AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 thérapie ciblée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: thérapie ciblée   Sam 18 Juin 2016 - 11:57

L'Institut national du cancer (INCa), le centre de lutte contre le Cancer Gustave Roussy et l'association Imagine for margo ont annoncé le lancement d'un nouvel essai thérapeutique à destination des enfants et adolescents souffrant d'un cancer incurable. Cet essai clinique, intitulé AcSé-ESMART, a vocation de doubler en deux ans le nombre de médicaments pouvant être proposés aux enfants et adolescents atteints de cancers. Selon le communiqué de presse publié par l’INCa ce mardi 14 juin, il s’agit du premier essai clinique de phase précoce dédié aux cancers pédiatriques au monde.

« Ce qui est innovant, c’est qu'une fois que l'on aura analysé la tumeur de ces enfants, plusieurs possibilités thérapeutiques seront proposées, plusieurs molécules qui vont être proposées par plusieurs laboratoires et on pourra faire le choix en fonction de ce qui est le mieux pour l'enfant, en fonction du profil de la tumeur », affirme le Dr Natalie Hoog Labouret, responsable du programme AcSé, à nos confrères de FrancetvInfo, qui précise également qu’il s’agit d’un « essai unique au monde ».

260 enfants malades pourront en bénéficier

AcSé-ESMART a pour objectif de tester dix molécules innovantes, seules ou en association, au cours d’un seul et même essai clinique. Sur trois ans, 260 enfants en échec thérapeutique bénéficieront de cet essai : ils auront accès à des médicaments innovants et ciblés « en fonction des caractéristiques moléculaires de leur tumeur ». Les jeunes patients seront pris en charge dans l’un des 6 centres labellisés de phase précoce (CLIP) de l’INCa ouverts aux enfants. En outre, trois laboratoires pharmaceutiques (le britannique Astra Zeneca, le suisse Novartis et l’américain BMS) mettront à disposition et distribueront leurs molécules gratuitement. Des molécules (thérapies ciblées et immunothérapies) qui sont développées pour les adultes, mais qui peuvent s’avérer efficaces dans les cancers pédiatriques.

Bien que plus rares que les cancers se déclarant à l’âge adulte, les cancers pédiatriques représentent la première cause de décès par maladie chez les enfants. En France, 1 700 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année chez les enfants et 800 chez les adolescents.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: thérapie ciblée   Jeu 21 Juil 2011 - 17:20

La thérapie anti cancéreuse ciblée pour épargner les cellules saines
(Par Louise Harel, Directeur de Recherche Honoraire CNRS) - Née dans la dernière décennie, cette thérapie constitue une avancée prometteuse dans le traitement des cancers : elle cherche à détruire spécifiquement les cellules tumorales en respectant les cellules saines.
Voici un bon résumé des connaissances acquises sur le traitement ciblée :

Écrit par
Louise Harel

Notre corps est formé d’environ cent mille milliards de cellules. L’ADN qui s’y trouve est une grosse molécule composée de deux chaines. Chacune d’entre elles est constituée de la succession de quatre molécules appelées nucléotides (dA, dT, dC, dG). Il existe un très grand nombre de combinaisons possibles de ces molécules. Les gènes (environ 30 000 chez l’homme) sont des segments d’ADN capables de donner l’instruction de fabriquer une protéine. C’est l’ordre dans lequel s’enchaînent les quatre nucléotides qui détermine l’identité du gène et celle de la protéine fonctionnelle qui est produite.

De nombreux mécanismes de transformation cancérigène sont connus : modifications au niveau de l’ADN (mutations, amplification, dérégulation de gènes) ou encore émergence d’oncogènes cellulaires ou viraux. Il peut s’agir aussi de modifications sans altération des séquences nucléotidiques (phénomènes épigénétiques) tels que l’addition de radicaux chimiques à l’ADN. Ces remaniements entraînent des changements dans la structure des protéines produites, et, par la même, de leurs propriétés. Ainsi, la synthèse d’une protéine stimulatrice de la prolifération cellulaire peut être induite. Il se peut aussi que la production d’un facteur de la famille des suppresseurs de tumeur, protéines qui s’opposent à la prolifération tumorale, soit supprimée.

L’absence de ce type de facteur entraînera une multiplication anormale des cellules.

Associée ou non à la chirurgie, la thérapie du cancer s’applique à empêcher la multiplication des cellules malignes en injectant des molécules toxiques pour les cellules en prolifération rapide (chimiothérapie) ou en ciblant l’ADN des cellules tumorales à l’aide d’éléments radioactifs afin de les détruire (radiothérapie). Malheureusement, ces méthodes ne s’attaquent pas spécifiquement aux cellules malignes : elles induisent aussi la mort des cellules saines en prolifération rapide, comme les cellules sanguines.

De nouvelles approches dites « thérapies ciblées » visent à agir plus spécifiquement sur les cellules tumorales. Elles interviennent principalement sur les signaux qui ordonnent à la cellule de se multiplier. On agit essentiellement à la surface des cellules, sur les récepteurs des facteurs de croissance (facteurs qui induisent la prolifération cellulaire), ou à l’intérieur de la cellule, sur les voies de transmission de ces signaux. En effet dans le processus de prolifération cellulaire, tout commence par la fixation d’un facteur de croissance à son récepteur situé à la surface des cellules. C’est cette fixation qui « activera » le récepteur et entraînera la cascade d’événements intra cellulaires aboutissant à la prolifération.

Les thérapies ciblées consistent souvent, et selon les types de cancer, à empêcher la fixation des facteurs de croissance à leurs récepteurs. On dit qu’on bloque les récepteurs. La stratégie consiste à associer ces récepteurs à une molécule spécialement fabriquée (appelée anticorps monoclonal) qui prend la place du facteur de croissance et empêche celui-ci d’agir sur sa cible. A titre d’exemple, on peut citer :

- Le Trastuzumab (ou Herceptin) qui constitue un considérable progrès dans le traitement du cancer du . Il ne concerne pas toutes les patientes mais 20% d’entre elles, celles dont la tumeur présente une surabondance de récepteurs HER2, un des récepteurs du facteur de prolifération EGF (Epidermal Growth Factor). Le trastuzumab est un un anticorps monoclonal qui se fixe au récepteur HER2. Le récepteur n’est alors plus libre pour l’EGF, qui, de ce fait, ne peut plus exercer son action stimulatrice sur la multiplication cellulaire.

- L’autre tactique de thérapie ciblée sur les signaux de prolifération cellulaire consiste, si le type de cancer l’exige, à inhiber les voies de transmission intra cellulaires des signaux induits par les facteurs de croissance. On peut citer quelques médicaments élaborés pour atteindre ce but :

- Le Glivec (imatinib mesylate), considéré comme le traitement de référence des leucémies myéloïdes chroniques. Dans cette maladie, un échange de matériel entre deux chromosomes aboutit à la production d’une protéine (appelée tyrosine kinase) activée spontanément, en permanence et de manière incontrôlable, hors de l’action de tout facteur de croissance. La tyrosine kinase est bien connue pour être un facteur clé dans l’induction de la multiplication cellulaire. Le Glivec est une petite molécule qui inhibe l’activité des tyrosines kinases, un anti tyrosine kinase. Il a grandement amélioré les résultats des traitements. D’une taille plus petite que les anticorps monoclonaux anti tyrosine kinase mis au point antérieurement, il pénètre plus facilement dans la cellule.

- Le développement des tumeurs stromales digestives résulte de la mutation du récepteur d’un facteur de croissance, c-kit (récepteur du Stem Cell Factor). Lorsque ces tumeurs sont inopérables ou métastatiques, leur traitement repose aussi sur le Glivec, inhibiteur des tyrosines kinases activées spontanément par suite de cette mutation.

- L’Erlotinib ou le Géfitinib, utilisés dans le traitement des cancers bronchiques. Dans ce type de cancer les récepteurs d’un facteur de croissance appelé EGF (pour Epidermal Growth Factor) sont spontanément activés, ce dont résulte ici aussi, l’activation des tyrosines kinases et l’induction de la prolifération cellulaire. Ces médicaments sont aussi de petites molécules qui inhibent spécifiquement des tyrosines kinases produites par l’activation du récepteur de l’EGF. Leur effet empêche l’action du facteur de croissance.

Il faut signaler enfin l’existence de deux catégories de thérapie ciblée basées sur des mécanismes différents de celui de l’inhibition de la prolifération cellulaire :

- Dans 85% des mélanomes se trouve une molécule appelée Bcl2 qui s’oppose à la mort programmée des cellules (apoptose). Ces tumeurs sont traitées par un anti corps anti Bcl2.

- Un autre type de thérapie ciblée très intéressant consiste à « affamer » les tumeurs en inhibant le développement des vaisseaux sanguins qui les irriguent. L’irrigation sanguine est l’un des facteurs qui permet la croissance tumorale. Le Bevacizumab ou Avastin est employé pour inhiber le développement des vaisseaux sanguins (angiogénèse) dans les cancers digestifs. Ce médicament est, encore une fois, un anticorps monoclonal. Il se lie au VEGF (pour Vascular Endothelial Growth Factor), puissant stimulant de l’angiogénèse, interdisant ainsi la liaison de ce dernier avec ses propres récepteurs, donc son action. La vascularisation de la tumeur s’en trouve inhibée.

Aujourd’hui, les thérapies ciblées ne sont pas suffisantes en général pour guérir un cancer. On les utilise en complément des traitements plus classiques. Non seulement elles en améliorent l’efficacité, mais elles permettent de les administrer à des doses plus faibles, moins nocives pour les cellules saines. Un grand nombre de thérapies anti cancéreuses ciblées sont en cours de développement. Il faut espérer qu’à l’avenir elles pourront être utilisées en traitement unique, permettant ainsi d’exploiter l’avantage considérable qu’elles présentent : la préservation des cellules saines.

(*) Les origines du cancer. Louise Harel. Que sais-je ? Presse Universitaires de France, 2008

Louise Harel

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Plumedange



Nombre de messages : 693
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: thérapie ciblée   Lun 30 Juin 2008 - 16:34

merci pour tous ces infos Denis :(fleur):
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: La thérapie ciblée se rapproche de la clinique   Dim 29 Juin 2008 - 15:18

A new study, presented at the SNM 55th Annual Meeting, shows the potential to pre-target the treatment of cancer cells--bringing personalized medicine one step closer from the laboratory to patients. By combining new molecular imaging techniques with targeted therapy, pretargeting offers cancer patients a more individualized treatment that can increase the effectiveness of therapies and minimize discomfort experienced during treatment.

D'après une nouvelle étude, le pré-ciblage des cellules cancéreuses apporterait un + aux patients. En combinant les techniques d'imagerie avec la thérapie ciblée, les patients offrent aux patients un traitement individuel qui peut accroitre l'efficacité de thérapies et minimiser l'inconfort des patients durant le traitement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: thérapie ciblée   Mar 25 Sep 2007 - 12:13

Adapter un traitement anti-cancéreux aux caractéristiques génétiques d'un patient: c'est l'espoir que caressent de nombreux médecins face à l'augmentation du nombre de marqueurs biologiques du cancer. Leurs travaux sont présentés à Barcelone lors du congrès de l'Organisation européenne du cancer.

«Nous allons assister à une révolution dans le traitement du cancer», s'est félicité le Dr Martine Piccart, directrice de l'Institut Jules Bordet, en Belgique. «Dans quelques années, nous allons êtres capables de démontrer à quel point ces nouvelles technologies sont puissantes.»

Des chercheurs allemands ont déclaré avoir mis au point un test permettant d'identifier des cellules cancéreuses circulant dans le sang de femmes atteintes de cancer du Une découverte qui pourrait donner aux médecins la possibilité d'attraper les cellules cancéreuses «en route» vers une autre destination, donnant le temps de prévenir une éventuelle métastase.

Le Dr Julia Juckstock et ses collègues de l'Université de Munich ont analysé les prélèvements sanguins de 1767 femmes souffrant d'un cancer du sein, avant leur traitement, et les ont comparés aux échantillons de 852 d'entre elles après le traitement chimiothérapique.

Chez un petit pourcentage de ces femmes testées après la fin de leur chimiothérapie, les chercheurs ont retrouvé des cellules tumorales circulantes. «C'est une avancée fascinante», a commenté le Dr John Smyth, professeur d'oncologie médicale à l'université d'Edimbourg et extérieur à l'étude munichoise.

Au lieu d'une approche globale du traitement, le Dr Smyth estime que le test pourrait aider les médecins à repérer les femmes dont le cancer allait s'étendre et nécessiter des soins particuliers.

Le traitement sur mesure basé sur les gènes n'est pas nouveau: les experts traitent le cancer du sein en fonction du type de tumeur depuis plusieurs années.

Les médecins pratiquent un simple test génétique pour détecter les 20% de femmes qui tireraient un réel bénéfice d'une chimiothérapie, évitant aux autres les effets indésirables.

Une autre étude présentée mardi au congrès de Barcelone marque un tournant inespéré: les patientes présentant une suractivité d'un des gènes du cancer du sein avaient aussi moins de chances de répondre à une chimiothérapie pour un cancer du

«Nous en savons un peu sur les gènes du cancer du sein, et maintenant nous regardons à l'intérieur de la boîte noire pour voir quel rôle éventuel ils pourraient jouer dans d'autres cancers, a expliqué le Dr Gordon McVie, de l'Institut européen d'oncologie.

Les gènes du cancer du sein impliqués ont plusieurs fonctions: ils aident notamment à réparer les cellules. Mais si ils n'agissent pas correctement, ils peuvent favoriser la survenue d'un cancer du sein.

Si une personne souffre d'un cancer du poumon, le mauvais fonctionnement d'un gène rend la tumeur particulièrement agressive. Ce qui veut dire que le patient ne tirera probablement aucun bénéfice d'une éventuelle chimiothérapie qui le rendrait plus volontiers malade.

Quand bien même les chercheurs en comprendraient beaucoup sur une centaine de gènes, le problème est qu'il en existe environ 31 000 autres dont ils ignorent tout.

Plusieurs équipes ont d'ores et déjà dessiné la carte du profil génétique que les scientifiques suspectent d'être à l'origine d'une augmentation du risque de cancer du sein.

D'autres études présentées à Barcelone ont identifié des gènes qui pourraient multiplier par trois le risque de cancer de l'ovaire, tout comme le profil moléculaire qui prédit un cancer du côlon.

Le cancer est une maladie incroyablement complexe, influencée par l'environnement et l'alimentation. Si les chercheurs peuvent identifier les gènes en cause, de nombreux facteurs restent incontrôlables. Toutefois, comme il s'agit d'un problème biologique qui apparaît quand les cellules se divisent de façon irrationnelle, les experts pensent que la solution sera elle aussi biologique.


Dernière édition par Denis le Sam 18 Juin 2016 - 11:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: thérapie ciblée   Aujourd'hui à 15:55

Revenir en haut Aller en bas
 
thérapie ciblée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La thérapie ciblée
» thérapie ciblée
» L'asco : la thérapie ciblée est l'arme de l'espoir.
» Une thérapie ciblée de la leucémie myéloïde aiguë
» Protéines sanguines : vers une thérapie ciblée.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: