AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le gène WWOX

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15772
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le gène WWOX    Mar 22 Sep 2015 - 14:40

University of Adelaide researchers have uncovered the role played by a gene which suppresses the development of cancer.

The findings, published in the journal PLOS One, open new opportunities for scientists to find treatments for cancer. The findings shed light on the activity of the gene WWOX.

"We've known for some time that in certain types of cancer people with low levels of WWOX protein are more likely to develop cancer. We also know that cancers with low levels of WWOX tend to be more aggressive and less responsive to treatment," says Professor Rob Richards, Head of Genetics and Evolution in the University's School of Biological Sciences.

"So a higher level of WWOX activity is definitely a good thing to have but, until now, the role that WWOX plays in cancer suppression has been a mystery."

Professor Richards and his team of researchers, Dr Louise O'Keefe and PhD students Amanda Choo and Cheng Shoou Lee, studied the impact of lower levels of WWOX on cells using a genetic model ─ the small laboratory fly, Drosophila.

"Our research has shown that cancer cells with lower levels of WWOX had a competitive advantage over those cells with normal WWOX levels, and could outgrow them," says Professor Richards. "This could lead to a more aggressive cancer and worse outcomes for cancer patients ─ poorer survival rates."

Further research showed that the WWOX gene plays a role in the altered metabolism of cancer cells which are known to use glucose differently to normal cells. Cancer cells tend to use glucose to make more cell 'building blocks' than energy, and this is thought to help them to divide and grow.

"Another set of Drosophila experiments revealed that the WWOX gene helps keep the balance of glucose use in favour of producing energy rather than helping cancer cells multiply," says Professor Richards.

"This difference in metabolism is a key part of how cancer cells have a competitive advantage over normal cells. Low WWOX levels will allow more glucose to be used for these cancer cell 'building blocks'."

The good news is that WWOX belongs to a family of proteins that have enzyme activity - this means WWOX activity can be altered by targeting the enzyme.

"We now have a good idea of what WWOX does in cancer cells and how it acts to help suppress cancer. And we have a potential target to be able to influence that activity to change the properties of cancer cells," says Professor Richards.


---


Des chercheurs de l'université Adelaide ont découvert le rôle joué par un gène qui supprime le développement du cancer.

Les résultats, publiés dans la revue PLoS ONE, ouvrent de nouvelles opportunités pour les scientifiques de trouver des traitements pour le cancer. Les résultats mettent en lumière l'activité du gène WWOX .

"Nous savons depuis un certain temps que dans certains types de personnes cancéreuses avec de faibles niveaux de protéines WWOX sont plus susceptibles de développer un cancer. Nous savons également que les cancers avec de faibles niveaux de WWOX ont tendance à être plus agressifs et moins sensibles au traitement," explique le professeur Rob Richards, chef de Génétique et évolution à l'école des sciences biologiques de l'Université.

"Donc, un niveau d'activité plus élevé WWOX est certainement une bonne chose à avoir, mais, jusqu'à présent, le rôle que joue WWOX dans la suppression du cancer a été un mystère."

Professeur Richards et son équipe de chercheurs, le Dr Louise O'Keefe et doctorants Amanda Choo et Cheng Shoou Lee, ont étudié l'impact des niveaux inférieurs de WWOX sur les cellules en utilisant un modèle génétique ─ la petite mouche de laboratoire, la drosophile.

«Notre recherche a montré que les cellules cancéreuses avec des niveaux inférieurs de WWOX avaient un avantage concurrentiel sur les cellules avec des niveaux de WWOX normales, et pouvaient les dépasser», explique le professeur Richards. "Cela pourrait conduire à un cancer plus agressif et de moins bons résultats pour les patients atteints de cancer les plus pauvres ─ tant qu'au taux de survie."

Des recherches plus poussées ont montré que le gène WWOX joue un rôle dans le métabolisme altéré de cellules cancéreuses qui sont connus pour utiliser le glucose différemment que les cellules normales. Les cellules cancéreuses ont tendance à utiliser le glucose pour rendre plus «blocs de construction» de la cellule que l'énergie, et ceci est pensé pour les aider à se diviser et de se développer.

"Une autre série d'expériences chez la drosophile a révélé que le gène WWOX aide à garder l'équilibre entre l'utilisation du glucose en faveur de la production d'énergie plutôt que d'aider les cellules cancéreuses se multiplient», dit le professeur Richards.

"Cette différence dans le métabolisme est un élément clé de la façon dont les cellules cancéreuses ont un avantage concurrentiel sur les cellules normales. WWOX niveaux de basses permettront plus de glucose à utiliser pour ces cellules cancéreuses« blocs de construction »."

Les bonnes nouvelles sont que WWOX appartient à une famille de protéines qui ont une activité enzymatique - cela signifie que l'activité de WWOX peut être modifiée en ciblant l'enzyme.

"Nous avons maintenant une bonne idée de ce que WWOX fait dans les cellules cancéreuses et comment il agit pour aider à réprimer le cancer. Et nous avons une cible potentielle pour être en mesure d'influencer l'activité et de modifier les propriétés des cellules cancéreuses», explique le professeur Richards.







_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15772
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Le gène WWOX    Mar 9 Oct 2007 - 14:17

Scientists may have discovered a new way of killing tumours in what they hope could one day lead to alternative forms of cancer treatments.
The University of Manchester research has identified a key gene that appears to play a critical role in the normal process of cell division.
Cells divide creating new cells as part of the body's natural growth, renewal and healing processes but cancer results when cells divide in an uncontrolled way.

Les scientifiques ont découvert un nouveau moyen de tuer les tumeurs dans ce qu'ils espèrent pourrait être une nouvelle forme de traitements du cancer. Les chercheurs ont identifié un gène qui joue un rôle clé dans le processus normal de division des cellules.

What the Manchester team has discovered is that a protein in our cells called 'Bub 1' is essential for normal cell division to take place; if the gene that generates Bub 1 is 'switched off' then the cells are unable to divide successfully.

Une protéine nommé "Bud 1" est essentiel pour la division normale pour qu'elle se produise. si le gène "Bud 1" est empêché dans son fonctionnement, les cellules sont incapables de se diviser.

"Bub 1 is an enzyme that controls several processes required for cell division to occur," said Dr Stephen Taylor, who led the research in the Faculty of Life Sciences.

"We have shown that mouse embryos lacking the Bub 1 gene are unable to develop. Older cell types also failed to divide when the gene is switched off, while male mice lacking Bub 1 became infertile as their sperm cells died."

"nous svons démontré que les embryon de souris manquant de Bud 1 sont incapable de se développer. Des types de cellules plus veilles ne peuvent se diviser non plus quand le gène est empêché de fonctionner, parce que des mâles souris deviennent infertiles et les cellules de leur sperme meurent."

In fact, deactivating Bub 1 had such a profound effect on cell division at all stages of a cell's life - known as the 'cell cycle' - that the team is hopeful it will have a similar effect on cancer cells.

En fait, désactiver le gène bud 1 a un tel effet sur la division de cellules à tous les stagesd ela vie que l'équipe de chercheurs espèrent qu'elle aura un effet similaire sur les cellules cancéreuses.


"Before cells can divide they have to duplicate and then distribute their genetic material so that the two 'daughter' cells receive all the genetic information for further growth and development," said Dr Taylor, whose work is funded by the charity Cancer Research UK.

"The distribution phase has to be done with a high degree of accuracy - just one chromosome segregated incorrectly, for instance, leads to Down's syndrome - so the cell has a surveillance mechanism which acts as a brake to delay chromosome segregation until accuracy has been guaranteed."

An important part of this intricate surveillance system is Bub 1. The team found that when the gene is switched off the surveillance mechanism fails and accuracy is lost, resulting in cell death.

Now that scientists understand the precise role of Bub 1 in normal cell division, as well as what goes wrong when the gene is missing, they plan to test their theory on cancer cells.

Maintenant que les scientifiques comprennent bien le rôle précis de Bud 1 dans les cellules normales aussi bien que ce qui ne va pas lorsque le gène est manquant, ils planifient pour tester leur théorie sur les cellules cancéreuses.

"Unlike some other genes that become mutated in cancer cells, the Bub 1 gene appears normal indicating that it behaves in exactly the same way in cancer cells as it does in healthy cells.

"contrairement à d'autres gènes qui deviennent mutés, Bud 1 fonctionne normalement dans les cellules cancéreuses."

"If this is the case, then we can be confident that switching it off will stop cancer cells proliferating too. And while our normal cells don't divide that often, cancer cells divide more frequently, so hopefully by targeting Bub1 we will selectively kill cancer cells."

"Et si tel est le cas, nous sommes confiant que fermer ce gène signifiera arrêter les cellules canécreuses de se multiplier. Et parce que les cellules normales se divisent moins souvent que les cancéreuses  en ciblant Bud 1 nous tuerons sélectivement les cellules cancéreuses."

Equally exciting, says Dr Taylor, is the fact that drugs are already being developed that are able to block the actions of Bub 1-type enzymes, known as 'protein kinases'; such kinase blockers or 'inhibitors' are already providing a whole new approach to tackling cancer and Bub1 inhibitors may be another weapon in the oncologist's arsenal.

Les bloqueurs de protéines kinases sont des médicaments qui arrêtent déja l'action de Bud 1 et fournissent déja une nouvelle approche pour contrer le cancer.


Dernière édition par Denis le Mar 22 Sep 2015 - 14:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
Le gène WWOX
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Enigme posée par une petite fille qui ne grandit pas ou le gène de l'immortalité
» Le gène DAPK1
» Le gène BRAF
» Des moyens de bloquer le gène et la protéine p21.
» Peut-on breveter un gène ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: