AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Inhibiteurs de LHR-1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15771
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Inhibiteurs de LHR-1   Mar 14 Juin 2016 - 13:04

Immunotherapy is gathering momentum as a primary therapy for cancer patients. However, monotherapies have limited efficacy in improving outcomes and benefit only a subset of patients. Combination therapies targeting multiple pathways can augment an immune response to improve survival further. Here, we demonstrate that dual aOX40 (anti-CD134)/aCTLA-4 (anti–cytotoxic T-lymphocyte–associated protein 4) immunotherapy generated a potent antigen-specific CD8 T-cell response, enhancing expansion, effector function, and memory T-cell persistence. Importantly, OX40 and CTLA-4 expression on CD8 T cells was critical for promoting their maximal expansion following combination therapy. Animals treated with combination therapy and vaccination using anti–DEC-205 (dendritic and epithelial cells, 205 kDa)–HER2 (human epidermal growth factor receptor 2) had significantly improved survival in a mammary carcinoma model. Vaccination with combination therapy uniquely restricted Th2-cytokine production by CD4 cells, relative to combination therapy alone, and enhanced IFNγ production by CD8 and CD4 cells. We observed an increase in MIP-1α (macrophage inflammatory protein-1α)/CCL3 [chemokine (C-C motif) ligand 3], MIP-1β/CCL4, RANTES (regulated on activation, normal T-cell expressed and excreted)/CCL5, and GM-CSF production by CD8 and CD4 T cells following treatment. Furthermore, this therapy was associated with extensive tumor destruction and T-cell infiltration into the tumor. Notably, in a spontaneous model of prostate adenocarcinoma, vaccination with combination therapy reversed anergy and enhanced the expansion and function of CD8 T cells recognizing a tumor-associated antigen. Collectively, these data demonstrate that the addition of a vaccine with combined aOX40/aCTLA-4 immunotherapy augmented antitumor CD8 T-cell function while limiting Th2 polarization in CD4 cells and improved overall survival.

---

L'immunothérapie prend de l'ampleur en tant que thérapie primaire pour les patients atteints de cancer. Cependant, les monothérapies ont une efficacité limitée dans l'amélioration des résultats et ne bénéficient que d'un sous-ensemble de patients. Les thérapies combinées ciblant de multiples voies peuvent augmenter une réponse immunitaire pour améliorer la survie plus loin. Ici, nous démontrons que l'immunothérapie double aOX40 (anti-CD134) / aCTLA-4 (protéine 4 de lymphocytes T associés à l'anti-cytotoxiques) ont généré une réponse des cellules T CD8 efficace spécifique d'un antigène, l'amélioration de l'expansion, la fonction effectrice et de la mémoire T la persistance des cellules ß. Surtout, OX40 et CTLA-4 expression sur les cellules T CD8 était essentiel pour promouvoir leur expansion maximale suivant la thérapie de combinaison. Les animaux traités avec la thérapie combinée et la vaccination utilisant des anticorps anti-DEC-205 (dendritiques et les cellules épithéliales, 205 kDa) -HER2 (récepteur du facteur de croissance épidermique humain 2) ont significativement amélioré la survie dans un modèle de carcinome mammaire. La vaccination avec la thérapie de combinaison restreinte de manière unique la production Th2 cytokine par les cellules CD4, par rapport à la thérapie de combinaison seul, et le renforcement de la production de IFNy par les cellules CD8 et CD4. Nous avons observé une augmentation de la MIP-1α (macrophage protéine inflammatoire 1α) / CCL3 [chimiokine (CC motif) ligand 3], MIP-1β / CCL4, RANTES (régulé par activation, T-cellule normale exprimée et excrétée) / CCL5, et la production de GM-CSF par les cellules T CD8 et CD4 après le traitement. En outre, cette thérapie a été associée à la destruction de la tumeur étendue et l'infiltration des cellules T dans la tumeur. En particulier, dans un modèle spontané adénocarcinome de la prostate, la vaccination avec la thérapie de combinaison inverse l'anergie et améliore l'expansion et la fonction des cellules T CD8 qui reconnaissent un antigène associé à une tumeur. Collectivement, ces données démontrent que l'addition d'un vaccin avec la fonction CD8 des lymphocytes T combinée avec l'immunothérapie antitumorale aOX40 / aCTLA-4  augmente tout en limitant la polarisation Th2 dans les cellules CD4 et l'amélioration de la survie globale.

---

Scientists at EPFL have found a way to starve liver cancer cells by blocking a protein that is required for glutamine breakdown -- while leaving normal cells intact. The discovery opens new ways to treat liver cancer.

Primary liver cancer is the second leading cause of cancer-related deaths worldwide, with current treatments being very limited. Liver cancer cells are particularly addicted to the amino acid glutamine, which fuels their proliferation. EPFL scientists have now found that a liver protein called "liver receptor homolog 1" (LRH-1) is responsible for the digestion of glutamine into smaller molecules, which are avidly consumed by liver cancer cells. Therefore, blocking LRH-1 causes cancer cells to starve and greatly reduces the development of liver cancer in mice, while preserving normal cells. The discovery is published in Genes & Development, and can introduce new drugs that target LRH-1 to effectively treat liver cancers.

LRH-1 is a receptor in the cell nucleus, where it regulates the expression of various genes. In this study, scientists from different groups at EPFL led by Kristina Schoonjans, discovered that LRH-1 coordinates several key genes that are involved in the metabolism of glutamine -- an amino acid to which liver cancer cells become addicted. The researchers found that LRH-1 drives the development of liver tumors by helping cancer cells to convert glutamine into molecules that are directly needed for proliferation.

This would also mean that disrupting the function of LRH-1 in the liver of mice would protect against the development of liver cancer. That is exactly what the scientists found when they studied mice that had been genetically modified to not express LRH-1 -- so called "knockout" mice. After exposing them to chemical carcinogens, the livers of knockout mice showed dramatically less development of tumors. "Shutting down this pathway by inhibiting LRH-1 abrogates the utilization of glutamine as a fuel and brings the cancerous cells in tremendous metabolic distress," says Pan Xu, the first author of the study.

Based on the study, LRH-1 could be a new drug target to prevent the development of liver cancer. Because cancer cells, unlike normal cells, are very often addicted to glutamine, drugs that inhibit glutamine metabolism have been proposed as new highly efficient chemotherapy agents.

"Inhibiting LRH-1 can thus be an effective way to starve only liver cancer cells, while leaving normal cells intact," says Kristina Schoonjans. Her lab is now actively trying to identify new chemotherapeutic agents to treat liver cancer by developing specific compounds that inhibit LRH-1. The researchers also hope that these findings may extend to other types of cancer, since LRH-1 is also abundant in the pancreas and ovaries.


---

Les scientifiques de l'EPFL ont trouvé un moyen de priver les cellules cancéreuses du foie en bloquant une protéine qui est nécessaire pour la répartition de glutamine - tout en laissant les cellules normales intactes. La découverte ouvre de nouvelles façons de traiter le cancer du foie.

le cancer primitif du foie est la deuxième cause de décès liés au cancer dans le monde entier, avec les traitements actuels étant très limité. cellules de cancer du foie sont particulièrement dépendants de la glutamine, un acide aminé, qui alimente leur prolifération. Les chercheurs de l'EPFL ont maintenant découvert qu'une protéine du foie appelée "homologue du récepteur du foie 1" (LRH-1) est responsable de la digestion de la glutamine en molécules plus petites, qui sont avidement consommés par les cellules du cancer du foie. Par conséquent, le blocage de LRH-1 provoque la mort de faim des cellules cancéreuses et réduit considérablement le développement d'un cancer du foie chez la souris tout en préservant les cellules normales. La découverte est publiée dans Genes & Development, et peut introduire de nouveaux médicaments qui ciblent LRH-1 pour traiter efficacement les cancers du foie.

LRH-1 est un récepteur dans le noyau cellulaire où il régule l'expression de différents gènes. Dans cette étude, les scientifiques de différents groupes à l'EPFL dirigée par Kristina Schoonjans, ont découvert que LRH-1 coordonne plusieurs gènes clés qui sont impliqués dans le métabolisme de la glutamine - un acide aminé à laquelle les cellules cancéreuses du foie deviennent dépendants. Les chercheurs ont constaté que LRH-1 entraîne le développement de tumeurs du foie en aidant les cellules cancéreuses pour convertir la glutamine en molécules qui sont directement nécessaires à la prolifération.

Cela signifierait également que la perturbation de la fonction de LRH-1 dans le foie des souris protégerait contre le développement du cancer du foie. Voilà exactement ce que les scientifiques ont découvert quand ils ont étudié des souris qui avaient été génétiquement modifiées pour exprimer LRH-1 - les souris dites "knock-out". Après les avoir exposer à des agents cancérigènes chimiques, le foie des souris KO ont montré nettement moins de développement de tumeurs. "Arrêter cette voie en inhibant LRH-1 abroge l'utilisation de la glutamine comme carburant et amène les cellules cancéreuses en détresse métabolique énorme», dit Pan Xu, le premier auteur de l'étude.

Sur la base de l'étude, LRH-1 pourrait être une nouvelle cible thérapeutique pour prévenir le développement du cancer du . Parce que les cellules cancéreuses, à la différence des cellules normales, sont très souvent dépendantes de la glutamine, des médicaments qui inhibent le métabolisme de la glutamine ont été proposés comme nouveaux agents chimiothérapeutiques hautement efficaces.

"Les Inhibiteurs LRH-1 peut donc être un moyen efficace d'affamer  les cellules du cancer du , tout en laissant les cellules normales intactes», dit Kristina Schoonjans. Son laboratoire cherche maintenant activement à identifier de nouveaux agents chimiothérapeutiques pour traiter le cancer du foie en développant des composés spécifiques qui inhibent LRH-1. Les chercheurs espèrent également que ces résultats peuvent s'étendre à d'autres types de cancer, puisque LRH-1 est également abondant dans le et les .


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15771
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Inhibiteurs de LHR-1   Jeu 4 Juil 2013 - 10:14

Nanobiotix obtient 2,8 M€ de bpifrance pour le développement de NBTXR3 dans le cancer du
Publié le Jeudi 4 juillet 2013

Nanobiotix, société pionnière en nanomédecine développant NanoXray, une approche thérapeutique révolutionnaire pour le traitement local du cancer, a annoncé l’obtention de 2,8 M€ de bpifrance, pour accélérer le développement clinique et industriel de son produit leader NBTXR3 dans une nouvelle indication : le cancer du foie (carcinome hépatocellulaire).

Ce financement soutient la mise en place du consortium NICE (Nano Innovation for CancEr) labellisé par Medicen, le pôle de compétitivité mondial dédié à l’innovation en santé en Ile-de- Paris Région dont l’objectif est d’établir la première filière de nanomédecine en France, plus particulièrement autour de la caractérisation et l’industrialisation des procédés de fabrication propres aux nanomédicaments.

NICE regroupe des sociétés et organismes qui détiennent un savoir-faire unique dans le domaine des nanomédicaments. Son objectif est de construire une plateforme pour accélérer et développer l’industrialisation des nanomédicaments en France, en capitalisant sur les expertises complémentaires de chacun des partenaires.

- BioAlliance Pharma, chef de file du consortium, qui développe Livatag®, doxorubicine nanoparticulaire actuellement en phase III dans le cancer primitif du foie ;
- le CEA-Leti, qui développe la technologie nanolipidique Lipidots® ;
- DBI, société spécialisée dans la fabrication de produits pharmaceutiques possédant un savoir-faire spécifique sur les nanomédicaments ;
- l’Institut Galien Paris Sud (Université Paris-Sud/CNRS), équipe académique d’excellence spécialisée en recherche sur des nanoparticules ;
- Nanobiotix, qui développe NBTXR3, produit actuellement en étude de phase I dans le Sarcome des Tissus Mous qui vient d’obtenir l’autorisation de l’ANSM pour démarrer un nouvel essai clinique de phase I dans le cancer de la Tête et du Cou. NBTXR3 bénéficiera de cette plateforme d’expertise. Le financement de bpifrance permettra d’accélérer son développement, notamment au plan clinique, avec pour objectif le projet le démarrage d’une nouvelle étude clinique de Phase I avec NBTXR3 chez des patients atteints d’un cancer primaire du foie.

« La nanomédecine est aujourd’hui l’un des relais majeurs de croissance de l’industrie pharmaceutique dans le monde. Il est important de mettre en place une structure au niveau local pour être compétitif » commente Laurent Levy, Président du Directoire de Nanobiotix. « Nanobiotix va bénéficier de deux façons de ce consortium, à moyen terme par la structuration de la filière, et de façon plus immédiate par le développement d’une nouvelle indication clé pour les patients et pour la valeur de l’entreprise. »

Source : Nanobiotix




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15771
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Inhibiteurs de LHR-1   Mer 19 Sep 2007 - 17:02

Nerve growth factor (NGF), as the name says, is an essential peptide factor for the growth and differentiation of neuronal cells. Therefore we can imagine that this growth factor is important for the nervous system including brain.

Le NGF comme le nom l'indique est un peptide essentiel pour la croissance et la différentiation des cellules neuronales. Dès lors nous pouvons imaginer que ce facteur de croissance est important pour le système nerveux incluant le cerveau.

But a recent scientific report tells us another surprising and exciting discovery about this growth factor: NGF is positively related with liver cancer, the No.2 killer among all kinds of cancers in the world.
Biologists led by Dr. Serafino from the National Research Council of Italy published their surprising discovery that NGF and its receptor were aberrantly expressed in the liver of the patients troubled with liver cirrhosis and/or hepatocellular carcinoma.

Mais une recherche récente indique une découverte surprenante et excitante au sujet de ce facteur de croissance : NGF est relié avec le cancer du foie. LEs biologistes ont publiés leurs surprenantes découvertes à savoir que NGF et son récepteur son exprimés d'uen façon aberrante dans le foie pour les patients avec la cirrhose et hépatite cellulaire.


The research was a collaboration among scientists from National Research Council of Italy, Marino Hospital in Rome, Regina Elena Cancer Institute in Rome, and University of Rome.

These scientists showed that NGF and its receptor trkANGF were expressed in the liver of the patients troubled with liver cirrhosis and/or hepatocellular carcinoma (HCC) while these two molecules are not detected in the liver of healthy people.

Les scientifiques ont démontré que NGF et son récepteur trkANGF sont exprimé dans le foie des patients souffrant de cirrhose et de cancer et ne le sont pas chez les gens en bonne santé.

For a growth factor to affect a cell, there should be its specific receptor expressed on the surface of the target cell. Since both NGF and its specific receptor are abnormally expressed in the liver of patients, NGF seems to be expressed by liver cells to affect themselves (so called autocrine) or to affect adjacent cells (so called paracrine) in patients with liver cirrhosis and/or HCC.

These discoveries indicate that NGF is playing a critical role in the development of liver cirrhosis and its progression towards HCC. Based on this discovery, targeting the NGF or its specific receptor trkANGF in diseased liver may suppress or prevent the development of liver cirrhosis and HCC. In the near future, bioengineers may be able to design a medicine directed to liver to inactivating NGF or its receptor.

En se basant sur cette découverte, les bioingénieurs seront capables d'inventer un médicament pour aller inactiver NGF et son récepteur.

The discovery reported in this article also opens up the possibility to use NGF in the early diagnosis of liver cirrhosis and HCC because of the high and specific expression of this growth factor in the liver progressing into liver cirrhosis and/or HCC.


Dernière édition par Denis le Mer 22 Juin 2016 - 13:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Inhibiteurs de LHR-1   Aujourd'hui à 13:24

Revenir en haut Aller en bas
 
Inhibiteurs de LHR-1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Télomérase et inhibiteurs de télomérase...
» Inhibiteurs d'HDAC
» Inhibiteurs de PARP.
» Les inhibiteurs de syntèse ATP
» Les inhibiteurs de Src

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: