AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un aimant de 70 tonnes contre le cancer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Un aimant de 70 tonnes contre le cancer   Dim 21 Fév 2016 - 20:25

Mise à jour, l'article date de 2014


C'est une grosse entreprise de pointe sur Vannes. On aperçoit son enseigne au bord de la voie express. Sigmaphi travaille dans le monde entier, là où les centres de recherches ont besoin d'aimants ultra-performants. Rien à voir avec ceux du bureau. Les aimants que fabrique Sigmaphi dans ses ateliers du Prat, 1 rue Montgolfier, sont d'une autre ampleur. Ils peuvent faire plusieurs tonnes et prendre des formes variées. Ce sont des systèmes très complexes qui, moulés dans différents métaux, mettent en mouvement des forces électromagnétiques nécessaires au fonctionnement de machines spécialement fabriquées pour des laboratoires de physique fondamentale et des centres de traitement du cancer.

Au coeur du boson

Ce sont là les deux marchés pour lesquels travaille Sigpmaphi. Autant dire que les clients ne courent pas les rues. Il faut aller les chercher un peu partout dans le monde et surtout dans les grands pays industrialisés. Le challenge technologique pour l'entreprise vannetaise consiste à mettre au point des matériels servant à faire converger des flux d'atomes vers une cible précise, avec une précision au centième de millimètre. Ce guidage est indispensable quand on veut traiter par radiothérapie des tumeurs cancéreuses ou quand on veut faire entrer en collision des particules de la matière pour découvrir les lois de l'Univers, comme au Cern de Genève où, précisément, un accélérateur équipé d'un composant Sigmaphi a permis d'identifier en 2012 le fameux boson de Higgs, cette première particule issue du Big Bang il y a 13 milliards d'années et sans laquelle nous ne serions rien.

Trois ans de conception

On comprend que dans ce domaine, on ne peut fabriquer que du sur-mesure. La conception des aimants prend deux à trois ans. « Il y a qu'une vingtaine d'entreprises dans le monde à faire ce que l'on fait », indique Jean-Luc Lancelot, patron de Sigmaphi depuis 2001. Il a racheté cette année-là l'entreprise qui s'était installée dans un premier temps au PIBS. Ingénieur de formation, Jean-Luc Lancelot s'est lancé dans ce métier après avoir travaillé pendant dix ans dans le groupe Zodiac et dix autres années dans un groupe familial de fonderie. Son emploi du temps, aujourd'hui, se déploie entre ses ateliers et de nombreux déplacements à l'étranger. « Je suis en Asie tous les trois mois », dit-il. Sigmaphi, dont le nom vient de la juxtaposition de deux lettres grecques signifiant « somme » et « flux », compte aujourd'hui près de 140 personnes, contre 30 en 2001. 20 millions d'€ de chiffre d'affaires avec 85 personnes à Vannes, 45 en Alsace (la partie électronique), 12 dans une filiale chinoise et deux au Japon.

Regarder l'avenir

« C'est un métier où il n'y a pas d'école », souligne Jean-Luc Lancelot. « Il faut avoir la volonté d'apprendre, être curieux et être humble ». D'où d'indispensables collaborations extérieures. Sigmaphi travaille avec des chercheurs du CEA, du CNRS, de l'Université de Strasbourg et de l'Université de Bretagne Sud. « On se projette sur des produits qui seront nécessaires en 2020 », dit Jean-Luc Lancelot. Sigmaphi exporte 90 % de sa production. L'entreprise prépare une grosse commande pour un laboratoire russe cet été. Elle termine un important contrat pour un centre de traitement du cancer au Japon et en prépare un autre pour un centre de recherche en physique dans le même pays.
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/morbihan/vannes/entreprises-sigmaphi-exporte-dans-le-monde-29-01-2014-10010905.php#4iQJPPKvcG4GF1Oe.99

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Un aimant de 70 tonnes contre le cancer   Mer 5 Déc 2007 - 15:38

Un aimant de 70 tonnes contre le cancer

A l'occasion de ses 25 ans, l'entreprise Sigmaphi a présenté vendredi et samedi une pièce unique destinée en Italie à lutter contre le cancer.
Difficile d'imaginer qu'au bout de cette impasse, à deux pas de l'usine Michelin, se cache à Vannes une « pépite » de technologie. Ce week-end, l'entreprise Sigmaphi, rue des Frères Montgolfier, fêtait son quart de siècle d'existence, avec une surprise de haute technologie : Le PDG, Jean-Luc Lancelot, un passionné contagieux d'enthousiasme, a présenté au public un électro-aimant de 70 tonnes, destiné au marché médical italien. À peine croyable.

Prix de cet énorme électro-aimant : 1,5 million d'euros. Un « très gros contrat », de l'avis même de l'entreprise Sigmaphi. Pour les seules mesures magnétiques de mise au point, il aura fallu 200 000 €. Pour cette PME, comme pour le pays vannetais, c'est un sommet de compétence et de matière grise qui va quitter l'atelier en janvier 2008. « Un événement majeur : cet appareil a une qualité de conception jamais réalisée au monde. »

Et l'on ne pourra pas accuser le PDG, Jean-Luc Lancelot, d'avoir la grosse tête. À 52 ans, ce père de famille de quatre enfants est tout au contraire un passionné et homme d'action, qui aime partager les défis les plus fous. Ce vendredi, sa passion a gagné tous les invités. Et samedi, le public a connu un petit pincement au coeur de fierté. Vannes prend des allures de capitale de l'électro-aimant.

La « bête » au coeur de l'événement, de couleur bleue, trône au milieu de l'atelier, objet de toutes les attentions des 50 salariés. « Il nous a fallu deux ans pour la concevoir et la fabriquer », explique le PDG. Tout compris, lors de son installation, cet électro-aimant pèsera 120 tonnes. Il va être utilisé dans la lutte contre le cancer. « À partir de cet appareil, on enverra des protons. Ces particules rentrent dans le corps sans faire de dégâts. Grâce à cet appareil, dans le traitement du cancer, il n'y aura plus de destruction de cellules saines. » Un pas de géant, « made in Vannes ».

Jusqu'au Cern en Suisse

A travers les 25 ans de Sigmaphi, le public a eu l'occasion de découvrir l'une de ces PME du pays vannetais au « top » niveau dans son domaine de haute technologie. À tel point que Sigmaphi exporte ses productions à près de 95 %. « Nous avons déjà un électro-aimant pour la lutte contre le cancer à l'hôpital de Heidelberg. » Et Jean-Luc Lancelot explique que Sigmaphi travaille aussi avec les Suisses pour le Cern, qui est le plus grand laboratoire mondial de recherche en physique des particules.

Jean-Luc Lancelot, en ouvrant les portes de sa PME, avec une équipe soudée, n'a qu'un souhait : « Montrer un boulot formidable. Deux cent cinquante jeunes et enseignants ont découvert Sigmaphi la semaine dernière. En France, nous manquons de jeunes dans les métiers techniques. » Parmi les invités, outre la CCI du Morbihan, est venu Eric Martin, président de l'UBS (Université de Bretagne Sud), convaincu de tout l'intérêt de passerelles entre les étudiants en sciences et Sigmaphi. Aux portes de l'université, cette PME est une « pépite » de technologie qui fait rêver les chercheurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un aimant de 70 tonnes contre le cancer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» un répulsif contre les fourmi??
» quel obstacle teologique contre le mariage des pretre??
» Recette contre les cochenilles
» [tisane] contre les hémorroïdes /troubles de la circulation du sang
» pub Peta fabuleuse contre la fourrure 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Société-
Sauter vers: