AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 travail de nuit non-cancérigène.

Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16920
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: travail de nuit non-cancérigène.   Sam 8 Oct 2016 - 9:24

New research has found that working night shifts has little or no effect on a woman's breast cancer risk despite a review in 2007 by the International Agency for Research on Cancer (IARC) classifying shift work disrupting the 'body clock' as a probable cause of cancer.

At the time of the 2007 classification there was limited evidence about breast cancer risk in humans so the classification was mainly based on a combination of animal and lab studies.

The new research, published in the Journal of the National Cancer Institute and funded by the UK Health and Safety Executive, Cancer Research UK and the UK Medical Research Council, examined whether night shift work increased women's breast cancer risk by following 1.4 million women in ten studies and seeing if they developed breast cancer.

It combined new results from three large studies, studying 800,000 women from the Million Women Study, EPIC-Oxford and UK Biobank cohorts, with data from seven already published studies from the USA, China, Sweden and the Netherlands.

Compared with women who had never worked night shifts, those who had ever done night work -- including those who had worked nights for 20 or 30 years -- had no increased risk of breast cancer.

Dr Ruth Travis, lead author and a Cancer Research UK-funded scientist at the Cancer Epidemiology Unit at the University of Oxford, said: "We found that women who had worked night shifts, including long-term night shifts, were not more likely to develop breast cancer, either in the three new UK studies or when we combined results from all 10 studies that had published relevant data."

The researchers found that the incidence of breast cancer was essentially the same whether someone did no night shift work at all or did night shift work for several decades -- the combined relative risks taking all 10 studies together were 0.99 for any night shift work, 1.01 for 20 or more years of night shift work, and 1.00 for 30 or more years night shift work.

On average one in seven (14 per cent) women in the UK have ever worked nights and one in 50 (two per cent) have worked nights for 20 or more years.

Each year in the UK around 53,300 women are diagnosed with breast cancer and around 11,500 die from the disease.

Professor Andrew Curran, chief scientific adviser for the the HSE, which commissioned the study, said: "Breast cancer is the most common cancer in women so it was vital for us to fund work in this area to establish if there is a link to night work.

"In Great Britain, there are 2 million women, about one in six female workers, who are currently working in some types of shift work, and over half million of them are working in shifts that involves night work.

"This study has shown that night shift work, including long-term shift work, has little or no effect on breast cancer incidence in women. However, there are a number of other known risks with shift work that employers must take into consideration when protecting their workers' health and safety."

Professor Cathie Sudlow, chief scientist at the UK Biobank, said: "The work demonstrates the power of very large, well-designed studies to answer important questions where previous evidence has been unclear. This study is also a landmark for UK Biobank, since it is the first time that associations between potential risk factors (in this case working nights) and new cases of cancer developing during follow-up, have been published using UK Biobank data. We expect many further findings to emerge from UK Biobank alone as well as from combining its data with other major studies, such as the Million Women Study and EPIC. Collaborative efforts like this will advance our understanding of a wide range of diseases more quickly and help find new ways to prevent and treat them."

Sarah Williams, Cancer Research UK's health information manager, said: "This study is the largest of its kind and has found no link between breast cancer and working night shifts. Research over the past years suggesting there was a link has made big headlines, and we hope that today's news reassures women who work night shifts.

"Breast cancer is the most common cancer in the UK and research to fully understand the different risk factors is vital so that we can give women clear health advice. Women can reduce their risk of breast cancer by keeping a healthy weight, drinking less alcohol and being active."

---

De nouvelles recherches ont montré que des quarts de travail de nuit n'a que peu ou pas d'effet sur le risque de cancer du sein d'une femme en dépit d'une révision en 2007 par l'Agence internationale pour la recherche sur le cancer (CIRC) qui a classé le travail de nuit comme pouvant perturber l' «horloge biologique» et comme une cause probable de cancer .

Au moment de la classification 2007, il y avait des preuves limitées sur le risque de cancer du sein chez l'homme de sorte que la classification était principalement basée sur une combinaison d'études sur les animaux et de laboratoire.

La nouvelle recherche, publiée dans le Journal de l'Institut national du cancer et financé par la UK Health and Safety Executive, Cancer Research UK et le Medical Research Council du Royaume-Uni, a examiné si le travail de nuit augmente le risque de cancer du sein des femmes en suivant 1,4 million de femmes sur dix études pour voir si elles ont développé un cancer du sein.

Il combine de nouveaux résultats à partir de trois grandes études, l'étude de 800.000 femmes des Million Women Study, EPIC-Oxford et UK Biobank cohortes, avec des données provenant de sept études déjà publiées des Etats-Unis, la Chine, la Suède et les Pays-Bas.

Par rapport aux femmes qui avaient jamais travaillé des quarts de nuit, celles qui avaient déjà fait le travail de nuit - y compris celles qui avaient travaillé nuits pendant 20 ou 30 ans - n'avaient pas de risque accru de cancer du sein.

Dr Ruth Travis, auteur principal et un scientifique Cancer Research UK financé à l'Unité de l'épidémiologie du cancer à l'Université d'Oxford, a déclaré: «Nous avons constaté que les femmes qui avaient travaillé des quarts de nuit, y compris les quarts de nuit à long terme, ne sont pas plus susceptibles de développer un cancer du sein, soit dans les trois nouvelles études au Royaume-Uni soit lorsque nous avons combiné les résultats avec l'ensemble des 10 études qui avaient publié des données pertinentes ".

Les chercheurs ont constaté que l'incidence du cancer du sein était essentiellement le même que quelqu'un n'a fait aucun travail de nuit du tout ou fait un travail de nuit pendant plusieurs décennies - les risques relatifs combinés prenant toutes les 10 études ensemble étaient 0,99 pour tout travail de nuit, 1,01 pendant 20 ans ou plus de travail de nuit, et de 1,00 pour le travail de 30 ans ou plus de nuit.

En moyenne, une personne sur sept (14 pour cent) des femmes au Royaume-Uni ont déjà travaillé de nuit et une sur 50 (deux pour cent) ont travaillé de nuit pendant 20 ans ou plus.

Chaque année au Royaume-Uni autour de 53.300 femmes sont diagnostiquées avec un cancer du sein et autour de 11.500 meurent de la maladie.

Le Professeur Andrew Curran, conseiller scientifique en chef de la HSE, qui a commandé l'étude, a déclaré: "Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez les femmes il était donc vital pour nous de financer des travaux dans ce domaine afin de déterminer s'il y a un lien vers la nuit travail.

"En Grande-Bretagne, il y a 2 millions de femmes, environ un travailleur sur six femmes, qui travaillent actuellement dans certains types de poste de travail, et plus de la moitié millions d'entre eux travaillent en équipes ce qui implique le travail de nuit.

«Cette étude a montré que le travail de nuit, y compris le travail à long terme sur des "shifts", a peu ou pas d'effet sur l'incidence du cancer du sein chez les femmes. Cependant, il y a un certain nombre d'autres risques connus avec le travail posté que les employeurs doivent prendre en considération lors de la protection la santé et la sécurité de leurs travailleurs ".

Professeur Cathie Sudlow, scientifique en chef à la UK Biobank, a déclaré:. "Le travail démontre la puissance de très grandes études bien conçues pour répondre à des questions importantes où la preuve précédente a été claire Cette étude est aussi un point de repère pour UK Biobank, car il est la première fois que les associations entre les facteurs de risque potentiels (dans ce cas nuits de travail) et de nouveaux cas de cancer en développement en cours de suivi, ont été publiées à l'aide de données UK Biobank. Nous nous attendons à beaucoup d'autres conclusions à émerger de l'UK Biobank seul, ainsi que de la combinaison de ses données avec d'autres études importantes, telles que le Women Study et EPIC Million. les efforts de collaboration comme celle-ci feront progresser notre compréhension d'un large éventail de maladies plus rapidement et aider à trouver de nouvelles façons de les prévenir et de les traiter. "

Sarah Williams, responsable de l'information de santé de Cancer Research UK, a déclaré: «Cette étude est la plus grande de son genre et n'a trouvé aucun lien entre le cancer du sein et le travail de nuit. Une recherche au cours des dernières années qui avait suggeré qu'il y avait un lien a fait les gros titres, et. nous espérons que les nouvelles d'aujourd'hui rassurent les femmes qui travaillent sur des quarts de nuit.

"Le cancer du sein est le cancer le plus commun au Royaume-Uni et de la recherche pour comprendre les différents facteurs de risque est essentielle pour que nous puissions donner aux femmes des conseils de santé claire. Les femmes peuvent réduire leur risque de cancer du sein en gardant un poids sain, boire moins d'alcool et être actif."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16920
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: travail de nuit non-cancérigène.   Lun 27 Juil 2015 - 10:39

As well as the daily strain of their working lives, shift workers are probably also more likely than other people to develop cancer. While this has been well described for breast cancer, few studies had examined the correlation between shift work and prostate cancer. In a recent original article in Deutsches Ärzteblatt International, Gael P. Hammer et al. show that shift workers do not develop prostate cancer more frequently than their colleagues who work during the day.

Comparativement avec les gens qui ne travaillent que de jours dans leur vie professionnelle, les travailleurs de quarts sont probablement aussi plus susceptibles que les autres de développer un cancer. Alors que cela a été bien décrit pour le cancer du sein, peu d'études ont examiné la corrélation entre le travail posté et le cancer de la prostate. Dans un article original récente Deutsches Ärzteblatt international, Gael P. Hammer et al. montrent que les travailleurs de quarts ne développent pas de cancer de la prostate plus fréquemment que leurs collègues qui travaillent pendant la journée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16920
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: travail de nuit non-cancérigène.   Mer 24 Oct 2012 - 12:01

Le 24 octobre 2012 à 11h05

Les hommes qui travaillent la nuit sont plus susceptibles que les autres de développer un cancer, en particulier celui de la prostate, selon une récente étude canadienne.

Un dérèglement de la production de mélatonine, l’hormone qui favorise le sommeil et rythme la chronobiologie interne, serait lié à un risque accru de cancer chez les hommes.

Quand il fait sombre, la glande pinéale de notre cerveau produit de la mélatonine pour favoriser le sommeil profond. D’après une étude de l’université du Québec publiée dans l'American Journal of Epidemiology, en cas d’exposition à la lumière la nuit, la production de mélatonine est entravée. Ceci perturbe le fonctionnement de l’organisme tout entier et finit par "encourager" le développement de tumeurs.

Trois fois plus de cancers de la prostate

L’étude porte sur 3 137 hommes atteints de différents types de cancers. Les chercheurs ont analysé leurs horaires de travail et évalué combien de ces hommes ont régulièrement travaillé de nuit. Ils ont ensuite comparé les résultats avec ceux d’un groupe de 500 hommes n’ayant pas de cancer.

Les chercheurs ont constaté que les hommes qui travaillent de nuit ont trois fois plus de risque que les autres d’avoir un cancer de la et deux fois plus d’avoir un cancer du .

Les travailleurs de nuit sont également 76% plus susceptibles de souffrir d’un cancer du et 70 % de plus d’être atteints d’un cancer de la .

Travailler 10 ans de nuit augmente les risques

En ce qui concerne les cancers de la prostate, du côlon et de la vessie, les risques sont plus élevés pour les hommes qui ont travaillé au moins 10 ans de nuit.

Dans un rapport, les chercheurs déclarent: "Plusieurs études ont évalué le lien possible entre le travail de nuit, en particulier chez les infirmières et le cancer du sein. Mais peu de preuves ont été accumulées en ce qui concerne les autres types de cancers, ou chez les hommes. (…) Une chose est certaine - si nos conclusions sont valables, il sera important de signaler un risque systémique de tumeurs (affectant le corps entier)."

En France, le cancer de la prostate est le 2e cancer le plus fréquent chez l’homme. Unhomme surdix est ou sera concerné au cours de sa vie par ce cancer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
agathe

avatar

Nombre de messages : 657
Date d'inscription : 19/08/2010

MessageSujet: Re: travail de nuit non-cancérigène.   Ven 3 Sep 2010 - 15:02

il ne faut pas que je m'endorme devant la télé le soir... Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16920
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: travail de nuit non-cancérigène.   Ven 3 Sep 2010 - 14:16

La suppression de la mélatonine, plus connue sous le nom d'hormone du sommeil, provoquée par les lumières artificielles de la nuit contribuerait au développement de cancers. Selon une étude du Centre de recherche chronobiologique interdisciplinaire de l'Université d'Haifa, en Israël, un lien existerait réellement entre ces lumières et la survenue de cancers.
L'étude a été menée sur quatre groupes de souris auxquelles ont été injectées des cellules cancéreuses. Le premier groupe était exposé à une «longue journée» composée de 16 heures de jour et 8 de nuit. La lumière du jour était artificielle durant la journée. Le deuxième groupe observait le même rythme mais était traité avec de la mélatonine. Cette dernière est développée par la glande pinéale située dans le cerveau durant la nuit et contribue largement à l'activité cyclique de l'homme.

Le troisième groupe a été quant à lui exposé à des journées courtes, de 8 heures de jour et 16 de nuit. Et le quatrième avait le même rythme mais avec une exposition à la lumière toutes les demi-heures durant la nuit.

Les résultats ont montré que les deux groupes ayant présenté la plus faible évolution des cellules cancéreuses sont celui dont l'exposition au jour est le plus court avec des nuits longues, et celui dont les journées étaient longues mais avec un traitement à la mélatonine.


À contrario, le groupe avec des nuits entrecoupées de moments de lumière a vu ses cellules progresser de 1,84 centimètre cube en moyenne et ceux dont les journées étaient les plus longues de 5,92 centimètres cube en moyenne. Ces deux groupes sont ceux qui ont le moins développé de mélatonine.

Les chercheurs ont mis en évidence que l'exposition aux lumières artificielles augmentent les risques de cancer, à cause d'une baisse de la production de la mélatonine. Elles seraient la résultante d'une «pollution carcinogénique».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jade

avatar

Nombre de messages : 459
Localisation : france
Date d'inscription : 27/10/2006

MessageSujet: Re: travail de nuit non-cancérigène.   Dim 8 Fév 2009 - 4:57

Oups comment cela se passe pour le habitants du grand nord !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16920
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: travail de nuit non-cancérigène.   Jeu 5 Fév 2009 - 12:11

Lien entre cancer et exposition à la lumière artificielle la nuit

JERUSALEM - L'exposition la nuit à la lumière artificielle risque d'aggraver le risque du cancer de la prostate, un des facteurs les plus importants de mortalité masculine, selon une étude de chercheurs israéliens et américains rendue publique mercredi.

L'étude a révélé que les pays ayant les plus hauts niveaux d'illumination artificielle la nuit ont les plus hauts niveaux de cancer de la prostate, rapporte mercredi l'université de Haïfa (nord d'Israël) dans un communiqué.

Alors que dans les pays de faible exposition lumineuse, le taux est de 66,77 malades pour 100.000 habitants, il est de 30% supérieur pour des pays d'exposion moyenne, et de 80% supérieur pour des pays à forte exposition.

Les chercheurs ont émis l'hypothèse que l'exposition à la lumière artificielle réduit la mélatonine, une hormone régulatrice des rythmes de sommeils, affaiblit le système immunitaire et affecte l'horloge biologique dans la mesure où le corps confond le jour et la nuit.

Ils avaient déjà trouvé une corrélation entre le cancer du sein chez la femme et l'exposition à la lumière artificielle.

L'étude, publiée par la revue Chronobioloy International, a été dirigée notamment par les professeurs Abraham Haïm et Richard Stevens, respectivement des universités de Haïfa, en Israël, et du Connecticut, aux Etats Unis.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16920
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: travail de nuit non-cancérigène.   Jeu 29 Nov 2007 - 15:28

L'Agence internationale pour la recherche sur le cancer, une branche de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), va classer le travail de nuit comme carcinogène «probable».
Le travail de nuit se retrouvera ainsi dans la même catégorie que des cancérogènes comme les stéroïdes anabolisants, les rayons ultraviolets et la fumée provenant des pots d'échappement.
Si cette théorie se révélait exacte, plusieurs millions de personnes dans le monde seraient concernées. Les experts estiment en effet que près de 20% de la population active des pays en développement travaillent la nuit.
L'idée selon laquelle le travail de nuit augmenterait le risque de cancer suscite encore le doute. De nombreux sceptiques devraient pourtant s'interroger lorsque l'Agence Internationale pour la recherche sur le cancer rendra publics ses travaux en décembre dans la revue The Lancet Oncology.
Si les experts reconnaissent que la preuve est limitée, le label «probable» sous-entend que le lien entre travail de nuit et cancer est plausible.
La recherche suggère qu'il existe une corrélation entre les personnes qui travaillent de nuit et l'augmentation du nombre de cancers. Mais la cause du cancer peut toujours être autre chose que le travail de nuit, ce qui n'entre pas dans le champ de l'étude.
Les scientifiques estiment le travail de nuit dangereux du fait de son action sur les rythmes circadiens, l'horloge biologique de l'organisme. La mélatonine, une hormone qui peut s'opposer au développement tumoral, est normalement produite la nuit.
La lumière coupant la production de mélatonine, les personnes qui travaillent sous lumière artificielle de nuit peuvent avoir un taux de cette hormone plus bas que la normale, ce qui augmenterait les risques de développer un cancer.
La privation de sommeil peut aussi être un facteur de risque. Les personnes qui travaillent de nuit n'arrivent pas complètement à retrouver leurs cycles veille/sommeil. En outre, le manque de sommeil rend le système immunitaire vulnérable aux attaques et moins apte à combattre les cellules cancéreuses potentielles.
De fait, toute personne dont le rythme jour/nuit est perturbé pourrait théoriquement présenter un risque accru de cancer.


Dernière édition par Denis le Sam 8 Oct 2016 - 9:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: travail de nuit non-cancérigène.   

Revenir en haut Aller en bas
 
travail de nuit non-cancérigène.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» travail de nuit...
» travail de nuit
» Travail de nuit, trouble du sommeil repos-travail.
» Travail de nuit
» travail de nuit ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Prévention-
Sauter vers: