AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Trop de femmes abandonnent leur traitement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
titlene78



Nombre de messages : 110
Age : 62
Localisation : Aubergenville - Yvelines
Date d'inscription : 01/02/2013

MessageSujet: Re: Trop de femmes abandonnent leur traitement   Dim 24 Mar 2013 - 13:57

Le tamoxifène est plutôt remplacé par soit l'Arimidex ou femara ou équivalent.

J'ai moi-même été sous Arimidex pendant 5 ans, avec une alternance de 6 mois sous Femara car l'Arimidex provoquait des douleurs articulaires terribles mais Femara me donnant des troubles de la vue, je suis revenue à l'Arimidex.

Je l'ai pris sans interruption pendant les 5 ans car c'est le meilleur moyen d'éviter d'éventuelles rechutes.

Je conseille aux femmes à qui on le prescrit de le prendre assidument pendant les 5 ans même si effectivement cela provoque des effets secondaires désagréables comme prise de poids, douleurs articulaires, bouffées de chaleur accrues et perte de mémoire car c'est leur meilleure chance de survie après les traitements lourds.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Trop de femmes abandonnent leur traitement   Dim 24 Mar 2013 - 13:09

10 ans de tamoxifène, et non 5, peuvent réduire de moitié le risque de décès de cancer du sein, ont déjà suggéré deux études consécutives dans The Lancet, favorables à des durées de traitement prolongées. Cette nouvelle étude publiée dans l’édition du 21 mars du British Journal of Cancer alerte sur l’observance des femmes qui se dégrade au fil du temps. Ainsi, à la 5ème année de traitement, seules 50% des patientes vont « suivre » correcte soit avant ou juste après la ménopause. Les inhibiteurs de l'aromatase sont utilisés chez les femmes qui ont passé la ménopause. Ces traitements sont prescrits généralement sur 5 ans. Mais ici les chercheurs des universités de Dundee et de Glasgow constatent que si durant première année, 90% des patientes suivent leur traitement, 4 ans plus tard, elles ne sont plus qu’une sur deux. Pourquoi ? En cause, les effets secondaires souvent difficiles à supporter, comme les bouffées de chaleur et les sueurs, le gain de poids et la nausée.

Les chercheurs ont mené une étude rétrospective de cohorte auprès de 3.361 patientes qui avaient reçu un diagnostic de cancer du sein entre 1993 et ​​2008, et évalué d’une part leurs prescription, d’autre part leur observance du traitement. 85% des participantes avaient reçu du tamoxifène, 15% des inhibiteurs de l'aromatase. Ces femmes ont été suivies pendant plus de 4 ans, 36% sont décédées durant l’étude.

Première constatation, l’observance du traitement décline au fil des ans :

· 90% la première année,

· 82% la deuxième année,

· 77% la troisième,

· 59% la 4è,

· 51% la 5è.

Seconde constatation, le taux de décès augmente avec la baisse de l’observance :

· Les patientes à faible observance durant les 5 années de traitement (Suivi du traitement moins de 80% du temps) présentent un risque accru de décès toutes causes confondues associé à un risque accru de récidive du cancer du sein.

· Les patientes à bonne observance (Suivi du traitement > 80% du temps), mais qui ont cessé de prendre leur traitement au bout de 3 ans ou moins présentent également un risque accru de décès toutes causes confondues, des décès liés, à la fois, au cancer du sein « en cours » et à la récidive du cancer du sein.

· Après ajustement pour les autres facteurs de mortalité (âge, stade de la tumeur), les chercheurs constatent qu’une faible observance est associée à un risque accru de 20% de décès toutes causes confondues, vs les femmes ayant une observance élevée (RR : 1,20 IC : 95 % de 1,03 à 1,40).Conclusion, une faible observance à l'hormonothérapie après la chirurgie augmente le risque de décès toutes causes confondues.

Source: British Journal of Cancer online March 21 2013 doi: 10.1038/bjc.2013.116 Cohort study of adherence to adjuvant endocrine therapy, breast cancer recurrence and mortality (Visuel NIH)ement leur traitement. Conséquence, un risque accru de 20% de décès toutes causes confondues.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ACHILLE



Nombre de messages : 91
Date d'inscription : 31/03/2011

MessageSujet: Résistance aux anti oestrogènes au file du temps   Mar 3 Mai 2011 - 6:08

Bonjour Denis et les autres,

Je trouve édifiant également, que leurs étude porte sur 3349 Femmes aux états unie mais le reste ? Et il font une observation générale. La mortalité baisse en 5 ans, oui, et après (sur un chiffre qu ne représente pas la globalité mondiale) ???? Je crois que l'étude devrait se concentrer en parallèle sur l'effet inverse, la "résistance" au bout de 5 ans ou 2 ans ou 1 ans ou 6 mois de prise de ces traitements (anti oestrogène tamoxifène, anti aromatases, fulvestrant etc.......). Il faut savoir que les laboratoires pharma, grands groupes, produisent ces traitements anti hormones, maisj e ne comprend pas pourquoi il ne travaillent pas plus sur la résistance causé par ces traitements ??????? Que font les femmes qui ne peuvent plus avoir ce traitement pour cause de résistance ?????? Eh bein, Elle doivent recevoir la chimio à vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Trop de femmes abandonnent leur traitement   Ven 29 Avr 2011 - 11:20

A la suite des traitements lourds, les femmes souffrant d’un cancer hormonodépendant (60% des cancers du sein) se voient prescrire un traitement par tamoxifène ou anti aromatases. Bien souvent, les médecins et les proches considèrent ce petit cachet quotidien comme anodin comparé à la chimiothérapie et son cortège d’effets secondaires. En réalité, ces femmes doivent subir nombres d’effets indésirables et elles sont près de 50% à jeter l’éponge et décider d’arrêter de le prendre en dépit des risques encourus.

Le 21 mars dernier le Journal of Clinical Oncology publiait une étude menée sur une cohorte de 3449 femmes sous hormonothérapie. La moitié d’entre elles ont pris le traitement pendant 2 ans, tandis que l’autre moitié a continué durant les 5 ans préconisés actuellement dans les protocoles. Les résultats sont édifiants : 2 ans de traitement réduit de 29% le risque de rechute et de 17% celui de décès, tandis qu’avec 5 ans on obtient 47% de récidives en moins et une mortalité qui baisse de 26%.

ici

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Trop de femmes abandonnent leur traitement   Mer 17 Sep 2008 - 11:07




Je remonte ce sujet parce que je trouve sur youtube ce vidéo qui sera un format qui intéressera certaines personnes plus que la simple lecture qui est plus rebutante quelque fois quand les sujets sont longs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Plumedange



Nombre de messages : 693
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Trop de femmes abandonnent leur traitement   Jeu 17 Avr 2008 - 19:55

haaaaaaaa mince ! Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Trop de femmes abandonnent leur traitement   Jeu 4 Oct 2007 - 15:24

2007-10-04

Cancer du sein : trop de femmes abandonnent leur traitement

Selon un travail américain, 13% des femmes traitées pour un cancer du sein, outre-atlantique, cesseraient de prendre leurs médicaments à cause des effets secondaires. Notamment des douleurs musculaires. Et ceci sans en avertir leur médecin.

Après avoir été opérées, les patientes incluses dans l’étude du Pr Lynn Henry de l’Université du Michigan, avaient reçu un traitement hormonal. Plus précisément des inhibiteurs de l’aromatase qui bloquent les estrogènes à l’origine de la prolifération des tumeurs cancéreuses. Car rappelons que près des deux tiers des cancers du sein sont hormonaux-dépendants.

« Nous savions que 25% à 30% des femmes sous ce traitement souffraient de maux de têtes et de douleurs musculaires », souligne l’auteur. « Mais nous avons été réellement surpris de constater qu’autant de patientes avaient arrêté de se traiter ».



Source : University of Michigan Health System, septembre 2007



Source : Destination santé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Trop de femmes abandonnent leur traitement   Aujourd'hui à 19:53

Revenir en haut Aller en bas
 
Trop de femmes abandonnent leur traitement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trop de femmes abandonnent leur traitement
» Moins de 50% des patients SEP suivent leur traitement ...
» Le cardinal Burke, trop radical pour le pape François ?
» Les morsures, piqures et leur traitement
» Sécurité sociale : Vers un reste à charge insupportable pour les consommateurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Société-
Sauter vers: