen de modifier l'interleukine-2 (IL-2), une substance connue comme une cytokine qui joue un rôle clé dans la régulation des réponses du système immunitaire, afin de peaufiner ses actions. Exploiter l'action de l'IL-2 d'une manière contrôlable est d'un intérêt clinique avec des avantages potentiels dans une gamme de situations, y compris pour la transplantation et les maladies auto-immunes. Les molécules IL-2 modifiées inhibent les actions de l'IL-2 endogène, il est potentiellement plus efficace que les agents existants, il inhibe aussi l'action de l'interleukine IL-15, ayant un potentiel thérapeutique supplémentaire. La recherche est publiée dans la revue Immunity.

Les équipes de recherche principales incluent des scientifiques du National Heart, Lung, and Blood Institute (NHLBI), l'Université de Stanford, et l'Institut médical Howard Hughes, avec des contributions d'autres scientifiques de l'Institut national du cancer et l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses . Auteurs de l'étude Co-principal étaient Warren J. Leonard, MD, chef du Laboratoire d'immunologie moléculaire et directeur du Centre d'immunologie à NHLBI, et K. Christopher Garcia, Ph.D., professeur, École de médecine de l'Université Stanford, et chercheur, Howard Hughes Medical Institute

Les scientifiques ont développé des formes altérées de IL-2 où l'activité peut être ajustée soit soit pour les booster ou pour bloquer les réponses immunitaires en fonction de l'application thérapeutique souhaité. Dans des études de laboratoire, le traitement avec un type d'IL-2 a polongé la survie dans un modèle de souris de la maladie du greffon contre l'hôte et bloqué la croissance in vitro de cellules T d'un patient atteint de leucémie chronique des cellules T adultes, une forme rare de cancer, notent-ils. Une approche similaire pourrait être utilisée pour concevoir d'autres cytokines du système immunitaire pour générer de nouvelles molécules à potentiel thérapeutique, disent les scientifiques.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15760
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: IL-34 dans la résistance au doxorubicine dans le cancer du poumon.   Mar 14 Avr 2015 - 13:50

The human immune system is poised to spring into action at the first sign of a foreign invader, but it often fails to eliminate tumors that arise from the body's own cells. Cancer biologists hope to harness that untapped power using an approach known as cancer immunotherapy.

Orchestrating a successful immune attack against tumors has proven difficult so far, but a new study from MIT suggests that such therapies could be improved by simultaneously activating both arms of the immune system. Until now, most researchers have focused on one of two strategies: attacking tumors with antibodies, which activate the innate immune system, or stimulating T cells, which form the backbone of the adaptive immune system.

By combining these approaches, the MIT team was able to halt the growth of a very aggressive form of melanoma in mice.

"An anti-tumor antibody can improve adoptive T-cell therapy to a surprising extent," says Dane Wittrup, the Carbon P. Dubbs Professor in Chemical Engineering at MIT. "These two different parts of the immune therapy are interdependent and synergistic."

Wittrup, an associate director of MIT's Koch Institute for Integrative Cancer Research and also a faculty member in the Department of Biological Engineering, is the senior author of a paper describing the work in the journal Cancer Cell. Lead authors are graduate students Eric Zhu and Cary Opel and recent PhD recipient Shuning Gai.

Enlisting the immune system

Antibody drugs for cancer, which include rituximab and Herceptin, are believed to work by binding to cancer proteins and blocking the signals that tell cancer cells to divide uncontrollably. They may also draw the attention of cells belonging to the innate immune system, such as natural killer cells, which can destroy tumor cells.

Adoptive T cell therapy, on the other hand, enlists the body's T cells to attack tumors. Billions of T cells flow through the average person's bloodstream at any given time, each specialized to recognize different molecules. However, many tumor proteins do not provoke T cells to attack, so T cells must be removed from the patient and programmed to attack a specific tumor molecule.

Wittrup and his colleagues made the discovery that they could generate both types of immune responses while they were experimenting with improving antibody drug performance with a signaling molecule called IL-2, which helps boost immune responses.

Scientists have tried this strategy before, and about a dozen such therapies have gone through phase I clinical trials. However, most of these efforts failed, even though the antibody-IL-2 combination usually works very well against cancer cells grown in a lab dish.

The MIT team realized that this failure might be caused by the timing of IL-2 delivery. When delivered to cells in a dish, IL-2 sticks around for a long time, amplifying the response of natural killer cells against cancer cells. However, when IL-2 is injected into a patient's bloodstream, the kidneys filter it out within an hour.

Wittrup and his colleagues overcame this by fusing IL-2 to part of an antibody molecule, which allows it to circulate in the bloodstream for much longer. In tests in mice with a very aggressive form of melanoma, the researchers found they could stop tumor growth by delivering this engineered form of IL-2, along with antibody drugs, once a week.

Immune synergy

To their surprise, the researchers found that T cells were the most important component of the anti-tumor response induced by the antibody-IL-2 combination. They believe that the synergy of IL-2-induced cells and cytokines, and the antibody treatment, creates an environment that lets T cells attack more effectively.

"The antibody-driven innate response creates an environment such that when the T cells come in, they can kill the tumor. In its absence, the tumor cells establish an environment where the T cells don't work very well," Wittrup says.

Cells called neutrophils, which are considered the immune system's "first line of defense" because they react strongly to foreign invaders that enter the skin through a cut or other injury, were also surprisingly important.

"They're a really powerful force in your immune system, but people in immunotherapy don't usually focus on neutrophils. They don't really consider them as a viable tool," Zhu says. "It pointed us to the idea that although T cells and natural killer cells are important, maybe we're forgetting about a part of the immune system that is also really important and could help us achieve our goals of ultimately curing the tumors."

The researchers also found that when they delivered an antibody, IL-2, and T cells targeted to the tumor, the adoptively transferred T cells killed cancer cells much more successfully than when only T cells were delivered. In 80 to 90 percent of the mice, tumors disappeared completely; even when tumor cells were reinjected into the mice months after the original treatment, their immune systems destroyed the cells, preventing new tumors from forming.

In a related paper that appeared recently in the Proceedings of the National Academy of Science, the MIT team also found that delivering IL-2 bound to any kind of antibody, even if the antibody did not target a protein on the tumor cell surface, would halt or slow tumor growth, especially if additional doses of the antibody alone were also given. Graduate student Alice Tzeng was the lead author of that study.

The researchers are now exploring additional proteins that could be added to the IL-2 and antibody combination to make immunotherapy more effective. In the meantime, simply giving patients more prolonged exposure to IL-2 could improve the effectiveness of existing antibody drugs, Wittrup says.

---


Le système immunitaire humain est prêt à entrer en action dès le premier signe d'un envahisseur étranger, mais il échoue souvent à éliminer les tumeurs qui se posent à partir des propres cellules de l'organisme. Les biologistes du cancer espèrent exploiter cette puissance inexploitée en utilisant une approche dite immunothérapie du cancer.

Orchestrer une attaque immunitaire efficace contre les tumeurs s'est avéré difficile jusqu'ici, mais une nouvelle étude du MIT suggère que ces thérapies pourraient être améliorées en activant simultanément les deux bras du système immunitaire. Jusqu'à présent, la plupart des chercheurs se sont concentrés sur l'une des deux stratégies suivantes: attaquer les tumeurs avec des anticorps qui activent le système immunitaire inné, ou stimuler les cellules T, qui forment l'épine dorsale du système immunitaire adaptatif.

En combinant ces approches, l'équipe du MIT a réussi à endiguer la croissance d'une forme très agressive de mélanome chez les souris.

"Un anticorps anti-tumeur peut améliorer la thérapie des cellules T adoptives à un degré surprenant», dit Dane Wittrup. "Ces deux parties différentes de la thérapie immunitaire sont interdépendants et synergiques."

Wittrup est l'auteur principal d'un article décrivant le travail dans la revue Cancer Cell. Les principaux auteurs sont des étudiants diplômés Eric Zhu et Cary Opel et le destinataire de doctorat est Shuning Gai.

Mobiliser le système immunitaire

Les médicaments anticorps pour le cancer, qui comprennent rituximab et Herceptin, sont soupçonnés de travailler en se liant aux protéines de cancer et en bloquant les signaux qui indiquent aux cellules cancéreuses de se diviser de manière incontrôlée. Ils peuvent également attirer l'attention de cellules appartenant au système immunitaire innée, comme les cellules tueuses naturelles, qui peuvent détruire les cellules tumorales.

La thérapie adoptive des lymphocytes T, d'autre part, fait appel à des cellules T du corps pour attaquer les tumeurs. Des milliards de cellules T s'écoulent à travers la circulation sanguine de la personne moyenne à un moment donné, chacune est spécialisée pour reconnaître des molécules différentes. Cependant, de nombreuses protéines tumorales ne provoquent pas l'attaque des cellules T, de sorte que les cellules T doivent être retirés du patient et programmés pour attaquer une molécule spécifique de la tumeur.

Wittrup et ses collègues ont fait la découverte qu'ils peuvent générer les deux types de réponses immunitaires pendant qu'ils expérimentaient d'améliorer les performances d'un médicament d'anticorps avec une molécule de signalisation appelée IL-2, ce qui contribue à augmenter les réponses immunitaires.

Les scientifiques ont essayé cette stratégie avant, et environ une douzaine de ces thérapies ont traversé des phases I d'essais cliniques. Cependant, la plupart de ces efforts ont échoué, même si la combinaison d'anticorps IL-2 fonctionne généralement très bien contre les cellules cancéreuses cultivées dans un plat de laboratoire.

L'équipe du MIT a réalisé que cet échec peut être causé par le calendrier de la livraison de l'IL-2. Lors de la livraison à des cellules dans une éprouvette de laboratoire, l'IL-2 est présent pendant une longue période, ce qui amplifie la réponse des cellules tueuses naturelles contre les cellules cancéreuses. Toutefois, lorsque l'IL-2 est injecté dans la circulation sanguine d'un patient, les reins le filtrent à l'intérieur d'une heure.

Wittrup et ses collègues ont surmonté cela par fusion de IL-2 à une partie d'une molécule d'anticorps, ce qui permet de le faire circuler dans la circulation sanguine beaucoup plus longtemps. Dans les tests chez la souris avec une forme très agressive de mélanome, les chercheurs ont découvert qu'ils pouvaient arrêter la croissance de la tumeur en fournissant cette forme d'ingénierie de l'IL-2, avec des médicaments anticorps, une fois par semaine.

Synergie immunitaire

A leur grande surprise, les chercheurs ont découvert que les cellules T étaient l'élément le plus important de la réponse anti-tumorale induite par la combinaison anticorps-IL-2. Ils croient que la synergie des cellules et des cytokines IL-2-induits, et le traitement d'anticorps, crée un environnement qui permet aux cellules T d'attaquer plus efficacement.

"La réponse innée entraînée par anticorps crée un environnement de telle sorte que lorsque les cellules T arrivent, ils peuvent tuer la tumeur. En son absence, les cellules tumorales crée un environnement où les cellules T ne fonctionnent pas très bien», dit Wittrup.

Les cellules appelées neutrophiles, qui sont considérés comme «première ligne de défense» du système immunitaire parce qu'elles réagissent fortement aux envahisseurs étrangers qui pénètrent dans la peau grâce à une blessure de coupe ou autre, étaient aussi étonnamment importante.

«Elles sont une force très puissante dans votre système immunitaire, mais les gens en immunothérapie ne se concentrent généralement pas sur les neutrophiles. Ils ne les considèrent pas vraiment comme un outil viable», dit Zhu. «On s'était fait à l'idée que, seules les cellules T et les cellules tueuses naturelles sont importantes, peut-être avons-nous oublier une partie du système immunitaire qui est également très importante et pourrait nous aider à atteindre nos objectifs de finalement guérir des tumeurs."

Les chercheurs ont également constaté que quand ils ont livré un anticorps, IL-2, et que les cellules T ont ciblé la tumeur, les cellules T adoptives transférées ont tué les cellules cancéreuses avec beaucoup plus de succès que lorsque les cellules T seules ont été livrés. Dans 80 à 90 pour cent des souris, les tumeurs ont complètement disparu; même lorsque les cellules tumorales ont été réinjectées dans les souris des mois après le traitement initial, leur système immunitaire a détruit les cellules, ce qui empêche la formation de nouvelles tumeurs.

Dans un document connexe qui est apparu récemment dans les Actes de l'Académie nationale des sciences, l'équipe du MIT a également constaté que livrer de IL-2 lié à tout type d'anticorps, même si l'anticorps ne visait pas une protéine à la surface des cellules tumorales, arrêtrait ou ralentirait la croissance tumorale lente, surtout si des doses supplémentaires de l'anticorps seul ont également été données. Alice Tzeng était le principal auteur de cette étude.

Les chercheurs étudient actuellement des protéines supplémentaires qui pourraient être ajoutées à la combinaison IL-2 et d'anticorps pour rendre l'immunothérapie plus efficace. En attendant, simplement donner aux patients une exposition prolongée à l'IL-2 pourrait améliorer l'efficacité des médicaments existants contenant des anticorps, dit Wittrup.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15760
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: IL-34 dans la résistance au doxorubicine dans le cancer du poumon.   Dim 16 Mar 2014 - 10:42

One of the most promising technologies for the treatment of various cancers is nanotechnology, creating drugs that directly attack the cancer cells without damaging other tissues' development. The Laboratory of Cellular Oncology at the Research Unit in Cell Differentiation and Cancer, of the Faculty of Higher Studies (FES) Zaragoza UNAM (National Autonomous University of Mexico) developed a therapy to attack cervical cancer tumors.

The treatment, which has been tested in animal models, consists of a nanostructured composition encapsulating a protein called interleukin-2 (IL -2), lethal to cancer cells.

According to the researcher Rosalva Rangel Corona, head of the project, the antitumor effect of interleukin in cervical cancer is because their cells express receptors for interleukin-2 that "fit together " like puzzle pieces with the protein to activate an antitumor response .

The scientist explains that the nanoparticle works as a bridge of antitumor activation between tumor cells and T lymphocytes. The nanoparticle has interleukin 2 on its surface, so when the protein is around it acts as a switch, a contact with the cancer cell to bind to the receptor and to carry out its biological action.

Furthermore, the nanoparticle concentrates interleukin 2 in the tumor site, which allows its accumulation near the tumor growth. It is not circulating in the blood stream, is "out there" in action.

The administration of IL-2 using the nanovector reduces the side effects caused by this protein if administered in large amounts to the body. These effects can be fever, low blood pressure, fluid retention and attack to the central nervous system, among others.

It is known that interleukin -2 is a protein (a cytokine, a product of the cell) generated by active T cells. The nanoparticle, the vector for IL-2, carries the substance to the receptors in cancer cells, then saturates them and kills them, besides generating an immune T cells bridge (in charge of activating the immune response of the organism). This is like a guided missile acting within tumor cells and activating the immune system cells that kill them.

A woman immunosuppressed by disease produces even less interleukin. For this reason, the use of the nanoparticle would be very beneficial for female patients. The researcher emphasized that his group must meet the pharmaceutical regulations to carry their research beyond published studies and thus benefit the population.



L'une des technologies les plus prometteuses pour le traitement de divers cancers est la nanotechnologie , la création de médicaments qui attaquent directement les cellules cancéreuses sans endommager le développement de d'autres tissus. Le Laboratoire d' oncologie cellulaire à l'Unité de recherche en différenciation cellulaire et du cancer, de la Faculté des études supérieures (FES ) Zaragoza UNAM ( Université Nationale Autonome du Mexique ) a développé une thérapie pour attaquer les tumeurs de cancer du col utérin .

Le traitement, qui a été testé dans des modèles animaux, consiste en une composition nanostructurée encapsulant une protéine appelée interleukine-2 (IL-2), létale pour les cellules cancéreuses.

Selon le chercheur Rosalva Rangel Corona, chef de projet, l'effet antitumoral de l'interleukine dans le cancer du col utérin est parce que leurs cellules expriment des récepteurs pour l'interleukine-2 qui " s'emboîtent " comme des pièces de puzzle avec la protéine pour activer une réponse anti-tumorale.

Le scientifique explique que la nanoparticule fonctionne comme un pont d'activation anti-tumorale entre les cellules tumorales et les lymphocytes T. La nanoparticule a sur sa surface l'interleukine 2, de sorte que lorsque la protéine est proche , il agit comme un commutateur, un contact avec la cellule cancéreuse pour se lier au récepteur et d'effectuer son action biologique .

En outre, la nanoparticule concentre l'interleukine 2 dans le site de la tumeur , ce qui permet son accumulation à proximité de la croissance tumorale . Il ne circule pas dans le sang , mais est " là-bas " en action.

L'administration d'IL-2 à l'aide du nanovecteur réduit les effets secondaires provoqués par cette protéine s'ils sont administrés en grandes quantités à l'organisme. Ces effets peuvent être de la fièvre, l'hypotension , de la rétention de fluide et d'attaque du système nerveux central, entre autres.

Il est connu que l'interleukine-2 est une protéine ( une cytokine, un produit de la cellule ) généré par les cellules T actives. La nanoparticule, le vecteur de l'IL- 2 , porte la substance aux récepteurs dans les cellules cancéreuses, puis sature et les tue, en plus de générer un pont immunitaire ( en charge de l'activation de la réponse immunitaire de l'organisme ). C'est comme un missile guidé agissant dans les cellules tumorales et l'activation des cellules du système immunitaire qui les tuent .

Une femme immunodéprimés par la maladie produit encore moins d'interleukine . Pour cette raison, l'utilisation de la nanoparticule serait très bénéfique pour les patients de sexe féminin . Le chercheur a souligné que son groupe doit répondre aux réglementations pharmaceutiques pour mener leurs recherches au-delà des études publiées et ainsi bénéficier à la population.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15760
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: IL-34 dans la résistance au doxorubicine dans le cancer du poumon.   Mar 3 Déc 2013 - 17:33

Dec. 2, 2013 — One of the most potent forms of immunotherapy for patients with metastatic melanoma and renal cell carcinoma is high-dose (HD) bolus IL-2 therapy. Approximately 15% of patients respond to HD IL-2 therapy, with almost 5% going into complete remission; however, use of HD IL-2 therapy is limited due to the toxic effects associated with treatment. Because HD IL-2-associated toxicity is severe, it would be beneficial for clinicians to determine if a patient would respond favorably to this treatment prior to side effect onset.

L'une des formes les plus puissantes d'immunothérapie pour les patients aux prises avec un mélanome ou un cancer du est de hautes doses de IL-2 À peu près 15 % des patients répondent au HD IL-2
et presque 5% font une rémission complète. Toutefois l'usage de cette thérapie est limitée parce qu'elle s'accompagne d'effets toxiques considérables. Ce serait un grand bénéfice de déterminer quels patients répondront favortablement.


Previous studies indicate that regulatory T cell (Treg) populations increase in patients undergoing HD IL-2 therapy, and in this issue of the Journal of Clinical Investigation, Lazlo Radvanyi and colleagues at M.D. Anderson Cancer Center performed an in depth analysis of Treg populations in melanoma patients undergoing HD IL-2 therapy. The authors identified a distinct population of Treg cells that expressed the inducible T cell costimulator (ICOS) that was highly proliferative following the first cycle of HD IL-2.

des études antérieures ont indiqué que les Tregs augmentent sous HD IL-2 et des chercheurs ont analysé ce phénomène et trouvé qu'une population distincte de Tregs qui exprime ICOS suite à un premier cycle de HD IL-2

Furthermore, melanoma patients with greater levels of ICOS+ Tregs in response to HD IL-2 had better clinical outcomes, suggesting that this Treg population may be useful to predict which patients would benefit from HD IL-2.

Les patients avec le plus haut niveau de ICOS en réponse à un premier cycle de IL-2 HD bénéficieront le plus du traitement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15760
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: IL-34 dans la résistance au doxorubicine dans le cancer du poumon.   Mer 11 Sep 2013 - 14:02

Des chercheurs de l'université australienne de Melbourne viennent de montrer que l'interleukine-11 pourrait constituer une nouvelle arme thérapeutique de choix contre le cancer.

Selon ces scientifiques, le blocage de la voie des cytokines, qui produit l'interleukine 11, pourrait offrir de nouvelles solutions thérapeutiques plus efficaces dans le traitement des cancers de l'intestin et de l'estomac, deux types de cancer parmi les plus répandus dans le monde.

Jusqu'à présent, il était admis que cette interleukine 11 jouait un rôle mineur par rapport à l'interleukine 6. Mais ces recherches, dirigées par Tracy Putoczki et Matthias Ernst, ont montré que l'interleukine-11 était en fait l'une des cytokines jouant un rôle-clé dans le déclenchement et la propagation de certains cancers.

Ces recherches ont également permis de découvrir que le blocage de l'interleukine-11 peut permettre, pour les cancers de l'estomac et l'  , de ralentir et même de stopper le développement de la tumeur, ce qui en fait une nouvelle cible thérapeutique très prometteuse.

L'étude souligne que "cette nouvelle approche visant à traiter les cancers en bloquant les voies de signalisation des cytokines s'avère passionnante et féconde et pourrait demain révolutionner la cancérologie, après avoir bouleversé la prise en charge des maladies inflammatoires."

Matthias Ernst précise que son équipe joue sur plusieurs tableaux et que, parallèlement aux essais en cours visant à bloquer l'interleukine 6 dans les cancers de l'  , du , de la et le cancer du , des essais sont également prévus pour bloquer l'interleukine 11 dans d'autres types de cancer.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15760
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: IL-34 dans la résistance au doxorubicine dans le cancer du poumon.   Jeu 2 Juin 2011 - 14:48

(June 1, 2011) — A vaccine for advanced melanoma, has improved response rate and progression-free survival for patients when combined with the immunotherapy drug Interleukin-2, according to research led by scientists from The University of Texas MD Anderson Cancer Center and Indiana University Health Goshen Center for Cancer Care.

Un vaccin contre le mélanome a amélioré la réponse et le taux de survie sans la progression de la maladie pour les patients lorsque combiné avec le médicament d'immunothérapie interleukin-2.

The findings, published in the June 2 New England Journal of Medicine, mark the first vaccine study in the disease -- and one of the first in cancer overall -- to show clinical benefit in a randomized Phase III clinical trial. It's also the first cancer vaccine to show an improved response rate in patients.

Les découvertes publié le 2 juin font état du premier vaccin dans la maladie et un des premiers pour l'ensemble des cancers à montrer des bénéfices cliniques dans une étude à l'aveulgle de phase III. C'est aussi le premier vaccin anti-cancer à montrer une réponse amélioré chez les patients.

The research was first presented on the plenary session of 2009 American Society of Clinical Oncology.

"Obviously, this is a disease, in its advanced setting, in need of better therapies for patients," said Patrick Hwu, M.D., professor and Chair of the Department of Melanoma Medical Oncology and the study's senior author. "This study serves as a proof-of-principle for the role of vaccines in melanoma and in cancer therapy overall. If we can use the body's own defense system to attack tumor cells, we provide a mechanism for ridding the body of cancer without destroying healthy tissue."

Cette étude montre que nous avons besoin de vaccins contre le mélanome et c'est une preuve de principes contre le besoin de vaccin contre tous les cancers. Si nous pouvons utiliser le système de défense du corps pour attaquer les cellules cancéreuses, nous forunirons un mécanisme pour nettoyer le corps du cancer sans détruire les cellules saines.


During their tenure at the National Cancer Institute NCI), Hwu and Douglas Schwartzentruber, M.D., the medical director of the Goshen Center for Cancer Care, were involved in the vaccine's development and early basic and clinical studies. The peptide vaccine, known as gp100:209-217 (200M), works by stimulating patients' T cells, known for controlling immune responses.

Le vaccin peptide connu sous le nom de gp100:209-217, travaille en stimulants les cellules T connu pour controler la réponse immunitaire.

"This vaccine activates the body's cytotoxic T cells to recognize antigens on the surface of the tumor. The T cells then secrete enzymes that poke holes in the tumor cell's membrane, causing it to disintegrate," explained Schwartzentruber, the study's principal investigator and corresponding author.

Ce vaccin active les cellules T du corps pour qu'elles reconnaissent les antigènes sur la surface des tumeurs. Les cellules T secrètent les enzymes qui percent des trous dans les membranes des cellules cancéreuses causant leur désintégration.

After an NCI-led Phase II study combining the vaccine with Interleukin-2 (IL-2) showed response rates of 42 percent in metastatic melanoma patients, a Phase III randomized trial with the two agents opened more than a decade ago.

Après une phase conduite par le national cancer institut combianant le vaccin et l'interleukin-2 qui a montré un taux de réponses de 42% chez les patients atteints du mélanome métastasé, une phase III à l'Aveugle avec les deux agents a été ouverte voici 10 ans.


Conducting a large, multi-institutional trial with IL-2, however, had its own set of unique challenges, explained Hwu, as not all cancer centers and community hospitals are capable of administering the immunotherapy. A highly specialized therapy associated with such significant side effects as low blood pressure and capillary leak syndrome, which poses risks to the heart and lung, IL-2 is often delivered in intensive care units. MD Anderson is one of the few centers with a dedicated in-patient unit exclusively designed for the drug's delivery; before, the institution was offering the therapy in its ICU.

Faire une grande étude dans beaucoup d'institutions avec IL-2 comporte ses propres défis, explique Hwu, ce ne sont pas tous les hopitaux qui sont capables d'administrer cette thérapie.


In the Phase III trial, 185 patients at 21 centers across the country were enrolled in the study. All had advanced metastatic melanoma and were stratified for cutaneous metastasis, a known indicator of response to IL-2. Patients were randomized to receive either high dose IL-2, or IL-2 and vaccine. In the IL-2 arm, 94 patients were enrolled and 93 were treated and evaluated for response; 91 were enrolled and 86 treated and 85 were evaluated for response in the IL-2 and vaccine arm. The primary endpoint of the study was clinical response; the secondary endpoints were toxic effects and progression-free survival.

L'objet de l'étude portait sur la réponse clinique et deuxièmement sur les effets toxiques et la survie sans progression de la maladie.


The study found that those who received the vaccine had a response rate of 16 percent, and progression-free survival of 2.2 months, compared to 6 percent and 1.6 months respectively in those that did not. The study was not powered to look at overall survival, but for those receiving the vaccine, it trended positive, 17.8 months vs. 11.1 months.

"This is one of the first positive randomized vaccine trials in cancer and the findings represent a significant step forward for treatment of advanced melanoma," said Schwartzentruber. "However, the vaccine only can be given to half of those with melanoma because it has to match a patient's tissue type, or HLA. A major priority for us is to figure out ways to broaden our approach and use mixtures of peptides, for example, so that more patients are eligible."

The researchers would like to improve upon it by including other immune-stimulatory agents, such as newer vaccine adjuvants, other cytokines and antibodies that further activate immune cells.

"This is a very exciting time for the field of melanoma. During the last few years, the entire landscape has changed -- with the addition of targeted therapies such as those that target BRAF as well as those that stimulate the immune system. Still, these drugs work in a small number of patients, and/or resistance often develops," said Hwu. "Now, our focus will need to turn toward studying these novel therapies in combination and continue our quest for better vaccines, as well as researching ways to make the study inclusive of more metastatic melanoma patients."

The study was funded, in part, by the National Cancer Institute.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15760
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: IL-34 dans la résistance au doxorubicine dans le cancer du poumon.   Ven 6 Mai 2011 - 14:30

Apr 13, 2011

Scientists are one step closer to tap the body’s own resources to fight cancer.

Les scientifiques se sont approchés d'un pas de plus de la capacité de se servir des forces propres au corps du patient pour combattre le cancer.

Researchers at the University of Rochester Medical Center have developed a molecule that lies dormant until it encounters a cancer cell, then suddenly activates and rouses the body’s immune system to fight cancer cells directly.

Les chercheurs ont développé une molécule qui reste dormante jusqu'à ce qu'elle rencontre une cellule cancéreuse et alors elle met les forces du système immunitaire du corps en activité pour pombattre directement le cancer.

They dub it the ‘Pacman strategy’ because it hinges upon molecular machines produced in abundance by tumors to chew through and gobble up particular chains of molecules.

Ils ont appelé cela la stratégie Pacman parce que cette thérapie depend de la machine moléculaire produite en abondance par les tumeurs pour venir mâcher et gobber une chaine particulière de molécules.

The key feature of the work is a new type of fusion molecule with three parts: a potent immune cell activator; a second molecule to keep that molecule quiescent until it’s needed; and a link between the two that gives scientists control over how the two interact.

La clé de ce travail est un nouveau type de fusion en 3 parties : un puissant activateur de cellule immunitaire, une seonde molécule qui reste dormante jusqu'à ce qu'on en ait besoin et un lien entre les deux qui donne le controle aux scientifiques sur le comment les deux molécules interagissent.

In experiments, the team led by graduate student John Puskas and Prof John Frelinger used Interleukin-2 or IL-2, a cytokine or chemical messenger that amplifies the effects of the immune system. IL-2 has been central to the burgeoning field known as cancer immunotherapy; it turns on T cells and natural killer cells that recognize and kill cancer cells.

Dans des expériences conduites par John Pukas et John Frelinger on a utilisé l'interleukin-2 (IL-2), une cytoxine ou un mesager chimique qui amplifi les effets du système immunitaire. IL-2 a été au centre du champ d'activités bourdonnantes comme sous le nom d'immunothérapie, l'IL-2 fait démarrer les celllules T et les NK (natural killer) qui reconnaissent et tuent les cellules cancéreuses.

“One reason we chose IL-2 is that it’s approved and used to treat patients today. If we’re able to reduce the toxicity associated with it, perhaps it could be used more broadly,” said Frelinger.

Si nous pouvions réduire la toxicité associé à IL-2 peut-être qu'on pourrait l'utiliser plus largement.

In experiments using the technology in the lab, the activity of IL-2 in the fusion protein was weak but became 10 to 50 times more biologically active after cleavage. Importantly, in experiments in mice with cancer, tumor growth was inhibited in mice where IL-2 was turned on using the technology compared to mice in which it was not. In many of the treated mice, tumor cells could not be detected after one week.

Dans des expériences en laboratoire, l'activité de IL-2 en fusion avec une protéine était faible mais devenait de 10 à 50 fois intense lorsque séparé de la protéine. Dans les expériences avec des souris ayant le cancer, la croissance de la tumeur a été inhibé lorsque IL-2 a été activé par cette technologie en comparaison avec les souris ou ce n'était pas le cas. Dans plusieurs de souris traitées, on ne pouvait pas détecté des cellules cancéreuses après une semaine.

A key to the technology is the molecular link between IL-2 and its inhibitor. Puskas and Frelinger built that link out of a chain of amino acids ?" building blocks of proteins. Such chains are broken or cleaved constantly in the body by enzymes known as proteases. In these experiments, when the link is broken, IL-2 breaks free from its inhibitor and is suddenly available to activate other immune cells.

La clé est ce lien moléculaire entre IL-2 et son inhibiteur. Puskas et Frelinger ont bâti ce lien avec une chaine d'acides aminés à parti de blocs de protéines. De telles chaines sont brisées et séparéess constamment dans le corps par des enzymes connues sous le nom de protéases. Dans de telles expériences, quand le lien est brisé, IL-2 et son inhibiteur deviennent libres et disponibles pour activer les cellules immunitaires.

The approach is designed to turn on the immune system powerfully right in the neighborhood of cancer cells, to destroy those cells, but to avoid a system-wide immune response that could cause severe side effects.

L'approche est faite pour déclancher le système immunitaire puissamment et juste à coté des cellules cancéreuses, dans le but de détruire celles-ci mais aussi pour éviter une réponse immunitaire plu slarge qui pourrait causer de sévères effets indésirables au patient.

The study was published online recently in the journal Immunology


http://www.dnaindia.com/health/report_new-fusion-molecule-empowers-immune-system-to-fight-cancer_1531499

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15760
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: IL-34 dans la résistance au doxorubicine dans le cancer du poumon.   Lun 1 Juin 2009 - 20:28



A vaccine for one of the most lethal cancers, advanced melanoma, has shown improved response rates and progression-free survival for patients when combined with the immunotherapy drug, Interleukin-2, according to researchers from The University of Texas M. D. Anderson Cancer Center.

Un vaccin pour un des cancers les plus mortel, le mélanome, a montré une réponse et une survie sans progression de la maladie amélioré lorsque combiné avec l'interleukin-2, selon les chercheurs.

The findings, presented today at the American Society of Clinical Oncology (ASCO), mark the first vaccine study in the disease - and one of the first in cancer overall - to show clinical benefit in a randomized Phase III clinical trial. Patrick Hwu, M.D., professor and chair of M. D. Anderson's Department of Melanoma Medical Oncology, presented the findings on ASCO's press program.

Les découvertes présentées aujourd'hui à l'ASCO montre le premier bénifice clinique dans le cas du mélanome pour une étude de phase
III
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15760
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: IL-34 dans la résistance au doxorubicine dans le cancer du poumon.   Mer 22 Oct 2008 - 14:58

(Oct. 22, 2008) — Scientists have used multiple tactics to rev up both innate and adaptive immunity to enhance the body's ability to fight cancer.

"The problem with cancer is that it becomes part of what the immune system identifies as 'self' and there are ways the body learns to tolerate 'self' to prevent immune attack," says the study's senior investigator, Linda Sherman, Ph.D., a professor in the Scripps Research Department of Immunology. "Hitting it with these new tools basically gets the immune system to pay attention to the cancer, and go after it.

"Le problème avec le cancer c'est qu'il devient une partie de ce que le système immunitaire identifie comme "le corps lui-même" et qu'il y a des moyens pour le corps d'apprendre à être tolérant. Frapper le cancer avec ces nouveaux outils fait que le système immuntaire prêtte attention au cancer et le poursuit."

She continues, "What is needed is effective and non-toxic immunotherapy for cancer patients, and we believe this work provides a foundation for that. The concepts we have shown are directly translatable to human therapy."

"Ce dont nous avons besoin est une thérapie efficace et non-toxique pour les patients au prise avec le cancer et nous croyons que notre travail fournit une base pour cela. Les concepts que nous avons démontrer sont applicable à l'être humain directement."

Stimulating Killer T Cells

Stimuler les Cellules T, les celules tueuses.

In the new study, the researchers basically used two different strategies. First, they worked out a way to force T cells—the immune system's killer cells—to become active and grow in the presence of tumor "antigens," the proteins on the outside of cancer cells that can stimulate an immune response. While these T cells recognize the tumor antigens, their response to them tends to be chronically weak because they are 'self'.

Ils ont travaillé pour forcer les cellules T à devenir actives en présence des antigènes, les protéines entourant les cellules cancéreuses qui peuvent stimuler une réponse immunitaire. Les réponses des cellules T tendent à devenir de plus en plus faibles parce qu'ils reconnaissent les tumeurs comme faisant partie du corps lui-même.

"We have been working for years to find ways to coax these so-called low affinity T cells to work better," Sherman says.

In this study, the investigators tested a novel complex developed by Professor Jonathan Sprent, M.D., Ph.D., a previous member of the Scripps Research faculty who is now at the Garvan Institute in Sydney, Australia, and Scripps Research co-author, Professor Charles Surh, Ph.D. The agent combines Interleukin-2 (IL-2) with an IL-2 antibody. IL-2 is a well-known stimulator of the growth of activated T cells, and is often used to boost immune system response in human therapy; T cells have IL-2 receptors on their surface. In previous studies, Sprent and Surh found that coupling IL-2 with a specific type of IL-2 antibody allows the complex to bind better to activated T cells and produces a more robust T cell response.

Le nouvel agent combine l'interlekin 2 avec un anti-corps IL-2. IL-2 est un stimulateur bien connu de la croissance de l'Activité des cellules T et il est souvent utilisé pour booster la réponse du système immunitaire. Les cellules T ont des récepteurs de il-2 à leur surface. dansune étude antérieur, les chercheurs avaient trouvé que de coupler l'interleukin deux avec un anticorps spécifique résultait en une réponse immunitaire plus forte.

"The beauty of this complex is that, as we demonstrate in this paper, it has a much greater ability to bind to low affinity T cells, which IL-2 itself cannot do very well," says Sherman.

La beauté de ce couple c'est qu'il a plus grande capacité de se lier avec les cellules T avec une affinité faible ce que IL-2 seul ne peut faire.

So, in order to jump start such an immune reaction, the researchers prime T cells by delivering this complex. When this complex binds to T cells, they grow and mature and deliver a signal to release cytotoxic granules that enter tumor cells and promote apoptosis, or cell death.

"A number of nice things begin to happen," says Sherman. "T cell growth is promoted as well as their killing function. There is a lot of good activity."

However, as soon as investigators withdraw the IL-2 complex, the T cells die quickly, as their growth stimulant has been removed.

The "Double Whammy"

La double attaque

The researchers' second strategy, then, was to also deliver an agent known as poly(l:C) that keeps T cells surviving longer. The agent also enhances the killing power of the T cells by stimulating the innate immune system, which provides an immediate defense against invaders.

"It is this trick of really stimulating T cell proliferation and killing functions, and then keeping the T cells alive, that provides the double whammy," Sherman says. "The T cells are hitting all their bases, and that is when we see the killing of tumors."

The researchers tested the system in mice that spontaneously develop tumors. The researchers delivered tumor antigen, the IL2 complex, and poly(l:C) all at the same time, and demonstrated the safety and effectiveness of the strategy.

Today, there are human cancer treatments that work in the same way, but they are highly toxic, Sherman says. For example, some patients with melanoma receive melanoma antigens, infusions of T cells, and high doses of IL2, which causes a lot of harmful side effects. Since the IL-2 complex can be used at ~50-fold lower doses than IL-2 with the same efficacy, the use of complex is likely to circumvent the toxicity problem. To further rev up the immune response, patients sometimes also receive whole body irradiation, which produces widespread inflammation.

"We think we can provide two very safe ways to hit these same bases," Sherman says.

However, more research needs to be done before human studies can begin, including finding an antibody to human IL-2 that works in the same way.

This research is published in an Early Edition issue of the Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) published online on October 20, 2008.

In addition to Sherman and Surh, study co-authors were Gregory Verdeil, Ph.D., and Kristi Marquardt of The Scripps Research Institute.

The study was funded by the National Institutes of Health.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15760
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: IL-34 dans la résistance au doxorubicine dans le cancer du poumon.   Mar 25 Sep 2007 - 2:02

Je mets ce bout de texte ici parce qu'il me semble particulièrement encourageant pour ceux qui ont un cancer de la peau mais je le trouve compliqué et pas dans un très bon français, je laisse le site ou je l'ai pris pour quelqu'un qui voudrait essayer d'en savoir plus là-dessus. Le texte date de avril 2006



Citation :
Dans la première partie d'une épreuve clinique de la phase II sur le mélanome, pour examiner le diftitox de denileukin (également connu sous le nom de TAPE (389) IL2 ou ONTAK), cinq sur sept patients présentant la maladie de l'étape IV ont éprouvé la régression ou la stabilisation significative des tumeurs et des métastases.

http://www.iconocast.com/french.php?u=/News_Files/A0EB0/News5.htm


Dernière édition par Denis le Ven 6 Mai 2011 - 14:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15760
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: IL-34 dans la résistance au doxorubicine dans le cancer du poumon.   Mar 18 Sep 2007 - 16:40



NEW YORK (Reuters Health) - A significant minority of patients with metastatic melanoma who have experienced progression after biochemotherapy, respond to high-dose bolus (HDB) interleukin-2 (IL-2), Pennsylvania-based researchers report in the September 1st issue of the Journal of Clinical Oncology.

Un minorité significative de patients avec le mélanome métastasé qui ont expérimenté une progression de la maladie après une chimio répondent à de hautes doses d'interleukin 2 (IL-2)

Dr. Ahmad A. Tarhini of the University of Pittsburgh School of Medicine told Reuters Health that the approach "produces durable benefits when given as second and third line therapy after failure of aggressive biochemotherapy combinations."

L'approche produit des bénéfices durables quand elle est donnée comme seconde ou troisième ligne de traitement.

Dr. Tarhini and colleagues came to this conclusion after studying 26 such patients. They were given HDB IL-2 at 600,000 U/kg per dose for a maximum of 14 doses per cycle, with a 1-week rest period between cycles. All but 3 patients received at least two treatment cycles (one course) and 10 patients received a second course of therapy.

In all, 5 patients (19%) responded, with 4 showing a complete response and 1 having a partial response. Two of the complete responses lasted more than 4 months and 2 patients have had ongoing complete responses at more than 26 months of follow-up.

En tout, 5 patients / 26 ont répondu et parmi ses 5, quatre ont eu une réponse complète et 1 a eu une réponse partielle. 2 des réponses complètes ont duré plus de 4 mois et 2 + de 26 mois.  

Another 5 patients had stable disease for up to 3 months but all eventually experienced progression.

Un autre groupe de 5 patient a vu sa maladie se stabiliser pour 3 mois mais ont expérimenté la re-progression.

Grade 3 and 4 toxicities included hyperbilirubinemia in 10 patients, thrombocytopenia in 6, and neurological toxicity in 2. However, disease progression (in 77%) was the most common reason for treatment discontinuation.

Response to prior biochemotherapy was not predictive of response to high-dose therapy with IL-2, and the researchers observe that the findings have "implications regarding the importance of dose intensity for IL-2 therapy."

"A major challenge that must be a research priority," Dr. Tarhini concluded, "is the identification of predictive biomarkers that may allow better patient selection and a higher therapeutic index for this and other forms of biotherapy."

'une recherche majeure qui devrait être une priorité.

Ces résultats peuvent sembler encore mince mais la recherche semble sur un bon chemin.


Dernière édition par Denis le Lun 3 Oct 2016 - 11:49, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: IL-34 dans la résistance au doxorubicine dans le cancer du poumon.   Aujourd'hui à 18:19

Revenir en haut Aller en bas
 
IL-34 dans la résistance au doxorubicine dans le cancer du poumon.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Série: Le Coran dans le coeur et dans la tête
» HELP ! Cherche preuves de salaire d' AS dans le privé
» (Météore dans notre haute atmosphère) Dans le ciel de Reims
» Je ne vous promets le bonheur dans cette vie mais dans l'au
» Association DANS-TRO

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: