AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'Eoquin et le cancer de la vessie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: L'Eoquin et le cancer de la vessie   Ven 31 Déc 2010 - 18:23

(Sherbrooke) Gilles R. Gagnon a peu fait parler de lui jusqu'à maintenant. Pourtant, il a drôlement agi.
Il pourrait suffire de dire que ce Sherbrookois, à la longue feuille de route, a participé à la conception de neuf médicaments. Le dixième devrait être commercialisé dans moins de deux ans.

L'homme est à la fois un scientifique et un gestionnaire. Il a fait ses études à l'Université de Sherbrooke. Il détient une maîtrise en pharmacologie et a débuté des études doctorales. Il a également complété un MBA.

Après avoir occupé de nombreux postes de direction d'entreprise, M. Gagnon a fondé Prodev Pharma, une firme d'experts-conseils en pharmacologie. À ce titre, il se retrouve maintenant à la tête de deux entreprises pharmaceutiques.


Ainsi, il est le président et chef de direction de Spectrum Pharma Canada. Au début de 1990, il a fait l'acquisition des droits sur une découverte de l'Université d'Amsterdam qui pourrait révolutionner le traitement du cancer de la vessie. Par la suite, Spectrum a investi plus de 60 millions $ dans la mise au point de ce médicament. Présentement, le produit est testé dans la phase finale de la recherche clinique auprès de 560 patients, dans 50 centres à travers le pays dont le CHUS.

«On s'attend à avoir des résultats pour la fin de 2011. Si les résultats sont positifs, le médicament pourra être commercialisé à travers le monde. Il s'agit de l'Eoquin, un médicament pour le traitement du cancer de la qui est relié à l'usage de la cigarette. Au Canada, on compte plus de 7000 nouveaux cas de cancer de la vessie chaque année», rapporte M. Gagnon.

Il est également le président de Ceapro, une entreprise de biotechnologie basée à Edmonton.

«Ceapro détient tous les brevets entourant un ingrédient actif de l'avoine. Cet ingrédient a des propriétés anti-inflammatoires reconnues. Il entre dans la composition de produits aussi connus que les crèmes Aveeno et Neutrogena», explique-t-il.

Mieux encore, cet ingrédient naturel aurait des vertus préventives majeures. Il pourrait prévenir le diabète, en permettant une meilleure absorption du glucose. Il permettrait également de prévenir l'inflammation de l'intestin.

«Son potentiel de développement est extraordinaire... Et l'avoine québécoise présenterait une plus grande concentration de cet ingrédient», a souligné M. Gagnon qui aimerait bien amener Ceapro à Sherbrooke.

Gilles Gagnon siège à Sherbrooke Innopole. Il a participé à la mise en place de l'Institut de recherche en oncologie, dans le parc biomédical du CHUS.

«Le fait d'avoir cet institut est majeur pour la région sherbrookoise. L'oncologie est une priorité pour le gouvernement. Le CHUS a une grande expertise dans le domaine. Ici, nous aurons donc un centre exceptionnel totalement intégré où on aura de la recherche fondamentale, de la recherche appliquée, de la recherche clinique et une faculté de médecine.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: L'Eoquin et le cancer de la vessie   Lun 12 Juin 2006 - 11:02



Avril 2006
L'apaziquone est la substance actice de l'Eoquin pour laquelle la permission d'une phase III d'essais cliniques a été obtenu pour le triatement du cancer superficiel du cancer de la vessie.
"Nous avons déja des données très encourageantes pour l'eoquin dans le cas du traitement du cancer superficielle de la vessie" commente Rajesh C. Shrotrija "Cette étude suggère que l'apaziquone peut aussi avoir une activité pour les tumeurs hypoxique comme les tumeurs du cancer invasif de la vessie."
L'eoquin est un agent anti-cancer pour le cancer de la vessie. C'est activé par certains enzyme plus présent dans les cellules cancéreuses que dans les cellules normales. Spectrum a les droits internationaux et prévoir de les vendre en dehors des États-unis en Europe et au Japon entre autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: L'Eoquin et le cancer de la vessie   Sam 28 Mai 2005 - 13:37



Du neuf dans le traitement du cancer de la vessie ?

News 29-03-05

Le récent Congrès de l’Association européenne d’Urologie qui s’est tenu à Istanbul (Turquie) fut notamment l’occasion de présenter les résultats encourageants d’un essai clinique de phase II axé sur le traitement du cancer de la vessie. Des chercheurs hollandais y ont rendu public les résultats de l’administration d’un médicament dénommé Eoquin chez une cinquantaine de patients. 70 % d’entre eux semblent ne plus présenter de traces de la tumeur après six semaines de traitement.

Source : Het Belang van Limburg, 23-03-05

Commentaire de la Fondation contre le Cancer

Le cancer de la vessie n’est pas un cancer rare. On compte près de 1700 nouveaux cas en Belgique chaque année.

S’il est détecté précocement, ce cancer est curable dans un grand nombre de cas. La chirurgie peut cependant être lourde. En cas de cancer infiltrant, en l’absence de métastase, l’intervention peut conduire à enlever complètement la vessie. Chez l’homme, on enlève par la même occasion une partie de la prostate. Chez la femme, l’utérus et souvent les ovaires sont retirés. De telles ablations ont de graves conséquences sexuelles et urinaires.

D’où l’idée de l’équipe du Professeur van der Heijden (Université de Nijmegen, Pays-Bas) de mettre au point un traitement médicamenteux efficace et non mutilant. Et les choses semblent en bonne voie. En effet, au cours d’un essai clinique de phase II (ç-à-d effectué sur un petit nombre de patients), l’instillation d’EOquin directement dans la vessie semble donner des résultats particulièrement encourageants. Le médicament en question est ce que l’on appelle dans le jargon scientifique une « prodrug ». Autrement dit, c’est un médicament inactif au départ mais qui le devient après activation par des enzymes se trouvant en grande quantité dans les cellules tumorales. Il n’y a donc que peu d’effets secondaires liés à d’éventuelles atteintes de cellules saines.

Actuellement, 46 patients ont été enrôlés dans cette étude. 41 ont déjà reçu le traitement complet pendant 6 semaines et les résultats des analyses (cytoscopie et histopathologie sur biopsie) indiquent une disparition complète des tumeurs chez 70 % d’entre eux (26 patients sur 41). Jusqu’à présent l’EOquin semble très bien toléré par les patients et la toxicité du produit se limite à quelques cas d’inflammation de la paroi de la vessie (cystites), de trouble de la miction (dysurie) ou de sang dans les urines (hématurie).

Bien sûr, les résultats de cette étude doivent être confirmés auprès d’un plus grand nombre de patients. Mais l’optimisme est d’ores et déjà au rendez-vous.


Dernière édition par le Jeu 29 Mar 2007 - 15:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Eoquin et le cancer de la vessie   Aujourd'hui à 22:13

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Eoquin et le cancer de la vessie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Traitements pour la vessie et troubles cognitifs:

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: